Forum de la Grande Mosquee de Lyon
Nouvelles: Téléchargez sans plus attendre la GML tool, la barre d'outils 100% islamique, 100% Grande Mosquée de Lyon !!
 
*
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Charte du Forum  
Favoris  
Coran 
GML TV
connectez vous !

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session


Pages: [1]
  Ajouter aux favoris  |  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Sourate "El Falak" et "An Nass"  (Lu 37167 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
muslima.tayaba
Invité
« le: Mai 10, 2008, 18:59:54 »
Share   Modifier le messageModifier

bismillah   Salam Alaykoum


Extrait du Tafsir d’Ibn Kathir(Exégèse Abrégée par un groupe d’oulémas sous la direction de Cheikh Safiur Rahman Al-Mubarakpuri)

Sourate Al falaq L’aube Naissante Médinoise  Bismillâhir-Rahmânir-RahîmAu nom d’Allah le Tout Clément, le Tout Miséricordieux 

IntroductionLa position d’Ibn Mas’oud concernant les sourates An-nas et Al-Falaq Imam Ahmed rapporta de Zirr Ibn Houbaych qu’Obayy Inb Kaab lui dit qu’Ibn Mas’oud n’inclut pas les deux sourates de l’Aube Naissante et des Hommes dans sa copie du Coran.

Obayy dit « Je témoigne que le Messager d’Allah m’informa que Gabriel lui dit : 

« Dis : je cherche protection au près du Seigneur de l’aube naissante ». (113.1)
« Dis : je cherche protection auprès du Seigneur des Hommes ». (114.1)

 Le prophète le répéta après lui. Ainsi, nous disons ce que le prophète avait dit » (Ahmed)

Le mérite des sourates de l’Aube Naissante et des Hommes

 Dans son recueil de Hadiths authentiques, Mouslim rapporta selon un récit de Okba Ibn Amir que le Messager d’Allah dit :

« Ne vois tu pas qu’il y a des versets qui m’ont été révélés cette nuit dont on n’a jamais vu de pareil auparavant ?

Ces versets sont : « Dis  je cherche protection au près du Seigneur de l’aube naissante ». (113.1)
et « Dis : je cherche protection auprès du Seigneur des Hommes ». (114.1) (Mouslim)

Ce hadith fut rapporté par Ahmed At-Tirmithi et An-nasaï.

At Tirmithi le qualifia d’authentique.

Un autre récit  Imam Ahmed rapporta que Okba Ibn Amir dit qu’il guidait une fois le Messager d’Allah sur un chemin quand il dit :

 O Okba ! Ne montes tu pas ? »

Okba dit qu’il eut peur que le Prophète ne considère son comportement comme acte de désobéissance. Ainsi, le Messager d’Allah descendit de la monture et Okba monta avant de reprendre le chemin.

Puis, le Messager d’Allah dit : O Okba ! veux tu que je t’enseigne deux sourates qui sont les meilleurs que les gens récitent ? »

Okba dit : Certes oui, O Messager d’Allah »

Alors il enseigna à Okba de réciter : « Dis : je cherche protection au près du Seigneur de l’aube naissante ». (113.1) et « Dis : je cherche protection auprès du Seigneur des Hommes ». (114.1) Puis la prière fut annoncée et le Messager d’Allah se mit devant les gens et récita ces deux sourates dans la prière.

Plus tard il revint à Okba et lui dit : « Qu’en penses tu, O Okayib ?
Récites ces deux sourates avant de dormir et quand tu te lèves ».

(Ahmed) An-Nasaï et Abou Dawoud rapportèrent aussi ce Hadith.

Un autre récit  An-Naisaï rapporta de Okba Ibn Amir que le Messager d’Allah dit : « Certes, les gens n’ont jamais cherché la protection avec mieux que ces deux :

 « Dis : je cherche protection au près du Seigneur de l’aube naissante ». (113.1) et
« Dis : je cherche protection auprès du Seigneur des Hommes ». (114.1) »
.

Un autre récit
  An-Nasaï rapporta que Okba ibn Amir dit : Alors que je marchais avec le Messager d’Allah, il dit : « O Okba, Dis »  Je répondis : « que dois-je dire ? ».
Il se tus pendant un moment avant de dire « Dis ». Je répondis « Que dois-je dire, O Messager d’Allah ». Il dit « Dis : je cherche protection au près du Seigneur de l’aube naissante. Je la récité après jusqu’à la fin. Puis, il dit « Dis » .
Je répondis « Que dois-je dire, O Messager d’Allah ».
 Il dit : « Dis : je cherche protection auprès du Seigneur des Hommes ». (114.1) Je la récitait après jusqu’à la fin. Ensuite le Messager d’Allah dit :  « Personne n’a supplié avec quelque chose de semblable qu’elles et personne n’a cherché refuge par quelque chose de pareil à elles ».

 
An-Nasaï rapporta qu’Ibn Aibs Al-Johani relata que le prophète disait : « O Ibn Abis ! veux-tu que je t’informe de la meilleur chose que ceux qui cherche la protection utilise ? »
Il répondit : « Certes oui, O Messager d’Allah ! ».
prophète dit : « Dis : je cherche protection au près du Seigneur de l’aube naissante ». (113.1) et « Dis : je cherche protection auprès du Seigneur des Hommes ». (114.1) ».

 Imam Ahmed rapporta que Aïcha dit que chaque fois que le Messager D’Allah souffrait d’un mal, il récitait les mouawathataynes pour lui-même et soufflait sur son corps.
Quand le mal s’aggravait, Aïcha récitait les Mouawathataynes plusieurs fois avant de prendre sa main et essuyer son corps en demandant la bénédiction de ces deux sourates. Al Boukhari, Aboud Dawoud, An-Nasaï et Ibj Maja rapportèrent tous ce récit.

On rapporta aussi d’Abi Said que le Messager d’Allah avait l’habitude de chercher protection contre le mauvais œil des djinns et des hommes. Mais, quand les Mouawathathynes furent révélées, il en utilisa pour chercher la protection et abandonna toutes les autres formules. At-Tirmithi, An-nasaï et Ibn Maja apportèrent ce récit. At-Tirmithi le qualifia d’authentique


Commentaire de la sourate Af-Falaq

« 1– Koul a’outhou bi Rabbi-l-falaq2 –
 Min charri ma khalaq3 –
wa min charri ghasiquin ida waqab4 –
wa min charri-n-naffathati fi-l’ouqad5 –
 wa min charri hasidin ida hasad” « 1 -

 Dis : je cherche protection auprès du Seigneur de l’aube naissante2
– contre la méchanceté des êtres qu’Il a créés3 et contre le mal de l’obscurité quand elle s’approfondit
4 – Contre les artifices de celles qui soufflent sur les noeuds
– et contre les attaques de l’envieux quand il envie»

Aib Hatim rapporta que jabir dit qu’Al-Falaq signifie l’aube naissance.
Al-Oufi rapporta qu’Inb Abbas dit qu’Al-Falq est l’aube naissante ; Ce fut le même avec de Moujahid, Said Ibn Joubayr, Abdillah ibn Mohammed, Ibh Akil, Al-Hasan, Datada, Mohammed Ibn Kaab Al-Koradhi et Inb ZAYD ; Malik rapporta le même avis de Zayd Ibn Aslam. Al –Koradhi, Ibh Zayd et Ibn Jarir disaient tous que le sens d’Al-Falak est identique à celui du verset qui dit : « Fendeur de l’aube » (6.96)
Ensuite Allah dit : « contre le mal des êtres qu’Il a créés » 
C'est-à-dire du mauvais œil et de toutes les créatures. Thabit Al Banani, Al-hasan, Al-Basri disent qu’il s’agit de l’Enfer, de Satan, et de toute sa progéniture parmi les créatures d’Allah. Puis il dit : « et contre le mal de l’obscurité quand elle s’approfondit »  Moujahid dit que le terme arabe ghasak signifie la nuit ou l’obscurité, alors que le terme wakab signifie le coucher du soleil. Al-Boukhari rapporta l’explication de Mouhajid

On rapporta aussi le même avis d’Ibn Abbas, Mohammed Ibn Kaab, Al-Koradhi, Ad-Dahhak, Khasif, Al-Hasan et Katada. Il disaient : certes, c’est la nuit quand elle tombe avec son obscurité. Az-Zohri dit que : « et contre le mal de l’obscurité quand elle s’approfondit »  signifie quand le soleil se couche. Pour sa part, Aboul-Mouzahim rapporta qu’Abou Hourayara dit que : « et contre le mal de l’obscurité quand elle s’approfondit »  signifie l’étoile. Ibn Zayd dit que les Arabes utilisaient le mot Al-ghasak pour exprimer la déclination de la position du corps céleste appelé les Pléiades. Le nombre de ceux qui seraient malades et touchés par la peste augmenterait si ce corps déclinait et diminuait s’il montait. Ibn Jarîr dit que d’autres disaient qu’il signifiait la lune. Ceux-ci fondaient leur avis sur un récit que l’Imam Ahmed rapporta d’Al-Hârith ibn Abi Salam qui dit que Aicha relata que le Messager d’Allah la prit une fois par la main et lui montrât la lune, a lors qu’elle se levait, avant de lui dire : « cherche protection auprès d’Allah contre le mauvais ce ghasak quand il s’obscurcit »  At-Tirmithi et An-Nasai rapportère ce hadith dans leurs livres de l’exégèse et leur recueils de Hadiths authentiques

Ensuite Allah dit : « contre le mal de celles qui soufflent sur les noeuds »

 Moujâhid, Ikrima, Al-Hasan, Katâda et Ad-Dahhâk disent que cela signifie les sorcières. Moujâhid dit que quand elles font leurs sorts, elles soufflent dans les nœuds.

Dans une autre récit, il fut rapporté que Gabriel vient au Prophète et lui dit

« souffres-tu d’un mal, O Mohammed ? ». Le Prophète lui répondit : « oui ».

Ainsi Gabriel dit : « au nom d’Allah, je récite l’incantation sur toi et contre tout mal qui t’afflige et contre toute personne envieuse et tout mauvais œil. Qu’Allah te guérisse »

l'ensorcelement du Prophéte

  Dans le livre de la Médecine de son recueil de Hadiths authentiques, Al-Boukhâri rapporta que Aïcha dit que le Messager d’Allah fut ensorcelé à tel point que parfois il pensait qu’il avait entretenu ses femmes, alors qu’il ne l’avait pas fait.

Soufyân dit : « ceci est la pire forme d’ensorcellement, en particulier, quand elle a atteint cette phase ».

Ainsi le Prophète dit : « O Aicha, Sait-tu qu’Allah m’a répondu concernant ce que je lui avais demandé ?
Deux hommes vinrent à moi et l’un deux se tint près de ma tête, alors que l’autre se plaça près de mes pieds. Le premier dit à l’autre : « qu’est ce qu’il a cet homme ? ».
L’autre répondit : « Il est ensorcelé ».
Le premier dit : « qui l’a ensorcelé ? ».
L’autre répondit : « « Labîd ibn Aasam.

C’est un homme qui appartient à la tribu de Bani Zorayk qui s'est coalisée avec les juifs.
Cet homme est un hypocrite ».Le premier demanda « par quel sort l’a-t-il ensorcelé ? ».
 L’autre répondit : «Avec un peigne, et un poil du peigne ».
Le premier demanda « ou est le peigne ? ».
L’autre répondit : « Dans la croûte séchée d’un palmier sous un rocher dans un puits appelé Tharwân ».
Aicha dit : « alors il est partit au puits pour chercher et éliminer le peigne et le poil. Il dit ensuite : « C’est ce que j’ai vu. Ce fut comme si l’eau contenait du henné et les palmiers ressemblaient à des têtes de diables ». Il enleva le sort du puits et aicha lui demanda « vas-tu le dire aux gens ? ».

Il dit : "Allah m’a guéri et je déteste répondre le mal parmi les gens". 



Je tiens à vous préciser qu'il y a divergence quand à la période de révélation de cette sourate (ainsi que pour la sourate an-nas). J'ai, dans ce texte, recopié intégralement le tafsir d'ibn Kathir, qui nous précise que ces sourates sont médinoises.  Mais, sur Islamophile.org, il est indiqué ceci :   Citation:Période de révélation Nos maîtres Al-Hasan Al-Basrî, `Ikrimah, `Atâ' et Jâbir Ibn Zayd disent que ces sourates sont Mecquoises. Une tradition de notre maître `Abdullah Ibn `Abbas soutient aussi ce point de vue. Pourtant, selon une autre de ses traditions, elles sont Médinoises et ce point de vue est également celui de nos maîtres `Abdullâh Ibn Az-Zubayr et Qatâdah. L'une des traditions qui renforcent ce second point de vue est le hadith rapporté par Muslim, At-Tirmidhî, An-Nasâ'î et l'Imâm Ahmad Ibn Hanbal selon notre maître `Uqbah Ibn `Âmir. Il dit que le Saint Prophète (que la paix soit sur lui) lui dit un jour : "Sais-tu quel genre de versets m'ont été révélés ce soir ? -ces versets incomparables sont "Qul a`ûdhu birabb il-falaq" (Je cherche refuge auprès du seigneur du aurore) et "Qul a`udhu birabb in-nâs" (Je cherche refuge auprès du Seigneur des hommes)."

 Ce Hadith sert d'argument pour soutenir que ces sourates sont Médinoises car notre maître `Uqbah Ibn `Âmir a embrassé l'islam à Médine après l'Hégire, comme relaté par Abû Dâwûd et An-Nasâ'î selon le témoignage de `Uqbah lui-même.
D'autres traditions qui renforcent ce point de vue sont celles relatées par Ibn Sa`d, le revivificateur de la sunnah l'Imâm Al-Baghawî, l'Imam An-Nasafî, l'Imâm Al-Bayhaqî, Al-Hâfidh Ibn Hajar, Al-Hâfidh Badruddîn Al-`Aynî, `Abd Ibn Humayd et d'autres disant que ces sourates ont été révélées quand les Juifs avaient lancé un sort contre le Saint Prophète (que la paix soit sur lui) à Médine et qu'il en était tombé malade.
Ibn Sa'd a rapporté sous l'autorité d'Al-Wâqidî que ceci est arrivé en l'an 7 après l'hégire.
Sur cette base, Sufyân Ibn `Uyaynah déclare que ces sourates sont médinoises.  Mais comme nous l'avons expliqué dans l'introduction de sourate Al-Ikhlâs, quand il est dit d'une certaine sourate ou d'un certain verset qu'elle ou il a été révélé(e) à telle ou telle occasion, cela ne signifie pas nécessairement qu'elle ou il ait été révélé(e) pour la première fois à cette occasion.
Il arrivait parfois qu'une sourate ou un verset ait déjà été révélé(e), puis à l'occasion d'une situation ou d'un incident particulier, l'attention du Saint Prophète était attirée vers elle par Allâh pour une deuxième ou une troisième fois et ainsi de suite. A notre avis, c'est également le cas avec les Mu`awwidhatayn.

 Le thème des ces sourates montre explicitement qu'elles ont été révélées à la Mecque pour la première fois quand l'opposition contre le Saint Prophète y était devenue très intense. Plus tard, à Médine, quand des vagues d'opposition ont été provoquées par les hypocrites, Juifs et polythéistes, le Saint Prophète a reçu l'instruction de réciter ces mêmes sourates, comme mentionné dans la tradition d'après notre maître `Uqbah Ibn `Âmir citée précédemment. Puis, quand la sorcellerie a été employée contre lui, et que sa maladie est devenue intense, Gabriel est venu et l'a informé de l'ordre d'Allâh de réciter ces sourates. Ainsi, à notre avis, le point de vue soutenu par les commentateurs qui décrivent ces sourates comme Mecquoises est plus fiable. Ne les considérer que comme exclusivement liées à l'incident de la magie est difficile, car cet incident n'est relié qu'à un verset (verset 113 :4), les versets restant de sourate Al-Falaq (Le aurore) et l'ensemble de sourate An-Nâs (Les Hommes) n'ont rien à voir directement avec cet incident. 


Extrait du « Chemin du paradis »Traduction et commentaire du dernier trentième du Saint CoranPar Abdurrahman Adam Hamidb] Sourate Al falaqL’aube NaissanteMédinoise

  Commentaire de la sourate Af-Falaq«
1– Koul a’outhou bi Rabbi-l-falaq
2 – Min charri ma khalaq
3 – wa min charri ghasiquin ida waqab
4 – wa min charri-n-naffathati fi-l’ouqad
 – wa min charri hasidin ida hasad” «

1 - Dis : je cherche protection auprès du Seigneur de l’aube naissante2
 – contre la méchanceté des êtres qu’Il a
 attaques de l’envieux quand il envie»

Dans cette sourate Allah demande à son Messager , ainsi qu’à tous les musulmans, de chercher la protection auprès de Lui, Seigneur de l’aube.

Car Il est le Tout Puissant et le Vrai Protecteur de Ses faibles créatures. Et c’est auprès de Lui qu’on trouva la sécurité et la paix. On peut se poser la question suivante : pourquoi Allah se qualifie, ici, de « Seigneur de l’aube » ? La nuit cache beaucoup de choses qui peuvent être porteuses de pal.

Par contre, l’aube est le début de la sécurité. Il annonce l’arrivée du soleil. Par conséquent, Celui qui peut faire disparaître l’obscurité et le mal qu’elle incarne, peut également protéger toute personne qui cherche la sécurité auprès de Lui.
Et Allah est le Seul capable de cela.

On peut se dire : le mal existe même pendant le jour et partout.
Pour cette raison Allah, le Vrai Seigneur des mondes, nous demande de chercher, également, sa protection contre le mal sous toutes ses formes. « contre le mal qu’Il a créé »Allah a créé beaucoup de créatures avec une sagesse absolue. Certaines de ces créatures sont méchantes. Elles peuvent être les ambassadrices de Satan ; Parmi celles-ci figurent des humains. Mais ceux qui croient sincèrement en Allah n’en sont pas. D’autres créatures sont dangereuses, comme les animaux féroces. Un troisième groupe peut être représenté par ce que l’on appelle « catastrophes naturelles » ou les produits chimiques, la pollution, les maladies… etc. c’est pourquoi l’homme doit croire en Allah et demander protection auprès de Lui. L’Homme a intérêt à se réfugier auprès d’Allah contre le mal en général. Après cette généralisation, la sourate revient pour préciser les éléments porteurs du mal « contre le mal de la nuit lorsqu’elle s’étend »

Il apparaît donc dans ce verset que la nuit est un élément susceptible d’apporter le mal. Cela est vrai car comme tout le monde le sait, avec la nuit beaucoup de gens sortent pour voler ou commettre des crimes. A ce propos les histoires que l’ont entend à propos des gens solitaire et qui sortent la nuit pour trouver compagnie, boire de l’alcool, etc. Et si un Homme essaie d’apporter secours à un autre, la nuit peut bien le gêner ou retarder son aide. On entend souvent que les secouristes ont abandonné leurs tentatives, par exemple pour chercher des disparus, à cause de la nuit. Pour ces raisons, et bien d’autres que l’on n’a pas citées, Allah incite le prophète et ceux qui l’on suivi à chercher la protection divine. Le quatrième verset concerne la magie.

Le verset suivant va concerner des sorcières.

Allah dit « contre le mal de celles qui soufflent sur les nœuds. Les sorcières prennent des cordes pour faire des nœuds. Puis elles y soufflent quelques formules magiques dans le but de faire mal à quelqu’un. Ces sorcières essayent souvent d’aider une femme à aimer un homme ou de faire le contraire ; Elles peuvent aussi souffler sur des nœuds pour rendre quelqu’un malade. Toutefois, rien ne peut arriver à qui que ce soit sans la permission d’Allah ; En apparence ce sont les sorcières qui font le mal, mais en vérité c’est la volonté d’Allah qui en décide. La raison pour laquelle cette sourate parle des sorcières est qu’un Homme appelé Labid Ibn Al-A’assam, à l’aide de ses filles et un domestique travaillant chez le Prophète , a fait onze nœuds sur lesquels il a soufflé quelques formules magiques pour rendre le Prophète Salla-llah allahi wa salam : malade. Cela arriva. Ce sorcier a jeté la corde, à laquelle il a attaché quelques cheveux du Prophète dans un puits. Tout ceci s’était passé à Médine. Ilham[/color]   

Allah qui sait tout, révéla cet incident au Prophète .

Celui-ci envoya son cousin Ali (Qu’Allah l’agréé) pour faire sortir la corde du puits. Après qu’Ali (qu’Allah l’agréé) ait apporté la corde, Gabriel, le chef des anges, est descendu. Il a commencé à réciter et à murmurent en soufflant sur les nœuds cette sourate et la sourate 114 sur le Prophète . Et avec le souffle de chacun des onze versets que constituent les deux sourates dont on vient de parler, le Prophète se sentit allégé. Et ce fut ainsi qu’il fut guéri de la magie. Quand au dernier verset, il traite de l’envieux. Allah nous y demande de chercher sa protection « contre le mal de l’envieux lorsqu’il envie ». Et le Coran désigne par « envieux » celui qui souhaite de tout son cœur que les enfants, les biens ou autre chose appartenant à une autre personne disparaissent. Et ceci est pour la simple raison que cela lui fait mal de voir les gens heureux et ayant des choses qu’il n’a pas ou qu’il ne veut voir posséder par autre que lui.

Remarques :

La magie existe, mais elle ne fait rien à personne sans la volonté d’Allah. « Et ils ont suivi ce que le démon leur racontait du règne de Salamon. Salamon n’était pas un infidèle, mais les démons étaient infidèle. Ils enseignent aux gens la magie, ainsi que ce qui avait été révélé aux deux anges Harout et Marout à Babylone ; mais eux ci n’enseignent rien à personne sans dire « nous sommes une tentation, ne sois donc pas infidèle ». Et les gens apprennent d’eux les formules pour séparer l’Homme de son épouse, pourtant ils ne peuvent faire de mal à personne sans la permission d’Allah » Sourat 2 verset 102

  baraka2   Salam Alaykoum
« Dernière édition: Février 02, 2009, 23:40:59 par Nouriya » Journalisée
fathéma
Invité
« Répondre #1 le: Octobre 04, 2011, 07:39:08 »
Share   Modifier le messageModifier

bismillah
 Salam Alaykoum


~ Sourate 114 An-Nâss (Les Hommes) ~




بسم الله الرحمن الرحيم

قُلْ أَعُوذُ بِرَبّ النّاس

مَلِكِ النّاسِ

إِلَـَهِ النّاس

مِن شَرّ الْوَسْوَاسِ الْخَنّاس

الّذِى يُوَسْوِسُ فِي صُدُورِ النّاسِ

مِنَ الْجِنّة وَالنّاس

Au nom d’Allâh, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux

1. « Dis: « Je cherche protection auprès du Seigneur des Hommes

2. Le Souverain des Hommes

3. Dieu des Hommes

4. contre le mal du mauvais conseiller, furtif,

5. qui souffle le mal dans les poitrines des Hommes

6. qu'il (le conseiller) soit un djinn, ou un être humain »


Descente et composition :

             « An-Nâss » est la vingt-et-unième sourate révélée, mais la cent quatorzième et dernière dans  l’ordre de placement des sourates dans le Coran.
Elle fait suite à « Al-Falaq » (« L’Aube naissante ») et comprend six versets.

             « Al-Falaq » et « An-Nâss » (« Les Hommes ») sont appelées « Al-Mou’awwidhatayn » (المعوذتين : « Les deux préservatrices »).
Toutes deux portent aussi le nom d’« Al-Mouchaqchiqatayn » (المشقشقتين) : « Celles qui protègent de l’hypocrisie ». Dans l’absolu,
l’une ne va pas sans l’autre lorsqu’elles sont récitées comme invocations.

 Thème :

             Sourate « An-Nâs » est relative à la demande de protection contre un mal invisible : les suggestions insidieuses des démons (الوسواس : Al-waswâs).

Contexte de la révélation :

             Il est identique pour la descente de « Al-Falaq ». Pour mémoire et brièvement, « An-Nâs »
fut révélé pour  que  l’archange Gibrîl (Gabriel ; psl) exorcisât le Prophète Mouhammad Salla-llah allahi wa salam  de la sorcellerie de Labîd Ibnou Al-A’sam.

 Intérêts de sourate « An-Nâs » :

             C’est une sourate que les croyants récitent matin et soir, mais également au moment du coucher pour se protéger de la présence abusive du diable.

En effet, le Messager d'Allâh Salla-llah allahi wa salam  informe les musulmans :
« Chacun de vous a un compagnon [parmi les démons]
qui lui est attaché. » (mentionné par Mouslim).

 Les Prophètes ne sont pas épargnés par cette présence du malin :




وكذلك جعلنا لكل نبيء عدواً شياطين الإنس والجن يوحي بعضهم إلى بعض زخرف القول غروراً
(الأنعام 112).

 « Ainsi, à chaque prophète Nous avons assigné un ennemi :
des diables d'entre les Hommes et les Djinns, qui s'inspirent trompeusement les uns aux autres des paroles enjolivées », s. 6 Al-An’âm (Les Bestiaux), v. 112.

On demanda au Prophète Salla-llah allahi wa salam  : « Et toi, ô Messager de Dieu ? ».
« Oui,
répondit-il, mais mon Seigneur m’a soutenu contre lui jusqu’à ce qu’il se soumît à moi. Il ne me suggère que le bien. »
(rapporté par Mouslim).  



قَالَ رَبّ بِمَآ أَغْوَيْتَنِي لاُزَيّنَنّ لَهُمْ فِي الأرْضِ وَلاُغْوِيَنّهُمْ أَجْمَعِينَ * إِلاّ عِبَادَكَ مِنْهُمُ الْمُخْلَصِينَ قَالَ هَذَا صِرَاطٌ عَلَيّ مُسْتَقِيمٌ * إن عبادي ليس لك عليهم سلطان إلا من اتبعك من الغاوين)  . (الحجر:(41



« Il dit : "Ô mon Seigneur, parce que Tu m'as induit en erreur, eh bien je leur enjoliverai la vie sur terre et les égarerai tous, à l'exception, parmi eux, de Tes serviteurs élus ". [Allâh] dit : " voici une voie droite [qui mène] vers Moi. Sur Mes serviteurs tu n'auras aucune autorité, excepté sur celui qui te suivra parmi les dévoyés », s. 54 Al-Hijr, v.41.               D’après Anas ibn Mâlik, le Prophète  a dit :
« Satan pose sa trompe sur le cœur du fils d’Adam. Lorsque celui-ci mentionne Dieu, Satan disparaît et lorsqu’il oubli Dieu Satan l’aspire : tel est le tentateur qui suggère la mal et se dérobe furtivement. »

روي عن أنس بن مالك قال: قال رسول الله صلى الله عليه وآله وسلم : " إن الشيطان واضع خطمه على  قلب ابن آدم فإذا ذكر الله خنس وإذا نسي التقم فذلك الوسواس الخناس"
             Il est de l’éthique du musulman de préserver ses coreligionnaires des insufflations sataniques comme il le ferait pour lui-même.

 « Satan coule dans les veines du fils d’Adam comme le sang et j’avais peur qu’il pollue vos cœurs » :

(إن الشيطان يجري من ابن آدم مجرى الدم وإني خشيت أن يقذف في قلوبكما)


; cette parole a été prononcée par le Messager d’Allâh  à l’adresse de deux hommes qui l’avaient aperçu en compagnie de son épouse Safia , devant l’entrée de la mosquée, alors qu’il effectuait sa retraite spirituelle. Le voile intégral ayant été commandé aux femmes du Prophète , les deux individus ne pouvaient savoir de qui il s’agissait, et Satan Le Maudit pouvait dévier leurs pensées : pour prévenir les suggestions démoniaques, le Prophète  a décliné l’identité de son épouse.

             Satan est un djinn qui a atteint à une période un grand degré de foi au point qu’il fut autorisé à côtoyer les anges. Après avoir créé Adam (psl), Allâh  demanda aux anges de se prosterner devant ce nouvel être, à qui Il a enseigné le nom de toute chose. Tous obéirent excepté Iblis, l’ancêtre des satans : il s’est enorgueilli et a refusé de reconnaître la supériorité d’Adam (psl). Selon ses prétentions, le feu ne devait pas s’incliner devant une créature modelée à partir du limon fétide. Son outrecuidance lui valut la malédiction de Dieu et le bannissement du lieu où il avait été admis. Il s’est néanmoins promis, avec la permission de Dieu, d’égarer avec lui un maximum  de pervers parmi les Hommes.  


 Pour parvenir à leurs fins, les ruses de Satan sont multiples et s’adaptent à la faiblesse de chaque humain : le diable est versé dans l’art d’embellir les moindres mauvaises actions des humains. Il incite l’homme à minimiser les péchés et à différer le repentir.  On dénombre six degrés d’égarement, par ordre d’importance, auxquels Satan voudrait mener ses victimes :

1 - L’incrédulité, le polythéisme et l’animosité envers le Prophète : celui qui est touché par ces maux a perdu sa vie d’ici bas et son au-delà ;

2 - L’hérésie et l’innovation : toutes deux sont sources de séditions et n’incitent pas au repentir.

3 - Les grands péchés "al-kabâïr"(الكبائر) : c’est l’ignominie pour qui porte la foi et l’antichambre de la Perdition ;

4 - Les petits péchés "as-saghâïr"(الصغائر) : les démons font feu de tout bois, car à force de s’accumuler et de réitérer, les péchés mêmes minuscules se renforcent les uns les autres au point de dépasser en gravité un grand péché ;

5 - L’embellissement des actes autorisés mais non rétribués par Dieu, « al-moubâhât » (المباحات) : persister dans la pratique de ces actes garantie le piétinement qui empêche la progression dans le cheminement spirituel ;

6 - L’embellissement des œuvres secondaires au détriment des œuvres prioritaires : agir ainsi conduit l’auteur à commettre maintes erreurs dans ses choix existentiels, ce qui peut le léser irrémédiablement.

 Chaque suppôt de Satan a une spécialité : Al-walhân (الولهان) qui perturbe le croyant lorsqu’il s’adonne aux ablutions ; Khinzab (خنزب) qui distrait le musulman en prière. Toutefois, le must pour ces êtres ténébreux c’est encore de réussir à séparer l’homme de son épouse.



 Voici neuf entrées par lesquelles les démons peuvent nuire à leur proie, mais également les qualités nécessaires pour leur claquer la porte aux nez :

        1)     la cupidité, elle est la pauvreté même, car l’Homme n’est jamais content de ce qu’il possède et il désire toujours plus, et fait preuve d’ingratitude envers Dieu. C’est pour cette raison qu’il faut lui opposer la satisfaction, le remerciement et la louange à Allâh  pour tous Ses dons.

        2)     Le trop grand espoir en la vie entraîne une ambition démesurée et l’oubli de l’au-delà. La remémoration de la mort freine les ardeurs les plus tenaces, encourage les croyants à revenir à l’essentiel (l’adoration de Dieu) et à ne pas s’attacher à l’éphémère.

        3)      Le plaisir, il conduit aux futilités, à l’excès dans le comportement. Avoir en pensées le jugement divin au jour de la Résurrection est salvateur.

        4)     Se plaindre des épreuves que Dieu envoie sur soi est indécent, car en vérité Il ne charge quiconque au-dessus de ses forces ; ne pas comprendre que derrière chaque épreuve il y a une sagesse divine et un bienfait diminue la récompense, voire l’annihile. Pour se sortir des griffes diaboliques, il faut justement garder en tête la rétribution de Dieu pour toute affliction supportée avec  une belle patience.

        5)     L’orgueil, le sentiment le mieux exploité par les tentateurs furtifs : Iblis ne fut-il pas perdu à cause de ce défaut ? L’humilité est l’arme fatale pour lutter contre les fléaux de l’orgueil.  


6)     Sous estimer autrui, donc mépriser ses semblables, revient à se condamner à ne jamais pouvoir accéder au paradis. Seul le respect pour autrui peut contrebalancer cette tare dans le comportement.

        7)     L’amour de la vie mondaine éloigne le cœur humain de son Créateur, le diable y fait pénétrer l’ostentation et la surenchère dans la course effrénée aux biens matériels. Quoi de mieux que de purifier le cœur en y plaçant une sincérité à toute épreuve de l’intention lorsqu’on œuvre ?

        Cool     La recherche de la célébrité et/ou du pouvoir, ici bas n’est pas dans l’éthique du musulman : Dieu rabaisse celui qui agit ainsi. L’anonymat et la discrétion augmentent la valeur de l’individu et de ses actes : le croyant ne cherche qu’à plaire à Dieu, il n’espère de salaire que de Sa part.

        9)     Le défaut de l’avidité est identique à celui de la cupidité, il replie les mains de l’Homme, la générosité n’est pas le fort du cupide, et pourtant, pour son salut, il vaudrait mieux qu’il s’y précipite !

 

Champ lexical et définitions :

             Dans sourate « An-Nâss », il est question de l’emploi de trois attributs divins lorsqu’on veut invoquer la protection d'Allâh  contre le mal invisible, à savoir les incitations démoniaques : les trois qualités exaltées sont La Seigneurie (الرب, Ar-Rab), La Souveraineté (الملك, Al-Moulk), La Divinité (الإِله, Al-Ilah).

 La Seignerie sous-entend une proximité entre Dieu et Ses créatures se traduisant par une relation de serviteur à Maître.

La Souveraineté fait référence à Celui qui est difficile à atteindre du fait de Sa Majesté.

La Divinité implique l’adoration qui fait lien entre les deux attributs précédents.

             La répétition du mot « an-nâs » (« les gens ») après chaque attribut renforce l’idée que chacun nom divin suffit comme protection. On retrouve ces trois attributs rassemblés dans certains versets tel :  


" ذلكم الله ربكم له الملك لا إله إلا هو فأنى تصرفون"

« Tel est Allâh votre Seigneur ! A Lui appartient toute la Royauté. Point de divinité à part Lui. Comment pouvez-vous vous détourner de son culte » s.39.Az-Zoumar (Les Groupes), v.6.


Un parallèle peut être fait avec sourate Al-Fâtiha (L’Ouverture).

 « Al-waswâs » est comparable à une voix intérieure (un chuchotement) qui dicte de mauvaises idées à l’Homme

(حديث النفس بما هو كالصوت الخفي).

 « Al-khannâs » est celui qui devient petit dès que l’Homme se rappelle de son Seigneur, c’est-à-dire qu’il disparaît aussi promptement qu’il apparaît (لاختفاء بعد الظهور
 


Al-wassat.com, explication d'Ibn Kathir et d'autres.

 baraka2

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
« Dernière édition: Janvier 08, 2014, 19:14:21 par Musc_☼ » Journalisée
DELIVRE
Invité
« Répondre #2 le: Octobre 04, 2011, 07:57:28 »
Share   Modifier le messageModifier

                                                                       bismillah


                                                                  Salam Alaykoum



    baraka  Oukhty Wink um-rayhane pour ce Partage si instructif    MachAllah

    A'oudzou billahi minach-châytân-ir-râjîm

   Qu' allah AL-GHANÎYO Bénisse les oeuvres du Dr. Amine NEJDI ,Imam et Conférencier   amine


                                                                             Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
« Dernière édition: Décembre 04, 2012, 07:50:51 par Um♥Rayhane » Journalisée
fathéma
Invité
« Répondre #3 le: Octobre 04, 2011, 08:11:19 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum

MachAllah wa  El Hamdoulilah Wa fik barak Allah SWT mon cher frère Delivré Wink


je trouve que cette sourate représente bien les maux de beaucoup de personnes  Soubhan' Allah

dans le cas où a l'heur actuel les gens sont en depression, waswas, j'inns, mauvaise oeuil etc etc....  Soubhan' Allah


Puisse Allah SWT nous venir en aide et nous preserver de tous ces fléaux amine amine amine

 baraka2

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
Journalisée
fathéma
Invité
« Répondre #4 le: Octobre 05, 2011, 07:38:29 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum





 baraka2


 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
Journalisée
fathéma
Invité
« Répondre #5 le: Décembre 04, 2012, 07:52:35 »
Share   Modifier le messageModifier

bismillah
 Salam Alaykoum

  MachAllah wa barak Allahou fikoum
rappel important aussi  InchAllah

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
Journalisée
Musc_88
Invité
« Répondre #6 le: Janvier 08, 2014, 19:14:47 »
Share   Modifier le messageModifier

Salam Alaykoum

 Allahou Akbar Allahou Akbar El Hamdoulilah baraka2

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
Journalisée
   

L'arabe pour les francophones - Niveaux 1+2
L'arabe pour les francophones - Niveaux 1+2

 Journalisée
Pages: [1]
  Ajouter aux favoris  |  Imprimer  

 
Aller à:  

 Développé par TOOLYNK, agence de développement d'applications web et mobile à Lyon & Paris
Technologies: Javascript, React, React Native, Angular, Java, Symfony, .NET, Réalité Virtuelle