Forum de la Grande Mosquee de Lyon
Nouvelles: Téléchargez sans plus attendre la GML tool, la barre d'outils 100% islamique, 100% Grande Mosquée de Lyon !!
 
*
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Charte du Forum  
Favoris  
Coran 
GML TV
connectez vous !

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session


Pages: [1]
  Ajouter aux favoris  |  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: peut-on jeûner pour un mort??  (Lu 6590 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
soujoude
Invité
« le: Mai 27, 2013, 07:53:49 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh mes  Sourire Mouslima et  Rire Mouslim

Peut-on jeûner pour un mort?

Car Je veux  jeûner pour ma grand-mère Que allah  yarhamha  Amine


 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
Journalisée
Um~Tariq
Invité
« Répondre #1 le: Mai 27, 2013, 07:59:34 »
Share   Modifier le messageModifier

bismillah
 Salam Alaykoum

Ma soeur tu veux dire qu'elle est morte en ayant
des jours de ramadan à rattraper??

 baraka

et  Amine Amine Amine

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
Journalisée
soujoude
Invité
« Répondre #2 le: Mai 27, 2013, 09:10:24 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh ma okhty

non ma soeur elle n'avait pas des jour a rattraper


mais c'est moi qui voulais jeuner pour elle et je voulais savoir si je peux  InchAllah
Journalisée
Um~Tariq
Invité
« Répondre #3 le: Mai 27, 2013, 09:32:19 »
Share   Modifier le messageModifier

bismillah
 Salam Alaykoum


Soubhan' Allah j'ai rien trouver à ce sujet ma soeur
mais je pense que le jeûne surerogatoire n'est pas accepter pour les morts wa Allahou A'lam
c'est juste mon avis car regarde ces hadiths  MachAllah.

D’après Aïcha, qu’Allah soit satisfait d’elle, le Prophète (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam) dit :
« Quiconque rend l’âme alors qu’il devait s’acquitter de certains jours de jeûne , son successeur le fera à sa place »
 (Boukhari et Mouslim).
Ibn ‘Abbaas, qu’Allah soit satisfait de lui et de son père, rapporta ce qui suit : « Un homme vint demander au Prophète (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam) :
- « Ô Messager d’Allah, ma mère a rendu l’âme, alors qu’elle devait s’acquitter d’un mois de jeûne. Dois-je l’accomplir à sa place ? »
  « Si elle avait une dette, la paierais-tu à sa place ? »,
 lui demanda le Prophète (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam).
- « Oui », répondit l’homme. « Alors, la dette envers Allah, Exalté soit-Il, est plus digne d’être acquittée »,
poursuivit le Prophète (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam) » (Boukhari et Mouslim).
Selon une autre narration, « une femme vint demander au Prophète (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam):
- « Ô Messager d’Allah, ma mère a rendu l’âme, alors qu’elle avait formulé le vœu de jeûner. Dois-je m’en acquitter à sa place ? »

- « Si elle avait une dette, et que tu la remboursais à sa place, aura-t-elle une récompense ? », lui demanda le Prophète (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam).
- « Oui », répondit la femme.
- « Alors, acquitte-toi du jeûne de ta mère », poursuivit le Prophète (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam) » (Boukhari et Mouslim).
Bouraydah, qu’Allah soit satisfait de lui, a rapporté ce qui suit : « Alors que j’étais assis avec
le Prophète (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam) une femme s’approcha de lui et lui dit :
- « J’avais offert, à titre d’aumône, une servante à ma mère, et maintenant ma mère est décédée ».

  « Tu auras la récompense de ton aumône, et la servante te sera rendue lors du partage de l’héritage »,
 lui expliqua le Prophète (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam).
- « Ô Messager d’Allah, ma mère devait accomplir un mois de jeûne. Dois-je m’en acquitter à sa place ? ».
- « Oui, acquitte-toi du jeûne à sa place ».
- « Par ailleurs, elle n’a jamais accompli le Hadj. Dois-je le faire à sa place ? ».
- « Oui, accomplis aussi le Hadj à sa place », lui affirma le Prophète (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam) » (Mouslim).


 Règles et enseignements à tirer :


Premièrement, la règle de base stipule que les actes d’adoration individuels ne sont pas acquittés par procuration.
 Cependant, selon le hadith, le jeûne et le Hadj font exception à cette règle. Ibn ‘Abdol-Barr, qu’Allah lui fasse miséricorde, affirma :
« Quant à la prière, les oulémas sont unanimes pour dire qu’aucun ne peut l’accomplir à la place d’un autre,
qu’elle soit une prière prescrite ou surérogatoire, que la personne soit vivante ou morte.

Il en est de même pour l’accomplissement d’un jeûne à la place d’une personne vivante qui, le cas échéant, ne sera pas récompensé.
Ces règles font le consensus et elles sont immuables. Cependant, quiconque rend l’âme, alors qu’il avait des jours de jeûne à rattraper,
cela fait l’objet d’une divergence entre savants, anciens et contemporains ».
Deuxièmement, si une personne rend l’âme, alors qu’elle devait s’acquitter du jeûne obligatoire, elle rentrera dans l’un des deux cas suivants :
Si elle a rendu l’âme avant de pouvoir compenser les jours de jeûne, qu’elle n’a pas eu le temps de le faire, ou qu’elle avait une excuse valable,
comme une maladie, un voyage ou une incapacité quelconque l’ayant empêché d’accomplir le jeûne,
dans ce cas, selon la majorité des oulémas le jeûne dont elle ne s’est pas acquitté n’est pas considéré comme une dette.
Si elle a rendu l’âme, tout en ayant eu la possibilité de compenser les jours de jeûne,
la Sunnah indique que son successeur doit s’acquitter de ces jours à sa place.


 Troisièmement, il est licite que des personnes proches ou non s’acquittent des obligations non accomplies par le défunt. Le successeur,
dans « son successeur peut les refaire à sa place », renvoie fort probablement à son héritier. Cependant,
il est licite que l’un de ses parents non héritiers ou lointains s’acquittent du jeûne à sa place, et il en aura la récompense.
Le Cheikh de l’Islam Ibn Taymiyyah, qu’Allah lui fasse miséricorde, a indiqué : « Le Prophète (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam)
a comparé cette situation à la dette d’un défunt. Cette dette peut être acquittée par n’importe qui, ce qui prouve la licéité
d’appliquer cela au jeûne, et de ne pas se limiter aux enfants du défunt ».

Quatrièmement, il n’est pas obligatoire d’accomplir un vœu à la place du défunt. De même,
ses successeurs ne sont pas obligés de s’acquitter de sa dette, mais ils le font volontairement pour l’en libérer de cette dette.
Cinquièmement, il est licite qu’un groupe d’hommes se chargent chacun d’acquitter un jour de jeûne, à la place du défunt,
sauf dans le cas du jeûne qui doit être accompli un nombre de jours successifs sans interruption, comme l’expiation du Dhihaar ou du meurtre.
Le cas échéant, un seul homme doit s’en charger en jeûnant ces jours sans interruption.
Sixièmement, au cas où aucun des successeurs du défunt ne prenne l’initiative d’accomplir les jours de jeûne manqués,
ces premiers peuvent nourrir un pauvre en compensation de chaque jour, même si les frais de cette nourriture sont tirés de son legs.
Septièmement, les successeurs du défunt ne sont pas en mesure de payer quelqu’un pour rattraper les jours de jeûne à sa place,
car il est illicite de régler à gages les questions de parenté.


Quel est l'acte le plus méritoire à faire au profit d'un défunt: le pèlerinage ou l'aumône?

Est il préférable que je fasse le pèlerinage qu profit de mes défunts parents qui l'avaient accompli eux-mêmes ou
que j'utilise l'argent destiné à cet effet dans la construction de mosquées et le combat dans le chemin d'Allah?


Louanges à Allah

Les meilleurs actes de piété filiale (pour des défunts parents) ont été enseignés par le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui).
Il s'agit de prier pour eux, de demander pardon pour eux, d'honorer leurs amis et d'entretenir leurs liens de parenté.
Voilà les choses que le Messager d'Allah (bénédiction et salut soient sur lui) a précisées quand quelqu'un l'a interrogé en ces termes:

Messager d'Allah! Reste –il une chose à faire au profit de mes parents disparus?

Il lui a énuméré les actions ci-dessus citées.

Quant au pèlerinage, le sacrifice et les aumônes, ils sont, sans aucun doute, autorisés.
Mais ils sont moins méritoires que la prière pour les défunts. Faites pour vous-même le pèlerinage, l'aumône, le sacrifice,
la dépense pour les mosquées et dans le djihad. Car vous aurez besoin de bonnes œuvres comme vos père et mère.
Pour ces derniers, le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) vous a enseigné ce qui est meilleur et plus utile…
Croyez vous que le Messager (bénédiction et salut soient sur lui) a perdu de vue que l'accomplissement du pèlerinage ou
la distribution des aumônes à la place des défunts soient préférables?


Jamais! Nous ne croyons pas que le Messager ait perdu de vue cela. Sachons que le Messager (bénédiction est salut soient sur lui)
a spécifié les quatre choses que sont: l'invocation, la demande de pardon, la bienfaisance envers l'ami du défunt et
l'entretien de ses liens de parenté parce qu'il s'agit de choses réelles. C'est pourquoi il a été authentiquement rapporté de lui que :
« Quand l'homme meurt, ses actions cessent sauf trois: une aumône courante (œuvre à utilité pérenne), un savoir utile et
un enfant pieux qui prie pour lui.» Il n'a pas dit : un enfant pieux qui fait des aumône pour lui ou qui fait des sacrifices ou
qui fait le pèlerinage ou qui jeûne (pour le défunt), bien que le hadith parle d'actions..
Aussi, au lieu d'actions à faire pour le défunt, parle –t-il d'invocation.


Quant à nous, nous prenons Allah à témoin et nous savons de science sûre que le Messager (bénédiction est salut soient sur lui)
n'abandonne pas une chose au profit d'une autre moins méritoire. Car il est la créature la mieux instruite et la plus bienveillante à l'égard de ses semblables.
Si l'aumône, les offrandes, les prières ou le pèlerinage étaient recommandés, le Prophète (bénédiction est salut soient sur lui) l'aurait enseigné.
Moi je dis: il convient aux étudiants des sciences religieuses de prendre à propos de ces questions dans lesquelles
les gens ont tendance à suivre le chemin qui n'est pas le meilleur; il convient que les étudiants les leur explique clairement et
leur disent: donnez nous un seul texte dans lequel le Prophète (bénédiction est salut soient sur lui) donne à l'homme l'ordre de procéder
à un jeûne ou à une aumône surérogatoire au profit de ses père et mère (défunts). Il a dit plutôt :
« Si quelqu'un meurt alors qu'il a un jeûne à effectuer, son héritier le fait à sa place.»
Il donne ainsi l'ordre d'effectuer le jeûne obligatoire à la place du mort.
Ce qui n'est jamais le cas pour le jeûne surérogatoire. Fouillez dans la Sunna, du début à la fin,
vous ne trouverez jamais que le Prophète (bénédiction est salut soient sur lui) a donné à quelqu'un l'ordre de faire une aumône
pour ses (défunts) père et mère, de procéder à un jeûne ou un pèlerinage surérogatoire ou d'effectuer des dépenses dans l'intérêt général pour eux.

amais! Cela n'existe pas. A la limite, on peut dire que le Messager (bénédiction est salut soient sur lui)
aurait implicitement entériné de tels actes. Ce qui ne signifie pas qu'ils sont recommandés.
En effet, il a laissé faire Saad ibn Abi Ubadah qui lui avait demandé l'autorisation de faire de son verger une aumône pour sa mère
(défunte).Car il lui dit :«Oui.» Comme il l'avait dit à un homme qui lui disait: « Ma mère est morte subitement.
Et je cois que si elle avait pu parler, elle aurait recommandé une aumône. Puis-je le faire à sa place?» –
Il lui dit : «Oui.» Cependant, a-t-il donné à sa communauté l'ordre d'accomplir des actions surérogatoires au bénéfice des morts?
Cela n'existe pas. Si quelqu'un en trouve la preuve, qu'il daigne nous l'apporter…S'agissant des actions obligatoires, il faut les achever.»

Fatawa d'Ibn Uthaymine,21/267.


Tu vois qu'à aucun moment les hadiths ne parlent de jeûne surérogatoire pour les morts
mais Allahou a'lam et peut-être tu auras des réponses que moi je n'est pas trouver
 InchAllah kheir et Puisse Allah accorder sa Miséricorde à toute la OUMMA

 baraka2
 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
Journalisée
soujoude
Invité
« Répondre #4 le: Mai 27, 2013, 10:49:33 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum
 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh ma okhty

baraka allah fiki

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
Journalisée
Um~Tariq
Invité
« Répondre #5 le: Mai 27, 2013, 15:55:40 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh

Allahi barek fiki ma chère soeur  El Hamdoulilah Allahou Akbar

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
Journalisée
   

Tapis + boussole
 Journalisée
Pages: [1]
  Ajouter aux favoris  |  Imprimer  

 
Aller à:  

 Développé par TOOLYNK, agence de développement d'applications web et mobile à Lyon & Paris
Technologies: Javascript, React, React Native, Angular, Java, Symfony, .NET, Réalité Virtuelle