Forum de la Grande Mosquee de Lyon
Nouvelles: Téléchargez sans plus attendre la GML tool, la barre d'outils 100% islamique, 100% Grande Mosquée de Lyon !!
 
*
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Charte du Forum  
Favoris  
Coran 
GML TV
connectez vous !

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session


Pages: [1]
  Ajouter aux favoris  |  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Le Coran et La Révélation  (Lu 1989 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
convertie38
Invité
« le: Janvier 31, 2009, 16:30:41 »
Share   Modifier le messageModifier

                                          Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh

 bismillah

Le Coran et La Révélation

                  Jusqu'à la mort du Prophète Salla-llah allahi wa salam,
  aucune version écrite des révélations que Muhammad
  Salla-llah allahi wa salam affirme avoir reçues de Allâh ne semble avoir
  été réalisée. La Tradition musulmane a entériné l'idée
  que c'est 'Uthmân - le 3e successeur (khalîfa) du
  Prophète Salla-llah allahi wa salam, dirigeant l'umma, la communauté des
  fidèles, de 644 à 656 - qui aurait fait mettre par écrit
  la version définitive et actuelle de la Révélation dans
  le "Coran", dont le nom, qur'ân, hérité de l'araméen,
  signifie "récitation".


    Un seul miracle : le Livre

  Le Coran est donc censé contenir la parole divine,
  inaltérable, telle qu'elle serait "descendue" sur le
  Prophète Muhammad Salla-llah allahi wa salam. Il contient 114 chapitres,
  les sourates, classées par ordre décroissant de taille
  et composées de versets, désignés en arabe par le
  terme d'ayât, c'est à dire "versets", "signes" et
  surtout "miracles", car au sens propre du terme,
  pour les musulmans, les versets coraniques sont signes,
  manifestations de Dieu. Muhammad Salla-llah allahi wa salam n'a pas
  ressuscité de mort, ni rendu la vue à des aveugles, ni
  même transformé la matière comme Jésus est censé
  l'avoir fait, pour convaincre les incrédules qu'il était
  bien l'envoyé ou le fils de Dieu, selon les croyances :
  le seul miracle que le prophète Salla-llah allahi wa salam de l'islam ait
  réalisé est la récitation du verbe divin éternel.

       ('Alî, cousin et gendre de Muhammad Salla-llah allahi wa salam,
  est l'un des quatre califes qui ont succèdé au
  Prophète Salla-llah allahi wa salam pour diriger la communauté après
  sa mort).


  Cette version des faits ne saurait suffire à l'historien,
  d'autant que la forme actuelle du Coran n'a été fixée
  que plusieurs décennies, voire plusieurs siècles, après
  la mort du prophète Salla-llah allahi wa salam de l'islam. C'est en effet au
  Xe siècle qu'elle s'est imposée définitivement. Auparavant,
  il existait différentes versions concurrentes du Coran,
  versions qui eurent une audience régionale et servirent
  à asseoir les revendications de certains groupes opposés
  au pouvoir et au courant politico-religieux dominant :
  ainsi, un Coran attribué à 'Alî, le cousin de Muhammad
  Salla-llah allahi wa salam et son gendre, puisqu'il avait épousé Fâtima,
  circulait à Damas au Xe siècle. En outre, c'est seulement
  à partir du VIIIe siècle que sont fixés les signes définitifs
  de l'écriture arabe, une écriture consonantique dont les
  traits de base sans les signes diacritiques (des points
  placés, seul ou par groupe de deux ou de trois, au-dessus
  ou au-dessous du trait consonantique) peuvent être lus
  différemment et ne comportent pas l'indication des
  voyelles. Aussi, dans un premier temps, la version
  écrite du Coran est-elle susceptible de lectures
  différentes. Cette multiplicité des lectures et celle
  des interprétations qui en découlent ont participés
  à la codification de l'écriture dans le sens d'une
  précision croissante, au prix de quelques contestations.
  Une fois l'outil de l'écriture définitivement mis au point,
  plus rien ne s'opposait à la fixation d'une version unique
  du Coran, si ce n'est les traditions concurrentes dont le
  souvenir s'est conservé dans les quatorze lectures
  autorisées, dont sept ont dominé au cours de l'histoire.
  L'essor de l'imprimerie et la parution en 1923 au Caire
  de la version de référence du Coran ont favorisé une
  de ces sept lectures aux dépens des autres. Ainsi,
  par un renversement de l'histoire, alors que la récitation
  et donc l'oralité du texte coranique "divin" sont un
  des fondements de la religion musulmane, c'est un
  progrès technique, l'ilmprimerie, et ses possibilités
  de production de masse d'une même et unique
  version écrite qui ont déterminé la version orale
  dominante depuis le début du XXe siècle.

    Que contient le Coran ?

  D'abord, dans la continuité des remarques
  précédentes, il convient d'insister sur la
  musicalité du texte, composé en prose rimée ;
  tous les lecteurs insistent sur cette qualité,
  interprétée par les musulmans comme un signe
  de l'origine divine du texte au point que le
  dogme de l'"inimitabilité" du Coran s'est imposé
  au Xe siècle dans le monde musulman. Ensuite,
  même si ce texte est censé être Verbe divin,
  émis par Dieu lui-même, on remarque que le
  "je" du texte n'est pas toujours Dieu : parfois,
  comme dans la première sourate, une prière,
  c'est le fidèle qui s'adresse à Dieu, parfois
  c'est le Prophète Salla-llah allahi wa salam qui s'exprime, parfois
  c'est peu clair. En ce qui concerne le fond, le
  texte coranique se caractérise par son
  hétérogénéité : des passages exaltés, prophétiques,
  annonçant la fin des temps, le jugement dernier,
  menaçant les infidèles, les incroyants et les
  hypocrites des pires tourments ou, au contraire,
  promettant aux fidèles de divines récompenses,
  succèdent à des fragments plus narratifs, qui
  reprennent divers éléments de l'Ancien et du
  Nouveau Testament. Enfin, l'ensemble est
  complété par quelques versets, relativement
  peu nombreux (moins de 10%), que l'on peut
  considérer comme normatifs, donc comme
  établissant un droit.
  Le texte coranique, en tant qu'ensemble de
  référence, est complété d'une part par la
  biographie du Prophète Salla-llah allahi wa salam, la sîra,
  établie au VIIIe siècle et chargée de
  déterminer le contexte de la Révélation afin
  d'éclairer les passages contestés de celle-ci,
  et par des corpus de "traditions" contenant
  une liste de dits ou de faits rapportés au
  Prophète Salla-llah allahi wa salam par une chaîne de transmetteurs,
  liste qui se présente sous la forme : Untel tient
  d'Untel qui le tient d'Untel... que le Prophète
  Salla-llah allahi wa salam a fait ou dit ceci en telle occasion.
  Ce corpus constitue la sunna, la Tradition.
  Les sunnites, le courant majoritaire de l'islam
  environ 80 ou 85% des musulmans dans le monde,
  reconnaissent six recueils canoniques de traditions
  datant des VIIIe-IXe siècles, cependant que les
  chiites (15-20% des musulmans dans le monde)
  reconnaissent des recueils concurrents, valorisant
  la personne de 'Alî, de l'autorité duquel ils se
  réclament.
                       
                               Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
Journalisée
convertie38
Invité
« Répondre #1 le: Janvier 31, 2009, 16:48:19 »
Share   Modifier le messageModifier

                                  Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh

 bismillah

        Oups j'ai oublié de mentionné mes sources  Roll Eyes
    qui viennent du livre "Les Mondes de l'Islam" (Petite
         encyclopédie,Larousse).
 Voilà  Grin

                                  Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
« Dernière édition: Novembre 21, 2011, 09:38:59 par Jannete » Journalisée
   

Les merveilles des cieux
 Journalisée
Pages: [1]
  Ajouter aux favoris  |  Imprimer  

 
Aller à:  

 Développé par TOOLYNK, spécialisée dans le développement d'applications web et mobile, plateformes e-commerce et marketplace.