Forum de la Grande Mosquee de Lyon
Nouvelles: Téléchargez sans plus attendre la GML tool, la barre d'outils 100% islamique, 100% Grande Mosquée de Lyon !!
 
*
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Charte du Forum  
Favoris  
Coran 
GML TV
connectez vous !

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session


Pages: [1] 2
  Ajouter aux favoris  |  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Peut-on fêter l'anniversaire du Prophète Muhammad (saws) ?  (Lu 27632 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
habiaw
Invité
« le: Décembre 01, 2006, 21:42:40 »
Share   Modifier le messageModifier

Salam Ahlikoum wa rahma to Lah i té3éla i wa barakatouhou

On a vu dans une autre discussion que les anniversaires sont très très très déconseillés, mais qu'en est-il pour notre Prophète (saws)?
Hors mis le fait de se remémorer et de méditer sur sa (saws) biographie, Est-ce qu'on peut fêter son anniversaire? y a-t-il des invocations, des pratiques à faire ce jour là?
« Dernière édition: Mars 21, 2010, 16:34:28 par Zahiya » Journalisée
shams
Invité
« Répondre #1 le: Mars 28, 2007, 21:10:44 »
Share   Modifier le messageModifier

Assalam wa 'alaykoum,

A quelques jours de cet évenement, voici des avis:

Sheikh `Atiyyah Saqr, ancien président du Comité de Fatwa d’Al-Azhar Ash-Sharîf, dit à ce sujet :

Histoire:

Comme l’a souligné le professeur Hasan As-Sandûbî, les historiens ne connaissent pas d’antécédent à la célébration de la naissance du Prophète (PBSL) par les Fatimides. Ils faisaient alors en Egypte une grande célébration de cet évènement, accompagnée de la distribution de beaucoup de pâtisseries, comme le rapporte Al-Qalqashandî dans son livre Subh Al-A`shâ.

Les Fatimides faisaient également une célébration de la naissance d’un certain nombres de personnages issus des gens de la Demeure Prophétique. Al-Maqrîzî dit qu’ils ont également célébré la naissance de Jésus (PBSL). La célébration de la naissance (Mawlid) du Prophète (PBSL) fut suspendue en 488 A.H., c’est le cas également pour les autres Mawâlid qui étaient alors célébrés. En effet, le Calife Al-Musta`lî Billâh prit pour vizir Al-Afdal Shahinshâh, le fils du Commandant des troupes Badr Al-Jamâlî. Ce vizir fut un homme puissant qui ne contredisait pas Ahl As-Sunnah, selon Ibn Al-Athîr (cf. son livre Al-Kâmil, v. 8, p. 302). Il en fut ainsi jusqu’à ce que Al-Ma’mûn Al-Batâ’ihî devienne vizir. Il émit un décret officiel pour distribuer des aumônes le 13 Rabî` Al-Awwal en 517 A.H.. Ces aumônes furent distribuées par les soins de Sanâ’ Al-Malik.

Avec l’arrivée de la dynastie ayyoubide, furent abolies toutes les traces des fatimides. Cependant, les familles continuèrent à faire des célébrations privées à l’occasion du Mawlid du Prophète (PBSL). Puis au début du 7ème siècle après l’Hégire, cette célébration devint officielle dans la ville de Irbil, par un décret de son prince Mudhaffar Ad-Dîn Abû Sa`id Kawkabrî Ibn Zayn Ad-Din `Alî Ibn Tabkatkin - un sunnite qui donna une grande importance au Mawlid, si bien qu’il dressa de grandes tentes, soutenues par des structures en bois, dès le début du mois de Safar, décorées par les plus beaux ornements, on y trouvait des chants et des moyens de divertissement. Il donnait un congé aux gens à cette ocassion pour qu’ils profitent de ces manifestations.

Les tentes s’étendaient depuis la Porte de la Citadelle (Bâb Al-Qal`ah) jusqu’à Al-Khâniqah. Mudhaffar Ad-Din avait coutume de descendre après la prière d’Al-`Asr et se tenait devant chaque tente, écoutant le chant et observant ce qui s’y trouve. La célébration du Mawlid avait lieu tantôt le 8 du mois, tantôt le 12 du mois, et deux jours avant la célébration, on sortait des chameaux, des vaches et des moutons, accompagnés de festivités sur leur trajet vers la place centrale où ils étaient sacrifiés, puis cuisinés pour le peuple.

Ibn Al-Hâjj Abû `Abd Allâh Al-`Abdarî dit que la célébration était répandue en Egypte à son époque et critiqua les innovations qui s’y produisaient (Al-Madkhal, v. 2, p. 11-12). De nombreux ouvrages furent composés au sujet du Mawlid pendant le 7e siècle A.H., par exemple la Qissah d’Ibn Dihyah (décédé en Egypte en 633 A.H.), et aussi des écrits de Muhyiddîn Ibn `Arabî (décédé à Damas en 638 A.H.), Ibn Taghrabak (décédé en Egypte en 670 A.H.), Ahmad Al-A`zalî et son fils Muhammad (décédé à Sabtah en 677 A.H.).

Le risque des innovations:

Étant donné que les innovations s’étaient répandues dans les Mawâlid, elles furent désapprouvés par les savants, certains ont même désapprouvé l’origine de la célébration du Mawlid. Parmi ceux-là, nous comptons le juriste Malékite Tâjuddîn `Omar `Alî Al-Lakhmî d’Alexandrie, connu sous le nom d’Al-Fakahânî, décédé en 731 A.H.. Il écrivit à ce sujet son épître Al-Mawrid fil-Kalâm `alâ Al-Mawlid, épître citée intégralement par As-Suyûtî dans son livre Husn Al-Maqsid.

Puis Sheikh Muhammad Al-Fâdil Ibn `Ashûr dit : au 9e siecle A.H., les gens furent partagés, certains l’autorisant, d’autres l’interdisant. Parmi ceux qui l’appréciaient il y a As-Suyûtî, Ibn Hajar Al-`Asqalâni, Ibn Hajar Al-Haythamî, tout en condamnant les innovations qui se sont greffées sur la célébration. Ils basent leur opinion sur le verset : « et rappelle-leur les Jours d’ Allah » Sourate 14, Ibrâhîm, verset 5.

An-Nasâ’î et `Abd Allâh Ibn Ahmad [Ibn Hanbal] dans le complément du Musnad, ainsi qu’Al-Bayhaqî dans Shu`ab Al-Imân rapportent selon Ubayy Ibn Ka`b que le Messager d’Allah, paix et bénédiction d’Allah sur lui, interpréta « les jours d’Allâh » par les bienfaits d’Allâh et Ses signes (cf. Rûh Al-Ma`ânî d’Al-Alûsî), et la naissance du Prophète (PBSL) est un très grand bienfait.

Dans le Sahîh de Muslim selon Abû Qatâdah Al-Ansâri : Lorsque le Prophète - paix et bénédiction d’Allah sur lui - fut interrogé au sujet du jeûne du lundi, il dit : « C’est le jour où je suis né, c’est le jour où je fus envoyé et c’est le jour où la révélation descendit sur moi ». Il a été rapporté selon Jâbir et Ibn `Abbâs que le Messager d’Allah - paix et bénédiction d’Allah sur lui - naquit l’an de l’Eléphant, un lundi, le 12 Rabî` Al-Awwal, il fut envoyé ce même mois, l’Ascension au Ciel eut lieu de même mois, il émigra et décéda pendant ce mois de Rabî` Al-Awwal. Le Messager d’Allah - paix et bénédiction sur lui - indiqua que le jour de sa naissance est privilégié par rapport aux autres jours. Et le croyant peut espérer une grande rétribution pendant un jour béni, sachant que privilégier les œuvres qui coïncident avec les moments de la Généreuse Bonté divine est une démarche établie avec certitude dans la sharî`ah.
Ainsi, la célébration de ce jour et l’expression de notre gratitude envers Dieu pour ce bienfait qu’est la naissance du Prophète (PBSL), et pour nous avoir guidé à sa voie, est une chose confirmée par la jurisprudence islamique, à condition de ne pas lui donner une forme spéciale. Il convient plutôt de propager la joie et la bonne annonce autour de soi, en se rapprochant de Dieu par ce qu’Il a légiféré, en informant les gens des bienfaits de ce jour, et en s’éloignant de ce qui est illicite. Quant aux coutumes liées à la nourriture ce jour-là, elles rentrent dans le cadre du verset : « Mangez des (nourritures) licites que Nous vous avons attribuées » Sourate 2, Al-Baqarah, verset 172.

Mon opinion est qu’il n’y a pas de mal à faire cela, notamment à cette époque où les jeunes ont bientôt oublié leur religion et leur gloire, noyés dans les autres célébrations qui dominent tyranniquement les célébrations religieuses. Cette célébration doit consister à méditer sur la vie du Prophète - paix et bénédiction de Dieu sur lui - et à faire des œuvres qui immortalisent le souvenir de la naissance du Prophète (PBSL), par exemple, en construisant des mosquées ou des instituts, ou toute autre bonne œuvre qui lie celui qui la contemple au Messager de Dieu et à sa vie.

Partant de cela, il est autorisé de célébrer les naissances des Walîs (alliés de Dieu), pour manifester l’amour envers eux et suivre le modèle de leur vie, tout en s’écartant de toute chose illicite comme la mixité interdite entre les hommes et les femmes ou le fait de profiter de la moindre opportunité pour tomber dans l’illicite que ce soit dans les boissons, la nourriture, les compétitions ou les divertissements, ou comme le non-respect des mosquées, ou comme les innovations qui ont lieu dans les visites des tombes ou l’invocation de Dieu par les tombes, en somme en s’écartant de toute entorse à la religion et tout écart à son éthique.

Les transgressions:

Si ces transgressions sont dominantes, il est alors meilleur d’interdire ces célébrations pour fermer une porte du mal, comme l’indique les fondements de la sharî`ah. Si, en revanche, les côtés positifs et les bienfaits dominent, il n’y a pas de mal à faire ces célébrations, tout en veillant à informer les gens quant au comportement à adopter, et en encadrant les célébrations pour éviter ou limiter au mieux les côtés négatifs. En effet, beaucoup de bonnes œuvres sont polluées par certaines transgressions, et chacun doit appeler au bien et interdire le blâmable par les moyens licites (cf. volume 4 de l’Encyclopédie de la famille sous l’égide de l’islam).

Az-Zurqânî dit dans son commentaire d’Al-Mawâhib d’Al-Qastillânî : « Ibn Al-Jazrî, l’Imâm des lectionnaires coraniques, décédé en 833 A.H., commenté la tradition rapportée par Al-Bukhâri et d’autres au sujet d’Abû Lahab selon laquelle il fut si heureux par la naissance du Messager qu’il affranchît Thuwaybah son esclave quand elle lui annonça la bonne nouvelle ; et que pour cela Allah allégea son châtiment en Enfer. Il [Ibn Al-Jazrî] dit : "Si le mécréant condamné dans le Coran, fut rétribué en Enfer pour avoir été heureux pour la naissance du Prophète, qu’en est-il du musulman, le Muwahhid (monothéiste) de sa communauté, qui éprouve un bonheur pour sa naissance et fait tout ce qu’il peut pour son amour."

Le savant-mémorisateur Shamsuddîn Muhammad Ibn Nâsir dit :
Si pour un mécréant condamné dont les deux mains en Enfer périront éternellement, il est établi que le jour du lundi le châtiment lui sera allégé pour sa joie pour Ahmad (prénom du Messager d’Allah, cité dans le Coran), que penser alors du serviteur qui, toute sa vie, fut heureux par Ahmad et mourut en monothéiste ?

Ibn Ishâq privilégie l’opinion selon laquelle, la naissance du Prophète - paix et benediction d’Allah sur lui - eut lieu après douze nuits écoulées du mois de Rabî` Al-Awwal de l’An de l’Eléphant. Ibn Abî Shaybah relate cette opinion selon Jâbir et Ibn `Abbâs et d’autres. C’est une opinion répandue parmi les savants. L’auteur de Taqwîm Al-`Arab Qabl Al-Islâm, quant à lui, affirme, par des calculs astronomiques précis, que la naissance du Prophète fut le lundi 9 Rabî` Al-Awwal, soit le 20 avril 571 E.C..

(cf. Al-Hâwî lil-Fatâwî de l’Imâm As-Suyûtî et le magazine Al-Hidâyah publié en Tunisie en Rabî` Al-Awwal 1394 A.H.).

wa salam wa alaykoum
« Dernière édition: Février 03, 2012, 19:23:11 par Um-Nour » Journalisée
shams
Invité
« Répondre #2 le: Mars 30, 2007, 15:57:27 »
Share   Modifier le messageModifier

Salma wa 'alaykoum,

Les prêches de ce vendredi ont insisté sur le fait que le Prophète (salla Allahou 'alayhi wa salam) était une miséricorde pour les univers et que le musulman doit suivre le comportement du Nabi (PBSL) (non pas en priorité le mode vestimentaire et l'apparence bien qu'il doit aussi s'y conformer, mais le BON COMPORTEMENT c'est à dire la Rahma (= la bonté) avec les gens, et toutes les vertus recommandés par l'Islam.

Cette commémoration est une occasion de se réformer et de méditer sur la vie du Prophète (salla Allahou 'alayhi wa salam) le meilleur des hommes et le bien aimé de Dieu.

Les imams ont dit de répéter a toute occasion les bénédictions de Dieu et la prière sur l'homme le plus parfait (PBSL)., source de bienfait pour nous au jour de la résurrection et marque de respect envers Habib Allah (le bien aimé de Dieu)

Allâh Tout Puissant dit : « Certes, Allâh et Ses Anges prient sur le Prophète ; ô vous qui croyez priez sur lui et adressez lui vos salutations. » Sourate 33, Al-Ahzab, les Coalisés, verset 56

Les savants sont d’avis que la "prière" d’Allâh sur Son Prophète - paix et bénédictions sur lui - est une Miséricorde qu’Il déverse sur lui. De même, les prières des anges sont une invocation du Pardon de Dieu en sa faveur, et celles des croyants une invocation en sa faveur. En effet, nous sommes invités à prier Allâh d’augmenter Ses honneurs et Ses faveurs envers le Prophète - paix et bénédictions sur lui.

Notre invocation constitute un geste d’amour envers lui. En effet, notre amour pour le Messager de Dieu (PBSL) est un signe de notre foi profonde en Allâh - Exalté soit-Il. Il est rapporté que le Prophète - paix et bénédictions sur lui - a dit : « Aucun d’entre vous ne sera considéré comme un vrai croyant tant qu’il ne m’aimera pas plus que quiconque, ses parents y compris. »

   1.  Le Prophète - paix et bénédictions sur lui - a dit : « Celui qui priera sur moi une fois, Allâh priera sur lui dix fois. »

   2. Le Prophète - paix et bénédictions sur lui - a dit : « A chaque fois que l’un d’entre vous prie sur moi, Allâh me rend mon âme afin que je lui réponde. »

   3. Il a dit également : « Ceux qui mériteront le plus mon intercession au Jour Dernier seront ceux qui auront prié sur moi le plus souvent. »

   4. Un autre hadith nous enseigne : "Le pingre est celui qui, en entendant mon nom, ne prie pas sur moi."


Hadiths de Muslim, Abou Daoud, Tirmidhi


"Allâhumma salli wa salam ‘alâ sayyidinâ Muhammad

salam
« Dernière édition: Mars 21, 2010, 16:34:49 par Zahiya » Journalisée
shams
Invité
« Répondre #3 le: Mars 31, 2007, 07:37:04 »
Share   Modifier le messageModifier

Salam wa 'alaykoum,

Sheikh Ahmad Ash-Sharabâsî

La naissance du Messager de Dieu, paix et bénédiction de Dieu sur lui, marqua par la Volonté de Dieu l’arrivée du Sceau des Prophètes et l’Imâm des Messagers - Muhammad, paix et bénédiction de Dieu sur lui. Nul doute que le rappel profite aux croyants. Nous avons besoin de nous souvenir de toute chose liée au Messager de Dieu, paix et bénédiction de Dieu sur lui, car il est le modèle par excellence pour tout musulman, conformément à la Parole de Dieu - Exalté Soit-Il : "En effet, vous avez dans le Messager d’Allah un excellent modèle." Sourate 33, les Coalisés, Al-Ahzâb, verset 21.

Ainsi, il n’y a pas de mal à ce que les musulmans, aux quatres coins de la terre, profitent de cette occasion - la naissance du noble Prophète - pour étudier sa Sunnah, sa prédication, ses nobles manières, et pour approfondir leur compréhension de la religion et du Livre de leur Seigneur, pourvu que cela les pousse à multiplier les oeuvres pies et les efforts dans le bien.

La célébration devrait se limiter à l’exposé de sa vie, la présentation de sa Sunnah et de sa prédication, par le biais de conférences, exhortations, discours et prêches, et par des réunions organisées dans les mosquées, les associations et les lieux de rassemblement pour écouter toute chose relative à l’Islam et au Messager de l’Islam, paix et bénédiction de Dieu sur lui. On peut aussi recourir aux journaux, magazines et autres supports des médias dans les pays musulmans pour parler de la vie du Prophète et du message islamique.

Traduit de l’arabe du livre de Sheikh Ahmad Ash-Sharabâsî, Yas’alûnaka fî Ad-Dîn Wal-Hayâh (Ils te questionnent sur la religion et sur la vie), v. 1, p. 462-464.

Salam wa alaykoum
« Dernière édition: Mars 21, 2010, 16:35:00 par Zahiya » Journalisée
habiaw
Invité
« Répondre #4 le: Avril 10, 2007, 14:17:42 »
Share   Modifier le messageModifier

BarakaAllah ou fikoum mes soeurs pour vos réponses!
« Dernière édition: Mars 21, 2010, 16:35:14 par Zahiya » Journalisée
Sajida'Allâh
Membre très actif
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Âge: 43
Localisation: Paris France
Messages: 1717


Allah me Suffit, Il est mon Meilleur Garant


Voir le profil
« Répondre #5 le: Mai 28, 2008, 10:00:06 »
Share   Modifier le messageModifier


 bismillah

Au Nom d'Allah le Très Miséricordieux, le Tout Miséricordieu


As-Salamou 'Alaykoum wa rahmatoullahi wa barakatouhou, mes chers (ères)  Rire Mouslim et  Sourire Mouslima

Que la Paix d'Allah Le Tout Miséricordieux et Sa Miséricorde vous accompagne




Célébrer l’anniversaire du Prophète Muhammad  Salla-llah allahi wa salam et faire son éloge

dimanche 11 mai 2003


Question :

Est-ce que la célébration du mawlid (anniversaire du Prophète) et l’éloge du Prophète est une "bonne innovation" ou un acte blâmable ? En effet, des savants disent que c’est une bonne chose alors que d’autres affirment le contraire. Quelle est l’opinion correcte à ce sujet ?


Réponse de Sheikh Ahmad Ash-Sharabâsî :

La naissance du Messager de Dieu  Salla-llah allahi wa salam, paix et bénédiction de Dieu sur lui, marqua par la Volonté de Dieu l’arrivée du Sceau des Prophètes et l’Imâm des Messagers - Muhammad  Salla-llah allahi wa salam, paix et bénédiction de Dieu sur lui. Nul doute que le rappel profite aux croyants. Nous avons besoin de nous souvenir de toute chose liée au Messager de Dieu  Salla-llah allahi wa salam, paix et bénédiction de Dieu sur lui, car il est le modèle par excellence pour tout musulman, conformément à la Parole de Dieu - Exalté Soit-Il : "En effet, vous avez dans le Messager d’Allah un excellent modèle." [1]

Ainsi, il n’y a pas de mal à ce que les musulmans, aux quatres coins de la terre, profitent de cette occasion - la naissance du noble Prophète  Salla-llah allahi wa salam - pour étudier sa Sunnah, sa prédication, ses nobles manières, et pour approfondir leur compréhension de la religion et du Livre de leur Seigneur, pourvu que cela les pousse à multiplier les oeuvres pies et les efforts dans le bien.

Un savant et juriste dit : "Celui qui est le plus en droit de susciter par sa mémoire la joie des musulmans c’est Muhammad Ibn `Abd Allâh Salla-llah allahi wa salam. Chaque jour de sa vie mérite de susciter joie et bonheur, mais les jours qui méritent le plus la joie des musulmans et la revivification de leur souvenir sont au nombre de trois.

Le premier jour, c’est le jour de sa naissance, le jour où poussa cet arbre bon et béni, le jour où se manifesta le soleil lumineux.

Le deuxième jour, c’est le jour où il reçut la mission prophétique, le jour où apparurent les premiers fruits de cet arbre bon et béni, le jour où commença la révélation du Coran comme guide pour les gens, et preuves claires de la bonne direction et du discernement, le jour où la lumière du soleil commença à rayonner.

Le troisième jour, c’est le jour de son Hégire, le jour où l’arbre béni porta ses fruits les meilleurs, le jour où le soleil rayonna dans tout l’univers. Les gens puisèrent leur subsistance dans ces fruits et suivirent cette lumière.

Ce que les musulmans ont de mieux à faire pour manifester leur joie lors de ces événements c’est de rappeler la grandeur de ce noble Messager  Salla-llah allahi wa salam. Ils doivent tirer les grandes moralités et leçons bénéfiques cristallisées dans ses nobles manières, ses actes et ses paroles.

Si nous étudions sa vie lorsqu’il était enfant ou jeune homme, ou en sa qualité d’époux, d’ami, ou de Messager, de Commandant, de juge ou de père, nous verrons qu’il est, sur tous les plans, un excellent modèle à suivre.

Nous devons donc comprendre que la célébration de la naissance du plus noble Messager, Muhammad  Salla-llah allahi wa salam, paix et bénédiction de Dieu sur lui, est une bonne habitude. Il n’y a aucun mal à ce que les musulmans lui accordent des soins et se réunissent à son occasion, à condition que leur célébration reste dans le cadre de ce que Dieu  :Razza wa jal:a légiféré et autorisé.

La célébration devrait se limiter à l’exposé de sa vie, la présentation de sa Sunnah et de sa prédication, par le biais de conférences, exhortations, discours et prêches, et par des réunions organisées dans les mosquées, les associations et les lieux de rassemblement pour écouter toute chose relative à l’Islam et au Messager de l’Islam  Salla-llah allahi wa salam, paix et bénédiction de Dieu sur lui. On peut aussi recourir aux journaux, magazines et autres supports des médias dans les Pays Musulmans pour parler de la vie du Prophète  Salla-llah allahi wa salam et du message islamique.

Si certains disent que la célébration de la naissance du Prophète  Salla-llah allahi wa salam est une innovation non louable, il est probable que cette opinion est motivée par les choses blâmables qui, parfois, accompagnent cette célébration. Sinon, s’il n’y a pas de transgression, il n’y a aucun mal à ce que des musulmans se réunissent pour écouter la vie du Prophète  Salla-llah allahi wa salam, ses principes et son éthique.

Quant à l’éloge du Prophète  Salla-llah allahi wa salam, paix et bénédiction de Dieu sur lui, par ce qui est digne de lui, cela est non seulement permis, mais c’est même un devoir de chaque musulman. En effet, Dieu - Exalté Soit-Il - dit : "Certes, Allah est Ses Anges prient sur le Prophète ; ô vous qui croyez priez sur lui et adressez lui vos salutations." [2] Notre prière sur le Messager  Salla-llah allahi wa salam inclut son éloge et la demande de l’élévation de son rang auprès de Dieu  Razza wa jal.

Dieu - Exalté Soit-Il - fit l’éloge de son Messager  Salla-llah allahi wa salam dans divers passages du Noble Coran : "Tu es certes doté d’excellentes manières" [3], "Nous ne t’avons envoyé qu’en miséricorde pour l’univers" [4], "Ô Messager ! Nous t’avons envoyé en tant que témoin, annonciateur de la bonne nouvelle et avertisseur, appelant à Allah, par Sa permission, et comme un flambeau éclairant" [5], et "Certes, un Messager choisi parmi vous, est venu à vous, auquel pèsent lourd les difficultés que vous subissez, qui est plein de sollicitude pour vous, qui est compatissant et miséricordieux envers les croyants" [6].

Que les musulmans, aux quatre coins de la terre, célèbrent la naissance du Messager de Dieu  Salla-llah allahi wa salam, paix et bénédiction de Dieu sur lui, par des prêches et des exhortations, en saisissant les leçons, et que leur célébration soit une clef de leur application de la Sunnah du Messager  Salla-llah allahi wa salam et le cheminement selon sa guidance.


P.-S.
Traduit de l’arabe du livre de Sheikh Ahmad Ash-Sharabâsî, Yas’alûnaka fî Ad-Dîn Wal-Hayâh (Ils te questionnent sur la religion et sur la vie), v. 1, p. 462-464.


Notes :

[1] Sourate 33, les Coalisés, Al-Ahzâb, verset 21.

[2] Sourate 33, les Coalisés, Al-Ahzâb, verset 56.

[3] Sourate 68, la Plume, Al-Qalam, verset 4.

[4] Sourate 21, les Prophètes, Al-Ambiyâ’, verset 107.

[5] Sourate 33, les Coalisés, Al-Ahzâb, versets 45 et 46.

[6] Sourate 9, le Repentir, At-Tawbah, verset 128.



 Salam Alaykoum
Journalisée
NAGIBA
Membre fidèle
***
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Âge: 48
Localisation: LYON
Messages: 157



Voir le profil
« Répondre #6 le: Mai 28, 2008, 15:23:32 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum ma soeur Sajidine

 bismillah

Merci pour ce rappel car aujourd'hui il y a malheureusement trop de frères et de soeurs qui ont tendance à mettre des "interdits" à toutes les sauces   Wink
Personnellement et grâce à Allah soubhanou tahala j'ai toujours pensé que célébrer le jour de la naissance de notre Noble Prophète Mohammed  Salla-llah allahi wa salam est un bienfait et un rappel pour tous les musulmans !! Comment ne pas célébrer un jour aussi important ?!!

Je vous souhaite à tous inch'Allah d'être guidés par Allah Le Très Haut et Le Très Grand dans le chemin de la droiture et du rappel continuel
Amine

 Salam Alaykoum
Journalisée

oumaadel
Nouveau membre
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Âge: N/A
Localisation: alger
Messages: 24



Voir le profil
« Répondre #7 le: Mai 28, 2008, 20:15:56 »
Share   Modifier le messageModifier

 bismillah
 bismillah

                  la célébration du jour de la naisance de notre prophete benediction et salut a lui ce cas a était traité par les gens de la science en islam ceux qui ne trouvent aucun inconvenient on leur raisons et ils faut les savoir et savoir aussi pourquoi ils sont pour la célébration - par contre d'autres disent non a la célébration et pourtant c'est des gens de science et tres pieux je ne pense pas qu'ils on failli a leur tache mais personnellement je pense ceci .

                     qui a la legitimité de celebrer ce jour ? n'est-il pas lui meme je veux dire notre prophete benediction et salut a lui - si lui il ne la pas fait et meme ces compagons les plus fidels ne l'on pas fait -
apres sa mort comment nous on ose le faire sommes nous meilleurs qu'eux ? avons nous vu ce que eux n'on pas vu?

                       pense tu que cela fera plaisir a notre prophete ? pense tu qu'il accepte que des miliard qui part en fumée dans feux d'artifice alors que la grande majorité des musulmans sur terre creve de faim?

                        notre prophete benediction est salut a lui  se trouve toujours et a chaque instant dans nos coeurs et nos pensées et sa conduite je veux dire la sunna est notre guide je ne voi pas personnellement pourquoi celebrer cet evenement .

                         celui qui aime le prophete suit ses pas et celui qui suit ses pas sera epargné du chatiment divin -

                              si demain il nous dira pourquoi avaient vous feter mon jour de naissance ? quoi lui repondre ? on vous aime oh notre prophete alors il nous dira si vous m'aimez vraiment vous aurais du suivre mes pas

                             wa allhou a3lam
Journalisée
NAGIBA
Membre fidèle
***
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Âge: 48
Localisation: LYON
Messages: 157



Voir le profil
« Répondre #8 le: Mai 29, 2008, 09:57:10 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum mon  Rire Mouslim

 bismillah

Avec tout le respect que je te dois mon frère en islam qui te parle de feux d'artifice ??! et de dépenser des millions....
Je parle simplement de considérer ce jour comme un jour spécial et de se réunir en famille et parler de notre prophète (saws)
 baraka
Journalisée

oumaadel
Nouveau membre
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Âge: N/A
Localisation: alger
Messages: 24



Voir le profil
« Répondre #9 le: Mai 29, 2008, 10:34:36 »
Share   Modifier le messageModifier

 bismillah
 Salam Alaykoum

                    malheuresement ma soeur en  allah c'est la cas il ne faut pas fuire les réalités tu voi bien comment est celebrer ce jour peut etre chez toi une exception mais crois moi wellah c du gaspillage chez nous a l'extreme  - et avec tout le respect ke j'ai pour toi soeur en  allah ne pense tu pas que parler de notre prophete
est une chose faite en tout temps et a chaque instant de notre vie .

                     le prophete a dis ma soeur en  allah /- suivez mes compagnons qui viennent apres moi.
tu a les 4 grands califs et c'est des etres exceptionnels je ne trouve pas les mots pour les qualifier - eux n'ont pas célébrer cet evenement pourquoi nous ?

                        je ne suis pas convaincu tout en  respectant notre avis


 Salam Alaykoum
Journalisée
Sajida'Allâh
Membre très actif
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Âge: 43
Localisation: Paris France
Messages: 1717


Allah me Suffit, Il est mon Meilleur Garant


Voir le profil
« Répondre #10 le: Septembre 24, 2008, 07:56:41 »
Share   Modifier le messageModifier


 bismillah

 Salam Alaykoum Warahamatu'Allah Ta3ala Wabarakatuhu,

Oui cher frère en Allah tu as certes raison, quand tu dis qu'il faut avoir dans nos coeurs à chaque penser, la présene de notre Bien Aimé Le Prophète Muhammad  Salla-llah allahi wa salam, mais de nos jours je pense que cela se fait très rarement  Soubhan' Allah, je vois même quand je vais à l'école Coranique lorsque notre Professeur prononce le Nom de Notre Noble Prophète  Salla-llah allahi wa salam sont rares ceux qui prient sur lui, notre Professeur est toujours là pour dire priez pour le Prophète car celui qui ne prie pas pour Lui, Il  Salla-llah allahi wa salam n'intercédera pas pour lui le Jour du Jugement dernier, et Oui mon frère c'est comme ça que la Oummah remercie notre Prophète  Salla-llah allahi wa salam, donc moi personnellement le Mawulid reste pour moi une bonne chose car cela Unisse les Musulmans pendant un mois, les gens fête la Gloire d'Allah et lui remercie de nous Avoir envoyé un Tel Messager  MachAllah El Hamdoulilah.


Gloire à Toi Ô Seigneur des Cieux et de la Terre, Que toutes Les Louanges te soit Célébré, Ô Djallah Djalal,  Razza wa jal Nous Te Remercions de nous Avoir Honorer en nous Envoyant Le Plus Noble des Messager, et Le plus Pur des Hommes, Ô Seigneur Merci de nous avoir fait naître dans cette Magnifique Oummah, Ô Allah Prie sur Notre Prophète Muhammad  Salla-llah allahi wa salam et Accorde Lui Le Rang Le plus Élever au Près de Toi, le Jour Du Jugement Dernier, Ô Allah Accepte nous Parmi Tes Meilleurs Amis auprès de Notre Bien Aimé Le Bon Guide Muhammad  Salla-llah allahi wa salam.


Bénissez celui qui est plus beau que la pleine lune

Une Chanson du Docteur Salah Khelifa
lundi 8 ذو الحجة 1428

Bénissez celui qui est plus beau que la pleine lune,

Plus beau que le soleil dissipateur des ténèbres ;

O ! Hommes de bien.

Pour celui qui intercèdera pour nous, le jour des ultimes bousculades éperdues.

Priez pour celui qui balayera, dessus nos têtes, les nuages oppresseurs.

Pour Mohammed, la plus nobles des créatures et des maîtres qu’aient jamais eu des clients.

Priez pour la lumière des jours, pour la lumière de la beauté, pour les candélabres des ténèbres.

Pour celui dont la clémence s’étendra à tous les hommes, à tout moment,

Priez pour celui qui nous aidera à accéder à la demeure de la paix.

Priez pour celui qui porte si bien le lithām, car sans lui j’aurai trouvé sans intérêt toutes les directions vers lesquelles j’avais tourné mes regards.



 Salam Alaykoum

« Dernière édition: Septembre 24, 2008, 08:01:00 par Sajidine » Journalisée
Sajida'Allâh
Membre très actif
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Âge: 43
Localisation: Paris France
Messages: 1717


Allah me Suffit, Il est mon Meilleur Garant


Voir le profil
« Répondre #11 le: Septembre 24, 2008, 08:44:00 »
Share   Modifier le messageModifier

 bismillah

 Salam Alaykoum

La naissance du Prophète Muhammad (S.A.W.S)


La naissance du Prophète Muhammad(sallā Allāh ‘alyhi wa-sallam)

Le Mawlid al-Nabi (Mawloud) ou la célébration de la naissance du Prophète Muhammad (sallā Allāh ‘alyhi wa-sallam) est une des plus importantes fêtes musulmanes depuis le XIe siècle (J-C). Cet événement était et est encore célébré dans toutes les contrées musulmanes ; il correspond au 12 Rabī‘ I, date généralement admise de sa Naissance. Bien que les éléments essentiels de cette célébration soient variables, ils aspirent tous à être un acte de piété visant la satisfaction d’Allāh. Cette fête est l’occasion de réunir les musulmans, pendant les séances d’invocation, où l’on psalmodie le Coran, on récite la biographie du Prophète (S.A.W.S), ses qualités et on y écoute des sermons. S’il est vrai que la commémoration de la naissance du Prophète (S.A.W.S) ne s’est pas produite telle quelle, de son vivant, les jurisconsultes se sont tous évertués à légitimer cette fête et à lui trouver des « origines » dans les Textes sacrés. Convaincus de son bienfondé, les fuqahâ ont établi une dizaine de « preuves » que nous exposons brièvement :


1-La commémoration du Mawlid est une expression de réjouissance. Allāh n’a-t-Il pas exhorté les croyants à se réjouir de Ses grâces : « Voilà une grâce et une miséricorde de Dieu ; Que les hommes s’en réjouissent » (Jonas, v. 58). Certes, nulle miséricorde n’est plus grande que le Prophète même (S.A.W.S). Il devient dès lors licite d’exprimer sa joie pour cette « grâce offerte ». Allāh n’a-t-Il pas dit : « Nous t’avons seulement envoyé comme une miséricorde pour les mondes ». (Les Prophètes, v. 107)

2- Allāh préconise la vénération de Ses signes sacrés en disant : « Quiconque magnifie les signes sacrés de Dieu sait que leur observance fait partie de la crainte révérencielle de Dieu, contenue dans les cœurs » (Le pèlerinage, v. 32). S’il est fortement recommandable de respecter les signes d’Allāh, il est plus louable de vénérer Son Messager (S.A.W.S), Son signe le plus éloquent et le plus beau.

3- L’activité principale, pendant la cérémonie du Mawlid, est la récitation de salāt sur le Prophète (S.A.W.S) en obéissance à l’injonction divine disant : « Dieu et ses anges bénissent le Prophète ; Ô Vous les croyants ! Priez pour lui et appelez sur lui le salut » (Les factions, v. 56). Il devient dès lors louable de se réunir pour s’acquitter de cette tâche.

4- Le Mawlid est aussi une occasion pour louer Dieu ; « Quant aux bienfaits de ton Seigneur, proclame-les » (La clarté du jour, v. 11). Il est établi que nul bienfait ne vaut la création du Prophète (S.A.W.S) et son envoi, comme une miséricorde, pour les mondes.

5- Lorsqu’Allāh rapporte les récits des prophètes précédents, c’est pour affermir le cœur du Prophète (S.A.W.S) : « Tous les récits, que Nous te rapportons concernant les prophètes, sont destinés à affermir ton cœur » (Houd, v. 281). De même et par voie de conséquence, la récitation de la biographie de notre Prophète est destinée à renforcer notre foi et à affermir nos cœurs. Nous en avons besoin beaucoup plus que lui.

6- Il est rapporté dans la sīra authentique que le Prophète (S.A.W.S) approuvait les poèmes élogieux, chantant sa gloire et celle de l’Islam, que composaient les poètes arabes. Pendant le Mawlid, les musulmans ne font que réciter des poèmes et des mawlidiyya-s qui suivent une même séquence : louanges à Allāh, invocations, description de la création de la Lumière muhammadienne, de ses ancêtres et de sa Naissance.

7- Dans son Livre authentique, al-Buhārī rapporte que l’oncle du Prophète (S.A.W.S), nommé Abû Lahab voit tous les lundis, son châtiment allégé. Cet allègement hebdomadaire s’explique par le fait qu’Abû Lahab a affranchi sa servante Thouwayba lorsqu’elle lui avait annoncé la bonne nouvelle de la naissance du Prophète (S.A.W.S) [1]. Les savants musulmans en déduisent que si un tel infidèle, (connu pour son animosité illimitée contre l’Islam), mérite cette grâce, les croyants la mériteront a fortiori ; d’autant plus qu’ils visent par la célébration du Mawlid, l’expression de leur joie et la proximité d’Allāh.

8- Un compagnon, dénommé Qatāda, questionna un jour le Prophète (S.A.W.S) : « pourquoi jeûnes-tu le lundi ? ». Le Prophète (S.A.W.S) lui répondit : « C’est le jour de ma naissance, et c’est le jour où je reçus la Révélation ». Cela montre bien que le Prophète (S.A.W.S) célèbre, par le jeûne, le jour de sa Naissance.

9- Il a été rapporté que le grand-père du Prophète (S.A.W.S), ‘Abd al-Muttalib, égorgea une brebis dans la première semaine de la naissance du Prophète (S.A.W.S). Cette pratique, connue sous le nom de ‘aqīqa (le fait d’égorger un mouton à l’occasion d’une naissance) ne s’effectue qu’une fois dans la vie. Cependant, le Prophète (S.A.W.S) égorgea lui-même une brebis pour fêter sa propre naissance, quarante ans plus tard. Al-Suyûtî en déduit que cet acte est une légitimation pour toute observance visant à louer Allāh.

10- Tout ce que les Ancêtres Pieux n’ont pas fait n’est pas d’office considéré comme une innovation blâmable (bida‘). Ce terme signifie toute chose innovée après l’époque prophétique. La vie ne s’arrêtant pas après cette époque, les juristes sont unanimes sur la nécessité de juger chacun des faits historiques innovés à la lumière des cinq dispositions légales connues : le licite (halâl), l’illicite (harâm), le recommandable (mandûb), le détestable (makrûh) et le permis (mubâh). De même, on jugera les rites et cultes réalisés le jour du Mawlid en fonction de leur conformité (ou non-conformité) à ces cinq dispositions. Vue dans sa généralité, la modalité avec laquelle on célèbre le Mawlid aujourd’hui n’a pas été relevée au vivant du Prophète (S.A.W.S). Cependant, si l’on juge cette cérémonie dans ses détails, à savoir le fait de se réunir, de réciter le Coran, d’invoquer Allāh, d’offrir à manger, on constate qu’il s’agit bel et bien d’actes admis, voire même recommandables. Les générations futures n’ont fait que rassembler ces rites dans une même journée ; ce qui est considérée comme une innovation louable. C’est en effet l’avis de la majorité des savants tels que : al-Châfi‘ī, al-‘Izz Ibn ‘Abd al-Salām, al-Suyûtî…

11- La célébration du Mawlid en tant qu’expression de vénération du Prophète (S.A.W.S) est aussi reconnue par la règle disant : « Tout ce que les musulmans jugent bon, sera considéré bon auprès d’Allāh. En revanche, tout ce que les musulmans jugent désapprouvé, il l’est ainsi auprès d’Allāh ». Hormis les abus et les activités illicites condamnables, la célébration du Mawlid est jugée licite par la majorité écrasante des jurisconsultes ; elle est, du fait de cette unanimité, considérée comme un acte de piété louable.

Ce bref exposé d’arguments jurisprudentiels ne vise qu’à apaiser les esprits soucieux de se conformer aux préceptes de l’Islam, qui est en soi une attitude respectable. Or, n’oublions pas que la célébration de la naissance du Prophète (S.A.W.S) est un acte d’amour, de reconnaissance et de gratitude envers notre Bien-aimé. L’amour ne se prouve point par les arguments rationnels. Seuls les actes pieux sont à même de le prouver. Si louables soient-ils, ces actes demeurent en deçà de la grandeur de notre Prophète (S.A.W.S). On ne saurait remercier assez Celui qui s’est sacrifié pour transmettre son Message sublime.

Pour les musulmans, c’est une belle occasion pour purifier les cœurs, affermir la foi et renforcer les liens de fraternité et d’amour en Allāh.

Que sa naissance soit, pour tous les Musulmans, une joie sincère, une bénédiction générale et une fête purifiant les cœurs et guérissant leurs maux, ô combien nombreux.


[1] Cette histoire a été rapportée par al-Bukhārī dans son Sahih (le Livre authentique de Hadith) dans le chapitre du « Mariage ». Ibn Hajar son commentateur l’a aussi rapportée ainsi que les Imām-s al-Bayhaqi, Ibn Kathir, al-Bagawī, Ibn Hicham, al-Suhayli.


Madani
Articles de cet auteur
Abū Yazīd al-Bistāmī
Entre deux amours
وَحُبُّ اللهِ مُـرَادِي...
Les maximes madanies
حِكَمُ الشَّيخ سيِّدي مُحَمَّد المَدَنِي رَضي الله عنهُ
[...]



Et c’est d'Allah que vient le succès, que la prière d’Allah et son salut soit sur notre prophète Mohamed, sa famille et ses compagnons.

Nous implorons Allah  Razza wa jal de nous combler de Sa Clémence et de Sa Miséricorde
et d'accepter nos oeuvres durant ce mois béni de Ramadhan.

Ô Allah ! Fais que les fins de toutes nos actions soient bonnes, préserve-nous de la honte en ce bas monde et du châtiment dans la vie future  amine.

Seigneur ! Nous sollicitons Ta protection contre le châtiment et les épreuves subis en enfer, contre les épreuves de la tombe et contre le châtiment infligé dans la tombe ... amine Ya Rabbi

Que la paix et les bénédictions d'Allah soient sur le prophète Mohammad  Salla-llah allahi wa salam, celui qui a tenu sa promesse, le confident. Ô Allah nous ne savons que ce que Tu nous as appris, c’est Toi qui détiens la science. Ô Allah apprend nous ce qui nous apportera du bien et fais nous profiter du bien de ce que Tu nous as appris et augmente nos connaissances. Et embelli le bien à nos yeux et aide nous à le suivre. Et enlaidi le mal à nos yeux et aide nous à nous en détourner. Et mets nous parmi ceux qui écoutent la parole et suivent les meilleures d’entre elles. Et fais de nous tes bons adorateurs par Ta miséricorde.
Gloire à Toi Seigneur, que Tes louanges soient célébrées, j'atteste qu'il n'y a de divinité que Toi, j'implore Ton pardon et je reviens vers Toi repentante.


"Et quand ils entendent ce qui a été descendu sur le Messager [Muhammad], tu vois leurs yeux déborder de larmes, parce qu'ils ont reconnu la vérité. Ils disent : “ô notre Seigneur ! Nous croyons : inscris-nous donc parmi ceux qui témoignent (de la véracité du Coran)." S5.v83


 Salam Alaykoum
Journalisée
oum.abdellah
Nouveau membre
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Localisation: France
Messages: 23



Voir le profil
« Répondre #12 le: Septembre 24, 2008, 09:51:11 »
Share   Modifier le messageModifier

 bismillah

As-Salam 'aleykoum wa rahmatullahi wa barakatuh,

Nous n'avons pas besoin d'un jour en particulier pour se souvenir de prophète  Salla-llah allahi wa salam. Ce comportement nous devons l'avoir tous les jours de l'année car nous devons aimer notre porphète plus que notre personne.

Puis sa date n'est pas connu exactement.Certains savant disent que c'est le 12 rabi' el Awwal et d'autres direont que c'est le 8, 10 ou encore le 17. Nous savons qu'il est né un lundi de rabi' el Awwal, de l'année de l'elephant, mais est-ce le 12? Wallahou al'em. A lire ce lien: http://www.sajidine.com/prophete/sa-vie/naissance.htm

Puis le prophète jeûnait-il uniquement le lundi du jour de son anniversaire ou bien tous les lundis et jeudis du moi?

Il faut savoir que le prophète  Salla-llah allahi wa salam ne l'a jamais fêté, ni ses compagnons, ni les meilleurs générations qui sont suivies . Avons-nous un hadith sahih qui nous dise explicitement que les compagnons célébrés l'anniversaire du prophète Salla-llah allahi wa salam. Jusqu'aujourd'hui je n'en ai pas trouver malgré le fait que je lise les deux avis concernant la naissance du prophète  Salla-llah allahi wa salam.

Et le fait de ne pas féter son anniversaire ne fait pas que j'aime pas mon prophète Salla-llah allahi wa salam. Bien au contraire, nous devons l'aimer plus que notre personne.


la célébration de l’anniversaire du Prophète


L’amour du Prophète [sws] ce n’est pas que pour une nuit


Louange à ALLAH et Paix et Salut sur Son Prophète.

Il n’a pas été authentiquement rapporté que le Prophète (Salut et Bénédictions d'Allah sur lui) nous a dit de célébrer la nuit de son anniversaire ni aucun autre anniversaire, et la meilleure guidance est la guidance de Muhammad (Salut et Bénédictions d'Allah sur lui). Cela prouve qu’il n’y a pas de signification particulière attachée à cette nuit. Si elle avait une quelconque importance, ce serait juste pour cette nuit où il est né, mais cette grâce ce serait pas perpétuée les années suivante, bien qu’il soit né en cette date.

Allah a parfait Sa religion parce que le Prophète (Salut et Bénédictions d'Allah sur lui) a transmis. Si cette célébration était légale en islam et si c’était une Sounnah (tradition prophétique), bien que le Prophète (Salut et Bénédictions d'Allah sur lui) n’a pas clarifié cela, ne l’a pas célébré, n’a pas encouragé (ses compagnons) à le faire, cela signifierait que la religion était incomplète durant sa vie, et qu’il aurait caché aux gens ce qui lui incombait de transmettre et d’expliquer.

On rapporté authentiquement de lui (Salut et Bénédictions d'Allah sur lui), qu’il a dit :

«Quiconque innove dans nos affaires ce qui n’en fait pas partie, aura son innovation rejetée» [1].

Il ne fait aucun doute que cette célébration de la nuit de son anniversaire a été innovée après lui (Salut et Bénédictions d'Allah sur lui) et ajoutée à sa législation et qu’il n’y rien de semblable en religion, donc c’est une innovation, et toute innovation est un égarement. Le Prophète (Salut et Bénédictions d'Allah sur lui) ne le faisait pas, ni les califes bien guidés, ni les imams de la religion qui sont venus après eux.

Cela n’a été fait qu’après eux par des Rafida [Shiites] lors du quatrième siècle après la Hijrah (date de l’émigration du prophète (Salut et Bénédictions d'Allah sur lui) vers Médine), dans l’intention de revivifier les coutumes de la période d’ignorance préislamique et pour égarer les musulmans. Nombres des générations suivantes les ont suivis, mais la majorité des savants le rejette.

Il incombe à chaque musulman d’aimer le Prophète (Salut et Bénédictions d'Allah sur lui) et cet amour doit durer toute l’année, et non pas être évoqué lors d’une seule nuit chaque année. L’amour pour lui implique l’obéissance et le fait de suivre le chemin qu’il a prescrit. Quiconque fait cela, il fait parti de son peuple et de ses adeptes, alors que quiconque adore par des moyens n’ayant pas été légiférés, il contredit sa Sounna (tradition prophétique) et sa voie et il a ajouté quelque chose qui ne lui appartient pas.

La nuit de son anniversaire n’est pas meilleure que la nuit de la révélation, ni que la nuit d’Al-Isra', ni de la nuit de la Hijrah, ni de la nuit de la bataille de Badr, ni qu’aucune autre nuit (lors desquelles des évènements importants ont eu lieu). Lors de chacune de ces nuits quelque chose de bon pour les musulmans est arrivé, mais on n’a pas rapporté que qui que ce soit les célébrait ou les traitait spécialement en vue d’une commémoration ou d’une célébration, et ce sont les pieuses premières générations de la communauté et ils étaient des gens d’une conduite exemplaire, pas ceux qui contredisent leur chemin.

NOTES DE PAGE :

[1] : Al-Boukhari no. 2697 et Muslim no. 1718.

Par le Cheikh Abdoullah ibn Abdarrahmane Al-Jibrine.


lire également ce cexte: http://sajidine.com/au-quotidien/occasions/mawlid.htm

Wallahou 'alem

Wa salam 'aleykoum wa rahmatullahi wa barakatuh
Journalisée
Abdellah
l'age n'est pas un signe de vieillesse il est signe de sagesse et la sagesse est un cadeau plein de jeunesse
Membre très actif
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Âge: 52
Localisation: france
Messages: 1189


marié et trois magnifiques enfants


Voir le profil
« Répondre #13 le: Septembre 24, 2008, 11:36:20 »
Share   Modifier le messageModifier

Salam Alaykoum

Ma chère soeur Oum.Abdellah que dieu te benisse et t'accorde le discernement

Tu dis :

Citation
Il incombe à chaque musulman d’aimer le Prophète (Salut et Bénédictions d'Allah sur lui) et cet amour doit durer toute l’année, et non pas être évoqué lors d’une seule nuit chaque année. L’amour pour lui implique l’obéissance et le fait de suivre le chemin qu’il a prescrit. Quiconque fait cela, il fait parti de son peuple et de ses adeptes, alors que quiconque adore par des moyens n’ayant pas été légiférés, il contredit sa Sounna (tradition prophétique) et sa voie et il a ajouté quelque chose qui ne lui appartient pas.

Ma soeur ,ce que je comprends de tes sources ,c'est que tout ce que le prophète  Salla-llah allahi wa salam a fait nous l'adoptons et tous ce qu'il n'a pas fait nous le rejetons

C'est bien cela ?

Pourtant ,ma chère soeur ,n'est ce pas Omar  Radhi Allah 'Anhou qui a instituer la prière de tarawih durant le ramadan ,a la mosquée ,en groupe ,unifiant les croyants derrière unseul et même Imam

N'est ce pas la une innovation ?

Le prophète  Salla-llah allahi wa salam a refuser de le faire,de son vivant , lorsqu'il s'est aperçut que les gens se réunissaient derrière lui et a recommander que chacun prie chez lui

Ma soeur je pourrais t'apporter plein d'arguments de ce style mais est ce vraiment utile ?

Je n'ai pas a convaincre qui que se soit concernant cette question :mon avis est neutre !

Mon souci est ailleurs !

De plus ma chère soeur ,n'est il pas venu le temps pour les croyants de s'unir autour du culte d'allah  Razza wa jal

Pourquoi tout est prétexte a se diviser ,a se quereller et a diverger

Quel mal y a t il a célébrer la naissance ou a ne pas célébrer la naissance du dernier prophète  Salla-llah allahi wa salam

N'avons nous pas d'autres discours que de dire "cela est bida" ou " cela est une innovation "

Les savants ont traiter la question et on diverger certes mais ils ont la grande intelligence de ne pas diviser la communauté

Les savants certes sont des réferences mais attention de ne pas se faire du tort ou du tort a son frère ,a sa soeur ,sous prétexte que les savants divergent

Laissons les divergences aux savants et unissons nous sur ce que nous sommes unanimement d'accord et excusons nous quand a nos différents

Avoir tort ou raison ,cela fera t il de nous des gens pieux ?

N'est ce pas en respectant sa soeur ,son frère et en les aimants pour l'amour d'Allah  Razza wa jal que nous obtiendrons sa satisfaction ?

Pensez vous que le prophète  Salla-llah allahi wa salam cela lui fait plaisir de voir  quel point sa communauté est dechirer et diviser ?

Alors celui et celle qui veulent féter et se remémorer la naissance du prophète  Salla-llah allahi wa salam libre a eux et ceux qui ne souhaite pas le faire libre aussi a eux nul n'est blamable en ce domaine sauf ceux qui se divisent a ce sujet

Allahou Allam

 Salam Alaykoum
Journalisée

oum.abdellah
Nouveau membre
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Localisation: France
Messages: 23



Voir le profil
« Répondre #14 le: Septembre 24, 2008, 13:04:45 »
Share   Modifier le messageModifier

Salam Alaykoum

Ma chère soeur Oum.Abdellah que dieu te benisse et t'accorde le discernement

As-Salam 'aleykoum,

Amîn.

Tu dis :

Citation
Il incombe à chaque musulman d’aimer le Prophète (Salut et Bénédictions d'Allah sur lui) et cet amour doit durer toute l’année, et non pas être évoqué lors d’une seule nuit chaque année. L’amour pour lui implique l’obéissance et le fait de suivre le chemin qu’il a prescrit. Quiconque fait cela, il fait parti de son peuple et de ses adeptes, alors que quiconque adore par des moyens n’ayant pas été légiférés, il contredit sa Sounna (tradition prophétique) et sa voie et il a ajouté quelque chose qui ne lui appartient pas.

Je souhaiterais apporter une rectification, ce n'est pas moi qui dit mais un savant. Et j'adhère à l'avis de ce savant.

Ensuite l'exemple du tarawih est a mon sens non adapté à cette situation car la prière du tarawih fut célébrée par le Prophète lui-même pendant plusieurs nuits avec ses compagnons. Par la suite, il se retirait de peur que la pratique ne fût rendue obligatoire. Ceci n'est donc pas une innovation. De plus, comme je l'ai cité plus haut, avons-nous l'exemple de la célébration de l'anniversaire du prophète faite par les compagnons? Omar  :raraou Abou Bakr  :raral'ont-ils célébré?

Pour répondre à ton message mon frère, mes post n'ont pas pour but de diviser la Oumma. Bien au contraire, je l'ai dit a deux reprise, les divergences sont acceptable dès lors qu'elles sont basé sur des preuves sûres.

Dans ce post, il y avait des avis qui permettait la célébration de l'anniversaire du prophète Salla-llah allahi wa salam. Pourquoi ne pas même les autres avis? Est-ce un mal de vouloir se renseigner et de lire les différents avis afin de chercher la vérité?

Enfin, n'ai-je pas respecter les avis? Ai-je dénigrer les savants? J'ai juste apporter un avis différents sur un post qui pemettait une pratique.

Ce que je trouve malheureux c'est que l'on me fasse dire des choses que je n'ai pas dites ou essayé de m'attribuer des choses que je n'ai pas faites.

Qu'Allah Razza wa jal nous pardonne nos excès. Amîn.

Wa salam 'aleykoum wa rahmatullahi wa barakatuh
Journalisée
ghazza
Membre très actif
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Âge: 44
Localisation: Canada
Messages: 1147



Voir le profil
« Répondre #15 le: Septembre 24, 2008, 17:57:23 »
Share   Modifier le messageModifier

 bismillah  Salam Alaykoum


SELON D AUTRES ECOLES ON VA VOIR INCHALLAH DANS MON DERNIER MESSAGE  



AINSI QUE les causes selon l histoire qui ont poussé cette école a dopter cette méthodologie

Les quatre doctrines




Dans l'ordre chronologique d'apparition on a :

1 - L'école Hanafite : fondée par Abû Hanîfa Annu‘mân (80-150 AH), cette école est apparue en Irak, à Kufa et s'est répandue à Bagdad. Elle a adopté les méthodes de son fondateur et celles des maîtres de cette école après lui comme Abû Yûsuf et Abû El Hassan. Ses fondements comprennent, en plus du Coran et de la Sunna, l'istihsân, al ‘urf (la coutume) et qawl as-sahâbî (les paroles des compagnons du Prophète). Cette école est caractérisée surtout par l'utilisation de la raison et de l'opinion : Ar-ra'y. Elle est considérée comme l'école la plus libérale car le contexte de son apparition est lié à une société très complexe avec beaucoup de nouveaux besoins. Elle est répandue de nos jours en Afghanistan, en Inde, en Turquie, en Iran, en Syrie, en Russie et en Chine.

2 – l'école Malékite : elle a été fondée par Mâlik Ibn Anas (93-179 A.H) (le Savant de Médine comme l'a prédit le Prophète  Salla-llah allahi wa salam paix et salut sur lui) . Apparue à Médine, cette école met l'accent sur l'avis des compagnons du prophète et sur la pratique des médinois (‘amal ahl al madîna), ces derniers étant les descendants des compagnons du prophète. Elle donne aussi une place importante aux coutumes de la société s'ils ne contredisent pas la loi divine ainsi qu'à l'établissement des normes juridiques à partir de l'intérêt général de la société, appelé al masâlih al mursala. On reviendra plus loin en détail sur cette école.
L'imam Mâlik était réputé pour sa narration du Hadîth, il est considéré comme l'un des meilleurs en la matière.
Les ouvrages de référence de cette école sont, entre autres, le Muwatta' (la voie rendue aisée) (premier recueil de Hadîth et de Fiqh en Islam) de l'Imâm Mâlik et la Mudawanna, un recueil des avis juridiques de Mâlik qu'a compilé son élève Sahnûn Ibn Saïd At-tanûkhî. La plupart des disciples de l'Imâm Mâlik sont partis en Afrique du nord et en Espagne. Cette école s'est répandue en Andalousie, en Afrique du nord, au Soudan, et au Khurâsân.

3 – l'école Shâfi‘ite : elle a été fondée par Muhammad Ibn Idriss Ash-shâfi‘î (150-204 A.H) qui a vécu à la Mecque, puis en Iraq avant de s'installer en Egypte. Il a apprit le fiqh selon l'école malékite puis plus tard selon l'école Hanafite. Son école s'est positionnée entre l'école hanafite qui prime l'opinion personnelle (ar-ra'y), et l'école malékite qui se base essentiellement sur la sunna. Pour les Shâfi‘ite, la sunna est valorisée comme source de droit et une grande importance est donnée au consensus de toute la communauté (Ijmâ‘). Cette école s'est répandue en Egypte, au Koweït, au Yémen, et dans certains pays de l'Asie comme l'Indonésie, la Malaisie et la Thaïlande.

4 – l'école Hanbalite : elle a été fondée par Ahmad Ibn Hanbal (164-241 A.H). Elle est pratiquement née du conflit qui a opposé Ibn Hanbal aux Mu'tazilites (rationalistes hellénisants passablement intolérants) et aux autorités politiques qui soutenaient alors les Mu'tazilites. La réputation d'Ibn Hanbal s'est forgée durant ces événements au cours desquels il fut persécuté et emprisonné sans jamais se renier. L'Imâm Ibn Hanbal est considéré par un grand nombre d'ouléma (savants de la loi) comme un traditionaliste (homme de hadîth) plutôt qu'un juriste. Ibn Hanbal n'était pas d'accord avec son maître Ash-shâfi‘î pour ce qui est de l'utilisation de l'opinion personnelle. Il a primé le hadîth du prophète auquel il a dévoué un recueil appelé « al musnad » et qui comprend environ 40.000 hadîths. Cette école adopte l'interprétation apparente (Zâhir) du Coran et de la sunna et rejette le raisonnement par analogie.
Ibn Hanbal se méfiait donc du ra'y (opinion personnelle) et du qiyâs (analogie), car, selon lui, ils avaient ouvert la porte à l'hérésie mu'tazilite, source d'innovations pécheresses et de division de la communauté.
Cette école se développa et ses missionnaires apportèrent leur madhhab dans des contrées lointaines, notamment dans le nord de l'Iran où allait naître le Sheikh Abd al-Qâdir al Jilânî (mort en 1166 ap. J.-C.), grand organisateur du soufisme confrérique.

Un siècle plus tard naissait le théologien Ibn Taymiyya (mort en 727 H.: 1328 ap. J.-C.).
Ibn Taymiyya et ses disciples : Ibn Al-Qayyim et Ibn Kathîr étaient les principaux défenseurs de cette école. L'approche d'Ibn Taymiyya est sensiblement différente de celle du fondateur Ibn Hanbal. Ibn Taymiyya a fait beaucoup de travaux juridiques autour de l'école hanbalite et a eu des positions radicales par rapport à certains sujets[1]...Il va donner naissance à ce que certains historiens appelleront : la Salafiyya (salafisme) At-taymiyya.
A cause de sa rigueur méthodologique et sa restriction de l'ijtihâd (effort juridique), l'école de l'Imâm Ahmad, bien qu'authentique (comme les trois autres écoles), n'a pas connu une grande expansion si ce n'est après son adoption par le Royaume d'Arabie Saoudite: un hanbalisme réformé entièrement exotériste (donc différent de l'école hanbalite de base) va régner ensuite en Arabie, se radicalisant de plus en plus et excluant l'Ijtihâd et tout compromis avec la modernité: ce qui va être appelé le salafisme Wahhabite (du à Muhammad Ibn 'Abdel Wahhâb) qui s'est renforcé encore plus après la chute de l'empire ottoman et grâce au pétro dollar.

Conclusion:

Les quatre écoles juridiques ont fait l'unanimité en matière de droit musulman et ont gagné la confiance de toute la communauté jusqu'à l'apparition du mouvement Salafisme wahhabite au dix-neuvième siècle qui réfuta ces doctrines et établit à partir de l'Arabie une approche plus radicale de l'Islam : le wahhabisme ne reconnaît que le Coran et la sunna comme sources de jurisprudence et n'admet qu'une interprétation littéraliste et superficielle du texte. Le wahhabisme s'est renforcé et imposé dans plusieurs pays musulmans depuis la chute de l'empire Ottoman en 1924. (Voir le chapitre du dogme/histoire du wahhabisme).



Notes:
[1]Exemple : sa fatwa connue sur l'interdiction de voyager spécialement pour la visite de la tombe du Prophète : alors que plusieurs Hadîth incitent à cette visite : entre autre : le hadith "Quiconque visite ma tombe, mon intercession lui sera garantie" (Man zâra qabrî wajabat lahou shafâ'atî) qui est une narration juste (hasan):
Voir: al-Daraqutni dans Sounan(selon Ibn 'Umar) (2:278 *194), Abû Dâwud al-Tayalisi dans Mousnad (2:12), Al-Doulabi dans Al-Kouna wa Al-Asma ' (2:64), Al-Khatib dans Talkhis Al-Moutashabih fi Al-Rasm (1:581), Ibn Al-Doubaythi dans Al-Dhayl ' ala Al-Tarikh (2:170), Ibn Abi Al-Dounya dans Kitab Al-Qoubour, Al-Bayhaqi dans Shou'ab Al-Iman (3:490), Al-Hakim Al-Tirmidhi dans Nawadir Al-Ousoul (p. 148), Al-Haythami (4:2), Al-Soubki dans Shifa' Al-Siqam (p. 12-14), Abu Al-Cheikh, Ibn 'Adi dans Al-Kamil (6:235, 6:351), Al-'Ouqayli dans Al-Dou'afa ' (4:170), Al-Bazzar dans Mousnad avec un contenant de chaîne très faible ' Abd Allah ibn Ibrahim Al-Ghifari [cf. Moukhtasar d'Ibn Hajar (1:481 *822)] avec la formulation "mon intercession aura lieu pour lui" (hallat lahou shafâ'atî) et Ibn Hajar qui a l'a mis dans la catégorie de hasan dans Talkhis Al-Habir (2:266) comme il est renforcé par d'autre hadiths qu'ils ont tous les deux lui et al-Haythami mentionné, comme :
"Quiconque me visite sans aucun but avéré d'autre que ma visite, c'est une obligation sur moi d'être son médiateur le Jour de la Résurrection."Relaté par al-Tabarani dans al-Awsat et al-Kabir avec une chaîne contenant Maslama ibn Salim et par Ibn al-Sakan dans son Sounan al-Sihah comme exposé par al-Shirbini dans Moughni al-Mouhtaj (1:512).
"Quiconque fait le pèlerinage me visite alors après ma mort, c'est comme s'il m'a rendu visite de mon vivant." Relaté par al-Tabarani dans al-Kabir (12:406) et al-Daraqoutni (2:278) avec une chaîne contenant Hafs ibn Abi Dawoud al-Qari, que seulement Ahmad a déclaré passable (sâlih).
"Quiconque fait le pèlerinage et ne me visite pas, a été grossier envers moi." Relaté par al-Daraqoutni dans son Sounan. Abou Ghoudda a dit : "il n'est pas contrefait comme Ibn Al-Jawzi et Ibn Taymiyya ont dit, plutôt un certain nombre de savants ont considéré sa chaîne juste et un certain nombre l'a considéré faible."
Voir le chapitre du pélerinage et le chapitre sur le Tawassul pour les détails.
source site doctrine malikite


citation n 2
La doctrine malikite




En France, la plupart des musulmans (d'origine marocaine, algérienne, tunisienne ou sénégalaise..) suivent l'école malikite, une école connue pour être la plus ancienne école d'exégèse coranique fondée par l'Imâm Mâlik Ibn Anas[1] qui pris sa science entre autre de : "Ibn Chihâb Az-zuhrî, Abû Az-zannâd, Ibn Hourmuz, Rabî'a Ibn 'abd Ar-rahmân, Nâfi' l'affranchi du grand compagnon Abdellah Ibn 'Umar (que Dieu l'agrée) et de Yahyâ Ibn Sa'îd Al-Ansâri (mort en 143) fils d'un partisan du Prophète (paix et salut sur lui)".

Le fait que l'Imâm Mâlik fut implicitement cité par le Prophète (paix et salut sur lui) et qualifié de « Savant de Médine » dans le hadîth voir le lien suivant , suffit (à lui seul) pour certifier que sa notoriété et sa fiabilité sont irréfutables et que sa qualité est hautement reconnue sans aucune divergence.

Selon An-Nawawî, Mâlik eut 900 maîtres dont 300 Successeurs, les autres étant des Successeurs des Successeurs.

Al-qâdî 'Iyâd de Ceuta(l'auteur du Shifâ) dit dans son Tartîb al-madârik: "les savants en récits traditionnels ont dit :"Le guide des consciences après 'Umar Ibn Al-khattâb  Radhi Allah 'Anhou fut Zayd Ibn Thâbit, et après lui, 'Abd Allah Ibn 'Umar. Vingt-et-un transmetteurs ont reçu leur science de Zayd, qu'ils ont ensuite transmise à trois hommes: Ibn Chihâb,Bukayr Ibn 'Abd Allah et Abû Az-zannâd, pour enfin parvenir à Mâlik Ibn Anas"".

Sa vie et sa science étaient à Médine, la ville du Prophète  Salla-llah allahi wa salam , qui était naturellement la mieux placée en tant que dépositaire des « traditions connues » (hadîth Mashhûr). Mâlik commença à enseigner dès l'âge de 17ans. Il choisit la Mosquée du Prophète pour tenir son cercle de science. Plus précisément, il choisit, dans la mosquée de Médine, l'endroit où se tenait le Calife 'Omar Ibn Al-Khattâb  Radhi Allah 'Anhou . C'est là que s'asseyait le Messager de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui).

Les sources juridiques[2] de l'école de Mâlik sont bien sûr avant tout le Coran , puis la sunna, puis le consensus des savants (ijmâ‘ ), puis les coutumes médinoises (‘amalu ahli al-Madîna) (car les médinois "descendants des compagnons du Prophète (paix et salut sur lui)" connaissaient mieux que quiconque la Sunna), l'effort d'interprétation personnelle (Ijtihâd), l'opinion personnelle (ra'y) qui découle de la réflexion (fikr) (en l'absence du texte sacré), la préférence personnelle en vue du bien (istihsân), ainsi que le raisonnement par analogie (qiyâs), et la prévention de l'inconvénient (Sadd al-ddarâi‘). Elle s'appuie également sur l'intérêt général « Al-masâlih Al-mursala » qui fait que cette école répond parfaitement aux événements liés à l'évolution des temps et aux besoins de la communauté en matière de droit. Cette diversité de méthodes et de règles juridiques est sans doute le secret de la richesse et de la force de cette école. Et bien qu'elle soit assez scrupuleuse sur le plan de la pratique religieuse (notamment des cinq piliers fondamentaux de l'Islam), cette école est aussi, avec l'école hanafite, la plus ouverte et la plus souple dans son adaptation aux différentes réalités locales et temporelles et à l'évolution du monde. Elle est donc mieux en mesure d'appréhender les adaptations nécessaires d'une façon souple et efficace. Surtout que cette école, à la suite de son fondateur, homme humble et scrupuleux, a une maturation fondamentale, et une intention (niyya) tournée avant tout vers la préservation de l'unité de la Umma, préférant cultiver ce qui réunit que de rechercher des solutions juridiques qui pourraient diviser.

De part la richesse de ses outils et des possibilités qu'elle révèle, de nouveaux avis juridiques peuvent être émis par ceux qui ont les compétences juridiques pour répondre au mieux, loin du fanatisme ou de l'extrémisme religieux ; aux besoins des musulmans, sans renier les fondements généraux de l'Islam et ses valeurs d'amour, d'unité, d'entente et de paix.


Pour un autre exposé détaillé sur la vie de l'Imâm Mâlik (que Dieu l'agrée): cliquez ici.


Notes de bas de page:

[1] L'Imâm de Médine comme l'avait annoncé le Prophète (paix et salut sur lui), Mâlik Ibn Anas, est né et mort à Médine (94 R/716 ap. J.-C. - 179 H./795 ap. J.-C.) : ce qui fait de cette école, au point de vue historique, la plus ancienne des écoles de Fiqh. L'Imâm Mâlik fut un disciple direct des Successeurs des Compagnons du Prophète Muhammad, sur lui la Grâce Divine et la Paix. Il étudia aussi auprès de Ja'far as-Sâdiq et connut Abû Hanifah. Il fut l'auteur du premier traité de droit musulman, al-Muwatta' « La Voie Aplanie » ou « La Voie rendue aisée », qui est aussi le premier recueil de hadiths (en Islam) : Al-Muwatta' p 5-9, Dar El-Jîl Beyrout. La qubba sur la tombe de l'Imâm Mâlik fut détruite par les Wahabbis en 1800.

[2] En absence d'un texte explicite dans les sources authentiques (Coran et Sunna), on fait recours aux règles juridiques : (il n'y a pas d' «Ijtihâd » en présence du texte traditionnel « nass »).
source doctrine malikite

 InchAllah JE VAIS POSTER DES INFORMATION POUR L ECOLE CHAFIITE ET HANBALITE ET ANAFIITE SI JE TROUVE BIEN SUR DES SOURCES


VIENDRA ENSUITE L INNOVATION SELON LES AUTRES ECOLES JURIDIQUE JE NE PEUX PAS LA POSTER EN MEME SUJET CAR LE NOMBRE DES MOTS VA ETRE DEPASSE


 Salam Alaykoum






« Dernière édition: Février 03, 2012, 21:20:10 par Um-Nour » Journalisée
ghazza
Membre très actif
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Âge: 44
Localisation: Canada
Messages: 1147



Voir le profil
« Répondre #16 le: Septembre 24, 2008, 17:57:23 »
Share   Modifier le messageModifier

 bismillah   Salam Alaykoum

CONCERNANT LES AVIS DES AUTRE SAVANTS EN CE QUI CONCERNE L INNOVATION VOICI LA SUITE  InchAllah

les autres écoles juridique acceptent le terme bonne innovation/voir la parole de l imam As-Shafi'i et d autres savants pieux qui appartient aux differentes écoles juridiques
L'innovation consiste en le fait de rajouter à la religion des éléments qui n'existaient pas du temps du Prophète  Salla-llah allahi wa salam.Beaucoup de musulmans croient à tord que toute nouvelle chose est forcément une innovation interdite et un égarement, même s'il s'agit de choses utiles pour la communauté ! Ils se basent pour dire cela sur le hadîth célèbre[1]:

« Faites attention aux choses nouvelles, car toute nouveauté est une innovation, et toute innovation est un égarement, et tout égarement mène à l'Enfer »[2]
[2] Rapporté par Abû Dâwûd

Notes:

[1] Il est important pour le croyant sincére quant il s'agit de comprendre (ou d'interpréter) un hadîth de maîtriser la « science du hadîth » ou de faire appel aux savants spécialistes.
A propos de ce hadîth, nous pouvons remarquer plusieurs choses :

Les savants ont dit que cette parole ne fait pas référence à l'ensemble des choses nouvelles sans restriction, mais seulement à celles dont la licéité, la validité, la permission n'est pas attestée par les textes sacrés (le Coran et la Sunna du Prophète  Salla-llah allahi wa salam . L'expression « toute innovation » n'est pas à prendre dans un sens absolu.
Il existe plusieurs exemples dans le Coran ou dans la Sunna où les commandements, les recommandations ou les interdictions doivent être complétées par d'autres textes qui réduisent leur portée ou expliquent la façon dont doit être compris le verset ou le hadîth.


Il existe plusieurs exemples dans le Coran ou dans la Sunna où les commandements, les recommandations ou les interdictions doivent être complétées par d'autres textes qui réduisent leur portée ou expliquent la façon dont doit être compris le verset ou le hadîth.

Par exemple dans la Sourate an-najm, il est écrit :

« L'Homme ne possédera que ce qu'il aura acquis par ses efforts. »[3]
[3] Sourate : 53, verset : 39.

Pourtant d'autres textes affirment que nous recevons des récompenses lorsque quelqu'un prie pour nous, lorsque les anges prient pour nous, durant la prière sur le mort qui est faite pour nous, lorsque l'on a laissé une œuvre de charité comme une mosquée ou une aumône après notre mort…

De la même manière, dans la Sourate al-anbiyâ, il est dit :

« Vous serez vraiment, vous et ce que vous adorez en dehors de Dieu, le combustible de l'Enfer. »[4]
[4] Sourate : 21, verset : 98.

L'expression « ce que vous adorez » ne peut pas être prise dans un sens général sinon on devrait considérer que Jésus  Salla-llah allahi wa salam sa mère (paix et salut sur elle) et les anges que les gens ont adorés en dehors de Dieu, iront tous en Enfer.

Et aussi dans le hadîth qui dit :

« Celui qui prie avant le lever du soleil et avant son coucher n'entrera pas en Enfer. »

Cela ne signifie pas que si on prie seulement la prière de Subh et la prière de ‘Asr nous sommes protégés de l'Enfer même si l'on néglige toutes les autres obligations.

En vérité, si nous voulons définir correctement ce qu'est une bida‘, il faut auparavant définir ce qu'est la sunna, puisque l'un ne va pas sans l'autre. On ne peut pas connaître l'un sans connaître la définition de l'autre.

Le mot « Sunna » signifie tradition, façon de faire, comme il est rapporté dans un hadîth tiré du sahîh muslim :

« Quiconque introduit dans l'Islam une pratique (sunna) louable en retirera une double récompense : la première pour l'avoir introduite, la seconde constituée par la somme des récompenses acquises par ceux qui l'auront imité(fait) après lui sans que cela ne diminue en rien leur propre récompense. Mais quiconque introduit dans l'Islam une pratique mauvaise se verra pénalisé d'une double faute : la première pour avoir introduit cette pratique et la seconde constituée par l'ensemble des fautes commises par ceux qui l'auront imité(fait) après lui sans que cela ne diminue en rien leurs propres fautes. »

يقول عليه الصلاة والسلام:
من سن في الإسلام سنة حسنة فله أجرها وأجر من عمل بها من بعده من غير أن ينقص من أجورهم شيء
ومن سنَّ في الإسلام سنَّة سيئة فعليه وزرها ووزر من عمل بها من بعده من غير أن ينقص من أوزارهم شيء
رواه أحمد ومسلم والترمذي



A travers cette parole prophétique, on se rend compte du sens véritable du mot « sunna », c'est la voie prophétique, ce que le Prophète (paix et salut sur lui) a dit, fait ou approuvé. Il ne faut confondre dans ce contexte là « sunna » avec le sens que prend ce mot en jurisprudence où il s'oppose à obligatoire. Dans le fiqh, un acte sunna est un acte fortement recommandé mais pas obligatoire.
Donc, pour juger si un acte est à rejeter ou pas, il faut donc se référer à la lumière de la sunna.
En lisant les recueils de hadîth, on se rend compte que beaucoup de Compagnons ont réalisé de nouveaux actes, de nouvelles prières de demande (du‘â), de nouveaux Dhikr etc. que le Prophète (paix et salut sur lui) n'avait jamais réalisé avant eux.

Les Compagnons ont réalisé ces actions en étant totalement convaincus qu'ils étaient bons pour l'Islam et les musulmans ; en référence au verset :

« …pratiquez le bien et peut-être réussirez-vous. »[5]
[5] Sourate : al-Hadjj 22, verset : 77.

Beaucoup de Compagnons ont réalisé un effort d'interprétation (ijtihâd), ils ont instauré de nouvelles pratiques en vérifiant qu'elles n'étaient pas en contradiction avec le Coran et la Sunna, et en rejetant tous les actes qui s'en écartaient. Tout ce que la Loi atteste comme bon est considéré comme bon et tout ce que les textes considèrent comme mauvais est une innovation mauvaise à rejeter.

Certains Savants ont utilisé le terme de « bida‘ hasana » (bonne innovation ou bonne coutume) pour désigner les nouvelles actions autorisées, mais en réalité il n'y a pas d'innovation louable, puisque ce n'est pas une innovation mais une interprétation et une compréhension de la sunna.


Par exemple, Al-Bukhârî et Muslim rapportent dans leur recueil qu'Abû Hurayra demanda à Bilâl en quel acte il avait le plus d'espoir (qu'il le mène au Paradis). Bilâl (que Dieu l'agrée) répondit qu'il n'existait pas un acte dont il avait le plus d'espoir qu'il le mène au Paradis que le fait qu'il avait l'habitude, après avoir fait ses ablutions aussi de jour comme de nuit, de faire autant de raka‘ qu'il pouvait.

Ibn Hajar al-Asqalânî, dans son Fath al Bârî, en déduit qu'il est permis par effort d'interprétation (ijtihâd) de choisir le moment d'accomplir les actes d'adoration surérogatoires.

De la même manière, Al-Bukhâri rapporte que Khubayb  Radhi Allah 'Anhou avait demandé de prier deux raka‘at (deux unités de prières) avant d'être exécuter par les idolâtres à la Mecque.

Ces deux exemples montrent que Bilâl et Khubayb ont utilisé leur propre effort d'interprétation sans que le Prophète en ait parlé auparavant.

Autre exemple rapporté par al-Bukhârî et Muslim :

Rifa‘a Ibn Râfi‘ a raconté qu'un jour, au cours d'une prière en commun avec le Prophète  Salla-llah allahi wa salam  comme Imâm, un Compagnon avait rajouté une invocation à haute voix après que le Prophète ait dit : sami‘a Allahu limane hamidahu.
Après la fin de la prière, le Prophète  Salla-llah allahi wa salam  a demandé qui avait dit cela et a dit que trente anges s'étaient disputés pour pouvoir être celui qui allait écrire cette invocation.

Ibn Hajar en déduit qu'il est permis d'utiliser de nouveaux dhikr au cours de la prière tant qu'ils ne contredisent pas ceux conseillés dans les hadîths.

Nous remarquons que ce récit fait référence à la prière qui est l'acte rituel le plus important en Islam.

Il existe aussi un récit qui parle de l'utilisation de la Fâtiha comme moyen de guérison :
Al-Bukhârî rapporte d'après Abû Sa‘îd al-Khudrî qu'un groupe de Compagnons étaient en train de camper dans le désert lorsqu'un homme vint les voir en leur disant que leur chef venait d'être piqué par un scorpion et qu'ils avaient tout essayé mais que rien ne marchait. Un des Compagnons  Radhi Allah 'Anhou récita la Fâtiha en échange d'un troupeau de moutons. Ils ne se partagèrent pas le troupeau avant d'avoir demandé l'avis du Prophète  Salla-llah allahi wa salam. A leur retour, Sayyiduna Muhammad  Salla-llah allahi wa salam  leur demanda comment il savait que la Fâtiha avait un pouvoir de guérison et il accepta le partage du troupeau.

Ce hadîth montre que les Compagnons n'avaient aucune connaissance préalable de la capacité de guérison de la Fâtiha mais ils ont utilisé leur effort d'interprétation (ijtihâd : effort juridique).

Il existe aussi beaucoup de récits concernant des invocations (du‘â) faites par des Compagnons qui ont été validées par le Prophète  Salla-llah allahi wa salam  ensuite.

Si maintenant nous retournons au hadîth du début :

« Faites attention aux choses nouvelles, car toute nouveauté est une innovation, et toute innovation est un égarement, et tout égarement mène à l'Enfer »

Il devient plus facile de comprendre le sens véritable de ce hadîth.

La seule raison pour laquelle la Loi Islamique est valide pour toutes les époques et tous les lieux et est la plus facile et la plus parfaite de toutes les Lois, c'est parce que cette Loi comprend des principes méthodologiques généraux et universels. Les Savants ont reçu la capacité de compréhension des textes, la connaissance des types d'analogies et de parallélismes et l'excellence qui caractérise cette Loi. Allons-nous considérer que chaque innovation apparue après le premier siècle de l'Islam est une innovation blâmable sans considérer si elle entraîne un bénéfice ou un préjudice ? Cela invaliderait une grande partie des bases fondamentales de la Loi Sacrée aussi bien que les règlements obtenus par raisonnement analogique, et cela limiterait et rétrécirait la vaste et étendue envergure de la Loi. [6]
[6]Voir: Adillatu Ahli as-sunna wa al-jamâ‘a.

Le Sheikh Izz ad-din Ibn ‘Abdel-Ssalâm (le sultan des Oulémas) considère que la classification en cinq statuts légaux[7] pour les actes en jurisprudence doit aussi être appliquée pour les innovations :


1.Les innovations obligatoires :

Rédaction du Coran pour ne pas l'oublier (qui s'est faite la première fois à l'époque du troisième Calife ‘Uthmân Ibn ‘Affân (que Dieu l'agrée) ), étude de la grammaire, de la lexicographie arabe, classification des hadîths selon leur degré de certitude(fiabilité), apprentissage des arguments contre les déviances et les sectes...

2.Les innovations interdites

Les doctrines malsaines et déviantes (comme les fatalistes,les antropomorphistes,les Jabriyya...), toutes les activités répréhensibles par la Loi. Il s'agit aussi de toute altération consciente, volontaire et non justifiée dans le culte: exemple : la secte égarée qui a choisi(décrété) de faire seulement deux prières au lieu des cinq obligatoires ! Ou celle qui a choisi(décrété) de ne plus jeûner le Ramadan ! ...

3.Les innovations recommandées

Construire des écoles religieuses, écriture de livres sur le droit musulman et la science islamique en général, récitation de wird, mawlid an-nabi.
Parmi les bonnes coutumes aussi (ou les innovations méritoires), la lecture du Coran en groupe et à haute voix. Dans certains pays comme le Maroc, cette coutume est toujours d'actualité dans les mosquées après la prière du Maghreb et après la prière deSubh. Cela permet la mémorisation du Coran et l'apprentissage des ses règles de lecture. Il en est de même pour la lecture du Coran sur les tombes surtout la lecture de la Sourate Yâsîn.

4.Les innovations blâmables

Construire de trop belles mosquées, apprendre des sciences qui n'ont aucun intérêt juste par jeu.

5.Les innovations permises

Utiliser des fourchettes et des cuillères(**), manger d'autres plats (licites) que ceux consommés par le Prophète (paix et salut sur lui), posséder des biens matériels modernes (voiture,portable, ordinateur..).
(**)Manger (ou boire) dans des plats ou des récipients d'or ou d'argent est illicite. Ainsi qu'utiliser des fourchettes et des cuillères d'or et d'agent…

Le Grand Muhaddith Marocain Sidi ‘Abdullah Ibn As-Siddîq a dit:

“Dans les « Qawâ‘id al-Kubra », ‘Izz ibn ‘Abdel-Ssalâm classifie les innovations (bida‘) selon leur bénéfice, leur nuisance ou leur neutralité dans cinq catégories de règles : l'obligatoire, la recommandée, l'interdite, la blâmable et la permise, en donnant des exemples pour chacune de ces catégories et en mentionnant les principes de la Loi Sacrée qui vérifient cette classification.

Ses paroles sur le sujet montre une réelle compréhension et un savoir aiguisé à la fois des principes de la jurisprudence et du jeu des avantages/désavantages humains pour lesquels le Législateur a établi les règles de la Loi Sacrée.

Parce que sa classification des innovations a été établie sur des bases solides en droit islamique et en principes de la Loi, elle a été approuvée par l'Imam An-nawawî, par Ibn Hajar al-Asqalani et par la grande majorité des savants, qui ont agréé ses paroles et ont considéré qu'il était obligatoire d'appliquer sa classification à tous les nouveaux événements et à toutes les éventualités qui apparaissent avec le changement d'époque et la transformation des gens.
Personne ne doit rejeter cette classification en utilisant comme argument le hadîth qui dit « toute innovation est un égarement », parce que la seule véritable innovation qui est un égarement complet est celle qui concerne les bases de la croyance (ou une modification (altération) volontaire et sans preuve dans les piliers de la religion), comme les innovations des Mu‘tazilites, des Qadarites, des Murjiites et d'autres, qui ont contredit les croyances des premiers musulmans. Des innovations pareilles sont répréhensibles parce qu'elles sont dangereuses et dénuées de tous bénéfices.
Pour les innovations en acte, c'est-à-dire l'apparition d'un acte de dévotion ou autres qui n'existait pas au début de l'Islam, il doit obligatoirement être jugé en utilisant les cinq catégories définies par ‘Izz ad-dîn Ibn ‘Abd As-salâm. Affirmer que telle ou telle innovation est néfaste sans qualification n'est pas acceptable. (…)[8]

L'imam As-Shafi'i affirme [9] : « Toute chose innovée qui contredit le Livre, la Sounna, le Consensus des savants ou le Athar [10] [unanime], est une innovation (égarée) et une errance. Par contre toute chose qui est innovée en matière de bien et qui ne les contredit en rien, est une innovation louable. »
Il estime également [11] : « Il existe deux types d'innovations : les innovations réprouvées et les innovations autorisées. Les innovations conformes à la Sounna sont autorisées, mais celles qui la contredisent sont réprouvées ». Il appuie ses propos en se basant sur la parole de Omar  Radhi Allah 'Anhou : « Quelle bonne innovation celle-ci ! »[12]. Il importe de noter, à ce sujet, que des avis similaires ont été rapportés par nombre de savants tels que Al Bayhaqî , Al-Nawawî , l'Imâm Al-Haytamî, Abou Bakr ibn Al 'Arabi, Al-Ghazâli, Ibn Hazm, Ibn al Jawzî, le Sultan des oulémas l'imam Al ‘Izz Ibn ‘Abd as-Salâm et Al Hâfiz ibn Hajar et bien d'autres.[13]
L'imam Al-Shawkâni, éminent savant de l'Islam, a conclu dans son livre Nayl al-Awtâr que la séparation des innovations en bonnes et mauvaises, est la position la plus authentique.

[8] « Itqân assan ‘a fî tahqîqi ma ‘anâ al bid ‘a » (les statuts légaux de l'innovation : de l'innovation blâmable à la bonne coutume) : auteur le grand savant ‘Abdallah As-seddîq Al-ghumârî : édition : Maktabatu Al-qâhira : année 2005.

[9] Rapporté de Harmala disciple de As-Shafi'i par Abû Nu'aym dans Hilyat Al-Awliyâ.

[10] Un Athar est une information traditionnelle, en l'occurrence, ce qui est rapporté des compagnons du Prophète ou de leurs successeurs.

[11] Rapporté d'Al-Rabi', autre disciple de As-Shafi'i par Al-Bayhaqî dans son livre Madkhal et Manâqib Al-Shafi'i avec une chaîne authentique comme l'écrit Ibn Taymiyya dans son livre Dar' Ta'ârud Al-'Aql wa An-Naql.

[12]La parole de Omar est rapportée par Al-Bukhâri dans son Sahîh et par l'imam Mâlik dans Al-Mouwattaa (Livre 6: des prières surérogatoires à Ramadan chapitre II Hadîth 252): c'était à l'occasion de l'instauration (centralisation) des prières des Tarâwîh dirigées par un Imâm dans les nuits de Ramadan.

[13] Il importe de noter que certains savants ont classé les bonnes et les mauvaises innovations suivant les cinq statuts juridiques connus comme on a vu. L'innovation est ainsi divisée en : celle qui est obligatoire (wajiba), interdite (mouharrama), recommandée (mandouba), déconseillée (makrouha) ou indifférente (autorisée) (moubaha). En revanche, on trouve plus de réticence au niveau de l'école hanbalite et surtout avec Ibn Taymiyya.

[7] Voir le chapitre VI: les statuts légaux en Islam

DONC ON PEUT COMPRENDRE POURQUOI L CHEIKH QUE MA SOEUR OUM ABDELLAH A DIT QUE C EST HARAM ILLICITE CAR JE PENSE QU IL APPARTIEN 0 L ARABIE SAOUDITE QUI ADOPTE LEL MINHAGE WAHABI SALAFI ET ET POURQUOI LE  Sheikh Ahmad Ash-Sharabâsî QUI A DIT QU IL EST LIVITE HALAL CAR IL EST DE AL AZHAR EN EGYPTE QUI ADOPTE UNE METHODOLOGIE DES QUATRES DOCTRINES/MALIKITE HANBALITE HANAFIITE CHAFIITE/
ET CHACUN ET LIBRE DE SUIVRE  SUIVRE SON ECOLE OU BIEN MANHAJ A CONDITION DE RESPECTER LES AVIS DES AUTRES ET DE NE PAS LES INSULTER ET DE CREER LA DIVISION
WA ALLAH AELAM
 Salam Alaykoum
Journalisée
ghazza
Membre très actif
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Âge: 44
Localisation: Canada
Messages: 1147



Voir le profil
« Répondre #17 le: Septembre 24, 2008, 19:03:24 »
Share   Modifier le messageModifier

 bismillah   Salam Alaykoum

Ensuite l'exemple du tarawih est a mon sens non adapté à cette situation car la prière du tarawih fut célébrée par le Prophète lui-même pendant plusieurs nuits avec ses compagnons. Par la suite, il se retirait de peur que la pratique ne fût rendue obligatoire. Ceci n'est donc pas une innovation.


voici le hadith et la citation de omar  Radhi Allah 'Anhou qui a affirmé clairement que c est une innovation

 Qâriy qui dit :[/color]
" Je suis allé à la mosquée avec 'Umar b. al-Khattâb (qu'Allâh l'agrée) pendant une nuit de Ramadan et les gens y étaient dispersés en petits groupes. Les uns priaient individuellement, les autres étaient suivis par un groupe. Puis 'Umar dit : "Je vois qu'il serait mieux de rassembler ceux-là derrière un seul récitateur. Puis, il a décidé de les rassembler derrière Ubay b. Ka'b. Ensuite, j'y suis allé avec lui alors que les gens priaient derrière leur récitateur. Et 'Umar a dit : "Quelle excellente innovation
 Salam Alaykoum
Journalisée
Abdellah
l'age n'est pas un signe de vieillesse il est signe de sagesse et la sagesse est un cadeau plein de jeunesse
Membre très actif
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Âge: 52
Localisation: france
Messages: 1189


marié et trois magnifiques enfants


Voir le profil
« Répondre #18 le: Septembre 24, 2008, 19:31:07 »
Share   Modifier le messageModifier

Salam Alaykoum

Ma chère Oum Abdellah ,que Dieu te benisse

Je considères que chaque musulman est sacré et il ne convient pas d'incriminer qui que se soit

Chacun est libre de suivre la voie qu'il a choisit et suivre l'avis de qui il veut :Cela ne fait pas de lui un égaré jusqu'à preuve du contraire

Faire remonter l'origine de la célébration de la naissance du prophète aux chiites  et les incriminés de vouloir égarer la communauté n'est pas positif

De plus ,c'est une manière pour l'auteur de discréditer les frères et soeurs qui le pratiquent et indirectement leur donne le statut d'égarer

Car ce qui est dit subtilement est plus efficasse que ce qui est dit clairement :je te rappelle le propos

Citation
Il ne fait aucun doute que cette célébration de la nuit de son anniversaire a été innovée après lui (Salut et Bénédictions d'Allah sur lui) et ajoutée à sa législation et qu’il n’y rien de semblable en religion, donc c’est une innovation, et toute innovation est un égarement. Le Prophète (Salut et Bénédictions d'Allah sur lui) ne le faisait pas, ni les califes bien guidés, ni les imams de la religion qui sont venus après eux.

Cela n’a été fait qu’après eux par des Rafida [Shiites] lors du quatrième siècle après la Hijrah (date de l’émigration du prophète (Salut et Bénédictions d'Allah sur lui) vers Médine), dans l’intention de revivifier les coutumes de la période d’ignorance préislamique et pour égarer les musulmans. Nombres des générations suivantes les ont suivis, mais la majorité des savants le rejette.


Je pense que ce genre d'avis ne fais que renforcer les dissensions au sein de la communauté et c'est pour cela que j'ai fais réference à la division

Désoler si tu l'a pris pour toi mais c'est des avis qui deviennent récurrents dans la bouche de nos frères et soeurs et c'est bien dommage

Je déplore ce genre d'avis qui ne fait que creuser le fossé entre les croyants chaque jour un peu plus !

Je tiens a te dire que mes remarques n'étaient pas diriger contre toi et je ne t'accuse de rien ,cependant il faut s'attendre a ce genre de réaction de ma part quand on poste ce genre d'avis auquel je n'adhère pas du tout même si ils viennent des plus grands savants de la terre

Donc excuse moi de ne pas partager ton point de vue sur la question

Que Dieu te benisse ma chère soeur

 Salam Alaykoum

Ps :je tiens a présciser,pour l'ensemble de mes frères et soeurs , que je n'appartient a aucun groupe ,que je ne fais de préference pour personne et que certainement que je ne suis pas le mieux guidé mais une chose est sure c'est que j'appartient à la communauté musulmane et fier d'étre musulman :Donc ne me collez pas d'étiquette  Rire Mouslim baraka2
Journalisée

miriam2
Invité
« Répondre #19 le: Février 18, 2010, 20:35:34 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh

dans 9 jour ce sera le 12 eme jour de rabbi l awwal , ce sera l'anniversaire de la naissance du prophète , alayhi salat wa salam, il y a beaucoup de divergences quant à ce jour et à sa voir si on doit le "fêter" ou non......

Cheikh Abdoul Aziz Ibn Baz (Puisse Allah lui accorder sa miséricorde) a dit : « Si la célébration de l’anniversaire de la naissance du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui ) était instituée (par l’Islam), le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui ) l’aurait expliqué à sa communauté car il était le plus soucieux (de leur indiquer la bonne voie).Et aucun Prophète ne viendra après lui pour expliquer ce qu’il aurait omis, étant lui-même le seau des Prophètes. En vérité, il a bien expliqué ce qu’on lui doit en fait d’amour et d’observance de la loi, de prières pour lui et d’autres droits clairement indiqués dans le Coran et la Sunna. Cependant, il n’a pas dit à sa communauté que la célébration de l’anniversaire de sa naissance était instituée pour être pratiquée. En plus, il ne l’a pas fait durant sa vie. Et ses compagnons qui nourrissaient le plus grand amour pour lui et connaissaient le mieux ses droits, n’ont jamais célébré ce jour. Les califes bien guidés, leurs successeurs immédiats, gens constituant les trois meilleures générations ne l’ont pas célébrée non plus.

Croyez-vous que tous ces gens là ignoraient ses droits ou les négligeaient de manière à laisser aux générations postérieures le soin de combler cette lacune et de restaurer ce droit ?! Nom, au nom d’Allah !

De telles affirmations ne peuvent pas émaner d’un homme raisonnable connaissant l’état des compagnons et de leurs fidèles successeurs.

 Sachant que la célébration de l’anniversaire de la naissance du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) n’existait pas de son vivant et ne se pratiquait pas du temps de ses compagnons et du temps des premières générations (musulmanes) et n’était pas connue chez eux. Vous vous rendez compte qu’il ne s’agit que d’une innovation introduite dans la religion et qu’il n’est permis ni de la pratique ni d’y appeler les gens. Car il faut plutôt la réprouver et avertir les gens à son égard » Voir Madjmou’ fatawa Cheikh Ibn Baz, 6/318-319.

Journalisée
Oum Hasna
Membre très actif
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Âge: 26
Localisation: lyon
Messages: 2110



Voir le profil
« Répondre #20 le: Février 24, 2010, 16:39:13 »
Share   Modifier le messageModifier

bismillah

Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh

La célébration de l'anniversaire du Prophète

Q : Qu’en est-il de la célébration de la naissance du Prophète ?



 R : Premièrement :La nuit de la naissance du Prophète, prière et salut d’Allah sur lui, n’est pas connue de façon certaine. D’ailleurs, certains chercheurs contemporains en sont arrivés à la conclusion qu’il s’agissait de la nuit du 9 Rabi’ Al-Awwal et non du 12. Ainsi, célébrer la naissance du Prophète, prière et salut d’Allah sur lui, la nuit du 12 n’a pas de base du point de vue historique.




Deuxièmement : Du point de vue religieux, cette célébration n’a point de source non plus, car si cela faisait partie de la Loi divine, le Prophète, prière et salut d’Allah sur lui, l’aurait fait ou l’aurait enseigné à sa communauté. Si effectivement il l’avait fait ou enseigné, cette information aurait nécessairement été conservée, car Allah le Très-Haut dit :





« En vérité c’est Nous qui avons fait descendre le Coran, et c’est Nous qui en sommes gardien. »[1][/b]



Etant donné que rien de tout cela n’est arrivé, nous en déduisons donc que cela ne fait pas partie de la religion d’Allah. En se basant sur cela, il n’est pas permis d’adorer Allah – Exalté soit-Il –  ou de se rapprocher de lui par ce moyen. Sachant qu’Allah le Très-Haut a mis en place pour nous une voie particulière – qui est ce qui a été révélé au Prophète, prière et salut d’Allah sur lui – pour arriver à Lui, comment pouvons-nous nous permettre, alors que nous ne sommes que Ses serviteurs, de mettre en place par nous-mêmes une voie nous permettant d’arriver à Lui ? C’est un crime à l’égard du droit d’Allah, exalté soit-Il, que de légiférer dans sa religion ce qui n’en fait pas partie. De même, cela implique que l’on traite de mensonge la parole d’Allah, exalté soit-Il :



« Aujourd’hui, J’ai parachevé pour vous votre religion, et accompli sur vous Mon bienfait. »[2][/b]

Nous disons donc que si cette célébration fait partie du parachèvement de la religion, il aurait fallu qu’elle soit antérieure à la mort du Prophète, prière et salut d’Allah sur lui. Si ce n’est pas le cas, elle ne peut donc faire partie de la religion, car Allah le Très Haut dit :




« Aujourd’hui j’ai parachevé pour vous votre religion. »



 Et quiconque prétend que cette célébration fait partie du parachèvement de la religion et qu’elle est apparue après le Prophète, prière et salut d’Allah sur lui, son affirmation implique que le noble verset précédent est un mensonge. Il n’y a aucun doute que ceux qui célèbrent la naissance du Prophète, prière et salut d’Allah sur lui, ont pour intention de l’honorer, de manifester leur amour pour lui, de raviver les sentiments à son égard lors de ces festivités… et tout ceci fait partie des adorations. L’amour du Prophète est une adoration, au point où la foi d’une personne n’atteint la perfection que lorsque le Prophète, prière et salut d’Allah sur lui, devient plus cher à ses yeux que sa propre âme, ses enfants, son père et toute l’humanité.



De même, la vénération du Prophète, prière et salut d’Allah sur lui, est une adoration. Tous les sentiments à son égard font aussi partie de la religion, car ceux-ci incitent la personne à mettre en pratique la législation prophétique. Ainsi, la célébration de la naissance du Prophète, prière et salut d’Allah sur lui, avec l’intention de se rapprocher d’Allah et de vénérer son Prophète, est une adoration. Sachant que c’est une adoration, il n’est donc aucunement permis d’inventer dans la religion ce qui n’en fait pas partie. Ainsi, la célébration de la naissance du Prophète est une innovation et est interdite.



En outre, nous avons entendu dire qu’il existe dans ces célébrations de grandes transgressions que ni la Loi divine, l’instinct ou la raison humaine ne tolèrent. Ainsi, les gens chantent des poèmes comportant de l’exagération dans la vénération du Prophète, prière et salut d’Allah sur lui, au point de le rendre plus grand encore qu’Allah lui-même - qu’Allah nous en protège. Nous avons aussi entendu parlé de la sottise de certains d’entre eux qui, lorsque le conteur narre la vie du Prophète, prière et salut d’Allah sur lui, puis prononce la phrase : « Le Prophète est né », ils se lèvent tous comme un seul homme en disant : « L’âme du Prophète, prière et salut d’Allah sur lui, est présente, nous nous levons donc par déférence pour elle. » Ceci n’est que sottise. En outre, il ne fait pas partie des bonnes mœurs de se lever, car le Prophète, prière et salut d’Allah sur lui, détestait que l’on se lève pour lui. Ainsi, ses Compagnons – qui sont les êtres qui l’aiment le plus et le vénèrent bien plus que nous encore – ne se levaient pas pour lui car ils savaient qu’il détestait cela de son vivant… que dire donc de ces divagations ?
 



  • Cheikh Otheimine
  • Magazine al-Mujâhid, n°22.

[1] Al- Hijr, v. 9.

[2] La Table Servie, v. 3.


« Dernière édition: Février 03, 2012, 21:11:01 par Um-Nour » Journalisée



S.3 V.133.Et concourez au pardon de votre Seigneur, et à un Jardin (paradis) large comme les cieux et la terre, préparé pour les pieux,
leilaconvertie
Nouveau membre
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Âge: N/A
Localisation: belgique
Messages: 1



Voir le profil
« Répondre #21 le: Février 26, 2010, 12:32:08 »
Share   Modifier le messageModifier

qui peu me dire se que l'on doit dire faire comme priere avec le chapellet a l'occassion de la naissance du prophete  Baraka Allahou Fik
Journalisée
Allahouakbar1234
Membre très actif
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Âge: 34
Localisation: roubaix
Messages: 659



Voir le profil
« Répondre #22 le: Février 26, 2010, 14:22:55 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh

Question: Est-ce que célébrer l'anniversaire du Prophète (priere et paix sur lui) est halal ou haram (licite ou illicite)?

Réponse: L'établissement de la célébration de l'anniversaire du Prophète (priere et paix sur lui) ou (l'anniversaire de) d’un autre que lui est une innovation. Et Cela a été confirmé sous l'autorité du Prophète (priere et paix sur lui) qui a dit: « Tout acts non conforme à nos enseignements est à rejeté. »(Al-Boukhari /2697 et Sahih Mouslim/1718).

Et avec Allah se trouve tout le succès et que les saluts et les bénédictions d’Allah soient notre Prophète (priere et paix sur lui) sa famille et ses compagnons.

Fatawa du Comité permanent pour la recherche d'Islamique et des Fatawas V3/p 39,


Question: Pourquoi certaines personnes acceptent-elles et d’autres refusent-elles la célébration du Prophète (priere et paix sur lui)? Quel est votre avis?

Réponse: Les louanges sont à Allah. Il n'y a rien dans le Qur’an qui nous dit que nous devrions célébrer le Mawlid ou l'anniversaire du Prophète (priere et paix sur lui). Le Prophète en personne (priere et paix sur lui) n'a pas fait cela ou a ordonné à quelqu’un de la faire durant sa vie ou après sa mort. En effet, il leur a dit (priere et paix sur lui) de ne pas exagérer au sujet de lui comme les chrétiens ont exagéré au sujet de ‘Issa (sur lui la paix). Il a dit: “N’exagérer pas sur moi comme les chrétiens ont exagérés au sujet du fils de Maryam. Je suis seulement un serviteur ainsi dites : « serviteur d'Allah et son Messager. » (al-Boukhari).

Ce qui a été rapporté est que le Prophète (priere et paix sur lui), a fait le jour de sa naissance un jour de culte, qui est différent de la célébration. Il a été interrogé sur le jeûne du lundi, et il a dit: "C’est le jour ou je suis né et le jour ou j’ai été chargé de la Mission (transmettre la révélation) et le jour ou je reçu la première Révélation." (Mouslim, An-Nasaa’i et Abou Daoud). D'ailleurs, nous savons que les Sahaabah (qu'allah les agrer) étaient le peuple qui a aimé le plus le Prophète (priere et paix sur lui). Est-ce que l’on a rapporté qu'Abu Bakr, qui était le plus proche de lui et de celui qui l'a aimé le plus, a célébré l'anniversaire du Prophète (paix et bénédictions d'Allah soient sur lui)? Est-ce que l’on a rapporté que ‘Umar, qui a régné douze années, ou ‘Uthman, avaient fait cela? Est-ce que l’on a rapporté que ‘Ali, son parent et fils adoptif, avait fait cela? Est-ce que l’on a rapporté qu'un quelconque des Sahaabah a fait cela?

Non, par Allah! Est-ce parce qu'ils ne se rendaient pas compte de son importance, ou qu’ils n’ont pas vraiment aimé le Prophète (priere et paix sur lui)? Personne ne dirait une telle chose excepté celui qui s'est égaré et y mène les autres. Est-ce que un des Imams (qu’Allah leur fasse miséricorde) – Abu Hanifah, Malik, al-Shafi’i, Ahmad, Hasan al-Basri, Ibn Sirin – ont fait cela ou ordonné aux autres de le faire ou de dire que c'était autorisé?

Par Allah, non! Il n’en n’a même été fait mention pendant les premiers et trois meilleurs siècles (après la mort du Prophète (priere et paix sur lui)).

Le Prophète (priere et paix sur lui) a dit dans un hadith de sahih: “Les meilleurs gens de l’humanité sont ceux de ma génération (ou de mon siècle), puis ceux qui viennent après eux, puis ceux qui viennent après eux. Puis après eux viendra un peuple qui ne soucieront pas si leur témoignage vient avant leur serment ou vice et versa(Al-Boukhari, Mouslim et At-Tirmidhi). La célébration de l'anniversaire du Prophète (priere et paix sur lui) est apparue beaucoup de siècles plus tard, quand plusieurs des dispositifs de la religion vraie ont disparu et que la bid’ah s’est répandue. Ainsi cette célébration est-elle devenue un signe d’amour du Prophète (priere et paix sur lui)? Mais peut-il être possible que les Sahaabah, les Imaams et les personnes des trois meilleurs siècles l’aient ignoré, et que c’est seulement ceux qui sont venu plus tard qui se rendent compte de son importance? Ce que le Qur’an nous indique est que l'amour du Prophète (priere et paix sur lui), est prouvé en suivant la guidance qu'il a apportés. Allah indique dans la Sourate Al Imran (3): "31. Dis: ‹Si vous aimez vraiment Allah, suivez-moi, Allah vous aimera alors et vous pardonnera vos péchés. Allah est Pardonneur et Miséricordieux. 32. Dis: ‹Obéissez à Allah et au Messager. Et si vous tournez le dos... alors Allah n'aime pas les infidèles ! "

La première verset explique que l'amour est juste une réclamation, mais la preuve de la sincérité est de suivre ce que le Prophète (priere et paix sur lui) a apporté. La deuxième aayah réaffirme l'importance et la nécessité d'obéir à Allah et à Son Messager (priere et paix sur lui). Par conséquent Allah a fini le verste avec un avertissement très sévère dans lequel ceux qui refusent d'obéir sont décrits comme des infidéles, et qu’Allah n'aime pas les incroyants. Nous demandons à Allah de nous préserver de cela. Le Prophète (priere et paix sur lui) nous a mis en garde contre le danger de ne pas lui obéir, et du danger de rajouter à ce qu'il a apporté. La célébration du Mawlid ou de son anniversaire est en effet une innovation à ce qu'il a apporté comme tous les savants l’ont confirmé. Il a dit (priere et paix sur lui) : "La meilleure parole est le livre d'Allah, et le meilleur des guides est Muhammad. Les plus mauvaise des choses sont celles qui sont inventées et chaque innovation est un égarement. "(Mouslim et Nasa’i).

Nous demandons Allaah de nous protéger contre la bid’ah, de nous bénir en nous aidant à suivre l’authentique religion (l'Islam) et la Sounnah de Son Messager (sallallaahu 'aleyhi wa salam).

Et Allah est plus Savant. Puisse Allah bénir notre Prophète Muhammad.

Fatawa du Comité permanent pour la recherche d'Islamique et des Fatawas
V 3/p 33
Journalisée
al-tin
Membre très actif
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Localisation: france
Messages: 1245



Voir le profil
« Répondre #23 le: Février 27, 2010, 11:24:16 »
Share   Modifier le messageModifier

qui peu me dire se que l'on doit dire faire comme priere avec le chapellet a l'occassion de la naissance du prophete  Baraka Allahou Fik

Salam Alaykoum

Tu peux multiplier les salawats sur lui (saws)
Journalisée

"Dieu nous a garanti ce bas-monde nous demandant d'oeuvrer pour l'au-delà.
Ah si seulement Il nous avait garanti l'au-delà, en nous ne demandant d'oeuvrer que pour ce bas-monde."
Un Connaissant.
neyla64
Membre actif
****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Localisation: toulouse
Messages: 297



Voir le profil
« Répondre #24 le: Février 27, 2010, 11:52:27 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum mon  Rire Mouslim Allahouakbar1234   Baraka Allahou Fik pour ce rappel j'ai écouté un Darss sur la naissance du prophète SAWS et c'est bien ce que tu dit .


 Baraka Allahou Fik
Journalisée
DELIVRE
Invité
« Répondre #25 le: Février 27, 2010, 12:49:12 »
Share   Modifier le messageModifier

                                                                                                bismillah


                                                                    Salam Alaykoum


    Baraka Allahou Fik mon Jeune  Rire Mouslim Allahouakbar1234 ,Clair,Net,Précis .  MachAllah


                                                          Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
Journalisée
naimaosman
Nouveau membre
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Âge: N/A
Localisation: djibouti
Messages: 49



Voir le profil
« Répondre #26 le: Mars 03, 2010, 13:42:44 »
Share   Modifier le messageModifier

 bismillah

Moi je ne suis pas d'accord avec toi cher soeur;

 Salam Alaykoum
Journalisée
Oum Hasna
Membre très actif
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Âge: 26
Localisation: lyon
Messages: 2110



Voir le profil
« Répondre #27 le: Mars 03, 2010, 14:39:00 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh

barak Allahou fiki

Citation
Moi je ne suis pas d'accord avec toi cher soeur;

http://www.mosquee-lyon.org/forum3/index.php/topic,18836.0.html


 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
Journalisée



S.3 V.133.Et concourez au pardon de votre Seigneur, et à un Jardin (paradis) large comme les cieux et la terre, préparé pour les pieux,
naimaosman
Nouveau membre
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Âge: N/A
Localisation: djibouti
Messages: 49



Voir le profil
« Répondre #28 le: Mars 03, 2010, 14:57:31 »
Share   Modifier le messageModifier

 bismillah

Si c'est de l'innovation alors pourkoi notre grand mosqué lyon le fete t-il alors?
Journalisée
Oum Hasna
Membre très actif
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Âge: 26
Localisation: lyon
Messages: 2110



Voir le profil
« Répondre #29 le: Mars 03, 2010, 15:44:03 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh

demande leur directement  InchAllah, c'est pas parce que yen a beaucoup qui le fête que ca devient halal oukhti subhanALLAH.

Le nombre de mosquée où grand nombre d'innovations sont pratiquées...subhanAllah.

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
Journalisée



S.3 V.133.Et concourez au pardon de votre Seigneur, et à un Jardin (paradis) large comme les cieux et la terre, préparé pour les pieux,
   

L'histoire du prophete Mohamed
 Journalisée
Pages: [1] 2
  Ajouter aux favoris  |  Imprimer  

 
Aller à:  

 Développé par TOOLYNK, agence de développement d'applications web et mobile à Lyon & Paris
Technologies: Javascript, React, React Native, Angular, Java, Symfony, .NET, Réalité Virtuelle