Forum de la Grande Mosquee de Lyon
Nouvelles: Téléchargez sans plus attendre la GML tool, la barre d'outils 100% islamique, 100% Grande Mosquée de Lyon !!
 
*
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Charte du Forum  
Favoris  
Coran 
GML TV
connectez vous !

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session


Pages: [1]
  Ajouter aux favoris  |  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Hadîth sur l'interdiction de proférer des mensonges  (Lu 17235 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
convertie38
Invité
« le: Mars 29, 2009, 20:03:30 »
Share   Modifier le messageModifier

                                             Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh

 bismillah

De l'interdiction de proférer des mensonges

   N'avoue pas sans avoir
  connaissance de la chose. (Coran. 17/36)


                                              Autre traduction possible :
Ne témoigne pas de ce que tu ignores.



    1539- Ibn Mas'ûd rapporte ces propos de l'Envoyé
  de Dieu Salla-llah allahi wa salam : "La sincérité conduit à la vertu et la vertu
  conduit au Paradis : l'homme ne cesse de se montrer sincère
  jusqu'à ce qu'il soit tenu auprès de Dieu pour un homme qui 
  souscrit entièrement à la vérité (siddîq).

    Le mensonge, lui, conduit à la perversion et la perversion
  conduit à l'Enfer. L'homme ne cesse de mentir jusqu'à ce qu'
  il soit tenu auprès de Dieu pour un menteur." (Bukhârî/Muslim)

    1540- 'Abd Allâh b. 'Amr b. al-'As rapporte ces propos
  de l'Envoyé de Dieu Salla-llah allahi wa salam : "Il y a quatre attitudes qui
  (prises ensembles) désignent le parfait hypocrite et qui,
  considérées séparément, indiquent chez celui qui en est
  affecté un penchant pour l'hypocrisie, jusqu'à ce qu'il s'en
  débarrasse. Si on lui fait confiance, il trahit ; s'il fait un
  récit, il ment ; s'il passe un pacte, il ne l'honore pas et
  s'il se dispute, il se met hors de lui." (Bukhârî/Muslim)

    1541- Ibn Abbâs rapporte ces paroles du Prophète
  Salla-llah allahi wa salam : "Quiconque prétend avoir fait un rêve sans l'avoir
  fait en réalité sera tenu (en Enfer) de nouer deux cheveux
  très fins sans pouvoir y parvenir. Et celui qui prête l'oreille
  à une conversation contre le gré des protagonistes, se fera
  verser du plomb fondu dans les oreilles au jour du Jugement.
  Quiconque aura façonné (ou dessiné) une forme (animale ou
  humaine) sera tenu de lui insuffler l'esprit au jour du Jugement,
  sans y parvenir." (Bukhârî)

    1542- Ibn 'Umar rapporte ces propos du Prophète Salla-llah allahi wa salam :
  "La pire imposture (ou le pire mensonge) est de faire voir à ses
  yeux ce qu'ils n'ont pas vu." (Bukhârî)

    C'est à dire de porter un faux mensonge ou plus simplement
  de mentir.

    1543- Samura b. Jundab rapporte : "l'Envoyé de
  Dieu Salla-llah allahi wa salam demandait fréquemment à ses Compagnons : "L'
  un d'entre vous a-t-il eu une vision ?" Et celui qui le voulait
  la lui racontait. Lui-même nous dit un matin :

    "Cette nuit deux personnes sont venues me trouver et m'
  ont dit : "Viens avec nous !" Je partis avec eux et nous
  arrivâmes auprès d'un homme étendu sur le côté. Un autre,
  debout au-dessus de lui tenait un rocher entre ses mains.
  Soudain il laissa tomber le rocher sur sa tête et la lui
  fracassa tandis que la pierre roulait au loin. Puis l'homme
  (qui se tenait debout) suivit la pierre et la ramassa. Il ne
  retourna pas vers sa victime avant que sa tête ne soit
  guérie et qu'elle revienne à son état initial. Alors il se rendit
  à nouveau vers elle et lui fit subir le même sort que la première
  fois.

    Je leur demandai : "Gloire à Dieu ! qu'est ceci ?"

    Ils me répondirent : "Viens ! Viens avec nous !"

    Nous nous rendîmes alors auprès d'un homme couché
  sur le dos. Un autre se tenait au-dessus de lui muni d'
  un crochet de fer. Il s'approcha d'un des côtés de son
  visage et le lacéra de la commissure des lèvres, puis
  du nez et des yeux jusqu'à la nuque. Ensuite il passa à
  l'autre côté et fit de même. Quand il eut terminé de
  déchiqueter ce côté de sa face, l'autre s'était cicatrisé
  et était revenu à son état initial. L'homme recommença
  alors à lacérer le côté guéri comme il l'avait fait la première
  fois. Je demandai alors : "Gloire à Dieu ! Qui sont ces deux-
  là ?"

    Ils me répondirent : "Viens ! Viens avec nous !" Nous
  partîmes et arrivâmes à proximité d'un four (il me semble,
  ajoute ici le transmetteur que le Prophète Salla-llah allahi wa salam continua
  ainsi) dont s'élevaient des cris et dans lequel régnait un
  grand tumulte. Nous regardâmes à l'intérieur. On y voyait
  des hommes et des femmes nus, brûlés par des flammes
  qui s'élevaient au-dessous d'eux. Quand elles les atteignaient,
  ils se mettaient à hurler. Je demandai : "Qui sont ceux-ci ?"

    Ils me répondirent : "Viens ! viens avec nous !" Nous partîmes
  et nous arrivâmes à proximité d'un fleuve (dont il me semble,
  ajoute le transmetteur, que le Prophète Salla-llah allahi wa salam le décrivit
  comme étant rouge de sang). Dans le fleuve un homme
  nageait et sur le bord se tenait un autre homme qui avait
  ramassé beaucoup de pierres. Et voici que le nageur, après
  avoir nagé un certain temps, se dirigea vers celui qui avait
  ramassé les pierres, lui tendit la bouche ouverte et l'autre
  le gorgea de pierres puis le nageur s'éloigna, nagea à
  nouveau un certain temps et retourna vers lui. Chaque fois
  qu'il s'en revenait vers lui, l'autre lui emplissait la bouche de
  pierres.

    Je demandai alors à mes deux compagnons : "Qu'est-ce que
  cela signifie ?" Ils me dirent : "Partons ! Partons d'ici !" Nous
  nous éloignâmes pour rejoindre un homme à l'aspect fort
  désagréable. Un homme si repoussant que nul n'en vit jamais
  de semblable ! Auprès de lui s'élevait un feu qu'il attisait et
  autour duquel il s'activait... Qu'est-ce que cela signifie ?"
  demandai-je à mes deux compagnons.

    "Partons ! Partons d'ici !" me répondirent-ils. Nous nous
  éloignâmes pour nous rendre dans un jardin fertile qui
  resplendissait des couleurs du printemps. Au milieu du jardin
  se tenait un homme si grand que je voyais à peine sa tête
  tant elle était proche du ciel. Autour de lui évoluaient des
  jeunes hommes si nombreux que je n'en ai jamais vu autant.

    "Que signifient cet homme et ceux qui l'entourent ?"
  demandai-je.

    "Partons ! Partons d'ici", me fut-il répondu. Nous nous
  éloignâmes et parvînmes à un arbre d'une taille et d'une
  majesté telles que je n'en ai jamais vu de semblable. Ils
  me commandèrent :

    "Monte à cet arbre." Nous y montâmes et atteignîmes
  ainsi une ville dont les constructions étaient faites de
  briques en or et en argent. Parvenus à la porte de
  cette ville, nous demandâmes qu'on nous ouvrît, ce qui
  fut fait et nous y entrâmes. Des hommes nous y reçurent.
  La moitié de leurs personnes était aussi belle que tu peux
  l'imaginer, et l'autre moitié aussi laide que tu peux l'imaginer.
  Mes deux guides leur dirent : "Allez donc vous plonger dans
  ce fleuve !" Nous vîmes alors un fleuve blanc comme du lait
  qui coulait en travers du chemin. Ils se dirigèrent vers le
  fleuve et y plongèrent, puis ils revinrent vers nous : toute
  laideur avait disparu de leurs corps et ils avaient maintenant
  la plus belle apparence. Mes compagnons me dirent : "Tu es
  au jardin d'Eden et voici ta demeure."

    Je levai les yeux au ciel et y vis un palais semblable à un
  nuage blanc. Ils me répétèrent : "Voici ta demeure."

    "Dieu vous bénisse, leur dis-je, laissez-moi entrer."

    "Pas maintenant me répondirent-ils, tu y entreras
  bientôt (mais il te reste encore à vivre)."

    Je leur demandai : "J'ai vu cette nuit des choses
  extraordinaires. Quelle en est la signification ?"

    "Nous allons t'en faire part me dirent-ils. Le premier
  homme que tu as rencontré et qui se faisait fracasser
  la tête était un homme qui avait retenu le Coran puis
  l'avait négligé et qui s'endormait sans avoir accompli
  les prières obligatoires. Le second personnage que tu
  as rencontré et qui se faisait déchirer de la commissure
  des lèvres jusqu'à la nuque puis du nez et des yeux
  jusqu'à la nuque également était un homme qui, chaque
  matin en sortant de chez lui, proférait des mensonges
  qui étaient colportés en tous lieux (litt. : jusqu'à l'
  horizon). Les hommes et les femmes nus assemblés dans
  le four étaient ceux qui avaient commis l'adultère. Quant
  à celui que tu as croisé en train de nager dans le fleuve
  et qui avalait de force des pierres, il s'agissait d'un usurier.
  L'homme à l'aspect désagréable qui attisait le feu et s'
  activait autour de lui, n'était autre que Mâlik, le gardien
  des enfers. L'homme immense au milieu du jardin était
  Abraham et les enfants qui évoluaient autour de lui
  étaient des nouveaux-nés décédés dans la prime enfance.

    (Dans une version rapportée par Al-Burqânî on trouve :
  "Des nouveaux-nés venus au monde avec l'ignorance de
  la nature originelle").

    Certains musulmans demandèrent alors : "O Envoyé de
  Dieu, en va-t-il de même pour les enfants des
  associationnistes ? - Il en va de même pour leurs enfants,"
  répondit le Prophète Salla-llah allahi wa salam. Enfin le groupe d'hommes dont
  la forme corporelle était fort belle pour une moitié et fort
  laide pour l'autre, était le groupe de ceux qui avaient mêlé
  des oeuvres pies à des oeuvres impies. Dieu leur a accordé
  Son pardon." (Bukhârî)

    Dans une autre version de Bukhârî on trouve le récit ainsi :
  "J'ai vu cette nuit deux hommes qui m'ont fait sortir de chez
  moi pour me conduire en terre." Puis le Prophète Salla-llah allahi wa salam
  poursuivit ainsi son récit : "Nous arrivâmes à une excavation
  semblable à un four dont l'orifice était étroit et qui était large
  sur le bas. Sous l'excavation était allumé un feu. Lorsque les
  flammes s'élevaient, les suppliciés étaient projetés en l'air avec
  elles à une telle hauteur qu'ils auraient presque pu en sortir, et
  quand le feu s'éteignait, ils retombaient dans le four. Dans ce
  four se trouvaient des hommes et des femmes nus."

    Dans cette version on trouve également ceci : "...Jusqu'à ce
  que nous arrivâmes à un fleuve de sang (ici le transmetteur
  n'a aucun doute) au milieu duquel nageait un homme. Sur la
  rive (attendait) un autre homme qui avait devant lui un tas de
  pierres. Quand le nageur essayait de sortir du fleuve, l'autre
  lui jetait une pierre dans la bouche le rejetant dans le fleuve.
  Chaque fois qu'il essayait d'en sortir, l'autre lui rejetait une
  pierre dans la bouche de sorte qu'il revenait à son point de
  départ."

    Dans cette même version on trouve également ceci : "Ils
  me firent monter dans l'arbre et m'introduisirent dans une
  maison d'une telle beauté que jamais je n'en avais vu de
  semblable. A l'intérieur se tenaient des hommes, des
  vieillards et des jeunes gens."

    On y trouve encore ceci : "L'homme dont on lacérait la
  commissure des lèvres était un menteur dont on colportait
  les mensonges aux endroits les plus reculés. Il sera châtié
  ainsi jusqu'au jour du Jugement."

    Et encore ceci : "Celui que tu as vu se faire fracasser la
  tête est un homme auquel Dieu avait accordé d'apprendre
  le Coran et qui s'endormait sans le réciter la nuit et ne le
  mettait pas en pratique le jour. Il sera supplicié jusqu'au
  jour du Jugement. La première maison dans laquelle tu es
  entré est celle du commun des croyants. Quant à celle-ci
  c'est la demeure des martyrs. Je suis Gabriel et voici
  Mikaîl. Lève la tête." Je levai la tête et vis comme une nuée.

    Ils me dirent alors : "Voici ta demeure."

    Je leur demandai : "Laissez-moi entrer dans ma demeure."
 
    "Il te reste encore un certain temps à vivre, me répondirent-
  ils. Quand tu auras accompli ton temps tu te rendras dans ta
  demeure."

                               Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
« Dernière édition: Juillet 16, 2009, 20:07:29 par Zahiya » Journalisée
rym
Invité
« Répondre #1 le: Août 19, 2010, 09:12:25 »
Share   Modifier le messageModifier

bismillah wa  Salam Alaykoum
 MachAllah MachAllah  baraka  Sourire Mouslima Zahiya  angel4
Journalisée
convertie38
Invité
« Répondre #2 le: Août 19, 2010, 11:15:24 »
Share   Modifier le messageModifier

   bismillah

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh

  wa fiki baraka Allahoû oukhty angel4 Smiley

  Ramadan Mubarak Smiley

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
Journalisée
rym
Invité
« Répondre #3 le: Août 19, 2010, 20:24:32 »
Share   Modifier le messageModifier

Salam Alaykoum
BON RAMADAN  Sourire Mouslima ZAHIYA
Journalisée
convertie38
Invité
« Répondre #4 le: Août 19, 2010, 20:59:10 »
Share   Modifier le messageModifier

   bismillah

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh

  baraka oukhty angel4 Smiley

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
Journalisée
Um~Tariq
Invité
« Répondre #5 le: Juin 09, 2013, 13:35:54 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh

 MachAllah MachAllah baraka

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
Journalisée
   

Apprenez la priere à vos enfants
 Journalisée
Pages: [1]
  Ajouter aux favoris  |  Imprimer  

 
Aller à:  

 Développé par TOOLYNK, agence de développement d'applications web et mobile à Lyon & Paris
Technologies: Javascript, React, React Native, Angular, Java, Symfony, .NET, Réalité Virtuelle