M.L. Philippe II d'Espagne s'est marié quatre fois et a eu plusieurs enfants. Mais les vexations que Charles Quint avait fait subir à ses neveux autrichiens en les privant de Milan et des Flandres entraînèrent l'hostilité des grands électeurs du Saint-Empire, et Philippe fut poliment éconduit au profit de Maximilien II, fils de Ferdinand. Il semble qu'El Greco vivait auprès de la Cour d'Espagne, quand il reçut la commande de L'Expolio pour la cathédrale de Tolède. Philippe devient à son tour roi de Portugal (1580-1598) sous le nom de Philippe Ier. Philippe II Auguste FRANCE (de) ‎(I6674)‎ Naissance Mar 21 Août 1165 45 25 -- Gonesse, Val-d'Oise, Île-de-France, France Décès Lun 14 Juillet 1223 (Age 57) -- Mantes-la-Jolie, Yvelines, Île-de-France, France I. En 1579, Philippe II lui commande Le Martyre de Saint Maurice, destiné au palais de l'Escurial, mais ce tableau ne plaît, ni au roi, ni à la Cour, ni à l'Inquisition, qui ne le trouvaient pas assez fidèle à l'esprit du concile de Trente[5]. Le duc d'Alençon est ainsi régulièrement sollicité par les rebelles et les malcontents, tandis que les frères de Guillaume d'Orange, retranché dans les États familiaux de Nassau, fournissent de l'argent et des mercenaires, participant même aux combats. Dès la mort de celle-ci, il préfère demander la main de sa sœur Élisabeth, pourtant notoirement protestante, plutôt que de perdre l'alliance anglaise. De ce fait, malgré des politiques divergentes dans le domaine religieux, le roi d'Espagne a longtemps maintenu l'alliance avec l'Angleterre. Deux constructions historiques ont été faites du règne de Philippe II. Le « roi prudent », ainsi qu'on le surnomme, n'est cependant pas un intégriste oublieux de toute réalité pour faire aboutir son rêve de reconquête catholique. Il fut titré « prince des Espagnes » (principe de las Españas[N 2]). Philippe II réagit par l'envoi d'une armée et la nomination du duc d'Albe comme gouverneur. Le commerce transpacifique entre l’Asie et l’Amérique (voir le galion de Manille, qui en est le vecteur durant trois siècles) commence en 1565. Il meurt le 13 septembre 1598 au palais de l'Escurial et son fils Philippe de Habsbourg lui succède sous le nom de Philippe III (1578-1621). Son père conserva la couronne impériale jusqu'à sa mort en 1558, quoiqu'il ait envoyé une lettre aux électeurs du Saint-Empire et à Ferdinand de Habsbourg, roi de Germanie, leur ordonnant de considérer Ferdinand comme empereur et non plus seulement comme son lieutenant. Dans le même temps, le développement de l'appareil d'État absolutiste et l'augmentation de la charge fiscale pour financer les guerres se traduisent par un durcissement du régime. En 1588, en lutte contre l'Angleterre d'Élisabeth Ire, qui soutient la révolte des provinces des Pays-Bas, il envoie contre elle toutes ses forces embarquées sur une très grande flotte, l'Invincible Armada, mais est contraint d'abandonner le projet de débarquement après la bataille de Gravelines, même si les Espagnols n'ont perdu aucun navire lourd durant le combat. Par contre, si le royaume de France bascule tout entier dans l'hérésie, ce serait fatalement le début d'une guerre de religion avec la France et, surtout, il ne pourrait qu'en résulter un développement du calvinisme dans les Flandres et en Franche-Comté. On les retrouve par exemple dans la dédicace de l'Arte de navegar, de Pedro de Medina. Découvrez gratuitement l'arbre généalogique de Philippe II (Philippe-Auguste) CAPETIENS DIRECTS pour tout savoir sur ses origines et son histoire familiale. Lorsque son frère aîné, Jean Sans Peur, hérita en 1404 du duché de Bourgogne, il lui donna en apanage le comté de Nevers. Les victoires d'Henri IV contre la Ligue et les troupes espagnoles, sa conversion au catholicisme ainsi qu'une troisième banqueroute de la Monarchie catholique amèneront Philippe II à une trêve. Élisabeth de Valois (1545-1568)15602. La dernière modification de cette page a été faite le 5 décembre 2020 à 22:40. Lors de son mariage avec Marie Tudor en 1554, il partit ces armes, sans le lambel, avec celles de sa femme, en signe de son nouveau statut de roi consort. À la mort de Charles Quint et lorsque Ferdinand devint empereur, Philippe II, qui lui devait hommage pour les principautés belges dépendantes de l'Empire, demanda un délai de huit mois pour s'acquitter de ce devoir. Il retrouve alors les armes coupées qu'il portera jusqu'en 1580. 1. Modifier. Il fut porté sur les fonts baptismaux par le comte de Nassau, le duc de Bejar, et par sa tante, la reine douairière de Portugal Éléonore ; selon la tradition, on lui donna comme nom de baptême le nom de son grand-père paternel, l'archiduc Philippe de Habsbourg. La défense de la foi catholique est une véritable clef de voûte de sa politique. Le roi Philippe intervint en faveur de sa jeune belle-sœur et la reine renonça à son projet. Philippe de France, Duke of Orléans was the brother of Louis XIV of France and the younger … Don Carlos avait promis aux rebelles de se mettre à leur tête ; son père le fait arrêter, et il est condamné à la prison pour avoir tenté de tuer le roi son père. Ce qui fait qu'aux revendications politiques de défense des libertés issues des vieilles chartes s'ajoute une opposition religieuse contre le catholicisme défendu avec intransigeance par l'Espagne. Daniel Manach, généalogiste réputé, a publié en 1988 un ouvrage de généalogie consacré aux descendants de Louis-Philippe Ier, roi des Français. Philippe était désormais prince des Espagnes, héritier des ducs de Bourgogne et duc de Milan, mais ce n'était qu'un prince mineur quand son père décida en 1553 de le marier avec la reine d'Angleterre Marie Tudor. Il réclame le duché de Bretagne pour sa fille Isabelle au nom des droits qu'avait sa femme Élisabeth de Valois. Philippe II (en grec ancien : Φίλιππος / Phílippos), né en 382 av. C'est la puissance même de l'Espagne qui a nourri sa légende noire, en attisant une guerre idéologique avec ses nombreux ennemis. L'empereur prépara en outre des instructions précises pour guider son fils dans cette première responsabilité aux côtés de Juan de Zúñiga. La chute de Marie Stuart et la guerre civile en France avaient renforcé le poids de l'Angleterre sur l'échiquier international. Philippe III (ou Felipe III en espagnol) est un prince espagnol de la maison de Habsbourg né le 14 avril 1578 à Madrid et mort le 31 mars 1621 dans la même ville. Découvrez gratuitement l'arbre généalogique de Philippe II de MONTFORT pour tout savoir sur ses origines et son histoire familiale. La répression commence par l'exécution capitale à Bruxelles de deux des chefs principaux, les comtes d'Egmont et de Hornes, ce qui déclenche un soulèvement qui engendre une guerre civile, la noblesse se divisant en adversaires et partisans de l'Espagne soutenus ou combattus par des factions populaires. « Louis-Philippe II puis Philippe VII » Philippe d’Orléans Né le 24 août 1838 à Paris — Mort le 8 septembre 1894 à Stowe: 1883 — 1894 11 ans et 15 jours: Comte de Paris Prince royal: À partir de 1883, le comte de Paris se pose en héritier de tous les Capétiens et non plus des seuls Orléans. Après une trêve et deux années supplémentaires de conflit, la France, exsangue, accepte de traiter. Prince élevé de la cour espagnole d'Isabelle de Portugal, fils et héritier des prétentions de l'empereur Charles Quint à réconcilier la chrétienté autour de l'Église romaine, Philippe II est un prince de la Contre-Réforme. Globalement, sa formation fut avant tout espagnole, malgré les nombreux pages italiens et flamands de sa maison. Alfonso of Este (1723-1725) 3. María Teresa, therefore, like many Habsburgs, was a product of years and generations of royal intermarriage between cousins. Les provinces des Pays-Bas sont un problème pour Philippe II. Du fait de son mariage avec Marie Tudor, il est roi d'Angleterre de 1554 à 1558. Lors de la révolte des Alpujarras, les morisques, musulmans convertis de force au catholicisme, se manifestent contre la loi leur interdisant l'usage de leur culture et de leur langue. Il meurt en prison dans des circonstances non élucidées ; Philippe II doit attendre son remariage pour avoir à nouveau un héritier mâle. Le mariage eut lieu le 25 juillet 1554 à Winchester. Sur le chemin qui la mène en Espagne, la jeune fille choisit d'entrer chez les Clarisses. Cette décision est sans doute liée à une volonté d'identification à son père, en préparation du voyage flamand de 1548 : elles figurent sur toutes les armures de la commande qui précède ce voyage. La formation du prince impliquait bien entendu le maniement des affaires publiques. Cette situation est favorisée par la conversion au calvinisme d'une partie de la population. Charles Quint avait pris l'habitude après la révolte des Comunidades de placer un membre de sa famille comme régent lors de ses absences. Son règne représente alors le sommet de la puissance de l'Espagne, pour laquelle on parle de Siècle d’or. L'assainissement financier traduit la première banqueroute en 1557 puisque Philippe II refuse de payer les dettes de son père. Philippe II et son règne ont été durablement considérés comme de parfaites illustrations d'un obscurantisme ou d'un retard typiquement espagnols. Après dix ans de temporisation, allant de projets d'investiture à l'un de ses neveux autrichiens, à la dotation de l'une de ses filles qui épouserait un fils du roi de France, l'empereur choisit, à la surprise générale, d'investir officiellement son propre fils du précieux territoire. Son précepteur Juan de Zúñiga prenait également soin de lui faire pratiquer les exercices considérés à l'époque comme nécessaires à un prince : la chasse, la joute, la musique et la danse. Il abdique brièvement son trône en 1724 pendant six mois, au profit de son fils. La plupart des arguments qui ont alimenté cette légende noire furent fournis par l'ancien conseiller de Philippe II[réf. Philippe est le plus jeune des fils de Philippe II le Hardi, duc de Bourgogne et de Marguerite III de Dampierre, comtesse de Flandre, de Bourgogne, de Nevers et de Rethel. Dans ses États, il recevra l'œuvre du concile comme des lois fondamentales et pressera l'Église espagnole à mettre en application les réformes tridentines. Le 25 octobre 1555, Charles Quint abdique solennellement, dans la grande salle du palais du Coudenberg à Bruxelles, de sa souveraineté sur le domaine héréditaire des ducs de Bourgogne. Ce modèle au coupé dominera, dans diverses déclinaisons son règne. La révolte des Pays-Bas donne également lieu à l'arrestation du seul héritier de Philippe II par l'Inquisition. Toute résistance semble dérisoire et de nombreux capitaines suggèrent à Philippe Strozzi d'éviter le combat. Philippe II a cependant conscience que les guerres de Religion peuvent jouer en sa faveur sur le plan géopolitique : une France affaiblie est une rivale de moins pour la monarchie espagnole, situation qui permet à celle-ci d'employer des ressources importantes dans ses conflits en Flandres et en Méditerranée. En 1864, il épouse sa cousine germaine Marie-Isabelle d'Orléans (1848-1919), infante d'Espagne. Voici en détails la descendance du défunt comte Philippe de Lannoy (1922-2019), père de la grande-duchesse héritière Stéphanie de Luxembourg.Le comte Philippe de Lannoy est né le 14 août 1922 à Bruxelles. Il est ainsi un ardent promoteur de la reprise des discussions au concile de Trente, suspendu depuis 1553. La mort d'Henri II lors des festivités entourant le mariage oriente durablement la suite des relations que Philippe entretient avec la France : le souverain français laisse après lui quatre fils mineurs et en mauvaise santé. En raison de sa grande longévité, Philippe II a utilisé une emblématique qui évolue dans le temps. Pour que les deux époux soient sur un pied d'égalité, Charles transmit à son fils le royaume de Naples, avec en accessoire le titre de roi de Jérusalem en 1554. C'est durant les festivités de ce mariage que meurt tragiquement Henri II. Elle en confie le commandement à son neveu, Philippe Strozzi. Néanmoins, Tunis est perdue lors du siège de 1574. Il devait même inciter le pape à ne pas excommunier sa reine. Après la signature du traité du Cateau-Cambrésis et son mariage avec Élisabeth de France durant le printemps et l'été 1559, il put enfin s'embarquer pour l'Espagne et ne revint jamais dans ses États du Nord. Cette année, pour marquer son avènement comme roi de Portugal, il fait ajouter un écu de ce royaume au point d'honneur de ses armes, c'est-à-dire sur le parti des possessions espagnoles. nécessaire]. Il soutient ouvertement la Ligue, les partisans du cardinal de Bourbon et du duc de Montpensier. C'est seulement dans les années 1580, avec l'implosion du royaume de France et la conquête du Portugal que Philippe II perd cette modération et se lance dans des conflits en dépit de tout sens politique et qui s'avérèrent d'ailleurs bien souvent désastreux.[réf. Il est le premier des 7 enfants du comte Paul de Lannoy (1898-1980) et de la princesse Béatrice de Ligne (1898-1982).. Dans sa jeunesse, et notamment lors du voyage flamand, il utilise deux grands thèmes emblématiques qui le construisent en doublet de son père, l'empereur : la figure herculéenne et celle du roi Salomon. Une fronde apparaît en 1566 et 1567 : c'est le Compromis des Nobles, né à Bruxelles et soutenu par le peuple pour des motifs liés aux tentatives de Philippe II de supprimer les droits acquis au cours des siècles au profit d'une gouvernance directe de l'Espagne. La flotte espagnole, avec ses alliés vénitiens, écrase la flotte turque à Lépante, mettant fin à la domination turque en Méditerranée. Four or more generations of descendants of Philippe II of Orléans (1674-1723) if they are properly linked: Le prince apprit les langues de son futur empire : l'espagnol, le portugais, le latin, l'italien et le français, dans lequel il avait cependant des réticences à s'exprimer en raison de son fort accent. En 1546, le prince recevait officiellement son premier territoire : le duché de Milan. Il … La réalité, déjà très dure, a cependant été largement assombrie par la propagande des ennemis de la monarchie espagnole, et la puissance même de l'Espagne et ses nombreuses guerres ont nourri cette légende noire. Leur faiblesse attise le conflit religieux interne à la France et provoque l'effondrement du royaume sur l'échiquier international. Il fonde alors l'Union ibérique qui tiendra jusqu'en 1640, date à laquelle le Portugal reprend son indépendance. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. Selon le pacte de famille, Ferdinand devait faire élire Philippe roi de Germanie quand lui-même serait empereur. La paix est scellée au Cateau-Cambrésis : Philippe II obtient le champ libre en Italie et le statu quo ante est proclamé en Picardie. Dans un premier temps, Philippe II choisit de la soutenir, préférant avoir une protestante sur le trône anglais plutôt qu'une reine française, Marie Stuart, qui mettrait les îles Britanniques à la disposition des Français[3]. La fin du concile de Trente marque également la fin des discussions sur l'orthodoxie catholique : le concile arrête une doctrine et des moyens drastiques pour l'imposer sans contestation. Tous les rebelles n'adhèrent pas au protestantisme. Count Philippe de Lannoy (14 August 1922 – 10 January 2019) was a Belgian noble and provincial councillor of Hainaut.He was the alderman of finance for Frasnes-lez-Anvaing. La guerre de Quatre-Vingts Ans qui va s'ensuivre finira lorsque Philippe reconnaîtra l'indépendance de la partie nord des Pays-Bas en 1581 sous le nom de Provinces-Unies. Il ira même jusqu'à réclamer la couronne de France pour celle-ci pour éviter l'avènement d'un roi huguenot. Philippe naquit le 21 mai 1527 dans le palais du marquis de Tavara (es), à Valladolid (actuel siège du gouvernement de la province de Valladolid). Philippe II aimait, semble-t-il, tout particulièrement la chasse et la joute, quoiqu'il ne brillât guère à cet exercice. Les relations entre les deux pays se détériorent dès la fin des années 1560. Il fut porté sur les fonts baptismaux par le comte de Nassau, le duc de Bejar, et par sa tante, la reine douairière de Portugal Éléonore; selon la tradition, on … Il s'agit foncièrement d'une rivalité dynastique ancienne de plus d'un siècle et alimentée par trois points de discorde : l'héritage bourguignon des Habsbourg, la domination en Italie, et surtout, à la fin du règne, la succession des derniers Valois. Le gouverneur de la maison du prince, son tuteur en somme, était don Juan de Zúñiga, grand commandeur de l'ordre de Saint-Jacques de l'Épée, second fils du comte de Miranda del Castañar. Descendance d'Elizabeth II et Philip Mountbatten. philippe auguste descendance. L’auteur s’est remis avec ardeur à la tâche, ce qui nous donne aujourd’hui cet ouvrage, qui vient de sortir aux éditions Christian, considérablement renouvelé et mise à jour. Philippe II of Orléans (1674-1723), Francesco Constantino of Este (1724-1725), Vincent Marie Louis de Bourbon (1750-1752), Louise Marie Adélaïde de Bourbon (1753-1821), Maria Theresa of Austria-Este (1773-1832), Maria Leopoldina of Austria-Este (1776-1848), Ferdinand Karl Joseph of Austria-Este (1781-1850), Maximilian Joseph of Austria-Este (1782-1863), Maria Antonia of Austria-Este (1784-1786), Marie Ludovika of Austria-Este (1787-1816), https://familypedia.wikia.org/wiki/Philippe_II_of_Orl%C3%A9ans_(1674-1723)/descendants?oldid=474602. Aussi, Philippe II soutient-il le parti catholique français de la faction des princes lorrains. Si la descendance est assurée avec Léopold II et Philippe, rapidement, la famille de Saxe-Cobourg-Gotha s’est éteinte du côté de Léopold II, celui-ci n’ayant eu que trois filles. L'Inquisition maintint sa puissance dans la société espagnole et la conserva encore après lui. Philippe Strozzi, capturé, ne pouvant se prévaloir d'agir au nom du roi de France, dès lors qualifié de pirate, sera condamné à être attaché à la proue d'un navire et à mourir par noyade. Son règne commence avec la victoire de Saint-Quentin, en 1557, qui traumatise profondément la France : un nombre impressionnant de grands seigneurs et de princes est capturé, tandis que les troupes des Pays-Bas espagnols sont aux portes de Paris. Geneanet utilise des cookies à des fins de personnalisation de contenu dans ses différents services. Il se remarie une troisième fois, le 22 juin 1559, avec Élisabeth de France, fille d'Henri II et de Catherine de Médicis, à la suite du traité du Cateau-Cambrésis entre l'Espagne et la France. Autre point essentiel : la pratique quotidienne du lourd cérémonial de cour de ses ancêtres ducs de Bourgogne et importé des Flandres par son père l'empereur et roi Charles Quint. Philippe vint visiter ce territoire deux ans plus tard, laissant la régence des Espagnes à sa sœur Jeanne. La mort de cette princesse quatre ans plus tard met fin à cet usage. Francesco Constantino of Este (1724-1725) 3. Descendants of King Louis Philippe I of the French. Cette vision est en fait largement reconstruite[réf. Arbre d'ascendance Arbre de descendance. Élisabeth of Orléans (1695-1719) 2. D'autres banqueroutes auront lieu en 1575 et en 1597. Philippe II of Orléans (1674-1723) 2. Charlotte Aglaé of Orléans (1700-1761) 3. Sur ces entrefaites, la reine Marie était morte sans descendance et la couronne d'Angleterre passa à sa demi-sœur Élisabeth, protestante farouche que la défunte reine aurait voulu condamner à mort. — Maison d’Espagne Mariages et descendance de Philippe II (1527-1598) ÉpouseDate de mariageDescendance1. C'est surtout le conflit acharné dans les Flandres qui a construit celle-ci. Among the group was Philippe Mius d'Entremont, Jr., son of the Baron Philippe Mius d'Entremont, Sr., and of Magdeleine Helie. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Last update on 18 December 2020 Louis Philippe I, King of the French (1773-1850), m.1809 Princess Marie Amelie of Bourbon-Sicily (1782-1866) 1.Prince Ferdinand of France, Duke of Orléans (1810-1842), m.1837 Duchess Helene of Mecklenburg (1814-1858) Son long règne, entaché par une légende noire due pour une large part à la propagande de ses ennemis, notamment l'Angleterre d'Élisabeth Ire et les provinces protestantes des Pays-Bas engagées dans une longue guerre d'indépendance, marque l'apogée diplomatique de l'Espagne, à une époque où le royaume de France voisin est en proie aux guerres de Religion. Philippe naquit le 21 mai 1527 dans le palais du marquis de Tavara (es), à Valladolid (actuel siège du gouvernement de la province de Valladolid). Avec Philippe II on entrait donc dans une nouvelle période de la Contre-Réforme, marquée par une attitude encore plus dure face aux protestants et aux morisques. Philip II and Maria of Spain were siblings, being both children of Charles V, Holy Roman Emperor and Isabella of Portugal. Si son désir de promouvoir la catholicité explique une partie de ses interventions dans le conflit français, ce qui le motive, c'est essentiellement la guerre dans les Flandres et en Brabant, après l'exécution à Bruxelles des comtes d'Egmont (qui avait été pourtant le vainqueur de la bataille de Saint-Quentin) et de Hornes, les chefs du Compromis des Nobles, porteurs des revendications de la noblesse et du peuple contre la promulgation du Conseil des troubles qui réprime durement les protestants, tout en voulant restreindre l'exercice des libertés locales acquises sous les ducs de Bourgogne et leur descendant Charles Quint, le père de Philippe II. Un mariage complète le dispositif : Philippe II épouse Élisabeth de Valois, fille d'Henri II. Sa diplomatie est empreint de cette volonté de contre-réforme et cherche souvent à endiguer la progression du protestantisme, comme ce sera le cas en France et dans les Flandres. Four or more generations of descendants of Philippe II of Orléans (1674-1723) if they are properly linked: 1. Philippe II dit Philippe Auguste, né le 21 août 1165 à Paris et mort à Mantes le 14 juillet 1223, est le septième roi de la dynastie dite des Capétiens directs. Les nobles principaux des provinces belges sous la direction de Guillaume d'Orange utilisent le royaume de France, mais aussi les États rhénans, comme bases arrière et y possèdent des appuis parfois très haut placés. Philip of Cognac (early 1180s – after 1201) was an illegitimate son of Richard I of England by an unidentified mother.. Philip had reached adulthood by the end of the 1190s. Il s'entête et décide d'affronter les Espagnols avec les quelques navires qui lui sont restés fidèles. Ils seront tous détruits et les matelots, considérés comme pirates et non corsaires, pendus (26 juillet 1582). Dans les années 1560, il se brouille même avec le pape Pie IV, notamment à propos du devenir de l'archevêque de Tolède Bartholomée Carranza. Éditeur classique Historique … L'empereur voulait pouvoir éventuellement disposer du territoire en cas de nécessité diplomatique. Le problème pour Philippe II n'est pas seulement territorial, ses possessions des Pays-Bas menaçant de lui échapper, mais aussi religieux car il voit d'un très mauvais œil les progrès du calvinisme en France et dans les États du Saint-Empire romain germanique. Après la victoire sur la France à la bataille de Saint-Quentin en 1557 et le traité du Cateau-Cambrésis en 1559, Philippe II quitte les Pays-Bas pour ne jamais y revenir. Pour des raisons assez obscures, la reine mère Catherine de Médicis conçoit secrètement le projet d'envoyer une flotte française dans les Açores afin de tenter d'entraver le commerce espagnol vers le Nouveau Monde.