Accueil  Généralités sur l'Islam » Recueil de Hadiths » 74 – La clémence, la patience et la douceur

74 – La clémence, la patience et la douceur

74 – La clémence, la patience et la douceur

Dieu le Très-Haut a dit:

1. Chapitre 3 – verset 134: «…Ceux qui refoulent leur colère et qui pardonnent aux gens. Et Dieu aime les gens de bien».

2. Chapitre 7 – verset 199: «Exige ce qui est aisément supportable, ordonne le bien communément reconnu comme tel et détourne-toi des insensés».

3. Chapitre 41 – versets 34 et 35: «La bonne action et la mauvaise n’ont pas la même valeur. Repousse de la plus belle manière et voilà que celui avec qui tu avais une animosité devient tel un ami chaleureux. (34) Cela n’est le lot que de ceux qui ont patienté. Cela n’est le lot que de quelqu’un à la chance énorme». (35)

4. Chapitre 42 – verset 43: «Celui qui se montre patient et pardonne, c’est certainement là une marque de caractère».

Pour ce qui est des Hadiths:

632. Selon Ibn ‘Abbàs (das), le Messager de Dieu (bsdl) a dit une fois à Ashaj ‘Abdulqays: «II y a en toi deux qualités que Dieu aime: «la clémence et la patience». (Rapporté par Moslem)

633. Selon ‘آisha (das), le Messager de Dieu (bsdl) a dit: «Dieu est doux et II aime la douceur en toute chose». (ura)

634. Selon elle encore, le Messager de Dieu (bsdl) a dit: «Dieu est doux et II aime la douceur. Il donne pour la douceur ce qu’il ne donne pas pour la violence ni pour toute autre chose». (Rapporté par Moslem)

635. Toujours selon elle, le Prophète (bsdl) a dit: «Quand la douceur est dans quelque chose, elle ne peut que l’embellir et quand elle en est retirée, elle ne peut que l’enlaidir». (Rapporté par Moslem)

636. Selon Abou Hourayra (das), un Bédouin urina une fois dans la mosquée. Les gens se levèrent pour le malmener. Le Prophète (bsdl) leur dit: «Laissez-le en paix et versez un seau d’eau sur son urine. Dieu ne vous a suscités que pour faciliter les obligations et ne vous a jamais suscités pour les rendre difficiles».(Rapporté par Al Boukhàri)

637. Selon Anas (das), le Prophète (bsdl) a dit: «Rendez les choses faciles et ne les rendez pas difficiles. Annoncez la bonne nouvelle et ne rebutez point les gens».(ura)

Commentaire

On rapporte au sujet du Prophète (bsdl) que, tout le long du pèlerinage, on n’a pas demandé au Messager de Dieu (bsdl) une permission qu’il ait refusée. Cela concernait évidemment des obligations secondaires et non les quatre règles fondamentales du pèlerinage (Arkan) qui sont:

1. Al Ihrâm, c’est-à-dire la déclaration d’entrée dans les actions de ce rite qui est suivie du «Tajarroud» qui consiste pour les hommes à quitter tout vêtement pour deux morceaux d’étoffé sans couture.

2. Attawaf ou la marche sept fois autour de la Ka’ba.

3. Asà’i ou la marche sept fois de suite entre les deux collines de Safa et Maroua.

4. Le stationnement sur le mont ‘Arafat le neuvième jour du mois de Dhui Hijja ne serait-ce qu’une heure à condition d’y rester quelques moments après le coucher du soleil (Maghreb).Nous voyons de nos jours des soi-disant «docteurs de la religion» pactiser largement avec le Diable et accepter tous les compromis dans les principes de base de l’Islam tout en se montrant intransigeants dans des questions secondaires où Dieu et Son Prophète (bsdl) nous ont laissé toute latitude d’interprétation et d’adaptation intelligente avec nos circonstances actuelles. Ils se taisent par exemple sur le bafouage flagrant de la sainte loi coranique (Shari’a), sur la vente licite du vin et la pratique de la fornication avec ses préambules (cohabitation anarchique des deux sexes, film et littérature pornographiques, disparition du voile pour la femme etc…) et veulent en même temps astreindre les pèlerins à ne lapider le Diable à Mina qu’entre midi et le coucher du soleil. Cela était possible et aisé du temps du Prophète (bsdl) où le nombre des pèlerins ne dépassait pas quelques dizaines de mille. Mais actuellement ce nombre dépasse les deux millions et il n’est pas rare de voir des vieux et des malades mourir piétinés dans cette opération de la lapidation du Diable. Ces gens semblent ainsi renier à Dieu Son attribut majeur qui est la miséricorde et la clémence qui sont le préambule de chaque chapitre du Coran. Leur intransigeance mal placée est ainsi la cause de ces morts affreuses et transforme un acte de foi de la plus noble portée en un déploiement de barbarie criminelle qui ne peut que desservir notre image de marque.

638. Jarîr Ibn ‘Abdullàh (das) rapporte qu’il a entendu le Messager de Dieu (bsdl) dire: «Celui qui se voit interdire la douceur, se voit interdire tout le bien». (Rapporté par Moslem)

639. Selon Abou Hourayra (das), un homme dit au Messager de Dieu (bsdl): «Fais-moi une recommandation!» Il lui dit: «Ne te fâche pas». L’homme répéta plusieurs fois la même demande et à chaque fois il lui disait: «Ne te fâche pas». (Rapporté par Al Boukhâri)

640. Selon Shaddàd Ibn Aws (das), le Messager de Dieu (bsdl) a dit: «Dieu a prescrit de faire humainement tout ce qu’on fait. Quand vous tuez, tuez humainement (c’est-à-dire sans excès de violence) et quand vous égorgez (une bête) égorgez humainement. Que l’un de vous aiguise bien son couteau et allège au maximum les souffrances de la victime». (Rapporté par Moslem)

Commentaire

L’Islam est avant tout la religion de la miséricorde et de la compassion. Le Prophète (bsdl) a fermement désapprouvé des gens qui avaient brûlé par le feu un scorpion. Il leur a dit que seul Dieu avait le droit de supplicier par le feu. Il interdit aussi de mutiler les cadavres des ennemis et de maudire les condamnés à mort d’entre les Musulmans. Dans l’abattage des animaux il recommande entre autres de bien aiguiser le couteau pour trancher la gorge d’un seul coup afin de ne pas prolonger les souffrances de l’animal. Il a interdit aussi de tuer une bête devant une autre bête. Il recommande enfin de laisser l’animal égorgé se débattre à son aise et de lui ôter ses liens dans les soubresauts de la mort.

641. ‘آisha (das) rapporte: «Chaque fois qu’on a laissé au Messager de Dieu (bsdl) le choix entre deux solutions, il en prenait toujours la plus aisée tant qu’il ne s’agissait pas d’un péché. Quand c’était un péché il en était le plus éloigné. Le Messager de Dieu (bsdl) ne s’est jamais vengé pour lui-même sauf quand l’une des limites sacrées de Dieu était transgressée et, dans ce cas, il se vengeait pour Dieu le Très-Haut». (ira)

Commentaire

Les habitants de la Mecque firent subir pendant plus de treize ans aux Musulmans toutes sortes de vexations et de brimades. Ils les mirent finalement au ban de la société et interdirent tout commerce avec eux. Ils furent ainsi poussés à manger de l’herbe. Plus tard ils coalisèrent toutes les tribus arabes et les armèrent pour détruire les Musulmans à Médine. Malgré tout cela, une fois maître de la Mecque, après la reddition totale de ses habitants, le Prophète (bsdl) n’en tua que quelques criminels particulièrement cruels avec les Musulmans et dit à tous les autres: «Allez-vous-en! Vous êtes affranchis». Ce furent même les descendants de son plus grand ennemi, Abou Soufyân Ibn Harb, qui fondèrent après lui la première dynastie de l’Islam: les ‘Omeyyades.

642. Selon Ibn Mas’ùd (das), le Messager de Dieu (bsdl) a dit: «Voulez- vous que je vous dise qui est interdit au feu?: Tout homme à l’abord facile, humble, doux et peu exigeant». (Rapporté par Attirmidhi)

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*

Scroll To Top