Forum de la Grande Mosquee de Lyon
Nouvelles: Téléchargez sans plus attendre la GML tool, la barre d'outils 100% islamique, 100% Grande Mosquée de Lyon !!
 
*
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Charte du Forum  
Favoris  
Coran 
GML TV
connectez vous !

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session


Pages: [1]
  Ajouter aux favoris  |  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Le meilleur d’entre vous est celui qui apprend le Coran et l’enseigne.  (Lu 8268 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
Sajida'Allâh
Membre très actif
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Âge: 43
Localisation: Paris France
Messages: 1717


Allah me Suffit, Il est mon Meilleur Garant


Voir le profil
« le: Février 03, 2010, 22:02:09 »
Share   Modifier le messageModifier




Bâb XXI



Le meilleur d’entre vous est celui qui apprend le Coran et l’enseigne.

‘Outhmân (Que Dieu soit satisfait de lui) nous a rapporté que le Prophète (Salla-llah allahi wa salam) a dit : « Le meilleur d’entre vous est celui qui apprend le Coran et qui l’enseigne (ensuite) ».29 Sa‘d, l’un des transmetteurs, ajouta : « Aboû ‘Abd Ar-Rahmân enseigna le Coran sous le règne de ‘Outhmân jusqu’à l’époque d’al Hajjâj » - C’Est-ce Hadîth, dit d’Aboû ‘Abd Al Rahmân, qui m’a maintenu ici à la place que j’occupe ».

‘Outhmân Ibn ‘Affân (Que Dieu soit satisfait de lui) nous a rapporté que le Prophète (Salla-llah allahi wa salam) a dit : « Le plus louable d’entre vous est celui qui apprend le Coran et l’enseigne (ensuite). »

Sahl Ibn Sa‘d a dit : « Une femme vint voir le prophète (Salla-llah allahi wa salam) et lui dit qu’elle livrait sa personne à Dieu et à son Envoyé.


« Je n’ai nul besoin de femmes, lui réplique le prophète (Salla-llah allahi wa salam). »

- Faite-la moi épouser, demande un homme qui était présent.

« Donne-lui (comme dot) un manteau. »
- Je n’en ai pas, répondit il
« Alors, une bague, fut-elle en fer. »
Et, comme l’homme manifestait une certaine gêne, le Prophète (Salla-llah allahi wa salam) lui demande : « que sais-tu du Coran ? 30 »
- Telle et telle partie.
« Et bien ! Je te marie avec elle moyennant ce que tu sais du Coran ». (Voir Hadîth 4937 du Sahih Al Boukhârî)



--------------------------------------------------------------------------------

29 - Le Prophète (Salla-llah allahi wa salam) accordait la plus grande importance à l’étude, à la récitation et à l’enseignement du Coran. Selon un témoignage, le Prophète (Salla-llah allahi wa salam) sortit alors que nous étions à la Soffa (annexe) de la mosquée et demanda « qui d’entre vous aime aller chaque jour à la Batha ou ‘Aqîq pour ramener deux chamelles avec de larges bosses sur le dos, sans faire aucune tort à quiconque ou à un parent ? » Nous répondîmes « Ô Messager de Dieu, nous aimons tous cela » Il (Salla-llah allahi wa salam) dit : « Celui d’entre vous qui vient le matin à la Mosquée et qui récite ou répète deux verset du Livre de Dieu, cela est meilleur pour lui que deux chameaux ? Et trois versets sont meilleurs que trois chameaux, et quatre versets sont meilleurs que quatre chameaux… »




Journalisée
Sajida'Allâh
Membre très actif
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Âge: 43
Localisation: Paris France
Messages: 1717


Allah me Suffit, Il est mon Meilleur Garant


Voir le profil
« Répondre #1 le: Février 03, 2010, 22:06:43 »
Share   Modifier le messageModifier







30
- L'Imam Al Ghazâlî a cherché à définir, dans l'Ihyâ', les Qualité requises d'un bon maître en commençant par décrire celle d'un bon élève. Il en a énuméré dix pour l'élève.

- La Première consiste à purifier son âme des vices coutumes blâmables, car la science est un « culte du cœur, un secret intime de l’homme, une approche de Dieu par son être intime ». De même que la prière, qui s’accomplit avec les membres du corps, exige, pour être authentique, leur purification par des ablutions, de même la culture du cœur ne devient réelle par la science qu’une fois qu’il a été purifié de toute souillure.

- La seconde que le disciple réduise à peu de chose les attachements aux affaires de monde, et qu’il prenne de la distance par rapport à sa famille et à son pays. En effet, il y a là des formes de dépendance qui distraient et détournent l’attention. « Dieu n’a pas donné à l’homme deux cœurs en sa poitrine et chaque fois que sa pensée se divise, il diminue son emprise sur les vérités ».

- La troisième est de ne pas s’enorgueillir de sa science, de ne pas commander à son maître de lui enseigner ce qu’il désire savoir, mais au contraire de lui laisser la bride entre les mains.

- La quatrième exigence est de se garder, au début de son entrée dans la science, de prêter l’oreille aux divergences qui séparent les hommes, qu’il s’agisse de ce qui touche aux sciences du monde, en particulier, ou aux sciences de la religion. Il y a là pour le disciple le risque de rester perplexe, d’embarrasser son intelligence, d’affaiblir son jugement personnel et de désespérer de n’atteindre jamais une vérité et de la connaître vraiment. Mais il faut d’abord que le disciple soit assuré de l’unique méthode que son maître agrée.

- La Cinquième  exigence consiste en ce que l’élève, qui étudie une science religieuse particulière, ne la réduise pas à une variété de sciences louable, parmi lesquelles les sciences rationnelles du monde, comme les mathématiques… dont Al Ghazali a parlé dans l’Ihyâ’.
- La sixième exigence est de ne pas s’engager d’un seul coup dans l’un des aspects particuliers de cette science, mais d’observer un ordre en commençant par ce qui le plus important. Le domaine de la science religieuse est vaste. Il doit se résoudre à prendre le meilleur de chaque chose et à s’en contenter. Il semble que cette règle condamne la curiosité intempestive que peut éprouver un élève à son premier contact avec la science. Il devra au contraire dépenser toute sa force à acquérir la science la plus noble et la parfaire.

- La septième exigence est une recommandation pratique de bon sens : il ne faut pas s’engager dans une étude nouvelle sans avoir épuisé la précédente. Ici, l’ordre (le tartîb), la progression (le tadrîj), prennent toute leur importance. L’élève ne doit pas papillonner. C’est que les sciences sont liées et que l’une conduit à l’autre. L’idée de l’unité de la science, garantie par l’unité de Dieu, est fondamentale en Islam.

- La huitième exigence consiste en ce que le disciple doit savoir la cause qui fait la plus grande noblesse de la science qu’il étudie.

- La neuvième exigence est que le but du disciple soit tout d’abord l’ornement de son être intérieur par la vertu, et enfin la proximité de Dieu et des anges « rapprochés ». Que son but ne soit pas le pouvoir, la fortune et les honneurs. Qu’il ne discute pas en vain avec les insensés et ne cherche pas à rivaliser avec ses émules. C’est ainsi qu’il s’approchera au plus près de son but qui est la science de la Vie dernière.

- La dixième exigence est de bien connaître la relation des sciences étudiées au but poursuivi, de façon que l’intérêt pour ce qui est proche ne l’emporte pas sur l’intérêt pour ce qui est lointain, et que ce qui préoccupe ne rejette pas au second plan ce qui en soi devrai être au premier.



Journalisée
Sajida'Allâh
Membre très actif
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Âge: 43
Localisation: Paris France
Messages: 1717


Allah me Suffit, Il est mon Meilleur Garant


Voir le profil
« Répondre #2 le: Février 03, 2010, 22:21:51 »
Share   Modifier le messageModifier




 





30 - Par conséquent, à la suite de ce qui est demandé à l’élève, Al Ghazâlî, expose ce qui est exigé du maître.

- La première qualité exigée d’un maître est d’aimer ses élèves comme un père aime ses fils. En cela, il imitera le Prophète (Salla-llah allahi wa salam) qui a dit : « Le suis vraiment pour vous comme un père pour ses enfants ». Son but était en effet de les sauver de l’enfer éternel, et il n’y a rien de plus important pour les parents. Mais, tandis que les parents ne donnent à leurs enfants que la vie d’ici-bas qui passe, le maître, avec la science des choses du monde en rapport avec elle, donnent à ses élèves les clés de la vie dernière qui dure éternellement. Sa fonction est donc beaucoup plus noble.

- La seconde exigence est pour le maître de ne recevoir aucun salaire pour l’enseignement de la science, et en cela encore, il suivra l’exemple du prophète (Salla-llah allahi wa salam).

- La troisième exigence est que le maître ne néglige aucun conseil pour empêcher son élève d’aborder un niveau de la science avant d’en être digne, et de se laisser distraire par une science avant d’en être digne, et de se laisser distraire par une science obscure avant d’avoir épuisé la science qui est claire.

- La quatrième exigence concernant les détails de l’art d’enseigner. Il faut détourner l’el des mauvaises mœurs au moyen d’allusion indirectes à ce qui est possible de faire et non en l’accablant de reproches. Le Prophète (Salla-llah allahi wa salam) qui est le modèle sur lequel doit se régler tout maître enseignant, a dit : « S’il est interdit d’écraser une bouse, on l’écrase ».

- La cinquième exigence pour le maître est de mesurer son enseignement selon la capacité de la compréhension de l’élève. Il ne doit pas lui jeter ce qu’il ne saurait recevoir. En revanche, il faut donner à chacun tout son intelligence peut contenir, car la Prophète (Salla-llah allahi wa salam) a dit : « Celui qui cache une science utile viendra, le Jour de la Résurrection, lié par une bride de feu ». La responsabilité du maître est donc considérable : il doit savoir déterminer exactement la juste mesure de ce qu’il convient de donner à ses élèves.
- La septième exigence est relative à la manière de traiter l’élève qui n’est pas doué. Il faut lui donner un enseignement clair et approprié et ne pas faire devant lui, la mention de détails trop nuancés qui sont au-delà de ce qu’on lui donne à apprendre et qu’il ne comprendrait pas.

- La huitième exigence concerne la sincérité du maître : ses actes doivent se conformer à ses paroles et ne pas les démentir. « En effet, la science est saisie par la vision intérieure (basîra) et l’action est saisie par les regards (absar), et ceux qui s’en tiennent aux regards sont les plus nombreux », et quand les actes du maître contredisent sa science, ils empêchent de se diriger dans la voie droite.

Dieu a enseigné à l’homme ce qu’il ne savait pas.
En un sens général, cela signifie qu’il lui a donné les moyens de connaître que ce sont d’abord les perceptions sensibles des réalités de ce monde, puis la vision intérieur qui se développe par la lecture du Coran, faite convenablement, et découvre le sens des choses en une science des signes.





AL-BOUKHÂRÎ [194 256 H]

Les Mérites Du Coran

Fadâ'il Al Qorân.



Journalisée
marwane230
Nouveau membre
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Âge: 33
Localisation: lyon
Messages: 18



Voir le profil
« Répondre #3 le: Janvier 26, 2012, 16:16:20 »
Share   Modifier le messageModifier

                                                Au Nom d'Allah Le Tout-Miséricordieux Le Très-Miséricordieux


regarder mes frères ma chalah   ce que ALLAH à promis à la famille du coran, a traver la vision du reves que raconte Cheikh Ayman  SWAID

voici le lien de la video

-pour ceux qui ne comprenne pas l'arabe je vais essaye de résumer avec l'aide d’Allah le contenue de la vidéo :

-dans cette video le Ayman  SWAID relate que l'un des  successeurs des sahabas était entrain de d'essuyer son visage dans le sable  dans sa salât ,quand l' un de ses élevés  la vue et lui a demande pourquoi fait il ce la , il lui répondu qu'il avait vue un rêve dans le quel le jour du jugement dernier  était passer  ,et  ALLAH lui à demander de prévenir ses compagnons qu'il ne chatira   avec le feux aucune langue qui prononcer le coran, aucun n'oeil qui  a lu et aucun cerveau ou cœur qui méditer le coran et qui a travaille avec ne serai châtie avec le feu , ainsi chaque personne qui  a appris le coran ou
ceux qui le lisent on leur demanderai de lire et de selve dans le paradis . Salam Alaykoum
« Dernière édition: Janvier 26, 2012, 16:22:09 par Um-Rayhane » Journalisée
fathéma
Invité
« Répondre #4 le: Janvier 26, 2012, 16:20:23 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum

 Baraka Allahou Fik mon frère mais ça serait mieux de posté des videos sous-titré français à l'avenir  InchAllah  Baraka Allahou Fik

et  baraka2 pour le rappel  MachAllah El Hamdoulilah Allahou Akbar

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
Journalisée
   

Riadh salihin
 Journalisée
Pages: [1]
  Ajouter aux favoris  |  Imprimer  

 
Aller à:  

 Développé par TOOLYNK, agence de développement d'applications web et mobile à Lyon & Paris
Technologies: Javascript, React, React Native, Angular, Java, Symfony, .NET, Réalité Virtuelle