Forum de la Grande Mosquee de Lyon
Nouvelles: Téléchargez sans plus attendre la GML tool, la barre d'outils 100% islamique, 100% Grande Mosquée de Lyon !!
 
*
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Charte du Forum  
Favoris  
Coran 
GML TV
connectez vous !

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session


Pages: [1]
  Ajouter aux favoris  |  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: la friction sur les chaussettes  (Lu 3265 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
jeunepieux
Invité
« le: Novembre 16, 2009, 19:59:16 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh


Se contenter, lors des ablutions, de passer sa main humidifiée sur ses chaussettes


Lorsqu'on fait les ablutions (wudhû), il faut entre autres se laver les deux pieds jusqu'aux chevilles. Mais il est aussi permis de remplacer ce lavage (ghasl) des pieds par le passage (mas'h) de la main humidifiée sur la partie supérieure (et non sur le dessous) des chaussettes que l'on porte. De nombreux Compagnons – près de quatre-vingts d'après Ibn Hajar – ont rapporté cette permission du Prophète (sur lui la paix). Il y a cependant quelques règles à respecter pour pouvoir avoir recours à cette permission.


1 Il faut avoir enfilé ses chaussettes en état de pureté rituelle :

Il faut être en état de wudhû et il faut donc que les petites ablutions que l'on a faites auparavant n'aient pas été annulées. Si ses petites ablutions (wudhû) avaient été annulées, il faut les refaire entièrement avant d'enfiler les chaussettes. A propos des chaussettes qu'il portait, le Prophète avait dit à Al-Mughîra qui était en train de l'aider à faire ses petites ablutions : "Laisse-les, je les ai enfilées en état de pureté" (rapporté par al-Bukhârî et Muslim).

2) Il faut qu'il s'agisse de chaussettes qui…


2.1) Il y a des divergences d'opinions sur le fait de savoir s'il faut absolument que ces chaussettes couvrent les chevilles également (c'est l'avis de la majorité des savants) ou si cela n'est pas une condition (c'est l'avis de al-Awzâ'î).


2.2) Il y a aussi divergence d'opinions sur le fait de savoir si le passage de la main humidifiée pendant les ablutions est possible sur des chaussettes en cuir qui sont légèrement trouées ou si cela n'est pas possible : d'après ath-Thawrî, Dâoûd et Abû Thawr, cela est possible même sur des chaussettes trouées ; d'après la majorité des savants (école hanafite, mâlikite, shafi'ite), cela n'est pas possible (d'après Abû Hanîfa, la déchirure dans la chaussette doit être inférieure à la surface que couvrent trois doigts).


2.3) Concernant le matériau à partir duquel les chaussettes ont été faites, il y a également des avis différents :



2.3.1) Il n'y a pas de divergences d'opinions sur le fait que cela est permis sur des chaussettes en cuir (en arabe khuff).

2.3.2) Les écoles hanafite et shafi'ite (entre autres) sont aussi d'avis que cela est permis si les chaussettes que l'on porte ne sont pas en cuir (et sont des jawrab, comme on dit en arabe) mais sont revêtues de cuir soit entièrement (mujallad), soit seulement sur la partie qui touche le sol (muna'all).

2.3.3) Par contre, si l'on porte des chaussettes (en arabe jawrab) qui ne sont ni comme celles décrites en 2.3.1, ni comme celles décrites en 2.3.2, il existe des divergences d'opinions parmi les écoles juridiques :



a) Selon l'école malikite et selon un des avis rapportés de Abû Hanîfa : il n'est pas possible de remplacer le lavage des pieds par le passage de la main mouillée sur de telles chaussettes.

b) Selon les écoles shafi'ite et hanbalite et selon l'autre avis rapporté de Abû Hanîfa : il est possible de remplacer le lavage des pieds par le passage de la main mouillée sur de telles chaussettes, mais à condition que celles-ci soient suffisamment épaisses (thakhîn).

Maintenant, comment fait-on la différence entre chaussette épaisse et fine ? Il y a à ce sujet plusieurs avis juridiques :

– il faut qu'on ne puisse pas voir la peau au travers de cette chaussette (selon un des avis de l'école hanafite) ;
– il faut que l'eau ne traverse pas la chaussette (selon un des avis de l'école hanafite).

c) Selon l'école zâhirite et aussi selon Ibn Taymiyya : cela est autorisé sur toute chaussette qui tient d'elle-même sur les pieds.




3) Quelle est la durée maximale pendant laquelle on pourra continuer à remplacer ainsi le lavage des pieds par le passage de la main humidifiée sur les chaussettes ?


Si on n'est pas en voyage, elle est de un jour (24 heures) maximum, et si on est en voyage, elle est de trois jours (72 heures) maximum. Le Prophète a dit : "Pour le voyageur trois journées et trois nuits, et pour celui qui n'est pas en voyage une journée et une nuit" (rapporté par Muslim, n° 85).


La durée est prise en compte à partir du moment où :

– on a fait les ablutions et lavé ses pieds avant d'enfiler ses chaussettes (d'après al-Awzâ'î, Abû Thawr et un des avis rapportés de Ahmad) ;
– on a enfilé ses chaussettes (d'après al-Hassan al-Basrî) ;
– ses ablutions se sont annulées pour la première fois après avoir enfilé ses chaussettes (d'après les écoles hanafite et shafi'ite).


Mais si on se trouve en état de grande impureté, on devra faire de grandes ablutions (prendre un bain complet, ghusl), et on devra pour cela bien sûr enlever ses chaussettes. Safwân ibn 'Assâl rapporte :

"Le Prophète nous (permettait), lorsque nous étions en voyage, de ne pas retirer nos chaussettes [pour faire les ablutions] pendant trois journées et trois nuits à cause de [l'annulation des ablutions par] le fait d'avoir été à la selle, d'avoir uriné ou d'avoir dormi, sauf en cas de grande impureté" (rapporté par at-Tirmidhî, n° 96, etc.).


Sources : Al-Fiqh ul-islâmi wa adillatuh, pp. 497-500 – Al-mas'h 'ala-l-jawrabayn, Muhammad Jamâl ud-dîn al-qâssimî – Fiqh us-sunna, as-Sayyid Sâbiq, tome 1 pp. 75-79.
Journalisée
islamia69005
Nouveau membre
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Localisation: lyon
Messages: 37



Voir le profil
« Répondre #1 le: Avril 29, 2010, 16:04:40 »
Share   Modifier le messageModifier


 Salam Alaykoum
Question : Pour une femme, est-ce obligatoire de se couvrir les pieds durant la prière ?

Réponse : Mouhammad Patel : Pour ce qui est de la question de savoir si la femme doit oui ou non se couvrir les pieds durant la prière rituelle - Salât , il y a des divergences entre les écoles juridiques:

Selon les écoles chaféite, malékite et hambalite, les pieds de la femme font partie de la "awrah" (partie qui doit être cachée) durant la prière.1 Il est donc nécessaire de les recouvrir lors de la Salât, en portant des chaussettes par exemple. A ce sujet, ils se basent notamment sur une Tradition de Abou Dâoûd qui indique qu'on demanda une fois à Oummou Salamah (radhia Allâhou anha) quels sont les vêtements qu'une femme peut porter pour prier. Elle répondit: "Elle priera en portant un voile (khimâr) et une tunique (dir'oun) longue qui cache le dessus de ses pieds." 2 Cependant, d'après l'école malékite, si une femme n'a pas recouvert ses pieds pendant la Salât, sa Salât sera valable, mais elle aura commis un acte "makroûh" (répréhensible). C'est pourquoi, il sera quand même recommandé à la femme qui aura ainsi accompli sa Salât de la refaire tant que l'heure de cette Salât n'est pas encore finie.

Selon l'avis de l'Imâm Abou Hanîfah r.a. et des savants de l'école hanafite, les pieds ne font pas partie de la "awrah", que ce soit durant la prière ou en dehors de la prière. Il n'est donc pas nécessaire à la femme de les recouvrir lors de la Salât. Sur ce point, les hanafites se basent essentiellement sur une interprétation rapportée de Aïcha (radhia Allâhou anha) concernant le verset bien connu de la Sourate "An Noûr" où il est fait mention des parties du corps qu'il n'est pas nécessaire à la femme de couvrir :

"Et dis aux croyantes de baisser leurs regards, de garder leur chasteté, et de ne montrer de leurs atours que ce qui en paraît et qu'elles rabattent leur voile sur leurs poitrines (…)"(Sourate 24 / Verset 31)

Selon un rapport de Aïcha (radhia Allâhou anha) donc, l'expression "ce qui en paraît" englobe (aussi) l'"anneau" qui était porté aux orteils par les femmes de l'époque (en arabe, ce type d'anneau est appelé "Fatkh"). C'est donc à partir de cette interprétation que les hanafites ont déduit que les pieds comptent également parmi les parties du corps que la femme n'est pas obligée de dissimuler. 3

(Sources: "Al fiqh-oul-islâmi wa adillatouhou" , "Al moufassal fî ahkâmil mar'ah" et "Madjmou' oul Fatâwa")


Wa Allâhou A'lam !

Et Dieu est Plus Savant !
Journalisée
~SETIF~
Invité
« Répondre #2 le: Septembre 01, 2011, 20:01:20 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum

Nawawy a dit : « L’unanimité des Grands Ulémas, s’est établi à propos de l’effleurement des chaussons, soit qu’il soit en voyage ou non, soit pour une nécessité ou non. Il est même permis pour la femme qui garde sa maison et celui qui souffre d’une maladie chronique et ne peut pas marcher.»

source;http://sajidine.com/fiq/purete-rituelle/massah.htm
Journalisée
Maria.A
Invité
« Répondre #3 le: Janvier 27, 2013, 18:46:37 »
Share   Modifier le messageModifier

Salem Alaycoum !!

Barak'allah oufikom pour vos partages d' articles treés clair  et nécessaire Machallah !

 baraka2

 Salam Alaykoum
Journalisée
   

La prière- as Salate
 Journalisée
Pages: [1]
  Ajouter aux favoris  |  Imprimer  

 
Aller à:  

 Développé par TOOLYNK, agence de développement d'applications web et mobile à Lyon & Paris
Technologies: Javascript, React, React Native, Angular, Java, Symfony, .NET, Réalité Virtuelle