Accueil  Généralités sur l'Islam » Recueil de Hadiths » 97 – Le devoir de prendre l’avis de Dieu par la prière dite «de consultation»

97 – Le devoir de prendre l’avis de Dieu par la prière dite «de consultation»

97 – Le devoir de prendre l’avis de Dieu par la prière dite «de consultation»

Dieu le Très-Haut a dit:

1. Chapitre 3 -verset 159: «Consulte-les dans toute décision».

2. Chapitre 42 – verset 38: «Leurs décisions naissent de leur consultation

mutuelle».

Pour ce qui est des Hadiths:

718. Jàber (das) rapporte: «Le Messager de Dieu (bsdl) nous apprenait la façon de faire la prière «de consultation» dans toutes nos décisions de la même façon qu’il nous apprenait le chapitre du Coran. Il disait: «Quand l’un de vous a décidé de faire quelque chose qu’il fasse deux unités de prière autres que les prières obligatoires. Puis qu’il dise: «Seigneur Dieu! Je viens prendre conseil auprès de Ta science et prendre force dans Ta force. Je viens Te demander de Ta générosité infinie. Car Tu es capable et je suis incapable, Tu sais et je ne sais pas et c’est Toi Le Grand Connaisseur des mondes inconnus. Seigneur Dieu! Si Tu sais que cette affaire est pour moi une source de Bien pour ma religion, pour ma vie ici-bas et pour ma destinée future (ou il a dit: pour mon présent et pour mon futur), destine-la moi, facilite-moi sa réalisation et bénis-la moi. Et si Tu sais que cette affaire est pour moi une source de mal pour ma religion, pour ma vie ici-bas et pour ma destinée future (ou il a dit: pour mon présent et pour mon futur), détourne-la de moi et détourne-moi d’elle. Prédestine-moi le bien là où il se trouve et inspire-moi-s’en la satisfaction. Et il nomme alors l’affaire en question».

Commentaire

Cette prière dite «de la consultation» est très recommandée dans tout dilemme. Elle consiste à faire deux unités de prière surérogatoires avant de se mettre au lit. On dit à leur fin le texte ci-dessus et on s’endort, A son réveil on voit sans faute quelle est la décision à prendre et on doit se baser sur le premier jugement qu’on a eu à son réveil.

Il arrive même parfois qu’on voie en rêve une réponse concrète à son dilemme Le rêve autre que le cauchemar est considéré en Islam comme une source authentique de vérité et le Prophète (bsdl) dit que le rêve est la quarante sixième partie de la prophétie. Nous citons, à titre d’exemple, une expérience personnelle qui jette de la lumière sur cette question, Dans les années soixante un ami, feu Cheikh Habib Mistawi, alarmé de la vague de matérialisme athée et de dissolution morale qui déferlait sur le pays, vint me demander de collaborer avec lui à la rédaction d’une revue islamique mensuelle (Jawhar Al Islam). Devant le risque qu’une telle œuvre faisait courir à tout être entier et courageux, nous avons décidé de nous adresser à Dieu dans une prière de consultation. Nous vîmes en rêve la scène suivante:

Nous découpions dans un grand quartier de bœuf un morceau de viande que nous mettions sur le plateau d’une balance. Le temps de mettre les poids sur l’autre plateau, le morceau de viande disparaissait mystérieusement.

Comme la viande symbolise en rêve les malheurs et les soucis, nous en déduisîmes que Dieu ferait dissiper au fur et à mesure tous les désagréments à craindre. Et c’est ainsi que nous nous engageâmes dans ce Jihâd de la plume, pleins de confiance au Tout-Puissant.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*

Scroll To Top