Forum de la Grande Mosquee de Lyon
Nouvelles: Téléchargez sans plus attendre la GML tool, la barre d'outils 100% islamique, 100% Grande Mosquée de Lyon !!
 
*
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Charte du Forum  
Favoris  
Coran 
GML TV
connectez vous !

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session


Pages: [1]
  Ajouter aux favoris  |  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: [BILAL] Le Compagnon de toujours de notre Prophète (saw)  (Lu 10933 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
Sajida'Allâh
Membre très actif
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Âge: 44
Localisation: Paris France
Messages: 1717


Allah me Suffit, Il est mon Meilleur Garant


Voir le profil
« le: Avril 22, 2008, 17:20:50 »
Share   Modifier le messageModifier

 bismillah

 Salam Alaykoum Warahamatu'Allah Ta3ala Wabarakatuhu, mes chers  Rire Mouslim et  Sourire Mouslima,

Voici l'histoire de Bilal Ibn Rabah Radhi Allah 'Anhou, le Compagnon de toujours de Notre Prophète  Salla-llah allahi wa salam. Il est très Important de connaître son Histoire afin de faire réfléchir certains Musulmans qui pense que la couleur de la peau est plus important que la foi, Or nous savons tous que le meilleur d'entre nous est le plus pieux et non le plus blanc, ou le plus riche Soubhan' Allah, Il faut savoir que devant Allah la couleur ou la richesse n’a aucune Importance, Seul la foi et l'obéissance en Lui Compte.El Hamdoulilah, Allahu Akbar.


Quand on citait le nom d'Abu Bakr  Radhi Allah 'Anhou devant Omar b. al-Khattab Radhi Allah 'Anhou, celui-ci disait: "Abou Bakr est notre maître, qui a libéré notre maître." Il visait Bilal. Mais Bilal  Radhi Allah 'Anhou ne prêtait pas beaucoup d'attention aux éloges qu'on lui adressait. Il baissait les yeux, en disant humblement: "Je suis plutôt un Abyssinien... J'étais un esclave...".
Cet ancien esclave noir, svelte mais grand, aux cheveux crépus et aux petites épaules, qui est-il ?

C'est Bilal ibn Rabah, le premier muezzin de l'Islam et le contradicteur des adorateurs des idoles. Et puis, qui ne connaît pas Bilal, alors que son nom traverse le temps depuis le début de l'Islam ?
Des centaines de millions de tous les âges le connaissent. Si on interroge un enfant musulman de n'importe quelle partie du monde : "Petit enfant, qui est Bilal ?" il répondra : "C'est le muezzin de l'Envoyé".
C'est cet esclave qui est devenu musulman et que son maître polythéiste torturait, pour le faire dévier de l'Islam.
En effet, Bilal  Radhi Allah 'Anhou était un esclave qui s'occupait du bétail de son seigneur, pour quelques poignées de dattes. Si ce n'était sa foi en l'Islam, il aurait traversé le temps en inconnu. La couleur de sa peau, sa condition sociale ne l'ont pas empêché d'occuper un rang très élevé parmi les musulmans. Lui le dépossédé de tout, le fils d'une esclave, on le croyait incapable de la toute petite chose. Mais voilà qu'il osa et embrassa l'Islam. Il eut une foi inébranlable, devant laquelle se brisèrent toutes les tentatives de dissuasion.
Il subissait la vie d'esclave. Des jours se ressemblaient. Il n'avait aucun droit et il n'avait aucun espoir en un possible lendemain différent. Puis, voilà qu'on parla de Muhammad  Salla-llah allahi wa salam devant lui. Les Mecquois, y compris Omaya ben Khalaf, ne cachaient pas leur sentiment envers Mohammad, et ils l'exprimaient clairement, tandis que Bilal  Radhi Allah 'Anhou écoutait.
Ils reconnaissaient bien l'intégrité de Muhammad Salla-llah allahi wa salam, discutaient de la nouvelle religion mais la rejetaient ensuite. Ils disaient que Muhammad  Salla-llah allahi wa salam n'était ni menteur, ni sorcier, ni fou. Cependant, ils avaient peur pour la religion de leurs ancêtres et craignaient que la Mecque perdrait son rôle religieux prépondérant en Arabie. Dans ces conditions-là, Bilal  Radhi Allah 'Anhou eut le cœur ouvert à la lumière divine et il alla au Messager de Dieu  Salla-llah allahi wa salam annoncer sa conversion à l'Islam. Mais la nouvelle ne tarda pas à faire le tour de la cité. Son maître Omaya vit en cela un affront qu'il fallait effacer à tout prix, et vite.
Mais Bilal était convaincu et résolu. Il ne céda pas, il résista à toutes les tortures. Allah  Razza wa jal l'avait choisi comme exemple pour peut-être dire aux humains que la couleur de la peau et la condition d'esclave n'entament nullement la grandeur de l'âme croyante. La liberté de conscience ne peut s'acheter.

Bilal  Radhi Allah 'Anhou l'avait démontré par sa résistance à tous les supplices. On le faisait sortir chaque jour, au soleil de midi, pour le jeter sur le sable brûlant et le laisser souffrir sous le poids insupportable d'un rocher très chaud.
Ses tortionnaires voulaient le détourner de sa foi tandis que lui voulait être musulmans. Comme sa situation de supplicié durait, on lui proposa de dire un mot de bien, un tout petit mot en faveur de leurs dieux, pour faire cesser son supplice. Même ce petit mot, Bilal  Radhi Allah 'Anhou ne la prononça pas, lui qui pouvait le dire de façon superficielle, sans perdre sa foi, afin d'être soulagé. Oui, il refusa de le dire et se mit à répéter son chant éternel : Ahadoun - Ahadoun - II est l'unique, il est l'unique - .
Ses tortionnaires lui disaient : "Dis ce que nous disons" Mais lui leur disait : "Ma langue ne sait pas bien dire cela". Les sévices reprenaient alors de plus belle jusqu'à l'après-midi. A ce moment-là, on enlevait le rocher de sa poitrine, on lui mettait une corde au cou et on le laissait à la merci de leurs garçons, qui le faisaient courir dans les rues de la Mecque et sur les montagnes.
J'imagine qu'à la nuit tombée, ses bourreaux lui disaient : " Demain, dis du bien de nos dieux; dis que tes seigneurs sont al-Lat et al-'Ouzza et nous laissons..." Mais Bilal Radhi Allah 'Anhou rejetait sereinement ce marchandage par la reprise de son chant. Sur ce, Omaya ben Khalaf explosait de colère et de haine: "Par al-Lat et al-'Ouzza! tu vas voir. Tu seras un exemple pour les esclaves et pour les maîtres !". Et le lendemain, à midi, les bourreaux conduisaient Bilal à la place de la veille, sans savoir qu'il était armé de patience et de résolution.
Puis, un jour, Abu Bakr as-Seddiq  Radhi Allah 'Anhou alla à cet endroit, pour leur dire; "Allez vous tuer un homme parce qu'il dit que son seigneur est Dieu ?" Par la suite, il dit à 'Oumaya : "Je l'achète avec un prix dépassant sa valeur. Qu'en dis-tu ?" Oumaya ne se fit pas attendre de prendre au vol la bouée de sauvetage qui venait de lui être lancée. Ayant perdu espoir de briser a volonté de Bilal. il accepta l'offre d'Abou Bakr  Radhi Allah 'Anhou. Il s'était rendu compte que le prix de Bilal était plus profitable que sa mort. Comme Abou Bakr aidait Bilal à se relever, Oumaya dit : "Prends-le ! si tu m'avais proposé un ouqiya. je te l'aurais vendu". Abou Bakr  Radhi Allah 'Anhou, se rendant compte que ces mots étaient destins à humilier Bilal, répondit: "Par Dieu ! si vous aviez exigé cent ouqiyas, je les aurais avancées !" Puis il se retira avec Bilal.
Puis, plus tard, il y eut l'exode à Médine et le Messager  Salla-llah allahi wa salam décréta l'appel à la prière. Qui allait être le premier muezzin des musulmans ? Qui allait lancer cet appel cinq fois par jour ? Et bien le Messager  Salla-llah allahi wa salam allait choisir Bilal qui, treize ans auparavant, avait dit aux polythéistes: "Dieu est l'Unique... il est l'Unique."
Puis, il y eut la bataille de Badr entre les musulmans et les Qoraychites qui étaient sortis au secours de leur caravane. Omaya ben Khalaf y était et Bilal aussi. Mais chacun se trouvait dans le camp opposé.
Ce jour-là, le chant que Bilal répétait sous la torture devint le slogan menant les musulmans au combat et à la victoire. Omaya vit alors sur le champ de bataille Abdurrahman ben Aouf il demanda sa protection. Abdarrahman accepta et le conduisit vers l'endroit où on rassemblait les captifs. Bilal le vit sur le chemin et dit à voix haute: "Le chef de file de la mécréance Omaya ben Khalaf !" Puis, il s'élança, l'épée menaçante. Abdarrahman intervint: "Bilal ! c'est mon captif !"
Comment Omaya était-il un captif, alors que tout à l'heure il maniait son sabre contre les musulmans ? Sur ce. Bilal appela ses compagnons: "O soutiens de Dieu ! voilà le chef de file de la mécréance ! Omaya ben Khalaf ! " Un groupe de musulmans accoururent et encerclèrent le polythéiste et son fils. Abdarrahman ben Aouf ne put rien faire...

Puis, les années passèrent et les musulmans entrèrent à la Mecque en libérateurs. Le Messager  Salla-llah allahi wa salam se dirigea droit vers la Kaaba encore encombrée d'idoles.
A partir de ce jour, plus de Houbal, plus de 'Ouzza plus de Lat en ce lieu sacré. Le Messager  Salla-llah allahi wa salam entra avec Bilal à l'intérieur de la Kaaba, puis il lui demanda de montrer sur le toit et de lancer l'appel à la prière.
Bilal  Radhi Allah 'Anhou monta et lança l'appel devant les milliers de musulmans. Ces derniers reprenaient après lui chaque séquence de l'adhan, tandis que la majorité des polythéistes étaient dans leurs maisons.
Cependant trois notables qoraychites se trouvaient devant la Kaaba: Abou Soufyan ben Harb qui venait de se convertir à l'Islam, Attab ben Ousayd et al-Harith ben Hicham qui étaient encore polythéistes. "Dieu a bien fait d'épargner à mon père d'écouter celui-là. Sinon il aurait entendu ce qui l'exaspérait, dit Attab. Par Dieu ! si je sais que Mohammad a raison, je le suivrai, dit al-Harith" Quant au rusé Abou Soufyan, il dit: "Moi je ne dis rien. Si je dis quelque chose, ces cailloux rapporteront cela."
Quand le Prophète  Salla-llah allahi wa salam sortit de la Kaaba, il leur dit : "J'ai su ce que vous avez dit". Puis il leur raconta leur conversation. Al-Harith et Attab dirent à voix haute: "Nous attestons que tu es vraiment le messager de Dieu, Par Dieu ! personne ne nous a entendus pour que nous disions qu'il t'a informé !"
Bilal  Radhi Allah 'Anhou était le compagnon de toujours du Prophète  Salla-llah allahi wa salam. Il prenait part aux expéditions et aux batailles, lançait l'appel à la prière, accomplissait les rites de cette religion nouvelle. Si bien que le Prophète  Salla-llah allahi wa salam dit de lui: "C'est un homme qui fait partie des compagnons du Jardin  MachAllah." Mais Bilal  Radhi Allah 'Anhou était resté toujours modeste. Une fois, avec un compagnon qui voulait se marier lui aussi, il alla demander la main de deux femmes. Devant le père, il dit: "Je suis Bilal et voilà mon frère. Deux esclaves d'Abyssinie. Nous étions des égarés mais Dieu nous a guidés. Nous étions des esclaves mais Dieu nous a libérés. Si vous nous donnez la main de vos filles, alors louange à Dieu, Si vous refusez, alors Dieu est grand."
Après la mort du Messager  Salla-llah allahi wa salam Bilal dit au khalife Abou Bakr  Radhi Allah 'Anhou : "O khalife du Messager, j'ai entendu le Messager de Dieu dire: "La meilleure action du croyant c'est de combattre sur le chemin de Dieu" - "Ô Bilal, que veux-tu ? dit Abou Bakr Radhi Allah 'Anhou. Je veux sortir pour stationner sur les frontières et me consacrer ainsi au combat sur le chemin de Dieu jusqu'à la fin de mes jours.
Et qui va s'occuper de l'adhan ? - Je ne ferai plus d'adhan pour personne après la disparition du Messager de Dieu  Salla-llah allahi wa salam "Reste et occupe-toi de l'adhan pour nous, Ô Bilal" -
"Je ferai ce que tu veux, dans le cas où tu m'avais libéré pour que je sois à toi. Sinon, laisse-moi avec la cause pour laquelle tu m'avais libéré, dans le cas où tu m'avais libéré en vue de Dieu" dit Bilal - "Au contraire, je t'avais libéré en vue de Dieu, Ô Bilal.. ".
Là, les historiens divergent. Selon certains, Bilal  Radhi Allah 'Anhou partit aux frontières de Syrie, en tant que combattant pour la cause de l'Islam. Selon d'autres, il resta à Médine après avoir accepté la demande d'Abou Bakr  Radhi Allah 'Anhou. Mais après la disparition de ce dernier, il demanda au nouveau khalif Omar ibn al-Khattab  Radhi Allah 'Anhou la permission d'aller stationner sur les frontières, pour la cause de Dieu. Après quoi, comme il voulait, il s'en alla en Syrie.
Sa tombe se trouve à Damas. Qu'Allah   Razza wa jal lui fasse miséricorde.


ALLAH EST LE PLUS SAVANT, ALLAHU AKBAR, LA ILAHA IL ALLAH WAHADAHU LACHARIKA LAHU LAHU'LMULKU WA LAHU'LHAMDU YUHYI WAYUMITU WAHUWA 3ALA KULLI CHAYINN QADIR.
« Dernière édition: Septembre 27, 2008, 14:56:17 par LEtoileSourit » Journalisée
admin
Administrateur
Membre très actif
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Âge: 36
Localisation: Lyon
Messages: 2711



Voir le profil WWW
« Répondre #1 le: Avril 22, 2008, 18:08:21 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum

Baraka allahou fiki ma soeur pour tous ces messages tres instructifs que tu partage avec l'ensemble des membre. Je suis sur que cela leur est tres bénéfique.


J'ai envi de rajouter ce passage concernant bilal:

Un jour le Prophète vint auprès de Bilâl et lui dit : « ô Bilâl, décris moi la meilleure oeuvre que tu ais faites ; car j’ai entendu le bruit de ta démarche au Paradis ». Il répondit : « Par Allah, ô Messager d’Allah, la meilleure oeuvre que je fais, c’est dès que je perds mes ablutions, je les refais ; et dès que je fais mes ablutions, je fais deux unités de prière ! » « C’est donc cela ! » dit le Prophète.


Si quelqu'un a le nom du rapporteur de ce hadith, qu'il nous le partage inchAllah.

J'avais également entendu dans un preche que le jour du jugement dernier, ce qui différenciera les musulmans des non musulmans, ce sera une lumiere tres intense qui ressortira de nos membres (visages, mains...). Cela correspondant en fait aux membres que l'on se lave quotidiennement lors des ablutions. La lumiere sera d'autant plus intense que les membres aurons été lavée convenablement et fréquemment.
Je serais bien reconnaissant aux freres ou soeurs qui retrouveront  les écrits qui traitent de ce que je viens d'exposer, afin que cela soit bien documenté.

Baraka allahou fikoum

Wa salem alaykoum
Journalisée

ghazza
Membre très actif
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Âge: 45
Localisation: Canada
Messages: 1147



Voir le profil
« Répondre #2 le: Avril 22, 2008, 22:09:37 »
Share   Modifier le messageModifier

 bismillah    Salam Alaykoum 
tres belle histoire  MachAllah
D'après 'Abû Hurayra (qu'Allah soit satisfait de lui),
Au moment de la prière du matin, l'Envoyé d'Allah dit à Bilâl, "O Bilâl, raconte-moi quelle est l'œuvre que tu as faite dans l'islam et dont tu espères le plus de récompense? J'ai entendu (cette nuit) le bruit de tes sandales devant moi au Paradis". - "Je n'ai, répondit Bilâl, fait dans l'islam aucune œuvre dont j'espère le plus de récompense que celle-ci: je n'ai jamais fait une ablution de nuit ou de jour sans avoir prié avec cette purification ce qui m'avait été prescrit (c.-à-d. prédestiné, voulu par Allah) de prier".
Numéro du Hadith dans le Sahîh de Muslim [Arabe uniquement]: 4497
http://hadith.al-islam.com/bayan/display.asp?Lang=frn&ID=1424
 Salam Alaykoum
Journalisée
muslima.tayaba
Invité
« Répondre #3 le: Avril 23, 2008, 14:11:37 »
Share   Modifier le messageModifier

  bismillah   Salam Alaykoum   baraka  orthi   MachAllah tres belle histoire 

" certains Musulmans qui pense que la couleure de la peau est plus important que la foi, Or nous savons tous que le meilleur d'entre nous est le plus pieux et non le plus blanc, ou le plus riche Soubhan' Allah "

MachAllah ma soeur je suis tout a fait d'accord avec toi c'est domage que certaine personne de nos jour réagissent comme sa !   Sad  On juge pas un livre a sa couverture mais aprés une bonne lecture .
mais malheureusement les gens voient que le physique  ou leur origine et l'argent mais pas ce qui ce trouve dans leur coeur ni  leur bonté leur piéte pour Allah swt  . 

Rabi yahdi ma khalake ! Ya khouéti   Wink  Salam Alaykoum
Journalisée
Um~Tariq
Invité
« Répondre #4 le: Mai 09, 2013, 06:10:08 »
Share   Modifier le messageModifier

Assalamou 'alaykoum wa rahmatou Allah

Macha Allah et vraiment Barak Allahou fikoum pour ce beau partage

Qu' allah Razza wa jal accorde son salut à tous les compagnons du Prophète  Salla-llah allahi wa salam



Wa 'alaykoum salam
« Dernière édition: Mai 09, 2013, 06:13:47 par Um♥Tariq » Journalisée
   

Chant: le prophete bien aimé
 Journalisée
Pages: [1]
  Ajouter aux favoris  |  Imprimer  

 
Aller à:  

 Développé par TOOLYNK, agence de développement d'applications web et mobile à Lyon & Paris
Technologies: Javascript, React, React Native, Angular, Java, Symfony, .NET, Réalité Virtuelle