Forum de la Grande Mosquee de Lyon
Nouvelles: Téléchargez sans plus attendre la GML tool, la barre d'outils 100% islamique, 100% Grande Mosquée de Lyon !!
 
*
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Charte du Forum  
Favoris  
Coran 
GML TV
connectez vous !

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session


Pages: [1]
  Ajouter aux favoris  |  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: LE DEVOIR DE SE SOIGNER La maladie n'est pas une fatalité.  (Lu 5883 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
Abdal-Fâtir
Membre régulier
**
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Localisation: région parisienne 93
Messages: 88


Voir le profil
« le: Juin 21, 2009, 09:24:12 »
Share   Modifier le messageModifier

Salam Alaykoum

LE DEVOIR DE SE SOIGNER

La maladie n'est pas une fatalité; il nous incombe donc de lutter et de mettre en œuvre tout ce qui est susceptible d'améliorer notre état, tout en faisant néanmoins preuve de patience et de résignation. En effet, la sante est un bienfait que Dieu nous a octroyé et que nous devons préserver. Il n'est donc pas permis au musulman de la négliger, ni de la laisser dépérir sans remède. A ce propos, on rapporte que le Prophète (psl) recommanda à un compagnon qui multipliait à l'excès les actes de dévotion de réduire une telle pratique. En effet, ce dernier jeunait le jour et veillait la nuit en prières, ce qui porta préjudice a sa sante et fit dire au Messager de Dieu (psl):
"Ton corps a des droits sur toi, tes yeux ont des droits sur toi.
"(Bukhari et Muslim)

Le musulman ne doit pas trop exiger de ses capacités physiques et lorsqu'il est malade, il doit chercher la guérison car le fait de s'imposer une souffrance sans tenter d'y remédier n'augmente pas son degré de foi et ne constitue pas non plus un acte méritoire.
Il faut donc tenter de supporter la souffrance, tout en s'astreignant toutefois à la soulager. Le Prophète (psl) a dit à cet effet: "Dieu n'a pas fait descendre sur Terre une maladie sans avoir, en même temps, fait descendre son remède.
"(Bukhari)

Cependant, si le croyant ne constate pas d'amélioration de son état en dépit de la thérapie qu'il a entreprise, il ne doit pas nécessairement en imputer la faute au corps médical,
mais bien plutôt y percevoir un signe de la volonté divine:
{"Si Dieu t'inflige un malheur, quel autre que Lui pourrait t'en délivrer? Et s'Il te gratifie d'un bienfait, [nul ne saurait t'en priver] car Il est le Tout-Puissant"}
 [Sourate Les Bestiaux, Al Anam, v.17]
Ainsi, en dépit de ses compétences et des nombreux progrès accomplis dans le domaine de la médecine, l'homme ne peut pas tout et doit accepter sa petitesse.

Rappelons également quelques pratiques du temps du Prophète (PSL) :
 Les moyens de se soigner, à cette époque, étaient des plus sommaires et consistaient le plus souvent en des préparations concoctées a partir de plantes, de graines et autres produits naturels. Ainsi, parmi les remèdes préconises par le Messager de Dieu (psl), l'on peut citer le miel. Le Coran y fait ainsi allusion comme source de bienfaits pour l'être humain:
{"De leur abdomen est secrétée une liqueur de diverses couleurs et aux effets salutaires pour les hommes. N'y a-t-il pas la encore un signe pour des gens qui réfléchissent?"} [Sourate Les abeilles, Al Nahl, v.69]
Le Prophète (psl), quant à lui, profère:
"Le miel est un remède pour chaque maladie et le Coran est un remède pour toutes les maladies. C'est pourquoi, je vous recommande ces deux remèdes:
Le Coran et le miel"
(Bukhari)

L'Envoyé de Dieu a également loue les vertus de la nigelle, de la truffe, de la datte, du lait de chamelle, de la talbina (bouillie de son, de lait et de miel) ainsi que l'usage des ventouses (al hijama).

Le musulman peut aussi utiliser le Coran comme moyen de soulagement, car la parole divine apaise le cœur de celui qui est confronte a une souffrance physique et morale:
{"Le Coran est un guide et un baume pour les croyants"} [Sourate Les Versets Détailles, Al fussilat, v.44]
{"N'est-ce pas au souvenir de Dieu que s'apaisent les cœurs?"} [Sourate Le Tonnerre, Al Ra'ad, v.28]
Le Prophète a, en outre, ajoute: "Il est permis de recourir à des formules incantatoires exemptes d'hérésie "


C'est ainsi qu'il préconise la lecture de certaines sourates coraniques ou l'emploi d'invocations salutaires:
- Selon les dires d'Aisha (Que Dieu soit satisfait d'elle), le Prophète (psl), lorsqu'il était malade, soufflait dans ses mains qu'il passait ensuite sur son corps,
après avoir récite les trois dernières sourates du Coran (Al Ikhlas, Al Falaq, Al Nass)
rapporte par Bukhari et Muslim.

- Il (PSL) utilisait également "Al Fatiha", la première sourate coranique.
- Aisha (que Dieu soit satisfait de lui) rapporte que lorsqu'une de ses épouses était malade,
le Messager d'Allah lui passait la main droite sur le corps en usant de l'incantation suivante: "Dieu des humains! Guéris-le mal.
C'est Toi qui guéris. Point de guérison en dehors de Toi. Que cette guérison soit totale, éliminant tout mal"
(Bukhari et Muslim)

- Contre les maux de tète et la fièvre, le Prophète (PSL) disait: "Au nom de Dieu, le Plus Grand.
Nous cherchons refuge contre le mal de toute veine trop chargée de sang et contre les méfaits d'un feu incandescent".

(Ibn Al Sunni)
Enfin, les invocations adressées à Dieu doivent l'être à voix basse, avec humilité et dévotion.

Insistons sur le fait que le musulman doit, pour se soigner, utiliser des moyens et des produits licites et s'abstenir, dans la mesure du possible, l'usage de substances contenant des matières prohibées par l'Islam. Le Prophète (PSL) a dit à ce sujet:
"Dieu a envoyé a la fois la maladie et les moyens de la guérir. Soignez-vous mais prenez garde de ne rien utiliser qui ne soit licite".

(Abu Dawud)

Aussi efforçons-nous de recourir à des moyens licites pour remédier à nos maux, en évitant d'attribuer un pouvoir quelconque a autre chose que ce que Dieu a permis. Voici plusieurs hadiths qui traitent de ce sujet:
- S'adressant à un homme qui portait un bracelet en cuivre, le Prophète (psl) s'écria: "Malheur a toi! Que portes-tu-la? Enlève-le, il ne fait qu'accentuer ton mal. Si tu meurs en le portant, tu ne trouveras pas le salut."
(bukhari)
- "Celui qui consulte un devin ou un magicien , et qui croit a ce que celui-ci lui dit, aura mécru en ce qui aura été révèle a Muhammad"
 (AL Bazzar)

- "Celui qui porte une amulette fait preuve d'hérésie" (Ahmad Al Hakim)

En définitive, les croyants doivent strictement bannir tout recours a la magie, aux devins ainsi que le port d'un 'gri-gri' car
il est grave de conférer a quelqu'un ou a des objets inertes une telle importance, alors que ceux-ci ne peuvent ni profiter,
ni nuire a celui qui les possède. C'est donc faire preuve de faiblesse de foi que de placer ceux-ci sur le même piédestal que Dieu,
et opter pour l'idolâtrie.


Texte écrit par Catherine CANDELLIER (Khadija Abderrahmane


 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
« Dernière édition: Novembre 14, 2012, 07:38:15 par Um♥Rayhane » Journalisée
fathéma
Invité
« Répondre #1 le: Novembre 14, 2012, 07:39:30 »
Share   Modifier le messageModifier

bismillah
 Salam Alaykoum


 MachAllah El Hamdoulilah Allahou Akbar

 Baraka Allahou Fik AKHY POUR CE BEAU PARTAGE/RAPPEL

qu'Allah nous guide et nous pardonne


Wa 'alaykoum salam
Journalisée
   

COffret integral Arabe
 Journalisée
Pages: [1]
  Ajouter aux favoris  |  Imprimer  

 
Aller à:  

 Développé par TOOLYNK, agence de développement d'applications web et mobile à Lyon & Paris
Technologies: Javascript, React, React Native, Angular, Java, Symfony, .NET, Réalité Virtuelle