Forum de la Grande Mosquee de Lyon
Nouvelles: Téléchargez sans plus attendre la GML tool, la barre d'outils 100% islamique, 100% Grande Mosquée de Lyon !!
 
*
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Charte du Forum  
Favoris  
Coran 
GML TV
connectez vous !

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session


Pages: [1]
  Ajouter aux favoris  |  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: question sur la viande haram!  (Lu 18643 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
jamila9
Invité
« le: Octobre 31, 2009, 20:27:07 »
Share   Modifier le messageModifier

salam alikoum wa rahmatoulilah,


Je suis étudiante et je vais souvent manger au restaurant universitaire avec mes amies (qui sont pour la majorité non musulmane)

Evidemment je ne prend jamais de viande (toujours poisson ou dés fois rien d'autres que les légumes)

cette semaine j'ai été mangé deux fois avec deux filles différente et elles m'ont posé toutes les deux une même question : qu'est ce qui change entre de la viende hallal et de la viande haram?


je leur ai expliqué que nous musulman on ne mangeaient que de la viande d'animaux egorgés et que le porc était entièremement interdit. Et aprés est venue une question qui m'a bloquée:

Qu'est ce qu'apporte la viande d'un animal egorgée contrairement à celle d'un animal abattu? en gros quels bienfaits et quel interet?

et là...ça a été le vide pour moi!! je savais pas quoi repondre alors j'ai dit franchment que je ne m'ettais jamais posé la question et que j'avais pas de reponse concrete à apporter mais que je crois que l'animal lorsqu'il est égorgé est vidé de son sang et qu'il souffre moins mais je leur ai promis de me renseigner et de leur répondre alors svp est ce que vous pourriez m'apporter des réponse concrétes à ces question BARAKA'LLAHOU FIKOUM!!

même si il y a d'autre raison hygiène, bienfait sur l'organisme et tout svp ce serait gentil que je puisse avoir des exemples concrets.

Je tiens juste a préciser que c'est pas pour me convaincre moi même el hamdoulilah c'est juste pour simplement avoir répoonse à leurs questions INCHA'AALLAH 


Parce que je remange avec ces deux filles prochainement incha'Allah et que je voudrais leur expliquer correctement et concretement pour leur montrer que contrairement à ce qu'elles peuvent penser, il n'y a pas que des incnvenients à manger hallal!!



Peut etre que la reponse à cette question est toute "bête" mais elle m'a tout de même bloquée!!


Salam alikoum
Journalisée
rizlane-muslima
Invité
« Répondre #1 le: Novembre 01, 2009, 16:45:37 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh ma soeur voila ce ke j'ai trouvé:

" Certes, Il vous est interdit la chair d'une bête morte, le sang, la viande de porc et ce sur quoi on a invoqué un autre qu'Allah. Il n'y a pas de péché sur celui qui est contraint sans toutefois abuser ni transgresser, car Allah est Pardonneur et Miséricordieux. "
[S2.V173]

" Vous sont interdits la bête trouvée morte, le sang, la chair de porc, ce sur quoi on a invoqué un autre nom que celui d'Allah, la bête étouffée, la bête assommée ou morte d'une chute ou morte d'un coup de corne, et celle qu'une bête féroce a dévorée - sauf celle que vous égorgez avant qu'elle ne soit morte -. (Vous sont interdits aussi la bête) qu'on a immolée sur les pierres dressées, ainsi que de procéder au partage par tirage au sort au moyen de flèches. Car cela est perversité. Aujourd'hui, les mécréants désespèrent (de vous détourner) de votre religion: ne les craignez donc pas et craignez-Moi. Aujourd'hui, J'ai parachevé pour vous votre religion, et accompli sur vous Mon bienfait. Et J'agrée l'Islam comme religion pour vous. Si quelqu'un est contraint par la faim, sans inclination vers le péché... alors, Allah est Pardonneur et Miséricordieux. "
[S5.V3]


" Ô les croyants! Mangez des (nourritures) licites que Nous vous avons attribuées. Et remerciez Allah, si c'est Lui que vous adorez. "
[S2.V172]
Journalisée
rizlane-muslima
Invité
« Répondre #2 le: Novembre 01, 2009, 16:58:16 »
Share   Modifier le messageModifier

j'ai trouver ca aussi voila ma soeur j'espére t'avoir aider


Selon le Coran, dans la sourate “La Table Servie”, Dieu interdit aux musulmans «de consommer la bête morte, le sang, la viande de porc, les bête immolées à d'autres divinités qu'à Dieu, les bête étouffées, assommées, mortes à la suite d'une chute ou d'un coup de corne, ou celles qu'un fauve a dévorées, à moins d'avoir été au préalable égorgées à temps». Est interdite notamment la consommation de sanglier, phacochère (cousin africain du sanglier), autruche, fauves et carnivores pourvus de crocs, singe, rapaces, oiseaux dépourvus de gésier, etc. Plus globalement, les animaux se nourrissant de souillure ou d'excréments sont interdits. A l'inverse, les ovins, bovins et caprins sont licites, de même que la volaille (sauf le paon), le lièvre, le lapin ou le gibier. A noter encore que la consommation de viande de cheval est autorisée ou non selon les différentes écoles juridiques de l'Islam


Manger halal (licite) est une obligation. Pour qu'une viande soit halal, l'animal dont la consommation est autorisée doit être égorgé vivant et vidé de son sang (interdiction de consommer le sang), et purifié par le nom d'Allah (prière accompagnant l'abattage rituel). Dans certains pays on pratique l'étourdissement sous forme d'electronarcose pour reduire la souffrance de l'animal selon des fatwas (décisions religieuses) de Jad-al-Haq, Grand Sheikh de l'Azhar, et d'Ibn-Baz, la plus haute autorité religieuse musulmane de l'Arabie Saoudite.


 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
Journalisée
jamila9
Invité
« Répondre #3 le: Novembre 01, 2009, 18:04:57 »
Share   Modifier le messageModifier

 baraka ma soeur pour ces infos


Si je comprend bien, le fait d'égorgée est le moyen pour vidé la bête de son sang étant donné que le sang nous est interdit?


En tout cas qu'allah te récompense pour ces éléments de réponse AMINE

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
Journalisée
ibn al quaim
Membre très actif
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Localisation: algerie
Messages: 4239



Voir le profil
« Répondre #4 le: Novembre 01, 2009, 18:20:46 »
Share   Modifier le messageModifier



 Salam Alaykoum


Tiré de l'ouvrage ''Le licite et l'illicite en Islam'' de Youssouf al-Qardawi.


L'Islam est apparu et a trouvé les gens dans l'état que nous ayons cité au sujet des nourritures animales, de ceux qui se permettaient de manger de tout à ceux qui exagéraient dans leurs interdictions, alors, il a adressé cet appel à tous les hommes:

«O vous, les hommes!
Mangez ce qui est licite et bon sur la terre;
ne suivez pas les traces du démon: il est pour vous un ennemi déclaré»
(Sourate: La Vache, 168).

Il les a appelés en tant qu'hommes pour qu'ils mangent les excellentes nourritures de cette grande table qu'est la terre, avec tout ce qu'Il leur a crée et Il les a mis en garde pour qu'ils ne suivent pas le chemin que le Démon leur a embelli en les incitant à interdire ce que Dieu a permis, voilà comment le Démon les a privés des excellentes nourritures et les a jetés dans les abîmes de l'égarement.

Dieu adressa ce message aux croyants:

«O vous qui croyez !
Mangez de ces bonnes choses que Nous vous avons accordées;
remerciez Dieu, si c'est Lui que vous adorez.
Dieu vous a seulement interdit la bête morte, le sang, la viande de porc
et tout animal sur lequel on aura invoqué un autre nom que celui de Dieu.
Nul péché ne sera imputé à celui qui serait contraint d'en manger
sans pour cela être rebelle, ni transgresseur.
Dieu est celui qui pardonne, Il est miséricordieux»
(Sourate: La Vache, 172-173).

Dans cet appel adressé aux croyants, Dieu leur demande de manger les bonnes choses qu'Il leur a accordées et de Le remercier de Ses bienfaits. Puis, Il a précisé qu'Il ne leur a interdit que ces quatre espèces, que nous trouvons d'ailleurs dans d'autres versets, mais le plus éloquent au sujet de ces quatre espèces est celui qui rapporte les paroles de Dieu le Tout Puissant dans la Sourate des Troupeaux:

« Dis: je ne trouve pas d'interdictions au sujet de la nourritures dans ce qui m'a été révélé,
à part la bête morte, le sang répandu et la viande de porc - car c'est une souillure -
et ce qui par perversité, a été sacrifié à un autre que Dieu.
Quant à celui qui est contraint d'en user, par nécessité,
sans être pour cela rebelle, ni transgresseur,
ton Seigneur lui pardonnera, car Il est miséricordieux»
(Sourate: Les Troupeaux, 145).

Dans la Sourate: La Table Servie, Dieu entre dans plus de détails en ce qui concerne ces interdictions:

«Voici ce qui vous est interdit: la bête morte, le sang, la viande de porc;
ce qui a été immolé à un autre que Dieu; la bête étouffée, ou morte à la suite d'un coup,
ou morte d'une chute, ou morte d'un coup de corne,
ou celle qu'un fauve a dévorée - sauf si vous avez eu le temps de l'égorger -
ou celle qui a été immolée sur des pierres»
(Sourate: La Table Servie, 3).

Ces dix interdictions n'entrent pas en contradiction avec le verset précédent, car la bête étouffée, et la bête morte à la suite d'un coup, ou celle morte d'une chute ou d'un coup de corne ou celle qu'un fauve a dévorée, tout cela entre dans «la bête morte», donc, ce verset détaille le précédent. Par exemple, ce qui a été immolé sur une pierre entre dans la catégorie «ce qui a été immolé à un autre que Dieu». Bref, les interdictions sont au nombre de quatre dans leur ensemble, de dix dans leur détail.


La première des interdictions que les versets ont citées est "la bête morte", c'est-à-dire celle, parmi les animaux et les oiseaux, qui a connu une mort naturelle sans que l'homme intervienne avec l'intention de l'immoler ou de la chasser.

L'esprit moderne peut se demander quelle sagesse il y aurait à interdire à l'homme «la bête morte» sans qu'il puisse s'en servir, à cette question, nous répondons qu'il y a des raisons évidentes:

Celui qui a le caractère droit éprouve du dégoût et de la répugnance pour la bête morte. Les gens sensés sont unanimes pour connaître que sa consommation constitue une humiliation pour la dé de l'homme; pour cette raison, il n'est pas étonnant de voir les gens de Livres l'ont tous interdite. Ils ne mangent que ce a été immolé, bien que les modalités soient différentes.
Une autre raison est que le Musulman doit s'habituer à avoir l'intention et la volonté dans tout ce qu'il entreprend, il ne doit obtenir une chose qu'après avoir fixé ses intentions et ses objectifs, et montré sa volonté. Le sens d'immoler - qui écarte le qualificatif de bête morte - est le suivant: tuer un animal pour le manger. Ceci montre que Dieu n'a pas voulu que l'homme mange une chose pour laquelle il n'a pas fixé ses intentions et ses objectifs, comme c'est le pour la bête morte, car l'animal immolé ou chassé obtenu que grâce à l'effort et à la volonté.
L'animal qui connaît une mort naturelle perd souvent la vie à cause d'une maladie chronique ou occasionnelle ou à cause d'un empoisonnement ou d'un amaigrissement etc, donc, sa consommation comporte beaucoup de risques.
Lorsque Dieu le Tout Puissant nous a interdit - à nous êtres humains - la bête morte, Il a donné la possibilité aux animaux et oiseaux de la manger, surtout dans le désert et les endroits où l'on n'enterre pas les bêtes. Dieu est miséricordieux, les bêtes sont comme nous, comme le dit le Coran.
Une dernière raison enfin, est que l'homme doit prendre bien soin de ses animaux pour qu'ils ne tombent pas malades et ne trouvent pas la mort, mais s'ils tombent malades, il doit se hâter soit de les guérir soit de les immoler.

Les différentes formes de "la bête morte" :

La bête étouffée: c'est la bête qui meurt par étouffement, soit si on lui tord le cou à l'aide d'une corde, soit si on lui coince la tête dans un espace étroit,
La bête morte à cause d'un coup: c'est celle frappée à mort par un bâton ou autre chose.
La bête morte d'une chute: c'est celle tombée d'un endroit très élevée ou celle qui est tombée dans un puits.
La bête morte d'un coup de corne: c'est celle qu'une autre tue d'un coup de corne.
La bête dévorée par un fauve: c'est celle qui meurt après avoir été dévorée en partie par le lion.
Après ces cinq cas, le Coran précise:

«sauf si vous avez eu le temps de l'égorger»

Ainsi, l'égorger alors qu'elle est encore en vie la rend licite mais cela nous le détaillerons plus loin.

Pour s'assurer de ce que l'on vient de dire, il suffit de voir si bête a encore un souffle de vie. D'après Ali Ibn Abi Taleb, que Dieu l'agrée: Si vous arrivez à égorger la bête qui a souffert d'un coup d'une chute ou d'un coup de corne alors qu'elle agite encore un de ses membres, vous pouvez la manger.

Et d'après Dahak: Les païens mangeaient les bêtes mortes mais en Islam, Dieu a déclaré illicite ces bêtes sauf celles qui ont été égorgées, et pour le savoir disons que toute bête qui bouge une patte, la queue ou les yeux peut être égorgée et reste, par conséquent, licite (Certains théologiens disent: Il doit y avoir vie; la preuve c'est le sang qui jaillit et l'agitation forte de la bête).


Les raisons de ces interdictions :

Les raisons de l'interdiction de ces différentes sortes de bête morte d'une mort naturelle avec l'éventuelle exception du danger pour la santé, qui n'est pas claire ici.

Et même la deuxième raison paraît ici très convaincante, car le législateur est sage, il apprend aux gens à être plus attentifs aux animaux et plus compatissants envers eux. Il ne faut pas les négliger au risque qu'ils étouffent, tombent d'un endroit très élevé ou donnent des coups de cornes au point de s'entretuer; les animaux ne doivent pas être frappés à mort comme ils le sont parfois par certains bergers durs qui osent inciter les bêtes à se livrer à des duels où elles se donnent des coups de cornes au point d'en mourir presque. Et les théologiens en ont conclu que la bête qui a été blessée et qui a saigné à cause d'un coup de corne reste illicite, et même si la personne l'égorge, car le but de cette interdiction et selon moi - de punir celui qui laisse ces animaux s'entretuer en se donnant des coups de corne.

Quant à l'interdiction de ce qu'un fauve a mangé, c'est après tout un geste qui honore l'homme et lui évite de manger les restes de ce que les fauves ont mangé. Les païens par exemple, mangeaient ces restes, comme des restes de vache, de chameau, etc. Mais Dieu a interdit ces bêtes aux croyants.


La deuxième interdiction est le sang répandu, c'est-à-dire, le sang qui coule. On a interrogé Ibn Abbas à propos de la rate, il a répondu: Vous pouvez la manger. Mais on lui a dit: c'est du sang.

Et lui de dire: seul le sang répandu vous est interdit car il est dégoûtant et écoeure le caractère humain qui est propre. De plus, il cause beaucoup de méfait comme la bête morte par exemple.

Les païens prenaient des objets aiguisés chaque fois qu'ils avaient faim et pratiquaient une saignée sur leur chameaux ou sur d'autres animaux; ils ramassaient le sang puis le buvaient. A ce sujet, El Ahcha dit:

«Méfiez-vous des bêtes mortes, ne les approchez pas. Et ne prenez pas d'armes pointues, ne saignez pas».

Et puisque cette pratique affaiblissait les bêtes et les faisait souffrir, Dieu le Tout Puissant l'a déclarée illicite.



La troisième interdiction est: la viande de porc. Le tempérament correct en est dégoûté. D'ailleurs, la médecine moderne a prouvé que sa consommation est dangereuse, surtout dans les régions chaudes. Les expériences scientifiques ont également démontré que sa consommation était l'une des raisons de la présence du vers solitaire ainsi que d'autres vers mortels.

Et qui sait, la science de demain nous démontrera peut-être d'autres secrets de l'interdiction du porc que ceux que nous connaissons aujourd'hui. Dieu a raison de décrire Son Prophète de cette façon: L'homme qui interdit aux hommes les vilenies.

A propos de ce que l'on vient de dire, nous citons ici le cas de certains chercheurs qui vont encore plus loin et disent que la consommation permanente du porc provoque une indifférence de la personne envers les choses inviolables.


La quatrième interdiction est: ce qui a été immolé à un autre que Dieu, c'est-à-dire ce sur quoi a été invoqué un autre nom que celui de Dieu, comme les idoles, par exemple.

Les adorateurs d'idoles invoquaient le nom de leurs idoles chaque fois qu'ils immolaient; cela est un rapprochement vers un autre que Dieu, et non pas une adoration de Son nom majestueux. La raison de l'interdiction est ici pûrement religieuse, car le but est de protéger l'unicité, de sacrifier le culte et de lutter contre le polythéisme sous toutes ses formes.

Dieu qui a créé l'homme et qui a mis à sa disposition tout ce qui se trouve sur la terre, lui a permis d'immoler les animaux pour son bien à condition qu'il invoque le nom de Dieu; et cette invocation veut dire que l'homme accepte d'immoler sous l'autorisation et la bénédiction de Dieu. Donc, si un autre nom que celui de Dieu a été invoqué, cette autorisation devient nulle; l'homme mérite alors qu'on le prive de cette immolation.



Toutes les interdictions que nous avons citées sont en vigueur s'il y a un choix. Mais, comme nous l'avons dit plus tôt, la nécessité a ses lois. Citons à ce propos le Coran:

« Il vous a indiqué ce qui vous était interdit à moins que vous ne soyez contraints d'y recourrir»
(Sourate: Les Troupeaux, 119)

Et après avoir rappelé l'interdiction de la bête morte et du sang répandu, Dieu le Tout Puissant dit:


«Nul péché ne sera imputé à celui qui serait contraint d'en manger
sans pour cela être rebelle, ni transgresseur.
Dieu est celui qui pardonne, Il est miséricordieux»
(Sourate: La Vache, 173).

Nous entendrons ici par necessité, celle de la nourriture, comme par exemple la faim dont l'homme peut souffrir. Les théologiens ont fixé les limites de cette faim à "un jour et une nuit", si l'homme ne trouve alors que les nourritures illicites, il peut en manger juste ce qu'il faut pour éviter sa perte. L'imam Malik dit à ce propos : "Il peut en manger pour calmer sa faim jusqu'à ce qu'il trouve une autre nourriture". D'autres ont dit aussi: "L'homme ne doit manger que ce qu'il faut pour se maintenir en vie".

C'est peut-être ce que Dieu veut lorsqu'il dit:

"Sans pour cela être rebelle ni transgresseur"

C'est-à-dire, sans pour cela trouver une satisfaction dans ce qu'il mange, ni dépasser les limites de la nécessité. La faim qui pousse à la nécessité a été édictée de manière très claire dans le Coran:

"A l'égard de celui qui, durant une famine,
serait contraint de consommer des aliments interdits sans vouloir commettre de péché,
Dieu est celui qui pardonne, Il est miséricordieux»
(Sourate: La Table Servie, 3).




Journalisée
rizlane-muslima
Invité
« Répondre #5 le: Novembre 01, 2009, 18:26:16 »
Share   Modifier le messageModifier

wa fik baraka ma soeur soumii
Journalisée
jamila9
Invité
« Répondre #6 le: Novembre 01, 2009, 18:48:33 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum


mon frère ibn al qaim un grand  Baraka Allahou Fik mon  Rire Mouslim

je comprends mieux et je pourrais ainsi mieux l'expliquer

qu'Allah Le Sage te récompense et qu'Il agrandisse ton savoir et ta science  AMINE


 Baraka Allahou Fik   Baraka Allahou Fik


 Salam Alaykoum
Journalisée
fathéma
Invité
« Répondre #7 le: Mai 30, 2012, 08:12:05 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh

 MachAllah  baraka2 pour ces rappels et partages  Allahou Akbar

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
Journalisée
   

Apprenez la priere à vos enfants
 Journalisée
Pages: [1]
  Ajouter aux favoris  |  Imprimer  

 
Aller à:  

 Développé par TOOLYNK, spécialisée dans le développement d'applications web et mobile, plateformes e-commerce et marketplace.