Forum de la Grande Mosquee de Lyon
Nouvelles: Téléchargez sans plus attendre la GML tool, la barre d'outils 100% islamique, 100% Grande Mosquée de Lyon !!
 
*
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Charte du Forum  
Favoris  
Coran 
GML TV
connectez vous !

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session


Pages: [1]
  Ajouter aux favoris  |  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: mise en garde !!! Acquittons-nous de nos dettes  (Lu 5408 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
ghazza
Membre très actif
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Âge: 45
Localisation: Canada
Messages: 1147



Voir le profil
« le: Novembre 28, 2008, 19:38:02 »
Share   Modifier le messageModifier

bismillah   Salam Alaykoum
chère  frère et soeur j ai entendu beacoups de savants parlé à ce sujet que beacoups le néglige malheureusement . dans cette citation  j ai trouvé quelques hadiths que j ai entendu de ces savants 
citation

Acquittons-nous de nos dettes...   


Proposé par Mouhammad Patel le Lundi, 01 Octobre 2001

 Mes frères et sœurs, Avant même d'aborder la question des dettes à la lumière de nos références, je voudrai humblement rappeler deux évidences:
1- Une société au sein de laquelle il n'existe pas de cohésion, de solidarité et d'entraide mutuelle est une société qui est vouée à la perte.
2- De même, une société où les droits fondamentaux de l'individu ne sont pas protégés et au sein de laquelle des moyens ne sont pas élaborés pour permettre à chacun de satisfaire ses besoins essentiels est une société qui ne peut espérer trouver la paix et la sérénité.


L'enseignement de l'Islam en ce qui concerne l'établissement et l'épanouissement de la société, mais aussi en ce qui concerne l'amélioration des rapports qui unissent nécessairement les différents composants de ladite société ne saurait être complet et parfait s'il ne prenait pas en considération les deux réalités sus-citées. C'est la raison pour laquelle, quand on étudie nos références premières, on se rend compte qu'il s'y trouve un nombre très importants d'injonctions, de conseils, mais aussi de recommandations qui visent à atteindre ces objectifs, à savoir:


- Faire naître, établir, développer, entretenir et renforcer les liens de mutualité, de solidarité, d'union au sein de la communauté humaine.


- Protéger les droits fondamentaux des individus (appelés en arabe "Ad Dharourat oul Khamsah"), et présenter des voies permettant à chaque individu de satisfaire ses besoins essentiels dans la dignité.


C'est en gardant cela à l'esprit que l'on arrive à mesurer toute la sagesse qui est dissimulée dans l'enseignement prophétique en matière de relations sociales, mais aussi au sujet des rapports financiers qui sont amenés à se développer entre les hommes. Dans les lignes suivantes, on se contentera de focaliser notre attention sur ce qui a été énoncé concernant l'emprunt d'argent et l'acquittement des dettes, car c'est là le point qui nous intéresse.


A ce sujet, il faut savoir que le Prophète Mouhammad (sallâllâhou alayhi wa sallam) a exposé deux types de recommandations:


- D'un côté, il a encouragé à ceux qui se trouve dans l'aisance et qui ont été gratifiés de la richesse matérielle de venir en aide à ceux de leurs frères et sœurs qui se trouvent dans le besoin. De même, il s'est adressé aux créanciers et leur a demandé de faire preuve de compréhension, de douceur et même de pardon quand le besoin se présente, à l'égard de leurs débiteurs, et leur a parlé du grand mérite et des récompenses énormes liés à un tel comportement.


- Mais de l'autre côté, il a ordonné aux personnes qui ont été amené à contracter des dettes pour satisfaire leurs besoins essentiels, de respecter leurs engagements et de rembourser dans les plus brefs délais les sommes qu'ils ont emprunté. De même, il les a exhorté à chercher constamment des moyens de remboursement. En effet, le Prophète Mouhammad (sallâllâhou alayhi wa sallam) a mis sévèrement en garde ceux qui quittent ce monde en laissant des dettes derrière eux de la gravité de la sanction à laquelle ils risquent d'être exposés dans l'Au-Delà. Et comme personne ne sait à quel moment il quittera ce monde, c'est la raison pour laquelle, sa préoccupation concernant les moyens d'honorer ses dettes dans les plus brefs délais doit, de toute évidence, être permanente.


Je vais justement citer quelques Hadiths parmi ceux qui sont rapportés du Prophète Mouhammad (sallâllâhou alayhi wa sallam) à ce sujet, afin que l'on puisse se faire une idée de l'importance de la chose.

Abou Moûssa Al Ach'ariy (radhia Allâhou anhou) rapporte que le Prophète Mouhammad (sallâllâhou alayhi wa sallam) a dit en ce sens:

"En vérité, le plus grand péché avec lequel un serviteur rencontre Allah, après les "Kabâïr" qu'Il a interdit, c'est qu'il meure alors qu'il avait une dette (non remboursée) et qu'il n'a rien laissé pour que celle-ci soit honorée."

(Ahmad et Abou Dâoûd - "Dhaïf" - "Faible" selon Albâni -Réf: "Dhaïf Sounan Abi Dâoûd" Page 335/ Hadith 725. Ce genre de Hadith peut être cité dans un but de rappel, à partir du moment où il ne se pose pas en contradiction avec un principe établi en Islam et respecte au contraire l'esprit de nombreux autres Hadiths authentiques… )




Dans un autre Hadith rapporté par Abou Houraïra (radhia Allâhou anhou), voici ce qui est dit:

"L'âme du croyant reste "suspendue" en raison de sa dette, tant que celle-ci n'est pas acquittée."

(Mousnad de l'Imâm Châféi, Ahmad, Tirmidhi, Ibné Mâdjah et Dâramiy- Authentifié par Albâni - Réf: "Sahîh Ibné Mâdja" Page 53 / Hadith 1957)


Les savants commentent ce Hadith en disant que si un serviteur arrive à mourir avec la foi et en ayant à son compte des bonnes actions, ce qui pourrait lui permette de bénéficier de la grâce divine et d'accéder ainsi au paradis, mais qu'il a une dette dont il ne s'est pas acquitté et au sujet de laquelle il a fait preuve de négligence, alors tant que cette dette ne sera pas payée, il ne pourra atteindre le lieu de félicité qui est destiné aux musulmans pieux.


Abdoullâh Ibné Amr (radhia Allâhou anhou) rapporte pour sa part que le Prophète Mouhammad (sallâllâhou alayhi wa sallam) a dit en ce sens:

"Le martyr voit tous ses péchés pardonnés, excepté ses dettes."

(Mouslim)




Abou Qatâdah (radhia Allâhou anhou) rapporte un autre Hadith, dont le sens est assez proche du précédent. Il raconte:

Un homme demanda au Prophète Mouhammad (sallâllâhou alayhi wa sallam): "Ô Envoyé d'Allah ! Dites-moi... si je suis tué dans la voie d'Allah alors que je fais preuve de persévérance, j'ai espoir en la récompense divine, et que je ne recule pas (dans le combat) mais je vais (au contraire) de l'avant, est-ce qu'Allah pardonnera mes péchés ? Le Prophète Mouhammad (sallâllâhou alayhi wa sallam) lui répondit: "Oui." Lorsqu'il eut tourné le dos (pour s'en aller), le Prophète Mouhammad (sallâllâhou alayhi wa sallam) l'appela et dit: "En effet (tous tes péchés sont pardonnés), excepté les dettes. C'est ce que Djibraïl (alayhis salâm) (m') a dit (à l'instant)."

(Mouslim)


Ces deux Traditions authentiques donnent à réfléchir... Nous connaissons tous l'importance du martyr en Islam et la valeur que représente cette manifestation extraordinaire de soumission et d'attachement à Allah sur le champ de bataille. Pourtant, dans ces Hadiths que l'on vient de citer, le Prophète Mouhammad (sallâllâhou alayhi wa sallam) exclut de cette grâce les dettes qui n'ont pas été remboursées. Et il assez aisé de comprendre pourquoi... Les dettes relevant du domaine des "Houqoûq oul Ibâd" (droits d'autrui), il est évident que le pardon de la personne endettée sera conditionné au remboursement de ce qu'il doit, à moins que le créancier n'efface sa dette.


L'attitude qu'adoptait le Prophète Mouhammad (sallâllâhou alayhi wa sallam) au sujet des personnes endettées est également très révélatrice:


Salmah Ibné Akwa' (radhia Allâhou anhou) rapporte, dans un Hadith cité dans le Sahîh Boukhâri, qu'une fois, on présenta devant le Prophète Mouhammad (sallâllâhou alayhi wa sallam) le "Djanâzah" d'une personne et on lui demanda d'accomplir la prière mortuaire. Avant de le faire, il demanda si cette personne avait laissé des dettes impayées. Lorsqu'on lui apprit qu'elle avait effectivement une dette de trois dînars et qu'elle n'avait rien laissée pour la rembourser, il refusa d'accomplir la "Salâh du Djanâzah" et demanda aux Compagnons (radhia Allâhou anhoum) de le faire. Un compagnon (radhia Allâhou anhou) qui était alors présent, en l'occurrence Abou Qatâdah (radhia Allâhou anhou), se proposa de prendre en charge la somme dûe et il demanda donc au Prophète Mouhammad (sallâllâhou alayhi wa sallam) d'accomplir la prière mortuaire. C'est alors que le Prophète Mouhammad (sallâllâhou alayhi wa sallam) accepta...

C'est vous dire combien le Prophète Mouhammad (sallâllâhou alayhi wa sallam) tenait à mettre en garde ses Compagnons (radhia Allâhou anhoum) à ce sujet...

Toutes les Traditions que nous avons vu évoquent de façon très explicite la gravité que représente la négligence dans l'acquittement des dettes... Comme on l'avait évoqué au début, les risques liés à cela sont très importants et les conséquences qui en découlent peuvent se révéler très graves... Qu'Allah nous en préserve !

Pour conclure, je reproduirai ci-dessous deux invocations qui sont rapportées du Prophète Mouhammad (sallâllâhou alayhi wa sallam) pour se libérer des dettes:

"Allâhoummak finiy bihalâlika 'an harâmika wa aghniniy bifadhlika 'amman siwâka"

"Ô Seigneur ! Accorde-moi de Tes biens licites pour m'éviter de rechercher Tes interdits et puisse Ta générosité m'atteindre pour m'éviter de recourir à tout autre que Toi."

____


"Allâhoumma Inniy A'oudhou bika minal 'hammi wal houzn wal 'adjzi wal kasal wal boukhli wal djoubni wa dhalaïd dayni wa qahril ridjâli"


"Ô Seigneur ! Je me mets sous Ta protection contre les soucis et la tristesse, contre l'incapacité et la paresse, contre l'avarice et la lâcheté, contre le poids de la dette et la domination des hommes."
Qu'Allah nous protège tous et nous garde toujours à l'abri du besoin.

Qu'Allah facilite à tous ceux et à toutes celles qui sont endettées l'acquittement de leur dû.


Âmine

Wa Allâhou A'lam !

Et Dieu est Plus Savant !
 


 Salam Alaykoum

« Dernière édition: Février 06, 2012, 09:12:06 par Um-Rayhane » Journalisée
Abdal-Fâtir
Membre régulier
**
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Localisation: région parisienne 93
Messages: 88


Voir le profil
« Répondre #1 le: Juillet 31, 2009, 08:52:16 »
Share   Modifier le messageModifier

 bismillah

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh


 Les dettes  L'Islam aujourd'hui

Mes frères dans l’Islam !
Quiconque lit les lois de l’Islam avec lesquelles est venu le prophète Mohammed (qu'Allah prie sur lui et le salue) en entier ou en détail, comprend que le but général des lois est la sauvegarde de l’organisation de la communauté et de sa vie, la continuité de sa bonne conduite et de sa droiture, en commençant par une bonne croyance et de bonnes actions, puis en finissant par la bonne situation et le bien dans les affaires des gens quel que soit leur genre ou leur diversité, dans une organisation complète pour acquérir ce qui est bon et l’augmenter, ainsi que repousser le mal et le diminuer.

Parmi les moyens de la loi islamique pour atteindre ce but, le fait qu’elle est venu en donnant une grande place et une grande importance aux droits des serviteurs d’Allah, et un degré très élevé d’estime et de respect ; parmi ses droits : ce que la loi islamique a décidé en ce qui concerne la désignation de ceux qui ont des droits et comment ils peuvent profiter de leurs droits d’une façon naturelle qui ne repousse pas les gens et sans qu’ils ressentent d’injustice dans le jugement.
Ainsi, les enseignements de l’Islam ont donné beaucoup d’attention aux droits des serviteurs d’Allah pour leur protection, leur sauvegarde, leur estime et leur respect. De même que les gens de la science ont décidé de leur règle connue : "Les droits des serviteurs reposent sur le fait de restreindre et la discussion, les droits d’Allah reposent sur la facilité et le pardon" ; Allah (qu’il soit exalté) montre un aspect des aspects de l’importance attaché aux droits des serviteurs, dans deux endroits de Son Livre, en disant :
{O Vous qui avez cru ! Ne mangez pas vos biens entre vous à tort}, et le prophète (qu’Allah prie sur lui et le salue) a dit : (Il est interdit de prendre l’argent d’un musulman sauf s’il est d’accord) rapporté par Ibn Hibbaane et Al-Haakim dans leurs deux recueils authentiques. Il a dit aussi (qu’Allah prie sur lui et le salue) : (Votre sang, votre argent et votre honneur, vous sont interdits entre vous, comme ce jour qui est sacré, dans ce mois, dans cette ville). Il confirme ce sens (qu’Allah prie sur lui et le salue) en disant : (A lui ce que tu as pris, jusqu’à ce que tu lui rendes) rapporté par Ahmed et Al-Haakim a dit qu’il est authentique en confirmant avec le hadith : (Donne le dépôt à celui qui te l’a confié, et ne trahie pas celui qui t’a trahi) rapporté par Abou Daawoud et Tirmidhi, Al-Haakim a dit qu’il est authentique.

Serviteurs d’Allah!
Parmi les droits des serviteurs dont l’Islam a fondé les bases, a organisé les règles, et lui a donné des principes ainsi que des assurances qui l’a complètent, l’affaire des dettes qui sont particulières aux hommes ; l’Islam a averti contre le fait de ne pas rembourser les dettes, ou le retard dans le remboursement, ou encore penser que ce n’est pas un problème de ne pas rembourser les dettes ; la dette due à un homme, dans l’Islam, est un grand dépôt et une grande responsabilité, Allah (qu'Il soit exalté) a dit :
{Allah vous ordonne de restituer les dépôts à leurs ayants-droit et si vous arbitrez entre les gens d’arbitrer avec justice} ; Al-Boukhari a intitulé un chapitre de son recueil de hadiths authentiques par : "Chapitre : le remboursement des dettes", ensuite il a cité ce verset. A
Allah (qu’il soit exalté) a dit en donnant un ordre à Ses serviteurs : {Si l’un de vous fait confiance à l’autre, que celui à qui on a fait confiance restitue intégralement son dépôt et qu’il craigne Allah son Seigneur !}, {O Vous qui avez cru ! Respectez scrupuleusement les pactes qui vous lient}.

De plus, la loi islamique a aggravé la peine si ces droits ne sont pas respectés, le prophète(qu’Allah prie sur lui et le salue), selon ce qu'a rapporté Al-Boukhari , a dit : (Celui qui a commis une injustice envers son frère, qu’il s’en dégage, car après il n’y aura plus de dinar ni de dirham, avant qu’on ne prenne ses bonnes actions pour les donner à son frère ; s’il n’a pas de bonnes actions, on prendra les péchés de son frère et on les lui donnera).

L’Islam a donné une grande importance à la dette due à quelqu’un à un tel point qu’il l’a exclue des choses qui sont la cause du pardon des péchés, le prophète (qu’Allah prie sur lui et le salue) a dit : (Tous les péchés du martyr lui sont pardonnés sauf les dettes) rapporté par Mouslim, et dans une autre de ses versions : (La mort dans le chemin d'Allah efface toute chose sauf les dettes).
Selon Abou Qataadah (qu’Allah soit satisfait de lui), dans le hadith qu’il a transmis, le prophète (qu’Allah prie sur lui et le salue) se leva, puis dit : (Le combat dans le chemin d’Allah et la croyance en Allah sont les meilleurs actions), un homme se leva et dit : "Si je meurs dans le chemin d'Allah, tous mes péchés me seront-ils pardonnés ?", le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) dit : (Oui, si tu es patient recherchant la récompense auprès d’Allah, en avançant vers l’ennemi et non pas en reculant, sauf les dettes car l'ange Gabriel (que la paix soit sur lui) m'a dit cela) rapporté par Mouslim .

Donc, en suivant cette révélation divine, le prophète (qu’Allah prie sur lui et le salue) ne priait pas sur le mort qui avait des dettes. Djaabir (qu’Allah soit satisfait de lui) a dit : "Un homme parmi nous mourut, après que nous l’ayons lavé, parfumé, et mis dans son linceul, nous allâmes voir le prophète (qu’Allah prie sur lui et le salue) et nous dîmes : "Est-ce que tu pries sur lui ?", il avança, puis dit : (A-t-il des dettes ?), nous dîmes : "Deux dinars", alors il partit ; Abou Qataadah prit la charge de payer la dette, nous allâmes donc le voir, et Abou Qataadah dit : "Je vais payer les deux dinars", le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) dit alors : (Le créancier a eu son droit, et le mort n’est plus endetté), il dit : "Oui", alors il accomplit la prière sur lui", rapporté par Ahmed , Abou Daawoud et An-Nassaa'i, Ibn Hibbaane et Al-Haakim ont dit que c’est un hadith authentique.

Selon Abou Houreïra, parfois on amenait au prophète (qu’Allah prie sur lui et le salue) un homme mort qui a des dettes, il demandait : (A-t-il laissé quelque chose pour rembourser ses dettes ?), si on lui disait qu'il a laissé quelque chose, il priait sur lui, dans le cas contraire, il disait : (Priez sur votre compagnon) ; puis , lorsqu’Allah lui ouvrit les portes des conquêtes, il dit : (Je suis responsable des croyants, quiconque meurt en laissant des dettes, je me charge de les payer) rapporté par Al-Boukhari et Mouslim.

Les savants ont dit : "Le prophète n'accomplissait pas la prière sur les morts ayant des dettes, car sa prière (qu’Allah prie sur lui et le salue) est une intercession, et son intercession est acceptée, elle n’est jamais refusée, tandis que la dette n’est effacée que si elle est payée”.

Mes frères dans l’Islam !
Le retard dans le paiement des dettes que l’on doit à une personne riche, est une grande injustice, ne pas lui restituer son droit ou le retarder alors qu’il est possible de payer, est une transgression énorme. Le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit : (Retarder le paiement de la dette du riche est une injustice …).
Et rapporté par Abou Daawoud, An-Nassaa'i, et Al-Boukhari qui a dit que ce hadith est bon, comme il est dit dans "Fathoul Baari" : (Celui qui ne paye pas les dettes alors qu’il peut payer, peut être puni).
Les savants ont dit : "Al-Moutal en arabe", veut dire le retard, et dans le hadith, il veut dire : retarder le paiement de la dette sans raison valable alors que l’on peut payer.

Mes frères dans l’Islam !
Après Ces instructions d'Allah et ces conseils prophétiques en ce qui concerne les dettes, voyons la mise en pratique ; elle demande la bienfaisance, la miséricorde et la compassion ; ainsi que la facilité et la souplesse : le serviteur ne doit prendre des dettes que s’il en a vraiment besoin, avec de bonnes intentions, avec la volonté sincère de rembourser les dettes ; il ne doit pas avoir de mauvaises intentions ou cacher un mauvais but.

Le prophète (qu’Allah prie sur lui et le salue) a dit : (Quiconque prend l’argent des gens en voulant le rembourser, Allah le remboursera pour lui, et quiconque le prend avec l’intention de le gaspiller, Allah le gaspillera) rapporté par Al-Boukhari. Les savants ont dit : "Le fait qu'Allah remboursera sa dette pour lui, veut dire qu’il va lui faciliter pour le remboursement dans ce monde, et aussi, il remboursera sa dette pour lui dans l’autre monde, en satisfaisant son créancier avec ce qu’Allah voudra, si le serviteur ne peut pas rembourser".

Ibn Maajah, Ibn Hibbaane et Al-Haakim ont rapporté ce hadith : (Le musulman qui prend une dette, alors qu’Allah sait qu’il veut la rembourser, Allah la remboursera pour lui dans ce monde et dans l’autre), et méfiez-vous d'avoir une mauvaise intention ou un mauvais but en pensant à ne pas rembourser la dette, car celui qui fait cela, sera dans la situation du gaspillage qui est dit dans le hadith, selon la parole du prophète (qu’Allah prie sur lui et le salue) : (et quiconque le prend en voulant le gaspiller, Allah le gaspillera). Les gens de la science ont dit : "Le gaspillage ici, comprend le gaspillage de la personne elle-même en la détruisant, et il comprend aussi le gaspillage du bien de sa vie, et ses affaires et ses demandes seront rendues difficiles, la bénédiction s’en ira de sa vie, de plus il sera puni dans l’autre monde".

Serviteurs d’Allah !
Parmi ces instructions, la loi islamique a ordonné à celui qui emprunte de l’argent de bien rembourser et d'être généreux avec celui qui lui a prêté l’argent lorsqu’il veut lui rembourser, selon Abou Raafîi, le prophète (qu’Allah prie sur lui et le salue) emprunta la poulie d’un homme, puis des chameaux de l’aumône arrivèrent, il ordonna à Abou Raafîi de rembourser la dette de l’homme, celui-ci dit : "Je ne trouve que de très bons chameaux", le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) dit alors : (Donne-lui, car le meilleur des hommes, est celui qui rembourse le mieux) rapporté par Mouslim.

O Musulmans !
Parmi les conseils de la loi du prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue), le fait de faciliter à ceux qui sont dans une situation difficile, le pardon, et rendre les choses faciles aux pauvres et à ceux qui sont dans le besoin ; car parmi les devoirs de l’Islam, permettre à ceux qui sont dans une situation difficile de rembourser plus tard, et attendre jusqu’à ce que celui qui a emprunté, puisse rembourser lorsqu’il le peut, Allah a dit : {S’il est dans la gêne, donnez-lui un délai jusqu’à des temps meilleurs}, et la gêne, est la situation difficile en ce qui concerne l’argent.

Mes frères dans l’Islam !
Le fait de faciliter à celui qui est dans une situation difficile a un grand mérite et une grande récompense ; selon Abou Houreïra (qu'Allah soit satisfait de lui), le prophète (qu’Allah prie sur lui et le salue) a dit : (Celui qui facilite à quelqu’un dans une situation difficile, Allah lui facilitera dans ce monde et dans l’autre) ; parmi les plus grandes façons de faciliter, effacer la dette entièrement ou une partie, Allah a dit : {Et que vous fassiez l’aumône est mieux pour vous}, dans les deux recueils de hadiths authentiques, se trouve le hadith du prophète (qu’Allah prie sur lui et le salue) : (Un commerçant prêtait de l’argent aux gens, lorsqu’il voyait quelqu’un dans une situation difficile, il disait à ses servants : "Pardonnez-lui, peut-être qu’Allah nous pardonnera, alors Allah lui pardonna), et selon Abou Mass'ôud Al-Anssari (qu’Allah soit satisfait de lui), il a entendu le prophète (qu’Allah prie sur lui et le salue) dire : (Un homme mourut, on lui dit : par quelle action, Allah t'a-t-il pardonné ?", Il dit alors : "Je faisais du commerce avec les gens, je pardonnais à celui qui était dans une situation difficile, et je diminuais à celui qui était dans une bonne situation).

Mouslim a rapporté, selon le hadith d’Abou Qataadah, le prophète (qu’Allah prie sur lui et le salue) a dit : (Celui qui souhaite qu'Allah le sauve des tourments du jour du jugement, qu’il facilite à quelqu’un qui est dans une situation difficile ou qu'il lui pardonne).
Et aussi, selon Abou At-Tassir, le prophète (qu’Allah prie sur lui et le salue) a dit : (Quiconque prolonge le remboursement de celui qui est dans une situation difficile, ou lui pardonne, Allah le mettra sous Son ombre, le jour où il n’y aura pas d’autre ombre que Son ombre).

Mes frères dans l’Islam, O vous les riches !
Cherchez les pauvres, et ceux qui ont des dettes, donnez-leur de ce qu’Allah vous a donné et facilitez-leur, car Mouslim a rapporté que le prophète (qu’Allah prie sur lui et le salue) a dit : (Celui qui dissipe à un croyant un tourment des tourments de ce monde, Allah lui dissipera un tourment des tourments du jour du jugement), et dans le "Mousnad" : (Celui qui veut que ses invocations soient exaucées, et que son tourment soit dissipé, qu’il dissipe les ennuis de celui qui est dans un situation difficile).

Donc, mettez en pratique ces conseils, qu’Allah vous protège ! Suivez leur chemin, vous serez heureux, vous gagnerez, vos affaires seront bien organisées, et votre société aura une bonne conduite.


Mes frères dans l’Islam !
Parmi les droits obligatoires dont l’Islam a insisté pour qu’il soit respecté, et que nous y prêtions attention, et a insisté aussi pour qu’il ne soit pas retardé ou qu’il soit restitué lorsqu’il doit l’être : le salaire des ouvriers, et les droits des travailleurs faibles.
Selon Abou Houreïra, le prophète (qu’Allah prie sur lui et le salue) a dit : (Allah (qu’il soit exalté) a dit : il y a trois personnes dont Je serai l’ennemi le jour du jugement : un homme qui a donné pour moi, ensuite a trahi ; un homme qui a vendu quelqu’un qui est libre et a mangé le prix de sa vente ; et un homme qui a pris un ouvrier, qui a eu ce qu’il voulait de lui, et il ne lui a pas donné son salaire) rapporté par Al-Boukhari.
Et selon Ibn Omar (qu'Allah soit satisfait de lui et de son père), le prophète (qu’Allah prie sur lui et le salue) a dit : (Donnez à l’ouvrier son salaire, avant que sa sueur ne sèche) rapporté par Ibn Maajah, et c’est un hadith authentique.

Cheikh Housseïn Aali Cheikh.
Journalisée
   

Apprenez la priere à vos enfants
 Journalisée
Pages: [1]
  Ajouter aux favoris  |  Imprimer  

 
Aller à:  

 Développé par TOOLYNK, agence de développement d'applications web et mobile à Lyon & Paris
Technologies: Javascript, React, React Native, Angular, Java, Symfony, .NET, Réalité Virtuelle