Forum de la Grande Mosquee de Lyon
Nouvelles: Téléchargez sans plus attendre la GML tool, la barre d'outils 100% islamique, 100% Grande Mosquée de Lyon !!
 
*
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Charte du Forum  
Favoris  
Coran 
GML TV
connectez vous !

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session


Pages: [1]
  Ajouter aux favoris  |  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: la deviance des jeunes  (Lu 4341 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
esclave du Bienveillant
Invité
« le: Décembre 03, 2012, 15:18:49 »
Share   Modifier le messageModifier

As salam alaykoum wa rahmatoulahi wa barakatuh

Une question nous viens toujours en tete et deja elle venait il y bien longtemps de cela alors aujourd'hui que dire cette qustion est :

Quelles sont les causes de l’éloignement de beaucoup de jeunes de la religion ?

Réponse :

Les causes de la déviance sont nombreuses.
 Parmi les plus importantes, il y a de manque de science, l’ignorance de la réalité de l’islam et de ses bienfaits, la négligence du Saint Coran, le manque d’éducateurs compétents, capables d’expliquer la réalité de l’islam aux jeunes, de montrer ses bienfaits, d’expliciter ses objectifs et tout ce qui en résulte dans la vie d’ici-bas et dans l’au-delà.

Il y a aussi d’autres causes comme l’environnement, les médias, les voyages à l’étranger, la fréquentation de personnes dont la croyance est fausse et la moralité corrompue, en plus des facteurs qui les éloignent de l’islam et les incitent à la mécréance et à la permissivité.

Par conséquent, beaucoup de jeunes se retrouvent avec des cœurs vides de science bénéfique, de la croyance authentique, pleins de doutes, d’incertitudes, d’invitations à l’égarement et d’instincts de séduction.
 Ceci produit évidemment ce dont vous avez parlé dans la question : la déviance et le détournement de beaucoup de jeunes des choses qui ont rapport avec l’islam.

Et quelle bonne parole que celle du poète :
Sa passion m’a approché avant de connaître la passion
Elle a donc rencontré un cœur vide et s’est installée.


Meilleure et plus véridique est la parole du Très-Haut (traduction rapprochée) :

« Ne vois-tu pas celui qui a fait de sa passion sa divinité ? Est-ce à toi d’être un garant pour lui ? * Ou bien penses-tu que la plupart d’entre eux entendent ou comprennent ? Ils ne sont en vérité comparables qu’à des bestiaux. Ou plutôt, ils sont plus égarés encore du sentier. » [1]

Je pense que le remède varie en fonction du mal.
 Le plus important est d’accorder une grande importance au Coran et à la vie du Prophète, prière et salut d’Allah sur lui, enseigné par le professeur pieux, le conseiller d’orientation pieux ; il faut un programme adéquat, réformer les mass médias des pays musulmans, censurer tout ce qui incite au laxisme, au comportement contraire à l’islam et à tous les types d’athéisme et de corruptions, si ceux qui s’en occupent sont sincères dans leur prétention de prêcher l’islam, et leur volonté d’orienter le peuple et les jeunes dans sa direction.

 Il faut pas oublier d’améliorer l’environnement et de le purifier de tous les fléaux.

 Un autre remède aussi, consiste à interdire les voyages vers l’étranger, sauf en cas de nécessité, de propager la culture islamique pure et appropriée, au moyen des médias, du corps éducatif, des prêcheurs et des imams.

 Je demande à Allah de nous accorder cela, d’orienter les gouverneurs vers le bien, de les aider à comprendre parfaitement leur religion et à l’observer, et de combattre tout ce qui y est contraire, avec dévouement et efforts continus.
 Il est certes Audient et Proche.

 [1] Le Discernement, v. 43-44.

                                                            Cheikh ‘Abdel-‘Azîz Ibn ‘Abdi-llâh Ibn Bâz

avis perso {quand le Cheikh dit d'éviter les voyages à l'étranger sa veut dire les voyage d'un pays musulman vers un pays non musulman alors que dire de vivre directement dans un pays non musulman ? }
Journalisée
gerardibrahim
Nouveau membre
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Âge: N/A
Localisation: Thouars
Messages: 28



Voir le profil
« Répondre #1 le: Décembre 03, 2012, 21:30:54 »
Share   Modifier le messageModifier

a la réponse du frère :quand le Cheikh dit d'éviter les voyages à l'étranger sa veut dire les voyage d'un pays musulman vers un pays non musulman alors que dire de vivre directement dans un pays non musulman ?  comment veut tu propager la Parole de Dieu si tu reste dans ton coin , il n'y a pas de pays musulman et de pays non musulman tous les pays appartiennent a Allah donc l'islam n'a pas de problème de frontière les musulmans ont un problème d'identité là ou ils vivent  c'est pas pareil , moi qui suit européen d'origine française bretonne convertis il y a + de 30 années j' ais 56 ans, je me suis sentis bien partout, ce qui me sauve c'est d'éviter le communautarisme, , les clans, les plus grands érudit et savants dans la science de  l'islam  ne sont pas des arabes  ,  Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh

Avis personnel
« Dernière édition: Décembre 03, 2012, 21:32:00 par DELIVRE » Journalisée
khalid-yasin
Membre très actif
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Localisation: France
Messages: 2890



Voir le profil
« Répondre #2 le: Décembre 03, 2012, 23:58:20 »
Share   Modifier le messageModifier

                                                                                                  bismillah
                                    Salam Alaykoum

Je pense mes  Rire Mouslim qu'il ne faut pas cherché trop loin, il suffit de regardé simplement dans chaques foyez musulman pour savoir si
déjà le rappel se fait! je ne pense pas que çà soit une affaire de pays musulman, ou non musulman !
Il ne faut pas oublié que c'est dans les pays européens (non musulman)que l'on recense une augmentation assez spectaculaire de
conversion à l'islam  MachAllah pourtant si on suppose que c'est personnes vivent dans le (mal), c'est l'inverse qui devrait se produire !
Mais  allah guide qui il  Razza wa jal veut et se n'ai apparemment pas une affaire de pays musulman ou non.
Le musulman devrait étre et il est  partout chez lui  Soubhan' Allah.

Sourate 110 An Nasr Le Secours.
Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux. 
1- Lorsque vient le secours d'Allah 
ainsi que la victoire, 
2- et que tu vois les gens entrer en foule dans la religion d'Allah, 
3- alors, par la louange, célèbre la gloire de ton Seigneur et implore Son pardon.
Car c'est Lui le grand Accueillant au repentir.

                                                                Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
 
 
Journalisée
esclave du Bienveillant
Invité
« Répondre #3 le: Décembre 04, 2012, 11:06:09 »
Share   Modifier le messageModifier

As salam alaykoum wa rahmatoulahi wa barakatuh

mes chers frères filah !

Certes l'Islam compte par la Grace d'Allah énormément de convertis Al Hamdulilah !
Mais toute fois combien connaissent réellement leur religion ? combien étudie réellement leur religion ?
Pour la simple et bonne raison et je parle principalement de la France étant moi meme convertis que l'on crois connaitre car à la mosquée on a entendu quelques hadiths alors de ce fait on crois connaitre notre religion et la sunna du Prophète  Salla-llah allahi wa salam . NON on ne connais rien car si on se renseigne de ce qu'est la sunna on apprendra qu'on ne peu vivre en terre non musulmane car on risque et c'est ce qui ce passe d'ailleur de prendre leur  mentalité à cause du fait d'aller dans leurs écoles,les fréquenter quotidiennement.....donc NON on ne connais pas notre religion et les Grands savants de la sunna sont tous unanime sur ce fait que nous ne devons pas vivre en terre non musulmane ! deja il nous déconseils fortement de voyager en terre non musulmane de peur que nous tombions dans la fitna alors y vivre mes frères soyons réaliste et constatons qu'il ont raison en tout cas pour ma part j'ai chercher les bienfaits qu'il y a ici et je n'en vois aucun alors que les méfaits sont belle et bien nombreux mes frères !

Pour ce qui est de ta question comment propager l'Islam si nous ne vivons plus ici c'est très simple akhy :
1-aujourd'hui il existe internet des millions voir des milliards de gens y ont accés
2-les gens de science sont la pour nous apprendre et Allah fait leurs éloge dans son Noble livre dont un verset dit dans les sens "et si vous ne savez pas demander aux savants..." vois tu un savant en France akhy ? ou dans n'importe quel pays non musulman ?
3-si on reste dans un pays comme celui ci notre croyance ne peut etre parfaite akhy car on ne peut vivre librement notre religion celon la sunna authentique ici !

voila mes frères pourquoi il y a tant de déviance chez nos jeunes et voila pourquoi vivre dans les pays tel que celui ci est une énorme erreur et d'ailleur un hadith dit que le Prophète Salla-llah allahi wa salam se dérésponsabilise de ceux qui vivent avec les mécréants qui est :

la parole du prophète salALlahu'alayhi wa salam:
(أنا بريء من آل مسلم يقيم بين أظهر المشرآين)
« Je suis innocent de tout musulman qui s’établit parmi les Moushrikines »
 (déclaré Hasan par Al-Albaani, voir Sahih Al-Jaami’ 1/306)

Na'am !
Qu'Allah nous donne la bonne comprehention de la religion et la bonne mise en pratique !
Journalisée
DELIVRE
Invité
« Répondre #4 le: Décembre 04, 2012, 11:20:41 »
Share   Modifier le messageModifier

                                                                          bismillah


                                                                        Salam Alaykoum



  Allahuma Amin Ajma3in

   baraka2 à Tous Wink  MachAllah

   El Hamdoulilah Qui a Fait de nous des Muslimin et si nous...nous ne savons pas pourquoi nous sommes ici....

    allah AL-'AZÎM le Sait ,LUI ,donc ,personnellement ,  El Hamdoulilah ,et j'attends ....AS-SABR 

    D'après Abou Darda  Radhi Allah 'Anhou , le Prophète  Salla-llah allahi wa salam a dit:

   « La première chose qui sera enlevé de cette communauté est l'humilité au point où tu n'y verras aucune personne faisant preuve d'humilité ».

    (Rapporté par Tabarani et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°542)

    Soubhan' Allah je ne pense pas qu'il s'agisse "d'endroits" mais de notre coeur

    et si on est vraiment dans ces temps précis ?

     Il sera de plus en plus difficile de pratiquer sa religion.

    Le Prophète Mouhammad  Salla-llah allahi wa salam dit en ce sens que, viendra un temps où la condition de celui qui voudra rester ferme sur sa religion

    sera comparable à celle d'un homme qui tient une braise dans la paume de sa main.
 
    (Tirmidhi)

    103. Et cramponnez-vous tous ensemble au "Habl" (câble) d'Allah et ne soyez pas divisés; et rappelez-vous le bienfait d'Allah

   sur vous : lorsque vous étiez ennemis, c'est Lui qui réconcilia vos coeurs. Puis, par Son bienfait, vous êtes devenus frères.

   Et alors que vous étiez au bord d'un abîme de Feu, c'est Lui qui vous en a sauvés.

    Ainsi, Allah vous montre Ses signes afin que vous soyez bien guidés. / S 3

   Avis personnel et

  ALLAH SAIT MIEUX

  Allah Yahdina


                                                                                        Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
Journalisée
DELIVRE
Invité
« Répondre #5 le: Décembre 04, 2012, 13:09:26 »
Share   Modifier le messageModifier

                                                                                  bismillah


                                                                     Salam Alaykoum



  D'après Abdallah Ibn Amr Radhi Allah 'Anhoum, le Prophète  Salla-llah allahi wa salam a dit:

   « Certes Allah ne fait pas disparaître la science en l'enlevant des coeurs des serviteurs mais il la fait disparaître par la mort des savants.

  Au point où lorsqu'il ne restera plus de savants les gens prendront des ignorants comme dirigeants qui seront questionnés.

   Alors ils vont répondre sans science et ainsi vont s'égarer et vont égarer »

   (Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°100 et Mouslim dans son Sahih n°2673)

    Soubhan' Allah y-a-t-il un seul Pays qui puisse être épargné ?

    Soubhan' Allah y-a-t-il seulement un seul Muslim qui puisse y échapper ?

    Le Prophète (صلى الله عليه و سلم), répondant à une question de Jibrîl (عليه السلم) au sujet des Signes de l'Heure, dit:

  "Quand tu verras la servante engendrer sa maîtresse, et les va-nu-pieds, les gueux, les miséreux et les bergers rivaliser

   dans la construction de maisons de plus en plus hautes."

  (Al-Boukhâri et Mouslim)

  "Quand le commandement sera confié à ceux qui n'en sont pas dignes…"

  (Al-Boukhâri)

   Soubhan' Allah comment les jeunes peuvent-ils se repérer dans ce bas-monde totalement à l'encontre de la Shari'aLLAH ?

  Qu' allah AS-SABOÛR vous Guide et vous Protège les jeunes


                                                                      Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh

  Avis personnel wa Allah wa Elem
 
Journalisée
esclave du Bienveillant
Invité
« Répondre #6 le: Décembre 04, 2012, 13:52:22 »
Share   Modifier le messageModifier

As salam alaykoum wa rahmatoulahi wa barakatuh

Akhy DELIVRE est ce que tu médite justement sur ces hadiths ? Ne le prend pas mal c'est parce que justement les hadiths et les versets du Qur'an sont à méditer et le hadith qui parle qu'Allah ne retire pas la science des coeurs mais il la fait disparaitre en enlevant les savants est bien  claire akhy baraka Allah oufik voyez vous un seul savant ici en France ou dans n'importe quel pays non musulman ? NON et pourquoi alors que peut etre certain savant son non musulman de base alors pourquoi ne vivent ils pas en pays non musulman ?

Ce qui est à comprendre c'est que justement la science disparaitra avec leur mort donc nous devons étudier auprès d'eux pour apprendre et connaitre notre religion de ce fait posseder à notre tour la science afin d'etre bien guidé !

Et sachez que je ne dit que ce qu'Allah veut en vous disant ceci je m'appuis sur les preuves des savants qui sont les hadiths et versets du Qur'an et pour preuve je vais vous citer une parole pleine de sagesse de Cheikh Al Outhaymin rahimaoulah :

Comment l'âme d'un croyant peut se sentir agréable d'habiter dans un pays de mécréants où on y déclare les rites de la mécréance et que la loi qui se trouve dedans est à autre qu'Allah et Son Messager, et qu'il observe ceci avec ses yeux, entend avec ses oreilles et soit satisfait de cela ?!
Et même qui se donne l'appartenance à ces pays-là et y habite dedans avec sa femme et ses enfants, et qu'il se tranquillise à (ces pays) comme s'il se tranquillise à un pays des musulmans avec tout ce qu'il y a de grand danger sur lui, sa femme et ses enfants, pour leur religion et comportement...




(réf : Livre/Majmoù3 Fatâwâ Cheikh el Outayhmîn , n° de la fatwâ/388 )
 
Journalisée
esclave du Bienveillant
Invité
« Répondre #7 le: Décembre 04, 2012, 18:50:59 »
Share   Modifier le messageModifier

As salam alaykoum wa rahmatoulahi wa barakatuh

Le fait de vivre avec les Kouffars dans leur pays est en contradiction avec les preuves du Qor’an et de la Sounnah que nous avons mentionné et voici quelques conséquences négatives du fait de vivre parmi les Kouffars :
   
Développer de l’amour et une Walaa pour les Kouffars.

Transiger et faire des compromis au sujet de la religion en laissant tomber des aspects obligatoires de l’Islam pour faire plaisir aux Kouffars.

Etre témoin des péchés et des choses interdites par l’Islam, au point qu’elles deviennent tout à fait naturelles et normal pour une personne.

Cela représente une contradiction avec la foi, car le prophète (sallallahou 'alaihi wa salam) a dit :
«Quiconque d’entre vous voit un mal, qu’il le change avec sa main. S’il ne peut pas, avec sa langue. S’il ne peut pas, qu’il le change avec son coeur et c’est le minimum de la foi.»
 
Donc pour il est devenu normale de voir le Koufr, le Shirk, le Zina, l’alcool, les femmes sans Jilbaab, les gens qui insulte et se moquent de la religion, alors où est sa foi ?

Demander de l’argent aux Kouffars. Demander en Islam est très mal vu, même entre musulman, sauf en cas de nécessité.

Alors que dire des musulmans qui vivent chez les Kouffars et qui se rabaissent devant eux en leur demandant de l’argent.

Beaucoup de musulmans prennent du BS, et toutes sortes d’allocations de la part des Kouffars et ils deviennent dépendants de cet argent par la suite, alors ils ne pensent plus à partir vivre avec les musulmans.

Car les pays musulmans ne donnent pas de BS, ni d’allocations ou de  chômage.

Mais les Kouffars ne donnent pas d’argent par générosité.
Comment ce qu’ils donnent pourrait-il être de la générosité, alors que ce qu’ils donnent ne leur appartient pas.
Ils ne font que donner aux gens une partie de ce qu’ils leur prennent en taxes et impôts !
Ils jouent très mal à Robin des Bois !
   
Imiter les Kouffars dans leur façon de s’habiller et de vivre.

Difficulté de trouver un travail, même pour les gens hautement diplômé   

Sans mentionné la difficulté de trouver un travail Halaal.

La plupart des emplois disponibles comportes beaucoup de pratiques totalement Haraam dans l’Islam. Comme de vendre ce qui est Haraam.

La mixité entre homme et femme.
Le Ribaa.
L’interdiction de la barbe, difficulté de faire la prière obligatoire à l’heure, difficulté de s’absenter pour la prière de Joumou’ah etc.

L’interdiction de faire le Adhaan dehors.

Lors des fêtes du sacrifice, on ne peut pas sacrifier ailleurs qu’à l’abattoir.
Si on le fait à la maison, on reçoit une amende etc.

La difficulté de s’entendre sur le commencement et la fin du mois de ramadan.

La négligence de plusieurs musulmans lors des fêtes de Eid, car les Kouffars ne ferment par lors de nos jours de fêtes.

Le musulman doit présenter une lettre de motivation pour s’absenter de son travail ou de son école.

Le musulman est obligé de cesser de travailler lors des fêtes des Kouffars.
Il est obligé de respecter leurs jours de célébration.
   
Les musulmans doivent envoyés leurs enfants dans les écoles des Kouffars, alors que ce sont des endroits ou on enseigne le Koufr et les idées de Koufr et d’égarement et la perversité.

Les enfants commencent à parler et à penser comme les enfants des Kouffars.

Dans certain pays (comme en France) les musulmanes sont forcées d’enlever leur Hijab pour aller à l’école et doivent étudier dans des écoles mixtes.

La difficulté de manger que du Halaal.

Les cours de philosophie (au collège), de musique ou de natation au secondaire qui sont des cours obligatoires pour les enfants, ce qui est interdit en Islam.

Lors de l’accouchement, il est difficile d’avoir une femme médecin.

La difficulté d’élever les enfants dans une éducation Islamique.

L’interdiction de donner des corrections aux enfants sous peine de les faire prendre de force par la protection de la jeunesse.

On les place ensuite dans les familles d’accueille Kouffars où on les élèves comme des Kouffars.

Vivre parmi des gens qui croient que deux hommes ou deux femmes peuvent se marier ensemble !!!

La division des musulmans par la propagation des groupes Islamiques, des sectes et des différentes Bid’ah qui viennent de partout dans le monde et qui prêchent ici en toute liberté.

Beaucoup de musulman qui se perdent complètement et qui deviennent malade et déprimés, loin de leurs familles.

Le problème pour se faire enterrer quand on meurt chez les Kouffars. Les cimetières musulmans sont très rares et ont doit être enterré dans des cercueils  contrairement à la Sounnah.

Et bien d’autres choses encore qu’il serait long à mentionner.

Abou Hammaad Sulaiman Dameus Al-Hayiti(etudiant diplomer de l'université de Médine qui a notament eu la chance de rencontrer Cheikh Ibn Baz l'or d'un pélerinage à la Mecque et suite à cette rencontre Cheikh a écrit une lettre de recommandation que cette etudiant est sincère et il le recommande auprès des gens cette dite lettre vous pouvez la retrouver en Arabe seulement Allah reste plus savant )
Journalisée
gerardibrahim
Nouveau membre
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Âge: N/A
Localisation: Thouars
Messages: 28



Voir le profil
« Répondre #8 le: Décembre 04, 2012, 18:53:00 »
Share   Modifier le messageModifier

 bismillah Salam Alaykoum bien chère frère  trouve moi un pays dit musulman ou il y a à ce jour l'islam a 100% ,, des musulmans 100 % sincères et pieux, , des gens qui ne propagent pas la haine envers l'autre,  Allah a donné à chacun de nous, son rôle n'importe ou dans cette planète, ce n'est pas le fruit du hasard, ou la volonté de nos parents, ou de nous mêmes, c'est la volonté d'Allah, La ou il se trouve le musulman est chez lui    Raçoul  Salla-llah allahi wa salam lui qui était de Mecqa est partis a Yathrib que nous connaisssons tous sous le nom "; Al-Madīna al-Munawwara (المدينة المنورة) « la ville illuminée », a rassemblé avant de revenir sur Mecqa une grande communauté convertis a la Parole D'Allah , suivons son exemple, car notre mission (dawa ) est aussi de répandre La Parole de L'unique Clément et Miséricordieux !  Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh

Avis personnel
« Dernière édition: Décembre 04, 2012, 19:35:30 par DELIVRE » Journalisée
khalid-yasin
Membre très actif
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Localisation: France
Messages: 2890



Voir le profil
« Répondre #9 le: Décembre 04, 2012, 21:09:43 »
Share   Modifier le messageModifier

                                                                                              bismillah
                                      
                                        Salam Alaykoum
[bl
Pays non musulmans : peut-on continuer à y habiter, ou est-il obligatoire d'en émigrer ?
 
Question :

Un frère m'a montré des versets et des hadîths disant qu'il faut émigrer des terres non-musulmans pour s'installer vers une terre où habitent des musulmans. Ne pensez-vous pas que les musulmanes et les musulmans ont l'obligation d'émigrer de l'Occident ?

-
Réponse :

Répondre à cette question demande un certain développement.

A l'époque où le Prophète (sur lui la paix) vivait à Médine. Il y avait d'un côté la ville de La Mecque, qui, d'une part, était en guerre contre Médine et, d'autre part, persécutait la minorité musulmane n'ayant pas pu émigrer à Médine. D'autres cités-états de l'Arabie agissaient de même avec leurs ressortissants musulmans. D'un autre côté, cependant, d'autres cités existaient en Arabie où les musulmans n'étaient pas persécutés pour leur conversion à l'islam.

-
A) Concernant la terre non-musulmane où les musulmans n'ont pas le droit de pratiquer ouvertement leur religion, ou bien sont persécutés à cause du fait qu'ils sont musulmans :

Tous les ulémas sont d'accord pour dire que ces musulmans doivent émigrer de cette terre, sauf s'ils n'en ont pas les possibilités. Le verset coranique est clair : "A ceux dont ils prendront l'âme et qui auront eu des manquements vis-à-vis d'eux-mêmes, les anges diront : "Où étiez-vous ?" Ils répondront : "Nous étions faibles sur terre." Ils leur diront : "La terre n'était-elle pas assez vaste pour que vous y émigriez ?" Voilà ceux dont le refuge sera l'enfer, et quel mauvais lieu. Sauf ceux qui étaient faibles, hommes, femmes et enfants, ne trouvant pas de moyen et ne trouvant pas de voie" (4/97-98). Ibn Hazm, dont l'avis est très sévère concernant le fait de ne pas émigrer (nous allons le voir), reconnaît aussi bien entendu cette excuse pour celui qui n'en a pas les possibilités (Al-Muhallâ 12/125).

Cette règle (l'obligation d'en émigrer) s'applique donc par rapport à la terre non-musulmane où les musulmans n'ont pas le droit de pratiquer ouvertement les obligations que leur font leur dîn et ne peuvent pas se préserver des interdits qu'il leur formule ("lâ yumkinuhû iz'hâru dînihî wa lâ tumkinuhû iqâmatu wâjibâti dînih" : Al-Mughnî 12/687 ; "wa layssa mutamakkinan min iqâmat id-dîn" : Tafsîr Ibn Kathîr 1/465).

Parfois la persécution a pour objectif de faire de l'épuration ethnique ou religieuse. Si des musulmans sont persécutés dans une terre non-musulmane parce que musulmans (même si on ne leur interdit pas de pratiquer les obligations de leur religion), alors cette règle s'applique également à eux.

-
B) Concernant maintenant la terre non musulmane où les musulmans ne sont pas dans la situation évoquée en A :


Les musulmans doivent-ils émigrer également de cette terre ?

Des avis divergents existent à ce sujet…

– B.A) Différents textes s'offrent à nous :

1) Il y a une première catégorie de textes (versets et hadîths) dont la lettre (zâhir) dit que le musulman ne doit résider que dans un pays musulman et que les musulmans qui résident ailleurs doivent systématiquement en émigrer pour venir s'installer en terre d'Islam. L'émigration est mentionnée dans ce verset : "Ceux qui ont apporté foi, émigré et lutté par leurs biens et leurs personnes dans le chemin de Dieu, et ceux qui ont donné refuge et assistance, ceux-là sont alliés les uns des autres. Quant à ceux qui ont apporté foi et n'ont pas émigré, vous n'aurez pas de lien d'héritage (wilâyah) avec eux jusqu'à ce qu'ils émigrent..." (8/72). Comme hadîths du Prophète, il y a celui rapporté de Burayda (Muslim, 1731). Et il y a ces autres : "Je désavoue tout musulman qui réside parmi les polythéistes" (at-Tirmidhî, 1604, Abû Dâoûd, 2645) ; "Dieu n'acceptera aucune action de la part de quelqu'un qui s'est converti du polythéisme à l'islam tant qu'il ne quitte pas les polythéistes" (an-Nassaï, 2528). Il y a encore celui rapporté par Abû Dâoûd (2787), celui rapporté par an-Nassaï (4177). (Voir aussi Silsilat ul-ahâdîth as-sahîha, 369, 636, 2857). Un autre hadîth dit d'ailleurs : "L'émigration ne cessera pas tant que ne cessera pas le repentir" (Abû Dâoûd, 2479).

2) Et puis il y a le hadîth qui dit : "Plus d'émigration après la conquête (de La Mecque)…" (al-Bukhârî, 2631, Muslim, 1864).

3) Enfin, il faut savoir qu'en Abyssinie (dans la Corne d'Afrique) un groupe de musulmans s'était installé à l'époque où le Prophète (sur lui la paix) vivait encore à La Mecque ; or certains de ces musulmans y demeurèrent toujours après l'émigration du Prophète à Médine jusqu'à encore six années. Abû Mûssâ al-Ach'arî raconte : "Nous avions appris la nouvelle de la sortie du Prophète quand nous habitions le Yémen. Nous émigrâmes et partîmes alors, deux de mes frères et moi, dans un groupe de cinquante-deux personnes des miens. Nous partîmes sur un bateau. Notre bateau nous déposa auprès du Négus en Abyssinie. Nous rencontrâmes là-bas Ja'far ibn Abî Talib et ses compagnons. Ja'far nous dit : "Le Prophète nous a envoyés ici et nous a dit d'y demeurer. Restez-donc avec nous." Nous restâmes donc avec lui jusqu'au moment où nous partîmes tous ensemble. Nous rencontrâmes le Prophète quand il vainquit Khaybar..." (al-Bukhârî, 2967). Le départ de Ja'far pour Médine survint quand le Prophète envoya 'Amr ibn Umayya auprès du Négus pour lui demander de lui renvoyer ses Compagnons (Fat'h ul-bârî 7/607). L'arrivée de Ja'far auprès du Prophète eut lieu au moment de la victoire sur Khaybar, comme l'a dit Abû Mûssâ ; or Khaybar a eu lieu au début de l'an 7 après l'hégire, donc bien après l'émigration du Prophète à Médine.
Un des commentaires de cette parole de Abû Mûssâ est que "la sortie du Prophète" ici mentionnée consiste en l'émigration du Prophète à Médine (cf. Fat'h ul-bârî 7/238) ; quant au fait que le bateau accosta en Abyssinie, il semble que ce soit un vent violent qui l'y ait obligé (cf. Fat'h ul-bârî 7/239) ; enfin, il est possible que ce ne soit pas en l'an 6 de l'hégire que Abû Mûssâ ait quitté le Yémen avec l'intention d'aller rejoindre le Prophète à Médine, mais beaucoup plus tôt, dans les temps qui suivirent l'émigration du Prophète [le bateau qu'il avait pris devait peut-être le déposer sur un port de la Mer Rouge, d'où il avait l'intention de rejoindre ensuite Médine], mais que ce soit en Abyssinie qu'il séjourna plus longtemps que prévu, parce qu'il y rencontra Ja'far qui lui demanda de rester avec lui jusqu'à l'arrivée de la permission du Prophète de le rejoindre (cf. Fat'h ul-bârî 7/238 : "Wa yahtamilu anna iqâmata Abî Mûssâ bi ardh il-Habasha tâlat, li ajli ta'akhkhuri Ja'far 'an il-hudhûr ila-l-Madîna hattâ ya'tiyahu-l-idhnu min an-Nabiyy sallallâhu 'alyhi wa sallama bi-l-qudûm").

– B.B) Comment comprendre ces différents textes ?

Deux avis ont vu le jour :

--- Il y a des ulémas qui lisent les textes de la première catégorie ci-dessus d'une façon qui ne prend en compte que leur lettre (zâhir) : selon eux, c'est une obligation pour le musulman d'habiter un pays musulman ; s'il est né en terre non-musulmane, il doit au moins faire tout ce qui est en son possible pour en émigrer vers un pays musulman. Ceci est l'avis d'un certain nombre de ulémas ; d'après as-San'ânî cet avis serait même celui de la majorité des ulémas (Subul us-salâm, 4/1334-1335) ; c'est aussi l'avis d'un 'âlim tel que al-Albânî (cf. Silsilat ul-ahâdîth as-sahîha, 6/848-855).
Pour Ibn Hazm, le hadîth "Je désavoue tout musulman qui réside parmi les polythéistes" implique que l'émigration revêt un caractère de forte obligation. Si c'est de son plein gré que le musulman habite un pays non-musulman et que, là-bas, il combat les musulmans ou bien aide les non-musulmans à combattre les musulmans, il fait là un acte de kufr (Al-Muhallâ 12/125-126) ; si par contre il ne les aide pas à combattre les musulmans mais réside dans leur pays pour des raisons matérielles ("li dunyâ yussîbuhâ") tout en étant chez eux comme un dhimmî, alors même qu'il n'est pas empêché de rejoindre la majorité des musulmans, il fait là un acte qui "n'est pas loin du kufr, et nous ne lui voyons aucune excuse" (Ibid. 12/126). Le seul cas où Ibn Hazm autorise le musulman à habiter de son plein gré en terre non-musulmane est celui où sévit en terre musulman un tyran dont il a réellement à craindre l'injustice et face à qui il ne dispose d'aucune protection chez les musulmans (Ibid. 12/125).
Les ulémas tenants de cet avis considèrent que lorsque le Prophète était à Médine, il était obligatoire pour les musulmans habitant d'autres cités d'en émigrer et de partir s'installer eux aussi dans la ville du Prophète, et ces musulmans devaient le faire afin de ne pas rester dans un pays non musulman, celui-ci n'appliquant pas les règles de l'islam (voir Shar'h Muslim, 13/7). L'émigration est donc obligatoire non seulement pour le musulman qui est persécuté mais aussi pour le musulman qui habite dans une terre non-musulmane, qu'elle qu'y soit sa situation. Quant au hadîth "Plus d'émigration après la conquête (de La Mecque)…", il signifie que la question d'émigrer de La Mecque ne se pose plus parce que celle-ci fait justement désormais partie des terres d'Islam (Idem, 13/8, Riyâd us-sâlihîn). L'obligation de l'émigration demeure donc de toute autre cité non-musulmane.

--- Pour d'autres ulémas, la règle de l'obligation d'émigration n'est pas générale. Selon ces ulémas, les hadîths interdisant de résider sur une terre non-musulmane concernent uniquement les terres non-musulmanes où le musulman est persécuté ou bien où il ne peut pas pratiquer les actions que l'islam a rendues sur lui obligatoire (cf. Fat'h ul-bârî 6/48 ; 7/285). C'est ce devoir d'émigration, à cause de la persécution, qui "ne cessera pas", comme l'a dit l'autre hadîth. Cependant, conformément à ce que dit le verset 4/97-98, Dieu ne fera pas rigueur à ceux qui, même dans ce cas, n'auront pas eu les possibilités d'émigrer. Peut-être que les hadîths interdisant de résider sur une terre non-musulmane concernaient aussi le moment où les musulmans avaient systématiquement l'obligation d'émigrer vers le Prophète (ce qui constitue un des deux avis existant, nous allons le voir), c'est-à-dire la période où le Prophète était à Médine et alors que la conquête de La Mecque n'avait pas encore eu lieu (je n'ai pas vu cette interprétation et ne fais qu'émettre une supposition).

– B.C) Deux points restent à évoquer par rapport à ce second avis :

--- B.C.1) Deux interprétations existent quant au caractère qu'avait l'émigration vers Médine avant la conquête de la Mecque : était-elle obligatoire ou seulement recommandée ?


Pour certains ulémas, lorsque le Prophète était à Médine et que la conquête de La Mecque ne s'était pas encore faite, il était obligatoire pour les musulmans habitant d'autres cités d'en émigrer et de partir pour Médine ; ces musulmans devaient le faire afin de renforcer la position du Prophète à Médine, celui-ci y étant en butte à une opposition de la part d'autres cités. Après la conquête de La Mecque, en revanche, la source du plus grand danger sur la scène intérieure de l'Arabie était écartée ; de plus, les Arabes se mirent alors à se convertir à l'islam ou, au moins, à ne plus s'opposer au message du Prophète. Le Prophète dit donc : "Plus d'émigration après la conquête (de La Mecque)…", ce qui signifie que l'émigration vers Médine n'est plus obligatoire. C'est là l'avis de al-Khattabî (cf. Fat'h ul-bârî 6/48-49, 7/286).

D'autres ulémas sont d'avis que, avant la conquête de La Mecque, pour les musulmans habitant une cité où ils n'étaient pas persécutés pour leur religion, il était seulement recommandé d'en émigrer et de rejoindre Médine. C'est là l'avis de Abû 'Ubayd (Shar'h Muslim, 13/7). An-Nawawî a fait, du hadîth 1731 rapporté par Muslim à partir de Burayda, une interprétation qui va dans le même sens (Shar'h Muslim, 12/38). Cet avis permet de comprendre pourquoi, comme l'a rapporté al-Bukhârî, Ja'far et d'autres musulmans demeurèrent encore 6 années en Abyssinie et ne rejoignirent pas immédiatement le Prophète à Médine : l'émigration vers Médine pour un musulman qui n'était pas persécuté était seulement recommandée, elle n'était pas obligatoire.
Comment les tenants de cet avis comprennent-ils alors le hadîth : "Plus d'émigration après la conquête (de La Mecque)…" ? Ils partagent l'interprétation selon laquelle il signifie que l'Emigration particulière vers Médine –  émigration dont le Coran fait l'éloge appuyée quand il parle des Emigrants qui étaient avec le Prophète – n'est plus possible après la conquête de La Mecque (cf. Shar'h Muslim, 13/8).

--- B.C.2) Pour le musulman qui habite une terre non-musulmane où il n'est pas persécuté à cause de l'islam et où il peut pratiquer les actions que l'islam a rendues obligatoires sur lui, l'émigration vers un pays musulman revêt-elle quand même un caractère recommandé ou non ?


Ibn Qudâma écrit que cette émigration est malgré tout recommandée pour ce musulman (Al-Mughnî 12/688). Ceci semble rejoindre l'avis de Abû 'Ubayd que nous venons de voir : la règle en vigueur avant la conquête de la Mecque à propos du musulman habitant une cité où il est sécurité demeure inchangée après la conquête de la Ville à propos du même type de musulman.

Pour d'autres ulémas, le fait de demeurer dans ce pays non-musulman peut revêtir un caractère préférable pour certains musulmans. Al-Mâwardî écrit ainsi : "Si le musulman est capable de pratiquer ouvertement la religion dans un pays parmi les pays non-musulmans, ce pays est ainsi une Dâr al-islâm [ce terme semble avoir été employé ici dans le sens de "Demeure de la sécurité", selon une des deux interprétations de l'avis de Abû Hanîfa en la matière]. Il est alors mieux pour ce musulman d'y résider que d'en émigrer, car d'autres peuvent [, suite à son témoignage du message,] venir à l'islam" (Fath' ul-bârî, 7/285).

– B.D) Récapitulatif :

 InchAllah suite et fin !
[/b]

                                                                            Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
Journalisée
khalid-yasin
Membre très actif
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Localisation: France
Messages: 2890



Voir le profil
« Répondre #10 le: Décembre 04, 2012, 21:09:44 »
Share   Modifier le messageModifier

                                                                                                    bismillah

                                                  Salam Alaykoum

suite !
– B.D) Récapitulatif :

Le musulman doit faire tout son possible pour quitter le pays où il est persécuté à cause de sa religion et pour ensuite aller s'installer ailleurs. Le verset coranique cité au tout début de cet article le dit clairement. Le musulman ne peut – sauf cas d'impossibilité – se justifier de ne pas pouvoir vivre l'islam à cause de la persécution qu'il subit : il doit – sauf cas d'empêchement – émigrer d'un tel pays. C'est ce genre de pays que des juristes ont nommé : "Dâr al-harb" ou, plus précisément, "Dâr ul-khawf".

Par contre – et si on retient l'avis de certains ulémas –, le pays qui est tel qu'il n'est pas persécuté à cause de sa religion et de la pratique de celle-ci, le musulman la possibilité de s'y établir (même si, d'après certains ulémas, il est quand même préférable pour lui d'en émigrer). Ainsi, des Compagnons du Prophète sont, sur demande même du Prophète, demeurés en Abyssinie alors que presque six années s'étaient écoulées après l'installation du Prophète à Médine. C'est ce genre de pays que des juristes ont nommé : "Dâr al-'ahd" ou : "Dâr al-amn".

Un cas fait exception d'après Abû Hanîfa (et al-Qardhâwî pense que sur ce point c'est son avis qui est juste) : une fois qu'un territoire est devenu partie de la "Dâr al-islâm", même si le pouvoir passe ensuite aux mains des non musulmans et même si les musulmans y deviennent opprimés, ce territoire ne devient pas "Dâr al-harb" (d'où les musulmans ont le devoir d'émigrer) tant qu'il reste en contact avec le reste de la "Dâr al-islâm" : les musulmans n'ont donc pas le devoir d'en émigrer. Au contraire, ils doivent y demeurer, dit al-Qardhâwî, car leur départ serait le meilleur cadeau qu'ils puissent faire au conquérant (lire notre autre article sur le sujet).

-
C) Question supplémentaire : Qu'est-ce qui, au sein de l'ensemble des terres non musulmanes ("Dâr al-kufr"), fait qu'un pays est considéré comme "Dâr al-amn" – où le musulman peut s'installer – et non comme "Dâr al-khawf" – d'où le musulman doit émigrer ?

Répondre à cette question demande que l'on aborde plusieurs points :

Premier point : Suffit-il, pour que le pays soit une Dâr al-amn, que le musulman n'y soit pas persécuté à cause de son adhésion à l'islam ? Ou bien faut-il également qu'il puisse y pratiquer librement et ouvertement les règles de l'islam ?

D'après Khâlid Saïfullâh, pour qu'un pays non musulman soit une Dâr al-amn et non une Dâr al-khawf, il doit satisfaire à deux critères :
1) il faut que le musulman n'y soit pas persécuté par les autorités du pays parce qu'il se réclame de l'islam ;
2) il faut également que le musulman puisse y vivre librement et ouvertement au moins un certain nombre de règles de l'islam (Islâm aur jadîd ma'âshî massâ'ïl, p. 73).

Second point : Faut-il alors que, dans ce pays non musulman, ce musulman puisse pratiquer toutes les règles de l'islam, ou bien y a-t-il un minimum de règles à pouvoir y pratiquer concrètement et ouvertement, le cas de contrainte – ne permettant pas d'y appliquer concrètement les autres règles – étant pris en compte et permettant de vivre quand même dans ce pays ?

Répondre à ce second point demande que l'on réponde au préalable à plusieurs autres questions :

L'islam demande-t-il aux musulmans qui se trouvent ailleurs qu'en Dâr al-islâm de s'appliquer les hudûd, exactement comme il le demande aux musulmans vivant en Dâr al-islâm (l'applicabilité dans les faits se faisant bien sûr quand les conditions voulues de justice sociale etc. sont réunies, et en gardant à l'esprit que le doute profite à l'accusé et qu'il est mieux de ne pas porter plainte contre lui) ?

D'après l'école hanafite, quand le musulman se trouve ailleurs qu'en terre d'Islam, la peine ne lui est pas applicable : ni quand il se trouve ailleurs qu'en Dâr al-islâm, ni quand il sera retourné en Dâr al-islâm ; la raison en est que ce musulman était alors hors de l'espace de l'autorité musulmane (Al-'Alâqât ad-duwaliyya fil-islâm, az-Zuhaylî, pp. 110 et suivantes).

Tout ce qui précède (l'avis autorisant au musulman de s'établir durablement dans un pays non-musulman, puis l'avis de as-Suyûtî concernant la différence qu'entraînent les différences des situations entre les musulmans d'ici et de là-bas, enfin l'avis de l'école hanafite concernant la non applicabilité de certaines règles de l'islam quand les musulmans se trouvent ailleurs qu'en Dâr al-islâm), tout cela conduit à faire la différence entre les musulmans d'une Dâr al-islâm et ceux vivant dans une Dâr al-'ahd : il n'est pas demandé aux derniers d'appliquer tout ce dont il faut disposer de la souveraineté (sulta tanfîdhiyya) pour pouvoir le faire (comme al-hudûd, al-qissâs fi-l-jurûh).

Dès lors, le principe les concernant n'est pas qu'il soit nécessaire qu'ils puissent appliquer concrètement toutes les règles de l'islam mais plutôt qu'ils puissent appliquer un minimum de ces règles. Il semble donc qu'il faille dégager deux, ou plus exactement trois catégories de règles par rapport à leur situation :
- a) il y a d'une part les règles de l'islam qui ne sont pas du tout applicables à ces musulmans vivant en Dâr al-'ahd, parce qu'ils n'y disposent pas de la souveraineté (sulta tanfîdhiyya) ;
- b) et puis il y a d'autre part les règles qui sont applicables à ces musulmans, qui doivent en considérer l'application obligatoire ('aqîdatan) pour eux aussi, sous peine de renier le caractère obligatoire de ces éléments essentiels de l'islam (juhûd) ; cette catégorie b se subdivise ensuite en deux sous-catégories :
-- b.a) il y a un minimum de règles dont non seulement ces musulmans vivant en pays non musulman doivent considérer l'application obligatoire ('aqîdatan) sur eux mais dont ils doivent aussi avoir la liberté de le vivre concrètement ('amalan) ; sinon ce pays non musulman n'est pas une "Dâr al-'ahd" mais une "Dâr ul-khawf", et les musulmans doivent considérer ('aqîdatan) qu'en émigrer est obligatoire ;
-- b.b) enfin il y a les règles que ces musulmans doivent considérer ('aqîdatan) qu'elles leur sont aussi applicables mais qui, différemment des règles de la catégorie b.a, sont telles que s'ils subissent une contrainte (ik'râh) de la part des autorités de ce pays non-musulman à propos de l'une de ces règles et sont alors dans l'impossibilité de les appliquer concrètement ('amalan), ils ne sont pas tenus de considérer qu'émigrer de ce pays est obligatoire sur eux.

Quels éléments rattacher à chaque catégorie ?

Ceux de la catégorie a comportent les hudûd, la qissâs ; certains autres éléments peuvent en faire partie aussi, je ne sais pas ; prière aux frères et sœurs de communiquer leurs connaissances sur le sujet.

Les règles de cette catégorie a exceptées, toutes les autres entrent forcément dans la catégorie b ; quelle est alors la ligne de démarcation entre les règles de la catégorie b.a et celles de la catégorie b.b, ceci est un exercice plus délicat... Cheikh Khâlid Saïfullâh, se fondant sur un écrit de al-Haskafî, dit en substance que le minimum (b.a) est constitué du fait de pouvoir établir ouvertement et librement les cinq prières quotidiennes, la prière du vendredi, celle des deux fêtes islamiques, etc. (Islâm aur jadîd ma'âshî massâ'ïl, p. 67). Al-Kâssânî avait quant à lui écrit qu'un pays "Dâr al-harb" est celui "où les musulmans n'ont pas la souveraineté et où la majorité de ce qui constitue les symboles de l'islam ("sha'âir ul-islâm") ne sont pas appliquées" (cité dans Iqâmat ul-muslim fî balad ghayr islâmî, p. 5). Prière aux frères et sœurs compétents d'apporter leur lumière sur ce point. Ce qui apparaît c'est que si une loi était votée dans un pays qui ferait interdiction aux musulmanes de porter le foulard dans tout bâtiment public (mairie, cour d'école lors d'une visite parentale au directeur, etc.), on voit mal comment on pourrait ne pas dire qu'émigrer d'un tel pays est devenu obligatoire. Car alors elles ne pourraient plus faire "iqâmatu wâjibâti dînihinn" (comme nous l'avons vu en A, plus haut).

Les musulmans vivant dans un pays, quel qu'il soit, doivent être engagés pour faire avancer pacifiquement les choses. Cependant, ils ne doivent pas oublier que l'enseignement du Prophète (sur lui la paix) est de ne pas confondre action et précipitation : "...Mais vous êtes trop pressés" avait-il dit (al-Bukhârî, 3416) ; la précipitation risque bel et bien de ne pas faire avancer mais au contraire régresser les choses. Ce qu'il faut c'est comprendre le contexte, être pragmatique, expliquer, dialoguer, agir et être patient.
-
Conclusion :

Il y a bien, et ce depuis fort longtemps, des ulémas qui ont émis comme avis que le musulman peut tout à fait vivre dans un pays non-musulman, à condition qu'il n'y soit pas persécuté et qu'il puisse y vivre les règles de l'islam : des juristes ont nommé ce genre de pays non-musulman : "Dâr ul-'ahd", ou encore : "Dâr ul-amn".

Wallâhu A'lam (Dieu sait mieux).

                                                                                       Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
Journalisée
esclave du Bienveillant
Invité
« Répondre #11 le: Décembre 04, 2012, 21:09:46 »
Share   Modifier le messageModifier

As salam alaykoum wa rahmatoulahi wa barakatuh

Na'am(oui) tu a raison nous devons suivre son exemple na'am !
et le hadith claire ou la parole du Prophète  Salla-llah allahi wa salam dit:
« Je suis innocent de tout musulman qui s’établit parmi les Moushrikines »
 (déclaré Hasan par Al-Albaani, voir Sahih Al-Jaami’ 1/306)

n'est ce pas l'exemple et le suivi du Prophète akhy ?

Le problème et comme cité plus haut ici en terre non musulmane il y a trop de mauvaise chose pour notre religion et nous nous devons de partir des pays pire pour le moins pire et la France est parmis les pires il n'y a qu'à voir les lois contre le hijab et maintenant contre le jilbab bientot se sera quoi ? la barbe ? le joumou'ah ? la prière ? ..... Gloire à Allah la religion est claire et vous vous compliquez la vie mes frères et soeurs filah sachez que si je vous interpèle sur ce sujet ce n'est pas pour vous embetez loin de la et ceux à qui cela pose problème alors ne réponder pas s'il vous plait car je ne veux nullement de conflit ou débat inutile mais je vous interpèle par amour pour vous en Allah ! Pour que chacun de nous prenne conscience des méfaits et chaque fois on me répond toujours la meme chose "dit moi un Pays 100% shari'a ?" ok dans ce cas je peu moi aussi te poser une question "est tu satisfait des lois de ce pays kaufar ? " car sache qu'en tant que musulman tu n'a pas le droit de porter plainte dans un pays ou règne les lois de l'homme au lieu des lois d'Allah akhy ! alors est tu satisfait de vivre sous la tyranie ou tes enfants pense et vive comme eux ? et je peux te cité bien d'autre choses akhy mais cela ne ferais qu'engendrer de la colère entre nous et je ne veux nullement cela nous somme frère en Allah et je conseil tout les musulmans de se renseigner d'apprendre leur religion et la hijra est une science à apprendre pour savoir de quoi on parle ! un pays je te citerais l'Arabie Saoudite maintenant pour ceux qui répliquerais "accepterons t-ils tout le monde ?" Allah wallam ensuite il y a tout les autres pays musulman meme si les lois de la Shari'a n'y sont pas totalement tant que la majorité du pays est musulmane alors c'est une terre d'islam biensur tant que l'on peu prier à l'heure en commun,adhan,pas de mixité.... alors vous y serais beaucoups mieux que chez les kaufards !

Maintenant ce sujet vous le trouver delicat mais c'est vous qui vous compliquez les chose la religion est simple il sufi pour cela mettre le Qur'an est la sunna en pratique et Al Hamdulilah ,pour ceux qui disent comment faire da'wa ? LES SAVANTS OU ETUDIANT SON LA POUR CELA ! avant de faire da'wa il faut apprendre et pour apprendre il faut etre aupres des savants na'am !
donc akhy les terre musulmane sont nombreuse et si nous faisons tous la hijra wallahi Allah nous redonnera la puissance et le commandemant comme il l'a donner au Prophète  Salla-llah allahi wa salam lorsqu'ils ont repris la Mecque ! Si aujourd'hui le monde musulman va mal c'est à cause qu'ils on émigré à droite à gauche vers les pays kaufards alors que si nous restons entre musulmans wallahi la communauté irais mieux et les mécréants nous respecterais Allah est plus Savant !

Apprenons notre religion et c'est en rejetant les bon conseils que l'on s'enferme dans une bulle et ensuite on se plains que les musulmans vont mal Gloire à Allah l'Unique le Pure et lorsque vous cité des versets voyé d'abord les tafsir avant car si vous n'etes pas des gens de sciences vous ne pouvez faire un effort d'interpretation !

Qu'Allah nous guide tous sur la bonne voie et qu'il nous accorde à tous la bonne comprehention de la religion !

Conseil fraternel à bonne entendeur et je citerais pour terminer cette parole :

Ouwayss Bin 3amir Al Qarni le maitre (le meilleur) des taabi3in (première génération après les compagnons) et le meilleur des adorateurs après les compagnons qu'Allah lui fasse miséricorde, a dit :
"Le fait d'ordonner le bien et d'interdire le blâmable ne laisse, au croyant, aucun ami :

on leur ordonne le bien et ils nous insultent, trouvent de l'aide parmi les débauchés et par Allah, jusqu'à ce qu'ils arrivent à m'accuser de choses très graves, par Allah je n'arrêterais pas de leur tenir tête, pour leur montrer la vérité d'Allah (le fait d'ordonner le bien et d'interdire le blâmable)"

[Al i'tisam de l'imam ach-Chatibi (p.20 dar al-Akida)]

Na'am !
Journalisée
DELIVRE
Invité
« Répondre #12 le: Décembre 05, 2012, 07:16:17 »
Share   Modifier le messageModifier

As salam alaykoum wa rahmatoulahi wa barakatuh

Akhy DELIVRE est ce que tu médite justement sur ces hadiths ? Ne le prend pas mal c'est parce que justement les hadiths et les versets du Qur'an sont à méditer et le hadith qui parle qu'Allah ne retire pas la science des coeurs mais il la fait disparaitre en enlevant les savants est bien  claire akhy baraka Allah oufik voyez vous un seul savant ici en France ou dans n'importe quel pays non musulman ? NON et pourquoi alors que peut etre certain savant son non musulman de base alors pourquoi ne vivent ils pas en pays non musulman ?

Ce qui est à comprendre c'est que justement la science disparaitra avec leur mort donc nous devons étudier auprès d'eux pour apprendre et connaitre notre religion de ce fait posseder à notre tour la science afin d'etre bien guidé !

Et sachez que je ne dit que ce qu'Allah veut en vous disant ceci je m'appuis sur les preuves des savants qui sont les hadiths et versets du Qur'an et pour preuve je vais vous citer une parole pleine de sagesse de Cheikh Al Outhaymin rahimaoulah :

Comment l'âme d'un croyant peut se sentir agréable d'habiter dans un pays de mécréants où on y déclare les rites de la mécréance et que la loi qui se trouve dedans est à autre qu'Allah et Son Messager, et qu'il observe ceci avec ses yeux, entend avec ses oreilles et soit satisfait de cela ?!
Et même qui se donne l'appartenance à ces pays-là et y habite dedans avec sa femme et ses enfants, et qu'il se tranquillise à (ces pays) comme s'il se tranquillise à un pays des musulmans avec tout ce qu'il y a de grand danger sur lui, sa femme et ses enfants, pour leur religion et comportement...




(réf : Livre/Majmoù3 Fatâwâ Cheikh el Outayhmîn , n° de la fatwâ/388 )
 
bismillah


                                                Salam Alaykoum


  Allahuma Amin Ajma3in

  Baaraka Allah ou fik Frère Wink et tu as tout à fait le droit de penser ce que tu veux ,  El Hamdoulilah

   MachAllah tu cites un Rappel que je ne vais pas remettre en cause Frère Wink mais vous parlez tous de l'Hijra ?

    Soubhan' Allah je veux bien mais il n'y a pas qu'une Hijra .....chaque Pays a ses lois,on a déjà traité ce sujet ,  El Hamdoulilah

  Soubhan' Allah informez-vous sur les lois de chaque Pays Muslim (ou pas d'ailleurs....) et vous verrez  InchAllah

  qu'il y a à chaque Pays des lois spécifiques

  Alors ,min fadlikum ,et je m'adresse en premier à moi.....que cela ne devienne pas politique ou nationaliste ce Fil

  car c'est Haram le nationalisme et la politique est interdite sur le Forum ... El Hamdoulilah en plus je n'en fais pas......

   Anas Ibn Malik  Radhi Allah 'Anhou rapporte que le Prophète  Salla-llah allahi wa salam a dit:

  "J'aurais aimé rencontrer mes frères" Les compagnons demandèrent : "Ne sommes-nous pas tes frères ?" Il  Salla-llah allahi wa salam répondit :

   "Vous êtes mes compagnons, et mes frères sont ceux qui croiront en moi sans m'avoir jamais vu".

  (Ahmed. 3/100)

   159. C'est par quelque miséricorde de la part d'Allah que tu (Muhammad) as été si doux envers eux! Mais si tu étais rude,

   au coeur dur, ils se seraient enfuis de ton entourage. Pardonne-leur donc, et implore pour eux le pardon (d'Allah).

   Et consulte-les à propos des affaires; puis une fois que tu t'es décidé, confie-toi donc à Allah, Allah aime, en vérité, ceux qui Lui font confiance.

  S 3

  J’ai lu dans Sahih al-djami un hadith selon lequel le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) avait dit à ses compagnons que des œuvres accomplies par des musulmans vivant à une époque du déclin de la religion recevait 50 fois la récompense de celles accomplies par les Compagnons. Ma perplexité est due à un autre hadith du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) qui dit :  «  le meilleure génération est le mienne puis celle qui lui succède puis la suivante »  et le hadith qui dit :  «Si l’un de vous dépensait l’équivalent du mont Uhoud en or, il ne serait  pas proche d’égaler les Compagnons ?

 Louange à Allah

Pour comprendre la question, il faut savoir qu’il existe deux récompenses : celle qui résulte de l’acquisition des connaissances et celle qui est due à l’accompagnement du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui). Certaines personnes issues des dernières générations peuvent recevoir de leurs œuvres une récompense plus importante que celle donnée aux Compagnons qui avaient fait les mêmes œuvres en raison de la rareté de ceux qui s’y adonnent et la faiblesse de l’aide qu’ils reçoivent et des troubles et des épreuves (qui marquent leur époque) mais ils n’atteignent pas la récompense liée à la rencontre et  l’accomplissement du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui).

Al-Hafiz ibn Hadjar a dit :  « le hadith qui dit : celui d’entre eux qui accomplira une bonne œuvre recevra une récompense pareille à celle donnée à cinquante d’entre vous » n’indique pas la supériorité de ceux qui sont venus après les Compagnons à ces derniers puisque la réception d’une plus grande récompense n’implique pas la supériorité en mérite.

Par ailleurs, les récompenses dont certaines sont plus importantes que les autres concernant des actions identiques. Quant au mérite particulier lié à la rencontre avec le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui), il constitue une privilège inégalable. C’est ainsi qu’il faut interpréter les hadith susmentionnés. Voir Fateh al-Bari, 7/7.

Cheikh al-islam (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) a dit : « Les derniers, auteurs de bonnes actions, peuvent être récompensés cinquante fois plus que celui parmi les Compagnons qui a accompli les mêmes actions parce que ceux-ci avaient des gens qui les aidaient à faire ce qu’ils faisaient. Quant aux dernières générations, elles ne trouvent personne pour les aider à faire du bien.  Mais le fait de multiplier par 50 la récompense de leurs actions sans l’avoir fait pour les Compagnons, auteurs des mêmes actions, n’implique pas leur supériorité aux Compagnons. En effet, le méritant parmi elles n’est pas comme le méritant parmi les Compagnons parce que les mérites particuliers des Compagnons résultant de leur adhésion à la foi, de leur lutte pour l’islam, de leur affrontement de l’hostilité des habitants de la terre pour  raffermir leur alliance avec le Messager, de leur croyance en lui et de leur application de ce qu’il apportait et prescrivait à un moment où son appel n’était pas encore propagé et son discours n’était pas connu des masses et ses partisans n’étaient pas nombreux et les indices de la prophétie n’étaient pas diffusés, un moment où les croyants restaient peu nombreux et les mécréants et les hypocrites étaient très nombreux. A quoi s’ajoute la dépense par les croyants de leurs biens dans le chemin d’Allah pour Lui complaire dans les conditions que voilà, tout cela constitue une ensemble (de facteurs) dans lequel nul ne peut les égaler.

 C’est ce que confirme ce hadith rapporté dans le Deux Sahih d’après le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) : « N’insultez pas mes Compagnons ! Au nom de Celui qui tient mon âme en Sa main, si l’un de vous dépensait l’équivalent d’Ouhoud en or, il resterait très loin de les égaler ». Voir Madjmou’al Fatawa, 13/65-66. (à revoir).

Il dit encore : « cela étant, tout honneur accordé aux générations dernières a déjà été accordé de manière plus parfaite aux ancêtres pieux. Quant à sa parole : « Ils recevront chacun une récompense égale à celle donnée à cinquante parmi vous puisque vous trouvez des gens qui vous aident à faire du bien alors qu’eux ne trouveront personne pour les y aider » , elle est exacte. Si un homme des dernières générations fait une bonne œuvre comme celles accomplies par les anciens, il recevra une récompense multipliée par 50. Mais il est inconcevable que des gens des dernières générations puissent accomplir des œuvres égales à certaines faites par des anciens comme Abou Bakr et Omar. Car il ne reste plus aucun prophète comme Muhammad (bénédiction et salut soient sur lui) avec qui on puisse accomplir des œuvres comparables à celles faites en compagnie de ce dernier.

Quant à la parole du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) : « Ma communauté et comparable à une pluie et on ne sait pas si le commencement est meilleur ou la fin. Ce hadith, bien que souple, signifie qu’il y a parmi les derniers des gens qui ressemblent aux anciens et se rendent si proches d’eux en mérite que celui qui examine leurs cas ne saura plus si ceux –ci sont meilleurs ou ceux-là, même si, en réalité, les uns sont meilleurs que les autres.

C’est une bonne nouvelle pour les derniers puisqu’il indique que parmi eux il y a des gens qui se rapprochent des anciens comme le confirme l’autre hadith : « Les meilleurs membres de ma communauté se trouvent parmi les premiers et les derniers, et entre ces deux (générations) il y a un mélange entachés de défauts. Combien j’aimerais voir mes frères !

– « Ne sommes-nous pas vos frères ? »

– « Vous êtes mes compagnons ». Ceci revient à préférer les Compagnons auxquels est réservé le mérite lié à l’accompagnement, qui est plus parfait que la simple fraternité ». Voir Madjmou al-Fatawa, 11/370-371.

Il convient d’attirer l’attention (du lecteur) sur le fait que les termes utilisés dans le hadith cité dans la présente question : « le meilleur siècle est le mien » sont sans fondement, même s’ils reviennent fréquemment dans les ouvrages de la Sunna. En plus, ils véhiculent un sens erroné puisque si le sens qui lui est prêté était le sien, le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) aurait dit : « Puis celui qui le suit » et pas « Puis ceux qui les suivent ». Les termes exacts sont : « les meilleurs gens sont (ceux de ) ma génération » et : « les meilleurs membres de ma communauté sont (les gens de) ma génération ».

Allah le sait mieux.

  Cheikh Muhammad Salih Al-Munajid

  Salla Allahu 'alayhi wa sallam

   Soubhan' Allah que le Prophète Muhammad  Salla-llah allahi wa salam soit le plus bel exemple à suivre  ,à n'en pas douter ...Staghfirlah

  Bien-sûr.... InchAllah mais pour ma part,mon cher  Rire Mouslim  Wink on ne peut plus raisonner en 1434 de l'Hégire comme au début...

   Soubhan' Allah que cela soit plus difficile ,ici,très certainement ,en plus ,suis bien placé pour le savoir,  El Hamdoulilah

  mais n'est-ce pas dans l'adversité que se mesure notre Iman ?

    Al-Boukhari RahimouLLAH, d'après Abdoullah ibn Amr ibn Al-Aass  Radhi Allah 'Anhou  le messager d'Allah   Salla-llah allahi wa salam a dit :

 Le véritable musulman est celui qui ne nuit pas aux musulmans avec sa langue et sa main ; [...].

  N'est-ce aux coeurs que s'adresse  allah Sobhana wa Ta'ala ?

  Faut-il une terre précise pour combattre son Nafs et essayer hada min fadhli Rabbi de suivre EL-KUR'AN et SUNNA ?

  Ne sommes-nous pas une Religion Universelle ?

   160. Si Allah vous donne Son secours, nul ne peut vous vaincre. S'Il vous abandonne, qui donc après Lui vous donnera secours?

  C'est Allah que les croyants doivent faire confiance. / S 3

   Soubhan' Allah mon cher  Rire Mouslim  Wink je respecte ton Rappel  bismillah wa Baaraka Allah ou fik

  mais je ne suis pas totalement d'accord sur une certaine vision ...Mais peut-être as-tu raison ?

  Allah wa Elem

 Wallah je ne cherche pas à te convaincre ,pas du tout,je respecte tes pensées .....et j'ai les miennes ,le principal étant

 que nous restions tous  Rire Mouslim et  Sourire Mouslima Wink fiLLAH  malgré nos divergences parfois.....  InchAllah de ne pas oublier

  Le Prophète  Salla-llah allahi wa salam a dit: «Je vous ai laissé deux choses, vous ne vous égarerez pas tant que vous vous y cramponnerez:

    Le Livre d’Allah et la Sunna de Son Messager.»

   Rapporté par Mâlik, et El Albâni a jugé ce hadith authentique.

  ALLAH EST SEUL SAVANT

   Le Prophète  Salla-llah allahi wa salam a dit : « parmi les signes de l’heure fatale, que la science soit levée et que l’ignorance règne /s’enracine. »

  Rapporté par Al-bukhari et Muslim.

  Le Prophète  Salla-llah allahi wa salam nous décrit le comment de la disparition de la science:

  Abdellah Ibn ‘Amr Ibn Al-‘âs  :raraa dit : j’ai entendu le Prophète  Salla-llah allahi wa salam dire :

   « Allah ne lève/ne retire pas la science en l’enlevant aux gens, mais par la mort (l’extinction) des savants.

   Lorsqu’il ne restera aucun savant, les gens prendront alors des ignorants qui seront questionnés et donneront des Fatwas (avis juridiques)

   sans science, ainsi ils s’égareront et égareront »

   Rapporté par Al-bukhari et Muslim.

   Et le bien que vous faites, Allah le sait. Et prenez vos provisions; mais vraiment la meilleur provision est la piété.

    Et redoutez-Moi, ô doués d'intelligence! S 2

   La Taqwa consiste à adorer Allah en accomplissant ce qu'il nous a ordonné et en délaissant ce qu'ils nous a interdit.

   Elle est exigée dans toutes les situations, dans tous les moments et dans n’importe quel endroit.  

  Qu' allah AL-WAKÎL Guide et Protège l'Umma où qu'elle se trouve dans le monde


                                              Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh

    Ibn Qayim Al Jawziya a lui aussi dit :

     « Et quand tu te retrouves seul dans l'obscurité, Et que ton âme t'appelle à commettre des péchés. Aies Honte du regard d'Allah,
 
   et dis (lui à ton âme) :

    Celui qui a crée l'obscurité me voit. »
 
« Dernière édition: Décembre 05, 2012, 07:30:44 par DELIVRE » Journalisée
esclave du Bienveillant
Invité
« Répondre #13 le: Décembre 08, 2012, 18:37:14 »
Share   Modifier le messageModifier

As salam alaykoum wa rahmatoulahi wa barakatuh

Akhy DELIVRE ton point de vue est respecter il n'y a pas de doute mais les preuves tiré des hadiths(la sunna) et du Qur'an sont toutes véridiques et unanimes d'ailleur si tu regarde les avis des savants de la sunna tu vera qu'ils sont tous unanimes sur se sujet que la hijra est une obligation claire et que pour ceux qui peuvent résider dans les pays de mécréance il y a des conditions et règles à respecter tenez je vous laisse le Cheikh vous expliquez insha Allah :

Cheikh Abdullah Al Adani dit :
Au Nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux. Voici une série de questions [1] que nous allons poser à notre Cheikh et père, l’honorable Cheikh Abou Ibrahim, Muhammad Ibn AbdilWahhab Al Wassabi, Al ‘Abdali, qu’Allah le préserve, en ce lundi matin, le 19 du mois de muharram 1434 (qui correspond au 3/12/2012). Qu’Allah vous récompense.

Question :
 
Quel est votre conseil pour ceux qui prêchent dans les pays mécréants et qui n’appellent pas les musulmans à faire la hijra vers les pays musulmans ? Qu’Allah vous récompense.
 
Réponse de Cheikh Muhammad Ibn AbdilWahhab Al Wassabi :
 
Ils sont considérés comme fautifs, car résider dans les pays des mécréants est à la base interdit. Et les cas où cela est permis sont soumis à des règles restrictives et sont des exceptions. Mais sinon, la base est l’interdiction, comme cela est prouvé par de nombreux hadiths comme la parole du Prophète  :
« Je me désavoue de quiconque réside parmi les polythéistes. »  (déclaré Hasan par Al-Albaani, voir Sahih Al-Jaami’ 1/306)
Il a dit qu’il se désavouait ! Il  a aussi dit :
« Le musulman et le polythéiste ne doivent pas voir le feu l’un de l’autre. »
C’est-à-dire que les musulmans ne voient pas le feu des mécréants car une grande distance les sépare. Une grande distance sépare les musulmans des mécréants. Et de la même manière, les mécréants ne voient pas le feu des musulmans car ils sont loin les uns des autres.
 
Et il n’y a aucun doute que la résidence du musulman dans une terre d’Islam est meilleure pour lui dans cette vie et dans l’au-delà, pour lui, ainsi que pour son épouse et ses enfants. Ses fils pourront apprendre la science et le Coran. Ses filles apprendront, auprès des femmes, la science et le Coran. Son épouse apprendra, lui-même apprendra. Ils écouteront l’adhan en tout lieu à l’heure des prières. Il rencontrera ses frères, ils se feront le rappel et se conseilleront…
 
Alors qu’en résidant dans les pays des mécréants, tu t’égares, tu égares ton épouse et tes enfants. L’heure de la prière arrive et tu n’écoutes pas l’adhan. Tu es témoin de nombreuses choses blâmables. Si tu ne les réprimandes pas, ne serait-ce que par ton cœur, tu es alors dans le péché comme si tu l’avais fait. Si tu ne les réprimandes ni par ta main, ni par ta langue, ni par ton cœur, cela veut dire que tu les agrées. Si le cœur ne réprimande pas ces choses cela veut dire qu’il les agrée. Et celui qui agrée ces choses est comme celui qui les a faites.
 
Al ‘Ors Ibn ‘Amira Al Kindi, qu’Allah l’agrée, rapporte que le Prophète  a dit :
 
« Si un péché est commis sur terre, ceux qui sont présents et l’ont réprimandé sont comme ceux qui n’étaient pas présents. Et ceux qui n’étaient pas présents et l’ont agréé sont comme ceux qui y ont assisté. »
Ce hadith est rapporté par Abou Daoud et Cheikh Al Albani, qu’Allah lui fasse miséricorde, l’a déclaré bon dans plusieurs de ses livres.
 
Donc, comme tu viens d’écouter, si un péché est commis sur terre, celui qui est présent, c’est-à-dire que ce péché a été commis en sa présence, mais l’a réprimandé est comme celui qui n’y a pas assisté. C’est-à-dire, comme s’il n’avait pas été présent. Il n’est alors aucunement touché par ce péché car il l’a réprimandé. Et peu sont ceux qui réprimandent… c’est à Allah que l’on demande l’aide.
 
Il est donc comme celui qui n’était pas présent au niveau du péché. Cependant, il est récompensé pour avoir réprimandé.
 
Quant à celui qui n’était pas présent mais a agréé. Il a seulement été informé que dans tel pays, ils font telles et telles choses. Son cœur s’y est accommodé alors que c’est un péché.
 
« Et ceux qui n’étaient pas présents et l’ont agréé sont comme ceux qui y ont assisté. »
C’est comme s’il y avait participé, même si le péché est commis à l’autre bout du monde. Son cœur les a réunis car il s’y est accommodé.
 
Résider dans les pays des mécréants est donc un mal et une adversité, nous demandons à Allah de nous en préserver.
 
Et nous leur disons :
 
Ô mes frères, ne vous souciez pas de ce bas monde. Ne soyez pas hésitants, que ce monde éphémère et le confort matériel ne vous conduisent pas à oublier la hijra vers les terres d’Islam pour vous y installer, que cela ne vous fasse pas oublier de vous appliquer dans l’adoration avec les musulmans et de vous souciez de vous-même ainsi que de vos épouses et vos enfants en ce qui concerne l’apprentissage.
Prenez garde à ne regarder que devant vous et prenez garde à l’amour de l’aisance mondaine. Car ceci vous fera perdre beaucoup de bienfaits de l’au-delà ainsi que la science, l’adoration et l’obéissance.
Cependant, si cette personne est un prêcheur et qu’il ne réside (en pays mécréant) que pour prêcher et enseigner (l’Islam) aux gens et propager le bien parmi les musulmans, nous disons alors que ceci fait partie des exceptions [2]. Comme quelqu’un qui réside (en pays mécréant) pour étudier une science. Mais pour cela il y a des règles précises, ce n’est pas permis de manière générale. Ce n’est pas tout étudiant qui peut se déplacer vers les pays mécréants, mais seulement celui qui se soumet aux règles légiférées.
Et si vous reveniez aux fatwas des savants, vous découvririez beaucoup de bien sur ce sujet, à propos de l’interdiction de résider dans les pays de mécréants et les conditions restrictives à remplir pour y résider.

 
Et c’est d’Allah que l’on obtient la réussite.
 
Fin de la réponse de Cheikh Muhammad Ibn AbdilWahhab Al Wassabi


[1] Nous traduirons par la suite d’autres questions qui ont été posées lors de cette conférence inchaAllah.
 

[2] Après la conférence, nous avons questionné Cheikh Al Wassabi, qu’Allah le préserve, à ce sujet. Nous lui avons précisé que certaines personnes restent en pays mécréant pour prêcher mais mettent ainsi leurs enfants en danger, car eux seront éduqués dans les écoles des mécréants ou bien à la maison, ou autre, en suivant le programme scolaire des mécréants. Le Cheikh a répondu en résumé : « Ce n’est pas permis pour tous. Comme nous l’avons dit, les cas permis sont des exceptions qui sont restreintes par des règles et des conditions précises… » 

{mes frères et soeurs filah ouvrez les yeux et ouvrez vos coeurs à la sunna authentique et au Qur'an et ne vous laissez pas aveugler par la beauté de ce bas monde(le confort matériel...) ceci est un conseil fraternel car je vous aime en Allah bien que je ne vous connais pas ! } AVIS PERSO

La vérité doit etre dites mes frères et soeurs qui gerer le forum ce message et véridique et doit etre validé Allah vous voit et est témoin de ce que vous faites ! Si vous craignez Allah les preuves sont claires !
Journalisée
DELIVRE
Invité
« Répondre #14 le: Décembre 08, 2012, 19:01:07 »
Share   Modifier le messageModifier

                                                                                 bismillah


                                                                       Salam Alaykoum


   Soubhan' Allah mon cher  Rire Mouslim  Wink Esclave du Bienveillant ,il n'est pas question de remettre en cause EL-KUR'AN et SUNNA

  même pas ,une seule seconde,j'y pense ,mais tu ne m'enlèveras pas Akhi Wink que nous sommes en 1434 de l'Hégire,

 et que le monde entier est touché, Akhi ,il faut ouvrir les yeux   InchAllah

  La vérité doit etre dites mes frères et soeurs qui gerer le forum ce message et véridique et doit etre validé Allah vous

 voit et est témoin de ce que vous faites ! Si vous craignez Allah les preuves sont claires !

  Soubhan' Allah mon cher  Rire Mouslim  Wink la vérité,on ne la cache pas ....mais là mon  Rire Mouslim  Wink le Fil qui avait été demandé d'être bloqué

   va l'être  InchAllah car c'est nous qui allons être obligés de dévier ...déjà pour les lois personnelles à chaque Pays, que nous

  n'aborderons pas ....car politiques,tout simplement ....

   http://www.mosquee-lyon.org/forum3/index.php?topic=31791.0

   El Hamdoulilah il y ad'autres liens sur les dangers de la Dounia

   131.Et ne tends point tes yeux vers ce dont Nous avons donné jouissance temporaire à certains groupes d'entre eux,

   comme décor de la vie présente, afin de les éprouver par cela. Ce qu'Allah fournit (au Paradis) est meilleur et plus durable.

   S 20

   33. Ô hommes! Craignez votre Seigneur et redoutez un jour où le père ne répondra en quoi que ce soit pour son enfant,

   ni l'enfant pour son père. La promesse d'Allah est vérité. Que la vie présente ne vous trompe donc pas, et que le Trompeur (Satan)

    ne vous induise pas en erreur sur Allah!

  S 31

  Qu' allah AL-HAQQ Guide et Protège l'Umma


                                                             Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
« Dernière édition: Décembre 08, 2012, 19:14:35 par DELIVRE » Journalisée
   

Arabe pour francophones- Junior
 Journalisée
Pages: [1]
  Ajouter aux favoris  |  Imprimer  

 
Aller à:  

 Développé par TOOLYNK, agence de développement d'applications web et mobile à Lyon & Paris
Technologies: Javascript, React, React Native, Angular, Java, Symfony, .NET, Réalité Virtuelle