Forum de la Grande Mosquee de Lyon
Nouvelles: Téléchargez sans plus attendre la GML tool, la barre d'outils 100% islamique, 100% Grande Mosquée de Lyon !!
 
*
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Charte du Forum  
Favoris  
Coran 
GML TV
connectez vous !

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session


Pages: [1]
  Ajouter aux favoris  |  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Hadîth sur l'incitation à lire certaines sourates et des versets particuliers  (Lu 2570 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
convertie38
Invité
« le: Février 03, 2009, 16:32:17 »
Share   Modifier le messageModifier

                                              Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh

 bismillah

De l'incitation à lire certaines sourates
                                              et des versets particuliers

    1006- Abû Sa'îd Râfi' b. al-Mu'allâ rapporte : "L'envoyé
  de Dieu Salla-llah allahi wa salam me dit un jour : "T'enseignerais-je la plus
  sublime des sourates du Coran avant que tu ne sortes
  de la mosquée ? Il me prit la main et, lorsque nous fûmes
  sur le point de sortir de la mosquée, je lui demandai :
  "O Envoyé de Dieu ne m'as-tu pas promis de m'enseigner
  la plus sublime des sourates du Coran ?" Il me répondit :
Louange à Dieu, le Maître des mondes (Coran. 1/1).
  Elle constitue les sept (versets) et le Coran sublime
  qui m'a été révélé." (Bukhârî)

    1007- Abû Sa'îd Al-Khudrî rapporte ces propos de l'Envoyé
  de Dieu Salla-llah allahi wa salam à propos de la sourate : Dis : Dieu
  est un
(Coran. 112/1) : "Par Celui qui tient mon
  âme entre Ses Mains elle équivaut à un tiers du
  Coran."

    Et dans une autre version l'Envoyé de Dieu Salla-llah allahi wa salam
  dit à ses Compagnons : "Etes-vous capables de lire
  le tiers du Coran en une nuit ?" Cela leur parut
  difficile et ils lui demandèrent :

    "Lequel d'entre nous est capable de cela ô Envoyé
  de Dieu ?"

    Il répondit :Dis : Dieu est Un, Dieu est le Seul
  qui Se Suffise à Lui-même dans Son absolue
  Plénitude (Al-Samad)"
équivaut à un tiers du
  Coran." (Bukhârî)

    1008- Abû Sa'îd al-Khudrî rapporte d'un des Compagnons
  entendit un homme réciter la sourate Dis : Dieu
  est Un
en la répétant plusieurs fois de suite. Au
  matin il alla trouver l'Envoyé de Dieu pour lui rapporter
  la chose, estimant que (la lecture de) cette sourate
  constituait une oeuvre minime. Mais l'Envoyé de Dieu
  lui affirma : "Par Celui qui tient mon âme entre Ses
  Mains, elle équivaut à un tiers du Coran." (Bukhârî)

    1009- Version identique à la précédente mais rapportée
  par Muslim et remontant à Abû Hurayra.

    1010- Anas rapporte qu'un homme demanda : "O Envoyé
  de Dieu j'aime cette sourate : Dis : Dieu est Un

    Le Prophète Salla-llah allahi wa salam lui dit : "L'amour de cette sourate
  t'a déjà valu le Paradis." (al-Tirmidhî) (hasan) (Bukhârî)
  (sahîh)

    1011- 'Uqba b. 'Amir rapporte ces propos de l'Envoyé de
  Dieu Salla-llah allahi wa salam : "As-tu entendu les versets qui ont été
  révélés cette nuit ? on n'a jamais rien vu de semblable !
  Je cherche un refuge auprès du Seigneur de l'aube
  (Coran. 113/1) et Je cherche un refuge auprès du
  Seigneur des hommes.
(Coran. 114/1) (Muslim)

    1012- Abû Sa'îd al-Khudrî rapporte que l'Envoyé de Dieu
  Salla-llah allahi wa salam cherchait refuge (auprès de Dieu) contre les
  djinns et contre le mauvais oeil jusqu'à la
  révélation des mu'awizidhatân (Les deux
  sourates [Coran. 113/114]). Mais quand elles
  eurent été révélées il en fit usage et délaissa
  toute autre formule. (al-Tirmidhî) (hasan sahîh)

    1013- Abû Hurayra rapporte ces propos de l'Envoyé
  de Dieu Salla-llah allahi wa salam : "Une des sourates du Coran,
  composée de trente versets, intercédera pour
  celui qui la récite régulièrement jusqu'à ce qu'
  il lui soit pardonné : Béni soit Celui qui tient
 en Sa Main le Royaume.
(Coran. 67/1)" (Abû Dâwûd/
 al-Tirmidhî) (hasan)

    1014- Abû Mas'ûd al-Badrî rapporte ces propos du
  Prophète Salla-llah allahi wa salam : "La nuit, il suffit à quelqu'un
  de lire les deux derniers versets de la sourate
  "La Vache." (traduction littérale qui peut s'
  interpréter de manières les plus diverses, telles
  que : "sera préservé de tout désagrément au cours
  de la nuit", ou encore "sera dispensé de veille
  pieuse cette nuit-là" ou encore, "ne sera pas tenu
  de renouveler sa foi cette nuit-là.") (Bukhârî/Muslim)

    1015- Abû Hurayra rapporte ces propos de l'Envoyé
  de Dieu Salla-llah allahi wa salam : "Ne faites pas des tombeaux de
  vos demeures. Certes le diable fuit la maison
  dans laquelle on récite la sourate "La Vache".
  (Coran. 2) (Muslim)

    1016- Ubay b. Ka'b rapporte ces propos (que lui
  adressa) l'Envoyé de Dieu Salla-llah allahi wa salam : "Abû al-
  Mundhir, sais-tu quel est le verset du Coran 
  que tu as retenu et qui est le plus sublime ?"
  Je lui répondis : "Dieu, il n'y a point de
  divinité en dehors de Lui, le Vivant, Celui qui
  subsiste par Soi-même.
(Coran. 2/255)"
  Il me frappa alors la poitrine et me dit : "Que 
  la science te comble Abû al-Mundhir." (Muslim)

    1017- Abû Hurayra rapporte : "L'Envoyé de Dieu
  Salla-llah allahi wa salam me chargea de garder la zakât
  de ramadân. Survint un passant qui se
  mit à puiser de la nourriture. Je l'attrapai et
  lui dis : "Je vais t'amener devant l'Envoyé
  de Dieu."

    Il me dit : "Je suis nécessiteux, j'ai une
  famille nombreuse et j'ai grand besoin (de
  tout ceci)."

    Je le laissai partir. Au matin, l'Envoyé de
  Dieu Salla-llah allahi wa salam me demanda : "O Abû Hurayra
  qu'a donc fait ton prisonnier hier ?"

    Je répondis : "Envoyé de Dieu il s'est plaint
  d'être dans le besoin et d'avoir une famille
  nombreuse. Je l'ai pris en pitié et l'ai laissé
  partir.

    C'est un menteur, me dit le Prophète Salla-llah allahi wa salam,
  et il reviendra."

    J'eus donc la certitude qu'il reviendrait
  conformément à la parole de l'Envoyé de
  Dieu. Je le guettai donc. Il revint puiser
  dans la nourriture. Je lui dis : "Cette fois
  je vais t'amener devant l'Envoyé de Dieu.

    Laisse-moi, me dit-il, je suis un indigent
  qui possède une grande famille et je ne
  reviendrai pas."

    A nouveau je le pris en pitié et le laissai
  partir. Au matin, l'Envoyé de Dieu me
  demanda :

    "Abû Hurayra qu'a fait ton prisonnier hier ?

    Il s'est plaint de son indigence et m'a
  affirmé posséder une grande famille ; je l'ai
  pris en pitié et l'ai laissé partir.

    C'est un menteur, me dit à nouveau le
  Prophète Salla-llah allahi wa salam, mais il reviendra."

    Je le guettai donc et pour la troisième
  fois il revint puiser dans la nourriture. Je
  l'attrapai à nouveau et lui dis : "Je vais
  t'amener devant le Prophète et cette
  fois-ci, c'est bien la dernière." Tu
  affirmes que tu ne reviendras pas et
  malgré cela tu reviens !

    Lâche-moi me dit-il, je vais t'enseigner
  quelques paroles grâce auxquelles Dieu
  se montrera secourable à ton égard.
  Quelles sont-elles ? demandais-je. Une
  fois couché, récite le verset du Trône
  car tu ne cesseras de recevoir une
  protection de la part de Dieu et le
  diable ne pourra t'approcher jusqu'au
  matin."

    Je le laissai encore partir. Au matin,
  l'Envoyé de Dieu me demanda :

    "Qu'a fait ton prisonnier hier ?"

    Je répondis : "Il a prétendu, ô
  Envoyé de Dieu m'enseigner des
  paroles dont Dieu me fera profiter,
  et je l'ai laissé partir. Quelles sont-
  elles ?" demanda-t-il.

    "Une fois couché, m'a-t-il dit, récite
  le verset du Trône du début à la fin,
  "Dieu, il n'y a point de divinité en
  dehors de Lui, le Vivant, Celui qui
  subsiste par Soi-même.
(Coran.
  2/255) Tu ne cesseras de recevoir
  une protection de la part de Dieu
  et le diable ne t'approchera pas
  jusqu'au matin."

    Le Prophète Salla-llah allahi wa salam dit alors :
  "Il a dit vrai bien qu'il soit un fieffé 
  menteur ! Sais-tu à qui tu t'es
  adressé par trois fois Abû Hurayra ?"

    - Non, répondis-je.

    - C'était le diable !" (Bukhârî)

    1018- Abû al-Dardâ' rapporte ces paroles
  du Prophète Salla-llah allahi wa salam : "Quiconque a
  retenu les dix premiers versets de la
  sourate "La Caverne" sera préservé de
  l'Antéchrist." (Muslim)

    On trouve dans une autre version : "Les
  dix derniers versets."

    1019- Ibn 'Abbâs rapporte : "Pendant que
  Gabriel était assis en compagnie du
  Prophète, il entendit une voix au-dessus
  de lui. Il leva alors la tête et déclara :

    "Voici une porte dans les cieux qui a
  été ouverte en ce jour et qui n'avait
  jamais été ouverte auparavant."

    Puis un ange en descendit et Gabriel
  fit ce commentaire :

    "Cet ange qui est descendu en terre
  n'y était jamais descendu auparavant."

    L'ange salua et dit au Prophète Salla-llah allahi wa salam :
  "Réjouis-toi car tu as deux lumières qu'
  aucun prophète avant toi n'avait reçues :
  "La Fâtiha" (sourate préliminaire) du
  Livre et les derniers versets de la sourate
  "La Vache". Tu ne liras pas une seule lettre
  d'une de ces deux parties du Coran sans
  être exaucé." (Muslim)

                                    Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
« Dernière édition: Juillet 15, 2009, 04:00:24 par Zahiya » Journalisée
   

L'arabe pour les francophones - Niveaux 1+2
L'arabe pour les francophones - Niveaux 1+2

 Journalisée
Pages: [1]
  Ajouter aux favoris  |  Imprimer  

 
Aller à:  

 Développé par TOOLYNK, agence de développement d'applications web et mobile à Lyon & Paris
Technologies: Javascript, React, React Native, Angular, Java, Symfony, .NET, Réalité Virtuelle