Forum de la Grande Mosquee de Lyon
Nouvelles: Téléchargez sans plus attendre la GML tool, la barre d'outils 100% islamique, 100% Grande Mosquée de Lyon !!
 
*
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Charte du Forum  
Favoris  
Coran 
GML TV
connectez vous !

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session


Pages: [1]
  Ajouter aux favoris  |  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Peut-on jeuner le samedi?  (Lu 16038 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
geraldina
Nouveau membre
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Localisation: belgique
Messages: 3



Voir le profil
« le: Novembre 04, 2011, 04:42:18 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum

cette année le jour d'arafa tombe le 5 novembre qui est un samedi. Mais une personne m'a dit qu'il n'est pas permis de jeuner le samedi et qu'il ne comptait pas jeuner le jour d'arafa puisque sa tombe un samedi.

Mais si je me souviens bien, le fait que c'est le jour d'arafa prime sur le fait que c'est samedi.

Quelqu'un pourrait m'eclairer ?  InchAllah

Merci d'avance  pour vos reponses

 allah sait mieux

 Salam Alaykoum
Journalisée
DELIVRE
Invité
« Répondre #1 le: Novembre 04, 2011, 04:51:06 »
Share   Modifier le messageModifier

                                                                                      bismillah



                                                                       Salam Alaykoum



    InchAllah que cette Fatawa t'éclaire ma chère  Sourire Mouslima  Wink

   Le fait de jeûner le samedi, et les jours où il est interdit de jeûner

   SHeikh Ibn ‘Uthaymîn & SHeikh Ibn BâZ

 BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm

Question :

Quelle est la preuve sur le fait que le jeûne du samedi doit être soit précédé d’un jour de jeûne avant, soit d’un jour de jeûne après ?

Réponse :

La preuve que le samedi ne doit pas être jeûné seul est que le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam) a dit : « Ne jeûnez pas le samedi sauf s’il est obligatoire, même si quelqu’un d’entre ‎vous ne trouve qu’une écorce d’un raisin ou une petite branche d’un ‎arbre alors qu’il la mâche ». Ce hadîth fait l’objet d’une divergence des savants. Certains d’entre eux ont dit : [ce hadîth] est marginal, il est faible car il contredit le hadîth authentifié dans les deux Sahîh [qui dit] que le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam) entra chez l’une de ses femmes alors qu’elle jeûnait un vendredi, et il lui dit : « As-tu jeûné hier ? » Elle répondit : « Non. » Il dit : « Comptes-tu jeûner demain ? » Elle répondit : « Non. » Il lui dit alors : « Romps ton jeûne. » [1]. Et dans le dire : « Comptes-tu jeûner demain ? », il y a une preuve quant à la permission de jeûner le samedi en un autre moment que les jours obligatoires [tel que le Ramadhân]. Et c’est un hadîth [celui sur l’interdiction du jeûne du samedi] qui est marginal, et la condition de l’authenticité d’un hadîth est qu’il ne soit ni défectueux ni marginal.

Certains savants ont dit : c’est un hadîth abrogé. Et d’autres ont dit : [le samedi] peut être jeûné seul, et cela [est un avis] qui revient à l’imâm Ahmad. [2]

Question :

Quels sont les jours au cours desquels il est détestable de jeûner ?

Réponse :

Parmi les jours où il est interdit de jeûner, il y a le vendredi. Il n’est pas permis de jeûner le vendredi seul lorsqu’il s’agit d’un jeûne surérogatoire car le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam) l’a interdit. Il en est de même pour le jeûne surérogatoire du samedi. Ceci dit, il n’y a pas de mal à ce que le vendredi soit jeûné avec le jeudi ou le samedi comme cela a été rapporté d’un un hadîth de l’Envoyé d’Allâh (sallallahu ‘alayhi wa sallam).

De même, il est interdit de jeûner le jour de la fête de « ‘Aîd al-Fitr », de « ‘Aîd an-Nahar » [Fête du sacrifice], ainsi que les 3 jours qui suivent la fête du sacrifice, certes le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam) a interdit cela. Excepté concernant les jours qui suivent la fête du sacrifice, il est certes venu ce qui indique la permission de jeûner pour ceux qui au cours des rites [du pèlerinage] « at-Tamattou’ » ou « al-Qirân » spécifiquement, n’ont pas eu la capacité de donner une offrande, comme cela a été authentifié par al-Bukhârî, que ‘Aicha (radhiallâhu ‘anha) et Ibn ‘Oumar (radhiallâhu ‘anhu) ont dit : « Il n’est pas toléré de jeûner pendant les journées qui suivent le sacrifice, excepté pour ceux qui n’avaient pas d’offrande. » [3]

Il n’est donc pas permis de jeûner de manière surérogatoire ou pour une autre raison un jour tel que le jour de l’Aîd, ainsi que le trentième jour du mois de Cha’bân si la vision lunaire n’a pas été attesté, parce qu’il s’agit certes d’un jour de doute, et il n’est pas permis de le jeûner selon l’avis le plus juste des savants, qu’il s’agisse d’un jeûne sciemment effectué ou pas, car les ahâdîth authentiques sur le sujet indiquent son interdiction. [4]

Notes
[1] Rapporté par al-Bukhârî - n°1986

[2] Madjmu’ Fatâwa de SHeikh Ibn ‘Uthaymîn, 20/55-56

[3] Rapporté par al-Bukhârî - n°1998

[4] Madjmu’ Fatâwa de SHeikh Ibn BâZ, 15/407-408

   Les mérites du jeûne de 'Arafat

Les mérites du jeûne de 'Arafat
Shaykh Al Albani - qu'Allah lui fasse miséricorde -


Omar ibn al-Khattâb (Radhiallâhu ’anhu) a rapporté qu’un juif lui avait dit : O Commandeur des croyants ! Vous lisez dans votre livre qu’un verset que nous célébrions s’il nous avait été destiné ! - « De quel verset s’agit-il » dit ’Oumar. - « C’est :

« Aujourd’hui, J’ ai parachevé pour vous votre religion, et accompli sur vous Mon bienfait.
Et J’ agrée l’ Islâm comme religion pour vous. »
Coran, 5/3

 Omar dit : « Nous connaissons le jour et le lieu de révélation de ce verset au Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam). C’était un vendredi au cours duquel il s’était stationné à ’Arafa. » Le Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) a dit : « Les journées d’Arafa, du sacrifice et les trois journées suivantes constituent un temps de fête pour nous, Musulmans, des journées où l’on mange et boit [à satiété] » Rapporté par les auteurs des Sounans. ’Omar Ibn al-Khattâb (Radhiallâhu ’anhu) a dit : « Ce verset a été révélé un vendredi à Arafa . Or ces deux circonstances sont fêtées par nous ». Allâh - Ta’âla - dit :

« et par le jour promis ! »
Coran, 85/3

 D’après Abû Hurayrah, le jour promis est le jour de la Résurrection et le jour bien attesté est le jour d’Arafa et le jour témoin est le vendredi. Rapporté par at-Tirmidhi et jugé « beau » par SHeikh al-Albânî  C’est le Witr par lequel Allâh a juré dans Sa parole :

« Par le pair et l’ impair ! »
Coran, 89/3

Ibn ’Abbas (Radhiallâhu ’anhu) dit : ach-chaf’ signifie le jour du sacrifice et al-witr le jour d’Arafa. C’est également l’opinion d’Ikrima et Ad-Dhahhak. D’après Abû Qatada (Rahimahullâh), le Messager d’Allâh (sallallahu ’alayhi wa sallam) a été interrogé à propos du Jeûne du jour d’Arafa et il en a dit : « Il expie les péchés de l’année précédente et ceux de l’année suivante » Rapporté par Muslim D’après Ibn Abbas (radhiallâhu ’anhu), le Messager d’Allâh (sallallahu ’alayhi wa sallam) a dit : Certes Allâh a reçu l’engagement à partir du dos d’Adam à Nou’man. C’est-à-dire ’Arafa, il a fait sortir de ses entrailles toute sa progéniture qu’Il avait créé et les a éparpillées entre Ses mains telles des fourmis et leur a adressé cette parole : « Et quand ton Seigneur tira une descendance des reins des fils d’ Adam et les fit témoigner sur eux-mêmes : « Ne suis-Je pas votre Seigneur ? » Ils répondirent : "Mais si, nous en témoignons..." - afin que vous ne disiez point, au Jour de la Résurrection : "Vraiment, nous n’ y avons pas fait attention", ou que vous auriez dit [tout simplement] : "Nos ancêtres autrefois donnaient des associés à Allâh et nous sommes leurs descendants, après eux. Vas- Tu nous détruire pour ce qu’ ont fait les imposteurs ?" » Coran, 7/172-173 . Rapporté par Ahmad et jugé sahîh par SHeikh al-Albânî

 Dans le Sahîh de Muslim, ’Aïcha (radhiallâhu ’anha) rapporte que le Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) a dit : « Il n’est pas de jour pendant lequel Allâh affranchi plus d’esclaves que le jour d’Arafa. En effet, Il s’approche et se montre devant les anges fiers de l’état des gens et leur dit : que veulent ceux-là ? » D’après Ibn Oumar, le Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) a dit : « Certes le Très Haut se montre fier devant les anges au soir du jour d’ Arafa à cause de l’état des gens rassemblés à ’Arafa et il dit : « Regardez mes serviteurs, ils sont venus vers moi couverts de poussière et les cheveux en bataille. » Rapporté par Ahmad et déclaré sahîh par SHeikh al-Albânî
 

L'avis juridique pour le jeûne du jour de Arafat
Shaykh Al-'Ûthaymîn - qu'Allah lui fasse miséricorde -

Question : Quel est l’avis juridique concernant le jeûne du jour de Arafat pour celui qui accomplit le pèlerinage et celui qui ne l’accomplit pas ?
 
Réponse : Jeûner le jour de Arafat (9ème jour du mois de dhoul-hijja) est une tradition prophétique fortement conseillée. En effet, on interrogea le Prophète (Que la prière et le salut d’Allah soient sur lui) au sujet du jeûne le jour de Arafat, il répondit :

« Je compte sur Allah pour qu’il expie les péchés de l’année antérieure et l’année à venir »

et on trouve dans une autre version :

« Qu’il expie l’année passée et celle qui reste à venir. »

Par contre, le pèlerin n’a pas à jeûner ce jour-là, car le Prophète (Que la prière et le salut d’Allah soient sur lui) n’a pas jeûné le jour de Arafat lors du pèlerinage d’adieu.

À ce sujet, on trouve dans le recueil authentique de Boukhâry selon Maïmouna (qu’Allah l’agréée) qui raconte le doute qui s’est emparé des gens au sujet du jeûne du Prophète (Que la prière et le salut d’Allah soient sur lui) le jour de Arafat. (Pour fermer la porte à d’éventuels doutes) elle lui fit parvenir un verre de lait pendant qu’il se tenait debout dans Arafat, il le but sous la contemplation de tous les gens.

    •    Fatwa du cheikh Otheimine tirée de son recueil de fatwas
    •    Tome 20, page 46, question 404.
 

La date du jour de Arafat diverge entre les pays,
faut-il jeûner avec l'Arabie Saoudite ?
Shaykh Al-'Ûthaymîn - qu'Allah lui fasse miséricorde -

Question : Si la date du jour de Arafat diverge entre les pays à cause des différents moments de l’apparition de la lune, devons-nous jeûner selon le pays où nous nous trouvons ou selon le pays des deux mosquées sacrées (le Royaume d’Arabie Saoudite) ?
 
Réponse : La réponse à cette question repose sur la divergence des gens de science : l’apparition de la lune est-elle la même pour toute la terre ou est-elle différente selon chaque contrée géographique ? La réponse exacte est que l’apparition de la lune diffère selon les contrées.
 
Par exemple, si la lune est apparue à La Mecque, et nous sommes arrivés au neuvième jour, alors que la lune a été vue un jour avant dans un autre pays, ce jour qui correspond à Arafat (pour nous) sera le dixième jour pour eux. Il leur sera donc interdit de jeûner ce jour, car il correspond au jour de l’Aïd.
 
De même, si l’apparition de la lune a pris du retard à La Mecque, ainsi le neuvième jour à La Mecque correspondra au huitième jour dans l’autre pays. Ils jeûneront donc le neuvième jour qui correspondra au dixième jour à La Mecque. Ceci est l’avis le plus sûr, car le Prophète a dit :
 
« Jeûnez lorsque vous voyez apparaître le croissant de lune, et rompez le jeûne (du mois de ramadan) lorsque vous voyez apparaître le croissant de lune. »
 
Ceux dont la lune n’apparaît pas dans leur direction, ne peuvent pas être considérés comme ceux qui l’ont vue. De plus, l’unanimité est d’accord que l’apparition de l’aube et le coucher du soleil sont pris en compte différemment selon chaque contrée.
 
Il en est donc de même pour la détermination du calendrier des mois qui sera déterminée de la même façon que l’on détermine les horaires de la journée.
 
    •    Fatwa du cheikh Otheimine tirée de son recueil de fatwas
    •    Tome 20, page 47, question 405.
    •    Copié de fatawaislam.com

   bismillah d'après ce que humblement ,sais et lis ,il est préférable de Jeûner demain..... InchAllah

  ALLAH SAIT MIEUX


                                                                                       Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
« Dernière édition: Novembre 04, 2011, 04:52:54 par DELIVRE » Journalisée
convertie38
Invité
« Répondre #2 le: Novembre 04, 2011, 05:04:19 »
Share   Modifier le messageModifier

   bismillah

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh

  En effet jeûner le Samedi seul est interdit il faut le faire précéder d'un jour de jeûne.

  Je complète avec ce hadith :

  • Le prophète (sallallahû 'alayhi wa salam) a dit : ☆ « Ne jeûnez le samedi que pour vous acquittez d'un jeûne prescrit, si vous ne trouvez rien à manger ce jour-là, mâchez ne serait-ce que la peau d'un raisin ou une pousse d'arbre pour rompre le jeûne ». ☆
{Rapporté par Ahmed, Abu Dawud, At-tirmidhi, An nasâ'i, ibn Maja et al-Hakim qui dit qu'il répond aux conditions d'authentifications de Muslim}

❧ At tirmidhî qui le considère authentique a dit qu'il est blâmable de jeûner spécifiquement le samedi car les juifs glorifient ce jour.

 
Baraka Allahoû fik akhi Delivre pour toutes ses précisions bien complètes, je les avaient lu dernièrement.


 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
Journalisée
coco
Nouveau membre
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 22



Voir le profil
« Répondre #3 le: Novembre 04, 2011, 18:30:21 »
Share   Modifier le messageModifier

salem alaikoum si je comprend bien cela veut dire que si on a pas jeuné aujourd'hui on ne peut pas jeuner demain?
Barakallah ou fikoum!
Journalisée
DELIVRE
Invité
« Répondre #4 le: Novembre 04, 2011, 18:36:41 »
Share   Modifier le messageModifier

                                                                                      bismillah



                                                                              Salam Alaykoum



    et voici l'avis de Cheikh Al Albani  sur ce sujet :


« Certes, toute les louanges sont à Allah nous Le louons et nous Lui demandons aide et nous Lui demandons pardon.

Et nous demandons protection à Allah contre les méfaits de nos âmes et contre nos mauvaises œuvres celui qu’Allah guide personne ne peut l’égarer et celui qu’Il égare, personne ne peut le guider.

Et je témoigne qu’il n’y a de divinité (digne d’adoration) qu’Allah Seul, sans associés et que Mouhammad -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- est Son adorateur et Son Messager.



A l’occasion du jeûne du jour de ‘Achoura et vu les divergences des calendriers et agendas pour le définir entre le samedi et le vendredi, mais le plus important ici ce n’est pas de chercher les causes de cette divergence car mes propos ou l’idée qui me vient à l’esprit vont traiter le sujet du jour de ‘Achoura s’il concorde avec un jour où il a été interdit de jeûner.

Et ceci, que le jour de ‘Achoura concorde avec le vendredi, qui a été interdit de jeûner seul, ou qu’il concorde avec le samedi, qui a été interdit de jeûner dans tous les cas, qu’il soit accompagné d’un jour avant lui ou après lui, si ce n’est dans le cas où Allah l’a ordonné.

Il m’est passé par l’esprit le hadith suivant et son commentaire :

Le hadith suivant fait parti de ce qu’a rapporté l’Imam Mouslim -Qu’Allah lui fasse miséricorde- dans son sahih du hadith de Abi Qatada Al-Anssari -qu’Allah l’agrée- :
Que le Prophète -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- a été questionné sur le jeûne du jour de ‘Achoura et il a répondu :
« C’est un jour dont le jeûne expie les péchés de l’année passée. »

Et il a été questionné sur le jeûne de ‘Arafat et il a dit :
« Qu’il expiait l’année passé et l’année qui suit. »

Et on lui a dit qu’est ce tu dis du jeûne du lundi et il a dit :
« C’est le jour où je suis né et c’est le jour où j’ai été envoyé. »

Et dans une autre version :
« C’est le jour où le Coran a été descendu sur moi. »

Ce hadith englobe la stipulation du mérite de trois jours : un qui est hebdomadaire, et c’est le lundi, et deux qui sont annuels, et ce sont ‘Achoura et ‘Arafat.

Ce qui m’est passé par l’esprit, c’est d’attirer l’attention que, par rapport à ces trois jours qui sont vertueux et méritoires, se pose une question s’ils coïncident avec un jour que Le Sage Législateur a interdit pour une raison : est-ce que on maintient la règle de base qui est qu’ils sont méritoires ou on délaisse ce mérite quand il s’oppose à un jour interdit pour une raison ? C’est ici que se résout le problème auquel ne pense pas beaucoup de gens lors de ce type d’occasion.

Si le jour de ‘Achoura tombe un samedi, le Prophète -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- a dit à propos du samedi dans le hadith authentique :
« Ne jeûnez pas le samedi sauf ce qui vous a été rendu obligatoire. Et si l’un d’entre vous ne trouve que l’écorce d’un arbre, alors qu’il la mâche. »

La preuve, c’est que le Prophète -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- a interdit dans ce hadith authentique de jeûner le samedi quelque soit le cas, à part s’il est obligatoire, et ceci ne peut avoir lieu que dans ce qu’Allah a rendu obligatoire tel que le jeune du mois de Ramadan, qu’il soit accomplit à temps ou qu’il soit rattrapé, ou comme ce qu’un musulman s’est engagé envers Allah de jeûner, avec la possibilité qu’il y ait une divergence et un désaccord, s’il s’engage à jeûner un mois complet ou une semaine complète, il devient obligatoire pour lui et il devra jeûner ce mois ou cette semaine.

Mais quand à ce qui ne lui a pas été rendu obligatoire, tel que notre cas actuellement qui est le jeûne de ‘Achoura. Comme vous le savez, il expie une année passée de péchés, mais il n’est pas obligatoire.

De même pour ‘Arafat. ‘Arafat coïncide parfois avec le samedi, est-ce qu’on le jeune ? Non, on ne le jeûne pas, sauf dans ce qui vous a été ordonné, le hadith est explicite.

Si le lundi coïncide avec le jour de l’Aïd, comme le dernier ‘Aïd a coïncidé avec le jeudi, le jeudi étant aussi un jour de mérite que Le Sage Législateur a aussi incité de jeûner, alors si le jour de l’Aïd coïncide avec le lundi ou le jeudi, est-ce qu’on fait prévaloir le mérite ou l’interdit sur le mérite ?

Le problème se résout avec une règle scientifique de Oussoul Al-Fiqh (Fondements du fiqh) et qui est :

« Si une interdiction s’oppose à une autorisation, alors l’interdiction prévaut sur l’autorisation. »


Si deux textes s’opposent, et ceci est une règle très importante, dans lesquels il interdit ceci et il a fait ceci : il interdit de se marier avec plus de quatre femmes et il s’est marié avec plus de quatre femmes ; il interdit de boire debout et il a bu debout. Beaucoup, et beaucoup de choses comme cela. L’interdiction prévaut sur l’autorisation. Maintenant, ici, face au problème, si le jour de ‘Achoura est un samedi on ne le jeune pas car il n’est pas obligatoire.

Ainsi, comme nous avons remédié au problème du lundi et du jeudi quand il coïncide avec le jour de l‘Aïd, on a fait prévaloir l’interdiction sur le mérite de le jeûner, car il s’oppose à l’interdit. Nous avons dit :

« Nous ne jeûnons pas le lundi et le jeudi s’il coïncide avec le jour de l‘Aïd, de même nous ne jeûnons pas le samedi s’il concorde avec un jour méritoire. »

Nous sommes souvent questionnés à propos d'une personne qui fait le meilleur des jeûnes, tel qu’il est mentionné dans le hadith du Prophète -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- qui est le jeûne de Daoud-Bénédiction d’Allah sur lui-: il jeûne un jour et il mange un jour. Cela arrive qu’il coïncide avec le samedi, est-ce qu’il le jeûne ? Nous lui disons : non, car il n’est pas obligatoire, donc délaisse-le.

Pareillement, si un des jours de pleine lune, le treize, le quatorze ou le quinze, coïncide avec le samedi, est-ce que nous le jeûnons ?

La réponse est : Non !

Et ainsi, prenez cette règle et reposez vous : ne jeûnez pas le samedi sauf pour ce qui vous a été rendus obligatoire.

Si un opposant émet une objection, renvoyez-le au cas de l’Aïd, et il ne pourra en aucun cas y échapper, et personne ne choisira de jeûner le jour de l’Aïd s’il coïncide avec un jour méritoire comme le lundi et le jeudi. Qu’est ce que l’opposant va faire ici si c’est un savant ? Il reviendra sur ses pas, il dira nous ne le jeûnons pas. Pourquoi ? Car le Prophète -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- a interdit de jeûner le jour de l’Aïd. Il aura donc fait passer l’interdiction avant l’œuvre méritoire. Ceci est une règle absolue, ainsi reposez vous.

C’est ce dont je voulais faire le rappel à l’occasion du hadith de Abou Qatada -qu’Allah l’agrée- dans lequel est rassemblé le mérite des trois jours. Comment remédier à ses œuvres méritoires quand elles s’opposent à l’interdiction ? L’interdiction prévaut sur le mérite.

Mais, j’ai précédemment fait le rappel, et je répète le rappel, car le rappel est bénéfique pour le croyant et avec ceci je termine cette assise en ce qui me concerne. Ainsi je dis, il (le Prophète) -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- a dit :
« Celui qui délaisse une chose pour Allah, Allah lui remplace par quelque chose de meilleur. »

Quand le musulman délaisse le jeûne du lundi ou le jeûne du jeudi, car il coïncide avec une interdiction, a-t-il délaissé le jeûne ce jour-là ou l’autre en vain ou par obéissance au Sage Législateur et à Son noble Prophète ?

Donc, il a délaissé le jeûne de ce jour pour Allah, alors est-ce qu’il est perdu en vain ?

La réponse est : Non ! Car le Prophète -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- a dit :
« Celui qui délaisse une chose pour Allah, Allah lui remplace par quelque chose de meilleur. »

J’espère que vous retiendrez de moi ces deux paroles, celui qui s’oppose à vous [en vous disant] :

« Comment délaisserez tu le jeûne de ‘Achoura alors qu’il expie une année passée et le jour de ‘Arafat alors qu’il expie deux années, à cause de ce hadith ? Ô mon frère c’est un hadith étrange, c’est un hadith faible. »

Ce hadith est authentique et toute personne qui le rend faible, c’est lui qui est faible et affaibli, car il le rend faible sans science.

En bref, celui qui émet une objection, répondez lui :

« Pourquoi ne jeûnes-tu pas le lundi quand il tombe le jour de l’Aïd ? »

Il répondra car il a été interdit de jeûner le jour de l’Aïd. Notre réponse est exactement la même que la tienne.

Et retenez la deuxième chose qui est le hadith du Messager -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- :
« Celui qui délaisse une chose pour Allah, Allah lui remplace par quelque chose de meilleur. »

Notre situation actuelle ou aujourd’hui, si ‘Achoura est le vendredi comme c’est le cas du calendrier jordanien, alors nous jeûnerons le vendredi car nous avons jeûné le jeudi et nous aurons eu une expiation d’une année. Et si cela est comme cela nous a été rapportés de l’Arabie Saoudite, que ‘Achoura sera samedi, alors nous le délaisserons et nous n’aurons rien perdu.

Quoi qu’il en soit, comme il est dit dans le proverbe du Châme : nous sommes comme la scie qui mange en remontant et en descendant, dans tous les cas nous sommes gagnants, que ‘Achoura soit demain ou après-demain, car si c’est demain, nous le jeûnerons car nous avons devancé avant le vendredi le [jeûne du] jeudi. Et si c’est après-demain, nous le délaisserons pour Allah, et Allah nous le remplacera par quelque chose de meilleur.

Ceci est ce dont je voulais vous faire le rappel.

Et gloire et pureté à Toi, Ô Seigneur et à Toi la louange. J’atteste qu’Il n’y a pas d’autre divinité (digne d’adoration) que Toi. Et je Te demande pardon et me repent à Toi. »


ALLAH EST SEUL SAVANT


                                                                                 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
Journalisée
DELIVRE
Invité
« Répondre #5 le: Novembre 04, 2011, 18:50:23 »
Share   Modifier le messageModifier

                                                                                           bismillah



                                                                         Salam Alaykoum


   Soubhan' Allah voici un avis qui a été donné par les Ulama  du Bled      MachAllah

   "Vous pouvez jeûner demain samedi avec l'intention (An-Niyya) de Arafat " et

   ALLAH SAIT MIEUX

    Soubhan' Allah plusieurs Ulama ont dit oui,d'autres,non ......

   On ne jeûne que par intention de ARAFAT        bismillah

   Personnellement je le fais   InchAllah


                                                                        Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
« Dernière édition: Novembre 04, 2011, 18:52:03 par DELIVRE » Journalisée
ibn al quaim
Membre très actif
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Localisation: algerie
Messages: 4239



Voir le profil
« Répondre #6 le: Novembre 05, 2011, 09:35:23 »
Share   Modifier le messageModifier



 Salam Alaykoum



Question : Je voudrai savoir s'il y a un problème à ce que je garde le jeûne le samedi uniquement, c'est à dire sans le faire précéder ou suivre par le jeûne d'un autre jour ?



Réponse : En ce qui concerne le fait de jeûner le samedi, plusieurs cas de figure différents peuvent se présenter:

 

S'il s'agit d'un sawm (jeûne) obligatoire, comme celui du Ramadhân par exemple, il n'y a bien évidemment aucun problème à l'accomplir en ce jour.

 

Dans le cas où une personne accomplit un sawm non obligatoire le samedi après avoir jeûné également le vendredi ou avec l'intention de jeûner le lendemain, il n'y a là encore aucun mal.

Il est en effet rapporté au sujet d'une des épouses du Prophète Mouhammad (sallallâhou 'alayhi wa sallam) qu'elle avait jeûné un vendredi. Le Prophète Mouhammad (sallallâhou 'alayhi wa sallam) lui dit : "As-tu jeûné hier ?" Elle répondit : "Non." Il (sallallâhou 'alayhi wa sallam) la questionna : "Vas-tu jeûner demain ?" Elle répondit à nouveau par la négative. Le Prophète Mouhammad (sallallâhou 'alayhi wa sallam) lui demanda alors de rompre son jeûne. (Sounan Nasaï)

Dans une autre Tradition, il est rapporté qu'on questionna Oummou Salmah (radhia Allâhou anhâ) et Aïcha (radhia Allâhou anhâ) en ces termes "Quels étaient les jours où le Prophète Mouhammad (sallallâhou a'layhi wa sallam) jeûnait le plus ?" Elle répondirent que c'étaient les samedis et les dimanches. (Sounan Nasaï) 1

 

Si le samedi coïncide :

        - avec une date où le sawm est légiféré (comme les ayâm oul bîdh (13ème, 14ème et 15ème de chaque mois), yawm 'arafah, yawm âchoûrah...),

        ou

        - avec un jour où une personne a déjà l'habitude de garder le jeûne (elle pratique par exemple le sawm dâoûd, c'est à dire qu'elle jeûne un jour sur deux),

        il est tout à fait permis d'y accomplir le sawm.

 

C'est le caractère du jeûne (non obligatoire) qui est accompli le samedi seulement (sans que cela ne corresponde à une habitude préalable ou à une date particulière durant laquelle le sawm est légiféré) qui fait l'objet de certaines divergences entre les oulémas :

 

Selon l'avis des châféites (présenté par An Nawawi (rahimahoullâh) dans "Al Madjmou'") et celui qui fait autorité chez les hambalites (voir "Al Moughniy" - c'est là également l'opinion de certains oulémas hanafites, suivant des indications présentes dans "Kanz oud Daqâïq" et son Char'h "Al Bahr our Râïq"), ce type de jeûne est déconseillé (makroûh tanzîhi). Cette opinion repose sur un Hadith rapporté par Abdoullâh ibn Bousr (radhia Allâhou anhou) de sa soeur, As Sammâ (radhia Allâhou anha), et dans lequel le Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) dit: "Ne jeûnez pas le samedi sauf s'il s'agit de quelque chose de prescrit (...)."

Il est important de souligner cependant que la validité de ce Hadith fait l'objet de divergences entre les oulémas. En effet, si de grands savants (tels que At Tirmidhi (rahimahoullâh), Aboû Dâoûd (rahimahoullâh), Ibnou Khouzeïmah (rahimahoullâh), Ibnou Hibbân (rahimahoullâh), Al Hâkim (rahimahoullâh), Aboû Dâoûd (rahimahoullâh), Ibnous Sakan (rahimahoullâh), Adh Dhiyâ' al maqdisiy (rahimahoullâh), Ibnou Qoudâmah (rahimahoullâh), Adh Dhahabiy (rahimahoullâh), Al 'Irâqiy (rahimahoullâh) et, parmi les contemporains, Al Albâni (rahimahoullâh)) sont d'avis qu'il est sahîh (authentique), d'autres non moins illustres oulémas ne partagent pas cet avis : Ainsi, Ibnou Chihâb Az Zouhriy (rahimahoullâh), Al Awzâï (rahimahoullâh), Mâlik Ibnou Anas (rahimahoullâh), Yahyâ Ibn Saïd Al Qattân (rahimahoullâh), Ahmad Ibn Hambal (rahimahoullâh), Abou Bakr ibnoul Athram (rahimahoullâh), An Nasaï (rahimahoullâh), At Tahâwiy (rahimahoullâh), Ibnou Taymiyah (rahimahoullâh), Ibnou Hadjar (rahimahoullâh) et, parmi les contemporains, Ibnou Bâz (rahimahoullâh) remettent en question (pour des raisons différentes) la possibilité d'argumenter à partir de cette Tradition.


 

Selon un avis rapporté de l'Imâm Abou Hanîfah (rahimahoullâh) (c'est celui présenté par At Tahâwi (rahimahoullâh) dans son "Char'h Ma'âniy oul Âthâr") et selon l'avis de l'Imâm Mâlik (rahimahoullâh) (rapporté par Ibnou Abdil Barr dans "Al kâfi fî fiqh ahlil madînah"), il est tout à fait permis de jeûner uniquement le samedi. Ceux qui soutiennent cette opinion sont d'avis qu'il n'y a pas de Hadith suffisamment fiable et explicite pour limiter la portée des nombreuses Traditions authentiques qui autorisent le jeûne à n'importe quel moment de la semaine et de l'année (exception faite d'un nombre de dates très limités).

Pour ce qui est du Hadith cité précédemment et à partir duquel le premier groupe de oulémas ont établi leur position, ces savants avancent généralement deux hypothèses :

 

Le jeûne unique du samedi était effectivement condamné au début de l'Islam; par la suite, cela fut autorisé: C'est ce que soutient notamment l'Imâm Abou Dâoûd (rahimahoullâh).

 

La condamnation concerne celui qui agit de la sorte pour sanctifier le samedi comme le font les yahoûd : C'est là l'interprétation de l'Imâm At Tahâwi (rahimahoullâh).

Wa Allâhou A'lam !


Notes :

1- Cheikh Albâni (rahimahoullâh) a, pour sa part, un avis singulier à ce sujet : Il considère de façon systématique que l'accomplissement d'un jeûne non obligatoire le samedi n'est pas autorisé. Voir à ce sujet "Irwâoul Ghalîl" - Volume 4 / Page 118 et "Tamâm oul Minnah" - Page 407.

Sheikh Mohammed Patel
Journalisée
DELIVRE
Invité
« Répondre #7 le: Novembre 06, 2011, 20:36:59 »
Share   Modifier le messageModifier

                                                                              bismillah



                                                                           Salam Alaykoum



  Baaraka Allah ou fik mon cher Frère Wink Ibn al Quaim pour cet apport d'éclaircissement 

   MachAllah


                                                                                  Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
Journalisée
   

Apprenez la priere à vos enfants
 Journalisée
Pages: [1]
  Ajouter aux favoris  |  Imprimer  

 
Aller à:  

 Développé par TOOLYNK, agence de développement d'applications web et mobile à Lyon & Paris
Technologies: Javascript, React, React Native, Angular, Java, Symfony, .NET, Réalité Virtuelle