Forum de la Grande Mosquee de Lyon
Nouvelles: Téléchargez sans plus attendre la GML tool, la barre d'outils 100% islamique, 100% Grande Mosquée de Lyon !!
 
*
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Charte du Forum  
Favoris  
Coran 
GML TV
connectez vous !

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session


Pages: [1]
  Ajouter aux favoris  |  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: la musique est elle licite ou illicite  (Lu 17475 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
Hamdoulilah
Nouveau membre
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Âge: 36
Localisation: Paris
Messages: 29


Voir le profil
« le: Décembre 12, 2006, 17:05:45 »
Share   Modifier le messageModifier

Salem alaykoum
il va de soi que certaines musiques grossieres et allant a l'encontre de l'islam sont interdites
ces musiques appellent bien souvent a la danse, a la débauche et satan en est le chef d'orchestre...
cependant certaines musique machallah sont doucent et appaisantes et appellent a l'adoration d'allah avec des paroles machallah sur l'islam et ...
Ecoutez ces musiques la meme si des fois il y a des instruments de musiques est ce haram ?
que pensez vous des rap islam ? est une bonne chose ou pas ?
(par rap islam j'entend des rappeurs comme soldiers of allah, medine, kerry james ect ...)
Journalisée
othmane
Membre actif
****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Localisation: CA
Messages: 385



Voir le profil
« Répondre #1 le: Décembre 21, 2006, 18:27:28 »
Share   Modifier le messageModifier

salam alaikoum

Cette question a fait et fait encore l'objet de nombreuses controverses. Ces divergences entre les savants tiennent surtout du fait que les références religieuses présentent des contradictions apparentes à ce sujet: Tandis que certains textes interdisent clairement la musique et les chants, d'autres, au contraire, laissent supposer que cette interdiction est seulement partielle.

je vous propose l'avis de cheikh Qaradawi et InchaAllah on va essayer de faire le tour de la question avec d'autres avis ...

"On a rapporté au sujet d’un grand nombre de Compagnons et de Successeurs (Les Successeurs sont la génération suivant celle des Compagnons) - que Dieu les agrée - qu’ils écoutaient des chansons sans y voir le moindre mal.

Quant aux hadiths prophétiques qui interdisent le chant, il faut savoir qu’ils sont complètement défaillants, si bien qu’aucun d’eux n’a été épargné de la récusation des juristes et des traditionnistes. Le juge Abû Bakr Ibn Al-`Arabî dit : « Rien d’authentique n’existe quant à l’interdiction du chant. » Ibn Hazm dit : « Tout ce qui a été rapporté sur l’interdiction du chant est faux et controuvé. »

Néanmoins, le chant et la musique sont souvent allés de pair avec des veillées arrosées et débauchées, ce qui a incité un grand nombre de savants à interdire, tout du moins à déconseiller le chant et la musique. Certains d’entre eux ont dit : « Le chant fait partie des plaisants discours mentionnés dans le verset : « Et, parmi les hommes, il en est qui, dénués de science, achètent de plaisants discours pour égarer hors du chemin de Dieu et pour le prendre en raillerie. Ceux-là subiront un châtiment avilissant. »

Ibn Hazm répond : « Ce verset mentionne un trait de caractère, qui, s’il est présent chez une personne, fait d’elle automatiquement un mécréant. Il s’agit de celui qui prend le Sentier de Dieu en raillerie. Ainsi, celui qui achète un recueil coranique afin d’égarer les gens du Sentier de Dieu et le prendre en raillerie est très certainement un mécréant. Et c’est ce type de personnes que Dieu - Exalté soit-Il - dénigre dans ce verset. Il ne dénigre nullement celui qui achète des plaisants discours dans le but de se divertir et de détendre son âme, et non dans le but d’égarer les gens du Sentier de Dieu. »

Ibn Hazm répond également à ceux qui prétendent que le chant, ne faisant pas partie de la vérité divine, fait dès lors partie de l’égarement. Ceux-ci s’appuient sur le verset suivant : « Au delà de la vérité qu’y a-t-il donc sinon l’égarement ? » Ibn Hazm réplique : « Le Messager de Dieu - paix et bénédiction sur lui - dit : « Les actions sont jugées d’après les intentions, et il en sera tenu compte à chaque homme dans la mesure de son intention. » Ainsi, celui qui a l’intention d’écouter des chansons afin de mieux désobéir à Dieu est un débauché - et cela n’est pas spécifique uniquement au chant. Quant à celui qui a l’intention de détendre son âme, pour mieux obéir à Dieu - Exalté soit-Il - et pour retrouver son dynamisme dans l’accomplissement d’œuvres pies, est quelqu’un d’obéissant et de bienfaisant. Et ce qu’il fait relève alors de la vérité divine. Quant à celui qui n’a l’intention ni d’obéir à Dieu ni de Lui désobéir, alors celui-là se livre à des futilités pardonnées par Dieu. Il possède alors le même statut que celui qui sort se promener dans son jardin, ou celui qui s’assoit devant sa porte et regarde les gens passer, ou encore celui qui teint son habit en bleu ou en vert, etc. »

Il existe cependant certaines limites qu’il est nécessaire d’observer, en ce qui concerne le chant.

Il est ainsi nécessaire que le sujet de la chanson ne contredise pas la morale et les enseignements islamiques. Une chanson qui glorifierait par exemple l’alcool ou qui inciterait à sa consommation est illicite, aussi bien pour celui qui la chante que pour celui qui l’écoute.

Toutefois, le sujet de la chanson peut parfois ne pas être contraire aux directives islamiques mais c’est la manière dont le chanteur l’interprète qui déplace la chanson du domaine licite au domaine illicite. Un exemple caractéristique est celui du chanteur qui interprète les paroles de manière lascive et déliquescente, cherchant à éveiller les instincts et à séduire l’auditeur en excitant ses désirs concupiscents.

Tout comme la religion combat l’outrance et l’excès, quels qu’ils soient, même au niveau du culte, elle combat l’excès dans le divertissement. Elle n’accepte pas que ce dernier occupe tout notre temps, car le temps, c’est la vie !

Nul doute que l’excès dans les choses licites déborde sur le temps à consacrer aux obligations, religieuses ou autres. Quelqu’un a dit avec justesse : « Je n’ai jamais pas vu un excès sans qu’il n’y ait à côté un devoir négligé. »

Il demeure néanmoins des choses pour lesquelles l’auditeur est soi-même son meilleur conseiller. Si les chansons, tout du moins un type particulier d’entre elles, excitent ses instincts, le séduisent, ou font dominer son aspect animal sur son aspect spirituel, alors il doit éviter de les écouter, afin de fermer les portes par lesquelles s’engouffrent dans son cœur, dans sa religion et dans son caractère, les tempêtes de la tentation. Ainsi, il se repose lui-même et repose les autres avec lui.

Il est consensuellement admis que le chant devient illicite s’il est accompagné d’autres interdits comme l’alcool, l’indécence ou la débauche. C’est de cela qu’a prévenu le Messager de Dieu - paix et bénédiction sur lui : « Apparaîtront des gens de ma Communauté qui boiront l’alcool en lui donnant un autre nom. On jouera pour eux des instruments de musique et des chanteuses chanteront pour eux. Dieu les engloutira alors dans la Terre et il fera d’eux des singes et des porcs. »

salam  Smiley
Journalisée

<a href="http://saaid.net/flash/aqsa3_s.swf" target="_blank">http://saaid.net/flash/aqsa3_s.swf</a>
foufanousa
Nouveau membre
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Âge: N/A
Localisation: LYON
Messages: 3



Voir le profil
« Répondre #2 le: Août 08, 2008, 10:24:10 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum

Je suis mariée depuis 8 ans _ mère de trois enfants _ El Hamdoulilah.
J'ai un souci car mon époux a une profession hors du commun. En fait, il est musicien et fait partie d'un groupe de Musique Orientale.
Il a travaillé "normalement" dans une usine et fait ses 8h00/ jour pendant nos 3 1ères années de mariage puis il a décidé de faire de sa musique son métier et sa seule activité.
Ce qui était un loisir est devenu son travail et ne veut plus travailler en usine.
Aujoud'hui ce qui est contradictoire, c'est que mon époux connaît mieux notre religion que moi car il la appris à l'école au pays et qu'ici se sont mes parents qui ont fait mon éducation religieuse. Par conséquent, il a toujours prié et pratiqué régulièrement.

Voilà ce que j'ai dernièrement lu :
Il y a certains types de musique et de chants au sujet desquels il y a unanimité entre les savants des quatre écoles de jurisprudence (mâlékite, hanafite, châféite et hambalite) * sur leur interdiction (Il est à noter que le mot employé par les juristes sur ce point pour désigner l'interdiction est bien "Harâm" et non pas "Makrouh"). Les voici:

Tout chant n'ayant pas d'autre cadre et objectif que la distraction et le divertissement, sans aucun but acceptable au niveau religieux ou mondain est interdit, qu'il soit accompagné de musique ou non.
L'emploi d'instruments crées uniquement dans un but musical et n'ayant pas d'autres fonctions est interdit, qu'il soit accompagné de chants ou non.
Tout chant ou musique conduisant à la négligence (à l'égard des devoirs religieux) ou au péché est interdit.
De faire carrière dans la musique et la chanson.
Il y a donc unanimité entre les savants musulmans sur l'interdiction de ces quatre formes de musique et de chants. Les Hadiths qui interdisent la musique s'applique donc à ces quatre éléments.


J'en ai fait part à mon époux et il me répond qu'il s'est renseigné et qu'il n'a pas besoin que je vienne lui prouver que la musique ne peut pas être une activité professionnelle !!!
Il n'est pas clair sur ce point ? Que se passe-t-il ? Comment lui faire comprendre qu'il se trompe ? et Sa prière quotidienne est-elle valable ?
De plus, je ne veux plus vivre de son argent _ comment faire dans ce cas  précis ?

Merci pour vos réponses et votre aide.

 baraka2
Journalisée
petitemuslima69
Membre fidèle
***
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Âge: 25
Localisation: Lyon
Messages: 225



Voir le profil WWW
« Répondre #3 le: Août 08, 2008, 11:12:59 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum ma Soeur!voila ce que j'ai trouver:

Versets du Qour'aane interdisant la musique:

Selon les commentateurs du Qour'aane, le verset suivant constitue une mise en garde à l'égard de ceux qui s'adonnent à la musique:
"Et, parmi les hommes, il est [quelqu'un] qui, dénué de science, achète de plaisants discours pour égarer hors du chemin d'Allah et pour le prendre en raillerie.
Ceux-là subiront un châtiment avilissant." (Sourate 31 / Verset 6)

Selon de nombreux Compagnons (radhia allâhou anhoum), le terme "plaisant discours" employé par Allah concerne la musique et les chants.
Tel est notamment le commentaire rapporté de Ibné Mas'oud (radhia allâhou anhou) (Moussannaf Ibné Aby Chaybah, Hâkim, Bayhaqi) et
de Ibné Abbâs (radhia allâhou anhou) (Bayhaqi)



Dans un autre verset du Qour'aane, Allah fait allusion à la voix de Satan:
Et lorsque Nous avons dit aux Anges : "Prosternez-vous devant Adam", ils se prosternèrent, à l'exception d'Iblis, qui dit :
"Me prosternerai-je devant quelqu'un que tu as créé d'argile ? "

Il dit encore : "Vois-Tu ? Celui que Tu as honoré au-dessus de moi, si Tu me donnais du répit jusqu'au Jour de la Résurrection;
j'éprouverai, certes sa descendance, excepté un petit nombre [parmi eux]".

Et [Allah] dit : "Va-t-en ! Quiconque d'entre eux te suivra ... votre sanction sera l'Enfer, une ample rétribution.

Excite, par ta voix, ceux d'entre eux que tu pourras, rassemble contre eux ta cavalerie et ton infanterie, associe-toi
à eux dans leurs biens et leurs enfants et fais-leur des promesses". Or, le Diable ne leur fait des promesses qu'en tromperie.

Quant à Mes serviteurs, tu n'as aucun pouvoir sur eux". Et ton Seigneur suffit pour les protéger ! (Qour'aane)

Le célèbre commentateur du Qour'aane, Moudjâhid r.a. (disciple de Ibné Abbas (radhia allâhou anhou) )
affirme que la voix de Satan n'est rien d'autre que la musique et les chants.



Hadiths interdisant la musique:

(Il est à noter que parmi les Hadiths qui vont être cités, l'authenticité de certains a fait l'objet de débats entre les savants.
Cependant, dans l'ensemble, le sens de ces différentes Traditions est plus ou moins confirmé.
C'est la raison pour laquelle les juristes ne les ont pas complètement rejetés.)

Abou Mâlik Al Ach'ari  Radhi Allah 'Anhou rapporte que le Prophète Mohammed  Salla-llah allahi wa salam a dit:
"Il y aura parmi ma "oummah" (communauté) des gens qui considéreront le vin, le porc, la soie (pour les hommes) et
les instruments de musique ("ma'âzif") comme étant licites." (Boukhâri)

Dans une autre version, il est dit: "Des gens de ma communauté consommeront du vin en lui donnant une autre appellation.
Des instruments de musique seront joués devant eux, et des chanteuses (seront également présentes).
Allah les ensevelira dans le sol et transformera certains d'entre eux en singes et en porcs." (Ibné Mâjah)

Nâfi' r.a. raconte que Abdoullah Ibné Oumar (radhia allâhou anhou) entendit (lors d'un voyage) la flûte d'un berger.
Il plaça alors ses doigts dans ses oreilles et écarta sa monture de la route en disant: "Nâfi' ! Nâfi' !
Entends-tu encore (le son de la flûte)?" Je répondis: "Oui." Il continua à avancer jusqu'à ce que je lui répondis: "Non."
Il leva alors ses mains et ramena sa monture vers la route et dit: "J'étais en présence du Prophète Mohammed  Salla-llah allahi wa salam
lorsqu'il entendit la flûte d'un berger. Il fit alors exactement la même chose (que je viens de faire)." (Ahmad, Abou Dâoûd, Ibné Mâja).


Voila ce que j'ai trouver concernant si ces prieres sont acceptes:

Ibné Mas'oud (radhia allâhou anhou) raconte que le Prophète Mohammed  Salla-llah allahi wa salam entendit un homme chanter la nuit.
Il dit: "Pas de prière pour lui ! Pas de prière pour lui ! Pas de prière pour lui ! (C'est à dire que ses prières ne sont pas acceptées.) "
(Abou Ishâq)



Abou Houraïra (radhia allâhou anhou) rapporte que le Prophète Mohammed  Salla-llah allahi wa salam a dit: "Ecouter (individuellement) les instruments
de musique est un péché. Se rassembler pour le faire est un péché plus grave ("Fisq"). Y prendre du plaisir est du "Koufr"
(Les savants ont traduit ici le terme "Koufr" par manque de reconnaissance envers les bienfaits de Dieu)." (Abou Ishâq)

Ali (radhia allâhou anhou) cite ceci du Prophète Mohammed  Salla-llah allahi wa salam: "J'ai été envoyé pour briser les instruments de musique."
(Ibné Ghaylân)

Oumar (radhia allâhou anhou) rapporte du Prophète Mohammed  Salla-llah allahi wa salam: "Le salaire du chanteur et de la chanteuse est illicite."
(Tabrâni)



Il s'agissait donc là de certains textes qui interdisent, de façon plus ou moins claire, la musique. Dans son étude, Moufti Chafi' r.a.
mentionne par la suite beaucoup d'autres Hadiths, qui, contrairement à ceux cités ci-dessus, laissent supposer que certains types
de musique sont permis. On trouve par exemple les deux Hadiths suivants :


Hadiths autorisant certains types de musique:
Bouraïdah (radhia allâhou anhou) dit: Le Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) partit une fois pour
une campagne militaire. A son retour, une jeune fille noire vint le voir et dit: "O Envoyé d'Allah ! J'avais formulé le vœu que si Allah
vous ramenait sain et sauf, je jouerai du "Douff" (il s'agit d'une sorte de tambourin, qui existait déjà à l'époque
du Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) et qui était employé aussi bien pour la musique que lors des proclamations et
annonces publiques) en votre présence et je chanterai." Le Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) lui dit:
"Si tu as réellement fait ce vœu, alors tu peux jouer… Au cas contraire, non." Elle commença alors à le faire.
Abou Bakr (radhia allâhou anhou) entra et elle continua à jouer. Puis Ali (radhia allâhou anhou) entra et elle continua encore.
Ce fut ensuite au tour de Ousmân (radhia allâhou anhou) d'arriver et elle ne s'arrêta pas. Enfin, Oumar (radhia allâhou anhou) entra:
Elle cacha alors son "Douff" sous elle et s'assit dessus. Le Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) fit alors la réflexion suivante:
"Satan a peur de toi, O Oumar ! J'étais assis et elle était en train de jouer du "douff". Abou Bakr (radhia allâhou anhou)
est entré et elle a continué à jouer. Puis Ali (radhia allâhou anhou) est arrivé et elle a continué encore. Ce fut ensuite au tour
de Ousmân (radhia allâhou anhou) d'arriver et elle ne s'est pas arrêtée. Enfin, lorsque tu es entré, O Oumar, elle a caché le "Douff" ! "
 (Ahmad et Tirmidhi)

Aïcha (radhia allâhou anhou) raconte que Abou Bakr (radhia allâhou anhou) est entré chez moi une fois, alors que deux fillettes
parmi les "Ansârs" étaient présentes. Elles étaient en train de chanter les actes (de courage et de bravoure) des "Ansârs"
lors de la bataille de "Bou'ath". Mais elles n'étaient pas dé véritables chanteuses. Abou Bakr (radhia allâhou anhou) dit alors: "Quoi ?
Des instruments (de musique) de Satan dans la maison de l'Envoyé d'Allah ?" C'était le jour de Ide.
Le Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) dit: "O Abou Bakr ! Chaque peuple a sa fête et c'est aujourd'hui la notre."
(Boukhâri)

Conclusion et synthèse des avis juridiques sur la question de la musique et des chants.

Il y a certains types de musique et de chants au sujet desquels il y a unanimité entre les savants des quatre écoles de jurisprudence
(mâlékite, hanafite, châféite et hambalite) * sur leur interdiction (Il est à noter que le mot employé par les juristes sur ce point
pour désigner l'interdiction est bien "Harâm" et non pas "Makrouh"). Les voici:
-Tout chant n'ayant pas d'autre cadre et objectif que la distraction et le divertissement, sans aucun but acceptable au niveau
religieux ou mondain est interdit, qu'il soit accompagné de musique ou non.
-L'emploi d'instruments crées uniquement dans un but musical et n'ayant pas d'autres fonctions est interdit, qu'il soit accompagné de chants ou non.
-Tout chant ou musique conduisant à la négligence (à l'égard des devoirs religieux) ou au péché est interdit.
-De faire carrière dans la musique et la chanson.
Il y a donc unanimité entre les savants musulmans sur l'interdiction de ces quatre formes de musique et de chants.
Les Hadiths qui interdisent la musique s'applique donc à ces quatre éléments.

Il existe d'autres types de musique au sujet desquels il y a unanimité des savants sur leur caractère licite. Les voici:
-Le chant de celui qui affine sa voix et l'embellit légèrement et de façon naturelle, sans s'efforcer de suivre les rythmes musicaux,
et donc d'imiter les chanteurs, à condition que cela ne soit pas seulement par distraction et divertissement. Il faut que le chant
soit motivé par une raison valable: comme le fait d'éloigner un sentiment de solitude, pour faciliter un long voyage, pour se donner
du courage quand on fait un travail éprouvant, pour endormir un enfant, pour exciter sa monture, pour éloigner sa déprime,
à condition également que les paroles prononcées ne contiennent rien d'interdit et à condition que l'on n'en fasse pas une habitude.
Ce type de chants est tout à fait permis.
-Il également permis d'accompagner ces chants par le "douff" (qui, rappelons-le, n'est pas un instrument purement musical),
en certaines occasions spéciales, comme les mariages, les occasions joyeuses, les jours de fête etc…
Encore une fois, il y a unanimité entre les savants musulmans sur le caractère licite de ces deux choses, comme le rappelle
également l'Imâm Ghazâli r.a. dans son ouvrage "Al Ihyâ" (Volume 2 / Pages 238 et suivantes). Les Hadiths qui autorisent
les chants s'appliquent donc à ces deux éléments.


Enfin, il existe certains points sur lesquels les avis des savants divergent:
L'emploi du "douff" dans des occasions autres que celles mentionnées ci-dessus.
L'emploi du "douff" auquel sont attachées des clochettes.
L'emploi du "Qadhîb" (des baguettes de tambour) lors d'un mariage ou autre…
L'emploi des autres choses qui ne sont pas des instruments purement musicaux et qui ne produisent pas de sons mélodieux ("Moutribah")
tant qu'ils ne sont pas accompagnés par des chants. Exemples: le frappement des mains, le battement sur une jarre etc…
D'après certains savants de l'école châféite (comme Al Ghazâli r.a.), ces choses sont permises; la majorité des savants des
quatre écoles cependant les considèrent comme "Makrouh" (déconseillé, blamâble).
Reste maintenant la question de savoir ce qu'on doit faire quand on se trouve à un endroit où il y a de la musique interdite…
A ce sujet, selon mon humble opinion, la conduite à tenir est de ne pas prêter l'oreille volontairement et de détourner
son attention de cette musique. On doit également essayer, dès que possible, de quitter cet environnement musical.
En agissant ainsi, Incha Allah, on peut espérer que l'on n'aura pas de péchés.


Wa Allâhou A'lam !

Dieu est Plus Savant !






« Dernière édition: Décembre 31, 2013, 10:08:59 par Musc_☼ » Journalisée

O Allàh
Fais Du Qù'ran Lé printémps de mOn cOeur,
La lumieré De mà viié
MoN RécOnfOrt cOntré là Tristésse,
Et mà Consolation dans més Souciis
foufanousa
Nouveau membre
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Âge: N/A
Localisation: LYON
Messages: 3



Voir le profil
« Répondre #4 le: Août 10, 2008, 20:10:18 »
Share   Modifier le messageModifier

 Baraka Allahou Fik ma soeur
ton intervention me rassure sur le fait que j'ai des raison bien valables de me soucier de tout cela ?
Il va être difficile de lui faire entendre raison mais je ne renoncerais pas et, avec l'aide d'Allah inchallah, nous réussirons à nous entendre et enfin être sur la même longueur d'ondes.

 Salam Alaykoum ma  Sourire Mouslima
Journalisée
wakrime
Nouveau membre
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Âge: N/A
Localisation: Lyon
Messages: 6



Voir le profil
« Répondre #5 le: Septembre 08, 2008, 12:07:38 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum
Je suis très étonné par le sujet et les réponses données au sujet.
Je ne dis pas que les réponses sont bonnes ou mauvaises, je n'en sais rien à vrai dire.
Par contre je sais une chose que je tire de notre Imam ALGhazali  Radhi Allah 'Anhou et de notre grande sommité de l'Islam sunnite Acheikh Al Kardawi.
En effet, ces deux grands de l'Islam ont décortiqué un certain nombre de choses que je vous invite à consulter dans le livre de Al Kardawi : Fikh Al Awlawiate. (Jurisprudence des choses prioritaires).
Se demander si la musique est hallal ou haram est certes une bonne question. Mais est elle prioritaire par rapport à des questions beaucoup plus importantes telles que le foyer conjugal (puisque vous vous dites mariée depuis 8 ans et mère de 3 enfants) ?
Vous dites aussi que votre mari vous a répondu qu'il sait et que vous n'allez pas lui apprendre ce qu'il sait déjà...
Cela ne veut pas dire qu'il sait véritablement les choses, mais moi, j'en conclue à sa façon de répondre, que vous vous rapprochez d'un point dangereux qui risque de mettre en péril une vie matrimoniale de 8 ans avec pour fruit 3 enfants que Dieu vous les garde et mette sur le droit chemin.
Alors ?
Est il vraiment prioritaire de se poser la question sur le licite et l'illicite dans la musique à moins que votre mari ne soit musicien dans un lieu qui, par définition est un MOUNKARE (boîte de nuit, ****shop, etc).
Là la question pourrait à mon avis se poser de manière vitale car elle devient prioritaire au même titre que foyer conjugal. Les rencontres qui peuvent s'y dérouler et les consommations qui s'y font peuvent mettre en péril votre foyer.
Pour résumer, il y a des fondamentaux et des priorités qui doivent être respectés au risque de détruire sa vie. Avec l'aide de Dieu, et la recherche on arrive à y voire un peu plus claire, car la musique par exemple est certes sujet à interrogation, mais la continuité d'un foyer conjugal avec de surcroit 3 enfants est beaucoup plus fragile et importante.
Oh croyants ne vous interrogez pas à propose de choses qui, si elles venaient à vous être dévoilées, pourraient vous perturber (vous faire mal) ... et seul Dieu sait.
Journalisée
petitemuslima69
Membre fidèle
***
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Âge: 25
Localisation: Lyon
Messages: 225



Voir le profil WWW
« Répondre #6 le: Septembre 24, 2008, 17:21:33 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum

Versets du Qour'aane interdisant la musique:


Selon les commentateurs du Qour'aane, le verset suivant constitue une mise en garde à l'égard de ceux qui s'adonnent à la musique:
"Et, parmi les hommes, il est [quelqu'un] qui, dénué de science, achète de plaisants discours pour égarer hors du chemin d'Allah et pour le prendre en raillerie. Ceux-là subiront un châtiment avilissant." (Sourate 31 / Verset 6)

Selon de nombreux Compagnons (radhia allâhou anhoum), le terme "plaisant discours" employé par Allah concerne la musique et les chants. Tel est notamment le commentaire rapporté de Ibné Mas'oud (radhia allâhou anhou) (Moussannaf Ibné Aby Chaybah, Hâkim, Bayhaqi) et de Ibné Abbâs (radhia allâhou anhou) (Bayhaqi)



Dans un autre verset du Qour'aane, Allah fait allusion à la voix de Satan:
Et lorsque Nous avons dit aux Anges : "Prosternez-vous devant Adam", ils se prosternèrent, à l'exception d'Iblis, qui dit : "Me prosternerai-je devant quelqu'un que tu as créé d'argile ? "

Il dit encore : "Vois-Tu ? Celui que Tu as honoré au-dessus de moi, si Tu me donnais du répit jusqu'au Jour de la Résurrection; j'éprouverai, certes sa descendance, excepté un petit nombre [parmi eux]".

Et [Allah] dit : "Va-t-en ! Quiconque d'entre eux te suivra ... votre sanction sera l'Enfer, une ample rétribution.

Excite, par ta voix, ceux d'entre eux que tu pourras, rassemble contre eux ta cavalerie et ton infanterie, associe-toi à eux dans leurs biens et leurs enfants et fais-leur des promesses". Or, le Diable ne leur fait des promesses qu'en tromperie.

Quant à Mes serviteurs, tu n'as aucun pouvoir sur eux". Et ton Seigneur suffit pour les protéger ! (Qour'aane)

Le célèbre commentateur du Qour'aane, Moudjâhid r.a. (disciple de Ibné Abbas (radhia allâhou anhou) ) affirme que la voix de Satan n'est rien d'autre que la musique et les chants.



Hadiths interdisant la musique:


(Il est à noter que parmi les Hadiths qui vont être cités, l'authenticité de certains a fait l'objet de débats entre les savants. Cependant, dans l'ensemble, le sens de ces différentes Traditions est plus ou moins confirmé. C'est la raison pour laquelle les juristes ne les ont pas complètement rejetés.)

Abou Mâlik Al Ach'ari   rapporte que le Prophète Mohammed   a dit: "Il y aura parmi ma "oummah" (communauté) des gens qui considéreront le vin, le porc, la soie (pour les hommes) et les instruments de musique ("ma'âzif") comme étant licites." (Boukhâri)

Dans une autre version, il est dit: "Des gens de ma communauté consommeront du vin en lui donnant une autre appellation. Des instruments de musique seront joués devant eux, et des chanteuses (seront également présentes). Allah les ensevelira dans le sol et transformera certains d'entre eux en singes et en porcs." (Ibné Mâjah)

Nâfi' r.a. raconte que Abdoullah Ibné Oumar (radhia allâhou anhou) entendit (lors d'un voyage) la flûte d'un berger. Il plaça alors ses doigts dans ses oreilles et écarta sa monture de la route en disant: "Nâfi' ! Nâfi' ! Entends-tu encore (le son de la flûte)?" Je répondis: "Oui." Il continua à avancer jusqu'à ce que je lui répondis: "Non." Il leva alors ses mains et ramena sa monture vers la route et dit: "J'étais en présence du Prophète Mohammed   lorsqu'il entendit la flûte d'un berger. Il fit alors exactement la même chose (que je viens de faire)." (Ahmad, Abou Dâoûd, Ibné Mâja).

CLIK ICI MON FRERE:http://www.mosquee-lyon.org/forum3/index.php/topic,5123.0.html


Journalisée

O Allàh
Fais Du Qù'ran Lé printémps de mOn cOeur,
La lumieré De mà viié
MoN RécOnfOrt cOntré là Tristésse,
Et mà Consolation dans més Souciis
Oum Lymel
Nouveau membre
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Âge: 40
Localisation: Lyon
Messages: 13



Voir le profil
« Répondre #7 le: Septembre 24, 2008, 19:31:07 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum akhi

 bismillah

Si je peux me permettre j'ajouterai un lien vers le site de Sajidine qui répondra parfaitement à ta question et surtout ceux à quoi tu n'avais  pas encore pensé au sujet de la musique...qui définit en fait qu'il faut être reconnaissant envers  allah  Razza wa jal  qui nous a donné l’ouïe pour écouter les bonnes choses et s’écarter des mauvaises.
Bonne lecture  InchAllah

http://sajidine.com/maux/us-coutumes/index.php

 Salam Alaykoum

Journalisée
Saraj
Membre fidèle
***
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Localisation: france
Messages: 196



Voir le profil
« Répondre #8 le: Novembre 21, 2008, 17:53:13 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum

je te post un avis un peu different de celui qui avait dejà été posté dans le pprécédent sujet :

La musique et le chant
lundi 16 juin 2003

Question
Que pense l’Islam de la musique ?

Réponse du Docteur Yûsuf `Abd Allâh Al-Qaradâwî
Parmi les divertissements qui réjouissent les âmes, qui égaient les cœurs et qui font plaisir à l’ouïe, il y a effectivement le chant. L’Islam considère le chant comme licite tant qu’il ne contient pas de propos grossiers, obscènes ou incitant à la débauche. Et il n’y a aucun mal à ce qu’il soit accompagné de musique, si, du moins, celle-ci n’excite pas les nerfs.

Le chant est recommandé lors des occasions heureuses, afin de répandre la gaieté et de divertir les âmes. Cela est d’autant plus valable les jours de fêtes, de noces, de retour d’un absent, ainsi que lors des repas de mariage, des repas en l’honneur d’un nouveau-né et lors de la naissance du bébé.

Ainsi, `Â’ishah - que Dieu l’agrée - assista au mariage d’un couple médinois et lorsqu’elle rentra chez elle, le Prophète - paix et bénédiction sur lui - lui demanda : « Ô `Â’ishah, n’ont-ils pas organisé une fête ? Parce que les Ansâr aiment faire la fête. » Ibn `Abbâs dit : « `Â’ishah assista au mariage d’une femme médinoise parmi ses proches. Le Messager de Dieu - paix et bénédiction sur lui - arriva et dit : « Avez-vous offert les cadeaux à la mariée ? » On répondit : « Oui ! » Il demanda : « Avez-vous envoyé quelqu’un chanter en son honneur ? » `Â’ishah répondit : « Non. » Le Messager de Dieu - paix et bénédiction sur lui - reprit : « Les Ansâr sont des gens galants. Pourquoi n’avez-vous pas envoyé avec la mariée quelqu’un chantant par exemple :

Ataynâkum ataynâkum
Fa-hayyânâ wa hayyâkum

Traduction

Nous voici venus ! Nous voici venus !
Que Dieu nous salue et que Dieu vous salue !
 ? »

`Â’ishah raconte que Abû Bakr - que Dieu l’agrée - entra chez elle un jour de Fête du Sacrifice (`îd al-ad’hâ) et qu’il trouva deux servantes qui chantaient et jouaient du tambour, alors que le Prophète - paix et bénédiction sur lui - était recouvert d’un drap. Abû Bakr se mit en colère contre elles. Le Prophète - paix et bénédiction sur lui - se découvrit alors le visage et dit : "Laisse-les Abû Bakr ! Ce sont des jours de fête."

L’Imâm Al-Ghazâli mentionne dans son livre Al-Ihyâ’ les hadiths sur le chant des deux servantes et sur les jeux pratiqués par les Abyssins dans la Mosquée du Prophète - paix et bénédiction sur lui - alors que ce dernier les encourageait par des exclamations : "Bravo, enfants de Arfadah !" Ces hadiths précisent également la demande formulée par le Prophète à l’intention de `Â’ishah pour savoir si elle voulait regarder le déroulement des jeux ou non. Ces mêmes hadiths ajoutent en outre que le Prophète demeura en compagnie de son épouse jusqu’à ce que celle-ci s’ennuyât et voulût partir. On rencontre enfin des hadiths mentionnant que `Â’ishah jouait avec ses amies. Al-Ghazâlî conclut quant à ces hadiths : « Tous ces hadiths sont mentionnés dans les deux Sahîh [1]. Ils constituent de fait un texte explicite prouvant que le chant et les divertissements ne sont pas illicites. On peut par ailleurs en tirer un certain nombre de conclusions concernant diverses permissions :

Le divertissement : tout le monde sait que les Abyssins ont leurs danses et leurs jeux.


Il est permis de se divertir à l’intérieur même de la mosquée.


Le fait que le Prophète dise aux Abyssins : "Bravo, enfants de Arfadah !" montre qu’il leur demande de poursuivre leurs jeux et les encourage à cela. Comment peut-on alors considérer que ces jeux sont illicites ?


Le Prophète a empêché Abû Bakr et `Umar - que Dieu les agrée - de blâmer, de refuser ou d’interdire le divertissement. Il leur a expliqué que c’était un jour de fête et un moment de gaieté. Or, le divertissement est source de gaieté.


Le Prophète est resté longtemps à regarder les jeux abyssins et à écouter leur musique, après que `Â’ishah - que Dieu l’agrée - a exprimé son accord pour rester également. Cela montre qu’en termes de noblesse de caractère (husn al-khuluq), il est meilleur de faire plaisir aux femmes et aux enfants en assistant avec eux à des divertissements que de vivre dans un ascétisme austère, se priver et priver autrui des plaisirs mondains.


Le Prophète a même pris les devants pour demander à `Â’ishah si elle désirait regarder le déroulement des jeux.


Le chant est permis, ainsi que le battement du tambour, comme le montre le hadith des deux servantes. » Al-Ghazâlî poursuit tout ceci dans le chapitre de l’écoute.
On a rapporté au sujet d’un grand nombre de Compagnons et de Successeurs [2] - que Dieu les agrée - qu’ils écoutaient des chansons sans y voir le moindre mal.

Quant aux hadiths prophétiques qui interdisent le chant, il faut savoir qu’ils sont complètement défaillants, si bien qu’aucun d’eux n’a été épargné de la récusation des juristes et des traditionnistes. Le juge Abû Bakr Ibn Al-`Arabî dit : « Rien d’authentique n’existe quant à l’interdiction du chant. » Ibn Hazm dit : « Tout ce qui a été rapporté sur l’interdiction du chant est faux et controuvé. »

Néanmoins, le chant et la musique sont souvent allés de pair avec des veillées arrosées et débauchées, ce qui a incité un grand nombre de savants à interdire, tout du moins à déconseiller le chant et la musique. Certains d’entre eux ont dit : « Le chant fait partie des plaisants discours mentionnés dans le verset : « Et, parmi les hommes, il en est qui, dénués de science, achètent de plaisants discours pour égarer hors du chemin de Dieu et pour le prendre en raillerie. Ceux-là subiront un châtiment avilissant. » [3] »

Ibn Hazm répond : « Ce verset mentionne un trait de caractère, qui, s’il est présent chez une personne, fait d’elle automatiquement un mécréant. Il s’agit de celui qui prend le Sentier de Dieu en raillerie. Ainsi, celui qui achète un recueil coranique afin d’égarer les gens du Sentier de Dieu et le prendre en raillerie est très certainement un mécréant. Et c’est ce type de personnes que Dieu - Exalté soit-Il - dénigre dans ce verset. Il ne dénigre nullement celui qui achète des plaisants discours dans le but de se divertir et de détendre son âme, et non dans le but d’égarer les gens du Sentier de Dieu. »

Ibn Hazm répond également à ceux qui prétendent que le chant, ne faisant pas partie de la vérité divine, fait dès lors partie de l’égarement. Ceux-ci s’appuient sur le verset suivant : « Au delà de la vérité qu’y a-t-il donc sinon l’égarement ? » [4] Ibn Hazm réplique : « Le Messager de Dieu - paix et bénédiction sur lui - dit : « Les actions sont jugées d’après les intentions, et il en sera tenu compte à chaque homme dans la mesure de son intention. » Ainsi, celui qui a l’intention d’écouter des chansons afin de mieux désobéir à Dieu est un débauché - et cela n’est pas spécifique uniquement au chant. Quant à celui qui a l’intention de détendre son âme, pour mieux obéir à Dieu - Exalté soit-Il - et pour retrouver son dynamisme dans l’accomplissement d’œuvres pies, est quelqu’un d’obéissant et de bienfaisant. Et ce qu’il fait relève alors de la vérité divine. Quant à celui qui n’a l’intention ni d’obéir à Dieu ni de Lui désobéir, alors celui-là se livre à des futilités pardonnées par Dieu. Il possède alors le même statut que celui qui sort se promener dans son jardin, ou celui qui s’assoit devant sa porte et regarde les gens passer, ou encore celui qui teint son habit en bleu ou en vert, etc. »

Il existe cependant certaines limites qu’il est nécessaire d’observer, en ce qui concerne le chant.

Il est ainsi nécessaire que le sujet de la chanson ne contredise pas la morale et les enseignements islamiques. Une chanson qui glorifierait par exemple l’alcool ou qui inciterait à sa consommation est illicite, aussi bien pour celui qui la chante que pour celui qui l’écoute.

Toutefois, le sujet de la chanson peut parfois ne pas être contraire aux directives islamiques mais c’est la manière dont le chanteur l’interprète qui déplace la chanson du domaine licite au domaine illicite. Un exemple caractéristique est celui du chanteur qui interprète les paroles de manière lascive et déliquescente, cherchant à éveiller les instincts et à séduire l’auditeur en excitant ses désirs concupiscents.

Tout comme la religion combat l’outrance et l’excès, quels qu’ils soient, même au niveau du culte, elle combat l’excès dans le divertissement. Elle n’accepte pas que ce dernier occupe tout notre temps, car le temps, c’est la vie !

Nul doute que l’excès dans les choses licites déborde sur le temps à consacrer aux obligations, religieuses ou autres. Quelqu’un a dit avec justesse : « Je n’ai jamais pas vu un excès sans qu’il n’y ait à côté un devoir négligé. »

Il demeure néanmoins des choses pour lesquelles l’auditeur est soi-même son meilleur conseiller. Si les chansons, tout du moins un type particulier d’entre elles, excitent ses instincts, le séduisent, ou font dominer son aspect animal sur son aspect spirituel, alors il doit éviter de les écouter, afin de fermer les portes par lesquelles s’engouffrent dans son cœur, dans sa religion et dans son caractère, les tempêtes de la tentation. Ainsi, il se repose lui-même et repose les autres avec lui.

Il est consensuellement admis que le chant devient illicite s’il est accompagné d’autres interdits comme l’alcool, l’indécence ou la débauche. C’est de cela qu’a prévenu le Messager de Dieu - paix et bénédiction sur lui : « Apparaîtront des gens de ma Communauté qui boiront l’alcool en lui donnant un autre nom. On jouera pour eux des instruments de musique et des chanteuses chanteront pour eux. Dieu les engloutira alors dans la Terre et il fera d’eux des singes et des porcs. »

Il n’est pas nécessaire que cette transformation en singes et en porcs soit physique. Il suffit d’une transformation de l’âme et de l’esprit. Ils seront ainsi porteurs d’une âme de singe et d’un esprit de porc.

Et Dieu est le plus Savant.


Journalisée
Chaïma777
Membre régulier
**
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Âge: 29
Localisation: Bruxelles
Messages: 76



Voir le profil
« Répondre #9 le: Novembre 22, 2008, 23:19:45 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum

Le chant ... d'accord donc ... si cela reste dans les normes de l'islam, des chants religieux.

Mais qu'en est-il des INSTRUMENTS ? Je sais que le seul instrument licite et le Douf ( le tambourin ).

Mais il y a certains chants religieux  MachAllah qui sont magnifique et qui nous rapelle à notre religion ... mais l'on y entends des instruments ( piano, violon, ... )

Que devons nous faire ?? D'une part, je ne comprends pas, ces personnes sont musulmanes aussi, ces personnes glorifient Allah  Razza wa jal et saluent notre prophète  Salla-llah allahi wa salam ... Ce sont de bonnes paroles religieuses ... ... ... ... mais avec instruments ...

Que faire ?? Je suis un peu perdu ...
Journalisée
Lamia_
Membre régulier
**
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Âge: 29
Localisation: 94
Messages: 98



Voir le profil
« Répondre #10 le: Novembre 23, 2008, 11:53:04 »
Share   Modifier le messageModifier

Salam Alaykoum ma soeur!!

Je me permet de t'ajouter ce lien sur sajidine, je pense que tu y trouveras tes reponses!!!

http://sajidine.com/maux/us-coutumes/index.php

Salam aleikoum
Journalisée
Dîya.
Membre très actif
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Âge: 25
Messages: 575



Voir le profil
« Répondre #11 le: Mars 13, 2010, 22:32:10 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh ;
la musique est haram ,
mais un instrument seul ?
comme la guitare ou le piano ?
barakallah o fikoum de me dire si c'est licite ou pas ,j'en pratique sans savoir si licite ou pas Undecided
« Dernière édition: Mars 13, 2010, 22:40:31 par Zahiya » Journalisée

//°LOrsQue Tu ViNs Au mOnDe, TouT Le mOnDe éTaiT cOnTenT Et Tu PleUrAiS. - Vis De Telle SoRte Que lOrsQue Tu mOurrAs, tOuS PleurErOnt Et Tu sErAs HeUreUx°//
Oum Hasna
Membre très actif
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Âge: 27
Localisation: lyon
Messages: 2110



Voir le profil
« Répondre #12 le: Mars 13, 2010, 22:45:28 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh


Le prophète  Salla-llah allahi wa salam a dit : Il y aura dans ma communauté des gens qui rendront licite l’adultère, la soie, le vin et les instruments de musique. »

 Al-Bukhârî dans le chapitre des boissons (5590).

wa Allahou arlem

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh

« Dernière édition: Mars 13, 2010, 22:47:13 par Oum Hasna » Journalisée



S.3 V.133.Et concourez au pardon de votre Seigneur, et à un Jardin (paradis) large comme les cieux et la terre, préparé pour les pieux,
yamimi
Nouveau membre
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Âge: 47
Localisation: toulouse
Messages: 19



Voir le profil
« Répondre #13 le: Juillet 22, 2010, 14:20:43 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum
Je viens de tomber sur ce message, il m'a intéressé au plus haut point et je remercie la personne qui en est à l'origine. J'ai moi même commencer les cours de solfège et de piano l'an passé, j'ai même acheté un piano et j'en conclus donc que cela va se terminer par la vente du dit-piano!  Baraka Allahou Fik pour cet apprentissage. Salam Alaykoum
Journalisée
S2V257
Nouveau membre
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Localisation: LILLE
Messages: 16



Voir le profil
« Répondre #14 le: Juillet 23, 2010, 11:00:14 »
Share   Modifier le messageModifier

Salam Alaykoum
Je viens de tomber sur ce message, il m'a intéressé au plus haut point et je remercie la personne qui en est à l'origine. J'ai moi même commencer les cours de solfège et de piano l'an passé, j'ai même acheté un piano et j'en conclus donc que cela va se terminer par la vente du dit-piano!  Baraka Allahou Fik pour cet apprentissage. Salam Alaykoum


wa 'alaykoum assalam

juste pour te dire que tu ne peux pas vendre le piano, car il va servir à faire une chose interdite (la musique).

Toute personne qui aide à commettre un péché aura commis un pêché, et toute personne qui aide à commettre de la mécréance aura commis de la mécréance.

Allah dit  S5 V2 : "Entraidez-vous dans l'accomplissement des bonnes oeuvres et de la piété et ne vous entraidez pas dans le péché et la transgression. Et craignez Allah, car Allah est, certes, dur en punition !"

Ainsi le prophète (salla Allahou 'alayhi wa salam) à dit: « Allah a maudit dix personnes qui traitent avec l’alcool. Celui qui le distille, celui pour qui il est distillé, celui qui le boit, celui qui le transporte, celui chez qui il est transporté, celui qui le sert, celui qui le vend, celui qui profite de l’argent obtenu par sa vente, celui qui l'achète pour lui-même et celui qui l'achète pour quelqu’un d’autre.»

Il est donc interdit de vendre un objet à quelqu'un dont on sait qu'il va commettre l'illicite avec.

L'imam chafi'i: "Si quelqu'un (en connaissane de cause) vend aux kuffar des pierres ou du bois pour construire leur églises, il devient kafir."


.
Journalisée
DELIVRE
Invité
« Répondre #15 le: Juillet 23, 2010, 11:07:29 »
Share   Modifier le messageModifier

Salam Alaykoum
Je viens de tomber sur ce message, il m'a intéressé au plus haut point et je remercie la personne qui en est à l'origine. J'ai moi même commencer les cours de solfège et de piano l'an passé, j'ai même acheté un piano et j'en conclus donc que cela va se terminer par la vente du dit-piano!  Baraka Allahou Fik pour cet apprentissage. Salam Alaykoum


wa 'alaykoum assalam

juste pour te dire que tu ne peux pas vendre le piano, car il va servir à faire une chose interdite (la musique).

Toute personne qui aide à commettre un péché aura commis un pêché, et toute personne qui aide à commettre de la mécréance aura commis de la mécréance.

Allah dit  S5 V2 : "Entraidez-vous dans l'accomplissement des bonnes oeuvres et de la piété et ne vous entraidez pas dans le péché et la transgression. Et craignez Allah, car Allah est, certes, dur en punition !"

Ainsi le prophète (salla Allahou 'alayhi wa salam) à dit: « Allah a maudit dix personnes qui traitent avec l’alcool. Celui qui le distille, celui pour qui il est distillé, celui qui le boit, celui qui le transporte, celui chez qui il est transporté, celui qui le sert, celui qui le vend, celui qui profite de l’argent obtenu par sa vente, celui qui l'achète pour lui-même et celui qui l'achète pour quelqu’un d’autre.»

Il est donc interdit de vendre un objet à quelqu'un dont on sait qu'il va commettre l'illicite avec.

L'imam chafi'i: "Si quelqu'un (en connaissane de cause) vend aux kuffar des pierres ou du bois pour construire leur églises, il devient kafir."


.
                                                        bismillah



                                                       Salam Alaykoum



     
    Baraka Allahou Fik mon cher  Rire Mouslim  Wink pour ce Rappel    MachAllah

   Mais  bismillah juste me permettre de dire que l'alccol qui est un

   fléau assassin mais très commercialisé et répandu dans le Monde ne

   peut être,pour ma part,comparé à la musique et au dit-piano ...

   Soubhan' Allah je me permets afin de ne pas trop culpabiliser les  Rire Mouslim et

   Sourire Mouslima  Wink qui ont commencé de la musique et au fait, bismillah

    -Le piano,on doit le jeter ?  Huh?

     ALLAH SAIT MIEUX




                                                                Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
Journalisée
esclave du Bienveillant
Invité
« Répondre #16 le: Juin 30, 2012, 15:48:18 »
Share   Modifier le messageModifier

                                                As salam alaykoum allah metoulah wa barakatouh
« Entraidez-vous au bon comportement et à la piété et ne vous entraidez pas au péché et à l'inimité »(la Table servie, v. 2)
et la parole du Prophète Muhammad ( salallahu 'alayhi wa salam) :
« Celui qui montre le chemin vers une bonne action, a la même récompense que celui qui la fait. »
(Muslim)


attention je vous demande de bien faire attention car le conseil du frère qui est " de ne pas se poser la question sur le licite et illicite de la nouvelle vocation de son mari  car sous pretexte qu'ils sont marier depuis 8ans et ont 3 enfants" est un mauvais très mauvais conseil !

Car si la femme continu de vivre avec son argent alors qu'elle sait que cette argent est illicite ce n'est pas une bonne chose qu'Allah lui vienne en aide ainsi qu'à son mari et qu'Allah protège leur enfants !
De plus si le mari ne veut pas arreter alors il commet un très grand péché car comme la soeur "petite Muslima" a mis un verset claire et explicite ! Allah a clairement interdit la music ,l'alcool,les jeux de hasard,la drogue,... et celui qui dit que la musique ne detourne pas de la religion ceci est faux !!! Car au lieu de faire di dikhr il va se rappeler une melodie et chanter ou taper dans ses mains ou autre . tenez les preuves de ce que j'avance insha allah :

L’Islam prohibe la musique, car elle dévie le cœur, le pénètre et le distrait de l’invocation d’Allah.


Et l’homme a été créé pour adorer Allah , donc si son cœur est épris de musique, elle le détournera du rappel d’Allah . (1)

C’est pour cette raison que l’on voit le passionné de musique et de chansons, lorsqu’il marche, taper avec sa main ainsi… (2) comme s’il jouait de la musique, parce que son cœur et son esprit sont envahis par la musique.

Et l’Islam attend de ses adeptes qu’ils soient constamment tournés vers Allah, car c’est ainsi qu’ils s’améliorent et atteignent le bonheur.

(1) Ibn Kathîr – qu’Allah lui fasse miséricorde – a rapporté à ce sujet la parole d’Ibn Mas‘ûd  commentant ce verset (traduction rapprochée) :
« Et, parmi les hommes, il est [quelqu'un] qui, dénué de science, achète de plaisants discours pour égarer hors du chemin d'Allah. » (Sourate Luqmân, v.6).
Puis Il a déclaré : « Par Allah, en dehors duquel il n'y a point de divinité [digne d'être adorée] (à trois reprises), c’est bien du chant musical dont il est question (« les plaisants discours »).»

(2) NDT : C’est comme si le cheikh faisait le geste de taper avec sa main à ce moment-là.
                                                Majmû‘ fatâwâ Ibn Uthaymîn, t.43, p.60. 

Ecouter les chansons est un péché, un acte abominable et fait partie des causes des maladies des cœurs, de leur endurcissement et de leur rejet du rappel d'Allah et de la prière.

La plupart des exégètes ont commenté la parole d'Allah le Très-Haut (traduction rapprochée) :
«Et parmi les hommes, il est [quelqu'un] qui, dénué de science, achète de plaisants discours » (Luqmân, v. 6)

par les chansons.

En effet, 'Abdullah ibn Mas'ud, qu'Allah l'agrée, jurait que les « plaisants discours » signifiaient la chanson. L'interdiction est encore plus sévère si la chanson est accompagnée d'instruments, comme ar-Rabâba, le violon, le luth et le tambour.

Certains savants ont dit qu'il y avait un consensus sur l'interdiction de la chanson accompagnée d'instruments.

Par conséquent, il faut s'en écarter.

Le Messager d'Allah (salallahu 'alayhi wa salam) a dit :
« Il y aura dans ma communauté des gens qui rendront licite l'adultère, la soie, le vin et les instruments de musique.»
(Bukhârî, 5590)

Je te conseille ainsi qu'à tous les musulmans donc, d'écouter la station de radio Al-Qur'ân al-Karîm et le programme Nûr 'ala ad-Darb, car ils sont d'une très grande utilité et t'éviteront d'écouter les chansons et les instruments de musique.

Concernant le mariage, il est permis de frapper le Duff (sorte de tambourin) et de chanter des chansons qui n'incitent pas au péché et ne font pas l'éloge du péché.

Cela ne doit être fait que par les femmes au moment de la nuit pour annoncer le mariage, afin de différencier le mariage licite de la fornication, comme cela a été souligné dans la Sunna authentique.

Par contre, il n'est pas permis de frapper le tambour (Tabl) pendant le mariage : on doit se restreindre seulement au Duff.

Il n'est pas non plus permis d'utiliser les haut-parleurs pour annoncer le mariage, même si on chante des chansons permises à cause de ce que cela peut engendrer comme mal aux musulmans. Il n'est pas permis non plus que cela dure longtemps, mais un temps court suffit pour annoncer le mariage, car veiller tard empêche de se lever pour la prière du Fajr. Et ceci est un des grands péchés et un acte des hypocrites.

                                  Cheikh Ibn Bâz, in Magazine ad-Da'wa, n°902, Chawâl 1403H.


Question :
Dans certaines occasions, nous utilisons les tambours accompagnés de chants islamiques, et nous passons une partie de la nuit comme ça.
Mais une personne nous a réprimandés à ce sujet.
Notre acte est-il répréhensible, c'est-à-dire l'utilisation des tambours et des chants, sachant que ces chants ne contiennent pas de paroles malsaines ?
Informez-nous, qu'Allah vous récompense.


Réponse :
Je ne connais pas de texte autorisant l'utilisation des tambours et ce qui est évident dans les hadiths authentiques est qu'il est interdit d'en jouer, au même titre que les autres instruments de musique, comme le luth ou autre.

Parmi les hadiths, il y a celui dans lequel le Prophète, prière et salut d'Allah sur lui, a dit :
« Il y aura dans ma communauté des gens qui rendront licite la fornication, la soie, le vin les instruments de musique et les chansons (Ma'âzif). »
(Bukhârî, 5590)

et le terme  Ma'âzif comprend tous les instruments de musique et les chansons.

                         Revue des Recherches Islamiques, n° 38, p. 144, cheikh Ibn Bâz.

maintenant regardez les paroles d'Allah mes frères et soeurs Allah nous autorise les bonne chose et interdit les mauvaises chose :

Allah, le Très-Haut a dit (traduction rapprochée) :
« Allah a fait descendre le plus beau des récits, un livre dont [certains versets] se ressemblent et se répètent. Les peaux de ceux qui craignent leur Seigneur frissonnent [à l'entendre] ; puis leur peau et leur cœur s'apaisent au rappel d'Allah. Voilà [le Livre] guide d'Allah par lequel Il guide qui Il veut. Mais quiconque Allah égare n'a point de guide. » (Az-Zumar, v.23)

« Ceux qui ont cru, et dont les cœurs se tranquillisent à l'évocation d'Allah. N'est-ce point par l'évocation d'Allah que se tranquillisent les cœurs ? * Ceux qui croient et font de bonnes œuvres, auront le plus de bien et aussi le meilleur retour. » (Le Tonnerre, v. 28-29.)

« Ceux des Enfants d'Israël qui n'avaient pas cru ont été maudits par la bouche de David et de Jésus fils de Marie, parce qu'ils désobéissaient et transgressaient. Ils ne s'interdisaient pas les uns aux autres ce qu'ils faisaient de blâmable. Comme est mauvais, certes, ce qu'ils faisaient ! » La Table Servie, v. 78-79.

voila quelques preuves parmis tant d'autre ne laisser pas vos passions et désir prendre le dessus sur vos ames et vos coeurs baraka allah oufikoum la music est HALAM au meme titre que l'alcool donc celui qui l'écoute on doit le rappeler à l'ordre alors que dire de celui qui en joue ? ma soeur insiste rappel lui encore et encore et si il ne t'écoute pas alors prend une décision car la musique est un péché très grave il détourne d'Allah si tu sait parler arabe litéraire je te conseille d'appeler un savant et de lui demander conseille sur ton cas car nous nous faisons que transmettre leur cours fatwas avis conseille ... mais parler de vive voix avec eux est mieux car il t'expliquera en détail et clairement voila le meilleur conseille possible et qu'Allah te vienne en aide ainsi que ton mari et qu'Allah nous aides également ! as salam
Journalisée
fathéma
Invité
« Répondre #17 le: Juin 30, 2012, 16:00:08 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum

MachAllah Barak Allahou fik mon cher frère pour ta réponse claire wa  El Hamdoulilah
je n'avais aucun doute sur le fait que l'Islam interdit la music wa  El Hamdoulilah
C'est pour cela que les réponses plus haut m'ont surprise  Soubhan' Allah
Qu'Allah swt nous guide dans la bonne voie et nous éloigne des tentations du diable

Barak Allahou fikoum wa 'alaykoum salam
Journalisée
.Brahim
Nouveau membre
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Âge: 23
Localisation: France
Messages: 7



Voir le profil
« Répondre #18 le: Décembre 30, 2013, 05:42:58 »
Share   Modifier le messageModifier

Assalamou 'alaykoum

je sais, je penses que la question à surement du être posée plusieurs fois.
Néanmoins, je reste tourmenté.
La musique est t'elle vraiment illicite ?
Alors j'ai demander à deux personnes ayant fait des études islamique, deux personnes connaissant très bien
la religion qui est l'islam ayant étudier et consacré une partie de leur vie. Dont un est imam.

L'un dit, ton coeur est comme un récipient, tu peux le remplir soit de music soit de coran.
( J'entend souvent que écouter la music c'est illicite ! Bien sûr si tu écoutes le dernier album d'Eminem ou Rihana
ou je ne sais quel artiste, tu prône plus de Satan que de dieu )

Mais l'autre individus, m'a expliqué que si la music qu'on écoute, ne nuit en aucune façon, on peux donc l'écouter.
Cet individus a 79 ans, il a étudier l'islam depuis qu'il a 6 ans. Il est un grand professeur.
Il m'a dit que il y a des sourates qui dise que on doit aussi profiter de la vie, et que celui qui n'a fait que restreindre tout
ce qui le faisait et qu'il a oublier de profiter de la vie, de s'épanouir (SANS TOMBER DANS L'ILLICITE POUR AUTANT) c'est mal !
Si demain je veux écouter de douce mélodie, alors que je fait tout ce que j'ai à faire.
c'est à dire les 5 piliers de l'islam le comportement l'apprentissage ECT ECT ....
je suis un mécréant si j'écoute de la music?

Guidez moi Smiley et n'utilisez pas de vocabulaire trop important je n'ai que 17 ans et
je ne connais pas tout, je demande qu'a apprendre !!
Merci d'avoir lu Smiley


 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
« Dernière édition: Décembre 31, 2013, 09:55:04 par Musc_☼ » Journalisée

Les olives sont pressées pour obtenir l'huile,
Les fruits sont pressés pour obtenir leur jus,
Ces méthodes sont utilisées pour obtenir le meilleur des choses.
Alors quand vous vous sentez sous pression dans la vie c'est sûrement qu'Allah essaie d'obtenir le meilleur de vous-même ...
Musc_88
Invité
« Répondre #19 le: Décembre 31, 2013, 10:01:34 »
Share   Modifier le messageModifier

Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh


Mon cher frère Brahim tu as des réponses claire et sans aucun doute dans
ces fils que j'ai regrouper  InchAllah et on le remontant tu y trouveras des
réponses  InchAllah avec source et hadith

 Baraka Allahou Fik et qu'Allah te facilite

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh

Journalisée
   

Arabe Pour francophones
 Journalisée
Pages: [1]
  Ajouter aux favoris  |  Imprimer  

 
Aller à:  

 Développé par TOOLYNK, agence de développement d'applications web et mobile à Lyon & Paris
Technologies: Javascript, React, React Native, Angular, Java, Symfony, .NET, Réalité Virtuelle