Forum de la Grande Mosquee de Lyon
Nouvelles: Téléchargez sans plus attendre la GML tool, la barre d'outils 100% islamique, 100% Grande Mosquée de Lyon !!
 
*
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Charte du Forum  
Favoris  
Coran 
GML TV
connectez vous !

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session


Pages: [1]
  Ajouter aux favoris  |  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Le père peut-il reconnaître son enfant né d'une relation hors mariage ?  (Lu 22712 fois)
0 Membres et 2 Invités sur ce fil de discussion.
AminaR
Nouveau membre
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Localisation: FRANCE
Messages: 3



Voir le profil
« le: Mars 10, 2011, 14:44:01 »
Share   Modifier le messageModifier

Assalam 'alikoum,

Voilà, j'ai un sujet qui me pose de très gros soucis en ce moment :

-Un homme a eu une relation sexuelle illégitime avec une femme HORS MARIAGE et celle-ci est tombé enceinte et n'en n'a pas informé cet homme.
-Plus tard l'homme se marie et a un garçon au sein de son mariage.
-Maintenant l'enfant qui a été conçu hors mariage a 8 ans et sa mère est revenu voir cet homme pour lui demander de reconnaître cette enfant. Et qu'elle souhaitait que l'enfant connaisse son père.

Voilà l'exposé des faits - desormais je vais poser mes questions :

1/L'homme peut-il oui ou non reconnaître cette enfant et de ce fait qu'il porte son nom alors même qu'il est né d'une relation hors mariage ?
2/Que pensez vous de la relation que doit avoir cet enfant dit "illigitime" avec son fils né au sein de son mariage qui génétiquement parlant est son demi-frère ?
3/Quel rôle dois-je avoir sa femme actuelle (toujours selon la loi islamique) dans cette histoire et vis à vis de cet enfant qui n'y est pour rien mais qu'elle ne considérera jamais comme son fils ?

Je tiens juste à préciser que je souhaite des réponses de "scientifique" de l'islam et pas des réactions emotionnelles sur les actes de cet homme ou de cette femme. Par avance merci.

Barakallah o fikoum pour votre aide et vos eclairssissement.
Assalam 'alikoum.
« Dernière édition: Mars 10, 2011, 16:38:00 par Zahiya » Journalisée
DELIVRE
Invité
« Répondre #1 le: Mars 10, 2011, 14:46:40 »
Share   Modifier le messageModifier

                                                 bismillah




                                          Salam Alaykoum



    baraka2  mes chers Rire Mouslim et Sourire Mouslima Wink de ne pas apporter d'avis personnels

  sur ce Fil   bismillah mais que des réponses scientifico-islamiques  InchAllah

  Encore  baraka2  Wink


                                                        Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
« Dernière édition: Mars 10, 2011, 16:38:11 par Zahiya » Journalisée
ibn al quaim
Membre très actif
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Localisation: algerie
Messages: 4239



Voir le profil
« Répondre #2 le: Mars 10, 2011, 16:00:42 »
Share   Modifier le messageModifier


 Salam Alaykoum


 L’enfant appartient au lit et le fornicateur reçoit la pierre

Selon un hadith prophétique cité par Mouslim, le Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur Lui) a dit : « l’enfant appartient au lit et le fornicateur reçoit la pierre ». L’imam an-Nawawi a dit : « le terme  ‘al-a’air’ signifie fornicateur et l’expression « le fornicateur reçoit la pierre » signifie qu’on lui réserve la déception car il n’a aucun droit sur l’enfant. Les arabes disent familièrement : « Un tel recevra la pierre » c’est-à-dire qu’il sera déçu.

• La filiation de l’enfant naturel n’est pas établie  par rapport à son père.

Sur la base du noble hadith prophétique : « l’enfant appartient au lit et le fornicateur reçoit la pierre», les jurisconsultes soutiennent que la filiation de l’enfant naturel n’est pas établie par rapport à son père du point de vue légal. Autrement dit, il n’existe aucun lien de paternité légal entre l’enfant et son auteur et celui ci ne pourrait pas l’obtenir par reconnaissance, d’après les dires des jurisconsultes.

• Les avis des jurisconsultes sur la non affiliation de l’enfant naturel à son père

Premièrement, Ibn Hazm az-Zahiri dit : «  le Prophète (bénédiction et salut soient sur Lui) a d’un seul coup écarté tous les enfants adultérins quand il a dit : « le fornicateur recevra la pierre ».

Le fornicateur est passible d’une peine et ne pourrait pas obtenir l’enfant par reconnaissance. Car l’enfant doit être affilié à sa mère qui l’a mis au monde et ne sera pas affilié à son père ; il peut hériter de sa mère et celle-ci aussi peut hériter de lui. En effet, le Prophète (bénédiction et salut soient sur Lui) a établi la filiation de l’enfant à sa mère en cas de désaveu de paternité, et l’a niée au père.

Deuxièmement, selon le droit malékite, « le sperme du fornicateur est vicié et il ne peut pas lui donner un droit sur l’enfant (issu de ses oeuvres) par reconnaissance ».

Troisièmement, le droit hanafite dit : « Quelqu’un a avoué avoir forniqué avoir une femme de condition libre et qu’un enfant en est né et il a été appuyé en cela par la femme en question. Dans ce cas , la filiation de l’enfant ne sera établi à aucun des intéressés, compte tenu des propos du Prophète (bénédiction et salut soient sur Lui) : « l’enfant appartient au lit et le fornicateur reçoit la pierre» car le fornicateur n’a pas de lit. Le Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur Lui) a réservé au fornicateur la pierre, ce qui signifie qu’il n’a aucun droit de paternité.

• L’enfant adultérin est affilié à sa mère

L’enfant adultérin ne peut pas être affilié à son auteur fornicateur par sa reconnaissance par celui-ci comme nous l’avons déjà dit. Mais il sera affilié à sa mère s’il s’avère que c’est celle qui l’a bien mis au monde.

Dans le Mabsout d’al-Sarakhsi, il  est écrit : «  Si quelqu’un avoue avoir forniqué avec une femme et prouve qu’un enfant en est né et reçoit la confirmation des faits par sa partenaire, aucun des deux intéressés n’obtiendra l’affiliation de l’enfant, compte tenu des propos du Prophète (bénédiction et salut soient sur Lui) : « l’enfant appartient au lit et le fornicateur reçoit la pierre». Car le fornicateur n’a pas de lit. Si l’accoucheuse atteste la naissance de l’enfant, l’affiliation est établie par rapport à la femme, à l’exclusion de l’homme car l’établissement de l’affiliation dépend de l’enfantement constaté par l’accoucheuse ayant assisté physiquement à la délivrance ».

Dans les Fatawa indiennes de droit hanafites, il est écrit : «  Si quelqu’un fornique avec une femme et que celle-ci tombe enceinte et qu’il l’épouse ensuite avant qu’elle ne mette son enfant au monde. Si l’accouchement a lieu dans six mois ou plus, la filiation est établie par rapport au père. Si l’accouchement a lieu dans moins de six mois, la filiation ne sera établie par rapport au père que s’il la réclame en se contentant d’affirmer qu’il est son enfant sans préciser qu’il l’ait fait grâce à la fornication. Car s’il va jusqu’à faire cette précision, il perd son droit à la paternité et l’enfant n’héritera pas de lui ».

Dans al-Moughni d’Ibn Qudama, le hanbalite, on lit : «  L’enfant qui a fait l’objet d’un désaveu de paternité peut être affilié à son père sur la demande de ce dernier. Quant à l’enfant naturel, il ne peut pas être affilié à son auteur par sa reconnaissance par celui-ci, même s’il en fait la  demande selon l’avis de la majorité des ulémas. L’avis le plus juste est que l’enfant naturel ne peut pas être affilié au fornicateur, que celui-ci épouse sa partenaire pendant sa grossesse et qu’elle accouche moins de six mois après la conclusion du mariage ou accouche sans mariage.

Mais si le père demande à ce que l’affiliation lui soit établie sans préciser que l’enfant est illégitime, on le lui attribue par rapport aux dispositions qui lui sont applicables ici-bas. Ce serait aussi le cas s’il épousait sa partenaire pendant sa grossesse et que celle-ci accouche après la durée minimale d’une grossesse et que l’homme observe le silence ou réclame l’enfant sans préciser qu’il est illégitime. Dans ces cas, lui est reconnue une affiliation impliquant l’application des dispositions légales régissant les affaires d’ici-bas.



Extrait du livre intitulé al-mufassal fi ahkam almar’a, p. 381.
« Dernière édition: Mars 10, 2011, 16:38:24 par Zahiya » Journalisée
AminaR
Nouveau membre
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Localisation: FRANCE
Messages: 3



Voir le profil
« Répondre #3 le: Mars 13, 2011, 21:41:40 »
Share   Modifier le messageModifier

assalam a'hlikoum,

Une dernière question se pose à nous en fonction des réponses que vous nous avez fournis et pour lesquelles je vous en suis ultra-reconnaissante. Qu'allah vous en récompense.

S'il n'a pas le droit de le reconnaître et de lui donner son nom. Quelle est la limite de la relation qu'il doit entretenir avec cet enfant ? A t il le droit d'avoir des contacts avec lui ? Bien evidemment toujours le respect des lois islamiques.

Barakallah ou fikoum.
Journalisée
damien.s
Nouveau membre
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Âge: N/A
Localisation: caen
Messages: 2



Voir le profil
« Répondre #4 le: Octobre 15, 2013, 14:40:39 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum

Je suis dans une situation similaire. j ai eu des rapports illicite alors que je n etais pas reconvertis a l islam. je me suis reconvertis depuis et mon ex compagne va incha allah acoucher bientot. et outre le fait que cet enfant ne puisse porter mon nom je ne sais pas si j ai le droit islamiquement parlant de m occuper de cet enfant. peut etre a tu eu des reponses et pourrai tu m eclairer incha allah

qu allah nous guide.

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
Journalisée
Musc_88
Invité
« Répondre #5 le: Octobre 16, 2013, 13:44:37 »
Share   Modifier le messageModifier




Le statut de l’enfant adultérin et sa filiation

Il a été authentifié que le Messager d’Allâh (sallallahu ‘alayhi wa sallam) a dit :
« L’enfant appartient au lit et le fornicateur reçoit la pierre » [1]. L’imâm an-Nawawî dit de ce hadîth dans son commentaire :
Les savants disent que le terme « al-‘Ahir » signifie « le fornicateur » et l’expression « le fornicateur reçoit la pierre »
signifie que pour lui ce sera l’échec, car il n’a aucun droit sur l’enfant. Les arabes disent traditionnellement :
« Un tel recevra la pierre » c’est-à-dire qu’il sera banni, rejeté, voué à l’échec. [2]

Les savants de Lajnah ad-Dâ-îma ont expliqué que le point de vue le plus authentique selon les paroles des savants,
est que l’enfant adultérin ne doit pas être affilié à son auteur, à moins que des rapports intimes
aient eu lieu dans le cadre d’un mariage authentique ou touché de vice, ou comme un mariage suspect ou avec une servante.
Dans de tels cas, l’enfant peut être affilié à l’homme ayant commis la fornication, et ils peuvent hériter l’un de l’autre.
Mais s’il s’agit d’un cas de fornication, l’enfant ne peut pas être affilié à son auteur.
Et sur cette base, il ne peut hériter de lui. [3] Ainsi, les enfants adultérins doivent être affiliés à leurs mères et
non pas à l’homme selon le dire le plus authentique. [4]

Les savants de Lajnah disent encore que l’enfant adultérin n’assume aucune responsabilité du fait de
l’acte sexuel illicite commis par ses parents, parce qu’il n’y est pour rien. Bien au contraire,
ils sont seuls responsables de leur péché. Allâh – Ta’âla – dit :
« Allah n’impose à aucune âme une charge supérieure à sa capacité. »
 [5]

Et Ses propos :
« Et nul ne portera le fardeau d’autrui. »
[6]


Aussi, son sort dans l’au-delà est comme celui des autres, s’il obéit à Allâh, accomplit de bonnes œuvres et meurt musulman,
il entrera au paradis. S’il désobéit à Allâh et meurt mécréant, il entrera en enfer.
S’il mélange de bonnes et mauvaises actions et meurt musulman, son sort dépend d’Allâh.
Il peut soit lui pardonner, soit le châtier, mais il finira par entrer au paradis par la grâce et la miséricorde d’Allâh.
Quant au hadîth qui dit que l’enfant adultérin n’entrera pas au paradis, il est inventé. [7] [8]

Notes

[1] Rapporté par Muslim

[2] Charh an-Nawawî ’ala Sahîh Muslim, 5/278-280

[3] Fatâwa Al-Lajnah Ad-Dâ-ima lil-Bouhouth Al-’Ilmiyyah wal-Iftâ, 20/387

[4] Fatâwa Al-Lajnah Ad-Dâ-ima lil-Bouhouth Al-’Ilmiyyah wal-Iftâ, 22/25

[5] Coran, 2/286

[6] Coran, 17/15

[7] Fatâwa Al-Lajnah Ad-Dâ-ima lil-Bouhouth Al-’Ilmiyyah wal-Iftâ, 20/395-396

[8] Voir pour plus de détails « ach-Charh ul-Moumti’ ’ala Zâd il-Moustaqni’ »
du SHeikh Ibn ’Uthaymîn, 13/305-307

************************************************************************************


Le Prophète Salla Allahou Alaihi Wa Sallam a dit:
« L’enfant adultérin ne portera pas le fardeau de ses (père et mère). »
(Al Hakem)

Allah dit: « Et n’approchez point la fornication. En vérité c'est une turpitude et quel mauvais chemin ! »
(sourate 17/verset 32)

Le Prophète Salla Allahou Alaihi wa Sallam a dit: « Le fornicateur, Az-Zani,
n'est pas croyant au moment où il fornique. »
(Boukhari et Muslim)

C’est à dire qu’il perd sa foi en Allah au cours de la perpétration de ce péché,
mais heureusement il lui subsiste l’origine (la source) de la foi.

Celui qui a commis ce péché est ordonné de se repentir auprès d’Allah d’un repentir sincère.
Les conditions du repentir sincère sont : la sincérité (Al Ikhlass), la renonciation (c.à.d. abandonner le péché),
le regret (regretter ce que vous avez commis) et la détermination (se résoudre à ne plus récidiver).

Quant à l'enfant, il s'apparente à sa mère et aucune relation ne le lie à son père de fornication,
la filiation ne peut être établie entre un enfant et son père naturel (et non légitime).


En fait La majorité des Oulémas, ont énoncé que l’enfant ne peut pas
être affilié au fornicateur qui commis le péché avec sa mère.

Islamweb.

Salam Alaykoum
Journalisée
   

Arabe Pour francophones
 Journalisée
Pages: [1]
  Ajouter aux favoris  |  Imprimer  

 
Aller à:  

 Développé par TOOLYNK, agence de développement d'applications web et mobile à Lyon & Paris
Technologies: Javascript, React, React Native, Angular, Java, Symfony, .NET, Réalité Virtuelle