Forum de la Grande Mosquee de Lyon
Nouvelles: Téléchargez sans plus attendre la GML tool, la barre d'outils 100% islamique, 100% Grande Mosquée de Lyon !!
 
*
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Charte du Forum  
Favoris  
Coran 
GML TV
connectez vous !

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session


Pages: [1]
  Ajouter aux favoris  |  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Les causes de la mauvaise fin  (Lu 2878 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
muslimclassic
Invité
« le: Août 31, 2007, 20:12:57 »
Share   Modifier le messageModifier

 bismillah

L' oubli du retour a Allah  Razza wa jal

Se repentir à Allah de tous les péchés déjà commis s’impose à tout moment et à toute personne qui atteint le palier de la connaissance. Voici à l’appui, la Parole d’ Allah le Très-Haut : {Et repentez-vous tous devant Allah, ô croyants, afin que vous récoltiez le succès} [Sourate la Lumière : 31].

Le Prophète (prière et bénédiction d'Allah sur Lui) à qui Allah a accordé le pardon de ses fautes, de ses péchés tant antérieurs qu’ultérieurs, se repentait quotidiennement cent fois, à Allah.

Et-A’car el-Mozni rapporte que le Messager d’Allah a dit : «ô hommes! repentez-vous à Allah ; moi-même, je me repens chaque jour à Lui cent fois» [1].
Le Messager d’Allah (prière et bénédiction d'Allah sur Lui), a, d’ailleurs, mis en évidence que «Celui qui repent de ses péchés commis est comme celui qui n’en a rien commis» [2]. Des stratagèmes les plus réussis qu’utilise Iblis à l’encontre des gens, il y a l’atermoiement au retour à Allah. C’est ainsi qu’il ne cesse pas de souffler à celui qui désobéit à Allah ses mauvais conseils qui consistent à mettre davantage de temps pour qu’il revienne à Allah, ayant devant lui beaucoup de temps. Et même s’il devait revenir immédiatement sur le droit chemin pour ne pas tarder à revenir à lui, son retour à Allah serait inadmissible, inacceptable, et ainsi il serait malgré tout du nombre des condamnés feu de l’Enfer. Ou alors Iblis ne cesse de lui chuchoter, lui disant qu’à cinquante ou soixante ans par exemple, il lui siérait alors de se repentir d’un repentir sincère, de ne pas se détacher de la mosquée et de multiplier les actes de dévotion à Allah. Mais pour l’instant, il est jeune, dans la fleur de l’âge, et par conséquent qu’il se réjouisse du moment présent tout en faisant peu de cas de tenir aux obéissances à Allah.

Voilà quelques uns des stratagèmes ourdis par Iblis afin de retarder le retour à Allah. Un des musulmans pieux de la première heure a dit : «Je vous mets en garde contre l’atermoiement car c’est l’un des éléments qu’utilisent les recruteurs d’Iblis. Et puis, la parabole proposé du croyant qui, ayant la volonté arrêtée, se repent à tous moments de ses péchés commis, et celle du croyant qui, ne se décidant pas après mûre réflexion, remet à un autre moment son retour à Allah. Et bien, c’est comme celle d’un voyageur de caractère énergiques qui, étant du nombre d’un groupe de gens faisant halte dans une ville, ne tarde pas, dans l’attente du départ prévu, à acheter tout ce qui lui est nécessaire et d’un autre qui, ne prenant jamais de ferme résolution, se répète tous les jours qu’il aurait assez de temps pour se préparer au départ attendu tout en ne se procurant par les provisions nécessaires. Et voilà que le chef des caravaniers annonce l’heure du départ. Telle est la parabole proposée aux gens de ce monde ; elle consiste en ce que le croyant résolu n’ait rien à regretter une fois que la mort survient, tandis que le croyant désobéissant et irrésolu répète : Mon Seigneur ! Retourne–moi à la vie, afin que je fasse quelque bonne œuvre de ce que j’ai laissé…».

1 : Hadith rapporté par Moslem (No.2702).
2 : Hadith rapporté par Ibn Majah (No.4250), avec une chaîne de garants
.


Par le Dr. Abdullah ibn Abdul Mohcine Atturqui


Journalisée
muslimclassic
Invité
« Répondre #1 le: Août 31, 2007, 20:38:55 »
Share   Modifier le messageModifier

 bismillah

Caresser pour un longtemps de (fols) espoirs insensés :

Caresser ces espoirs est la cause du malheur d’un grand nombre de gens quand le diable les trompe. En fait, ce dernier donne à l’individu l’impression qu’il a encore, une longue durée de vie, des années qui vont se succéder au cours desquelles il peut nourrir de grands espoirs. Ainsi, il n’aura de cesse d’avoir plus de zèle [3] pour aborder les dites années et les espoirs déjà nourris, tout oubliant de se rappeler de la vie dernière et de penser à la mort. Et si un jour il évoque la mort, il ne tarde pas à en être mécontent et ennuyé parce qu’elle lui trouble son existence faite de plaisirs tout comme elle l’indispose. Le Messager d’Allah (prière et bénédiction d'Allah sur Lui) nous en a mis en garde avec force en disant : «Il y a deux traits de caractère qui m’inspirent la plus grande crainte pour vous, ce sont le fait que rendre sa victime réfractaire à la Vérité. Pour ce qui est de la seconde, elle en fait une personne qui se limite à aimer la vie ici-bas, d’un amour intense» [4].

Si l’on aime la vie d’ici-bas plus que la vie Dernière, on la préfèrera, en étant par ses éclats, ses ornements et ses plaisirs, à la Demeure établie dans l’au-delà, à proximité d’Allah au sein de Son Paradis, avec ceux qu’Allah a comblés de Ses bienfaits : les Prophètes, les véridiques, les martyrs et ceux qui ont suivi la Voie de la vérité. Et quelle excellente compagnie !

En réalité, espérer vraiment de l’existence pendant une très courte durée de temps permet de prendre très rapidement conscience pour s’engager dans la réalisation de bonnes œuvres et de passer reste de sa vie vertueusement. Le fait est que tout est prédéterminé, à savoir chaque souffle et chaque journée. Et tout ce qui s’est passé est clos avec la mort. Il ne se reproduira plus jamais. Il faut ajouter à cela, sur le chemin à parcourir, toutes les entraves et les freins que le Prophète (prière et bénédiction d'Allah sur Lui) a élucidés en proclamant qu’il fallait prendre l’initiative des démarches à faire ; en effet, il y a sept que l’on évoque et qui sont aux antipodes de sept autres. Etes-vous dans l’attente d’une pauvreté qui incite à l’oubli, d’une richesse à la tyrannie, d’une maladie qui déforme, d’une vieillesse qui rend plus faible, d’une mort qui achève violemment, de l’antéchrist et c’est le pire absent que l’on attend et enfin, de l’Heure suprême, et bien plus, c’est cent fois pire [5] de son côté, Abdullah ibn Omar que Allah les agrée tous deux, dit : Le Messager d’Allah (prière et bénédiction d'Allah sur Lui) m’a tenu par les épaules et m’a déclaré : «Sois en ce bas monde comme un étranger ou un passant». De son côté, le fils d’Omar lui-même, répétait :« Quand tu es au soir, n’attends pas le matin, et quand tu es au matin, n’attends pas le soir. Prends de ta santé pour ta maladie, et de ta vie pour ta mort » hadith rapporté par el-Boukhari [6].

D’ailleurs, le Messager d’Allah (prière et bénédiction d'Allah sur Lui) a bien indiqué aux croyants le chemin à suivre pour qu’on prenne distance avec les espoirs vains que l’on caresse pendant longtemps tout en les faisant réfléchir sur la vérité de ce monde. Ainsi, il a recommandé de se souvenir des personnes déjà mortes, de visiter avec piété les tombes, de laver les morts, de rendre les honneurs suprêmes aux dépouilles des morts, de rendre visite aux malades, de rendre fréquemment visite aux personnes qui suivent la Voie de la vérité. Tous ces actes n’ont pour effet que d’essayer de réveiller celui qui a le cœur inattentif et de le faire réfléchir sur ce qu’il entreprend et ainsi il pourrait être à la hauteur de son entreprise. Et voici de façon succincte les détails appropriés :

A. Quant à évoquer constamment la mort, il n’a par effet que de faire renoncer aux plaisirs de ce monde tout en donnant envie de la vie Dernière. Ainsi, on est porté à la mise active en pratique des œuvres pies, mais également à ne pas s’abandonner aux plaisirs périssables rendus interdits ici-bas. A ce propos, Abou Horayrah rapporte que le Prophète (prière et bénédiction d'Allah sur Lui) a dit : «Fais souvent mention de ce qui démolisse les plaisirs profanes» [7] (Entendez: la mort (le traducteur)) . Ibn Omar rapporte qu’un Ançarite a demandé : «Qui est, Ô Messager d’Allah, l’homme le plus intelligent et le plus généreux des humains ?» «c’est celui, répondit-il, qui fait souvent mention de la mort et qui est le plus sur ses gardes. Celui-ci a emporté en même temps l’honneur de la vie et la dignité de la Vie Dernière» [8]. Puis, on doit penser [9] aux morts ; n’ont-ils pas été en vie et en bonne constitution ? ils ont eu des biens, ils ont également agi et réagi. Et voilà qu’aujourd’hui ils sont la proie des vers qui envahissent leurs corps et leurs os pour les traverser et les faire disparaître. Ensuite, on doit bien réfléchir à la question qui consiste à ce qu’on ne peut échapper à la mort ou bien, et à plus forte raison, le fait d’accéder à la mort à l’instar de ces morts. Et ainsi, on doit prendre des dispositions pour cette Demeure-là (dans l’au-delà), et s’y préparer en accomplissant des œuvres pies, c’est la monnaie courante de la vie Dernière.

B. Quant se recueillir sur les tombes dans les cimentières, c’est effectivement une leçon éloquente [10] faite à l’attention de soi-même. Le fait est que si l’on voit les sombres sépultures creusées [11], et si l’on perçoit cette fin dans laquelle les vivants, les amis du mort dont il est question, jettent de la terre [12] sur la dalle de la tombe qui accueille le corps du mort une fois qu’il y est étendu dans une fosse bien délimitée, pour le couvrir ensuite de briques cuites au soleil, avant de rebrousser chemin, pour partager ses biens, pour s’approprier ce qui lui appartenait exclusivement, pour donner en mariage ses femmes puis d’être oublié au bout d’un temps assez court, et ce après qu’il fut à la fois le détenteur de la Parole à laquelle on devait se conformer chez lui, et de celle qui proscrit et devant se conformer chez lui, et de celle qui proscrit et devant laquelle on ne devait pas être réfractaire. Et bien, après la visite du cimentière auquel le vrai croyant médite, il finit par percevoir parfaitement l’utilité et le sérieux de la sentence prophétique qui dit : «Visitez les tombes car elles vous évoquent la mort» [13].

C. En ce qui concerne le lavage du corps du mourant et les suprêmes honneurs donnés à sa dépouille, il est à remarquer que la leçon importante qui s’y dégage consiste en ce qu’on fait de son corps à sa guise. Le corps inerte est étendu sur la planche utilisée pour son lavage, alors même qu’il était sa vie durant, suffisamment fort pour se mouvoir seul ou même d’empêcher de s’en approcher à moins qu’il ne l’autorise. Il se peut qu’il soit tyrannique et un homme de taille, mais voilà une fois qu’il est mort, il n’est qu’un corps qui a perdu de son intensité, ne bougeant plus, et que le laveur approprié le fait déplacer comme il veut. En apercevant un convoi funèbre, Makhoul ed-Dimascki déclarait en s’adressant au mort : «Allez au cimentière, nous allons vous rejoindre. C’est, pour nous, une leçon éloquente et d’un autre côté, l’évidence de notre inattention ; celui qui nous précède s’en est allé et celui qui le suit a perdu l’esprit ». Au contraire, une fois que Othman ibn Affan que Allah soit satisfait de lui, rendait les honneurs suprêmes à la dépouille de quelqu’un, il se fixa tout près de la tombe et se mit à pleurer. On lui dit : «Souviens-toi du Paradis et du Feu et par la suite tu ne pleureras pas même si tu pleures en accostant la tombe». Il répondit : «J’ai entendu le Messager d’Allah (prière et bénédiction d'Allah sur Lui) dire : «La tombe est, certes, le premier rang qu’on tient dans les rangs de la Vie Dernière. Si on en sort indemne, la suite sera moins difficile ; sinon, la suite sera plus pénible». Hadith rapporté par Ahmed et Tirmidhi qui l’a rendu bon ; ibn Majah et el-Hakim, de leur côté, l’ont rectifié [14], [15].
D. Quant à la visite faite aux hommes de Vérité, elle rend les cœurs sensibles et anime les énergies. C’est qu’on perçoit les hommes vertueux qui se sont appliqués à adorer Allah et à rivaliser d’obéissance à lui, n’ayant pour objectif que la Satisfaction d’Allah et n’ayant pour but que d’avoir accès au Paradis, et ce en tournant le dos au monde ici-bas. Le fait est que de trop s’occuper de ce monde constitue un frein, une entrave empêchant de suivre cette noble voie. Or Allah a mis son Prophète sur la voie pour qu’il fasse patienter son âme auprès de ceux-là. {Fais preuve de patience [en restant] avec ceux qui invoquent leur Seigneur matin et soir, désirant Sa Face. Et que tes yeux ne se détachent point d’eux en cherchant (le faux) brillant de la vie sur terre. Et n’obéis pas à celui dont Nous avons rendu le cœur inattentif à notre Rappel, qui poursuit sa passion et dont le comportement est outrancier} [La Caverne : 28]. On demanda à el-Haçan : «O Abou Saïd, comment fait-on? doit-on tenir compagnie à des gens qui nous font peur jusqu’à ce qu’on s’en laisse prendre?» «Par Allah, répondit-il, il t’est plus sûr de fréquenter le monde qui te fait peur dans le but d’accéder à la sécurité, que de fréquenter le monde qui te rassure à tel point que la peur te touche profondément».



3 : Agir avec de coeur, de zèle (le traducteur).
4 : Hadith raconté par Ibn abud-Dunia, avec une chaîne de garants faibles. El-Iraki le rapporte dans le el-Ihya (No.4/453).
5 : Hadith rapporté par Tirmidhi (No.2408). Il dit que c'est un hadith Gharib et bon.
6 : Hadith rapporté par el-Boukhari (111/190-200) ainsi que par Tirmidhi (No.2334).
7 : Hadith rapporté par Tirmidhi (No.2409). Selon lui, c'est un hadith Gharib et bon; il est aussi relaté par Ibn Majah (No.4258).
8 : Hadith rapporté avec une chaîne de garants faibles, par Ibn Majah (No.4259); il est aussi relaté avec une bonne et authentique chaîne de garants, par Ibn Aboud-Dunia; c'est ce qu'a dit el-Iraki a dit dans la vérification des hadiths qui font l'objet du Volumineux ouvrage de El-Ihya (No.4/451).
9 : Et on me dit, donc, pas se souvenir du défaut en tant que tel (le traducteur).
10 : Donc, il n'y a pas lien, dans cette pratique, de pèlerinage extracanonique ou secondaire (le traducteur)..
11 : Les sépultures qui accueillent le corps du défunt (le traducteur).
12 : Ils égalisent la tombe avec le sol environnant. "c'est une innovation [blâmable] que de construire sur les tombes..." a-t-on dit au xème siècle (le traducteur).
13 : Hadith rapporté par Moslim (No.976).
14 : Hadith figure dans el-Mousnad (1/63) et il est aussi rapporté par Tirmidhi (No.2309).
15 : Cet état s'âme est dû au châtiment de la tombe qui tient une grande place dans la vie du Musulman, là, il est question de l'arrivée de deux Anges et de leur interrogatoire... Après quoi, l'élu trouve dans la tombe un lieu de félicité, tandis que le réprouvé continue à souffrir jusqu'à la Résurrection (le traducteur).


Par le Dr. Abdullah ibn Abdul Mohcine Atturqui
Journalisée
muslimclassic
Invité
« Répondre #2 le: Août 31, 2007, 20:48:13 »
Share   Modifier le messageModifier

 bismillah

Voir d’un bon œil la désobéissance à Allah, s’en familiariser et en être habitué :

En effet, si l’on s’habitue à l’une des désobéissances à Allah et qu’on ne s’en repent pas, c’est par le biais d’elle que Satan s’empare de nous ; il en est de même juste aux derniers moments de sa vie. Si les proches parents veulent, lors de l’agonie, lui inculquer la profession de foi afin qu’elle soit ses dernières Paroles, «Il n’y a d’Allah que Allah», et bien cela ne suffira pas à faire oublier ses désobéissances. C’est ainsi, il professera ce qui lui est vraiment inutile. Voici quelques-unes de ces relations appropriées :

Il y avait un certain homme qui, pour gagner sa vie, il cirait au marché ce que l’on vendait ; une fois l’heure de l’agonie venue, ses fils lui inculquait la Profession de foi en lui recommandant de dire la ilaha IllaLLah (il n’y a pas d’Allah que Allah), et lui ne répétait que «quatre et demi, quatre et demi». a un autre homme, on exigeait de lui de dire : La Ilaha Illallah, et lui, il ne débitait que : O Seigneur! Un beau jour, il y avait une femme loquace qui, se trouvant bien fatiguée, disait : Comment doit-on se diriger pour arriver au bain, vers quoi on accourt de toutes parts.

On disait à un troisième : Dis : il n’y a d’Allah que Allah, et lui se mettait aussitôt à chanter [16]. Il se peut que Allah le rappelle à lui tout en commettant la même désobéissance. Ainsi, il se trouvera devant la présence divine, dans une situation qui met Allah en colère. Le Prophète (prière et bénédiction d'Allah sur Lui) a dit : «Celui qui meurt dans tel ou tel cas, Allah le ressuscitera dans tel ou tel cas». Hadith rapporté par el-Hakim ; il l’a rendu authentique en s’appuyant sur Moslim. Edh-Dhahabi souscrit à son authentification [17].

16 : Voir la "Réponse suffisante" de Ibn Al-Qayem, P.96.
17 : El-Mostadrak (1/340).


Par le Dr. Abdullah ibn Abdul Mohcine Atturqui




Journalisée
muslimclassic
Invité
« Répondre #3 le: Août 31, 2007, 20:52:49 »
Share   Modifier le messageModifier

 bismillah

La mort violente :
Si le Musulman qui est soumis à une épreuve dure, prend patience et fait entrer en ligne de compte la récompense d’Allah, cela lui sera compté comme un salaire octroyé ; mais s’il s’afflige tout en se trouvant accablé par les charges qu’il subit, et il estime que la meilleure voie pour qu’il soit délivré de cet état de choses, c’est de se donner la mort, il choisira, alors, certes la désobéissance à Allah, et par la suite marchera à pas rapides vers la Colère d’Allah. Selon el-Boukhari, Abou Hourayrah que Allah soit satisfait de lui rapporte que le Messager d’Allah (prière et bénédiction d'Allah sur Lui) a dit : «Celui qui se donne la mort par asphyxie sera au nombre des habitants du Feu et celui qui se donne des coups (de couteau, d’épée), sera au nombre des habitants du Feu». D’ailleurs, selon el-Bokhari et Moslim, Abou Horayrah que Allah l’agrée dit : «A la bataille de Khaïbar [18], il y a eu parmi les combattants du Jihad, dont le Messager d’Allah (prière et bénédiction d'Allah sur Lui), un certain homme à propos duquel le Messager d’Allah (prière et bénédiction d'Allah sur Lui) a dit à un homme présumé musulman que ce type-là est du nombre des habitants du Feu. Une fois le combat livré, l’homme dont il était question a vivement combattu à tel point qu’il fut blessé. On dit, alors :« O Messager d’Allah, celui dont tu as précédemment dit qu’il est du nombre des habitants du Feu, a excellemment combattu et il est tombé mort ». « il sera, répéta-t-il, conduit au Feu ». Quelques-uns des musulmans eurent presque de l’incertitude à ce sujet. Dans cet imbroglio, voilà qu’on dit au Messager d’Allah (prière et bénédiction d'Allah sur Lui) que l’homme en question était encore vivant mais était grièvement blessé. A la nuit tombante, ce dernier, supportant mal sa souffrance et devenu impatient, s’est donné la mort. Le Prophète (prière et bénédiction d'Allah sur Lui) en fut informé ; il déclara alors : «Allah Akbar [19] et je proclame que je suis le Serviteur d’Allah et Son Messager». sur ce, il ordonna à Bilal [20] d’appeler aux gens, ce qui fut fait, le Prophète (prière et bénédiction d'Allah sur Lui) dit alors: «C’est seulement les Musulmans qui entreront au Paradis, et que Allah certes, consolide cette religion (l'Islam) par le canal de cet homme immoral» [21] [22].

19 : Dieu est plus Grand (le traducteur).
20 : Bilal, qui est originaire de l'Abyssinnie, est le Muezzin du Messager d'Allah (que la Paix et le salut d'Allah soient sur Lui).
21 : Hadith rapporté par el-Boukhari (6/125), et par Moslim (No.111).
22 : Il s'agit, ici, d'un cas à la fois très rare et très particulier qui est le propre de cette époque-là. Il se peut qu'il s'agit, d'un autre côté, de quelqu'un d'immoral mais il n'est pas du nombre des associateurs...(le traducteur).


Par le Dr. Abdullah ibn Abdul Mohcine Atturqui
Journalisée
   

Arabe Pour francophones
 Journalisée
Pages: [1]
  Ajouter aux favoris  |  Imprimer  

 
Aller à:  

 Développé par TOOLYNK, agence de développement d'applications web et mobile à Lyon & Paris
Technologies: Javascript, React, React Native, Angular, Java, Symfony, .NET, Réalité Virtuelle