Forum de la Grande Mosquee de Lyon
Nouvelles: Téléchargez sans plus attendre la GML tool, la barre d'outils 100% islamique, 100% Grande Mosquée de Lyon !!
 
*
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Charte du Forum  
Favoris  
Coran 
GML TV
connectez vous !

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session


Pages: [1]
  Ajouter aux favoris  |  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Les banques musulmanes, Islamiques  (Lu 15574 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
muslimclassic
Invité
« le: Juin 14, 2007, 18:55:26 »
Share   Modifier le messageModifier

J aurai voulu savoir s'il existai des banques qui ne pratiquai pas d interet. J ai cru comprendre qu'il etai possible de demander a son banquier de supprimer les interets de son livret...Mais cela est vraimentfiable car les capitaux en jeu au sein des banques sont tellement important qu'ils peuvent olacé notre argent sans ke l on soit au courant...
J aurai voulu connaitre votre avis...
« Dernière édition: Novembre 24, 2007, 15:23:27 par muslimclassic » Journalisée
shams
Invité
« Répondre #1 le: Juin 14, 2007, 19:23:44 »
Share   Modifier le messageModifier

Assalam wa alaykoum

En France les banques islamiques n'existent pas malheureusement.
Le riba est de partout présent..
En Grande Bretagne, il y en a une.

salam wa alaykoum
Journalisée
muslimclassic
Invité
« Répondre #2 le: Juin 14, 2007, 19:57:59 »
Share   Modifier le messageModifier

Merci de cette precision , mais comment devons nous faire pour etre sur de ne pas réalisé d'interet? faut il garder son argent chez soi?? ou est il possible de creer une epargne en Grande Braetgne dans une banque Musulmane???
Journalisée
muslimclassic
Invité
« Répondre #3 le: Juillet 02, 2007, 18:32:42 »
Share   Modifier le messageModifier

LE SYSTEME BANQUIER ISLAMIQUE


Premièrement, la pratique de l’usure est interdite en Islam de manière aggravée. Allah a stigmatisé son auteur et lui a déclaré la guerre et lui a prédit un mauvais sort au jour de la Résurrection. A ce propos, Il a dit : «Ceux qui mangent (pratiquent) de l’intérêt usuraire ne se tiennent (au jour du Jugement dernier) que comme se tient celui que le toucher de Satan a bouleversé. Cela, parce qu’ils disent: “Le commerce est tout à fait comme l’intérêt”. Alors qu’Allah a rendu licite le commerce, et illicite l’intérêt. Celui, donc, qui cesse dès que lui est venue une exhortation de son Seigneur, peut conserver ce qu’il a acquis auparavant; et son affaire dépend d’Allah. Mais quiconque récidive… alors les voilà, les gens du Feu! Ils y demeureront éternellement. Allah anéantit l’intérêt usuraire et fait fructifier les aumônes. Et Allah n’aime pas le mécréant pécheur. Et si vous ne le faites pas, alors recevez l’annonce d’une guerre de la part d’Allah et de Son messager. Et si vous vous repentez, vous aurez vos capitaux. Vous ne léserez personne, et vous ne serez point lésés. » (Coran, 2 : 275-279).

Le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) a maudit le consommateur du revenu de l’usure, son producteur, celui qui l’enregistre et ceux qui l’attestent et il a dit qu’ils sont tous pareils. (rapporté par Mouslim, n° 1598 d’après un hadith de Djabir).

Le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) a dit encore : «consommer un dirham issu de l’usure en toute connaissance de cause est plus grave que 30 actes de fornication » (rapporté par Ahmad et at-Tabarani et déclaré authentique par al-Albani dans Sahih al-Djami, n° 3375.

D’autres textes vont dans le sens de l’interdiction aggravée de ce crime abominable.

Le système financier islamique rejette toute pratique entachée d’usure. Mieux, la Charia interdit certaines transactions pour prévenir la pratique de l’usure.

Deuxièmement, les banques actuelles sont usurières hormis quelques exceptions. La présence d’une banque dans un pays musulman ne signifie pas qu’elle est une banque islamique. La majorité des banques sont fortement liées à des banques juives ou croisées étrangères. C’est une triste réalité que les pays musulmans qui abritent plus d’un milliard de musulmans ne possède pas une banque islamique débarrassée d’usure, à l’exception de quelques établissements.

Les autorités musulmanes doivent s’occuper vraiment de cette question et instaurer un système bancaire islamique indépendant. Leurs ulémas sont disponibles, la main d’œuvre abondante et des capitaux considérables mobilisables. Allah soit loué.

Troisièmement, le vrai système financier islamique est exempt d’usure puisqu’il émane du livre d’Allah et de la Sunna de Son Messager (bénédiction et salut soient sur lui).

Allah dit : « ô les croyants! Craignez Allah et renoncez au reliquat de l’ intérêt usuraire, si vous êtes croyants. Et si vous ne le faites pas, alors recevez l’ annonce d’ une guerre de la part d’ Allah et de Son messager. Et si vous vous repentez, vous aurez vos capitaux. Vous ne léserez personne, et vous ne serez point lésés. » (Coran, 2 :278 - 279)

Nous demandons à Allah d’améliorer les conditions de vie des musulmans et d’assister les autorités à bien faire.

Louanges à Allah, le Maître des mondes.

Allah le sait mieux.
Journalisée
farid13600
Nouveau membre
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Âge: 43
Localisation: marseille
Messages: 25


Voir le profil
« Répondre #4 le: Août 24, 2007, 20:49:05 »
Share   Modifier le messageModifier

mon pere a entendu un ulema a la chaine iqra parler de ce sujet car bon nombre d'entre nous sommes dans ce cas :

en resumé : les interets seront a donner a des necessiteux, mais nous n'auront pas de hassanat ni de pecher...en gros les hassanats annuleront les dnoubs...mais allahou arlam
Journalisée

Salamou Arlikoum
asterixe
Invité
« Répondre #5 le: Août 25, 2007, 12:30:03 »
Share   Modifier le messageModifier

Certaine banque française fonctionnent bien en respectant la charia islamique, mais sous d'autre cieu, qu'es ce qui les empeche de le faire ici en fran ce?

http://www.afrik.com/article12056.html
Journalisée
Oukhti Sajida
Membre régulier
**
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Âge: 29
Localisation: Oise
Messages: 55



Voir le profil
« Répondre #6 le: Août 25, 2007, 13:05:28 »
Share   Modifier le messageModifier

 
Salam Alaykoum

Je vous apporte une petite information qui pour le moment n'a pas vraiment de valeur...

Mais j'avais vu un jour aux informations que le concept des banques musulmanes (on montrait particulièrement celle d'Angleterre) plait à beaucoups de non-musulmans... et il se pourrait très bien que bientôt des banques en France décident de "copier" les banques musulmanes...

Allahu Ahlem, en tout cas c'était bien dit que le projet interessaient de nombreux europeens.

 Salam Alaykoum
Journalisée

voyageur
Nouveau membre
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Localisation: valence
Messages: 2



Voir le profil
« Répondre #7 le: Novembre 03, 2007, 21:53:38 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum

  je souhaiterais savoir s'il existe une banque en france qui respecte les principes musulmans ?
  j'ai entendu dire que ca existait en angleterre, il y a un site en francais ?



          baraka2
Journalisée
dékra
Invité
« Répondre #8 le: Novembre 03, 2007, 23:07:04 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum

voila un article trouvez sur le net

c'est un futur projet de banque islamique en france pour les annés a venir  InchAllah



"FS International Partners SA a récemment lancé un plan d'investissement pour créer le premier charia à la banque, Tayseer Banque, en France.

L'objectif principal de la banque est de servir les communautés musulmanes en France et combler un vide sur le marché financier. Ces communautés se composent de l'Afrique du Nord et de la communautés d'Afrique subsaharienne, ainsi que les musulmans de l'Asie du Sud et du Golfe.

La banque est censée répondre à la préférence de ces communautés à mener leurs finances personnelles et des services aux entreprises sur la base des principes de la charia. Toutefois, Tayseer Banque interviendra dans un véritable esprit de 'laïcité dans tous ses Etats "conçu à l'origine comme dans le système français, et fournira des services à tous les individus, entreprises et institutions, quelle que soit leur nationalité, d'origine ethnique, de croyance ou de religion.

Se fondant sur un mémorandum d'accord incorporant certains termes et conditions convenues avec les autorités bancaires français, une société française a été créée pour organiser la banque.

Le placement privé mémorandum, lancé hier, les pays du Moyen-Orient et offre des investisseurs institutionnels européens la possibilité de participer au financement de la banque. La société fournira également l'occasion pour les particuliers et les investisseurs institutionnels de la communauté locale à souscrire à une partie du capital de la banque à une date ultérieure.

Le placement privé offrira un total de 4 millions d'actions de l'entreprise en bourse représente 80% de son capital. Parmi cela, 2,2 millions d'actions ou 44% du volume total d'actions, et est offert aux institutions financières islamiques à 10 euros par action, pour un montant total de 22 millions d'euros alors que 1,8 millions d'actions représentant 36 % Des actions de la société."


traduit de l'anglais
source: http://www.gulfinthemedia.com/index.php?m=economics&id=225814&lang=en
Journalisée
dékra
Invité
« Répondre #9 le: Novembre 04, 2007, 07:57:10 »
Share   Modifier le messageModifier

article traduit de l'anglais

source: http://ribh.wordpress.com/2007/10/02/vers-la-creation-de-la-premiere-banque-islamique-en-france-tayssir-bank/

"Secteur bancaire(Opérations de banque) Communautaire Islamique en France : l'Expérience Bancaire Tayssir 
Cet article décrit l'expérience d'établir la première banque communautaire (Islamique) docile Shari'a en France. Il examine les bases théoriques et légales d'une banque qui adresse les besoins spécifiques de la communauté Musulmane française, attirant la législation déjà en place quant à d'autres institutions financières connues comme le crédit mutuel et leur fonctionnement dans le concept De laicite. Il passe en revue les facteurs politiques et sociaux qui ont mené à l'évolution d'une vue flexible favorisant l'acceptation d'une telle banque, aussi bien que des contraintes réglementaires(régulatrices) dans lesquelles la banque doit fonctionner. L'article fournit un résumé de la composition de la communauté Musulmane et ses préférences de valeur basées sur la foi. Il décrit aussi les mesures prises par quelques banques françaises majeures pour entrer au marché bancaire Islamique international et leurs efforts de développer des services bancaires Islamiques en France pour protéger leurs marchés intérieurs. Finalement, l'article analyse les facteurs menant à la libéralisation des règlements bancaires de la France pour protéger et maintenir(entretenir) sa position à un marché financier Islamique européen compétitif.


 
Lorsque l'idée de créer une  (islamique) communauté bancaire compatible avec la charia  en France ,a été lancée ,il ya trois ans, chacun a dit qu'il ne peut pas être fait. La France est un pays attaché à laicite, un principe français mieux connu dans le monde anglo-saxon comme la séparation de l'Eglise et l'Etat. En France, ce principe a été l'une des principales réalisations de la Révolution française. Toute la pensée de faire quelque chose qui pourrait violer ce principe sacro-saint serait politiquement incorrect, au mieux, pour ne pas dire une hérésie. En 1905, le principe de laicite été précisées dans une série de législations détaillées que la portée de son application dans la meilleure tradition de gaulois. Chose intéressante, toutefois, l'ingéniosité juridique français lui-même a exprimé une vingtaine d'années plus tard dans un autre ensemble de la législation qui s'occupent des relations communautaires et des associations coopératives. Quelle a été emmenées de groupes religieux et les organisations à base communautaire par la 1905 la législation, tels que le financement des missionnaires religieux et les groupes affiliés, a été remis à eux sous la forme de droits et privilèges qui leur a permis de bénéficier de divers mécanismes de financement. L'une des activités a été autorisée le droit des travailleurs et spécialement les groupes religieux pour mener leurs activités dans le cadre d'un système qui reconnaisse leur statut distinct et différences par rapport à d'autres. Cela a permis à des organisations religieuses, notamment catholique et d'autres organisations de travailleurs à la conduite de leurs affaires et activités financières sur la base du groupe de solidarité et de soutien mutuel. Ainsi, le concept de crédit mutuel (mutuelle de crédit) est né. La législation a permis la création d'financier de la communauté religieuse des institutions à la structure et aux transactions avec le gouvernement et les institutions financières pour obtenir des crédits et des installations dans des conditions d'égalité avec les autres institutions financières. À première vue, les crédits mutuels sont des institutions financières desservant des groupes spécifiques et en interaction avec les institutions financières, au bénéfice exclusif de leurs membres et, par conséquent, ont droit au même traitement à l'instar d'autres institutions financières. Toutefois, en servant des groupes spécifiques sur la base de leurs affiliations religieuses et les croyances et d'avoir accès à un financement public, ces institutions sont, en un sens fondamental en contradiction avec le concept de laicite.

Perspective de la communauté musulmane française

Lorsque les auteurs du Tayssir Banque d'abord les autorités bancaires français à la mi - 2005 avec l'idée de créer une banque pour servir la communauté musulmane en France, la réaction a été assez tiède. Les auteurs' idée est fondée sur le même principe de la communauté bancaire sous le système de crédit mutuel. Toutefois, la simple pensée que les musulmans français organiseraient leurs financière affaires à un formulaire sur la base de leur conviction religieuse est une source de grande gêne pour beaucoup dans le gouvernement et la société en général. Il s'agit d'un ensemble de la perception dans la société française à l'égard de la communauté musulmane; Certains sont factuels, d'autres sont présumés. Il est vrai que les familles musulmanes sont grandes en normes françaises et constituent la majeure partie de la partie inférieure de la pyramide économique. Toutefois, il existe un sentiment général est que les membres de ces communautés aredestined de rester là où ils sont parce qu'ils sont paresseux et manquent l'initiative. De nombreux membres de cette communauté sont perçues comme jamais tributaires des logements sociaux et le gouvernement à distribuer et donc ne sont pas intéressés à devenir productifs. Le plus important, cependant, c'est la profonde impression que la plupart des membres de la communauté musulmane résister à l'intégration dans le tissu de la société française, une société façonnée par la tradition judéo-chrétienne et des valeurs. L'extrapolation provenant de l'ensemble des perceptions ci-dessus se traduit par une politique qui nuit à la communauté musulmane en général. Avec le dénuement économique et le faible niveau de vie d'une part, et avec le chômage généralisé et de la préservation de son insistance séparée identité religieuse et culturelle de l'autre, il ya le principe que la communauté musulmane française est un vivier de l'extrémisme religieux et la violence. Par conséquent, tout effort tendant à servir la communauté musulmane uniquement à l'intérieur de son espace confiné et en accord avec ses propres croyances religieuses et des valeurs, irait concept de laicite, de retarder l'intégration, de créer des ghettos fondés sur la couleur et les affiliations religieuses et de loyauté au delà du contrôle de l'Etat, et Promouvoir le terrorisme. Telle était la théorie classique jusqu'à ce que la violence a éclaté à l'automne 2005 dans la banlieue parisienne et d'autres villes dans toute la France. Le gouvernement français a pratiquement perdu le contrôle de la situation, avec les socialistes français et les partis de droite, la négociation des accusations pour les causes de l'état misérable des pauvres en milieu urbain. En fait, un homme politique a pris une attitude ferme contre les émeutiers qui il a demandé voyous (écume) et se fait élu à la présidence de la France. En fin de compte, cependant, le gouvernement français a dû revoir les locaux de sa politique à l'égard de la communauté musulmane et d'autres communautés urbaines pauvres et de lancer des programmes spécifiques pour élever leur économiquement. Cela a inclus la création de possibilités d'emploi, la mise en place de centres de formation et de recrutement, et le développement de programmes de logements spéciaux pour permettre à faible revenu membres de la communauté musulmane et d'autres dans le même support économique accès à des logements abordables. L'initiative prise par le ministre lors de l'habitation et de la cohésion sociale Jean-Louis Borloo, qui a pris le nom de Plan Borloo de logement, de construire des logements abordables unités au prix de 100.000 euros par unité, est un modèle de ce type de programmes. Les Français musulmans sont une importante communauté de numérotation quelque part entre quatre et sept millions de personnes. Cette communauté est un marché qui n'a pas été perdu sur les banques classiques. De nombreux membres de la communauté musulmane française conduite de leurs affaires avec les banques classiques, car il n'ya pas d'alternative à leur disposition. Même quand elles le font, ils essaient de se comporter autant que possible dans le cadre des paramètres de leur religion. Par exemple, de nombreux musulmans, tels que les tenanciers qui doivent avoir des comptes bancaires en vue de la conduite de leurs affaires gagner un revenu d'intérêt sur leur solde. Généralement, ils ne tiennent pas de ce revenu, mais elle don à des organismes de bienfaisance. D'autres qui doivent avoir banque de prêts hypothécaires conventionnels acceptent avec réticence à payer des intérêts en raison de leur besoin d'avoir une maison et entretenir une famille. En fait, la nécessité de musulmans à la conduite de leurs affaires avec les banques classiques a fait l'objet d'une Fatwa (avis religieux) émise par un groupe d'éminents érudits religieux européenne (Mufti), agissant dans le consensus. En règle générale, les musulmans ne peuvent pas fondée sur des transactions d'intérêt si elles vivent dans les pays musulmans. Conformément à cet avis religieux, toutefois, les musulmans résidant dans les comtés non musulmans sont autorisés à des transactions commerciales sur la base d'intérêts, à condition qu'elles minimiser les incidences de ces opérations. Il est motivé que dans des circonstances extraordinaires et comme une question de nécessité, la nécessité de musulmans à subvenir à leurs besoins et entretenir leurs familles remplace leur obligation de se conformer strictement à certaines interdictions dictées par leur foi. Toutefois, les musulmans sont tenus de se conformer aux diktats des principes islamiques  si une option devient disponible. En d'autres termes, si la banque islamique fondée sur la charia devient disponible, les musulmans doivent, théoriquement parlant, à ajuster leurs situations et de déplacer leurs activités à l'établissement bancaire qui lui offre des services conformes à la charia.

Tayssir Banque: le défi d'une idée

Autant que la vie aux États-Unis a été défini récemment par deux périodes: avant et après le 11 septembre, pour la France la vie de la communauté musulmane a été défini comme étant avant et après les émeutes de 2005. C'est dans ce contexte politique et social que Tayssir Banque a été lancé. Par conséquent, lorsque les auteurs du Tayssir Banque retourné à la banque autorités françaises après les émeutes s'était calmée, les programmes de rattrapage et le gouvernement avait été lancé, l'atmosphère avait été changé. Les autorités bancaires sont maintenant prêts à examiner une demande d'établissement d'une banque islamique de la charia compatible. Toutefois, deux principales conditions ont été fixés: d'abord, la nouvelle banque devrait être ouvert à toutes les personnes, indépendamment de leurs convictions religieuses, l'origine nationale et la race; Et le deuxième, une société française ou européenne institution financière devraient participer à au moins un tiers du capital de La nouvelle banque. En outre, les autorités bancaires se pencherait sur cette banque française ou européenne en tant que garant ou sponsor (parrain) de la nouvelle banque. Les deux conditions ci-dessus semble logique. En principe, il ne fait aucun sens pour quiconque de lancer une institution financière restreinte à un groupe racial ou religieux. Toutefois, comme indiqué ci-dessus, en vertu du droit français les associations religieuses et les groupes de travailleurs sont autorisés à réduire leur appartenance seulement à ceux qui partagent avec eux leurs croyances religieuses et des valeurs, qu'elles soient catholiques, des protestants, des juifs, les socialistes, communistes, libertaires, Centristes, les travailleurs, les artisans ou les membres d'une guilde. En outre, ils seraient également autorisés à accéder à des fonds du gouvernement. Pourquoi alors exiger des autorités bancaires d'une institution financière qui s'adresse à la communauté musulmane d'être accessible à toutes les personnes, indépendamment de leurs croyances religieuses et des valeurs? Polémique mise à part, il n'est pas question que la communauté musulmane française a le droit de mener ses activités dans le cadre exclusif des organisations membres sur la base de ses propres convictions religieuses de la même manière que tout autre groupe religieux. Toutefois, le gouvernement ayant accès à des privilèges et des fonds est une toute autre affaire. Le gouvernement traite différemment la communauté musulmane au sujet de la publication d'une licence bancaire qui est essentiellement une forme d'affaires fondées sur le système de crédit mutuel. En outre, il arrête effectivement au moins quelques membres de la communauté musulmane de la possibilité d'acquérir des unités de logement abordable financé par le gouvernement depuis l'acquisition de ces logements doivent être en conformité avec les règles de financement hypothécaire conventionnel. Ces règles sont fondées sur l'emprunt avec les paiements d'intérêt et sont donc inacceptables pour certains musulmans parce qu'ils sont contraires à leurs croyances. En pratique, donc, la communauté musulmane est traitée différemment des autres groupes religieux et d'associations. La deuxième et probablement plus difficile exigence de la banque française autorités est d'avoir un parrain français ou européens (parrain) participe dans le capital de la nouvelle banque. À première vue, cette condition est facile à satisfaire. Vu la grande communauté musulmane française, les résidents et les immigrants, il est difficile d'imaginer pourquoi un français ou européen classique institution bancaire seraient réticents à participer au capital d'une banque compatible charia. En réalité, ce qui est un obstacle difficile à surmonter et a été le plus grand défi aux auteurs du Tayssir Banque ont rencontrés. Premièrement, il ya la politique et la stigmatisation sociale associée à la perception décrite ci-dessus. Certaines banques françaises qui ont été contactés ont exprimé réserve au sujet de leur association avec une institution dirigée principalement à servir les clients musulmans. La quasi-totalité d'entre eux ont exprimé l'avis général selon lequel une banque islamique expressément désignés, tant qu'une commission désignée explicitement chrétienne ou juive banque, serait clairement en contradiction avec le concept de laicite. D'autres ont dit qu'ils ne sont pas familiarisés avec la banque islamique, et que la plus grande partie de l'information qu'ils reçoivent du Bureau de contrôle des avoirs de l'US Treasury Department indique que les banques islamiques sont susceptibles d'être impliquées dans le blanchiment d'argent et le financement des activités terroristes. Une banque qui a été activement la commercialisation de ses propres produits financiers islamiques pour les musulmans français a été émoussé en disant qu'il a une certaine image sur le marché et il ne veut pas être considéré comme répondant aux besoins des musulmans. Hypocrisie de côté, il semble que la conservation de la pureté de son image de Brahman emporte sur toute les avantages financiers qui pourraient être obtenus auprès de la collectivité d'une sorte de "intouchables". Deuxièmement, une banque française ou européenne invitée à participer à une banque islamique de la charia compatible d'un tiers de son capital serait considérée par les autorités comme caution bancaire, et à ce titre, il est le seul responsable de tout problème qui pourrait surgir dans l'avenir . Compte tenu de cette lourde responsabilité, une banque française ou européenne doivent avoir une participation active dans le fonctionnement et la gestion de la nouvelle banque et doit être assuré d'un contrôle à tout moment. En outre, si cette banque est considérée comme le seul responsable, qui est 100% responsable, il est peu probable qu'il soit intéressé à recevoir un tiers seulement des avantages tirés de cette participation. Depuis sa responsabilité vis-à-vis des autorités dans le domaine bancaire primordiale, une banque française ou européenne préférerait financer toute nouvelle banque de sa propre et garder tous les bénéfices. Bien sûr, ce qui se passerait en supposant que cette banque est prête à surmonter la stigmatisation politique et sociale a noté plus haut risque et ternir sa réputation. En troisième lieu, pour une banque française ou européenne à participer à une charia la banque; Que ce soit par un tiers, la majorité ou même 100% du capital, il reste un problème de manque de clarté de la réglementation bancaire pour la banque islamique. Contrairement à la réglementation spéciale pour la banque islamique qui ont été émis par le service financier de l'Autorité de la Banque d'Angleterre, pas de tels règlements sont en place en France. En outre, depuis la banque, la finance et la fiscalité sont les questions du partage des responsabilités entre la Banque centrale (la Banque de France), le ministère des Finances, et peut-être d'autres organes du gouvernement, le traitement des transactions effectuées par le projet de la banque charia reste incertaine.

suite article sur le prochain message
 
Journalisée
dékra
Invité
« Répondre #10 le: Novembre 04, 2007, 07:57:10 »
Share   Modifier le messageModifier

suite article ...

Evolution du marché de la finance islamique

Il existe clairement une forte demande de services financiers islamiques et des produits sur le marché français. Les grandes institutions financières telles que la Société Générale, PNB Paribas, le Crédit Agricole et d'autres ont été implantés dans toute la région du Golfe: à Bahreïn, Dubaï ou le Qatar. La principale fonction des bureaux régionaux de ces banques est de détourner une partie de l'excédent de liquidités pour les investissements nationale et de les investir en Europe et   dans d'autres régions. Par exemple, en 2003 PNB Paribas a créé un "bras islamique" à Bahreïn, et a récemment annoncé son plan de l'ouvrage islamique obligations (sukkuks) pour une valeur de 2,2 milliards de la vente en Asie du Sud-Est et de la France. Elle a également établi des contacts avec les autorités françaises bancaire dans le but de commencer une banque islamique de détail ciblant musulmans français dans le but "de protéger son marché intérieur où la nation de cinq millions de musulmans composée de huit pour cent de la population".  Même les plus purs de la plus pure des banques françaises et européennes se disputent pour élaborer des produits financiers et un  marché français à la communauté musulmane.Certaines banques telles que Dexia ont même parrainé un programme d'études portant sur islamique Asset Management à l'Université de Paris. À travers le canal, la Banque islamique de Grande-Bretagne, la Banque européenne d'investissement islamique, ABC International Bank et d'autres on été sur le marché français pour vendre leurs produits et services financiers.. Au moins une banque islamique autorisé au Royaume-Uni, qui a déjà présenté une demande à part entière à développer les opérations de banque de détail en France. Toutefois, les autorités bancaires françaises ont maintenu leur position et ont insisté sur la satisfaction des conditions susmentionnées, indépendamment du fait que l'interdépendance européenne règles bancaires permettre aux autres banques européennes à opérer en France sur la base de la réciprocité. Il semble que les autorités bancaires ont fini par comprendre que le fait d'autoriser la création de banques islamiques en France sera incontournable pour un certain nombre de raisons. Premièrement, la banque islamique dans le monde est un phénomène croissant, et la France ne veut pas manquer la fête. Deuxièmement, les principaux établissements bancaires français ont été impliqués dans la banque islamique à grande échelle et sont déterminés à apporter à la banque islamique de France pour "protéger leurs marchés." Troisièmement, les autres pays européens banques islamiques, en particulier en provenance du Royaume-Uni, sont déjà actifs sur le marché français d'une façon ou l'autre et sont écoutes clients de la communauté musulmane française. Peut-être que le défi le plus grave bancaire français autorités font face à l'heure actuelle est qu'ils ont une faible cas européen contre d'autres banques islamiques basées intéressés par exploitation en France en conformité avec interuniversitaire européenne de la réglementation bancaire. Administratif restrictions imposées à ces banques d'opérer en France serait considéré comme soumis à des mesures protectionnistes au défi les organes européens compétents. Par conséquent, les autorités bancaires françaises ont récemment pris des contacts avec l'Autorité des services financiers du Royaume-Uni en vue de tirer des leçons de son expérience et d'adopter certaines des mesures mises au point pour les institutions financières islamiques.

Relever le défi

Vu la forte demande pour les services de banque islamique et les produits sur le marché français, les auteurs du Tayssir Banque n'ont pas été découragés par les obstacles placés par les autorités bancaires français. Une demande a été officiellement présenté à la banque française d'organiser des autorités de la Banque, avec un plan d'affaires détaillé. En vue de répondre aux exigences de la première autorités bancaires, les auteurs ont précisé dans la demande, ainsi que dans tous les documents et matériels de présentation que: "Tayssir Banque interviendra dans un véritable esprit de laicite comme cela avait été initialement conçu dans le système français, et Fournira des services à tous les individus, entreprises et institutions, quelle que soit leur origine nationale, l'appartenance ethnique et religieuse préférence ". La déclaration ci-dessus satisfait à l'exigence des autorités de la banque pour l'ouverture à tous les autres groupes ethniques et religieux. En fait, comme la communauté charia la banque, Tayssir bancaire est beaucoup plus ouvert que d'un crédit mutuel tel qu'il est conçu et exploité par des groupes religieux et des organisations. Les auteurs de Tayssir Banque ont même pris un engagement plus ferme en faveur de l'ouverture en alignant les intérêts de la communauté musulmane française avec les normes éthiques et environnementales qui ont désormais un rôle de la politique paneuropéenne. Banques islamiques doivent s'abstenir de certaines opérations comme interdit traitant de l'alcool, porc, jeux d'argent, la pornographie, etc Tayssir Banque fortifier ces normes éthiques en ajoutant à la liste des personnes interdites de transactions portant sur des armes, le tabac et les produits génétiquement modifiés. En somme, Tayssir banque sera compatible charia, mais aussi une éthique et respectueux de l'environnement orientés vers la banque. Les auteurs de Tayssir Banque ont déjà mis en place la plupart des fonds nécessaires pour capitaliser. Une gestion est également à l'œuvre pour mettre en oeuvre le plan d'affaires de la Banque. S'agissant de la deuxième condition en ce qui concerne la participation d'une banque française ou européenne dans la structure du capital, les discussions sont en cours avec plusieurs banques pour terminer le processus.

Conclusion

Les auteurs de Tayssir Banque ont été les premiers à concevoir l'idée de créer une une banque charia en France . Leur travail de pionnier suscite beaucoup de discussions au sein de la communauté musulmane, ainsi qu'avec les autorités bancaires français. La demande qu'ils ont présenté en décembre 2006 d'organiser un Tayssir Banque islamique compatible avec la charia  a été la première demande d'une telle licence bancaire. Surtout, les auteurs ont la vision unique de la création d'une banque que la charia est compatible ouvert à tous et donc conforme aux principes de base de laicite. Cette vision étend le champ d'opérations de la banque au-delà des principes de la loi islamique pour inclure la transparence et l'éthique et les normes environnementales ainsi. Cette vision est fondée sur la prémisse que la banque islamique est éthiquement bancaire. Par conséquent, si une banque islamique s'écarte de l'éthique et des normes de transparence, il n'est pas admissible qu'elle soit islamique. C'est peut-être l'aspect le plus important de la banque islamique. C'est aussi le plus grand défi que devra faire face à la réglementation bancaire dans les années à venir.

Fehmy SADDY

Président de l'EM International Partners, SA, Genève, SwitzerlandWritten pour publication dans la Revue Bancaire et Financière (juillet 2007)
Journalisée
muslimclassic
Invité
« Répondre #11 le: Novembre 24, 2007, 15:22:47 »
Share   Modifier le messageModifier

 bismillah

                              Exemple de Banque Islamique en Angleterre
                     
               
« Dernière édition: Novembre 24, 2007, 15:24:20 par muslimclassic » Journalisée
   

Riba
 Journalisée
Pages: [1]
  Ajouter aux favoris  |  Imprimer  

 
Aller à:  

 Développé par TOOLYNK, agence de développement d'applications web et mobile à Lyon & Paris
Technologies: Javascript, React, React Native, Angular, Java, Symfony, .NET, Réalité Virtuelle