Forum de la Grande Mosquee de Lyon
Nouvelles: Téléchargez sans plus attendre la GML tool, la barre d'outils 100% islamique, 100% Grande Mosquée de Lyon !!
 
*
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Charte du Forum  
Favoris  
Coran 
GML TV
connectez vous !

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session


Pages: [1]
  Ajouter aux favoris  |  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Les mariages invalides !!!!  (Lu 1813 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
soujoude
Invité
« le: Mai 28, 2013, 14:43:27 »
Share   Modifier le messageModifier

Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh

• Nikahu sh-shighâr (الشِّغَار) :

C’est le fait qu’un homme mari une femme qui est sous sa tutelle à un homme à condition que cet homme mari une femme qui est sous sa tutelle avec lui (le 1er homme).

Par exemple 2 pères de famille chacun ayant une fille, l’un dit à l’autre « je te mari à ma fille si toi tu me maris à ta fille. » Ou
« je mari mon fils à ta fille si tu maris ton fils à ma fille. » Et d’autres exemples comme cela sont possibles.

Ce type d’acte de mariage est nul qu’une dote est été conclu ou non car le prophète  a interdit et a mis en garde contre cela.
Allah   dit : « Prenez ce que le Messager vous donne; et ce qu’il vous interdit, abstenez-vous en. » (sourate Al Hachr, v. 7)

Et Selon Ibn ‘Omar  le prophète  a interdit « Ash shighâr ». (Hadith authentique rapporté par Al Bukhary wa Mouslim)

Et Abu Hurayra  dit que le prophète  a interdit « ash-shighâr » puis Abu Hurayra  dit : « Ash shighâr c’est le fait qu’un homme dise à un autre
« mari moi à ta fille et je te mari à la mienne » ou « mari moi à ta sœur et je te mari à ma sœur » Et le Prophète  a dit : « Point de Shighâr en Islam. »
(Hadith authentique rapporté par Mouslim)


Comme le dit l’auteur cela prouve qu’Ash Shighâr est contraire à la législation d’Allah   .
Et le Prophète  n’a pas dit que le Shighâr qui est interdit est celui ou il n’y a pas de dot car la plupart des mariages qui sont dans cette catégorie de Shighâr
considèrent la dot comme le fait de se mettre en accord. Mais certes le fait qu’aucune dot n’ait été donné est pire encore
malgré que la dot ne rende pas licite ce type de mariage puisqu’il s’agit d’une offense pour la femme.

L’auteur cite une parole de Cheykh Ibn Baz rahimahuLlah dans son livre "Le jugement du voile islamique et du mariage appelé mariage Ash shighâr",
il dit : « Quant à ce qui a été rapporté dans le Hadith d’Ibn’Omar rapporté par Al bukhary wa Mouslim, il a été cité après le Hadith que ceci est le fait qu’un homme dise à un autre homme « je te mari ma fille si tu me mari à la tienne » sans qu’il n’y ait entre eux de dot ainsi a été rapporté d'après la version de Ibn ‘Omar  , ou il a expliqué ce qu’était Ash Shighâr. » Et Sheykh Ibn Baz dit :
« Quant à ce qui a été rapporté dans le hadith d’Ibn’Omar  dans l’explication de ce qu’est Ash Shighâr quand un homme dit à un autre homme « je te mari ma fille si tu me mari à la tienne sans qu’il n’y ait entre eux de dot » ceci fait parti comme l’ont dit les savants, des paroles de Nâfi3 qui est le rapporteur d’Ibn ’Omar. Et Nafi3 était celui qui était au service d’Ibn ’Omar.
Et ce n’est en aucun cas la parole du prophète  et le prophète a expliqué cela comme il est cité dans le Hadith de Abou Hourayra  (cité précédemment) »

Donc en regardant le Hadith d’Abu Hourayra  où le fait de donner la dot n’a pas été cité, prouve que celle-ci soit donné ou non, n’influence pas sur la licité du mariage.
Et ce qui est pervers dans ce type de mariage c’est l’échange qui est conclu.

Cela est une grande turpitude car ceci amène les femmes à se marier avec des hommes qu’elles ne désirent pas en favorisant le bien des tuteurs au bonheur des femmes.
Et le fait qu’en plus de cela la dot ne soit pas donnée prive la femme de son droit. Cela est également une source de problème après le mariage.
Et le fait que les problèmes interviennent par la suite est une punition de la part d’Allah  ici bas pour ceux qui ont contredit sa législation.


2 • Nikahu al MuHalil (المُحَلِل) :


Mariage de l’autorisation qui est le fait qu’un homme se mari avec une femme divorcée 3 fois après la fin de sa période de divorce dans le seul but
qu’elle puisse retourner ensuite avec son premier mari.

L’auteur dit que ce type de mariage fait parti des grands péchés et des grandes turpitudes et il est interdit que ces personnes donnent cela comme
condition dans l’acte de mariage. Et que cela soit stipuler oralement ou bien que l’intention soit dans le cœur sans rien dire,
ce mariage est tout de même nul. Celui qui se mari et fait ce genre de mariage est maudit par le prophète  .


Selon ‘Ali  : « Le prophète  a maudit « Al MuHallil » wa « Al MuHallala » » (Hadith authentique rapporté par Abu Dawud wa At-Tirmidhi.)

 Al MuHallil : celui qui se mari pour rendre licite la femme à son premier mari.
 Al MuHallala : celui pour qui on s’est marié, soit le premier mari.


Selon 'Uqba ibn ‘Amir  , il dit que le prophète  a dit : « Voulez-vous que je vous informe du "at-tisu mousta'ar" ? » Ils ont dit :
« Bien sûre O envoyé d’Allah » et il dit : « C’est celui qui se mari avec une femme uniquement pour rendre cette femme autorisé au premier mari. »
Puis le prophète  a dit : « Et Allah a maudit le premier mari comme le second » (Hadith Hassan rapporté par Ibn Majah, Al Hakim wa Al Bayaqi)

 "At-tisu mousta'ar" : Signifie le bouc emprunté ou bélier emprunté. Autrement dit un éleveur qui n’a que des femelles qui va voir un autre éleveur et lui dit :
« prête moi ton bouc afin qu’il monte sur mes brebis ou chèvres. »


On voit donc à travers ce Hadith que le prophète  a considéré le MuHallil comme un animal et pas n’importe quel animal mais un animal
qu’on emprunte pour assouvir ses désirs et pour que les femelles mettent bas.

En Islam il y a une règle dite par les savants qui est que lorsqu’un homme est comparé à un animal cette comparaison est toujours
un mal et un rabaissement pour lui. Et Sheykh al Islam Ibn Taymiyya  a affirmé cela par des preuves du Coran et de la Sunna.
Allah  a lui-même considéré ceux qui ne croient pas en lui comme des « chiens assoiffés ». Et dans beaucoup de Ahadith lorsque le prophète 
met en garde il dit : « Ne faites pas comme tel animal » ; « Ne vous prosternez pas comme le chien en posant vos avants bras sur le sol » ;
« ne priez pas comme le coq » etc. Les preuves qu’elles soient dans le Qur’an ou dans la Sunna sont irréfutables.


Et selon ‘Omar ibn Nâfi3  , selon son père, il rapporte qu’un homme est venu vers Ibn ’Omar et lui a demandé au sujet d’un homme qui a divorcé de sa femme 3 fois.
Puis un des frères de l’homme s’est marié sans en avoir l’utilité, le besoin et sans être motivé, ceci uniquement pour rendre cette femme licite à son frère.
« Est-ce que cette femme malgré que son frère se soit marié devient licite pour son premier mari ? » Et Ibn ’Omar  a dit :
« Non, elle ne devient pas licite pour lui sauf si c’est un mariage voulu. » Et Ibn ’Omar  a dit :
« Et nous considérions cela comme de la fornication au temps du prophète  . » (Hadith sahih, rapporté par Al Bayaqi et Al Hakim).

Ceci vient expliquez la parole du prophète  lorsqu’il dit : « voulez vous que je vous informe qui est le bélier (ou le bouc) emprunté ? »
Nous voyons donc qu’au temps du prophète cela était considéré comme de la fornication.


3 • Nikah Muta3a (المُتَعَة) : Le mariage de Jouissance

Al Muta3a en arabe signifie : le fait de profiter de quelque chose et d’en jouir.
Ce mariage est aussi appelé le mariage temporaire ou « à rupture », et il signifie qu’un homme conclu un acte de mariage avec une femme pour une durée d’un jour,
une semaine, un mois ou une autre période bien définie et déterminée. C’est un mariage dont les savants sont unanimes sur son interdiction.
Ce mariage s’il est conclu sera donc nul même si la femme donne son autorisation.

Selon Saboura  : « Le prophète  nous a ordonné de faire al Muta3a l’année de l’fatH (la victoire), lorsque nous sommes rentrés à la Mecque et
nous sommes sortis au moment ou le prophète  nous l’a interdit. » (rapporté par Mouslim)

Cette parole nous montre que l’autorisation du mariage de jouissance fut abrogée.

Dans un autre hadith le prophète  nous dit : « O vous les gens je vous avais autorisé le mariage de jouissance maintenant Allah  l’a interdit jusqu’au jour du jugement. »
(rapporté par Mouslim)

On comprend donc de façon claire que c’était une chose autorisée avant et qui a été interdit par Allah
Les savants disent que cela est interdit car cela va à l’encontre des préceptes du mariage. Comme Allah  l’a dit :
« Et parmi ses signes c’est qu’il a créé de vous et pour vous des femmes pour que vous viviez en tranquillité avec elles. »

Le fait de vivre avec son épouse est un des buts du mariage ce qui est donc contradictoire avec le mariage de jouissance.
Allah  dit aussi : « Et il a crée entre vous de l’affection et de la miséricorde. »


Source : EL-WADJÎZ FI FIQHI AS-SOUNNATI WA AL-KITÂBI EL 'AZÎZ DU CHEIKH 'ABDEL-'ADHDIM EL-BADAWI - Le livre du Mariage -
Cours audio du frère Abou Anas - Source des dourous : http://www.lavoiedroite.com/index.php?option=com_content&view=article&id=109&Itemid=43
Retranscrit par Umm-Loqman



 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh

qu'Allah nous guide  Amine Amine Amine Amine
« Dernière édition: Mai 28, 2013, 14:51:38 par Um♥Tariq » Journalisée
Um~Tariq
Invité
« Répondre #1 le: Mai 29, 2013, 07:41:32 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh

 MachAllah baraka pour le rappel ma soeur

 Amine Amine

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
Journalisée
Um~Tariq
Invité
« Répondre #2 le: Juin 19, 2013, 12:16:43 »
Share   Modifier le messageModifier

bismillah
 Salam Alaykoum

2 • Nikahu al MuHalil (المُحَلِل) :

Mariage de l’autorisation qui est le fait qu’un homme se mari avec une femme divorcée 3 fois après la fin de sa période de divorce dans le seul but
qu’elle puisse retourner ensuite avec son premier mari.

L’auteur dit que ce type de mariage fait parti des grands péchés et des grandes turpitudes et il est interdit que ces personnes donnent cela comme
condition dans l’acte de mariage. Et que cela soit stipuler oralement ou bien que l’intention soit dans le cœur sans rien dire,
ce mariage est tout de même nul. Celui qui se mari et fait ce genre de mariage est maudit par le prophète  .


Selon ‘Ali  : « Le prophète  a maudit « Al MuHallil » wa « Al MuHallala » » (Hadith authentique rapporté par Abu Dawud wa At-Tirmidhi.)

 Al MuHallil : celui qui se mari pour rendre licite la femme à son premier mari.
 Al MuHallala : celui pour qui on s’est marié, soit le premier mari.

Soubhan' Allah  baraka oukhty pour cette info très importante car
je me suis déja poser cette question car je connais un couple divorcé 3 fois  Soubhan' Allah
et maintenant ils regrettent mais la je vois que ce n'est pas permis de
se marié afin de redevenir halal pour son premier mari  Soubhan' Allah Allahou Akbar  baraka

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
Journalisée
   

 Journalisée
Pages: [1]
  Ajouter aux favoris  |  Imprimer  

 
Aller à:  

 Développé par TOOLYNK, agence de développement d'applications web et mobile à Lyon & Paris
Technologies: Javascript, React, React Native, Angular, Java, Symfony, .NET, Réalité Virtuelle