Forum de la Grande Mosquee de Lyon
Nouvelles: Téléchargez sans plus attendre la GML tool, la barre d'outils 100% islamique, 100% Grande Mosquée de Lyon !!
 
*
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Charte du Forum  
Favoris  
Coran 
GML TV
connectez vous !

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session


Pages: [1]
  Ajouter aux favoris  |  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Besoin de plus amples informations sur le testament ?  (Lu 7063 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
abd ARRACHID
Membre très actif
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Âge: N/A
Localisation: France
Messages: 1037


Apprendre le Noble Coran


Voir le profil
« le: Mars 05, 2010, 09:02:02 »
Share   Modifier le messageModifier

 bismillah
 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
Mes frères et soeurs   Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
j'ai quelques informations sur le testament que le musulman doit faire avant sa mort, mais c'est pas si clair, alors si vous avez d'amples informations, elles seront les bienvenues
.

 baraka2
 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
« Dernière édition: Avril 12, 2012, 07:03:24 par Um~Rayhane » Journalisée

Allah Razza wa jal a dit:"Si Nous avions fait descendre ce Coran sur une montagne, tu l’aurais vu s’humilier et se fendre par crainte d’Allah. Et ces paraboles Nous les citons aux gens afin qu’ils réfléchissent"[Sourate 59 Verset 21]
convertie38
Invité
« Répondre #1 le: Mars 05, 2010, 09:16:45 »
Share   Modifier le messageModifier

   bismillah

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh

  Mon cher Rire Mouslim je te laisse ce lien
  http://www.mosquee-lyon.org/forum3/index.php/topic,819.msg4162.html#msg4162
  qui répondra à ta question InchAllah Wink d'ailleurs un passage que je cite du fils en question :


  Allah Le Très Haut a institué le testament en disant :

" Ô Croyants ! Lorsque la mort se présente à l'un de vous, au moment du testament, prenez à témoin deux hommes
intègres parmi vous..." s5/v106)


Le Prophète Mohammed (pbsl) recommande lui-même à tous les Croyants de rédiger leur testament avant leur mort en vue non seulement de léguer leurs biens, mais surtout afin de s’acquitter de leurs dettes ou de telle charge ou responsabilité qu’ils auraient dû assumer de leur vivant. " Il est du devoir de chaque musulman, qui veut léguer quelque chose, de ne pas laisser passer deux années consécutives, sans coucher ses legs dans un testament, qu'il gardera soigneusement. " ( Mouslim & Al-Boukhari)

Bonne lecture ! Smiley

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
Journalisée
ibn al quaim
Membre très actif
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Localisation: algerie
Messages: 4239



Voir le profil
« Répondre #2 le: Mars 05, 2010, 09:18:03 »
Share   Modifier le messageModifier


 Salam Alaykoum



Quant au testament, il consiste dans un ordre relatif à la gestion posthume d’un bien ou une donation pécuniaire à exécuter après la mort (l’auteur du testament).

Le testament s’atteste dans le Coran, dans la Sunna et dans le consensus. A ce propos, le Très Haut a dit : «On vous a prescrit, quand la mort est proche de l' un de vous et s' il laisse des biens, de faire un testament en règle en faveur de ses père et mère et de ses plus proches. C' est un devoir pour les pieux. » (Coran, 2 : 180) et : «Voici ce qu' Allah vous enjoint au sujet de vos enfants: au fils, une part équivalente à celle de deux filles. S' il n' y a que des filles, même plus de deux, à elles alors deux tiers de ce que le défunt laisse. Et s' il n' y en a qu' une, à elle alors la moitié. Quant aux père et mère du défunt, à chacun d' eux le sixième de ce qu' il laisse, s' il a un enfant. S' il n' a pas d' enfant et que ses père et mère héritent de lui, à sa mère alors le tiers. Mais s' il a des frères, à la mère alors le sixième, après exécution du testament qu' il aurait fait ou paiement d' une dette. De vos ascendants ou descendants, vous ne savez pas qui est plus près de vous en utilité. Ceci est un ordre obligatoire de la part d' Allah, car Allah est, certes, Omniscient et Sage. » (Coran, 4 :11). Le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui)  a dit : « En vérité, Allah vous a donné en aumône le tiers de vos biens au moment de votre décès pour augmenter vos actions » (rapporté par Ibn Madja, al-wassiyya, 2700) et déclaré beau par al-Albani dans Sahih Sunani Ibn Madja n° 2190.

Tous les ulémas sont d’avis que le testament est autorisé. Elle peut être obligatoire quand il porte sur des droits qui ne font l’objet d’aucune attestation car il empêche leur perte. A ce propos le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) a dit : « Aucun musulman désireux d’établir un testament n’a pas le droit de passer deux nuits sans le faire »  (rapporté par al-Boukhari, al-wassiyya, 2533). L’établissement du testament peut être recommandable quand il s’agit de destiner une part de son patrimoine aux œuvres de bienfaisance, dans l’espoir d’en être récompensé après sa mort. Allah a autorisé au moment du décès que l’on fait utiliser le tiers de ses biens dans ce sens. Dans ce cas, le testament porte sur le tiers des biens ou moins. Certains ulémas préfèrent qu’on n’atteigne pas le tiers. Un héritier ne peut pas bénéficier d’un testament compte tenu de la parole du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) : « Point de testament pour un héritier » (rapporté par At-Tirmidhi, al-Wassiyya, 2047= et déclaré authentique par al-Albani dans Sahih Sunani at-Tirmidhi n° 1722. Il est interdit de faire un testament dans le but de porter préjudice à un héritier parce qu’Allah, le Très Haut a dit : «Et à vous la moitié de ce que laissent vos épouses, si elles n' ont pas d' enfants. Si elles ont un enfant, alors à vous le quart de ce qu' elles laissent, après exécution du testament qu' elles auraient fait ou paiement d' une dette. Et à elles un quart de ce que vous laissez, si vous n' avez pas d' enfant. Mais si vous avez un enfant, à elles alors le huitième de ce que vous laissez après exécution du testament que vous auriez fait ou paiement d' une dette. Et si un homme, ou une femme meurt sans héritier direct, cependant qu' il laisse un frère ou une sœur, à chacun de ceux-ci alors, un sixième. S' ils sont plus de deux, tous alors participeront au tiers, après exécution du testament ou paiement d' une dette, sans préjudice à quiconque. (Telle est l') Injonction d' Allah! Et Allah est Omniscient et Indulgent. » (Coran, 4 : 12).

Le testament n’est exécutable qu’après la mort de son auteur, et celui-ci peut y revenir ou le diminuer ou le modifier. L’exécution d’un testament est très important. Allah, le Puissant et Majestueux l’ a mis en relief et l’a mentionné avant les autres (prescriptions). Une menace très dure a été proférée à l’endroit de celui qui le modifie.

S’agissant de la répartition des biens d’une personne, il ne revient pas à celle-ci de déterminer la répartition à adopter après sa mort. En effet, la part qui revient à chaque héritier a été expliquée par Allah, le Puissant et Majestueux. Allah a indiqué qui doit hériter et qui ne doit pas hériter, et il  n’est permis à personne de transgresser les limites établies par Allah compte tenu de l’avertissement lancé par Allah à cet égard dans la sourate des Femmes en ces termes: «Et quiconque désobéit à Allah et à son messager, et transgresse Ses ordres, Il le fera entrer au Feu pour y demeurer éternellement. Et celui-là aura un châtiment avilissant. » (Coran, 4  :14). Allah le sait mieux.

Pour en connaître davantage, voir l’ouvrage intitulé : al-mulakkkhas al-fiqhi par Salih al-Fawzan, 2/172-182.

Tant que vous vivrez vous aurez la possibilité de donner aux fils et aux filles de vos frères et sœurs la part que vous voudrez leur donner de vos biens. Comme il ne sont pas vos enfants, vous n’êtes tenus de les traiter également. Vous pouvez donner ce que vous voudrez à celui que vous aimez ou à celui qui vous plaît ou à des besogneux en fonction de leurs besoins. Mais veillez à ce qui vos libéralités profitent surtout aux croyants qui utiliseront l’argent pour mieux obéir à Allah. Il est permis aussi de leur léguer le tiers au moins de vos biens sous la forme d’un testament puisqu’ils ne font partie des héritiers. Allah le sait mieux.



Sheikh Muhammed Salih Al-Munajjid

Journalisée
ibn al quaim
Membre très actif
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Localisation: algerie
Messages: 4239



Voir le profil
« Répondre #3 le: Mars 05, 2010, 09:20:12 »
Share   Modifier le messageModifier

.... Salam Alaykoum


 Le testament en Islam :

Dieu a institué le testament en disant :

" Ô Croyants ! Lorsque la mort se présente à l'un de vous, au moment du testament, prenez à témoin deux hommes intègres parmi vous..." (Sourate 5, v.106)

Le Prophète Mohammed (pbsl) recommande lui-même à tous les Croyants de rédiger leur testament avant leur mort en vue non seulement de léguer leurs biens, mais surtout afin de s’acquitter de leurs dettes ou de telle charge ou responsabilité qu’ils auraient dû assumer de leur vivant.

Selon Abou Houraira ( Qu'Allah l'agrée) le Messager d'Allah (salut et bénédiction sur lui) a dit :

" Il est du devoir de chaque musulman, qui veut léguer quelque chose, de ne pas laisser passer deux années consécutives, sans coucher ses legs dans un testament, qu'il gardera soigneusement. " ( Mouslim & Al-Boukhari)

L'exécution d'un testament est une obligation incombant à tout musulman qui soit endetté, dépositaire, ou qui a des droits à faire valoir, de peur de mourir et de vouer à la perte les biens d'autrui, ou un dépôt, ou bien de manquer de réparer un tort et d’avoir à assumer la responsabilité le Jour du Jugement Dernier. D’autre part, il est souhaitable, pour celui qui possède beaucoup de richesses et qui a des héritiers aisés, de faire don d'une partie de ses richesses ne dépassant pas le tiers de sa fortune, à des proches parents non héritiers, ou au profit d'œuvres.

- Conditions d'établissement d'un testament :

1- La personne chargée de l’exécution du testament doit être une personne musulmane, majeure et jouissant de toutes ses facultés mentales.

2- Le testateur malade doit jouir de ses facultés mentales en faisant son testament et doit obligatoirement posséder le bien à léguer.

3- Il ne peut tester que d'un bien licite et il ne peut pas établir un testament défendu, tel que la demande de léguer ses biens à un culte non islamique, à un établissement de jeux, ou à une œuvre dont les intérêts sont contraires à l'Islam.

4- Si le légataire refuse d’accepter le legs, le testament se trouve annihiler et le bénéficiaire dépourvu.

- Règles :

1- Il est permis au testateur de revenir sur son testament pour le changer selon son gré. Omar ibn Al-Khattab a dit : " Le testateur est libre de changer à son gré son testament. "

2- Celui qui a des héritiers ne peut tester en faveur d’autrui qu’à concurrence du tiers de sa fortune.

Selon Ibn Abbas, Saad ben Wakas demanda au Prophète (salut et bénédiction sur lui) : "Est ce que je peux léguer les deux tiers de ma fortune ? Le prophète répondit : Non.
La moitié de ma fortune ?
Non plus ! dit le Prophète.
Alors le tiers ?
C'est un peu trop ! Mieux vaux laisser tes héritiers dans l'aisance, que de les laisser dans le dénuement. " (Mouslim & Al Boukhari)

3- Il est préférable de ne pas favoriser un héritiers par un legs testamentaire, même d'une partie infime, par rapport aux autres. Il faut au préalable l'accord des autres héritiers.

Selon Abou Houreira , le Messager d'Allah (salut et bénédiction sur lui) a dit :

" Allah a attribué une part à chaque héritier. Donc, aucun legs testamentaire supplémentaire au profit d'un héritier sans le consentement des autres. " ( Tirmidhi)

4- Si le tiers laissé en héritage ne suffit pas à satisfaire les légataires, il sera reparti proportionnellement entre eux.

5- Le testament ne sera mis en exécution qu'après acquittement des dettes du défunt. Selon Ali Ibn Abi Talib le Messager d'Allah (salut et bénédiction sur lui) a dit :

" Il faut s'acquitter des dettes avant l'exécution du testament. " ( Tirmidhi)

6- L'exécuteur testamentaire n'a pas le droit d'outrepasser les ordres transmis par le testateur. Il est interdit d'utiliser l'argent de la part des héritiers sans leur consentement.

7- Si des dettes se révèlent après l'exécution du testament à l'instar de l'exécuteur testamentaire, il n'est pas tenu pour responsable, ni pour négligent.

8- Si le testateur a fait un legs et que ce legs a péri, il est complètement annulé et n’est plus prélevé sur les biens restants.

9- Lorsque le testateur mentionne qu'il lègue tel ou tel bien en faveur d’« enfants » d'untel, par le mot enfant il désigne les garçons et les filles en même temps. Donc, ceux-ci se partageront le legs équitablement entre eux. Si, par contre, il précise les « fils » d'untel, ce sont les garçons qui en bénéficient et s'il précise les « filles » d'untel, elles seules en bénéficient.

10- Si le testament a été écrit sans témoin, il serait exécuté à la condition d'être sûr que le testateur ne s'était pas ravisé après l'avoir rédigé.

- Modèle d’acte testamentaire :

Au Nom D'Allah, le Clément, le Miséricordieux.

Voilà ce qu'Untel... a testé par devant ses notaires qui témoignent de la pleine jouissance de ses facultés mentales et morales. Il atteste qu'Il n'y a de Divinité qu'Allah et que Mohammed est Son serviteur et Messager, que le Paradis et l'Enfer sont réels, que le Jour du Jugement Dernier viendra inévitablement et qu'Allah ressuscitera les morts.

Il exhorte toute sa famille : sa femme, ses enfants et ses proches parents, à craindre Allah, le Tout Puissant, à observer scrupuleusement Ses décrets, à pratiquer l'Islam, Sa religion et à mourir tout en étant soumis à Lui.

Le testateur, qu'Allah l'absout, charge M.Untel, fils d’Untel, d’exécuter ses dernières volontés après sa mort, à savoir :

Il prendra en main l'héritage du testateur, présidera à ses funérailles, ensuite il acquittera ses dettes qui sont : pour M.Untel, tant..., à M. Untel, tant..., etc...

Après l'acquittement des dettes, il prélèvera sur le reste du legs le 1/3 au profit de M.Untel.

Ce qui restera sera réparti selon la loi d'Allah entre les héritiers qui sont les suivants : les énumérer. Si le testateur laisse derrière lui des enfants en bas âge, il peut charger l'exécuteur testamentaire de veiller sur eux (il les énumère) ainsi que leur héritage jusqu'à leur majorité. Il lui fait confiance, après Dieu, pour sa foi, son intégrité, son équité et sa compétence.

L'exécuteur testamentaire accepte légalement la mission par devant notaire, en signant le présent acte, après lecture.

Fait le...

Cheikh Abou Bakr Djaber Al Djazairi



Journalisée
affia
Membre très actif
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Localisation: france
Messages: 1335



Voir le profil
« Répondre #4 le: Mars 05, 2010, 09:23:54 »
Share   Modifier le messageModifier

Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh

Les modalités de rédaction d’un testament
J’ai tourné les pages du Saint Coran à la recherche des modalités de rédaction du testament. Mais j’ai trouvé l’affaire compliquée pour moi. C’est pourquoi, j’espère que vous allez m’aider, s’il plaît à Allah. J’espère que vous allez daigner m’expliquer ceci : comment une musulmane dont la situation est décrite ci-après devrait rédiger son testament ? 
- elle a un compte d’épargne personnel ;
- elle possède une maison et d’autres investissements immobiliers en partenariat avec son mari ;
- elle a des affaires personnelles comme des bijoux et consorts ;
- elle a un mari, un père, des frères, des sœurs, des fils et des filles de ses frères et sœurs…
Pouvez-vous me clarifier comment tout répartir ? Devrais-je diviser tout ce que je possède en parts ? M’est-il permis de donner certaines choses aux filles de mes frères et sœurs qui me sont très attachées, pour la seule raison que je veux les leur offrir ? Est-ce qu’un tel geste serait contraire au Coran ?

Louange à Allah

Il existe une différence entre le testament et la donation. Faire une contribution pécuniaire au profit d’autrui est une donation. Celle-ci n’est pas régie par les mêmes dispositions que le testament. Il est important d’attirer l’attention sur le fait qu’il n’est pas permis de faire des donations à certains de ses enfants et d’en priver d’autres ni de donner aux uns plus que ce qui est donné à d’autres. Car il faut les traiter sur le même pied d’égalité, en vertu du hadith de Nou’man ibn Bachir selon lequel son père l’avait emmené auprès du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) après lui avoir fait un don, dans le but de le faire attester par le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui). Celui-ci lui a dit : « En as-tu fait de même pour tous tes enfants ? «  – « Non » – « Récupère-le ». Et puis il ajoute : « Craignez Allah et traitez vos enfants de façon équitable » (rapporté par al-Boukhari, donations, 2398).

Quant au testament, il consiste dans un ordre relatif à la gestion posthume d’un bien ou une donation pécuniaire à exécuter après la mort (l’auteur du testament).

Le testament s’atteste dans le Coran, dans la Sunna et dans le consensus. A ce propos, le Très Haut a dit : «On vous a prescrit, quand la mort est proche de l' un de vous et s' il laisse des biens, de faire un testament en règle en faveur de ses père et mère et de ses plus proches. C' est un devoir pour les pieux. » (Coran, 2 : 180) et : «Voici ce qu' Allah vous enjoint au sujet de vos enfants: au fils, une part équivalente à celle de deux filles. S' il n' y a que des filles, même plus de deux, à elles alors deux tiers de ce que le défunt laisse. Et s' il n' y en a qu' une, à elle alors la moitié. Quant aux père et mère du défunt, à chacun d' eux le sixième de ce qu' il laisse, s' il a un enfant. S' il n' a pas d' enfant et que ses père et mère héritent de lui, à sa mère alors le tiers. Mais s' il a des frères, à la mère alors le sixième, après exécution du testament qu' il aurait fait ou paiement d' une dette. De vos ascendants ou descendants, vous ne savez pas qui est plus près de vous en utilité. Ceci est un ordre obligatoire de la part d' Allah, car Allah est, certes, Omniscient et Sage. » (Coran, 4 :11). Le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui)  a dit : « En vérité, Allah vous a donné en aumône le tiers de vos biens au moment de votre décès pour augmenter vos actions » (rapporté par Ibn Madja, al-wassiyya, 2700) et déclaré beau par al-Albani dans Sahih Sunani Ibn Madja n° 2190.

Tous les ulémas sont d’avis que le testament est autorisé. Elle peut être obligatoire quand il porte sur des droits qui ne font l’objet d’aucune attestation car il empêche leur perte. A ce propos le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) a dit : « Aucun musulman désireux d’établir un testament n’a pas le droit de passer deux nuits sans le faire »  (rapporté par al-Boukhari, al-wassiyya, 2533). L’établissement du testament peut être recommandable quand il s’agit de destiner une part de son patrimoine aux œuvres de bienfaisance, dans l’espoir d’en être récompensé après sa mort. Allah a autorisé au moment du décès que l’on fait utiliser le tiers de ses biens dans ce sens. Dans ce cas, le testament porte sur le tiers des biens ou moins. Certains ulémas préfèrent qu’on n’atteigne pas le tiers. Un héritier ne peut pas bénéficier d’un testament compte tenu de la parole du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) : « Point de testament pour un héritier » (rapporté par At-Tirmidhi, al-Wassiyya, 2047= et déclaré authentique par al-Albani dans Sahih Sunani at-Tirmidhi n° 1722. Il est interdit de faire un testament dans le but de porter préjudice à un héritier parce qu’Allah, le Très Haut a dit : «Et à vous la moitié de ce que laissent vos épouses, si elles n' ont pas d' enfants. Si elles ont un enfant, alors à vous le quart de ce qu' elles laissent, après exécution du testament qu' elles auraient fait ou paiement d' une dette. Et à elles un quart de ce que vous laissez, si vous n' avez pas d' enfant. Mais si vous avez un enfant, à elles alors le huitième de ce que vous laissez après exécution du testament que vous auriez fait ou paiement d' une dette. Et si un homme, ou une femme meurt sans héritier direct, cependant qu' il laisse un frère ou une sœur, à chacun de ceux-ci alors, un sixième. S' ils sont plus de deux, tous alors participeront au tiers, après exécution du testament ou paiement d' une dette, sans préjudice à quiconque. (Telle est l') Injonction d' Allah! Et Allah est Omniscient et Indulgent. » (Coran, 4 : 12).

Le testament n’est exécutable qu’après la mort de son auteur, et celui-ci peut y revenir ou le diminuer ou le modifier. L’exécution d’un testament est très important. Allah, le Puissant et Majestueux l’ a mis en relief et l’a mentionné avant les autres (prescriptions). Une menace très dure a été proférée à l’endroit de celui qui le modifie.

S’agissant de la répartition des biens d’une personne, il ne revient pas à celle-ci de déterminer la répartition à adopter après sa mort. En effet, la part qui revient à chaque héritier a été expliquée par Allah, le Puissant et Majestueux. Allah a indiqué qui doit hériter et qui ne doit pas hériter, et il  n’est permis à personne de transgresser les limites établies par Allah compte tenu de l’avertissement lancé par Allah à cet égard dans la sourate des Femmes en ces termes: «Et quiconque désobéit à Allah et à son messager, et transgresse Ses ordres, Il le fera entrer au Feu pour y demeurer éternellement. Et celui-là aura un châtiment avilissant. » (Coran, 4  :14). Allah le sait mieux.

Pour en connaître davantage, voir l’ouvrage intitulé : al-mulakkkhas al-fiqhi par Salih al-Fawzan, 2/172-182.

Tant que vous vivrez vous aurez la possibilité de donner aux fils et aux filles de vos frères et sœurs la part que vous voudrez leur donner de vos biens. Comme il ne sont pas vos enfants, vous n’êtes tenus de les traiter également. Vous pouvez donner ce que vous voudrez à celui que vous aimez ou à celui qui vous plaît ou à des besogneux en fonction de leurs besoins. Mais veillez à ce qui vos libéralités profitent surtout aux croyants qui utiliseront l’argent pour mieux obéir à Allah. Il est permis aussi de leur léguer le tiers au moins de vos biens sous la forme d’un testament puisqu’ils ne font partie des héritiers. Allah le sait mieux.



Sheikh Muhammed Salih Al-Munajjid , islamqa
Journalisée
abd ARRACHID
Membre très actif
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Âge: N/A
Localisation: France
Messages: 1037


Apprendre le Noble Coran


Voir le profil
« Répondre #5 le: Mars 05, 2010, 09:33:52 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
 baraka2 mes  Rire Mouslim et  Sourire Mouslima pour ces informations précieuses; Ajaza-kum  allah khei'ra .
 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
Journalisée

Allah Razza wa jal a dit:"Si Nous avions fait descendre ce Coran sur une montagne, tu l’aurais vu s’humilier et se fendre par crainte d’Allah. Et ces paraboles Nous les citons aux gens afin qu’ils réfléchissent"[Sourate 59 Verset 21]
convertie38
Invité
« Répondre #6 le: Mars 05, 2010, 09:35:00 »
Share   Modifier le messageModifier

   bismillah

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh

  wa fikoûm baraka Allahoû mon Rire Mouslim Smiley
  Qu' allah t'assiste et te protège amine

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
Journalisée
abdraouf
Invité
« Répondre #7 le: Avril 11, 2012, 20:49:12 »
Share   Modifier le messageModifier

As salam alaykoum ma soeur


citation: je viens vers vous car j'ai quelques questions sur le testament :
Comment une femme, sans mari, ni enfant, ayant toujours ses parents, El Hamdoulilah et n'ayant aucun musulman dans sa famille à l'exception de l'un de ses trois neveux doit elle organiser la répartition de ses biens, afin de faire un testament conforme à la sunnah ?
j'ai longuement cherché en vain la réponse à ce cas particulier, je n'ai trouvé nulle part de tels cas de figure.
Si vous pouvez m'aider je vous en remercie par avance.


pour cette situation je n'ai jamais vu une fatwa ou autre a se sujet toute fois je te conseil d'aller voir un imam de lui demander peut être sera t-il te répondre insha allah encore désoler de ne pas pouvoir t'éclairais plus en profondeur qu'allah t'accorde ainsi qu'à nous tous le succé et la guidance jusqu'au jour ou il rappellera nos âmes amine
« Dernière édition: Avril 12, 2012, 07:05:51 par Um~Rayhane » Journalisée
MYRIAM299
Nouveau membre
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Âge: N/A
Localisation: RENNES
Messages: 6



Voir le profil
« Répondre #8 le: Avril 11, 2012, 20:49:12 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh

je viens vers vous car j'ai quelques questions sur le testament :
Comment une femme, sans mari, ni enfant, ayant toujours ses parents, El Hamdoulilah et n'ayant aucun musulman dans sa famille à l'exception de l'un de ses trois neveux doit elle organiser la répartition de ses biens, afin de faire un testament conforme à la sunnah ?
j'ai longuement cherché en vain la réponse à ce cas particulier, je n'ai trouvé nulle part de tels cas de figure.
Si vous pouvez m'aider je vous en remercie par avance.
 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
Journalisée
fathéma
Invité
« Répondre #9 le: Avril 12, 2012, 06:53:55 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh

 MachAllah  baraka2


L’écriture d’un testament et son style


Question: Est-ce que l’écriture d’un testament est obligatoire ? Des témoins sont-ils nécessaires ?
Je ne connais pas le style dans lequel on l’écrit, et je souhaite de votre part une orientation.

Réponse: Le testament doit être écrit de la façon suivante : « Je suis untel fils d’untel, ou fille d’untel, j’informe que j’atteste qu’il n’y a point de divinité en dehors d’Allah, Seul, sans associé, et que Muhammad est Son serviteur et Messager, qu’Eissâ (Jésus) est le serviteur d’Allah et Son Messager et Sa parole transmise à Maryam (Marie), que le Paradis existe, que l’Enfer existe, que l’Heure arrivera sans nul doute, et qu’Allah ressuscitera les morts. Je recommande à ma famille et à mes proches de craindre Allah, d’avoir un bon comportement les uns envers les autres, d’obéir à Allah et Son Messager, de se recommander mutuellement la vérité et la patience. Je leur recommande à l’instar d’Ibrâhîm (Abraham) et Yacqûb (Jacob), quand ils s’adressèrent à leurs fils : « Ô mes fils, certes Allah vous a choisi la religion : ne mourrez point, donc, autrement qu’en Soumis ! (à Allah). »[la vache verset 132]

Puis, il rappelle ce qu’il donne de son argent (à une tierce personne n’ayant pas droit à la succession), ne dépassant pas un tiers de sa fortune, clarifie ses dépenses légitimes, et nomme la personne qui se chargera de tout.
En effet, le testament n’est pas obligatoire, mais il est recommandé, conformément à ce qui a été rapporté dans les Sahîh d’al-Bukhârî et de Muslim, selon Ibn Umar, qu’Allah les agrée, le Prophète, prière et salut d’Allah sur lui, a dit :
« Un musulman qui possède une chose dont on peut disposer après sa mort, n’a pas le droit de rester deux nuits sans que son testament ne soit écrit devant lui. »

[Al Boukhari, Muslim]

Par contre, s’il a des dettes ou des droits sans preuve écrite, il doit les signaler afin que les droits des gens ne soient pas lésés. De même, il est préférable d’avoir deux témoins et de faire certifier son testament par une personne de science ; il ne doit pas se contenter de l’écrire, pour éviter toute falsification. Et c’est Allah Qui accorde le succès.


Fatwa de cheikh Ben Baz.
Revue des Recherches Islamiques, n° 33, page 111.

 baraka2

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
« Dernière édition: Avril 12, 2012, 07:01:25 par Um~Rayhane » Journalisée
Abu-Umaya
Nouveau membre
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Âge: N/A
Localisation: 38
Messages: 32



Voir le profil
« Répondre #10 le: Avril 12, 2012, 10:07:09 »
Share   Modifier le messageModifier

Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh

je viens vers vous car j'ai quelques questions sur le testament :
Comment une femme, sans mari, ni enfant, ayant toujours ses parents, El Hamdoulilah et n'ayant aucun musulman dans sa famille à l'exception de l'un de ses trois neveux doit elle organiser la répartition de ses biens, afin de faire un testament conforme à la sunnah ?
j'ai longuement cherché en vain la réponse à ce cas particulier, je n'ai trouvé nulle part de tels cas de figure.
Si vous pouvez m'aider je vous en remercie par avance.
 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
السلام عليكم
Tu te trompe entre le testament et l'héritage la personne n'est pa tenue de partager son héritage durant sa vie si cela est ta question!
Journalisée
MYRIAM299
Nouveau membre
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Âge: N/A
Localisation: RENNES
Messages: 6



Voir le profil
« Répondre #11 le: Avril 12, 2012, 17:30:36 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh


Bien avant tout je vous remercie pour vos réponses, mais j'ai toujours autant de mal à comprendre.

Pour commencer : je ne pense pas me tromper entre le testament et l'héritage puisque le but de tout testateur, et de tout testament est justement de répartir l'héritage ( patrimoine que l'on lègue à sa mort ), selon sa volonté en conformité avec le droit en vigueur, et en plus dans notre cas avec la sunnah .
Sinon il s'agit d'une donation de son vivant, un don.
Je parle donc bien d'héritage (qui ne peut pas être transmis de son vivant).

En fait cette femme désire savoir comment répartir ces biens en cas de décès, quelle proportion précisément et pour qui ? puisque sans mari, ni enfant, il n'y a en fait que : ces parents, 3 neveux, des amis, mosquées, associations...

n'ayant qu' un neveu musulman, elle se demande si : elle doit obligatoirement léguer une part à ses parents si elle vient à décéder avant eux ?, et si ces neveux non musulmans peuvent hériter d'elle ?. Quelle part et pour qui ?


Je me suis déjà tournée vers plusieurs imams pour trouver comment faire car c est un cas de figure particulier que je n ai trouvé nulle part, mais personne n'a su me répondre.
Et je m y connais en droit français, mais là ça dépasse mes compétences ...

Pour ce qui est de la première réponse : sur ce point :

"Puis, il rappelle ce qu’il donne de son argent (à une tierce personne n’ayant pas droit à la succession), ne dépassant pas un tiers de sa fortune, clarifie ses dépenses légitimes, et nomme la personne qui se chargera de tout."

je pense que la personne n ayant pas droit à la succession est par exemple un ami ? c est celà ?

Cette femme ayant des ennuis de santé c est pour elle très important de vite rédiger ce testament , aussi j 'espère que vous pourrez nous aider. Je me suis tournée vers vous car chaque fois que j avais une question, c est souvent sur votre forum que le lisais la réponse, alors j espère un fois encore la trouver ici inch Allah. Amine
Journalisée
Abu-Umaya
Nouveau membre
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Âge: N/A
Localisation: 38
Messages: 32



Voir le profil
« Répondre #12 le: Avril 13, 2012, 13:36:41 »
Share   Modifier le messageModifier

السلام عليكم
Tu te trompe quand même, l'héritage ne rentre Pas dans le testament c'est un partage disant obligatoire légiféré par le coran avec des parts bien définis. Si tu veux parler d'un cas spécifique comme par exemple en France ou dans un pays non musulman la c'est autre chose.
À toi d'expliquer ta question pour que je puisse inCha Allah te trouver la réponse chez un savant ou dans les livres
« Dernière édition: Avril 13, 2012, 13:37:49 par Um~Rayhane » Journalisée
MYRIAM299
Nouveau membre
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Âge: N/A
Localisation: RENNES
Messages: 6



Voir le profil
« Répondre #13 le: Avril 14, 2012, 11:49:30 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh

désolée d insister à ce point : mais je me trompe pas : il n y a que deux possibilités : soit l on est vivant et l on ne peut pas transmettre d'héritage puisqu il faut pour cela être mort, il s'agit donc d une donation de son vivant, soit l'on est mort et là : il a l'ordre de succession ( que ce soit celui du droit français ou musulman ) qui se met en place, et les ayants droits, héritent de la personne décédée.
Dans ce second cas, qui est celui dont je parle : soit il n y a pas de testament : et l'ordre de succession qui s'applique est celui qui est définit par le droit en vigueur, soit il y a un testament disant que la personne décédée laisse : telle part à telle personne, telle part à telle association, telle part aux autres personnes nommées.
Ma question est donc bien formulée, je veux savoir selon les règles islamiques ce que cette femme doit laisser ( quelle part pour qui ? ) , car en l'absence de testament : c est le droit français qui s'appliquerait et là , elle ne répartirait pas son patrimoine selon les règles islamiques.
 Baraka Allahou Fik Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
Journalisée
khalid-yasin
Membre très actif
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Localisation: France
Messages: 2890



Voir le profil
« Répondre #14 le: Avril 14, 2012, 13:11:43 »
Share   Modifier le messageModifier

                                                                                                         bismillah
                                              Salam Alaykoum
Je ne sais pas si celà peut t'aider !
En tout cas je l'espère pour toi.
 
EL-WADJÎZ FI FIQHI AS-SOUNNATI WA AL-KITÂBI EL 'AZÎZ
DU CHEIKH 'ABDEL-'ADHDIM EL-BADAWI

Le livre du testament - La définition du testament - Son jugement - La part de bien qu’il est autorisé de tester - Point de testament à l’héritier - Quand le testament est obligatoire ? - Ce qui doit être inscrit dans le testament


 La définition du testament :

 En langue arabe : d’Al Wassîyyatu c’est le fait de faire suivre quelque chose. Celui qui fait son testament fait suivre ce qu’il y avait dans son vivant après sa mort, c’est-à-dire que les biens qu’il avait en sa possession, il les fait suivre après sa mort.
El Wassîya veut aussi également dire « L’ordre », le fait d’ordonner. Comme Allah  a dit dans la sourate Al Baqara : « Lorsqu’Ibrahîm a ordonné à ses enfants de n’adorer que Lui »

 En Islam : El Wassîyya (le Testament) c’est le fait qu’une personne donne à une autre un bien ou une dette ou un service. Et ceci pour que celui à qui on a fait le testament ou celui à qui on a légué le bien puisse en profiter après la mort de celui qui fait le testament. Tant que celui qui fait le testament n’est pas mort, celui qui bénéficiera de ses biens ne peut en profiter.

- Un bien : Cela peut-être de l’argent, une maison, quelque chose d’existant.
- Une dette : Par exemple en disant : « J’ai une dette de telle somme envers telle personne » ou bien de dire : « Telle personne a une dette envers moi » s’il y a besoin de récupérer quelque chose. Ou alors de dire : « La dette qu’untel a envers moi : je l’annule. »
- Un service : Exemple : « Je permets à untel d’habiter dans mon appartement qui se situe à telle adresse pour le service », le défunt autorise telle personne à loger dans son appartement sans le lui donner.


 Son Jugement :

Le testament est obligatoire pour celui qui a un bien et qu’il veut léguer.

Allah  a dit : « On vous a prescrit, quand la mort est proche de l’un de vous et s’il laisse des biens, de faire un testament en règle en faveur de ses père et mère et de ses plus proches. C’est un devoir pour les pieux. » (Sourate Al Baqara, v. 180)

 « On vous a prescrit » : C’est donc une obligation.

 « s’il laisse des biens » : Pour faire un testament il faut avoir des biens à léguer. Celui qui n’a pas de bien à léguer, il n’est pas dans l’obligation d’en faire un.


Mais la plupart des savants considèrent le testament comme Mustahab (préférable) et non comme obligatoire.

Comment peut-on rassembler le verset 180 de la Sourate Al Baqara où Allah dit : « …faire un testament en règle en faveur de ses père et mère… » avec le hadîth authentique du Prophète, lorsqu’il dit : « Point de testament pour l’héritier » ?

Car ceux qui héritent sont :
El oussoul (Les bases) : à savoir les pères et mères, les grands-pères et les grands-mères.
El Fourou3 (Les enfants) : garçons et filles ainsi que leur descendance.
El Hawashi : les frères et les sœurs.

Les parents sont donc des héritiers mais pourquoi Allah a-t-Il dit que c’est une obligation de leur faire une wassîyya et le Prophète  nous dit : « Point de testament pour l’héritier » ?

Il y a divergence des savants à ce sujet :
 La plupart des savants considèrent que ce verset a été abrogé par les 3 versets de l’héritage qui sont dans la surate An-Nissa.

 D’autres savants, notamment ‘Abdullah Ibn ‘Abbas  , disent que ce verset n’est pas abrogé et que l’on peut faire un testament pour les parents lorsque ceux-ci ne sont pas héritiers.
Par exemple lorsque les parents ne sont pas musulmans, car parmi les choses qui interdisent l’héritage, il y a la différence de religion. En effet, le musulman n’hérite pas du non musulman et le non musulman n’hérite pas du musulman. Donc des parents non musulmans n’hériteront pas de leur fils musulman.
‘Abdullah Ibn ‘Abbas  a dit que ce verset concernait les parents qui n’étaient pas héritiers et qu’à ceux-là il leur était autorisé de leur léguer des biens comme il est autorisé aux parents non musulmans de léguer des biens à leur enfant musulman.


 Il y a donc une différence entre l’héritage et le testament.

On ne peut léguer quelque chose à un héritier parce qu’Allah  a déjà fixé les parts des héritiers et le fait de donner quelque chose en plus que ce qui a déjà été légué à cet héritier-là, fait que l’on enfreint le partage qu’Allah a cité dans la surate An-Nissa et c’est pour cela que le Prophète  a dit : « Point de testament pour l’héritier ».
Il est donc permis de léguer des biens à des personnes qui ne sont pas héritières.

La condition dans le testament est qu’il n’est pas permis de léguer plus que le tiers de tes biens (de ton patrimoine).

Les savants disent que le testament contient les 5 jugements en Islam, qui sont : l’interdit, l’obligatoire, le recommandé, le détestable, l’autorisé. Ces cinq jugements peuvent s’appliquer au testament c’est-à-dire qu’un testament peut être :
- Interdit : léguer plus que le tiers, ou un bien pour une utilisation interdite (exemple : « Je loue tel local pour en faire une cave à vin. »)
- Recommandé ou obligatoire : léguer un bien à ses proches qui ne sont pas ses héritiers (recommandé pour certains et obligatoire pour d’autres : cf. la divergence citée plus haut).
- Détestable ou déconseillé : pour un pauvre qui n’a pas grand-chose en sa possession et qui lègue un bien en laissant des héritiers nécessiteux.
- Autorisé : pour le testament du pauvre qui a des héritiers riches.



L’auteur cite ensuite ce hadith de ‘Abdallah Ibn ‘Amr  , qui dit que le Prophète  a dit : « La personne musulmane qui a quelque chose à léguer, il ne lui appartient pas de rester deux nuits sans que son testament ne soit écrit auprès de lui. » (rapporté par Al Boukhari et Mouslim)

Dans une autre version du hadîth : « Il n’appartient pas à un musulman qui a quelque chose qu’il désire léguer dans son testament, de rester deux nuits sans que son testament ne soit écrit auprès de lui ». (Authentique rapporté par Al Bukhaarî et Muslim)

 « rester deux nuits » : C’est-à-dire qu’il faut faire cela le plus vite possible. D’autres savants disent que la personne a deux nuits pour pouvoir écrire son testament et réfléchir à qui donner tel ou tel bien.

 « sans que son testament ne soit écrit auprès de lui » : c’est-à-dire qu’il sache où il est, qu’il soit en lieu sur, un endroit protégé et qu’il puisse le corriger à tout moment. Car il est permis de modifier, corriger ou même d’annuler un testament tant que tu es en vie et les savants disent même : « Tant que ton âme n’a pas atteint la gorge ».


On déduit de ce hadith :
- L’Islam nous encourage à faire les choses dès que possible et à ne pas les retarder.

- La divergence sur le jugement du testament, car le prophète  a dit : « S’il désire » ce qui prouve que cela n’est pas obligatoire. D’autres savants ont dit que la volonté dans ce hadîth revient à son acte et non pas au jugement de celui-ci. Exemple : « Lorsque tu veux prier, fais tes ablutions ». Cela ne veut pas dire que la prière n’est pas obligatoire.

- Il est autorisé de prendre en compte l’écriture d’une personne lorsque celle-ci est authentifiée.

- L’écriture doit être authentifiée, soit elle ne fait l’ombre d’aucun doute, soit il est permis de légaliser le testament auprès des autorités pour qu’il soit officiel et reconnu comme tel.

- Il est conseiller au musulman de garder précieusement ses papiers administratifs.



 La part de bien qu’il est autorisé de tester :

Selon Sa’d Ibn Abî Waqâs  : « Le Prophète  est venu me rendre visite lorsque j’étais à Mekka et lui, il déteste mourir sur la terre d’où il a émigré. » Le Prophète  a dit : « Qu’Allah fasse miséricorde au fils de ‘Afra » (qui était mort à Mekka.) J’ai dit : « O Envoyé d’Allah, dois-je léguer dans mon testament l’ensemble de mes biens ? » Le Prophète  a dit : « Non. » J’ai dit : « La moitié ? » Il  a dit : « non » J’ai dit : « le tiers ? » et le Prophète  a dit : « Le tiers, et le tiers est beaucoup trop. Que tu laisses tes héritiers riches est meilleur que de les laisser pauvres et qu’ils tendent la main aux gens (en mendiant). Et saches qu’à chaque fois que tu fais une dépense pour ta famille, c’est une aumône, même la bouchée que tu mets dans la bouche de ta femme. Et Allah t’élèvera peut-être et tu profiteras à des gens et d’autres souffriront de toi » .»

 « il déteste mourir sur la terre d’où il a émigré » : Le Prophète  et ses Compagnons détestaient mourir sur la terre d’où ils avaient émigré. Sa’d Ibn Abî Waqâs  était un Muhâjir et lorsqu’il est tombé malade il eu peur de mourir à Mekka.

 « Et Allah t’élèvera peut être » : Cela veut dire : « Peut être qu’Allah te guérira et fera en sorte que tu vives longtemps ». C’est effectivement ce qui s’est passé, car Sa’d Ibn Abî Waqâs a vécu après cela plus de 40 années (45 ans précisément). Il est mort l’année 55 H et il a eu cette maladie en l’an 10 de l’Hégire.

 « Et tu profiteras à des gens » : Sa’d Ibn Abî Waqâs  a effectivement profité à des gens et notamment lorsqu’il était chef de guerre dans les batailles et les croisades dans lesquelles les Musulmans ont combattu les Perses.

 « et d’autres souffriront de toi » : c’est-à-dire des gens parmi les polythéistes.

Et Sa’d Ibn Abî Waqâs  n’avait qu’une fille le jour où il a voulu écrire son testament.
Dans ce hadîth, les savants ont déduit de façon claire que la limite dans les biens qu’il est autorisé de léguer dans le testament est d’un tiers, ce qui est déjà beaucoup.

C’est pour cela qu’Abû Bakr  , ordonnait aux gens de ne donner que le 5ème car il disait : « C’est la part d’Allah  dans le butin ».
« Et sachez que lorsque vous acquerrez des butins, le 5ème revient à Allah ».



 Point de testament à l’héritier :

Selon Abû Oumâma Al Bahili  qui dit : « J’ai entendu l’Envoyé d’Allah  dire dans son discours du Jour du Pèlerinage d’adieu : « Allah a donné à chacun son droit : Point de testament pour l’héritier ! » » (Rapporté par Ibnou Majah, Abou Dawoud et At.Tirmidhi)


Est-ce qu’une personne a le droit de léguer un bien à un héritier s’il a l’accord des autres ?
Exemple : Un père a trois enfants : les deux plus grands travaillent et ont des revenus aisés tandis que le dernier est pauvre. Le père réunit ses enfants et dit qu’il aimerait léguer une partie de ses biens à son enfant qui est pauvre. Il leur demande l’autorisation pour finir.

Il y a divergence à ce sujet et cette dernière a lieu sur le hadîth du Prophète  dans une version où il dit : « Sauf si les héritiers le veulent et l’autorisent » .

Les savants qui ont considéré ce hadîth comme hassan, l’ont pris en compte et ont dit qu’il était autorisé de faire un testament à un héritier à condition que tous les héritiers soient d’accord et l’acceptent.

D’autres savants, comme sheykh Al Albaany, ont dit que le hadîth était faible et que cela n’était pas permis.

Et d’autres savants encore n’ont pas pris en compte ce hadîth et ont dit qu’il n’était pas permis de faire cela car Allah  a donné à chacun sa part. En faisant ce genre de demande, les héritiers peuvent accepter mais à contre cœur et cela peut être une source de problème par la suite.

Ceux qui l’interdisent (et c’est l’avis le plus sûr) disent que ce n’est pas autorisé car le bien légué dans le testament devient la propriété de la personne après la mort et ici, le père demande à ses héritiers de se prononcer sur quelque chose qui ne leur appartient pas encore, donc on ne peut pas prendre en compte la parole de quelqu’un qui se prononce sur quelque chose qui à la base ne lui appartient pas.


 Ce qui doit être inscrit dans le testament :

Anas  , a dit : « Ils (les Compagnons du Prophète  ) écrivaient dans leur testament : « Bismillahi Ar.Rahmani Ar.Rahim [Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux] Ceci est ce que teste untel fils d’untel. J’atteste qu’il n’y a de vraie divinité digne d’être adorée qu’Allah, Seul sans ne rien Lui associer et que Muhammad est Son Prophète et Son Envoyé, Son Esclave et Son Envoyé, que l’heure arrivera, point de doute dans cela, et qu’Allah ressuscitera ce qu’il y a dans les tombes. Je conseille à ceux que je laisse derrière moi parmi les membres de ma famille de craindre Allah et de se réconcilier entre eux, d’obéir à Allah et à Son Envoyé s’ils sont croyants. Je leur ordonne ce qu’a ordonné Ibrahîm à ses enfants ainsi que Ya’qoûb : « O mes enfants ! Allah a choisi pour vous la religion : ne mourez qu’en étant Musulman ». » (Athar sahîh rapporté par Al Bayhaqî dans ses sunans.)

 « Ceci est ce que teste untel fils d’untel » : ici c’est celui qui rédige le testament qui parle.

Les savants appellent ceci le testament général, c’est-à-dire que ce sont les conseils généraux qu’adresse la personne à ceux qu’il va laisser derrière lui après sa mort parmi les membres de sa famille.

Après avoir écrit ceci, il y a à écrire ce que la personne souhaite, ce qu’elle veut léguer comme bien à telle et telle personne, ce qu’elle a comme dette et ce qu’elle efface comme dette etc.
Les savants disent que vu l’époque à laquelle on vit, où les innovations sont répandues, il est bon de conseiller les membres de sa famille de s’accrocher à la sunnah du Prophète et également d’exprimer le souhait de vouloir avoir des funérailles qui soient en totale concordance avec la sunnah et qu’il n’y ait, dans ses funérailles, ni innovations, ni associationnisme, ni désobéissance à Allah  .
Il peut aussi dire tous ses souhaits comme par exemple : « Je veux qu’untel me lave, qu’untel s’occupe de mon linceul, etc »

Dans son testament, sheykh Al Albany  a cité le nom d’un de ses voisins qu’il considérait comme une personne pieuse et qu’il souhaitait que ce soit lui qui le lave.
Le testament et les souhaits du défunt doivent être appliqués.


 Quand le testament est-il applicable ?

Les biens qui sont légués dans le testament reviennent à celui à qui on a légué qu’après la mort du testateur et après le remboursement des dettes. Si le remboursement des dettes utilise l’ensemble des biens laissés par le défunt, alors celui à qui il a légué un bien n’aura rien.

La preuve est le hadîth de ‘Alî  qui dit : « Le Prophète  a jugé que la dette précéde le testament, et vous lisez ceci (dans le Coran) : « ceci après un bien qu’il a légué dans son testament ou une dette ». » (rapporte par Ibn Hajra et At-Tirmidhi)


Allah  a commencé par citer le testament et ensuite la dette. Le Prophète  a jugé que la dette précédait le testament. Comment pouvons-nous réunir le hadîth et le verset ?

Les savants disent qu’Allah  a commencé par le testament pour mettre en garde ceux qui seraient amenés à ne pas le mettre en pratique et à cacher des biens qui doivent être donnés à autrui. Car pour ce qui est de la dette, quelqu’un la réclamera mais personne ne réclamera le testament car personne ne sait ce qui est contenu dans un testament, ce dernier n’est connu que lorsque la personne décède.
Les savants disent que c’est pour cela qu’Allah  a commencé par le testament car c’est quelque chose qui n’est pas demandée, réclamée par les gens et c’est donc une chose sur laquelle les gens, et en particulier les héritiers, doivent être très prudents et ne doivent pas prendre les biens qui ne leur appartiennent pas.

Quant au hadîth, il est clair, le testament vient après les dettes. Les savants ont un mot qui se tient sur 4 lettres et qui montre l’ordre de priorité des biens du défunt : cet ordre est réuni dans le mot « tadûmu » => ta-del-waw-mim
- Ta comme Tajhiz : Toutes les dépenses du linceul et de l’enterrement doivent être issues de l’argent du défunt.
- Del comme dayn (dette)
- Waw comme wassîyya (testament)
- Mim comme mirath (l’héritage).


 Puis l’auteur fait deux Remarques :

1ère remarque :

Lorsque ce qui est connu de la plupart des gens à notre époque étant l’innovation dans notre religion et en particulier tout ce qui concerne les funérailles, il fait donc partie des obligations pour les Musulmans d’inscrire cela dans son testament et de demander à ce que ses funérailles et son enterrement soient réalisés en concordance avec la sunnah du Prophète  et ceci en appliquant la parole d’Allah  lorsqu’Il dit : « Ô vous qui avez cru! Préservez vos personnes et vos familles, d’un Feu dont le combustible sera les gens et les pierres, surveillé par des Anges rudes, durs, ne désobéissant jamais à Allah en ce qu’Il leur commande, et faisant strictement ce qu’on leur ordonne.» (Sourat At-Tahrîm, v. 6)

C’est pour cela que les Compagnons du Prophète  inscrivaient cela dans leur testament. Les athars à ce sujet sont nombreux et, parmi eux : La parole de ‘Amr ibnu Sa’d ibn Abî Waqâs  que son père a dit dans la maladie qui a précédée sa mort : « Entrez-moi dans al-Lahd, et fermez-le avec des briques de terre cuite comme cela a été fait pour le Prophète. »

(Lahd : fait de creuser un trou dans la tombe et un autre sur le côté)


2ème remarque :

Lorsqu’un homme a des enfants héritiers qui sont morts durant son vivant, il doit alors inscrire dans son testament pour les petits-enfants ce que devait percevoir le mort (c’est-à-dire l’enfant) ou de donner une partie de son argent dans la limite du tiers. Si cet homme meurt sans avoir inscrit cela dans son testament pour ses petits-enfants, alors on doit leur donner ce qui doit être leur dû car ceci est une dette. C’est ce qui est appliqué dans les tribunaux actuels.


 Les cinq choses qui annulent le testament :

(C’est 5 choses ne sont pas cité par l’auteur du livre, il s’agit d’un ajout du frère)

1 - La rétraction du testateur :
Celui qui rédige son testament a le droit de modifier, ajouter, enlever, annuler son testament et ceci tant que l’âme n’atteint pas la gorge, car le repentir de celui dont l’âme a atteint la gorge n’est pas accepté et ses actes ne sont plus comptés pour lui.

2 - Lorsque celui à qui on lègue décède avant le testateur :
Le testateur lègue un bien à une personne qui meurt avant lui, là la chose léguée est annulée.

3 - Lorsque celui à qui on a légué le bien tue le testateur :
Le testament est annulé. Une personne peut très bien savoir ce que le testateur lui a légué dans son testament et désire le tuer pour pouvoir récupérer les biens le plus vite possible. Les savants disent qu’il n’a pas le bien, qu’il le tue volontairement ou involontairement.

4 - Celui à qui on a légué refuse le bien qui lui est légué :
Le testateur lègue une maison à quelqu’un et lorsqu’il décède, le bénéficiaire de la maison la refuse. Cette maison revient alors à l’héritage c’est-à-dire qu’elle est considérée comme objet dans l’héritage. Et s’il accepte et qu’une semaine plus tard il ne la veut plus, cette dernière n’est plus un héritage mais une donation.
La différence entre l’héritage et la donation c’est que dans l’héritage, la part du garçon est le double de celle de la fille mais dans la donation les parts sont équitables.
Pourquoi est-ce une donation et non pas un héritage ? Dans le premier cas c’est un héritage car la personne n’a pas accepté d’office. Le bien n’a donc jamais été le sien.
Dans le deuxième cas, il a accepté la maison qui est devenue sa propriété. Une semaine après, il revient sur sa décision alors ce n’est plus un héritage mais un bien qu’il restitue ou qu’il donne aux héritiers.

5 - Le bien légué n’est plus existant :
Lorsqu’il a été volé, brûlé dans un incendie, perdu … . On ne donne rien en échange car si le bien disparaît, le bien légué devient nul automatiquement.


 allah est plus Savant !

                                                                                         Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
Journalisée
abdraouf
Invité
« Répondre #15 le: Avril 14, 2012, 18:17:08 »
Share   Modifier le messageModifier

As salam ma soeur tien ceci et la réponse que tu cherche il me semble allah et plus savant qu'allah pardonne la soeur qui est en fin de vie et qu'il la récompence amine amine amine

6 Il doit établir un testament pour ses proches, si ceux-ci ne peuvent hériter de lui

Conformément à cette parole du Très Haut :

« On vous a prescrit, quand la mort approche de l'un de vous et s'il laisse des biens, de faire un testament en règle en faveur de ses parents et de ses proches. C'est un devoir pour les pieux. » (Al-Baqarah : 180)
Journalisée
   

Arabe Pour francophones
 Journalisée
Pages: [1]
  Ajouter aux favoris  |  Imprimer  

 
Aller à:  

 Développé par TOOLYNK, agence de développement d'applications web et mobile à Lyon & Paris
Technologies: Javascript, React, React Native, Angular, Java, Symfony, .NET, Réalité Virtuelle