Forum de la Grande Mosquee de Lyon
Nouvelles: Téléchargez sans plus attendre la GML tool, la barre d'outils 100% islamique, 100% Grande Mosquée de Lyon !!
 
*
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Charte du Forum  
Favoris  
Coran 
GML TV
connectez vous !

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session


  Voir les messages
Pages: [1] 2

1  La pratique de l'islam / Autour de la prière / Re : Voeux pendant la prière le: Septembre 14, 2012, 15:27:18
Salam alaykoum.


J'avais répondu à ta question mais ma réponse a été censuré et invalidé car j'expliquais à quels domaines de la foi ta question renvoyait, et pour des raison je pense de maladresse et de naïveté vis à vis du matraquage ambiant mon post a été supprimé. Mais pour faire simple, et selon les quatre écoles autorisées : oui.

Simplement la question du douaa n'est pas simplement une question de fiqh, ne te limite pas à cela dans tes recherches, elle concerne directement ton rapport à Dieu et il en retourne, donc, de la foi, de ta sincérité, de ton intention, de ton degré spirituel, des moments de hauts ou de bas qu'il peut y avoir dans ta vie, et là on ne parle même pas de cheminement. Qu'on le veuille ou non la question du douaa est bien plus qu'une question simplement de fiqh est la question de la formulation elle même même va bien au delà de la question du fiqh.

Je ne sais pas trop ce qui a été traduit en français sur le sujet, mais essaie de chercher au delà du point de vue fiqh.

Salam.

2  Multimédias islamiques / Le Saint Coran / Re : « Que seuls ceux qui sont purifiés touchent le coran » le: Septembre 06, 2012, 21:53:24
As Salam alaykoum.

C'est aussi cité dans le Livre Saint, dans la sourate al Waqi3a (56) dans les versets 77 à 79 :
"Et c'est certainement un Coran noble, dans un Livre bien gardé, que seuls les purifiés touchent."

Outre la question de fiqh proprement dite, sur laquelle il y a consensus et dont les divergences portent sur les détails, c'est plutot ce qu'elle nous montre qui est intéressant.

La woudou, la petite purification, nous prépare à la grande purification, qu'il s'agisse de la prière, de prendre le Livr Saint pour contempler sa beauté et le lire, pour le pelrinage, ou pour toute sorte d'adorations pour lesquelles l'ablution est obligatoire ou fortement recommandée.

L'ablution, en fait, est une miséricorde divine permettant de réabiliter le croyant, pour le rendre apte à l'acte lumineux, à la lumière de la Vérité.

La purification est à double sens. Il y a la purification légale, et il y a la purification légale, celle de la Réalisation spirituelle. Le Coran étant de portée universelle, dès lors que l'ont prend en compte cette donnée, le verset prend une toute autre portée.

Ainsi, de nombreux auteurs, comme sidi Abdel Aziz ad Dabbâgh, pour ne citer que lui, font comprendre, sans le dire directement, que l'aspect fiqh de ce verset, s'il est primordial, et de premier abord, n'est pas le plus important.

En effet, ce qu'il faut comprendre, c'est que "la iamassouhou illa al moutahharoun" veut dire que n'atteindront la sagesse et la vérité coranique que ceux dont le coeur aura connu la purification et la réalisation spirituelle. Ces gens-là ont le regard éprouvé et voient par la Vérité. Ceci est appuié par le fait que les versets précédent sont un enssemble de directives par lesquelles Allâh invite le fidèle à se positionner spirituelement devant Lui, exalté soit Il, et à cheminer dans des sujets bien précis qui sont en réalité des Noms et des Attributs à peine voilés dans lesquels Allâh veut que l'itinérant chemine pour arriver à la purification spirituelle. Arrivé au terme de ce chemin il connaîtra la Vérité Coranique. Ce cheminement est détaillé dans la vie des prophètes, est il est explicité dans les ouvrages des spécialistes de la science.

Ceci, pour rappeler que la purification a plusieurs sens en Islam, la purification légale est la première, obligatoire pour tout le monde, ceux qui débute comme ceux qui sont arrivés aux sommets de la vie spirituelle. Pour autant, cette purification n'est que celle du commencement et ne doit pas constituer une finalité pour le croyant mais un point d'appui l'invitant à aller découvrir ce qu'est la Vérité est ce qu'est lé Réalité du Tawhid. Et comme dans chaque science, on progresse étape par étape, sans se précipiter, sans griller les feux rouges.

^^

Salam alaykoum.

3  L'islam aujourd'hui / Le Bon Comportement en Général / Re : ** L’Importance d’Apprendre la Science de la Religion ** le: Septembre 05, 2012, 21:31:05
As SAlam alaykoum.

Il ne s'agit pas de s'abstenir de lire, ce sans quoi jamais les miliers de oulama à travers les siècles auraient écrits tous ces ouvrages que nous avont dans l'héritage Islamique. Cependant, pour cheminer dans la science, la lecture seule, tout comme l'écoute d'audio ou de video d'ailleurs, n'est pas suffisante.

Certains manuel de fiqh permettent au fidèle de trouver réponse à une bonne part des questions qu'il est amené à se poser pour sa vie quotidienne. La plupart des ouvrages de base sont d'ailleurs des ennoncé des éléments de foi, des règles des ibadat et des regles du commun des mou3amalat.

Mais savoir ce dont on a besoin et cheminer dans la science sont deux choses différentes. C'est pour cela, d'ailleurs, que beaucoup d'ouvrages de fiqh ne citent pas de "dalilé, car le musulman du comun n'a pas les outils nécessaires pour traiter le dalil et c'est pour lui plus une source d'agarement et de cheminement dans l'orgueil qu'autre chose. Quand un dalil est cité, dans un livre ou dans une fatwa, c'est à titre informatif, pas pour se justifier, car un savant autorisé a délivré la fatwa n'a pas à argumenter devant un musulman du commun. D'ailleurs, les oulama ont coutîme de dire, dans ce genre de cas : "demander le dalil à un savant est une preuve de ton ignorance", ignorance car l'individu se trompe sur deux point, d'une par car il ne sera pas en mesure de comprendre l'enssemble du cheminement argumentatif que va lui sortir le savant, et d'autre par car s'il veut vraiment la science, ce n'est pas de cette manière qu'il faut procéder.

La science transmise oralement à l'avantage de pouvoir être validée par le transmetteur. C'est ainsi que les savant ont appuyé depuis les premiers siècles le principe de la ijaza (autorisation) donnée du maître à l'élève, ugage de validité. Biensur il y a différent degré de ijazat et différent types. C'est le garde fou de la transmission islamique.

Il faut distinguer, donc, avoir ce dont on a besoin, et cheminer dans la science, et à plus forte raison transmettre, qui nécessite accord de ses maîtres. Mais même s'il s'agit de vivre simplement sa vie normalement en se contentent de ce dont on a besoin simplement, le musulman du commun est tenu malgré tout de s'assurer que les ouvrages qu'il utilise sont recevable. Pour cela il peut consulter des gens compétants, des savants, mais il y a aussi une autre méthodes plus simple. Il peut tout simplement s'assurer que l'ouvrage s'appuyer sur une école de foqh transmise de maître à élève depuis le temps du salaf, et faisant partie du consensus. Ce n'est pas compliqué il en reste 4. Le musulman devra aussi s'assurer dans un second temps que les avis ne sont pas marginaux, la encore c'est très simple, car chaque école à ses ouvrages phare qui serve de support depuis des générations et des générations d'étudiants qui sont devenus des grand oulama de la oumma.

En effet, il faut distinguer l'ouvrage de fiqh destiné à tout le monde, et la version commentée, elle, destinée généralement à être étudiée avec un ma^tre compétant. Celui qui l'étudie seule devra se dire qu'il le fait à titre de sa culture personnelle et qu'il garde aussi bien en tête qu'il risque de mal comprendre beaucoup de chose.

Donc la transmission oral est indispensable pour la sauvgarde de la science. Pour les science externes, mais encore plus pour les sciences de la voie spirituelle, et là je renvoie au hadith de 3Ali lorsqu'il a reçu l'initiation au dhikr du Bien Aimé, sur lui la paix et les prières. C'est d'ailleurs un agrument qui prouve que la vie spirituelle, encore plus que les choses externes telles que le fiqh, doivent se faire accompagné, pour un accompagnement direct de maître à disciple, oral, dans le cheminement de la sagesse et de la réalisation spirituelle.




Salam.

4  Les musulmans / Questions/Réponses pour convertis / Re : Est-il autorisé d'offrir un pendentif avec les versets du Coran? le: Septembre 04, 2012, 17:58:02
As salam alaykoum.

Le problème qui se pose c'est surtout que c'est peu évident à porter pour la personne, qui est tenue d'avoir le wodo, de le pas aller au toilette, de soigner son comprtement, etc etc etc..

C'est pas un mal en soit mais c'est pas nécessairement le meilleur cadeau pour diverses raisons.

Salam.

5  L'islam, ma religion / Partages d'Articles / Re : Le Fiqh et Son Evolution le: Septembre 04, 2012, 09:09:02
Salam alaykoum.

Je le fais pas fréquement parce que même eux revendique de l'être du point de vu de leur démarche, "scientifiquement" parlant. Ce n'est pas péjoratif du tout, au contraire.

6  L'islam, ma religion / At Tawhid : L'Unicité d'Allah / Re : Les actes annulant l'Islam sont au nombre de dix ! le: Septembre 04, 2012, 09:09:02
Salam alaykoum.

Non je ne dis pas que je détiens la vérité, mais plutôt qu'il aurait été plus judicieux de présenter ce texte en rappelant que certains points défendus sont marginaux, comme l'est le point numéro un, et d'autres, car je n'est pas voulu m'étendre.

Concernant la divergence, en réalité c'est plus grave que cela.

Pur les traditionniste, avant réforme, il y a toujours eu une position comune, et certains auteurs parlent même d'un consensus. Dans le pire des cas, cela n'a jamais été un problème de aqidah mais de fiqh, et la position des école autorisé est effectivement celle du consensus rapporté.

Pour les réformiste, c'est une question de aqidah. Donc la on ne parle plujs de divergence car pour eux cela touche les ousoul ad din, donc c'est plus grave que cela.

Salam.

7  L'islam, ma religion / Partages d'Articles / Re : Le Fiqh et Son Evolution le: Septembre 04, 2012, 05:37:41
As Salam alaykoum.

Quelques remarques, car beaucoup d'inexactitudes dans ce texte.

Déjàa, l'ordre d'importance que sont 1 Coran, 2 Sounnah, et 3 Consensus, est venu du temps même de la Révélation puisqu'on la retrouve, pas dite directement, mais néanmoins explicitement, plusieurs fois répété, il suffit de rassembler ,e matériel, cela n'était donc pas un sujet sur lequel les compagnons ont du réfléchir.

Al ijma3 designe le consensus et non l'opinion qui ce dit ar ray'.

Avant le califat de Mou3awiyya, il existait bien plus que deux écoles de "pensées" dans le fiqh (le mot pensées est d'ailleurs inexact). C'est trop réducteur de voir cela ainsi car il y avait au moins 20 grandes tendances à cette époques qui ont toutes joué un rôle fort.

L'ijtihad n'a jamais été pratiqué au détriment de l'ijma3, comme cela est décrit dans ce texte, car les sujets sur lesquels il y avait consensus étaient évident déjà à l'époque.
De même, de nombreux consensus sont venu par la suite, ce qui prouve que l'évolution du fiqh n'a jamais empêché le consensus, au contraire, c'est grâce aux écoles de fiqh que les musulmans ont pu se rassembler autour du consensus.

Au plus fort de la construction des outils de la Lois, par les savants compétants, ont comptait plus de 100 madhahib, selon certains auteurs, et non pas deux.

L'analogie, qiyâs, est aussi tirée d'une directive coranique.



La description des ousoul va beaucoup plus loin que ce qui semble être si simplement décrit. Biensur il s'agit d'une vulgarisation alors pas question d'en tenir rigueur. Cependant, le lecteur doit avoir en tête qu'a cette époque les savants ce sont posé des questions à savoir par exemple, si le hadith ahad était plus valeureux que l'imitation des gens(savants) de Médine, qui ont vécu avec les compagons et ceux qui les ont suivis, etc etc.



Les imams fondateurs des écoles de cette époque étaient au minimum beaucoup plus nombreux que ceux cités, mais toutes étaient authentiques car tous les imam en question avaient ateint le niveau d'ijtihad complet et indépendant.

Le fait que deux imams divergent ne veut pas dire que l'un des deux se trompe.

Quoiqu'il en soit, de nos jours, ce niveau d'ijtihad n'existe plus, et parmis toutes ces écoles seules 4 sont parvenues jusqu'à nous, avec une chaine de transmission (comme pour les ahadith), donc, qui remonte jusqu'au compagnons, de maître à élève.

Cette disparition ne veut pas dire que les autres imam étaient moins forts, ou qu'au final ils avaient tort, car leurs arguments sont encore pris en compte dans les 4 écoles. Simplement leur transmission s'est éteinte. Beaucoup de ces imam, d'ailleurs, ont laissé une grosse emprunte dans d'autres domaines que le fiqh, comme par exemple l'imam Tabari qui a aussi laissé une oeuvre importante dans le tafsir.

Les savants ont institué le principe de la ijaza, autorisation, pour transmettre leur enseignement.

Le sectarisme des écoles est un fantasme, bien que certains auteurs marginaux si soient adonnés, cela reste une marginalité, par ailleurs condannée.

Le meilleur moyen de savoir sur quoi on est d'accord c'est de mettre de côté ce sur quoi on est pas d'accord, mais cela aussi il faut le savoir. Donc on met tout sur la table, et on insiste sur là où on est d'accord. C'est comme ca que des consensus ont continué a apparaitre, en exposant tout, pas en faisant comme si il n'y avait pas de discussion, c'est une vraie bid3a de faire ca, même les sahabi, au temps de Prophète paix et prière sur Lui, s'interrogeaient entre eux quand ils divergeaient, dans la fraternité et la recherche du consensus. justement ils le faisaient avec la bonne methode.


L'auteur de l'article cite un certain nombre de réformateurs, et on pourra pas dire que je "traite" untel ou untel de réformiste car Bilal Philips est lui-même un croyan réformiste convaincu. Cependant il en oublie certains très importants, mais la n'est pas la question. Ce qu'il devrait dire en revanche, c'est que la reforme, avant d'avoir touché le fiqh, est d'abord intervenue par une relecture du dogme islamique, et d'un certain nombre de définitions techniques au coeur de la foi. Pour des raisons techniques trop longues à expliquer, les réformistes n'ont pas eu d'autre choix que de réformer aussi le fiqh. Ce n'est donc pas une question d'évolution de fiqh à proprement parler.


En revanche il y a bien une relecture des outils du fiqh qui s'effectue, chez les Traditionnalistes, mais dans le respect des règles héritées des Anciens. Cette relecture aborde par exemple des questions comme le fiqh des minorités, les problèmes de la vie moderne, la possibilité ou non de suivre plusieurs écoles sur des points précis et pourquoi, l'économie islamique, etc.

Salam.

 Avis personnel mon Frère et effectivement :

    et on pourra pas dire que je "traite" untel ou untel de réformiste

  Tu le fais fréquemment

8  L'islam, ma religion / At Tawhid : L'Unicité d'Allah / Re : Les actes annulant l'Islam sont au nombre de dix ! le: Septembre 04, 2012, 05:27:08
As Salam alaykoum.

Ce genre de texte, hélas, fait très mal au coeur, car il est destiné au grand public, non-initié, pour être répendu, mais en réalité c'est un propos caché qui y est derrière, et qui sous couvert de ahadith et de versets donne aux gens de fausses informations.

Concernant le premier point, il faut savoir qu'en Islam traditionnel, dans la théologie traditionnel, un intercesseur et un associé ce n'est pas du tout la même chose, et ici le raccourcis est erroné. Il y a en effet une divergence de font sur certains point cruciaux entre réformistes et traditionistes sur certains points de doctrines mais cette position, ainsi présentée, est inédite, et on a tort de faire croire qu'il en a toujours été ainsi.

Je ne veux pas rentrer dans les détail ni apporter une argumentation islamique qui va bien au delà de la mode du dalil qui existe depuis ces dernières années, et que ou de gens seulement peuvent comprendre, ou ont les outils pour distinguer les subtilité de dogme et de loi.

Rappelons que pour Mohammed ibn Abdel wahhab, père fondateur du réformisme, d'une part, le tawassoul par la noblesse du Prophête, paix et prière sur lui, relève du fiqh et non de la doctrine, et que nous sommes loin, donc, des questions d'excomunions. (cf mo'allafat III/p68)

Egalement, des compagnont ont pratiqué le tawassoul par le Bien Aimé, sur Lui la grâce et la paix, et cela est rapporté dans al bokhari. Parmi eux, Omar.

De grand savants l'ont autorisé, parmi eux Malik, shafi3i, Ahmad, ibn Hajjar, at Tabari, ibn al jawzi, etcetcetc.
Le Divergence sur ce point précis, non pas en tant que point de fiqh mais en tant que point faisant exclure quelqu'un de l'Islam, est apparu avec ibn Taymiyya, puis reppri quelques siècles plus tard par les réformistes.

Donc appelons un chat un chat et rappelons que sur ce point il y a une position traditionnelle très claire sur laquelle tout le monde à toujours été d'accord, et une position nouvelle qui relève d'une nouvelle lecture de la théologie islamique et des source du droit.

Simplement, rappelons que pour les savants de la Tradition, le tawassoul par le rang élevé du Profête, sur lui paix et prières, ou par un saint pieux et sage, est avant tout un acte d'humilité justement pour montrer Son Unicité Sublime, comme pour dire : Yâ Allâh, Ô Seigneur, Je t'implore par la Noblesse de Tes Noms et Attributs par lesquels Tu as élevé en rang Ton Bien Aimé, paix et prières sur lui, et je t'implore par cette Luimière que Tu as mis en Lui, dont tu as voulu qu'elle soit Miséricorde pour les monde. En effet Seigneur, sans Toi Nou sommes perdus, et par cette Lumières Il n'y a que ton Unicité et Ton Unicité si Sublime, etc etc etc...
Le Tawasoul est une école spirituelle et même s'il est autorisé il ne doit pas être pratiqué n'importe comment. L'origine c'est de demander à Dieu directement, mais plus on progresse dans Son Unicité, plus on progresse dans Sa Subtilité Divineet dans notre insignifiance.

Le fait de ne pas comprendre une pratique ne signifie pas qu'elle est interdite mais qu'on manque de science, et là en l'occurence de tawhid et de "Connaissance".
De même, même si une pratique est licite, on est pas obligée de la faire.



Ce texte, donc, sème la fitna car si on suit ce qu'il dit, il oblige à faire l'excomunion de musulmans : cf point 3 par rapport à la fausse interdiction du point 1.



Je ne vais pas m'attarder sur les autres points, dont certains sont indiscutables, et d'autres sont là encore à redéfinir, comme le concept de taghout qui a beaucoup souffert ces dernières années à causes des divergences théologiques.

Mes chers frères et soeurs méfiez vous de tout ce que vous copiez collés. Sans vous rendre compte vous pouvez laisser répendre des textes qui sèment la fitna entre les musulmans et invitent les musulmans à excomunier d'autres musulmans pour des raisons de suivis d'avis marginaux et détournés.
On en a un exemple avec ce texte.

Je suis désolé de jouer les rabas joie et de ne pas dire "ma sha Allâh" comme tout le monde, mais ce genre de texte a semé la fitna et a fait coulé du sang un peu partout dans le monde.

Ce genre de texte à l'air banal, mais en réalité c'est un grand danger. Méfiez vous de ce que vous copiez collez un peu partout sur les forum, car c'est une grosse responsabilité que vous prenez sur le dos.

Salam.

9  L'islam aujourd'hui / Questions concernant l'alimentation / Re : La Bière sans alcool de la marque MOUSSY HALAL OU HARAM? le: Septembre 02, 2012, 20:37:43
As Salam alaykoum.

Quelques remarques.

On utilise à tort, pour ce sujet, l'expression "imitation des non musulmans". En Islam, cette expression, d'un point de vue technique, désigne tout ce qui se rapporte aux 3ibadates (adorations), croyances, supersitions, etc. ici on devrait plutôt parler d'imitation des négligeants ou d'imitattion des débauchés, et rappelons que la débauche, d'un point de vue là encore technique, existe chez les croyant comme chez les non croyant, et que donc elles est désignée dans sa signification manifeste sans distinction d'appartenance religieuse.

Ceci est important non seulement face à la réalité mais aussi pour des raison d'humilité, car nous sommes hélas et de loin l'une des plus séplorable communauté. La débauche et la délinquance touche la comunauté musulmane de plein fouet alors même que nous somme la comunauté de gens qui sont censés montrer les vertus de la foi et le bonheur de la piété, les gens voient chez nous tout ce qu'il y a de plus répugnant... Bien sur qu'il y a mille et une raison pour expliquer cela. Et puisque justement les mots ont un sens autant commencer par nous même et également parler avec le maximum de pudeur et d'humilité vis à vis de nos frères en humanité. Fin de la parenthèse...

La licéité d'un produit peut aussi dépendre de l'usage qu'on en fait mais dans le cas de la bière sans alcool, le produit en lui-même est licite car est produit de sorte a être licite est tous les savants sont d'accord sur cela. Que certains soient choqués d'une telle fatwa, d'accord, mais face à de nouvelle situation, les oulama sont quand même bien obligé de se prononcé, il serait encore pire que les musukmans soient laissé dans le flou.

Maintenant, les savants des sciences du soulouk recommandent généralement à leur disciples de ne pas consommer ce genre de boisson, qui rappellent, même si c'est de loin, ce qui se fait de moins bien en ce bas monde, sans pour autant que la chose soit illicite.

Une chose peut être licite, moubah, c'est à dire permise et non déconseillée, mais pour des raisons liée à la science de la progression spirituelle le shaykh va dire à ses élève de s'en abstenir. Ceci pour des raisons bien évidentes et effectivement le cas de la bière est un cas lui aussi plus qu'évident.

La charcuterie c'est encore un peu différent car les saucices halal n'ont pas avec elles la conotation d'ivresses et de soirées danssantes arrosées, là on est plus dans le culinaire et dans le goût donc l'approche est différente.

Salam.

10  Le Forum des petits muslimins / Questions et échanges religieux / Re : Re : à quelle âge commençons nous à être éprouver? le: Septembre 02, 2012, 18:31:19
Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh  baraka2 . Mais ALLAH éprouve ceux qui ont des pêchés pour purifié leur coeur. Mais moi je ne suis pas pubert ce qui fait je n'est pas de pêchés.

Donc j'éspère que tu comprendra  InchAllah  Salam Alaykoum  Wink Wink Wink

Salam alaykoum.

Petite précision par rapport à cela et que j'ai oublié de mettre dans mon précédant poste.

Un autre hadith rapporté par Abou Dawoud est très clair par rapport à cela :
" Ordonnez à vos enfants d’accomplir la prière à l’âge de 7 ans, et frappez-les s’ils refusent à l’âge de 10 ans, et séparez-les dans les lits".

Il n'est plus question ici de puberté mais d'âge, car généralement la puberté et la responsabilité spirituelle coïncident, mais certains sagent expliquent ce hadith en disant que la puberté spirituelle commence quoi qu'il arrive à l'âge prescrit par Allâh indépendament des métamorphoses biologiques du corps. Voilà pourquoi certains ahadith semblent se contredirent mais en réalité il faut les prendre tous dans leur enssemble et voir leurs côtés externes et interne. La responsabilité leur est prescrite, même de force s'il le faut.

Autre chose. Ne fais pas une fixation sur le pêché car c'est un voile. Certains auteurs, comme ibn Ata'illâh l'expliquent en disant que certains pêchés font entrer au paradis et certaines bonnes action mènent tout droit en enfer. En effet, celui qui se croit être quelqu'un parce qu'il se croit à l'abris du p^éché car Allâh lui a voilé à lui-même ses fautes, pour le laisser dans son orgueil, ou qui se croit quelqu'un car il prie la nuit et se dit que masha Allâh il est quelqu'un, celui là est en grand danger. Cela est d'ailleurs cité dans le hadith qudsi qui parle des trois premier qui iront en enfer. A l'inverse, le croyant qui tombe dans l'erreur mais qui sera ramené par sa foi sur le chemin de la vérité, terrassé de honte et de remor, il ne cesse de demander pardon à Dieu, de se tenir à carreau, et comprend bien qu'il est fragile, incapable de rien sans Sa grace Divine, exalté soit-Il, que c'est Lui le Capable et que sans Son Secours Dinvi à Lui, l'Unique, on est complètement perdu et on ne peut rien. Celui-là, toujours, sera alors qu'il n'est rien, sera humble et serviable avec son prochain, qu'il s'agisse de son frère en Islam ou son frère en humanité.

La science de l'âme, des statiopns spirituelles, des degrés spirituels, des moyens d'y arriver, le les stabiliser, de ne pas s'y perdre, de ne pas s'égarer, de Le découvrir, de se réaliser dans Ses Noms et Attributs, azza wa jall, tout ceci est au coeur de l'Islam, est c'est un miel aux saveurs infinies, qui vient directement de Sa Rahma Divine, azza wa jall.

Profitons en.


Salam.

11  Le Forum des petits muslimins / Questions et échanges religieux / Re : à quelle âge commençons nous à être éprouver? le: Septembre 02, 2012, 18:31:19
As Salam alaykoum.

D'un point de vue "technique, la réponce est dans ce hadith rapporté par Abu Dawoud :"La plume est levé sur trois personne : celui qui dort jusqu’à ce qu’il se réveille ; l’enfant jusqu’à ce qu’il atteigne l’âge de la puberté ; le fou jusqu’à ce qu’il retrouve sa raison ".

Ce qu'il faut en comprendre, c'est qu'un jeune enfant, même loin de la puberté et de l'âge de raison, peut être lourdement éprouvé par des choses comme la maladie, la fin, la violence, le manque d'amours maternel et paternel, la violence parental, la violence conjuguale des parent entre eux et du milieux dans lequel il vit, etc etc. Mais il n'aura pas encore les outils pour y faire face et il ne sera pas tenu responsable du manque de chemineùent en réponse.

Pour faire simple, ce qu'il faut retenir de nos épreuve c'est qu'à travers elles Allâh nous montre la différence entre la créature et le Créateur. Plus exactement, les épreuves qu'Il nous fait subir sont une rahma et une preuve de Son Amour car c'est à travers ces difficultés qu'Il manifeste à l'individu la subtilité de Ses Noms et Attributs, et surtout le moyen de cheminer en eux, jusqu'à arriver à les vivre comme Lui veut que nous Les vivions. Les épreuves sont des raccourcis, est le douaa des sages, lorsqu'ils ne sont plus éprouvés, est "Yâ Allâh ne m'abandonne pas", et ils pleurent de tristesse et de désespoir. En revanche, lorsqu'ils sont éprouvé aux plus haut degré ils se rejouissent parce qu'ils savent qu'Il est si proche et qu'il se manifeste et qu'Il leur montre quelque chose de Son intimité, azza wa jall. En gros nous faisons le contraire des sages, et si nous sommes attristés face a l'épreuve, c'est parce que nous somme loin de Son Unicité, que nous manquons de Science et surtout de Connaissance (dans la Sagesse science et connaissance sont deux choses différententes). Biensur personne ne devient sage en un claquement de doigt, et il y a des outils pour cheminé, tous cités dans le Coran et la Sounna. Il y a une science qui classifie ces outils et les spécifie, les approfondie, pour en constituer différentes branches des sciences du cheminement spirituel, de l'éducation spirituel, et de l'introspection de l'âme, qui sont les trois principaux pivot de la sagesse islamique. Pour ceux qui veulent débuter dans ces sujets là il vaut mieux commencer par des auteurs abordable. Abu Hamid al Ghazali, bien qu'il ne soit pas considéré comme une grande référence de la spiritualité islamique, est en revanche un fin commentateur de la science et a lui-même vécu un cheminement complet du début à la fin. Il décrit également les subtilité des rapports qu'entretiennent l'âme et la Loi.

La question du "sens" est centrale dans la vie que chacun explore au quotidien. Le patrimoine islamique, gigantesque, à tous les outils pour que chacun y trouve très largement plus que son compte. Simplement il faut faire le petit effort d'aller le chercher ^^

Courage ma soeur, donc, car si tu es éprouvée, c'est parce que Dieu t'aime, et qu'Il te veut, qu'Il se manifeste à toi, et qu'Il solicite ta vigilance pour que tu tourne ton "regard" vers Lui. C'est une preuve forte est véridique de Son Amour envers toi et sache bien que personne au monde ne t'aime plus que Lui, exalté soit Il.

Salam.

12  L'islam aujourd'hui / Questions sur le licite et l'illicite / Re : utilisation d'objet ou de vêtement fabriqué par des poils ou cuirs de sanglier? le: Septembre 02, 2012, 18:31:19
As Salam alaykoum.

Attention, mes chers frères et soeurs.

Nul doute ques vous êtes toutes et tous pleins de bonnes intentions et que vos bons coeurs sont louables mais les sciences islamiques et la manipulations des Textes et des sources n'est pas sans danger quand on a pas le bagage requis, et pour éviter toute confusion il faut absolument apporter des précision car la cela prete vraiment à confusion.

Le sujet de la peau tannée de la bête morte et le sujet du boile de la bête morte, sont deux sujet complètement différents en Islam, porc ou pas porc. Les ahadith cités plus hauts sont cités un peu hors contexte par rapport haut sujet et ils sont cité à titre informatif, il ne s'agit pas d'une démonstration car il y a une grosse divergence sur le sujet et le simple citation d'un hadith, pour le musulman du commun, n'est pas suffisante pour se faire un avis, cela ne doit pas être pour lui la source référente dans sa pratique.

Pour en revenir au sujet principal, à savoir la licéité ou non d'utiliser une brosse à cheveux faite avec des poils de porcs ou de son cousin le sangulier. Malheureusement la charte m'empêche de donner une réponse précise et complète avec les définitions techniques complètes, ce sera donc une réponse au rabais. Cependant, l'avis majoritaires est que le poil du porc n'est pas impur, que l'animal soit mort ou vivant. On peut donc s'en servir pour se peigner en faisant attention à ce qu'il ne s'en glisse pas dans les cheveux car c'est genant vis à vis de la prière. Donc non ce n'est pas haram. La principale source est le fameux verset 80 de la sourate 16 et il faut revenir au tafsir pour comprendre de quoi il s'agit et en quoi les savant de la shari3a en ont compris la pureté du poil de l'animal. Le verset dit  : "Et Allah vous a fait de vos maisons une habitation, tout comme Il vous a procuré des maisons faites de peaux de bêtes que vous trouvez légères, le jour où vous vous déplacez et le jour où vous vous campez. De leur laine, de leur poil et de leur crin (Il vous a procuré) des effets et des objets dont vous jouissez pour un certain délai.". cf les tafasir classiques et entre autre qurtubi et at tabari et ibn kathir. 

Citons un ouvrage classique, la rissala de ibn abi zaid :

"Il est permis d’utiliser la laine et les poils de la bête morte sans immolation canonique et tout ce qu’on pouvait extraire d’elle (sans douleur) lorsqu’elle était en vie[...]. On ne pourra cependant utiliser ses plumes, ses cornes, ses onglons ou sabots ou ses canines. L’utilisation des défenses d’éléphants est non souhaitable, bien qu’il y ait divergence sur cela ".

Porc ou pas porc c'est la même chose car le cuir et le poil sont deux sujets différents.

Pour la question de la purification de la peau de porc par le tannage il faut savoir, sans rentrer dans les détails car ce n'est pas le sujet, qu'il y a divergence sur le sujet. Les deux avis existent , appuiés par des arguments solides.

Mes chers frères et soeurs, il faut faire preuve de grande prudence quand on veut aider son prochain. Biensur on souhaite absolument apporter réponse à ceux qui sont demandeur mais quand on a pas le bagage il arrive parfois que s'abstenir est bien meilleur que trouver à tout prix une réponse qui serait à côté de la plaque, et qui laisserait entendre, par exemple, que telle chose serait haram alors que Allâh l'a rendue halal est c'est un lourd fardeau que de prendre ce genre de responsabilité.

Rapporter la fatwa des savant et faire le tris dans ce qu'ils disent, savoir faire la différence entre une argumentation et des informations indicatives, savoir qu'une réponse qui concerne les orteille ne concerne pas le talons, etc etc etc... Le fiqh est plein de subtilité et quand on assume la responsabilité de laisser entendre à son frère ou à sa soeur que ceci pourrait être licite ou illicite alors que c'st le contraire est lourd de conséquence, vis à vis de Allâh et ensuite dans la fitna qui va en découler. De même, lorsque cela concerne la manière de faire quelque chose, un geste de la prière, ou dans le hajj, ou quelque choses des mou3amalates, etc. Par maladresse on risque de répendres des erreurs ou des avis isolés, soit parce qu'on a pas les outils et les compétances pour faire le tri soit parce qu'on a pas la compétance pour bien comprendre les question et faire la part des choses soit parce qu'on ne sait pas où se référer, et à quels outils.

Donc prudence ^^

Salam.

13  L'islam, ma religion / Les Djinns / Re : Comment proteger sa maison? le: Août 31, 2012, 21:57:02
As Salam alaykoum.

(désolé du doublon j'ai peut etre fait une fausse manip qui a fait fermé ma fenettre).

Même dans les familles non pratiquante un tableau avec un verset, dans un coin du mur, leur rappel qu'ils un une foi, une croyance, qui justifie une comportement alimentaire, une retenue dans divers domaine, et une projeection dans l'avenir, qui fait que, tout cela mélangé, cela peut généré un reveil spirituel un jour ou l'autre, par la grâce d'Allâh, et c'est un grand bienfait. Ce que les sages regrettent c'est quand il y a du Coran accroché au mur et que juste en face les gens boivent de l'alcool et fument du hachich, mais pas la paresse.

Pour la main de fatma, on ne parle pas de shirk s'il s'agit de la porter pour des raison identitaires sans pour autant croire qu'elle contient un pouvoir magique de protection. Pour autant on évite de le faire effectivement c'est une pratique à éviter (makruh).

Salam.

14  L'islam, ma religion / Les Djinns / Re : Comment proteger sa maison? le: Août 31, 2012, 16:01:31
As Salam alaykoum.

Je cite les sources puisque je donne des noms d'auteurs des noms d'ouvrage et je renvoi a des règles de fiqh et de oussoul.

J'ai bien essayé par le passé de mettre des lien renvoyant dirctement aux scan des références en question mais on m'a dit que c'est hors charte alors je le fait pas je me contente de citer les ouvrages, qui par ailleurs sont tous sur le net arabophone, et ceux qui veulent des precisions n'ont qu'à aller à la partie sommaire pour avoir plus de détail.

Salam.

15  L'islam, ma religion / Les Djinns / Re : Re : Comment proteger sa maison? le: Août 31, 2012, 12:25:58
As salam alaykoum.

Petit rappel par rapport à ce qui vient d'être dit et aussi par rapport à ce qui a été copié collé, à la va vite, un peu plus haut.

Dans les sources de la shari3a, en cas de source claire qui permette de cheminer vers l'interdiction ou la nécessité de l'interdiction, c'est le principe de la licéité originelle qui s'applique, et ce principe est fondamental, car les savant du oussoul ont fait en sorte de bâtir une science qui permette aux savant de la shari3a de ne pas rendre intrdit ce que Allâh a rendu licite.

Concernant les tableaux contenant des versets de Coran, absolument rien dans le Coran ni dans la Sounna n'interdit de le faire, aux contraire, c'est une pratique louable dès lors qu'elle constitue un rappelle de la raligion est des directives coraniques. Les docteurs de la loi ont simplement rappelé que simplement, il faut éviter d'installer ce genre d'ornement dans des lieux ou peuvent être pratiquer des futilités, voir mêmes des choses nuisibles ou en désaccord avec la religion et la bienscéance islamique et c'est la raison pour laquelle certains auteurs recommande d'éviter de le faire, pas pour des raisons de "bid3a".

Rappelons aussi que pour les auteurs qui se rattachent à la Tradition, "bid3a" n'est pas en soit un statut juridique puisqu'elle peut être qualifiée d'interdite, de blâmable, de permise, de recommandée, d'obligatoire. Parmi les innovation obligatoire citons les voyelles dans le Coran, les écoles Islamiques, les sciences de la grammaire, le ousoul et plus particulièrement les branches, etc etc etc... On peut à ce propos citer ash Shafi3i, Malik, An Nawawi, ibn Hajar, etc etc etc, et en gros les 4 écoles de la Tradition qui forment le consensus.

Pour les auteurs réformistes, la "bid3a" est systématiquement interdite et même parfois motif d'excomunion.

D'ailleurs pour en revenir à ce qui a été copier collé plus haut et qui n'est pas tout a fait exact, la pratiqu du talisman coranique est un fait avéré qui se pratiquait au temps des prédécesseurs, pusique l'imam Ahmad le rend licite dans son Milal, et que bien qu'effectivement il y a eu divergence au temps des prédécesseurs,  pour savoir si cette pratique était licite ou pas, le point de divergence ne portait pas sur le fait de savoir si cela était du kufr ou bien si cela constituait une "bid3a". Par ailleurs, les écoles du consensus ont ensuite adopté la position des gens du salaf qui pronaient la licéité du port du talisman coranique pour des raison de protection contre l'occulte comme cela se faisait par exemple pour les enfant. D'ailleurs dans toute la littérature classique du fiqh on peut lire que cette pratique est licite. Du temps des prédécesseurs, c'était l'avis de Abdullah ibn oumar , par exemple.

Pour les auteurs réformistes, cette pratique est illicite simplement du fait qu'elle est une bid3a et pour la différence de statut apporté à la bid3a. Simplement rappelons leur que même ibn Taymiya, qui est pourtant une référence pour eux, rend cette pratique licite dans son Kalamou-t-Tayyib, entre autres.

Donc à plus forte raison pourquoi l'interdire dans les maisons, pour qu'elle constitue un rappel pour les habitants et les invités, si, biensurs, les règles de bienscéances sont respectées. C'est aussi une raison supplémentaire de motivation à faire respecter dans les maison la bienscéance et l'humilité, de voir la parole Coranique dans le salon, cela maintient le bon comportement, en plus biensur d'une bonne éducation.

La shari3a est un tout et il faut éviter la précipitation.

Par ailleurs, ceux qui ont eu la chance de faire le pelrinage, que Dieu les bénisse, et qui ont eu la chance de visiter les lieux saints, comme par exemple la mosquée du Bien Aimé sur Lui prières et paix, n'ont qu'à ce demander pourquoi ce genre de lieux est replis de citation coranique un peu partout, alors que 1400 ans sont passés et avec eux des miliers et des miliers et des miliers de savants ont fait le pelrinage.

Salam.

16  La pratique de l'islam / Questions et Difficultés avec la Prière / Re : comment rattraper des Années de salat ? le: Août 29, 2012, 17:36:45
As Salam alaykoum.

Oui cette fatwa rentre parfaitement dans le consensus il n'y a aucun problème la dessus et je l'avais par ailleurs déjà citée dans ce forum.

Je ne pense rien cher frère, c'est une simple constatation réelle qu'il y a un avant et un après. Je ne connais pas ton niveau d'étude dans la shari3a ni où tu as étudié donc je ne sais pas trop comment t'expliquer et par ailleurs je constate que tu ne souhaite pas aborder ce sujet là, ce qui n'est pas plus mal. Mais faire comme s'il n'existait pas c'est se jeter de la poudre aux yeux.

Par ailleurs, citer une série de ahadith sans prendre en compte les maqasid de la shari3a, eux aussi tout droit tirés du Coran et de la Sounna, c'est comme tartiner la biscotte sans le beurre ou sans la confiture.

Biensur qu'il ne s'agit pas d'imposer une charge trop difficile, et les commentateurs de la shari3a ont déja traité ce sujet là. Par exemple, certains auteurs recomandent aux retraités qui ont des années de priére a rattrapper, parfois plusieurs dizaines d'années, de rattrapper 5 prière par prière effectuée. Par exemple, 5 dhuhur après le dhuhur. Quand on est à la retraite on a le temps et en même temps cela ne coupe pas le reste de la vie. et ceux qui peuvent rattrapper encore plus vite c'est encore mieux. Mais la lourdeur de la tâche n'est pas une excuse pour dédouaner le moukallaf de sa responsabilité, et par ailleurs ce n'est pas de cette manière que les réformistes justifient leur avis. D'ailleurs tu remarqueras que l'attitude la plus juste, et qui rentre dans le contexte de la shari3a, est de proposer aux gens des solutions, pas de les dédouaner.

Salam.

17  La pratique de l'islam / Questions et Difficultés avec la Prière / Re : comment rattraper des Années de salat ? le: Août 29, 2012, 16:45:01
As Salam alaykoum.

Le consensus de la oumma islamiyya est rapporté par tous les grand imam de la tradition islamique, comme par exemple l'imam an Nawawi qui le rapporte dans son Majmu3. Après, si tu situe les auteurs réformistes que tu me cites au même niveau que an Nawawi ou ibn Hajar ou Abdel Qadir al Jilani ou as Subki ou al Ghazali ou al Jawzi ou etc etc etc, là effectivement c'est un problème, mais d'une autre nature.

Dans ce cas il faut appeler un chat un chat, et un avis magrinal et isolé un avis marginal et isolé, ceci, car le Prophète sws nous a apris a suivre l'avis de la majorité et a suivre le consensus.

Après je comprends que le réformisme puisse avoir le vent en poupe, pour des raisons qui peuvent effectivement se discuter mais c'est un autre sujet.

Salam.

18  La pratique de l'islam / Questions et Difficultés avec la Prière / Re : comment rattraper des Années de salat ? le: Août 29, 2012, 16:44:33
As Salam alaykoum.

Et donc, j'ai oublié de le précisé dans le poste, ca pourait préter à confusion ce n'était pas clair, ceux qui délaissent la prière par confusion doivent la rattrapper, même s'il s'agit de plusieurs années, ceci, d'après le consens de la oumma islamiyya, malgré l'avis isolé réformiste.

Ceci, pour être complet.

Le consensus est rapporté par des sommités telles que, entre autre, l'imam an Nawawi.

Salam.

19  La pratique de l'islam / Questions et Difficultés avec la Prière / Re : comment rattraper des Années de salat ? le: Août 29, 2012, 16:28:59
As Salam alaykoum.

Petit rappel cependant, surtout pour rester en conformité avec la charte qui veut éviter les divisions et donc qui prone le rassemblement. Et le meilleur moyen de resster rassembler est de choisir les avis du consensus et de rejeter les avis marginaux ou isolés.

Concernant l'avis que vous citez en lien, et ce n'est pas une accusation qui vous est fait je suis persuadé que c'est une maladresse par inadvertance, mais l'avis qui est cité dans le lien est un avis isolé t marginal qui sort du consensus de la oumma islamiyya. Il est apparut sur le tard, au 8ieme siècle de l'hégire, pour disparaître, et réapparaître ces dernières années sous l'impulsion du courant réformiste. Pour autant, dans le ousoul de toutes les écoles de l'Islam, le consensus étant une source du droit, il a une valeur de droit divin.

Il s'agit biensur de ceux qui délaissent la prière par paraissent.

Il est dangereux de copier coller des fatwa à tout va, même avec les meilleures intentions du monde, car faute de compétances on transmet souvent des erreurs parfois graves et en dehors du cadre de la shari3a.

Salam.

Avis personnel

20  L'islam, ma religion / Allah (swt) / Re : Allah au dessus du trone. le: Août 22, 2012, 08:31:16

Il n’est pas permis au musulman de penser à l’essence d’Allah ni d’essayer d’imaginer Sa grandeur. Car la raison humaine est incapable d’imaginer la réalité de l’entité du Maître, Ses attributs et la modalité de ses actes. Interrogé à ce sujet, l’Imam Malick a dit : «le fait de s’installer sur le Trône (arsh) a un sens bien connu. Mais la modalité en est inconnaissable. Pourtant il faut y croire, et s’interroger à ce propos est une innovation ».


As Salam alaykoum.

Deux deux choses l'une. Ou bien il s'agit d'une maladresse de traduction, ou bien il s'agit de la seule riwayat de cette parole, parmi les onze, qui n'est pas valable et dont le sens differe des dix autres. Mais cela revient au même : cette citation est incorecte dans dans le fond que dans la forme. Mais je pense bien, hélas, qu'il s'agisse de la deuxième option, et ce n'est pas par hasard.

Plus exactement l'imam Malik a dit : al istawa est connu mais le comment n'est pas concevable.

Inconcevable est inconnaissable sont deux choses différentes.

Inconnaissable voudrait dire qu'il y a effectivement un comment mais que le nafs humain n'est pas en mesure de pouvouir l'approcher. Et ce n'est pas la position islamique au sujet d'Allâh.

Inconcevable veut dire qu'il n' y a pas de comment pour Allâh. Et c'est d'ailleurs ce que soutiennent les élèves de l'imam Malik, et les sunnites dans leur enssemble.

En effet, al Istawa est connue, car cirée dans les Textes, mais le comment étant inconcevable, le sens de al istawa n'est pas connu. Donc, ou bien on le laisse tel quel sans chercher à en comprendre le sens, tout en y croyant. Ou bien on essaie, en vertue de la Révélation, et de la langue arabe de l'époque de la Révélation, et de ses subtilités, d'arriver à des signification possibles.

Dans tous les cas, le comment, le où, etc, sont des créatures. Et les créatures ne peuvent s'appliquer au Créateur. Allâh n'a ni où ni comment, et il y a consensus sur ce point, et on retrouve ce point très clairement chez certains savants, comme par exemple l'imam at Tahawi. A tel point que les auteurs réformistes (je veux pas citer de nom) sont obligés de dire "nous sommes en désaccord avec l'imam at Tahawi sur ce point.

Il faut bien comprendre, contrairement à ce que l'ont pourrait croire, qu'il y a un Réformisme en Islam, qui existe depuis le 18ieme siècle, et il en découle un débat théologique très virulent entre les réprésentant de la Tradition sunnite et les représentant Réformistes.

Il faut bien que le musulman du commun non formé ou non assez cultivé dans ce domaine garde bien cela en tête pour faire la part des choses de ce qu'il pourrait lire ici ou là.

D'autres explications :  Salam Alaykoum  par rapport à la Charte,lien / site,enlevé


Salam.

21  La pratique de l'islam / Les ablutions / Re : Re : Re : Re : Gazs et ablutions le: Août 22, 2012, 08:16:57
Salam Alaykoum

Ma soeur, ce lien sera intéressant   InchAllah :

http://www.mosquee-lyon.org/forum3/index.php/topic,1601.0.html

Sinon, je t'invite à manger du fenouil cru.  InchAllah que ce soit une aide pour toi.

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh



As Salam alaykoum.

Attention ma soeur quand tu réponds à ce genre de question, car de ta réponse on pourrait croire que la solution pour la soeur serait l'ablution sèche, or ce n'est pas du tout ceque préconise la shari3a dans son cas. Il faut le préciser car cela risquerait de l'orienter dans une voie en contradiction avec la Loi d'Allâh. Les outils du fiqh sont justement là pour permettre de répondre aux problèmes directement à leur origine, et non à leur conséquence, bien que stoper l'origine stopera les conséquence. Faute de quoi il faut parfois s'abstenir de répondre pour ne pas porter le fardeau d'une fausse piste en dehors de la shari3a.

Ceci est valable pour toutes les sciences de l'Islam, et aussi dans la manières de traiter les sources, car un tas de médicament sans savoir comment s'en servir, ni à quoi ca sert, fait faire n'importe quoi.

Salam.


 Salam Alaykoum


"Ô les croyants ! N'approchez pas de la Salat alors que vous êtes ivres, jusqu'à ce que vous compreniez ce que vous dites, et aussi quand vous êtes en état d'impureté (pollués) - à moins que vous ne soyez en voyage - jusqu'à ce que vous ayez pris un bain rituel. Si vous êtes malades ou en voyage, ou si l'un de vous revient du lieu où il a fait ses besoins, ou si vous avez touché à des femmes et que vous ne trouviez pas d'eau, alors recourez à une terre pure et passez-vous-en sur vos visages et sur vos mains. Allah, en vérité, est Indulgent et Pardonneur".

Sourate 4, verset 43.


 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh



Salam alaykoum.

Biensur, mais la réponse de la Loi d'Allâh à son problème ne réside aucunement dans l'ablution sèche, et les réponses faites auraient risqué de l'induire dans une erreur qui va à contre courant de la shari3a.

Voilà pourquoi il faut se méfier quand on répond, Bien sur on a envie d'aider et de ne pas laisser nos frères et soeurs dans la difficultés, mais de leur répondre en les égarant est encore plus dramatique que de ne pas pouvoir apporter immédiatement une réponse.

Salam.

22  La pratique de l'islam / Les ablutions / Re : ablutions le: Août 21, 2012, 15:12:03
Salam alaykoum.

Oui, mais certains auteurs recommendent néanmoins de patienter quelques petites minutes pour être sur qu'aucune envie restente ne viendra perturber la personne.

cf : commentaires de la risala de ibn abi zayd

Salam.

23  La pratique de l'islam / Les ablutions / Re : Re : Gazs et ablutions le: Août 21, 2012, 15:04:18
Salam Alaykoum

Ma soeur, ce lien sera intéressant   InchAllah :

http://www.mosquee-lyon.org/forum3/index.php/topic,1601.0.html

Sinon, je t'invite à manger du fenouil cru.  InchAllah que ce soit une aide pour toi.

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh

As Salam alaykoum.

Attention ma soeur quand tu réponds à ce genre de question, car de ta réponse on pourrait croire que la solution pour la soeur serait l'ablution sèche, or ce n'est pas du tout ceque préconise la shari3a dans son cas. Il faut le préciser car cela risquerait de l'orienter dans une voie en contradiction avec la Loi d'Allâh. Les outils du fiqh sont justement là pour permettre de répondre aux problèmes directement à leur origine, et non à leur conséquence, bien que stoper l'origine stopera les conséquence. Faute de quoi il faut parfois s'abstenir de répondre pour ne pas porter le fardeau d'une fausse piste en dehors de la shari3a.

Ceci est valable pour toutes les sciences de l'Islam, et aussi dans la manières de traiter les sources, car un tas de médicament sans savoir comment s'en servir, ni à quoi ca sert, fait faire n'importe quoi.

Salam.

24  La pratique de l'islam / Les ablutions / Re : Gazs et ablutions le: Août 21, 2012, 15:03:55
As Salam alaykoum.

Tu sembles souffrir de ce que nos maîtres du fiqh appelle le waswas du wodo.

Sache bien que ce qui caractérise le gaz qui annule l'ablution est caractérise par l'une de ces deux choses : le bruit ou l'odeur.
En ce qui te concerne :
En dehors de l'une ou l'autre de ces caractéristique, bien marquée et réellement marquée, tu n'en tiens pas compte. C'est à dire que si tu n'entemps pas véritablement le bruit du gaz, ou si tu ne sens pas une vraie odeur caractéristique, tu n'en tiens pas compte et tu ne refais pas le wodo. Et même si à tout hasard il n'y avait ni bruit ni odeur mais qu'il y avait quand même eu un gaz, et que donc tu n'avais pas fais ton wodo, tu serais quand même en accord avec la shari3a et donc récompensée, car le waswas du wodo chez le fidèle nécessite pour lui que le gaz soit clairement caractérisé, en dehors de quoi il doit s'abstenir de refaire son ablution.

Et d'ici quelques temps tu verras que le waswas partira aussi vite qu'il est venu.

cf : al akhdari et ses commentaires, miyyara (commentaire du ibn ashir), sh ahmad zarruk (son commentaire de risala ibn abi zaid), et moukhtasar khalil (surtout ses différents sharh), etc etc etc...

A noter que cette position est reconnues dans les 4 écoles sunnites autorisées.

Salam.

25  La pratique de l'islam / Autour de la prière / Re : Dans quel ordre rattrapé ces prieres? le: Mai 02, 2011, 20:39:13
As Salam alaykoum.

Barakallâhoufik mon frère Abdallâh de m'avoir repris. Je tâcherai  à l'avenir de citer correctement mes sources.


Juste une précision pour dire que contrairement aux autres prières, pour les prières à rattraper il n'y a as de temps ou il est deconseillé ou interdit de prier.

Salam.

26  Culture islamique / La Guérison par le Coran / Re : Re : bouteille d'eau (roqya) : l'imam me dit quand l'eau se vide d'en rajouter... le: Mai 01, 2011, 13:46:41
As Salam alaykoum.

Salam Alaykoum

il te fait payer l'eau ?

parce que j'ai entendu un audio de tchalabi sur raqi qui faisait des video sur dailymotion et c'est à écouter car il expliquer bien comment ont reconnait un vrai raqi d'un escrot et bref tout sa pour dire que c'est harram de faire payer la roqya si vous me croyez pas chercher l'audio de tchalabi vous verrez bien et la si vous me croyez toujours pas ben me croyez pas ^^ lol

Première chose, ce n'est pas haram de "faire payer" ou plutot, que le malade donne quelque chose, même un sucre, ca s'appelle chez les (vrais) savants de la roqya "al bayad" (le blanchissement) et ca sert à cacheter le travail par la sounnah, un peu comme la dot pour le mariage. Après il y aura toujours des gens qui sont peut-être compétants dans d'autres sciences, mais qui parle de la roqya et de l'exorcisme sans en avoir les fondements. C'est comme si un généraliste critique une ratique bien spéciale de la cardiologie ou si un jardinier critique une pratique bien séciale de l'agriculture des tomates. Cela peut s'écouter mais il faut prendre avec beaucoup de pincettes et de discernement, et cela ne remplacera jamais un vrai shaykh en la matière. En général, on évite d'apprendre la roqya sur un internet ou dans des livres. On peut certes y apprendre des petites choses pour sois même mais cela ne remplace pas le vrai travail d'un spécialiste. Pareil pour la médecine, on eut trouver sur le net ou dans des livres des conseils santés, mais en cas de pépin il faut consulter un médecin.

Pour répondre au frère : oui quand la bouteille est presque finie tu rajoute de l'eau par dessus. Mais attention : tu remet de l'eau par dessus, doucement, et tu ne fait as l'inverse, à savoir mettre le reste de l'eau coranisée dans un réciien ou une bouteille pleine d'eau. Cependant il est encore mieux de refaire une roqya sur de l'eau.

Pense bien à prendre de l'eau naturelle et pas de l'eau du robinet. L'eau de zamzam est le top bien sur, sinon privilégie de l'eau de montagne naturelle (n'importe qu'elle marque), et sinon de l'eau de source naturelle.

Salam.

27  L'islam, ma religion / La Diminution de la Foi / Re : je doute de ma foi! le: Mai 01, 2011, 13:35:22
As Salam alaykoum.

La foi est quelque chose qui s'entretien et qui se solidifie. Le Coran rappelle maintes fois que la voie qui mène à la comprehension spirituelle, au renforcement de la foi, et à la réalisation spirituelle est celle du dhikr. Le plus sage est de commencer par la ilaha illa Allâh et la prière sur le Prophète sws, par exemple 100 fois de chaque matin et soir. Aussi, la progression et le cheminements spirituel font partie des sciences de l'Islam hérité des Anciens, et de fait le mieux c'est d'être accompagner dans notre vie spirituelle par un véritable shaykh de ces sciences.

Salam.

28  La pratique de l'islam / Autour de la prière / Re : Re : Doit-on récupérer des années de prières ? le: Mai 01, 2011, 13:35:22
As Salam alaykoum.

Ce que j'ai lu ce ne sont que des divergences de savants mais aussi éminent puissent ils êtres cela ne reste que l'avis des hommes

On ne parle pas de divergence quand il s'agit d'un avis traditionnel avéré et "en face" un avis isolé et marginal, puisqu'il n'est pas pris en compte. C'est le cas dans beaucoup de fatawa qui ont existé par le passé on pourrait citer des exemple. Il ne faut pas se fier au fait qu'un parti, puisqu'il est très argenté, répende ses opinions avec beaucoup de moyens matériels. C'est pour ca qu'il faut toujours revenir à ce qui a unit la oumma au fil des sciecles : la tradition et la transmission selon les règles héritée des Anciens.

Pour répondre à ta question, il y a beaucou de textes source qui tournent autour de la prière et du rattrappage d'une prière manquée, fait quelques recherches.

Aussi, pour toutes les ibadat en général, celles obligatoire, il y a différentes manières de s'en acquitter et de les rattraper si nécessaire, et ceci pour toutes les ibadat, et la prière n'en fait pas exception.

As Salam alaykoum.

29  L'islam, ma religion / Les Djinns / Re : Comment faire face à la Possession (vidéo) le: Mai 01, 2011, 11:06:54
As Salam alaykoum.

Amalie san, si tu veux, bi idhnillâh, qu'on aille plus loin dans la démarche, contacte moi par mp car les détails que tu pourrais citer et les procédures de traitement qui pourraient venir demande un cadre de serenité et de tranquilité, ne serait ce que par pudeur pour notre soeur, et par respect de la sounnah.

as salam alaykoum.

30  La pratique de l'islam / Autour de la prière / Re : Re : Comment rattraper des années de salats en retard? le: Mai 01, 2011, 06:16:03
As Salam alaykoum.

Il y a aussi l'opinion des savants selon laquelle nous devons rattrapper nos prières non accomplies, et ce en dehors des prières surérogatoires.
Et c'est l'opinion des sunnite.

La conscience oblige a présicé que la position tenue par les représentant de la nouvelle école du Najd (comme la fatwa copiée collée plus haut) et marginale et isolée mais pour comprendre pourquoi il faut quelques explications.

En effet, pour ibn Taymiyya, comme pour une minorité de hambalite, celui qui ne prie pas (par paresse) est kafir. Cet avis est déjà lui-même isolée. Mais pour tous les savants sunnites, y compris les hambalite, et y compris la minorité hambalite qui tient cet avis isolé, la prière non accompli par paresse est à rattrapper. Ibn Taymiyya a innové de l'enseignement reçu par ses maîtres, car n'ayant pas compri les subtilité de cet avis isolé que nous venons de cité, il en conclu que de fait le kafir n'est pas soumis à la shari3a donc il n'est pas tenu de faire la prière donc il n'a pas à rattraper la prière qu'il n'était pas tenu de faire. Cette déduction, à première vue pleine de bon sens ne tient pas la route dès qu'on analyse les textes et les cheminement de déduction avec un temps soit peu de méthode, et c'est pour cela que cet avis est resté marginal et isolé, et ceci aujourd'hui encore, même si les tenant de la nouvelle école du najd diffuse beaucoup leurs positions, grâce à leur forte puissance financière.

Voici ici une fatwa explicite qur la position traditionnelle reconnue :
http://www.islamophile.org/spip/Le-statut-des-prieres-manquees.html


wa Salam.
Pages: [1] 2
 Développé par TOOLYNK, agence de développement d'applications web et mobile à Lyon & Paris
Technologies: Javascript, React, React Native, Angular, Java, Symfony, .NET, Réalité Virtuelle