Forum de la Grande Mosquee de Lyon
Nouvelles: Téléchargez sans plus attendre la GML tool, la barre d'outils 100% islamique, 100% Grande Mosquée de Lyon !!
 
*
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Charte du Forum  
Favoris  
Coran 
GML TV
connectez vous !

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session


Pages: [1]
  Ajouter aux favoris  |  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Le Voyage Miraculeux du Prophète (PBSL) AL ISRA WAL MI'RAJ  (Lu 25278 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
shams
Invité
« le: Août 09, 2007, 10:57:47 »
Share   Modifier le messageModifier

Salam Alaykoum

Aujourd'hui nous sommes le 9 Août qui correspond au calendrier musulman: le 26 RAJAB

Yûsuf `Abd Allâh Al-Qaradâwî


Le Voyage nocturne que Dieu offrit à Son Messager — paix et bénédiction sur lui — est le voyage terrestre de La Mecque vers Jérusalem, de la Mosquée Sacrée vers la Mosquée Al-Aqsâ. Il s’agit d’un voyage terrestre qui eut lieu de nuit. L’Ascension, quant à elle, est un voyage de la Terre vers le Ciel, de Jérusalem vers les cieux les plus élevés, vers un point auquel nul homme n’avait auparavant jamais accédé, vers le Jujubier de la Limite (sidrat al-muntahâ), vers un endroit que Seul Dieu connaît. Ces deux voyages furent une étape importante de la vie du Prophète — paix et bénédiction sur lui — et du parcours suivi à la Mecque par sa nouvelle religion. Ces voyages intervinrent après que le Prophète eut goûté de la part de Quraysh toutes les formes de persécutions et de souffrances.

Dieu, le Très-Haut, offrit ce voyage à Son Messager, le Voyage nocturne et l’Ascension, en tant que soulagement et réconfort pour tout ce qu’il avait souffert, et en tant que compensation pour tout ce qu’il avait enduré. Dieu — Exalté soit-Il — lui fit ainsi savoir que si les habitants de la Terre se sont détournés de toi, alors les habitants du Ciel sont venus à toi, et si ces hommes t’ont rejeté, alors Dieu t’a accueilli et les Prophètes t’ont suivi, en te désignant comme leur Imam. Il s’agissait ainsi d’une compensation et d’un honneur faits au Messager — paix et bénédiction sur lui — de la part de Dieu — Exalté soit-Il. Il s’agissait également pour le Prophète d’une préparation à l’étape suivante de sa mission. En effet, il devrait, quelque temps plus tard (trois années selon certains et dix-huit mois selon d’autres), endurer de grandes épreuves… Ce qui est sûr, c’est que cet épisode eut lieu avant l’Hégire. Le Voyage nocturne et l’Ascension étaient une préparation à l’ère post-hégirienne, à cette ère de lutte armée au cours de laquelle le Prophète — paix et bénédiction sur lui — allait entrer en confrontation avec tous les Arabes. Tous les Arabes allaient se réunir tels un seul homme pour diriger leurs flèches contre le Prophète. De nombreux fronts allaient s’ouvrir et s’opposer à sa mission universelle.

A l’occasion de l’anniversaire du Voyage nocturne et de l’Ascension, les choses les plus importantes sur lesquelles il faut insister sont au nombre de deux. La première est la Mosquée Al-Aqsâ. Il est nécessaire de comprendre la manière dont Dieu — Exalté soit-Il — établit un lien entre la Mosquée Sacrée et la Mosquée Al-Aqsâ et la manière dont Il nous informa que le choix de la Mosquée Al-Aqsâ était intentionnel. En effet, le Prophète — paix et bénédiction sur lui — aurait très bien pu monter au Jujubier de la Limite depuis La Mecque.

Nous devons donc méditer les raisons pour lesquelles ce Voyage nocturne eut lieu de la Mosquée Sacrée à la Mosquée Al-Aqsâ ainsi que les raisons pour lesquelles le Messager de Dieu — paix et bénédiction sur lui — ne monta pas directement de la Mosquée Sacrée aux cieux les plus élevés. Ceci nous indique en effet que le passage par cette sainte étape, par Jérusalem, par cette terre que Dieu bénit pour les mondes, par la Mosquée Al-Aqsâ, était intentionnel. Par ailleurs, le fait que le Messager de Dieu — paix et bénédiction sur lui — dirigeât la prière des Prophètes à Jérusalem comporte une profonde signification. Ainsi, le commandement revenait désormais à une nouvelle communauté et à un nouveau message, à un message universel. Contrairement aux messages antérieurs pour lesquels chaque prophète fut envoyé à son peuple, celui-ci se voulait être un message général et éternel destiné à toute l’humanité.

Ce lien entre les deux Mosquées, la Mosquée Sacrée et la Mosquée Al-Aqsâ, fut établi afin que le Musulman ressente que chacune d’elles a sa sainteté propre. Ainsi, l’une fut le point de départ du Voyage nocturne, l’autre en fut le point d’arrivée. Ceci indique donc que celui qui abandonne la Mosquée Al-Aqsâ est à deux doigts d’abandonner la Mosquée Sacrée, celui qui abandonne le point d’arrivée du Voyage nocturne peut parfaitement abandonner son point de départ. Dieu — Exalté soit-Il — voulut donc établir un lien entre les deux Mosquées, la Mosquée qui fut le point de départ du Voyage nocturne et la Mosquée qui en fut le point d’arrivée, la Mosquée Sacrée et la Mosquée Al-Aqsâ. Dieu — Exalté soit-Il — voulut que ces deux Mosquées, la Mosquée Sacrée et la Mosquée Al-Aqsâ, fussent reliées entre elles dans l’âme de chaque Musulman. Dieu insista sur la Mosquée Al-Aqsâ « dont Nous avons béni l’alentour » [1]. Il fit attribut de la bénédiction pour décrire cette Mosquée, et ce, avant même la construction de la Mosquée du Messager de Dieu — paix et bénédiction sur lui. En effet, la Mosquée du Prophète ne fut édifiée qu’après l’Hégire, à Médine. Dieu voulut donc consolider cette idée et la raffermir dans les consciences et les cœurs des Musulmans, afin qu’ils n’abandonnent aucune des deux Mosquées. Car celui qui abandonne la Mosquée Al-Aqsâ est à un pas d’abandonner la Mosquée Sacrée. Cette Mosquée fut intimement reliée à l’épisode du Voyage nocturne et de l’Ascension ; c’est vers elle que, pendant une longue période, les Musulmans se tournèrent pour leur prière, après que cette dernière eut été prescrite. Les Musulmans priaient vers Jérusalem : Jérusalem fut leur direction de prière (qiblah) pendant trois ans à la Mecque et pendant seize mois à Médine. Ils prièrent vers cette Mosquée de Jérusalem qui était alors la première direction des Musulmans. Cette Mosquée est donc la première direction de prière des Musulmans, la terre du Voyage nocturne et de l’Ascension, et la Mosquée vers laquelle les Musulmans voyagent exclusivement, conjointement avec la Mosquée Sacrée et la Mosquée du Prophète. Jérusalem devient ainsi la troisième ville sainte de l’Islam, après La Mecque et Médine.

C’est de cette manière que les Musulmans doivent saisir l’importance de Jérusalem dans leur histoire et l’importance de la Mosquée Al-Aqsâ dans leur religion, dans leur foi et dans leur vie. C’est pour cette raison que les Musulmans, tout au long de l’histoire, ont toujours œuvré pour que cette Mosquée reste entre leurs mains.

Dieu — Exalté soit-Il — voulut établir un lien entre cette Mosquée et l’anniversaire du Voyage nocturne et de l’Ascension, et ce, afin que chaque année, à l’approche de cet anniversaire à la fin du mois de Rajab [2], lorsque les Musulmans, où qu’ils soient, célèbrent cet épisode, ils se rappellent cette grave question, cette cause sacrée… Nous ne pouvons pas, chers frères, l’abandonner. Si les Juifs ont rêvé d’établir un État et qu’ils sont parvenus à réaliser leur rêve, nous devons, nous aussi, rêver qu’il nous est impossible d’abandonner notre Mosquée. Même si la réalité amère qui nous fait face se rend dans toute l’ampleur de sa reddition et est vaincue dans toute l’ampleur de sa défaite, nous ne devons pas nous y soumettre et accepter ainsi la déroute.

Nous devons avoir la foi que Dieu — Exalté soit-Il — est avec nous, qu’Il est notre Secours, qu’Il fera triompher Sa religion sur toutes les autres religions et qu’Il est le Secoureur de la Communauté croyante, ainsi que l’a rapporté l’Imam Ahmad et At-Tabarânî, d’après Abû Umâmah Al-Bâhilî — que Dieu l’agrée, selon qui, le Prophète — paix et bénédiction sur lui — a dit : « Il restera un groupe de ma Communauté, établissant la justice et vainquant leurs ennemis, auxquels nul, parmi ceux qui leur tiendront front, ne pourra causer du tort — sauf à être trahis — jusqu’à ce que le Commandement de Dieu (le Jour du Jugement dernier) arrive alors que leur attitude demeurera inébranlable. » On demanda : « Ô Messager de Dieu, et où sont-ils ? » Il répondit : « A Jérusalem et dans les alentours de Jérusalem. »

Tel est le premier enseignement à tirer de l’épisode du Voyage nocturne et de l’Ascension.

Le second enseignement est celui qui concerne la prière. On sait que la prière fut prescrite lors de cette nuit grandiose. Nous savons à notre époque que lorsqu’un pays souhaite une chose importante, il en fait part à son ambassadeur. En outre, il ne lui suffit pas d’envoyer à cet ambassadeur un message dans la valise diplomatique. Bien au contraire, il le convoque pour qu’il se présente en personne. Or, le Prophète — paix et bénédiction sur lui — est l’Ambassadeur de Dieu vers Sa création — à Dieu appartient cependant le meilleur exemple [3]. Ainsi, Dieu convoqua Son Ambassadeur, le fit voyager de nuit, puis le fit monter jusqu’au Jujubier de la Limite. Et c’est là que furent prescrites les cinq prières quotidiennes.

Tous les cultes furent prescrits sur Terre, excepté la prière qui fut prescrite au Ciel. Ceci constitue une preuve de l’importance capitale de ce culte, de ce devoir et de ce pilier de l’Islam. La prière est ainsi le vestige qui nous reste de ce Voyage, le seul vestige matériel qui nous reste. En effet, la prière constitue l’ascension propre de chaque Musulman, l’ascension spirituelle qui lui permet de s’élever jusqu’à Dieu — Exalté soit-Il. C’est comme si le Messager nous était revenu avec un présent de son Voyage grandiose [4]. Ce présent consiste précisément en cette prière que le Musulman doit accomplir en signe d’adoration de Dieu — Exalté soit-Il.

C’est pour cette raison que nous devons rappeler l’importance de cette prière, en particulier dans la mesure où elle est liée à la Mosquée Al-Aqsâ. En effet, lorsque la prière fut prescrite, et jusqu’à l’ère post-hégirienne, cette Mosquée fut la première direction de prière des Musulmans. Si, d’après l’hypothèse la plus probable, le Voyage nocturne eut lieu en l’an dix de la mission [5], alors les Musulmans prièrent pendant trois ans avant l’Hégire, puis encore seize mois après, tournés vers Jérusalem. Jérusalem fut la première direction de prière des Musulmans, après quoi Dieu leur ordonna de se tourner désormais vers la Mosquée Sacrée : « Où que vous soyez, tournez-y vos visages. » [6].

Les Juifs provoquèrent alors à Médine un tollé général au sujet de cette affaire. « Les faibles d’esprit parmi les gens vont dire : ‹Qui les a détournés de la direction (qiblah) vers laquelle ils s’orientaient auparavant ?› » [7] Ils répandirent la rumeur que la prière des Musulmans, avant le changement de direction, était nulle et que sa récompense était perdue. Dieu leur répondit par le verset précédent, ajoutant : « Et Nous n’avions établi la direction (qiblah) vers laquelle tu te tournais que pour savoir qui allait suivre le Messager et qui allait s’en retourner sur ses talons. C’était un changement difficile, mais pas pour ceux que Dieu a guidés. Et ce n’est pas Dieu qui vous fera perdre la récompense de votre foi, car Dieu, certes, est Compatissant et Miséricordieux pour les hommes » [8]. Ici, le mot « foi » désigne la prière : Dieu exprime la prière en parlant de foi car la prière est précisément une expression de la foi de l’individu.

La prière est ainsi donc l’ascension propre de chaque Musulman. Si le Prophète — paix et bénédiction sur lui — monta vers les cieux les plus élevés, sache que tu as à ta disposition, cher frère Musulman, une ascension spirituelle par laquelle tu peux monter indéfiniment vers Dieu — Exalté soit-Il -, et ce, grâce à la prière, au sujet de laquelle, le Très Haut dit dans un hadith sacré : « J’ai partagé la prière en deux parts, l’une pour Moi, l’autre pour Mon Serviteur, et à Mon Serviteur ce qu’il demande. Si Mon Serviteur dit : « Louanges à Dieu, Seigneur des Mondes. » [9], Je dis : Mon Serviteur M’a loué. S’il dit : « Le Clément, le Miséricordieux. » [9], Je dis : Mon Serviteur M’a rendu les hommages. S’il dit : « Le Maître du Jour de la Rétribution. » [9], Je dis : Mon Serviteur M’a glorifié. S’il dit : « C’est Toi que nous adorons et c’est Toi que nous implorons. » [9], Je dis : Cela Nous concerne Moi et Mon Serviteur, et à Mon Serviteur ce qu’il demande. S’il dit : « Guide-nous vers le droit chemin. Le chemin de ceux que Tu as comblés par Tes bienfaits, non le chemin de ceux qui ont encouru Ta colère ni de ceux qui se sont égarés. » [9], Je dis : Cela est pour Mon Serviteur, et à Mon Serviteur ce qu’il demande.




[1] Sourate 17 intitulée le Voyage nocturne, Al-Isrâ’, verset 1.

[2] Rajab est le septième mois du calendrier musulman.

[3] Expression prononcée par les Musulmans lorsqu’ils comparent le divin à des exemples matériels, pour mieux faire comprendre leurs propos. Cette expression est une sorte d’excuse signifiant que Dieu est certes incomparable, mais qu’on peut utiliser tel ou tel exemple pour mieux faire ressortir telle ou telle idée.

[4] Nous recommandons la lecture de ces lignes de l’Imâm-exégète Muhammad Mitwallî Ash-Sha`râwî : "Le cadeau de la Proximité pour la proximité".

[5] L’an -3 du calendrier musulman.

[6] Sourate 2 intitulée la Vache, Al-Baqarah, verset 144.

[7] Sourate 2 intitulée la Vache, Al-Baqarah, verset 142.

[8] Sourate 2 intitulée la Vache, Al-Baqarah, verset 143.

[9] Il s’agit des versets de la sourate 1 intitulée le Prologue, Al-Fâtihah, que le Musulman doit réciter à chaque cycle de prière (rak`ah).



Salam Alaykoum
Journalisée
shams
Invité
« Répondre #1 le: Août 09, 2007, 11:06:27 »
Share   Modifier le messageModifier

Salam Alaykoum

Les miracles d’Al-Isrâ’ et Al-Mi`râj

Il s’agit ici d’une collection de miracles que beaucoup de musulmans citeraient spontanément si l’on venait à leur demander un exemple de miracles du Prophète Mohammad - que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui. C’est d’autant plus vrai qu’il y a une sourate (i.e. un chapitre) du Coran qui y est dédiée. Il s’agit de la sourate intutilée Al-Isrâ’ et dont les quelques premiers versets font référence à cet évènement miraculeux. Le mot isrâ’ signifie "voyage nocturne" et mi`râj signifie "ascension".

Le voyage nocturne en question, c’est le voyage que le Prophète Mohammad a fait entre La Mecque et Jérusalem en une nuit ! Et, l’ascension désigne son ascension de Jérusalem au ciel. Tout le long de ce voyage, le Prophète était accompagné par l’Archange Gabriel qui lui servait de guide et lui montrait de nombreux spectacles de l’Enfer et du Paradis. Gabriel avait mis à la disposition du Prophète une monture appelée al-bourâq (son nom est de la même racine que l’éclair) qui faisait des bonds gigantesques : elle posait ses pattes aussi loin que la vue portait ! Arrivé au plus haut des Cieux, le Prophète - que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui - put s’entretenir avec Dieu et c’est à cette occasion même que Dieu prescrivit les prières quotidiennes que les musulmans font (D’abord cinquante, puis sur les conseils répétés de Moïse - que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui, le Prophète obtint une réduction à cinq prières quotidiennes).

Nous n’allons pas nous étendre sur les choses mystérieuses que le Prophète a vu en cours de route et qu’il a relatées par la suite car cela sort du cadre de notre étude sur les miracles concrets/spectaculaires. Nous allons plutôt nous attacher à ce que les Mecquois ont vu de cette affaire et ce dont il ont témoigné. Le lendemain matin, de retour de son périple céleste, le Prophète décida d’annoncer publiquement ce qui lui est arrivé pendant la nuit.

D’après Abû Huraïrah - que Dieu l’agrée, le Prophète dit : "J’étais à Al-Hijr [1] et Qoraïsh m’interrogeait sur mon passage à Jérusalem. Ils m’interrogèrent sur certains détails du Temple Sacré (bayt al-maqdis) auxquels je n’avais pas prêté attention. Je sentis un énorme malaise comme je n’en avais jamais senti auparavant. Alors Dieu dévoila le Temple Sacré à mon regard et je répondis à toutes leurs interrogations."

Il convient de souligner que le Prophète ne connaissait pas Jérusalem avant ce voyage miraculeux et c’est ce qui justifie les questions que son peuple lui posa à propos de la ville car ils savaient pertinemment que Mohammad n’en avait pas une connaissance préalable.

Un autre récit donne un autre éclairage sur cet interrogatoire : Omm Hâni’ - que Dieu l’agrée - dit : "Le Prophète - que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui - dormait chez nous la nuit où le miracle d’al-Isrâ’ eut lieu. Je constatai son absence cette nuit là et je ne pus fermer l’œil de peur qu’un malheur ne lui soit arrivé. [A son retour], le Prophète m’expliqua : "Gabriel - que la paix soit sur lui - vint me voir, il me prit par la main et nous sortîmes de la maison. Devant la porte, je trouvai une monture entre la mule et l’âne. Il me fit monter dessus et nous partîmes.

Arrivés au Temple de Jérusalem, il me montra Abraham qui était de la même constitution que moi. Il me montra Moïse : il était basané et grand de taille avec des cheveux blancs, il ressemblait aux gens de Azd Shanu’ah (une tribu arabe). Il me montra Jésus, fils de Marie, il était blanc de teint avec un peu de rougeur. Il ressemblait à `Urwah Ibn Mas`ûd Ath-Thaqafî. Il me montra aussi l’Imposteur [l’Antéchrist]. Borgne de l’œil droit, il ressemblait à Qotn Ibn `Abd Al-`Ozzâ." Puis il me dit : "Je veux sortir raconter tout ce que j’ai vu à Qoraïsh." Je le retins par ses vêtements et lui dis : "Je t’en conjure, tu sais bien que ces gens te démentissent et je crains qu’ils ne te fassent du mal !" Il libéra ses vêtements de ma main et sortit.

Il alla les voir dans leur lieu de rencontres et leur raconta son récit. Mut`am Ibn `Adiyy se leva et lui dit : "Ô Muhammad, si tu étais aussi jeune que tu l’étais dans le temps, tu n’aurais pas dit une telle chose et resté impuni !" Un autre homme lui dit : "As-tu vu sur ton chemin des chameaux qui nous appartiennent à tel endroit ?" Le Prophète répondit : "Oui, ils ont égaré un chameau et sont actuellement à sa recherche." L’homme lui demanda : "As-tu vu le troupeau de mon cousin un tel ?" Le Prophète dit : "Oui, je l’ai croisé à tel endroit. Une chamelle rouge s’est cassé [un membre]. Ils avait un récipient d’eau que j’ai bu." Ils lui demandèrent de donner le nombre de bêtes dans le troupeau et le nom des bergers. Il répondit qu’il n’y avait pas fait attention puis il tomba subitement en sommeil. Il vit le troupeau devant lui et compta les bêtes et prit connaissance des bergers qui étaient avec le troupeau. Quand il se réveilla, il leur donna le nombre de bêtes dans le troupeau et leur dit que les bergers était Ibn Abî Quhâfah et un tel et un tel. Il leur dit aussi que le troupeau allait rentrer à la Mecque le lendemain de telle direction.

Le lendemain, ils attendirent à l’endroit indiqué et virent les chameaux arriver. Ils les interrogèrent et purent vérifier qu’un chameau s’était bien égaré. Ils interrogèrent le deuxième troupeau et vérifièrent qu’une chamelle rouge s’était cassé un membre. Ils les interrogèrent à propos du récipient d’eau. Abû Bakr Ibn Abî Qohâfah qui accompagnait le troupeau répondit qu’ils avaient bien un récipient et qu’il l’avait remplit lui même et qu’il ne savait pas qui avait bien pu la boire. Quand Abû Bakr prit connaissance de toute l’histoire il fit foi au Prophète et cru ce que le Prophète avait relaté. C’est depuis ce moment là qu’il fut qualifié d’As-Siddîq (i.e. celui qui croit).


Salam Alaykoum
Journalisée
shams
Invité
« Répondre #2 le: Août 09, 2007, 11:13:49 »
Share   Modifier le messageModifier

Salam Alaykoum


Le Prophète (Sallallahou 'Alayhi wa salam - que la Paix et le Salut soient sur lui) - fit le voyage nocturne corps et âme, de la Sainte Mosquée à Jérusalem, monté sur Al-Bouraq. Il descendit à Jérusalem, attacha sa monture à la porte de la mosquée et y fit la prière.

Ensuite, accompagné de Jibril ('alayhi Assalam) - Sur lui la paix ( pour un prophète ) , on le fit monter de Jérusalem au ciel le plus proche. Arrivé au premier ciel, Jibril demanda qu'on lui ouvre la porte. Celle-ci leur fut ouverte et le Prophète (Sallallahou 'Alayhi wa salam - que la Paix et le Salut soient sur lui) - vit Adam, le père des hommes. Ce dernier lui souhaita la bienvenue et invoqua Allah en sa faveur.

Ensuite, selon le même procédé, on le fit monter au deuxième ciel où le Prophète (Sallallahou 'Alayhi wa salam - que la Paix et le Salut soient sur lui) - trouva Yahya Ibn Zakariya et 'Issa Ibn Mariam. Au troisième ciel, se trouvait Yousouf a qui a été attribué la moitié de la beauté humaine. Au quatrième ciel où le Prophète (Sallallahou 'Alayhi wa salam - que la Paix et le Salut soient sur lui)- rencontra Idris. Ensuite, au cinquième ciel, il trouva Haroun Ibn 'Imran.

Ensuite, on le fit monter au sixième ciel où le Prophète (Sallallahou 'Alayhi wa salam - que la Paix et le Salut soient sur lui) - rencontra et salua Mousa Ibn 'Imran qui lui répondit en lui souhaitant la bienvenue. Quand Mohammed (Sallallahou 'Alayhi wa salam - que la Paix et le Salut soient sur lui )- l'eut dépassé Moussa se mit à pleurer. Quand il fut interrogé au sujet de ses larmes , il répondit : « Je pleure parce qu'on a envoyé après moi un jeune homme dont le peuple comportera plus que le mien, un nombre d'entrants au paradis ».

Ensuite, au septième ciel, le Prophète (Sallallahou 'Alayhi wa salam - que la Paix et le Salut soient sur lui)- rencontra lbrahim. De là, il vit la Maison Peuplée (Al-Bayt Al-Ma'mour) dans laquelle pénètrent journellement un nouveau groupe de soixante-dix mille Anges.

Laissons le Messager d'Allah (Sallallahou 'Alayhi wa salam - que la Paix et le Salut soient sur lui) - nous relaté la suite de ce récit, dans un hadith rapporté par Moslim d'après Anas Ibn Malik radi Allah 'anhou - Que Dieu l'agrée -.


« [...] Allah me révéla, alors, ce qu'Il voulut, et prescrivit l'accomplissement de cinquante prières par jour. Je retournai voir Moussa qui me demanda : « Qu'a prescrit le Seigneur à ta Communauté ? » - Une cinquantaine de prières, lui dis-je. - Retourne vers ton Seigneur et demande-Lui la réduction de ce nombre, car ta Communauté ne supportera point cette prescription [...] ».

Le Prophète (Sallallahou 'Alayhi wa salam - que la Paix et le Salut soient sur lui )- poursuivit : « Je retournai vers mon Seigneur et je Lui demandai de réduire le nombre des prières pour la faveur de ma Communauté. Il m'exauça en les amoindrissant de cinq prières. J'allai ensuite trouver Moussa pour l'informer de la réduction des cinq prières. Toutefois, il me répéta : « Retourne vers ton Seigneur et demande-Lui la réduction de ce nombre, car ta Communauté ne le supportera point ». Je ne cessai alors de faire la navette entre mon Seigneur (à Lui la puissance et la gloire) et Moussa (que la paix soit sur lui) pour demander plus de réduction encore jusqu'à ce qu'Allah me décréta : « O Muhammad ! Je prescris irrévocablement cinq prières jour et nuit, dont chacune équivaut à dix, cela fait alors cinquante. Quiconque a dessein de faire une bonne action et ne la fait pas, on lui inscrira une récompense à son actif; s'il l'exécute, une récompense équivalente à dix bonnes actions lui sera inscrite. Tandis que quiconque a l'intention de perpétrer une mauvaise action et qu'il ne l'accomplit pas, rien ne sera inscrit à son passif ; si au contraire il l'accomplit, on lui inscrira la punition d'une seule mauvaise action ». Je redescendis et arrivai auprès de Moussa (que la paix soit sur lui) pour l'informer de la chose, mais il me dit : « Retourne vers ton Seigneur et demande-Lui une nouvelle réduction. - Je suis déjà retourné plusieurs fois vers mon Seigneur, jusqu'à ce que j'ai trouvé inconvenant de Lui adresser encore une fois cette demande, répondis-je à Moussa »

Certains rapports mentionnent que le Prophète (Sallallahou 'Alayhi wa salam - que la Paix et le Salut soient sur lui) a vu énormément de choses durant ce voyage, dont vous pourrez avoir le détail dans les hadiths relatifs au voyage nocturne et à l'ascension
.

Salam Alaykoum
Journalisée
shams
Invité
« Répondre #3 le: Août 09, 2007, 11:51:17 »
Share   Modifier le messageModifier

Salam Alaykoum

Dans son excellent livre Zâd Al-Ma`âd, l’Imâm Ibn Al-Qayyim rapporta qu’Ibn Taymiyya dit :
 « Il n’est rapporté que quelque musulman ait attribué un quelconque mérite ou privilège à la nuit du Voyage Nocturne et de l’Ascension. Aucun Compagnon ne l’a fait. C’est pour cette raison que l’on ne peut dater précisément cet événement. »

Ibn Al-Qayyim écrivit :
« Il n’y a pas de preuve claire indiquant le mois ou la date exacte où cet événement se produisit. En fait, de nombreuses narrations existent à cet égard mais aucune n’est concluante. Il n’y a aucun rituel spécifique à cette occasion. »


Salam Alaykoum
Journalisée
sajida99
Membre régulier
**
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Âge: 34
Localisation: Rhône Alpes
Messages: 76



Voir le profil
« Répondre #4 le: Août 10, 2007, 16:13:45 »
Share   Modifier le messageModifier

Salam Alaykoum



baraka2    baraka2     baraka2     baraka2     baraka2     baraka2    baraka2    baraka2   baraka2    baraka2
MachAllah

Salam Alaykoum
Journalisée

"SoubhanaLLAHI wa bihamdihi, SoubhanaLLAHI wal 3adim"
Parole lègère sur la langue mais qui pèse lourd sur la balance!
zeynep
Invité
« Répondre #5 le: Juillet 19, 2009, 12:33:28 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh

Commeration de
AL-ISRA' WA L-MI^RAJ
LE VOYAGE NOCTURNE ET L'ASCENSION
Nuit précédant le 27 Rajab/19 juillet

L'un des plus grand miracles du Prophète Mouhammad Salla-llah allahi wa salam est le voyage nocturne de la Mecque à Jérusalem et son Ascension au-delà des sept cieux.Tout celà c'est produit par le corps et l'ame,à l'état d'éveil et en seule nuit.C'est durant cette nuit-là que les cinq prières quotidiennes ont été rendues obligatoires.

1430-27-19


 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
« Dernière édition: Juillet 20, 2009, 13:40:38 par Islam_Magnifique_Soleil » Journalisée
Abou Haroun
Membre actif
****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Localisation: france
Messages: 388



Voir le profil
« Répondre #6 le: Juillet 25, 2009, 07:40:59 »
Share   Modifier le messageModifier

 bismillah


Le point de vue de l’islam sur la célébration de la nuit de l’Isrâ (voyage nocturne) et du Mi’râj (l’ascension) pendant le mois de rajab
 

              Louange à Allah, et que la paix et la bénédiction soient sur son Messager, sur sa famille et ses compagnons.

         L’événement de l’Isrâ (voyage nocturne) et du Mi’râj (l’ascension) est, sans nul doute, un des grands signes d’Allah  prouvant la véracité de son Messager Muhammad  Salla-llah allahi wa salam et le rang élevé qu’Allah lui a accordé. C’est aussi, une évidence de l’admirable pouvoir d’Allah et de son élévation - gloire à lui - au-dessus de toutes ses créatures. Allah U dit :

)سُبْحَانَ الَّذِي أَسْرَى بِعَبْدِهِ لَيْلا مِنَ الْمَسْجِدِ الْحَرَامِ إِلَى الْمَسْجِدِ الأَقْصَى الَّذِي بَارَكْنَا حَوْلَهُ لِنُرِيَهُ مِنْ آَيَاتِنَا إِنَّه هُوَ السَّمِيعُ الْبَصِيرُ(

« Gloire et pureté à celui qui de nuit,  fit voyager son serviteur de la Mosquée sacrée à la Mosquée Al-Aqsâ (Jérusalem) dont nous avons béni l’alentour, afin de lui faire voir certaines de nos merveilles ; car il est vraiment, celui qui entend tout et qui voit tout. » ([1])

         Il a été transmis, sans interruption, que le Prophète  Salla-llah allahi wa salam fut élevé jusqu’au septième ciel, on lui ouvrit les portes célestes qu’il pénétra successivement. Ensuite, son Seigneur (gloire à lui) lui parla de ce qu’il voulut et lui prescrivit l’accomplissement des cinq prières.

         Allah  lui avait, d’abord prescrit cinquante prières, mais notre Prophète r continua à retourner vers lui afin de lui demander un allégement, ce qu’il accepta. Elles furent réduites à cinq prières. L’acte obligatoire en lui-même est  au nombre de cinq, mais en réalité, elles valent cinquante prières en récompense. Ceci, car chaque bonne action en vaut dix. La louange et la gratitude reviennent à Allah  pour toutes ses faveurs.

          La nuit, où se produit l’Isrâ et le Mi’râj, ne fut pas déterminée dans les hadiths authentiques, ni pendant le mois de rajab et n’importe quel autre mois d’ailleurs. Cependant selon les savants du hadith, tout ce qui a été rapporté à ce sujet n’a pas été authentifié comme étant la parole du Prophète  Salla-llah allahi wa salam. La sagesse parfaite appartient à Allah r qui a effacé des mémoires des gens toute trace de sa date. Par ailleurs, même si sa date était réellement déterminée, il serait interdit aux musulmans de la distinguer par n’importe quelle adoration. Et il leur serait interdit d’y célébrer une fête. Ceci, car le Prophète  Salla-llah allahi wa salam et ses compagnons (qu’Allah les agrée) ne l’ont jamais fait et ne l’ont pas distinguée par quelque acte de dévotion.

         Si la célébration de cette nuit était une chose permise, le Messager  Salla-llah allahi wa salam l’aurait enseignée à la communauté, soit par la parole ou par l’action. Effectivement, si une telle chose avait eu lieu, elle aurait été connue et réputée et les compagnons nous l’auraient transmise. Car, ils ont transmis de leur Prophète  Salla-llah allahi wa salam tout ce dont la communauté a besoin. Ils n’ont jamais été négligents au sujet de la religion, mais bien au contraire, ils étaient les premiers à faire le bien. Si la célébration de cette nuit était permise, ils auraient été les premiers à l’observer. Il faut comprendre que le Prophète  Salla-llah allahi wa salam fut le meilleur conseilleur pour les gens qu’ait connus l’humanité. Il a, bel et bien, accompli sa mission et a parfaitement rendu tout ce qui lui été dû (il a transmis le message avec toute sincérité).

         Ainsi, si la vénération, et la célébration de cette nuit avaient quelque chose à voir avec l’Islam, le Prophète  Salla-llah allahi wa salam ne les aurait jamais négligées, ni les aurait cachées. Puisque ceci ne s’est jamais déroulé, il est évident que la vénération, et la célébration de cette nuit n’ont absolument rien à voir avec l’Islam. De plus, Allah U a parachevé pour cette nation sa religion, a accompli sur elle son bienfait et a blâmé ceux qui légifèrent dans la religion ce qu’Allah n’a pas permis.
Allah U dit dans son livre resplendissant, dans la sourate la Table servie :

(الْيَوْمَ أَكْمَلْتُ لَكُمْ دِينَكُمْ وَأَتْمَمْتُ عَلَيْكُمْ نِعْمَتِي وَرَضِيتُ لَكُمُ الإِسْلامَ دِينًا )

« …Aujourd'hui, j'ai parachevé pour vous votre religion, accompli sur vous mon bienfait, et j’agrée pour vous l'Islam comme religion. » ([2])

Allah dit aussi dans la sourate de la consultation (Ach-Choûrâ):

)أَمْ لَهُمْ شُرَكَاءُ شَرَعُوا لَهُمْ مِنَ الدِّينِ مَا لَمْ يَأْذَنْ بِهِ اللَّهُ وَلَوْلا كَلِمَةُ الْفَصْلِ لَقُضِيَ بَيْنَهُمْ وَإِنَّ الظَّالِمِينَ لَهُمْ عَذَابٌ أَلِيمٌ(

« Ou bien auraient-ils des associés (à Allah) qui auraient établi pour eux des lois religieuses qu’Allah n’a jamais permises ? Or, si l’arrêt décisif n’avait pas été prononcé, leur affaire aurait été réglée. Mais certes, les injustes auront une sévère punition. »([3])

         Aussi, le Messager d’Allah  Salla-llah allahi wa salam a confirmé dans des hadiths authentiques, la mise en garde contre les innovations et à déclarer qu’elles étaient des égarements. Ceci, pour avertir la communauté de leur grave danger afin qu’elle éprouve de l’aversion à commettre ces innovations. Parmi ces hadiths authentiques, on trouve dans le recueil « Sahîh Mouslim » et le recueil « Sahîh Al-Boukhâry » d’après Aïcha t qui rapporte que le Prophète r a dit :

« Quiconque introduit dans notre religion quelque chose qui ne s’y trouve pas, cette chose est rejetée. » ([4])

Dans une autre version, il a dit :

« Celui qui a fait un acte qui n’est pas conforme à notre religion, cet acte est rejeté. » ([5])

On trouve, aussi, dans le recueil de Mouslim d’après Jâber (qu'allah l'agrée) qui rapporte que le Prophète  Salla-llah allahi wa salam a dit :

« En outre, la meilleure parole est le Livre d'Allah, la meilleure voie est la voie de Muhammad et la pire des choses est la chose nouvelle (en matière de religion), et toute innovation est un égarement ». ([6])
 

         Il est mentionné dans le Sunan d’après Al-‘Irbâd ibn Sâriyya (qu'Allah l'agrée) qui a dit : « Le Prophète  Salla-llah allahi wa salam nous exhorta avec une éloquence telle que cette exhortation fit frémir les cœurs et sangloter les yeux. Nous dîmes : Ô Messager d’Allah ! Cela paraît être une exhortation d’adieu. Donne-nous, donc, un conseil. Il dit :

« Je vous conseille la crainte d’Allah, d’écouter et d’obéir à votre dirigeant, et cela même si c’est un esclave ; car ceux d’entre vous, qui vivront après moi, verront beaucoup de divergences. Vous devez, donc, suivre ma Sunna et celle des califes véridiques et bien guidés qui viendront après moi. Cramponnez-vous-y et tenez-y fermement (litt. mordez-y à pleine dent). Prenez garde aux nouveautés (en matière de religion), car toute nouveauté est une innovation et toute innovation est un égarement. »([
7])

        Les hadiths qui ont le même sens,  sont nombreux. Aussi, la mise en garde et l’avertissement contre les innovations sont confirmés par les compagnons du Messager d’Allah  Salla-llah allahi wa salam et par les pieux prédécesseurs qui leur ont succédé. Ceci, car les innovations sont des rajouts dans la religion, une réglementation qu'Allah n'a jamais permise et une imitation des ennemis d’Allah U, parmi lesquels les juifs et les chrétiens. En effet, ces derniers ont rajouté des choses dans leurs religions et y ont introduit des innovations qui n’ont pas été permises par Allah.

         Les compagnons et les pieux prédécesseurs ont mis en garde contre les innovations, car elles signifient, par conséquent, un dénigrement de la religion islamique et sous-entend l’accusation qu’elle n’est pas complète. De plus, il est vérifié que cela est une énorme perversion et un mal odieux qui vient en contradiction avec la parole d’Allah :

(الْيَوْمَ أَكْمَلْتُ لَكُمْ دِينَكُمْ وَأَتْمَمْتُ عَلَيْكُمْ نِعْمَتِي وَرَضِيتُ لَكُمُ الإِسْلامَ دِينًا )

« Aujourd'hui, j'ai parachevé pour vous votre religion, accompli sur vous mon bienfait, et j’agrée pour vous l'Islâm comme religion. » ([8])

Cela vient en contradiction, aussi, avec les hadiths du Messager d’Allah r qui mettent en garde et avertissent contre les innovations.

         J’espère que les preuves que l’on a citées, suffiront et convaincront celui qui cherche la vérité et rejettera cette innovation (c.-à-d. la célébration de la nuit de l’Isrâ et du Mi’râj), et mettra en garde contre cela sachant qu’elle n’a rien à voir avec l’Islam. De même, sachant qu’Allah nous a ordonnés de conseiller sincèrement les musulmans et de leur montrer ce qu’il leur a légiféré en religion, et afin de ne pas dissimuler la science, j’ai cru bon attirer l’attention de mes frères musulmans sur cette innovation, qui s’est tellement répandue dans beaucoup de pays et que certaines gens considèrent comme faisant partie de la religion.

Nous demandons à Allah  l’amélioration de la situation de tous les musulmans, de leur accorder la compréhension de la religion, et de nous accorder, ainsi qu’à eux, l’adhésion à la vérité, et de nous y maintenir et d’abandonner ce qui vient à son encontre. C’est lui le Maître de tout cela, et c’est lui, qui est capable (de nous accorder ce que nous avons demandé). Que la paix, la bénédiction et le salut soient sur son serviteur et son Messager, notre Prophète Muhammad, sur sa famille et ses Compagnons.


 

Extrait du livre : Mise en garde contre les innovations de Cheikh Ibn Baz
Traduit par : Mohammad Ibrahim Nuckcheddy
Revu et corrigé par Abu Hamza Al-Germâny

 

source : www.islamhouse.com
--------------------------------------------------------------------------------

[1] Le Coran: Sourate 17, Al-Isrâ, verset 1.
[2] Le Coran: Sourate 5, Al-Mâidah, verset 3.
[3] Le Coran: Sourate 42, Ach-Chourâ, verset 21.
[4] Sahîh Al-Boukhary: Vol. 3, hadith 861. Sahîh Mouslim: Vol. 3, hadith 4266.
[5] Sahîh Mouslim: Vol. 3, hadith 4267.
[6] Sahîh Mouslim: Vol. 2, tradition 1885.
[7]  Sunan Abou Dawoud: Vol. 1, hadith 4590. Sunan Tirmithy: Vol. 10, hadith 43. Sunan Ibn Mâjah: Vol. 1, hadith 42.
[8] Le Coran: Sourate 5, Al-Mâidah, verset 3.
Journalisée
bensakrane
Nouveau membre
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Âge: N/A
Localisation: lyon
Messages: 3



Voir le profil
« Répondre #7 le: Janvier 07, 2010, 19:39:23 »
Share   Modifier le messageModifier



 Salam Alaykoum

Selon ibn Al-kayyim, le prophète fit le voyage nocturne corps et âme, de la sainte mosquée à, Jérusalem, monté sur Al-Bourak et en compagnie de Jibril ( paix et salut sur eux ).
Il descendit à Jérusalem, dirigea la prière des prophètes, alors qu’Al-Bourak restait attaché à la porte de la mosquée. Ensuite, ont le fit monter la nuit même, de Jérusalem au ciel le plus proche. Arrivé au premier ciel, Jibril demanda qu’on lui ouvrît la porte. Celle-ci lui fut ouverte. Il vit Adam, le père des hommes. Alors, il le salua et celui-ci lui souhaita la bienvenue, lui rendit le salut et reconnut sa prophétie.


Messager l’esprit des martyrs à sa droite et celui des méchant à sa gauche. Ensuite, on le fit monter au deuxième ciel Jibril demanda qu’on lui ouvrît la porte. Là, le prophète (que la prière et la paix d'Allah soient sur lui) trouva Yahyâ ibn Zakariya et Isâ ibn Mariam, les rencontra et les salua. Ceux-ci lui rendirent le salut, lui souhaitèrent la bienvenue et reconnurent sa prophétie. Ensuite, on le fit monter au troisième ciel ou il trouva Youssouf et le salue.

Celui-ci lui rendit le salut, lui souhaita la bienvenue et reconnut sa prophétie. Ensuite on le fit monter au quatrième ciel ou il trouva Idris et la salua. Celui-ci lui rendit le salut, lui souhaita la bienvenue et reconnut sa prophétie. Ensuite, on le fit monter au cinquième ciel ou il trouva Hâroun ibn Imran et le salua. Celui-ci lui rendit le salut, lui souhaita la bienvenue et reconnut sa prophétie.


Ensuite in le fit monter au sixième ciel ou il rencontra Moussâ ibn Imran et le saluat. Celui-ci lui rendit le salut, lui souhaita la bienvenue et reconnut sa prophétie. Lorsqu’il eut dépassé Moussa, celui-ci pleura. Il lui demanda: « Pourquoi pleures-tu ? » Moussâ répondit: « Je pleure parce qu’on a, après moi, envoyé un jeune dont le peuple comportera plus que le mien, un nombre d’entrants au paradis ».

Ensuite, on le fit monter au septième ciel ou il rencontra Ibrahim ( paix sur lui )et le salua. Celui-ci lui rendit le salut, lui souhaita la bienvenue et reconnut sa prophétie. Ensuite, on le fit monter vers le jujubier Céleste et après, vers Al-Bayt Al-Maamour.

Ensuite on le fit monter vers le tout puissant duquel il s’approcha alors au point de n’en être séparé que par la longueur de deux arcs au moins. Allah lui révéla ce qu’il lui révéla et lui imposa cinquante prières.
En s’en retournant, le prophète passa devant moussâ qui lui demanda: « que t’a-t-il ordonné de faire? » il répondit: « Cinquante prières », Moussâ reprit; « Ton peuple ne supportera pas cela ! Retourne auprès de ton seigneur et demande-lui de réduire cela pour ton peuple ! »


Le messager d’Allah se retourna vers Jibril, comme pour lui demander son avis. Celui-ci fit un signe voulant dire: « Oui, si tu veux », et ensuite le fît monter jusqu’au Tout Puissant qui était à sa place – selon la formulation d’Al-Boukhari à certains égards- Allah défalqua dix prières des cinquante. Le prophète redescendit, passa devant Moussâ et l’informa.


Celui-ci lui dit: « Retourne à ton seigneur et demande-lui de réduire encore ». Ainsi, le Messager d’Allah ne cessa de faire la navette entre Moussâ et Allah le Tout-Puissant jusqu’à ce qu’il ne restât que cinq prières. Moussâ lui conseilla de retourner demander une réduction mais dit : « j’ai honte de mon Seigneur. Je me contente des cinq ».
Lorsqu’il se fut éloigné quelqu’un appela et dit: « J’ai imposé mon obligation et soulagé mes serviteurs ».



Extrait du livre "LE NECTAR CACHETE" du professeur Safi Ar-Rahman al-Moubarakfouri,
Journalisée
ibn al quaim
Membre très actif
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Localisation: algerie
Messages: 4239



Voir le profil
« Répondre #8 le: Janvier 09, 2010, 19:56:00 »
Share   Modifier le messageModifier


 Salam Alaykoum

Selon ce qu’on raconte, Abou Bakr fut appelé « As-Siddik » ( le véridique ) par référence à sa confirmation de l’événement alors que les gens en reniaient la réalité. La justification la plus incisive et la plus remarquable de ce voyage est la parole d’Allah exprimée en ces termes:

« Afin de lui faire voir certaines de nos merveilles »Sourate 'le voyage nocturne' verset 1


Telle est la loi d’Allah au regard des prophètes. Allah précise:

« Ainsi, avons-nous montré à Abraham le royaume des cieux et de la terre afin qu’il fût de ceux qui croient avec conviction »
Sourate 'Les bestiaux' verset 75

Il dit au sujet de Moussâ :
« Afin que nous te fassions voir de nos prodiges les plus importants »
Sourate 'Abraham' verset 23

Illustrant à cet égard l’application de sa volonté, il dit: « Pour qu’il soit de ceux qui croient avec conviction ». Après avoir fondé la science des prophètes sur la perception des prodiges, Allah permet à ceux-ci de voir, par l’œil de la certitude, des réalités hors-destin or, l’information est tout à fait différente de la perception. Voilà pourquoi les prophètes supportaient dans la voie d’Allah ce que d’autres ne supportaient pas. Toutes les forces du monde réunies ne représenteraient auprès d’eux que l’aile d’un moustique.

Ils n’accordaient aucune importance aux épreuves et aux supplices. La sagesse et les mystères que cachent les composantes de ce voyage constituent un domaine de recherche ayant alimenté les contenus des livres relatifs aux secrets de la Chariaa. Cependant, il s’agit ici de réalités simples qui, jaillissant des sources du voyage béni, déferlent vers les jardins fleuris de la Sira prophétique.

Puisse Allah répandre sa bénédiction et sa paix sur le propriétaire de tels jardins. A cet égard j’ai tenu à mentionner tant soit peu de cette sagesse et de ces secrets.



Le lecteur aura constaté sue dans la sourate Al-Isra, Allah ne fait cas du voyage nocturne que dans un seul verset après lequel, il commence à faire mention des turpitudes et des crimes juifs, attirant l’attention de ces derniers sur le fait que le coran guide vers les meilleurs actions.

Il peut en venir à penser que les deux verset ne sont pas liés, ce qui est loin d’être le cas car, Allah, par ce style, montre tout simplement que le voyage nocturne, en s’effectuant vers Jérusalem, signifiait que les juifs allaient perdre leur poste dirigeants de l’humanité, étant donné que qu’ils avaient commis des crimes incompatibles avec leur maintien au poste et qu’Allah effectivement transférer le poste au Messager d’Allah et mettre à la disposition de celui-ci l’ensemble des deux centres d’appel ( de propagande ) d’Ibrahim (que la paix soit sur lui).

Il était temps de déplacer la direction spirituelle d’un peuple à un autre, d’un peuple dont l’histoire était remplie de lâcheté, de trahison, de péchés et d’actes d’agression, à un autre débordant de bonté et de bien et dans lequel le Messager continuait de jouir de la révélation d’un coran menant aux comportements les meilleurs.

Cependant, comment devait s’effectuer le changement de direction alors que le Messager errait dans les montagnes de la Mecque, chassé par les gens ?

Une telle question dévoile une autre réalité à savoir qu’un cycle de cet appel islamique allai toucher à sa fin et qu’un autre, différent du premier par son processus, allait commencer. C’est pour cette raison que nous constatons que certains versets comportent un avertissement sans ambages et une menace terrible, en direction des associateurs :

« Et quand Nous voulons détruire une cité, Nous ordonnons à ses gens opulents d’obéir à nos prescriptions; mais au contraire ils se livrent à la perversité. Alors, la parole prononcée contre elle se réalise, et nous la détruisons entièrement. Que de générations avons-nous exterminées, après Noé ! Et ton Seigneur suffit qu’il soit Parfaitement Connaisseur et Clairvoyant sur les péchés de Ses serviteurs »

Sourate 'le voyage nocturne' verset 16 et 17.



A côté de ces versets existent d’autres précisant aux musulmans les bases, les clauses et les principes de la civilisation sur lesquels se fonde la société islamique. Tout se passe comme si ceux-ci s’étaient retirés sur terre y géraient leurs propres affaires dans tous les domaines et constituaient une unité globale autour de laquelle, le Messager d’Allah trouverait un refuge, un abri ou se stabiliserait son affaire, un refuge qui deviendrait un siège à partir duquel il diffuserait son appel à travers le monde. Il s’agit là d’un des secrets de ce voyage béni, secret que nous avons choisi de mentionner dans la mesure ou il se rattache à nos préoccupations de recherche.


En raison de cette sagesse et de bien d’autres lui ressemblant, nous constatons que le voyage nocturne eut toutefois lieu soit avant le premier acte de reconnaissance d’Al-Akaba, soit entre les deux actes de reconnaissance d’Al-Akaba.

Allah sait mieux que quiconque ce qu’il en est exactement.

 livre "LE NECTAR CACHETE" du professeur Safi Ar-Rahman al-Moubarakfouri,

Journalisée
fathéma
Invité
« Répondre #9 le: Octobre 30, 2010, 11:55:16 »
Share   Modifier le messageModifier

 bismillah


 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh

si je peux me prmettre d'ajouter cette video au récit de notre frère shams  InchAllah

 baraka2

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh

« Dernière édition: Août 04, 2012, 11:44:06 par Um♥Rayhane » Journalisée
   

Chant: le prophete bien aimé
 Journalisée
Pages: [1]
  Ajouter aux favoris  |  Imprimer  

 
Aller à:  

 Développé par TOOLYNK, agence de développement d'applications web et mobile à Lyon & Paris
Technologies: Javascript, React, React Native, Angular, Java, Symfony, .NET, Réalité Virtuelle