Forum de la Grande Mosquee de Lyon
Nouvelles: Téléchargez sans plus attendre la GML tool, la barre d'outils 100% islamique, 100% Grande Mosquée de Lyon !!
 
*
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Charte du Forum  
Favoris  
Coran 
GML TV
connectez vous !

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session


Pages: [1]
  Ajouter aux favoris  |  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Les Hassanettes suite à la Lecture du Coran  (Lu 10224 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
sajidalillah
Invité
« le: Avril 03, 2008, 19:52:32 »
Share   Modifier le messageModifier

Salam Alaykoum
lors des cours d'arabes (lecture ecriture et coran) que j'ai eu étant petite, j'ai appris que 10 hassanates nous sont remis à la lecture de chaque lettre de notre Coran.. Soubhan' Allah C'est pourquoi je le lis régulièrement  El Hamdoulilah et j'aimerais savoir aujourd'hui si la lecture du coran doit obligatoirement être effectuée avec tajwid...
[/color][/size]
« Dernière édition: Septembre 29, 2008, 21:42:56 par Fatiima » Journalisée
Fatiima
Membre très actif
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Âge: 37
Localisation: 78
Messages: 1303


Mon Voile, Mon Choix, Ma Liberté


Voir le profil
« Répondre #1 le: Avril 03, 2008, 20:44:14 »
Share   Modifier le messageModifier

 bismillah


 Salam Alaykoum ma  Sourire Mouslima


D'après les recherches que j'ai faite sur le net, j'ai trouvé que déjà tu as raison en ce qui concerne la lecture du Coran et que chaque lettre est récompensé par 10 hassanates en vertu du hadith suivant :

"quiconque lit une lettre du Coran recueillera un bienfait multiplié par dix. » at-Tirmidhi et ad-Darami)



En ce qui concerne le lecture du Coran avec tajwid, je te dirais que c'est très conseillé de le faire si tu es capable de le faire, car je n'ai pas trouvé des versets du Coran ou des hadiths qui stipulent l'obligation. Voici ce que j'ai trouvé :

 SOURATE 73 VERSET 4

« Et récite le Coran, lentement et correctement »
   


SOURATE 17 VERSET 110

Dis : “Invoquez Allah, ou invoquez le Tout Miséricordieux. Quel que soit le nom par lequel vous l'appelez, Il a les plus beaux noms. Et dans ta Salat, ne récite pas à voix haute; et ne l'y abaisse pas trop, mais cherche le juste milieu entre les deux”.


 SOURATE 4 VERSET 82

Ne méditent-ils donc pas sur le Coran ? S'il provenait d'un autre qu'Allah, ils y trouveraient certes maintes contradictions !
   

SOURATE 23 VERSET 68

Ne méditent-ils donc pas sur la parole (le Coran) ? Ou est-ce que leur est venu ce qui n'est jamais venu à leurs premiers ancêtres ?

SOURATE 38 VERSET 29

[Voici] un Livre béni que Nous avons fait descendre vers toi, afin qu'ils méditent sur ses versets et que les doués d'intelligence réfléchissent !
   

SOURATE 47 VERSET 24

Ne méditent-ils pas sur le Coran ? Ou y a-t-il des cadenas sur leurs cœurs ?



Si tu as la possibilité de la faire, il faut le faire pour plaire à  allah le très haut


«Ce (Coran) ci, c' est le Seigneur de l' univers qui l' a fait descendre, et l' Esprit fidèle est descendu avec cela sur ton cœur, pour que tu sois du nombre des avertisseurs, en une langue arabe très claire.» (Qur'an, 26 : 192-195) et dit : «Nous l' avons fait descendre, un Coran en (langue) arabe, afin que vous raisonniez. » (Qur'an, 12 ;2).Il n’est pas permis à personne d’en altérer une seule lettre tout en étant capable de la prononcer correctement.

 Si comme certaines et peut être beaucoup de nos  Rire Mouslim et  Sourire Mouslima , on rencontre une difficulté à prononcer les lettres correctement, ce qui est le cas des habitants de certains pays dont les langues maternelles ne possèdent pas certaines lettres arabes comme thaa, dhaal, khaa.., alors nous devons apprendre la bonne prononciation. Sachez que si vous en n'êtes pas pas capables, vous êtes excusés. Mais il ne faut pas suivre leur exemple. Mieux, il faut les inviter à s’efforcer à apprendre et à se corriger. Cependant il ne faut pas permettre à l’un de ces gens de devenir imam, à moins qu’il doive servir d’imam à des gens qui, comme lui-même, sont incapables de prononcer les lettres correctement.

Ibn al-Djazri  Radhi Allah 'Anhou a dit : « Celui qui, tout en étant capable de prononcer les mots arabes, leur substitue des mots non arabes par autosuffisance et pour ne se fier qu’à sa propre opinion et pour ne compter que sur sa manière habituelle de mémoriser et pour son sentiment d’orgueil qui l’empêche de se référer à un maître pouvant lui apprendre la correcte prononciation, celui-là est sans doute coupable de négligence, pécheur et tricheur. En effet, le Prophète  Salla-llah allahi wa salam a dit : « La religion consiste à donner des conseils pour Allah, pour Son livre, pour Son Messager et pour les chefs des musulmans et pour l’ensemble des musulmans».
Quant à celui qui est confronté à des difficultés (naturelles) de locution, on ne trouve personne pour lui montrer le bon chemin, il doit savoir qu’Allah n’impose à personne ce qui est au-dessus de ses capacités ». Extrait de l’ouvrage : an-Nashr fii al-qiraat al-ashr, 1/299.


Il convient de savoir Qu’ allah Très Haut a facilité la mémorisation du Coran et sa récitation. C’est pourquoi nous voyons beaucoup de nos  Rire MouslimSourire Mouslima non-arabes parvenir à une maîtrise de l’arabe qui n’a rien à envier à celle que les arabes ont de leur propre langue. Il faut donc s’efforcer à apprendre la bonne prononciation et à bien réciter le Qur'an sans désespérer.  allah est Le garant de l’assistance.


En espérant t'avoir aidé ma  Sourire Mouslima. Si j'ai fauté dans mes paroles qu' allah me pardonne et qu'un  Rire Mouslim ou une  Sourire Mouslima me rectifie.
Qu' allah te protège ma  Sourire Mouslima et nous facilitent dans l'apprentissage.  amine

A la suite de ce message, je vais poster un rappel sur le tajwid  InchAllah


 Salam Alaykoum


Journalisée

Fatiima
Membre très actif
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Âge: 37
Localisation: 78
Messages: 1303


Mon Voile, Mon Choix, Ma Liberté


Voir le profil
« Répondre #2 le: Avril 03, 2008, 20:53:51 »
Share   Modifier le messageModifier

 bismillah

 Salam Alaykoum

1-Définition

    Le mot tajwid vient de la racine arabe [Jawwada] qui signifie "rendre meilleur", ou "améliorer". En tant que terme, il signifie chez les spécialistes de la lecture du coran la sience qui permet de réciter le coran correctement, en prononçant chaque lettre convenablement avec son makhraj et sa sifa qui conviennent, naturellement et sans forcer, conformément à ce qui a été transmis du Prophète  Salla-llah allahi wa salam.

     

2-BUT

    Le but de l'apprentissage du tajwid est de préserver le lecteur de commettre des erreurs dans sa récitation du coran afin de plaire à  allah le trés-haut.

3-Le précurseur de cette science

    Le premier qui a instauré cette science de manière pratique est notre Prophète et envoyé Muhamed ( صلى الله عليه وسلم ) , qui l'a reçu de l'archange Gabriel, qui lui-même l'a reçue de Dieu exalté soit-il. Le coran a été en effet révélé avec une récitation qui lui est spécifique, et qui se lit differement de tout autre texte.
    Quant aux premiers qui ont établi les règles théoriques, ce sont les savants de la langue arabe tels al-Kalil ibn ahmed al-Farahidi et son élève Sibawayh.


4- Position légale

La science du tajwîd se divise en deux parties:

* 'Ilm at-tajwîd an-nazarï : c'est-à-dire la connaissance des règles théoriques du tajwîd, de ses normes, de ses conditions et de ses appellations, telles ahkâm al-madd (les règles de l'allongement), les règles du nûn as-sâkina wa at-tanwîn, et autres. La connaissance de cette science incombe à la communauté islamique mais non à chaque musulman (fard kifâya). En d'autres termes, il suffit que quelques musulmans connaissent cette science pour que le reste de la communauté soit épargné du péché.
 
* `Ilm at-tajwîd al- `amalî : c'est la connaissance pratique de ces règles. C'est la manière correcte et juste de la récitation du Coran, comme l'a récité le Prophète de Dieu (صلى الله عليه وسلم). Cette connaissance est obligatoire à tout musulman ou musulmane qui désire lire ou apprendre quelques versets du Coran (fard 'ayn), dans la mesure de ses possibilités. Les preuves de son caractère obligatoire sont nombreuses :
Dieu dit :« Et récite le Coran, lentement et clairement». Les Compagnons ont reçu cette récitation directement du Prophète (صلى الله عليه وسلم) qui l'accentuait par une lecture particulière et singulière. Ce dernier a reçu cette manière de réciter de l'ange Gabriel, qui l'a lui-même reçue de Dieu - exalté soit-Il. Il est donc obligatoire de réciter le Coran de cette manière.
Dieu dit: « Ceux à qui Nous avons donné le Livre, qui le récitent comme il se doit, ceux-là y croient. »
Ceux, donc, qui ne récitent pas le Coran conformément à la manière dont il a été révélé ne le récitent pas comme i il se doit.
L'imam Ibn al-Jazarî dit dans sa Muqaddima :« La  connaissance du tajwîd est une obligation, celui qui récite le Coran sans tajwîd commet un péché. Certes Dieu l'a révélé ainsi, et c'est ainsi qu'il nous est parvenu. »

5-Les niveaux de lecture du Coran

Il y a trois niveaux de lecture différents qui font par-
tie intégrante du tartîl :
*At-tahqîq : C'est donner à chaque lettre ce qui lui revient de droit tel l'allongement (al-madd), la prononciation correcte de la hamza, des voyelles brèves, le respect de la ghunna, en lisant lentement et sereinement. Cette lecture est particulièrement recommandée aux professeurs lors de leur enseignement.
* Al-hadr : C'est une lecture rapide du Coran tout en respectant les règles du tajwîd.
* At-tadwîr : C'est un niveau intermédiaire entre at-tahqîq et al-hadr.
Remarques
1. Lorsque le lecteur lit selon at-tahqîq, il ne doit pas tomber dans l'excès en allongeant de manière anormale certaines lettres.
 

6-Les différentes erreurs de lecture


Les savants de cette science ont divisé ces erreurs en deux parties :


* Al-lahn al jaliyy (erreur considérable, évidente) : c'est une erreur qui va en opposition avec les règles essentielles de la langue arabe, elle peut ou non changer le sens de la phrase. On l'appelle jaliyy (évidente) car c'est une erreur qui paraît évidente aussi bien pour les spécialistes du tajwîd que pour des non-initiés.
Changer par exemple un طا en تاء ou prononcer أنعَمتَ parأنعَمتُ est une erreur dite jaliyya (évidente).
Celui qui commet un lahn jaliyy commet un péché.

* Al-lahn al-khafiyy (erreur dite latente ou imperceptible) : c'est une erreur qui n'est pas en opposition avec les règles de la langue arabe, elle ne change pas non plus le sens, mais elle intervient lorsqu'elle est en désaccord avec une règle spécifique au tajwîd. Elle est appelée khafiyy car seuls les initiés au tajwîd peuvent percevoir cette erreur.
Ne pas faire la ghunna lorsque cela l'exige ou bien allonger (madd) une lettre qui ne fait pas l'objet d'un allongement est considéré comme un lahn khafiyy.
Les savants de la science du tajwîd considèrent le lahn al-khafiyy comme étant makrûh (détestable).


7-Al-istiadha wa al-basmala

1) Sa lecture

Lorsque nous nous apprêtons à lire le Coran, Dieu le Très-Haut nous a ordonné de Lui demander protection contre Satan.
Dieu dit
:« Lorsque tu lis le Coran, demande protection de Dieu contre le diable banni. » (Coran 16/98)
Les formules de demande de protection (appelées en arabe al-isti `âdha) sont nombreuses, parmi les plus connues :

أعوذ بالله من الشيطان الرجيم
 
cette formule est celle citée dans le Coran (16/98). Nous avons aussi :

أعوذ بالله السميع العليم من الشيطان الرجيم 

Al-isti `âdha se dit à voix basse dans quatre cas :
* Lorsque le lecteur lit à voix basse, qu'il soit seul ou dans une assemblée.
* Lorsqu'il est seul, qu'il lise à voix basse ou haute.
*En Salât, qu'elle soit à voix haute ou basse.
* Lorsque le lecteur se trouve dans une assemblée où on lit le Coran et qu'il n'est pas le premier à réciter, ceci afin de garder la continuité de la lecture commune. Cependant, si la lecture est interrompue pour un motif quelconque et que l'on souhaite reprendre cette lecture, on récite alors al-'isti `âdha à voix hau-te.

Il est recommandé de la lire à voix haute dans deux cas:
 
* Lorsque le lecteur lit à voix haute et que les gens autour de lui l'écoutent.

* Dans le cadre de l'enseignement.

Remarque : Lorsque le lecteur souhaite réciter un passage d'une sourate qui n'est pas le début de celle-ci, il prononce la formule d'al-'isti'âdha. Cependant, il n'est pas recommandé d'enchaîner al-'isti `âdha directement avec le verset si cette liaison directe peut prêter à confusion quant au sens du verset. Prenons l'exemple du verset 255 de la sourate 2, âyat al-kursiyy : Le début est :


« الله لا الاه الا هو"

Il n'est pas approprié de lier le mot الرجيم au nom de
Dieu, Allâh. Ainsi l'imam ash-Shâtibî ordonnait de lire al-basmala après al-'isti `âdha dans de tels cas.


2) Les différentes possibilités d'enchainer al-'isti`âdha, al-basmala et le début de la sourate

Il y a quatre possibilités d'enchaîner al-'isti `âdha, al-basmala et le début de la sourate :

* Lire l'ensemble sans marquer d'arrêt, comme ceci :
أعوذ بالله من الشيطان الرجيم بسم الله الرحمان الرحيم الحمد لله رب العالمين

* Lire al-'isti `âdha puis marquer un temps d'arrêt, lire al-basmala puis marquer un temps d'arrêt. Lire en-suite le début de la sourate :
أعوذ بالله من الشيطان الرجيم * بسم الله الرحمان الرحيم * الحمد لله رب العالمين

* Lier al 'isti `âdha à al-basmala puis marquer un temps d'arrêt. Débuter ensuite le début de la sourate:
 
أعوذ بالله من الشيطان الرجيم بسم الله الرحمان الرحيم * الحمد لله رب العالمين

* Lire al-'isti `âdha puis marquer l'arrêt. Enchaîner ensuite al-basmala au début de la sourate :

اعوذ بالله من الشيطان الرجيم * بسم الله الرحمان الرحيم الحمد لله رب العالمين
 
Ces quatre possibilités sont toutes authentiques et permises.

3) Al-basmala entre deux sourates

Il y a trois façons permises d'enchaîner deux sourates séparées par al-basmala :

*Elle consiste à lire la fin de la sourate, al-basmala et
le début de la sourate sans marquer de temps d'arrêt. Exemple :
واما بنعمة ربك فحدث بسم الله الرحمان الرحيم الم نشرح لك صدرك

* Lire la fin de la sourate et s'arrêter. Lire al-basmala puis marquer à nouveau un temps d'arrêt, commencer ensuite à lire la sourate suivante :

واما بنعمة ربك فحدث * بسم الله الرحمان الرحيم * الم نشرح لك صدرك
* Lire la fin de la sourate puis marquer un temps d'arrêt. Enchaîner ensuite al-basmala avec le début de la sourate suivante :
واما بنعمة ربك فحدث *بسم الله الرحمان الرحيم الم نشرح لك صدرك

* Il y a une quatrième possibilité mais qui est interdite ; je la mentionne afin de ne pas commettre l'erreur : elle consiste à lier la fin de la sourate avec al-basmala puis de marquer un temps d'arrêt. Ensuite on lit la sourate suivante. Les savants ont interdit cette quatrième possibilité car al-basmala a été établie en début et non en fin de sourate.
Il est recommandé de lire al-basmala au début de chaque sourate à l'exception de la sourate 9 at-Tawba (le repentir).

Lorsque le lecteur commence sa lecture en cours de sourate, il a le choix de lire ou non al-basmala. Cependant, s'il désire enchaîner la lecture d'al-basmala avec le début du verset en milieu de sourate, il doit veiller à ce que le sens ne prête à pas confusion, comme évoqué auparavant concernant al-'isti`âdha.

 

du livre Le tajwid                                                                 

      de Zakaria Makri

Et  allah est le Plus Savant

Voilou, en espérant que ca aura aidé.

 Salam Alaykoum

     
Journalisée

sajidalillah
Invité
« Répondre #3 le: Avril 04, 2008, 10:29:17 »
Share   Modifier le messageModifier

Salam Alaykoum et jazakoum  allah  Sourire Mouslima et  Rire Mouslim pour ces informations, qui sont pour moi des réponses satisfaisantes

"Si tu as la possibilité de la faire, il faut le faire pour plaire à   le très haut"

Très bon conseil...  MachAllah merci encore
Journalisée
   

Arabe Pour francophones
 Journalisée
Pages: [1]
  Ajouter aux favoris  |  Imprimer  

 
Aller à:  

 Développé par TOOLYNK, agence de développement d'applications web et mobile à Lyon & Paris
Technologies: Javascript, React, React Native, Angular, Java, Symfony, .NET, Réalité Virtuelle