Forum de la Grande Mosquee de Lyon
Nouvelles: Téléchargez sans plus attendre la GML tool, la barre d'outils 100% islamique, 100% Grande Mosquée de Lyon !!
 
*
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Charte du Forum  
Favoris  
Coran 
GML TV
connectez vous !

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session


Pages: [1]
  Ajouter aux favoris  |  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: A propos de l'application des peines légales  (Lu 2324 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
convertie38
Invité
« le: Novembre 06, 2009, 15:02:38 »
Share   Modifier le messageModifier

   bismillah

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh


A propos de l'application
des peines légales

  Louange a Allah seigneur des mondes, prière
  et paix sur notre Prophète Muhammad Salla-llah allahi wa salam, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons.

  Les peines légales -hudûd- font parties de ce qu'on appelle les mesures préventives.
  Ce sont des peines exemplaires qui servent à dissuader l'individu qui veut commettre un
  délit de passer à l'acte. Leur but est de préserver la religion des hommes, leur personne,
  leur raison, leur descendance (leur progéniture) et leurs biens. C'est ce que les spécialistes
  de la science des buts de la législation -maqâsid ash-sharî' a- appellent les cinq
  besoins indispensables à l'homme -ad-daruriyât al-khams-. Ainsi, c'est pour propager
  la religion si la charia applique la peine capitale aux gourous qui égarent les gens et
  répandent de fausses croyances ; c'est pour protéger les personnes et leur honneur que la
  charia a édicté la peine du talion au meurtrier et la peine de la flagellation à celui qui lance
  des accusations d'adultère contre une personne honnête (homme ou femme) ; c'est pour
  protéger la raison, qu'elle a puni la consommation de boissons enivrantes ; c'est pour
  protéger la filiation et la procréation, qu'elle frappe la fornication et les déviances
  sexuelles si lourdement ; c'est pour protéger les biens, qu'elle punit l'usurpateur et le
  voleur.

  Ces peines peuvent paraître sévères pour celui qui les regarde d'une manière superficielle
  et qui n'a aucune idée de la façon dont l'Islam conçoit le crime et comment il applique la
  peine appropriée.
  Il faut savoir que le seul qualifié à faire appliquer ces peines légales est le Chef de l'Etat
  ou ses représentants au sein de la société musulmane.

  Or une peine n'est applicable que si toutes les conditions de son application sont
  requises, que tous les empêchements font défaut et que toutes les présomptions fournies
  par les circonstances et par le comportement du prévenu sont pris en compte, conformément
  à cet ordre du Prophète Salla-llah allahi wa salam adressé à tout juge et à tout gouverneur :

  << Ecartez les peines légales quand il y a
  des apparences plausibles (doutes) >>.

 
  Pour ce qui est des conditions requises pour l'application
  de la peine au fornicateur, elles sont nombreuses, notamment le fait qu'il soit pleinement
  responsable de ses actes, qu'il sache que l'acte commis était interdit par la Loi, le fait qu'il -ou elle-
  soit légalement marié et qu'il ait consommé son mariage, l'attestation simultanée de quatre témoins
  honorables contre le prévenu -et non isolément, sinon ils seraient tenus pour des calomniateurs
  à qui il faut appliquer la peine légale de la calomnie- où ils déclarent avoir assistés à l'acte
  coupable et qu'ils ont vu la verge pénétrer dans les parties naturelles de la même façon que le
  style pénètre dans le vase à collyre -expression qu'utilisent souvent les jurisconsultes-, c'est
  à dire que le prévenu est un vrai pervers qui se livre à cet acte infâme sans se cacher des gens. 
  Concernant maintenant le cas où le coupable avoue son acte, d'après l'imâm Ahmad b. Hanbal,
  la peine prévue n'est appliquée que si le coupable qui s'est livré à la justice, en faisant acte
  de contrition, la demande ; dans le cas contraire, elle ne l'est point. C'est en ce sens que
  l'on doit interpréter le hadîth concernant Mâ'iz b. Mâlik où le Prophète Salla-llah allahi wa salam a dit :

  << Pourquoi ne l'avez-vous pas laissé !>>
 
quand il fut informé
  que Mâ'iz s'était enfui au début de l'application de la peine de la fornication et que les
  Compagnons l'avaient rattrapés, et aussi le hadîth selon lequel la femme de la tribu de
  Ghâmid a dit à l'Envoyé d'Allah Salla-llah allahi wa salam : << J'ai mérité une peine, applique-la moi >>.

  Pour ce qui est des empêchements de l'application des peines, notons que l'ignorance
  est un empêchement, c'est à dire si le coupable ignore que l'acte qu'il a commis est
  interdit par la Loi, la peine n'est pas applicable. La contrainte est aussi un
  empêchement, quelqu'un qui a commis un acte coupable sous la contrainte n'est pas
  soumis à cette peine. De même si le coupable se repent sincèrement avant que les
  autorités ne mettent la main sur lui, la peine lui sera épargnée, car Allah a dit :

  << A l'égard de ceux qui ont fait
  le mal par ignorance et qui ensuite se repentent et font le bien, assurément ton
  Seigneur est Indulgent et Miséricordieux >>

  [Coran, an-nahl, 120].
  Il faut tenir compte à ce titre des raisons qui ont poussé le prévenu à commettre
  son forfait.

  Pour ce qui est des présomptions fournies par les circonstances, j'attire l'attention
  du lecteur sur un point très important, c'est que durant les vingt-trois années où^
  le Prophète Salla-llah allahi wa salam avait reçu la Révélation de son Seigneur, ce n'est que dans les
  deux ou les trois dernières années que les peines légales lui avaient été révélées,
  c'est à dire après vingt années durant lesquelles il avait éduqué les musulmans
  selon la foi et avait inspiré en eux le dégoût du polythéisme, de la fornication, de
  la perversité et d'autres actes coupables et fausses croyances, et après avoir
  assuré un climat social sain et propre. Ainsi qu'Allah n'a édicté la peine applicable
  à la fornication qu'après avoir initié les gens à la foi, appelé les femmes à porter
  le hidjab, encouragé le mariage financièrement en versant la zakât aux
  célibataires pauvres ainsi que par d'autres moyens.

  Il en est de même concernant la peine applicable en cas de vol, de consommation
  de vin, de meurtre et d'autres délits.

  Le respect des circonstances dans lesquelles l'acte coupable a été commis
  est en effet un principe jurisprudentiel fondamental comme il est
  unanimement admis par les jurisconsultes. Ainsi le second calife, 'Umar b. al-
  Khattâb Radhi Allah 'Anhou, connu pourtant pour son intransigeance dans l'application des
  peines légales, n'a pas appliqué la peine prescrite pour le vol l'année de la
  disette -âmu-r-ramâda- car il était conscient qu'à cause de la famine
  les gens seraient contraints de voler.

  En ce qui concerne la peine appliquée à l'apostat, il ne faut pas comprendre
  que l'Islam est une institution religieuse comparable à celles qui dans le
  moyen-âge brûlaient les mécréants. Le cas de l'apostat est à assimiler à
  la trahison, comme le cas du soldat qui déserte une armée et qui livre ses
  secrets à une armée ennemie et le cas de celui qui avait prêté serment
  d'allégeance au Prophète Salla-llah allahi wa salam et déclaré son entrée en Islam, puis il
  répandait en Arabie que c'était lui-même qui lui dictait le Coran !

  Ceci étant, compte tenu des circonstances dans lesquelles nous vivons
  aujourd'hui, il serait même impossible d'appliquer ces peines, mais il incombe
  aux savants et aux prédicateurs d'exposer aux gens les pratiques blâmables,
 leur statut juridique, les peines dont elles sont passibles dans ce monde, les
  peines que leurs auteurs risquent d'encourir dans l'Au-delà, leurs effets
  néfastes sur l'individu et sur la société de manière générale, pour qu'ils
  les évitent, sans oublier de leur montrer avec science et sagesse les
  critères d'application des peines légales, parce que souvent l'excès de
  zèle et l'interprétation superficielle des textes canoniques, sans recourir
  aux savants, poussent certains à intervenir par la force pour changer un
  mal et commettre à leur tour un mal plus grand. Et Allah Razza wa jal
  est Le Plus Savant.

  Qu'Allah prie sur notre bien-aimé Muhammad Salla-llah allahi wa salam, sur les membres de
  sa famille et sur tous ses compagnons. Louange à Allah Seigneur des
  mondes.


  Extrait du livre
  "Commentaires sur les Grands Péchés" de l'Imâm Adh-Dhahadî
  Par son éminence le shaykh Al-'Uthaymîn

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
« Dernière édition: Novembre 06, 2009, 15:05:01 par Zahiya » Journalisée
   

Riba
 Journalisée
Pages: [1]
  Ajouter aux favoris  |  Imprimer  

 
Aller à:  

 Développé par TOOLYNK, agence de développement d'applications web et mobile à Lyon & Paris
Technologies: Javascript, React, React Native, Angular, Java, Symfony, .NET, Réalité Virtuelle