Forum de la Grande Mosquee de Lyon
Nouvelles: Téléchargez sans plus attendre la GML tool, la barre d'outils 100% islamique, 100% Grande Mosquée de Lyon !!
 
*
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Charte du Forum  
Favoris  
Coran 
GML TV
connectez vous !

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session


Pages: [1]
  Ajouter aux favoris  |  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: L'heritage en Islam  (Lu 11100 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
muslimclassic
Invité
« le: Septembre 07, 2007, 12:49:03 »
Share   Modifier le messageModifier

 bismillah

L'héritage dans le Coran :

Le Coran contient des règles précises et détaillées concernant la division de l'héritage entre les bénéficiaires légitimes.

Les versets coraniques contenant les règles de l'héritage sont :
Sourah al-Baqara, verset 180;
Sourah al-Baqara, verset 240;
Sourah Annissa, versets 7-9;
Sourah Annissa, verset 19;
Sourah Annissa, verset 33;
Sourah al-Maida, versets 106-108.


Chaque membre de la famille reçoit une part d'héritage déterminée :

Il y a trois versets dans le Coran qui déterminent, en gros, la part que doit recevoir chaque membre de la famille immédiate. Ce sont les versets 11, 12 et 176 de la sourah Annissa, qui se lisent comme suit :
{Voici ce qu'Allah vous enjoint au sujet de vos enfants: au fils, une part équivalente à celle de deux filles. S'il n'y a que des filles, même plus de deux, à elles alors deux tiers de ce que le défunt laisse. Et s'il n'y en a qu'une, à elle alors la moitié. Quant aux père et mère du défunt, à chacun d'eux le sixième de ce qu'il laisse, s'il a un enfant. S'il n'a pas d'enfant et que ses père et mère héritent de lui, à sa mère alors le tiers. Mais s'il a des frères, à la mère alors le sixième, après exécution du testament qu'il aurait fait ou paiement d'une dette. De vos ascendants ou descendants, vous ne savez pas qui est plus près de vous en utilité. Ceci est un ordre obligatoire de la part d'Allah, car Allah est, certes, Omniscient et Sage.
Et à vous la moitié de ce que laissent vos épouses, si elles n'ont pas d'enfants. Si elles ont un enfant, alors à vous le quart de ce qu'elles laissent, après exécution du testament qu'elles auraient fait ou paiement d'une dette. Et à elles un quart de ce que vous laissez, si vous n'avez pas d'enfant. Mais si vous avez un enfant, à elles alors le huitième de ce que vous laissez après exécution du testament que vous auriez fait ou paiement d'une dette. Et si un homme, ou une femme, meurt sans héritier direct, cependant qu'il laisse un frère ou une soeur, à chacun de ceux-ci un sixième. S'ils sont plus de deux, tous alors participeront au tiers, après exécution du testament ou paiement d'une dette, sans préjudice à quiconque. Telle est l'injonction d'Allah! Et Allah est Omniscient et Indulgent} [Le Coran, 4:11-12].
{Ils te demandent ce qui a été décrété. Dis: "Au sujet du défunt qui n'a pas de père ni de mère ni d'enfant, Allah vous donne Son décret: si quelqu'un meurt sans enfant, mais a une soeur, à celle-ci revient la moitié de ce qu'il laisse. Et lui, il héritera d'elle en totalité si elle n'a pas d'enfant. Mais s'il a deux soeurs (ou plus), à elles alors les deux tiers de ce qu'il laisse; et s'il a des frères et des soeurs, à un frère alors revient une portion égale à celle de deux soeurs. Allah vous donne des explications pour que vous ne vous égariez pas. Et Allah est Omniscient"} [Le Coran, 4:176].


Dans certains cas, la femme hérite d'une somme égale ou supérieure à celle de l'homme :

Dans la majorité des cas, la part d'héritage de la femme est la moitié moins que celle de l'homme. Cependant, ce n'est pas toujours le cas. Dans les cas où la personne décédée n'a ni père ni mère, ni enfants, mais un frère et une soeur, chacun d'eux hérite d'un sixième de ses biens. Si la personne décédée laisse des enfants, ses deux parents reçoivent une part égale, i.e. qu'ils héritent chacun d'un sixième. Dans certains cas, une femme peut même hériter d'une part deux fois plus élevée que celle d'un homme. En effet, si la personne décédée est une femme qui n'a laissé ni enfants, ni frères ou soeurs et que seuls son mari, son père et sa mère lui survivent, son mari hérite de la moitié de ses biens tandis que sa mère hérite du tiers et son père, d'un sixième. Dans ce cas particulier, la mère hérite d'une part deux fois plus élevée que celle du père.


La femme hérite habituellement d'une part deux fois moindre que celle de l'homme :

Il est vrai qu'en règle générale, dans la plupart des cas, la femme hérite d'une part deux fois moindre que celle de l'homme. Dans les cas suivants, par exemple :

La fille hérite d'une part deux fois moindre que celle du fils;
L'épouse hérite de 1/8 et l'époux, de 1/4 si la personne décédée n'a pas d'enfants;
L'épouse hérite de 1/4 et l'époux, de 1/2 si la personne décédée a des enfants;
Si la personne décédée n'a ni parents ni descendants, la soeur hérite de la moitié moins que le frère.


L'homme hérite d'une part deux fois plus élevée parce que c'est lui qui est financièrement responsable de sa famille :

En islam, la femme n'a aucune obligation financière; cette responsabilité repose entièrement sur les épaules de l'homme. Avant qu'une femme ne soit mariée, c'est son père ou son frère qui pourvoit à ses besoins comme le logement, la nourriture, l'habillement et autres besoins matériels. Lorsqu'elle est mariée, cette responsabilité est transmise à son mari ou à son fils. L'islam donne à l'homme la responsabilité de pourvoir aux besoins de sa famille. Afin qu'il puisse s'acquitter de ce devoir, l'homme reçoit une part d'héritage deux fois plus élevée. Par exemple, si un homme meurt en laissant cent cinquante mille roupies à ses enfants (i.e un fils et une fille), le fils hérite de cent mille roupies alors que la fille n'hérite que de cinquante mille roupies. Des cent mille roupies hérités par le fils, ce dernier, par devoir envers les membres de sa famille, devra peut-être dépenser pour eux la presque totalité ou peut-être quatre-vingt mille, ce qui ne lui laissera, pour lui-même, qu'un faible pourcentage de l'héritage, c'est-à-dire environ vingt mille roupies. La fille, de son côté, n'a aucune obligation de dépenser des cinquante mille roupies pour qui que ce soit. Elle a le droit de garder la totalité de la somme et d'en faire ce que bon lui semble. Préféreriez-vous hériter de cent mille roupies et être forcé d'en dépenser quatre-vingt mille, ou hériter de cinquante mille roupies et en garder la totalité pour vous-mêmes ?
 

Par Dr. Zakir Abdul Karim Naik.

Journalisée
yasmina.z
Nouveau membre
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Âge: 32
Localisation: Belgique
Messages: 19


Allah est la Lumière des cieux et de la terre.


Voir le profil
« Répondre #1 le: Juin 06, 2008, 19:35:28 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum
Je ne sais pas si je poste au bon endrois mais j'ai une question concernant le fait d'hériter de non musulmans.
Voila, ma grand-mère, non musulmane, est décédée il y a quelques années. Ma maman n'a pas dépenser l'argent qu'elle a reçu en héritage parce qu'elle souhaitait l'utiliser plus tard pour acheter une maison sans faire de crédit à interêt. Mais, on a appris qu'on ne pouvait hériter d'un non musulman. Je me demandais si vous aviez des hadiths ou versets qui traitent du sujet. De plus, mon grand-père, non musulman aussi, est décédé récemment et la question se repose donc.
 Salam Alaykoum
Journalisée

Toutes les sciences, toutes les formes de connaissance se rejoignent quelque part parce qu'il y a un seul esprit connaissant.
René Descartes
   

COffret integral Arabe
 Journalisée
Pages: [1]
  Ajouter aux favoris  |  Imprimer  

 
Aller à:  

 Développé par TOOLYNK, agence de développement d'applications web et mobile à Lyon & Paris
Technologies: Javascript, React, React Native, Angular, Java, Symfony, .NET, Réalité Virtuelle