Forum de la Grande Mosquee de Lyon
Nouvelles: Téléchargez sans plus attendre la GML tool, la barre d'outils 100% islamique, 100% Grande Mosquée de Lyon !!
 
*
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Charte du Forum  
Favoris  
Coran 
GML TV
connectez vous !

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session


Pages: [1]
  Ajouter aux favoris  |  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: qu'est ce qui est autorisé a un "couple" aprés le halal?  (Lu 33322 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
walid69
Nouveau membre
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Localisation: 69008
Messages: 4



Voir le profil
« le: Novembre 02, 2010, 17:30:12 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum

j'aurai voulu savoir qu'est ce qui est autorisé a un couple aprés avoir fait le halal avec l'imam?
peut il habité ensemble?ou faut t-il attendre d'avoir fait le mariage a la mairie?
est ce qu'il sont vraiment considéré comme couple ou ce sera seulement aprés le mariage a la mairie insha Allah
pour les rapport? bref toute les question qu'on pourrait ce posé
merci d'avance pour vos reponse
 baraka2 mes freres et soeur
Journalisée
walid69
Nouveau membre
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Localisation: 69008
Messages: 4



Voir le profil
« Répondre #1 le: Novembre 04, 2010, 15:19:09 »
Share   Modifier le messageModifier

personne pour m'aidé svp?
 baraka2
Journalisée
oum nawel
Nouveau membre
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Localisation: lyon
Messages: 49



Voir le profil
« Répondre #2 le: Novembre 04, 2010, 15:31:39 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum.   Akhi le plus important c est le hallal donc mariage religieux avec témoins ect. Comment faisaient nos ancêtres quand il n'y avait pas de mairie?Huh?
Journalisée
visite
Invité
« Répondre #3 le: Novembre 04, 2010, 15:53:40 »
Share   Modifier le messageModifier

 
bismillah

 Salam Alaykoum

Pour avoir toutes les réponses à tes questions je te conseille de te documenter sur le mariage en Islam, tu verras que dans cette rubrique riche en informations, tu trouveras toutes les réponses en rapport avec tes questions, car c'est important de comprendre que le passage à la mairie n'est pas une condition de validité du mariage devant Allah Razza wa jal c'est autre choses qui est important devant Allah Razza wa jal.
Apprend et comprend les conditions de la validité du mariage selon l'Islam et là  InchAllah tout sera plus clair pour toi Smiley
Qu'Allah Le Très Haut te facilite Amine
Allahu akbar! Smiley
 Salam Alaykoum
Journalisée
Tantine
Invité
« Répondre #4 le: Novembre 04, 2010, 16:02:36 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum

"j'aurai voulu savoir qu'est ce qui est autorisé a un couple aprés avoir fait le halal avec l'imam?"

(d'ALLER FAIRE LE CONTRAT DE MARIAGE) normalement il aurais du vous demander le contrat écrit avant ,non?

Le mariage officieux et ses conséquences***********a lire à relire et a faire lire!!!!


Question

Nous entendons parfois que le mariage officieux est valide et qu’il entraîne toutes les conséquences habituelles du mariage et parfois nous entendons que le mariage officieux est une forme de fornication et non pas un mariage valide. Cette question fait-elle l’objet de divergences entre les juristes ? L’enregistrement du mariage auprès des instances officielles est-il une condition sine qua non de la validité du mariage ?
Réponse de Sheikh Husâm Ad-Dîn Mûsâ `Afânah

On entend souvent par mariage officieux (zawâj `urfî) tout mariage remplissant les piliers et les conditions exigées par la religion sans être enregistré par un document officiel, comme une déclaration auprès du tribunal islamique. Il arrive parfois qu’une reconnaissance de mariage faisant office de contrat soit signée en présence du walî et des témoins. C’est dans ce sens que cette expression est employée habituellement par les auteurs traitant des affaires de mariage et de statut personnel.

Cependant, certaines personnes emploient l’expression « mariage officieux » pour désigner un arrangement passé entre un jeune homme et une jeune femme ; celui-ci demanderait par exemple à cette dernière : « Acceptes-tu de m’épouser ? » Et celle-ci de répondre : « J’accepte d’être ton épouse. » Puis ils rédigent une sorte de contrat avec ou sans le concours d’un avocat. Les arrangements de ce type se sont répandus dans de nombreux pays et commencent à faire leur apparition chez nous également.

Il va sans dire que les arrangements appartenant à cette seconde catégories sont nuls et non avenus, et que de tels arrangements ne peuvent guère être considérés comme un mariage valide au regard de la religion ; il s’agit bel et bien de fornication — que Dieu, Exalté soit-Il, nous en préserve —. Les dispositions tombant dans la première catégorie sont quant à elles valides islamiquement, et c’est même cette forme qui prévalait parmi les musulmans dans le passé avant qu’il ne rentre dans les us d’enregistrer le mariage par un document officiel et que les lois de statut personnel rendent l’enregistrement du mariage obligatoire.

Il ne fait pas de doute que le mariage se déroulait dans le passé sans document et sans enregistrement, comme le rappelle le Sheikh de l’Islam Ibn Taymiyah — que Dieu lui fasse miséricorde — : « Les Compagnons — que Dieu les agrée — n’avaient pas pour habitude d’inscrire les mariages car il n’était pas courant de se marier avec un arriéré de dot. Ils versaient l’intégralité de la dot initialement, et s’il leur arrivait de recourir à un arriéré, (son montant) était connu. Par la suite, lorsque l’arriéré de dot est devenu une pratique courante et l’oubli faisant son œuvre au fil du temps, les gens ont pris l’habitude d’enregistrer l’arriéré et ce document est devenu par la même occasion une preuve du mariage et que la femme est bien l’épouse (de son mari). » [1]

Toutefois, l’enregistrement du mariage est devenu indispensable, et que nul ne suggère de revenir à la pratique de nos prédécesseurs consistant à ne pas enregistrer les mariages. En effet, il n’y a aucune comparaison possible entre nous et nos prédécesseurs. Beaucoup de gens n’ont plus aucune conscience, la piété est devenue rare et la piété scrupuleuse a presque totalement disparue à notre époque. C’est pourquoi j’insiste sur la nécessité d’enregistrer le mariage à l’aide d’un document officiel. Je reste convaincu que celui qui se marie officieusement ou marie sa fille de cette manière commet un péché au regard de la loi islamique, bien que le mariage officieux remplissant les critères de validité du mariage islamique soit valide islamiquement. Car il a beau être valide, il n’en est pas moins illicite, à l’image de celui qui accomplit le pèlerinage avec de l’argent illicite : son pèlerinage est valide mais en l’accomplissant de cette manière il commet un péché au regard de la loi islamique.

L’Imâm An-Nawawî dit : « Si un individu accomplit le pèlerinage à l’aide d’un argent illicite, ou à l’aide d’une monture volée, il commet un péché, bien que son pèlerinage soit valide et suffisant à notre avis. Cette opinion est aussi celle d’Abû Hanifah, de Mâlik et d’Al-`Abdurî et c’est celle adoptée par la plupart des juristes. » [2] De même, la prière sur une terre arrachée par la force est valide, bien que l’oppresseur commette un péché en y priant. L’Imâm An-Nawawî dit : « La prière sur une terre arrachée par la force est jugée illicite à l’unanimité, bien qu’elle demeure valide selon nous et selon la majorité des juristes et des spécialistes des fondements. » [3]

Il est notoirement connu que la rédaction et l’enregistrement des contrats, de quelque type qu’ils soient, sont ordonnés par la loi islamique, notamment à notre époque où beaucoup de gens ne sont plus dignes de confiance, avec une baisse de la religiosité et de la piété et la propagation de la convoitise et de l’avidité. Se reposer sur le facteur de la confiance mutuelle ne fournit plus de garantie car les cœurs des gens et leurs états sont changeants.

Dieu — Exalté soit-Il — a ordonné d’enregistrer les dettes dans Sa Parole : « Ô les croyants ! Quand vous contractez une dette à échéance déterminée, mettez-la en écrit ; et qu’un scribe l’écrive, entre vous, en toute justice ; [...] Ne vous lassez pas d’écrire la dette, ainsi que son terme, qu’elle soit petite ou grande : c’est plus équitable auprès d’Allah, et plus droit pour le témoignage, et plus susceptible d’écarter les doutes. » [4] Il s’agit d’un commandement divin concernant la monnaie sonnante et trébuchante car les écrits préservent les droits. À plus forte raison, nous devons recourir aux écrits pour la préservation de l’honneur et des filiations.

À cela s’ajoute le fait qu’il est obligatoire que les gens respectent la loi relative au statut personnel, car l’obéissance à la loi procède de l’obéissance à celui qui détient le commandement (waliyy al-amr) dans le convenable, d’autant que cela réalise l’intérêt général et protège les droits des individus, notamment les droits des femmes et des enfants.

Il est en effet de notoriété publique que les musulmans se réfèrent dans nos pays aux tribunaux islamiques dans les affaires relatives au statut personnel telles que le mariage, le divorce et l’héritage, et que la loi régissant le statut personnel découle de la législation islamique. Il est donc obligatoire de la respecter. Al-Bukharî et Muslim rapportent en effet que le Messager — paix et bénédictions sur lui — dit : « L’obéissance n’est due que dans le convenable. » Ils rapportent également d’après Ibn `Umar — que Dieu l’agrée ainsi que son père — que le Prophète — paix et bénédictions sur lui — dit : « L’écoute et l’obéissance est un droit (du souverain) tant qu’il n’ordonne pas une transgression ; s’il ordonne une transgression alors point d’écoute ni d’obéissance. »

À ceux qui édictent des fatwas préconisant de ne pas enregistrer le mariage officiellement et y incitent les gens, je voudrais rappeler quelques conséquences du mariage officieux :

L’époux peut nier s’être marié, que deviendraient alors l’épouse et les enfants ?

Il est en effet connu que, dans certaines législations, la loi de statut personnel interdit aux tribunaux de recevoir les plaintes relatives au mariage ou de reconnaître ledit mariage sauf à produire un document officiel le prouvant. Telle est la position suivie par les tribunaux égyptiens depuis 1931 E.C., conformément à l’article 99 du règlement des tribunaux islamiques, amendé par la loi n° 78 de l’année 1951 E.C. Notons en passant que la Maison Égyptienne de la Fatwa a jugé en date du 1/2/1957 que l’alinéa défendant aux tribunaux de recevoir les plaintes relatives au mariage ou de reconnaître ledit mariage sauf à produire un document officiel le prouvant ne fait pas du document officiel une condition sine qua non de la validité du mariage, mais plutôt une condition de la recevabilité des plaintes.

De même, dans l’article 92 de la loi de statut personnel koweitienne, on cite : « En cas de contestation du mariage, les plaintes ne sont recevables qu’à condition de produire un document officiel prouvant ledit mariage, ou que la contestation ait été précédée par une reconnaissance du mariage dans d’autres documents officiels. » [5]

Contrairement au mariage enregistré officiellement, il est aisé de contester le mariage non enregistré par un document officiel et, par conséquent, de se délier des obligations financières et morales du mariage. « Le mariage officiel donne lieu à la délivrance par l’État d’un document officiel, contrairement au mariage officieux qui se déroule oralement ou donnerait lieu à l’écriture d’un document officieux. Les juristes contemporains définissent le document officiel comme étant : “un document émis par un fonctionnaire habilité de par sa fonction à l’émettre”. Le document officiel ne peut faire l’objet d’aucune contestation, et ne peut point être attaqué quant à son authenticité ; il permet donc d’authentifier le contrat mariage de manière catégorique. Tandis que le mariage officieux, quand bien même il serait confirmé par la production de témoins ou d’un document officieux, est sujet à contestation et peut être nié. Dr. `Abd Al-Fattâh `Amr dit : “Le contrat officieux est, comme tout document officieux, exposé à la récusation, à la falsification et à la contestation, alors que le contrat officiel est incontestable.” » [6]

Il arrive aussi que le document officieux se perde ou s’abîme. Qu’en est-il alors des droits de l’épouse et des enfants ? Qu’en est-il aussi du droit de l’épouse à l’héritage en cas de décès de son époux, s’ils sont mariés officieusement ? Combien de drames ont frappé les épouses et les enfants pour défaut d’enregistrement du mariage par un document officiel ?

En conclusion, l’enregistrement du mariage par un document officiel est une obligation islamique ; celui qui ne s’y conforme pas commet un péché, même si l’on considère que le mariage officieux est valide et entraîne toutes les conséquences juridiques (islamiques) du mariage. Il faut s’interdire de préconiser le mariage officieux étant donné les fléaux qu’il entraîne et la mise en péril des droits de l’épouse et des enfants. Je recommande aux parents de ne pas donner leurs filles en mariage officieusement et qu’ils soient extrêmement vigilants à l’établissement d’un mariage valide attesté par un document officiel et enregistré auprès du tribunal islamique.

Et Dieu est le plus savant.
P.-S.
Traduit de l’arabe du site islamonline.net.
Notes

[1] Majmû` Al-Fatâwâ, de Sheikh Al-Islâm Ibn Taymiyah, volume 32, p. 131.

[2] Al-Majmû`, volume 6, p. 62.

[3] Al-Majmû`, volume 3, p. 165.

[4] Sourate 2, Al-Baqarah, La génisse, verset 282.

[5] Mustajaddât Fiqhiyyah fî Qadâyâ Az-Zawâj wat-Talâq, pp. 145 et 146.

[6] Mustajaddât Fiqhiyyah fî Qadâyâ Az-Zawâj wat-Talâq, p. 132.
Journalisée
Tantine
Invité
« Répondre #5 le: Novembre 04, 2010, 16:34:19 »
Share   Modifier le messageModifier

Il faut préciser que la personne qui marie religieusement sans le mariage civil est passible d'une amende et d'emprisonnement.
voici le texte de loi en question:

L’article L. 433-21 du code pénal prévoit que « tout ministre du culte qui procédera, de manière habituelle, aux cérémonies religieuses de mariage sans que ne lui ait été justifié l’acte de mariage préalablement reçu par les officiers de l’état civil sera puni de six mois d’emprisonnement et de 7 500 euros d’amende ».

Comme vous avez pu le lire sa ne va pas à l'encontre de notre dine El Hamdoulilah faut juste que l'imam demande le contrat écrit,si les 2 personne t'ienne vraiment l'un à l'autre sa ne sera que juste un formalité très rapide et gratuite.
Journalisée
moujahidina
Invité
« Répondre #6 le: Novembre 04, 2010, 16:54:36 »
Share   Modifier le messageModifier

bismillah  Salam Alaykoum 

moi je ne donne que mon avis personnel simplement

moi si un jour je venait a me marier religieusement c'est à dire fait la fatiha ( hallal ) , tant que je ne suit pas passé a la mairie avec lui  je n'irai pas plus loin c'est à dire les rapports !

a l'époque lorsque les couples faisait la fatiha il était définitivement marié ils fêtaient leur mariage et la femme alla vivre avec son mari sans faire une autre fête plus tard !

les hommes de l'époque craignaient plus  allah que maintenant attention je ne dit pas que les hommes de maintenant ne le craignent pas mais pour beaucoup moins qu'avant ! pour certains hommes fatiha veut dire simplement concubinage comme si c"était un fiançailles et non un mariage officiel même si ils ont été marié devant  allah .

moi personnellement je n'oserai pas mettre la robe de mariée devant tous le monde le jour du mariage civil alors que je ne suis plus vierge hors de question sauf celles qui se sont deja mariée avant et ont divorcer ou veuve sa par contre ce n'est pas la même chose je parle pour la robe de mariée évidemment )  !
après chacun fait et pense ce qu'il veut je n'ai pas dit que c'était haram et je ne juge pas , mais juste mettre en garde  !!
c'est clair que si une  Sourire Mouslima venait à me demander conseil à se sujet je lui dirai de faire ATTENTION !!! je ne jugent pas mais c'est plutôt un avertissement !

beaucoup beaucoup de   Sourire Mouslima se sont fait avoir comme ça , certains hommes les ont mêmes mis enceinte et pouf ils leur disent je te veut plus de toi on est pas fait l'un pour l'autre  !
 ils ne craignent pas  allah!!

chacun son avis c'est juste le mien mais je ne généralise pas non plus   !
[/color][/b]
« Dernière édition: Novembre 04, 2010, 16:55:41 par Zahiya » Journalisée
Sami
Membre actif
****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Localisation: Lyon
Messages: 391



Voir le profil
« Répondre #7 le: Novembre 04, 2010, 18:21:32 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
il y'avais pas une mairie mais il y'avais  un etat a l'epoque du prophete et des kalifs et il y'avais un systeme pour proteger les epoux, c'etais pas l'anarchie. une administration a l'epoque des kalifs omeyades et abbassides et bien apres qui enregistre tous type de contrat.

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
Journalisée
Tantine
Invité
« Répondre #8 le: Novembre 04, 2010, 18:46:47 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum

Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
il y'avais pas une mairie mais il y'avais  un etat a l'epoque du prophete et des kalifs et il y'avais un systeme pour proteger les epoux, c'etais pas l'anarchie. une administration a l'epoque des kalifs omeyades et abbassides et bien apres qui enregistre tous type de contrat.

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh

comme quoi que c'est pas nouveau. justice et équité depuis toujours  El Hamdoulilah
Journalisée
visite
Invité
« Répondre #9 le: Novembre 05, 2010, 07:39:19 »
Share   Modifier le messageModifier

 
bismillah

 Salam Alaykoum

Le frère demande qu'on lui explique les lois d'Allah Razza wa jal à propos du mariage, on sait bien que la mairie n'est pas une condition de validité.
Mais certes vu le monde actuel, que la foi, la crainte d'Allah Razza wa jal pour certains et certaines n'est pas à un niveau convenable pour prétendre avoir une total confiance face à son futur époux ou épouse, il vaut mieux passer à la mairie, je ne généralise pas mais aujourd'hui en 2010 vaut mieux assurer ses arrières comme on dit, la foi d'antan et loin d'être d'actualité, nous avons les moyens soeurs et frères de nous préserver des réactions satanique, le passage en mairie est fortement conseiller pour ma part et ceci est mon avis personnel et Allahu akbar!

 Salam Alaykoum

Journalisée
Tantine
Invité
« Répondre #10 le: Novembre 05, 2010, 08:33:48 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum

La confience totale ne la donner à aucune personne sur cette terre mais à  allah le mari il peut vous quitter lui mais pas  allah Wink
Journalisée
~SETIF~
Invité
« Répondre #11 le: Septembre 05, 2011, 17:31:05 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum

Salam Alaykoum.   Akhi le plus important c est le hallal donc mariage religieux avec témoins ect. Comment faisaient nos ancêtres quand il n'y avait pas de mairie?Huh?

Il y-avez plus d’honnête et du NIF!  (expression intraduisible en français Lips Sealed)et le respect de l’engagement, assumer les droits de l'épouse si il avez séparation...

On marche bien avec une carte identifier ? comment fessait nos  ancêtres avant?
pas de carte identifier pas de vie sociale tu est bloquer ,même en terre sainte il te laisse pas poser le pied.

Dans les pays musulman il y-a le contrat livret de famille...
"sa mange pas de pain" que de prendre un rdv et officialiser votre union.
Journalisée
assiaa75
Nouveau membre
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Âge: 26
Messages: 11



Voir le profil
« Répondre #12 le: Septembre 09, 2011, 15:15:44 »
Share   Modifier le messageModifier

la fatiha n'est pas une bid3a Huh???
Journalisée
~SETIF~
Invité
« Répondre #13 le: Septembre 09, 2011, 15:32:48 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum

Le nom "fathiha" et ce que certain dessine pour dire mariage religieux ou d'autre pour désigner les fiançailles.

En tous les cas cette sourate n'est pas réciter pour la conclusion du mariage.

le terme approprier  et jute mariage.
 
notre époque actuelle les gens joues avec le mariage qui n'est pas officialise(pas tous) il se marie lundi et divorce le mardi.

Journalisée
DELIVRE
Invité
« Répondre #14 le: Septembre 09, 2011, 16:52:41 »
Share   Modifier le messageModifier

Salam Alaykoum

Le nom "fathiha" et ce que certain dessine pour dire mariage religieux ou d'autre pour désigner les fiançailles.

En tous les cas cette sourate n'est pas réciter pour la conclusion du mariage.

le terme approprier  et jute mariage.
 
notre époque actuelle les gens joues avec le mariage qui n'est pas officialise(pas tous) il se marie lundi et divorce le mardi.


                                                                        bismillah


                                                                         Salam Alaykoum


    baraka Oukhty Wink Sétif et le Mariage Hallal s'appelle également Nikâh 

    ALLAH AL-'ALÎM Dit :

    -  "Et parmi Ses Signes, Il a crée pour vous de vous-mêmes des épouses afin que vous trouviez auprès d'elles tranquillité

    et Il a placé entre vous amour et bonté."

    (Verset 21- Sourate 30)

  Aurions-nous oublier Amour et Bonté ? Hélas,j'ai bien peur que oui dans ces temps sombres où la condition première d'un couple

  provient souvent du compte en banque bien garni dans cette société de consommation ...Staghfirlah

   Soubhan' Allah ceci n'est qu'un avis personnel que j'assume   bismillah

 Concernant la Récitation de la Sourate Al-Fatiha ,rappelons  bismillah  que c'est une innovation


      La récitation de la sourate Al-Fatiha lors des fiançailles ou des mariages n'est pas légiféré
 
Question à cheykh Al-Uthaymin :
 
Qu'en est-il de la récitation de la sourate "Al Fatiha" lors du contrat de mariage lorsqu'on sait que les gens recourent souvent à sa récitation lorsqu'il s''agit de sceller une union au point de d'entendre dire "on a fait la fatiha" en voulant dire par la qu'ils sont mariés religieusement. Cela est-il légiféré ?
 
Réponse :
 
Une telle pratique n'est pas du tout légiférée. Au contraire, elle relève de l'innovation religieuse (bida'a) introduite dans l'Islam. 
D'ailleurs la récitation de la sourate "al Fatiha" tout comme les autres sourates du Coran ne doivent être lues que dans les circonstances qui leurs sont adéquates pour lesquelles elles ont été légiférées. 
Les réciter dans un autre contexte que celui que leur prévoit la religion en ayant comme objectif de se rapprocher d'Allâh serait concidéré comme une innovation. 
Et on a déjà vu beaucoup de gens réciter la fatiha dans n'importe qu'elle occasion au point d'entendre dire : "Réciter la 'Fatiha' sur le mort, sur telle ou telle chose" et j'en passe... 
Tout cela relève donc de ces pratiques innovées qu'on a introduites dans la religion eu demeurant blâmables. 
En tout cas, qu'il s'agisse de la sourate en question ou d'autres sourates du Coran, elles ne peuvent faire l'objet de récitation n'importe ou et n'importe quand à l'exception bien sur de ce qui est indiqué dans le Coran et dans la sunnah. 
 
Sinon c'est une innovation et son auteur doit être réprimandé.
Le guide du mariage (en questions-réponses) Par les plus grands savants Al Albani, Al Fawzan, Al Uthaymin, Ibn Baz, Muqbil, As-Sa'di.Collection Dar al Muslim. p.148
       
Le mariage - Az-Zawâj
Les innovations religieuse - Al-Bida'a

 
Al fatiha, cela veut dire "Ouverture", ou "Introduction". Bien souvent, pour les parents qui font cela, ils réunissent la famille proche, ainsi que le garçon et la fille, et ils "officialisent" le fait que le garçon a des ambitions pour la fille et vice-versa. Une sorte de fiançaille officielle devant la famille proche. A l'issu, cela donne le droit au garçon et à la fille de sortir ensemble dans les mois qui suivent, pour mieux se connaître etc avant un mariage futur qui sera programmé ultérieurement.
 
Ceci n'a absolument rien à voir avec la religion. Et ceci ne donne absolument aucun droit au garçon et à la fille de se fréquenter. Ils sont toujours des étrangers l'un pour l'autre et se retrouvent alors dans le péché. Alors que aux yeux de la famille, leur union est "introduite", officialisée ! soubhannallah. D’après la parole du prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) : « Aucun homme ne reste seul avec une femme, sans que shaytan ne soit le troisième » (Ahmad).
 
 
Les conditions du mariage dans l'islam sont claires : l'accord du tuteur pour la femme, l'accord des époux (en particulier pour la femme son acceptation, ou sinon dans le cas de la vierge son silence vaut consentement). D’après la parole du prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) : « Toute femme qui s’est mariée sans l’accord de son tuteur, alors son mariage est nul, nul, nul » (Sounan Abu Dawud).
 
La présence de 2 témoins est très conseillée. Bien que des hadiths discutables soient rapportés à ce sujet, tous les hommes de science le préconise, et c'est l'avis d'Ibn 'Abbas, 'Ali et 'Umar radiAllahou 'anhoum. Shaykh Al-Albânî : a cité et authentifié pour sa part dans Irwâ Al-Ghalîl (1840) la parole du prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) : « Pas de mariage sans l’accord du tuteur et la présence de deux témoins dignes de confiance. »
 
La dot fait partie des obligations. Puis il y a toutes les sounan du mariage tel que l'annonce aux gens, le repas et la fête etc... Ibn 'Abbâs a dit : « Ce sont les prostitués qui se marient sans le montrer. » (At-Tirmidhî 1104).
 
Voilà ce qui constitue les fondements du mariage en Islam.
 
Quant à la "fatiha" que pratiquent certains parents, si elle ne contient pas ces fondements là et accompagnés de l'intention du mariage, elle ne donne aucun droit entre les époux. A ce sujet, il y a une fatwa intéressante tirée du site http://www.fatawaislam.com/index.php...=110&Itemid=44
 
Q : Est-il permis à une femme de marcher avec un homme alors qu’ils sont fiancés et pas encore mariés ?
 
R : Il est interdit à une femme de sortir avec son fiancé sans son mahrim (personne lui étant totalement interdite au mariage) avant de contracter le mariage religieux, car ceci conduit à la tentation et à ce dont on ne peut louer le résultat.
 
Et c’est d'Allah que vient le succès, que la prière d’Allah et son salut soit sur notre prophète Mohamed, sa famille et ses compagnons.
 
Fatwa du comité permanent
 
* Membre : AbdAllah ibn ghadayen * Vice-président : Abdrazeq hafifi * Président : Abdelaziz ibn AbdAllah Ben Baz * Page 74, tome 18, fatwa numéro : 12 767  

 
  ALLAH SAIT MIEUX

  Qu' allah AL-'ALÎYO nous Guide dans la Voie Juste et Sage   amine


                                                                    Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
Journalisée
fathéma
Invité
« Répondre #15 le: Septembre 09, 2011, 16:59:56 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh

Allahumma amine mon frère Delivré  Baraka Allahou Fik pour les réponses apporter  MachAllah


 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
Journalisée
DELIVRE
Invité
« Répondre #16 le: Septembre 09, 2011, 17:17:10 »
Share   Modifier le messageModifier

                                                                                                    bismillah



                                                                                    Salam Alaykoum



  Wa fiki Baaraka Allah ma chère  Sourire Mouslima  Wink Fathéma

  Masha Allah la quwata illâ billâh

   El Hamdoulilah


                                                                                  Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
Journalisée
   

 Journalisée
Pages: [1]
  Ajouter aux favoris  |  Imprimer  

 
Aller à:  

 Développé par TOOLYNK, agence de développement d'applications web et mobile à Lyon & Paris
Technologies: Javascript, React, React Native, Angular, Java, Symfony, .NET, Réalité Virtuelle