Forum de la Grande Mosquee de Lyon
Nouvelles: Téléchargez sans plus attendre la GML tool, la barre d'outils 100% islamique, 100% Grande Mosquée de Lyon !!
 
*
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Charte du Forum  
Favoris  
Coran 
GML TV
connectez vous !

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session


Pages: [1]
  Ajouter aux favoris  |  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Conversion de Sara Bokker, ancienne actrice et mannequin  (Lu 1320 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
Um_Nour
Membre très actif
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Localisation: Saint-Etienne
Messages: 7339


La hawla wala quwata illa bilah


Voir le profil
« le: Juin 05, 2014, 21:29:55 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum




Comment Sara Bokker, une ancienne actrice, mannequin et professeur de conditionnement physique a abandonné la vie palpitante de Miami pour embrasser l’islam, à travers lequel elle a trouvé la vraie liberté.


Je suis une Américaine, née au cœur des États-Unis. J’ai grandi comme la plupart des filles d’ici, obsédée par l’envie de connaître la vie trépidante de la « grande ville ». Un jour, je déménageai donc en Floride, puis à South Beach, à Miami, le point chaud de ceux qui cherchent à vivre « à fond », à un rythme effréné et palpitant. Évidemment, je fis ce que font la plupart des filles de mon âge, en Amérique du Nord. Ma préoccupation première résidait dans mon apparence et mon sex-appeal, fondant ma valeur personnelle et ma fierté sur l’attention que je recevais des gens en général. Je m’entraînais rigoureusement et je devins professeur de conditionnement physique. J’achetai une luxueuse résidence au bord de la mer, me mis à fréquenter régulièrement les plages, exhibant fièrement mon corps, bref, je menais la grande vie.

Les années passèrent et je réalisai que plus je me concentrais sur mes atours féminins, moins je me sentais heureuse et moins j’étais satisfaite de ma vie. J’étais esclave de la mode, j’étais prise en otage par mon apparence physique.

Comme l’écart entre mon mode de vie et mon bonheur personnel progressait, je me réfugiai d’abord dans l’alcool et les fêtes, puis dans la méditation, l’activisme et les religions alternatives, ce qui, en fait, ne fit que progresser encore cet écart; ce dernier me sembla soudain aussi vaste qu’une vallée profonde. Je compris que tous ces refuges ne servaient qu’à me distraire de ma réalité sans soulager mon malaise profond.

En tant que féministe libertaire et activiste cherchant à rendre le monde meilleur pour tous.Un jour, je tombai sur un livre généralement mal vu en Occident : le Coran. Jusqu’à ce moment, j’avais toujours vaguement associé l’islam à des femmes recouvertes d’une « tente », à des batteurs de femmes, à des harems et au terrorisme. Mais je fus séduite, tout d’abord, par le style et par l’approche du Coran, puis par sa vision de l’existence, de la création et de la relation entre le Créateur et Sa création. Je trouvai que le Coran s’adressait au plus profond de mon cœur et de mon âme sans que j’eus besoin d’interprète ou de clergé pour le comprendre.

Puis, je connus un moment de vérité : mon nouvel activisme se transforma en conversion à l’islam, mode de vie au sein duquel je sentis que je pouvais vivre en paix, en tant que musulmane pratiquante.

J’achetai une jolie robe longue et un foulard semblables à ceux que portent les musulmanes et j’allai me promener, ainsi vêtue, sur ces mêmes rues et dans ces mêmes quartiers où, à peine quelques jours auparavant, j’avais déambulé en shorts, en bikini ou en « élégant » tailleur. Bien que les gens, les visages et les commerces croisés fussent les mêmes, une chose était, elle, bien différente : la paix intense que je ressentais, en tant que femme, pour la toute première fois. Je sentis que je venais de briser mes chaînes, que j’étais enfin libre. Je me délectais du regard étonné des gens, qui avait remplacé les regards de convoitise que j’avais tant recherchés par le passé. Un poids venait de quitter mes épaules. Je cessai de perdre mon temps à faire du shopping, à choisir de nouvelles nuances de maquillage, à me faire coiffer et à m’éreinter au gym. Enfin, j’étais libre.

Aujourd’hui, j'appelle les musulmanes à assumer leurs responsabilités en apportant tout le soutien dont elles sont capables à leur mari afin que ces derniers soient de bons musulmans; en élevant leurs enfants dans l’islam afin que les musulmans redeviennent les phares de l’humanité; en invitant les gens au bien et en les détournant du mal; en ne disant que la vérité et en osant parler contre tous les maux; en se battant pour le droit au port du hijab et en faisant tout pour plaire à leur Créateur. Et il est tout aussi important que nous, femmes musulmanes, parlions de notre expérience de femmes voilées aux autres femmes qui n’ont pas encore compris ce que cela signifie pour nous et la raison pour laquelle le respect de ce code vestimentaire est si cher à notre cœur.

Qu’elles le veuillent ou non, les femmes sont bombardées d’images de mode sur lesquelles les mannequins ne portent pratiquement rien et ce, dans tous les médias, partout dans le monde. En tant qu’ancienne non-musulmane, j’insiste sur le droit qu’ont les femmes de connaître le hijab, ses vertus, de même que la paix et le bonheur qu’il apporte dans la vie d’une femme, comme ce fut le cas pour moi. Hier encore, le bikini était le symbole de ma liberté alors qu’en réalité, il ne me « libérait » que de ma spiritualité et des vraies valeurs que j’aurais dû avoir en tant qu’être humain.

Je ne pourrais être plus heureuse d’avoir abandonné mon bikini de South Beach et la vie « trépidante » que je menais pour vivre en paix avec mon Créateur et goûter au bonheur de vivre parmi les gens en toute dignité.

De nos jours, le hijab est le nouveau symbole de la libération de la femme, qui l’aide à comprendre qui elle est réellement, la raison de son existence et le genre de lien qu’elle choisit d’avoir avec son Créateur.

Aux femmes qui acceptent les stéréotypes véhiculés contre le code vestimentaire modeste encouragé par l’islam, je dis : vous ne savez pas ce que vous manquez.





 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
Journalisée

Rabbanâ âtinâ fi d-dunyâ hassanatan w-wa fî-l-âkhirati hasanatan w-waqinâ 'adhâba n-nâr
   

L'islam en 3500 questions
 Journalisée
Pages: [1]
  Ajouter aux favoris  |  Imprimer  

 
Aller à:  

 Développé par TOOLYNK, agence de développement d'applications web et mobile à Lyon & Paris
Technologies: Javascript, React, React Native, Angular, Java, Symfony, .NET, Réalité Virtuelle