Forum de la Grande Mosquee de Lyon

L'islam aujourd'hui => Questions concernant l'aquisition de biens => Discussion démarrée; par: rimelle le Juin 08, 2008, 15:56:10



Titre: Faire un crédit pour une maison/appartement: illicite ou licite?
Posté par: rimelle le Juin 08, 2008, 15:56:10
Essalam ouallaykoum

J'ai cherché toute la journée sur le net la confirmation que contracter un prêt (comme tout le monde) pour acheter un appartement ou une maison était un péché ou non ... J'ai aussi appelé la Mosquée de Paris.

Qu'en pensez-vous ?
Dans la mesure où je vis en France, un pays non-musulman, et que je prie, je pratique, et que je souhaite fonder un foyer pour vivre en totu e sécurité ma religion avec mon mari et mes enfants, sans risquer d'être à la rue ?
Pensez-vous que c'est un péché ? En effet, le principe de la banque islamique, existe en Angleterre, mais est réservé pour l'instant aux résidents anglais !


Titre: Re : Faire un crédit pour une maison/appartement: illicite ou licite?
Posté par: Fatiima le Juin 08, 2008, 19:30:38
 :bismiallah


 :salam


En effet, concernant ta question, les avis sont partagés, après personnellement, je ne pourrais pas te donner mon avis. Voici ce que j'ai trouvé.


La question:

 

Je suis enseignante, j'ai posé la question (..) à un frère de l'association **** par telephone (..) pour lui demander si on pouvais acheter sa maison par crédit, il m'a répondu que oui à la condition que ça soit pour une maison principale, pour y vivre , et faire un credit qu'une seule fois.


Pouvez-vous m'eclaircir ces propos, je souhaiterais etre fixée afin de ne plus vivre avec ce doute qui est en moi.

 

La réponse:

 

Ma  :)), contracter un crédit avec des intérêts relève du "riba" (l'usure) qui est strictement interdit entre les hommes par  :allah.

Rappellons nous d'abord les ordres de Notre Créateur avant d'analyser la fatwa sur laquelle c'est a priori basé cette personne pour vous répondre.


Le Prophète  :saws a dit:

الربا اثنان وسبعون باباً ، أدناها مثل إتيان الرجل أمه

"le riba se caractérise par 72 niveaux et le plus bas niveau est équivalent au fait de commettre l'adultère avec sa propre mère" (rapporté par al-Hakem authentifié par cheikh Al-Albani dans sahih al-djami).

 

Qu' :allah nous préserve !

 

 Il nous dit aussi:

 

الَّذِينَ يَأْكُلُونَ الرِّبَا لاَ يَقُومُونَ إِلاَّ كَمَا يَقُومُ الَّذِي يَتَخَبَّطُهُ الشَّيْطَانُ مِنَ الْمَسِّ ذَلِكَ بِأَنَّهُمْ قَالُواْ إِنَّمَا الْبَيْعُ مِثْلُ الرِّبَا وَأَحَلَّ اللّهُ الْبَيْعَ وَحَرَّمَ الرِّبَا فَمَن جَاءهُ مَوْعِظَةٌ مِّن رَّبِّهِ فَانتَهَىَ فَلَهُ مَا سَلَفَ وَأَمْرُهُ إِلَى اللّهِ وَمَنْ عَادَ فَأُوْلَـئِكَ أَصْحَابُ النَّارِ هُمْ فِيهَا خَالِدُونَ

2.275. Ceux qui mangent [pratiquent] de l'intérêt usuraire ne se tiennent (au jour du Jugement dernier) que comme se tient celui que le toucher de Satan a bouleversé. Cela, parce qu'ils disent : "Le commerce est tout à fait comme l'intérêt" Alors qu'Allah a rendu licite le commerce, et illicite l'intérêt . Celui, donc, qui cesse dès que lui est venue une exhortation de son Seigneur, peut conserver ce qu'il a acquis auparavant; et son affaire dépend d'Allah . Mais quiconque récidive, alors les voilà, les gens du Feu ! Ils y demeureront éternellement.

 

يَمْحَقُ اللّهُ الْرِّبَا وَيُرْبِي الصَّدَقَاتِ وَاللّهُ لاَ يُحِبُّ كُلَّ كَفَّارٍ أَثِيمٍ

2.276. Allah anéantit l'intérêt usuraire et fait fructifier les aumônes. Et Allah n'aime pas le mécréant pécheur.

إِنَّ الَّذِينَ آمَنُواْ وَعَمِلُواْ الصَّالِحَاتِ وَأَقَامُواْ الصَّلاَةَ وَآتَوُاْ الزَّكَاةَ لَهُمْ أَجْرُهُمْ عِندَ رَبِّهِمْ وَلاَ خَوْفٌ عَلَيْهِمْ وَلاَ هُمْ يَحْزَنُونَ

2.277. Ceux qui ont la foi, ont fait de bonnes oeuvres, accompli la Salat et acquitté la Zakat, auront certes leur récompense auprès de leur Seigneur. Pas de crainte pour eux, et ils ne seront point affligés.

 

يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُواْ اتَّقُواْ اللّهَ وَذَرُواْ مَا بَقِيَ مِنَ الرِّبَا إِن كُنتُم مُّؤْمِنِينَ

2.278. ô les croyants ! Craignez Allah; et renoncez au reliquat de l'intérêt usuraire, si vous êtes croyants.

 

فَإِن لَّمْ تَفْعَلُواْ فَأْذَنُواْ بِحَرْبٍ مِّنَ اللّهِ وَرَسُولِهِ وَإِن تُبْتُمْ فَلَكُمْ رُؤُوسُ أَمْوَالِكُمْ لاَ تَظْلِمُونَ وَلاَ تُظْلَمُونَ

2.279. Et si vous ne le faites pas, alors recevez l'annonce d'une guerre de la part d'Allah et de Son messager. Et si vous vous repentez, vous aurez vos capitaux. Vous ne léserez personne, et vous ne serez point lésés.

 

وَإِن كَانَ ذُو عُسْرَةٍ فَنَظِرَةٌ إِلَى مَيْسَرَةٍ وَأَن تَصَدَّقُواْ خَيْرٌ لَّكُمْ إِن كُنتُمْ تَعْلَمُونَ

2.280. A celui qui est dans la gêne, accordez un sursis jusqu'à ce qu'il soit dans l'aisance. Mais il est mieux pour vous de faire remise de la dette par charité ! Si vous saviez !

 

وَاتَّقُواْ يَوْماً تُرْجَعُونَ فِيهِ إِلَى اللّهِ ثُمَّ تُوَفَّى كُلُّ نَفْسٍ مَّا كَسَبَتْ وَهُمْ لاَ يُظْلَمُونَ

2.281. Et craignez le jour où vous serez ramenés vers Allah. Alors chaque âme sera pleinement rétribuée de ce qu'elle aura acquis. Et ils ne seront point lésés.

 

Selon Jaber  :rara:

" لعن رسول الله صلى الله عليه وسلم آكل الربا وموكله، وكاتبه وشاهديه، وقال: هم سواء" رواه مسلم

« Le Prophète  :saws a maudit celui qui mange du riba, celui qui le donne, celui qui l'écrit (qui prépare le contrat) et ses témoins puis il a rajouté: ils sont tous pareils». Rapporté par Muslim

 

Le Prophète  :saws savait déjà ce que l'on allait vivre aujourd'hui, il a dit:

  إن أخوف ما أتخوف على أمتي من بعدي هذه : المكاسب المحرمة ، والشهوة الخفية ، والربا

"La chose que je crains le plus pour ma communauté après moi: "les profits provenant du haram, le désir discret et le riba".

 

Et le Prophète  :saws nous a donné les moyens de réagir contre cela et nous a prévenu:

Selon Omar Ibn Al-'ass  :rara, le Prophète  :saws a dit :

 
ما من قوم يظهر فيهم الربا , إلا أخذوا بالسنة , وما من قوم يظهر فيهم الرشا , إلا أخذوا بالرعب رواه أحمد

"Tout peuple dans lequel se répandra le riba, doit appliquer la Sounna et tout peuple dans lequel se répandra la corruption, doit penser à l'horreur (du chatiment d' :allah)". Rapporté par Ahmad.

 

Et  :allah, Le Tout Miséricordieux dit quoi faire à ceux qui on déjà acquis des biens avec le riba (dans le même verset sur l'interdiction du riba ;sourate La vache, verset 275):

 

فَمَن جَاءهُ مَوْعِظَةٌ مِّن رَّبِّهِ فَانتَهَىَ فَلَهُ مَا سَلَفَ وَأَمْرُهُ إِلَى اللّهِ وَمَنْ عَادَ فَأُوْلَـئِكَ أَصْحَابُ النَّارِ هُمْ فِيهَا خَالِدُونَ

Celui, donc, qui cesse dès que lui est venue une exhortation de son Seigneur, peut conserver ce qu'il a acquis auparavant; et son affaire dépend d'Allah . Mais quiconque récidive... alors les voilà, les gens du Feu ! Ils y demeureront éternellement.


Je te poste la suite  :inchallah
 :salam3



 


Titre: Re : Faire un crédit pour une maison/appartement: illicite ou licite?
Posté par: Fatiima le Juin 08, 2008, 19:54:21
 :bismiallah

 :salam

Voici la suite et il est vrai qu'il y a des fatwas qui approuvent l'achat à crédit ...

Toutes les formes du riba sont haram, dans le Coran, dans la sounna et les savants sont unanimes la dessus, même si une poignée d'entre eux autorise cette pratique de l'usure pour les musulmans dans les pays non musulmans.

 

Ces fatwas qui ont été faites non seulement aux musulmans d'occident mais aussi à tous ceux se trouvant dans des pays où il n'existe pas de banque islamique sont basées principalement sur:


- une interprétation du verset 173 de sourate La vache qui dit:

 

فَمَنِ اضْطُرَّ غَيْرَ بَاغٍ وَلاَ عَادٍ فَلا إِثْمَ عَلَيْهِ إِنَّ اللّهَ غَفُورٌ رَّحِيمٌ

Il n'y a pas de péché sur celui qui est contraint sans toutefois abuser ni transgresser, car Allah est Pardonneur et Miséricordieux.

 

Ainsi que sur le hadith du Prophète  :saws:

 

الضرورات تبيح المحضورات

"les extrêmes nécessités permettent les interdits".

 

Certes, le verset et le hadith permettent l'illicite dans des cas d'extrêmes nécessité. Mais quels sont ces cas d'extrême nécessité appelés en arabe "Adharoura" et comment définir ce degré ?

 

En fait, c'est  :allah qui nous le montre. Observons le verset dans son intégralité:

 

إِنَّمَا حَرَّمَ عَلَيْكُمُ الْمَيْتَةَ وَالدَّمَ وَلَحْمَ الْخِنزِيرِ وَمَا أُهِلَّ بِهِ لِغَيْرِ اللّهِ فَمَنِ اضْطُرَّ غَيْرَ بَاغٍ وَلاَ عَادٍ فَلا إِثْمَ عَلَيْهِ إِنَّ اللّهَ غَفُورٌ رَّحِيمٌ

2.173. Certes, Il vous est interdit la chair d'une bête morte, le sang, la viande de porc et ce sur quoi on a invoqué un autre qu'Allah. Il n'y a pas de péché sur celui qui est contraint sans toutefois abuser ni transgresser, car Allah est Pardonneur et Miséricordieux.

 

De celui-ci on comprend qu'il y a des choses que l'on ne doit pas manger: la bête morte, le sang, la viande de porc et ce sur quoi on a invoqué un autre qu' :allah.

Mais que si un jour on ne trouve pas d'autres moyens pour survivre que de manger ces choses alors on peut le faire!

Voici ce qu'est donc un cas d'extrême nécessité évoqué dans le même verset sur lequel se base cette fatwa. C'est la necessité à la survie, pour échapper à la mort ou à la perte d'un membre de notre corps car  :allah a dit (2,195):

 


وَلاَ تُلْقُواْ بِأَيْدِيكُمْ إِلَى التَّهْلُكَةِ

(2,195) Et ne vous jetez pas par vos propres mains dans la destruction

 

Est-ce une extrême nécessité pour nous que l'acquisition d'une maison?

Cette permission qui est donnée de faire l'interdit dans des cas de survie ne peut être étendue au désir d'acquisition d'un bien pour vivre plus confortablement. Il n'y a aucune comparaison possible.

 

Aujourd'hui tous ceux qui cherchent à faciliter l'obtention de ce que leurs âmes désirent, intègrent toute situation de besoin  "haja" dans la case de "dharoura" (nécessité extrême).

C'est un amalgame très dangereux. Le terme "dharoura", désigne le cas d'une personne se trouvant dans une situation d'une gravité extrême, personne à laquelle  :allah permet la transgression de ses ordres (avec certaines limites bien sûr : pas de prostitution par exemple, de vol ou d'injustices envers autrui, etc.). Quand au terme "haja", il qualifie un besoin dont l'absence provoque un manque relatif mais pas de catastrophe, c'est simplement le besoin d'une chose dont on peut se passer.

 

Ceux qui ont fait la fatwa qui permet le riba pour l'achat d'une maison ont considéré l'acquisition de ce bien comme une dharoura  à la lumière du verset (2,173); Après faut il considéré comme un question de survie le fait de devenir propriétaire

En effet, est-ce que des musulmans qui ont à la banque des économies et des garanties financieres (biens, salaires, etc.) qui leurs permettent de contracter des prêts sont vraiment dans le besoin et la necessité dont parle le Coran dans ce verset?!

 

Cette fatwa a également été justifiée par un avis donné par Abi Hanifa qui est le suivant:

 


 « Il n'y a pas de riba entre le musulman et le non musulman dans un pays avec lequel les musulmans sont en guerre, le musulman peut prendre leur argent par tous les moyens et ce même avec des contrats illicites comme le pari, la vente de la bête morte, du vin ou du porc ainsi que le riba, et le reste des contrats illicites tant que ceci se fait avec leur accord ».

Et aussi : « quand le musulman entre dans un pays avec lequel les musulmans sont en guerre avec un accord de paix, il peut prendre leur argent avec leur accord par tous les moyens »

 

« Dans de telles situations, le musulman peut vendre le dirahm par deux dirahm ».

 

Avant d'aborder les différents doutes apparaissant lorsque l'on analyse l'interprétation qui a été faite de cet avis, il convient d'exposer cette histoire concernant l'Imam Abou Hanifa qui montre sa grande crainte d' :allah et sa peur de tomber dans l'illicite .

 


Une fois, l'imam avait prêté de l'argent à quelqu'un qui lui avait laissé en contre partie sa maison comme dépôt. Quelques jours plus tard, l'imam était de passage devant cette même maison. C'était une journée très chaude et l'imam s'arrêta donc un peu pour se reposer. Alors on lui a demandé pourquoi est ce qu'il ne se mettait pas à l'ombre de la maison. Alors il répondit  : "Je ne peux pas. Cette maison est un dépôt pour un prêt que j'ai fais à quelqu'un et je crains de profiter de son ombre, je n'ai pas la certitude que ce ne soit pas du riba"!

 

Pour ceux qui trouvent cette réaction un peu exagérée, assistons ensemble à ces deux cours donnés par le Prophète  :saws qui était un exemple à suivre pour l'imam:

Abou Saïd Al-Khudrî  :rara raconte (qu'une fois), Bilâl   :rara ayant apporté au Prophète  :saws des dattes (de bonne qualité) dites "barnî", l'Envoyé d' :allah  :saws lui demanda d'où provenaient ces dattes. Bilâl  :rara répondit: "J'avais des dattes de mauvaise qualité et je les ai vendues, en donnant deux "Sâ'", contre un "Sâ'" de "barnî" que je destine à la nourriture du Prophète   :saws". L'Envoyé d' :allah  :rara s'exclama alors: "Hélas! Hélas! Mais c'est de l'usure pure! N'agis plus ainsi et, si tu veux acheter (des barnî), vends d'abords les dattes (inférieures) et achète ensuite (des barnî)".

 

Comme vous l'avez remarqué mes frères et soeurs, les deux parties étaient d'accord sur l'échange au départ, il n'y avait pas de mauvaise foi de la part des uns ou des autres, personne ne se sentait lésé ou obligé de le faire tout en sachant qu'il était victime d'une injustice de l'autre parti (comme c'est le cas de ceux qui contractent des crédits bancaires). L'échange était bénéfique pour les deux parties: l'un cherchait la qualité, l'autre cherchait la quantité. Tout le monde était satisfait mais la sagesse d' :allah a interdit ceci.

 

Un autre exemple de la sunna du Prophète  :saws dont les paroles sont dés révélations comme l'a attesté  :allah  :Razza wa jal: dans le coran:

مَا ضَلَّ صَاحِبُكُمْ وَمَا غَوَى

53.2. Votre compagnon ne s'est pas égaré et n'a pas été induit en erreur

وَمَا يَنطِقُ عَنِ الْهَوَى

53.3. et il ne prononce rien sous l'effet de la passion;

 إِنْ هُوَ إِلَّا وَحْيٌ يُوحَى

53.4. ce n'est rien d'autre qu'une révélation inspirée.

 عَلَّمَهُ شَدِيدُ الْقُوَى

53.5. que lui a enseigné [L'Ange Gabriel] à la force prodigieuse,

 

Saâd Ibn Abi waqqass a dit: "j'ai entendu le Prophète  :saws être interrogé sur l'échange des dattes sèches en dattes fraiches (routab), alors il répondit: Est ce que ces dattes fraiches perdront de leur poids quand elles secheront? On lui a dit: "oui". Alors il a répondu: "Ne le faites pas".

 

On comprend mieux maintenant pourquoi Abou Hanifa évitait avec fermeté tout ce qui pouvait être un infime degrès de riba.

 

Regardons a présent quelles sont les faiblesses de l'interprétation de l'avis d'Abou Hanifa qui a justifié la fatwa permettant le riba dans les pays non musulmans:

 
Premièrement, l'avis d'Abi Hanifa concerne les pays avec lesquels les musulmans sont en guerre ce qui ne concerne pas les musulmans en France aujourd'hui par exemple.

 
Deuxièmement, ce sont les musulmans qui doivent profiter de ces contrats illicites, ce sont eux qui doivent être gagnants ce qui n'est pas le cas d'un musulman contractant un prêt puisque c'est lui qui paye les intêrets et ce n'est pas lui qui en profite. Ceci est confirmé par les disciples directs de Abi Hanifa qui dirent que dans des pays non musulmans qui sont en guerre contre les musulmans, le musulman ne peut contracter ce genre de contrats que si c'est le surplus du riba lui revient.

 

Troisièmement, si on applique cette fatwa découlant de l'interprétation de cet avis on va permettre aux musulmans vivant dans ces pays de contracter tous les contrats illicites (riba, jeux de hasard, pari, ventes de produits illicites comme l'alcool et le porc, etc.) pendant toute la période où il y résideront à savoir pour la plupart toute leur vie et on aurait donc l'autorisation de faire de très nombreuses choses normalement absolument prohibées, toute notre vie. Ce que Abou Hanifa ne permettrait jamais et on ne peut donc pas déscement utiliser son avis pour cette fatwa.

 

Quatrièmement, même si ils disent que cette fatwa n'est valable que si l'on se trouve dans un cas de nécessité, si un musulman se trouve dans le besoin, selon l'interprétation de cet avis, il aura le droit d'aller jouer au loto ou aux courses de chevaux ou a tout autre jeux de hasard !!

 

Aujourd'hui aussi les savants hanafites sont contre les prêts à intérêts bancaires pour les musulmans résidant dans des pays non musulmans et ce même aux Etats-Unis qui sont en guerre actuellement contre des musulmans de façon directe (irak, etc). Ceci fut l'objet d'une réponse récente du cheikh hanafite Mouhammad taquy Al outhmani Al-hanafi.

 

Au regard des faiblesses que présentent les interprétations faites du verset, du hadith et de l'avis d'Abou hanifa sur lequelles se base cette Fatwa un grand doute demeure. IL est bien présent et donc par crainte d'Allah, il convient de ne pas se jeter dans une situation au sujet de laquelle persiste une très grande incertitude qui n'est pas le fruit d'un esprit obsédé mais qui est belle et bien fondée.

 

Et  :soubhanAllah notre bien aimé Prohète Mohammed  :saws nous a montré quelle conduite adopter lorsqu'il ya a un doute entre licite et illicite. Dans un Hadith rapporté par An Nou'mân Ibnoul Bachîr  :rara, Il dit:

 

إن الحلال بين وإن الحرام بين وبينهما مشتبهات لا يعلمهن كثير من الناس فمن اتقى الشبهات ‏ ‏استبرأ ‏ ‏لدينه ‏ ‏وعرضه ‏ ‏ومن وقع في ‏ ‏الشبهات ‏ ‏وقع في الحرام كالراعي ‏ ‏يرعى حول ‏ ‏الحمى ‏ ‏يوشك أن ‏ ‏يرتع ‏ ‏فيه ألا وإن لكل ملك ‏ ‏حمى ‏ ‏ألا وإن حمى الله محارمه ألا وإن في الجسد ‏ ‏مضغة ‏ ‏إذا صلحت صلح الجسد كله وإذا فسدت فسد الجسد كله ألا وهي القلب

 

« Le licite est clair et l'illicite aussi; entre les deux existent des choses douteuses que beaucoup de gens ne connaissent pas.Quiconque évitent ces choses douteuses aura sauvé sa foi et son honneur.Quiconque s'y adonnent tombe dans l'illicite comme le berger qui amène son troupeau à la lisière d'un domaine;il risque à tout moment d'y pénétrer. En vérité, tout roi possède un domaine protégé.Certes, le domaine protégé d'Allah consiste dans les interdits.Il y a dans le corps un organe (si essentiel que) s'il est bien tout le corps l'est aussi; et s'il est corrompu tout le corps l'est également: il s'agit du coeur. » (rapporté par Mouslim).

 

Donc le Prophète  :saws nous a donné l'ordre d'éviter le douteux.

 

Et  :allah a dit :


وَمَا آتَاكُمُ الرَّسُولُ فَخُذُوهُ وَمَا نَهَاكُمْ عَنْهُ فَانتَهُوا وَاتَّقُوا اللَّهَ إِنَّ اللَّهَ شَدِيدُ الْعِقَابِ

59.7. Prenez ce que le Messager vous donne; et ce qu'il vous interdit, abstenez-vous en; et craignez Allah car Allah est dur en punition.

 

Cette fatwa, ce sur quoi elle est fondée et la division qu'elle a pu créer entre les musulmans n'est pas s'en rappeller ce verset:

 

هُوَ الَّذِيَ أَنزَلَ عَلَيْكَ الْكِتَابَ مِنْهُ آيَاتٌ مُّحْكَمَاتٌ هُنَّ أُمُّ الْكِتَابِ وَأُخَرُ مُتَشَابِهَاتٌ فَأَمَّا الَّذِينَ في قُلُوبِهِمْ زَيْغٌ فَيَتَّبِعُونَ مَا تَشَابَهَ مِنْهُ ابْتِغَاء الْفِتْنَةِ وَابْتِغَاء تَأْوِيلِهِ وَمَا يَعْلَمُ تَأْوِيلَهُ إِلاَّ اللّهُ وَالرَّاسِخُونَ فِي الْعِلْمِ يَقُولُونَ آمَنَّا بِهِ كُلٌّ مِّنْ عِندِ رَبِّنَا وَمَا يَذَّكَّرُ إِلاَّ أُوْلُواْ الألْبَابِ

3.7. C'est Lui qui a fait descendre sur toi le Livre: il s'y trouve des versets sans équivoque, qui sont la base du Livre, et d'autres versets qui peuvent prêter à d'interprétations diverses. Les gens, donc, qui ont au cœur une inclinaison vers l'égarement, mettent l'accent sur les versets à équivoque, cherchant la dissension en essayant de leur trouver une interprétation, alors que nul n'en connaît l'interprétation, à part Allah.

 

En conséquence de cela, il est important de savoir qu'en aucun cas, si une fatwa nous amenait à commettre l'illicite, il nous serait possible de nous en justifier grâce à elle devant  :allah. Qu' :allah nous épargne de nous retrouver dans cette situation:

 

إِذْ تَبَرَّأَ الَّذِينَ اتُّبِعُواْ مِنَ الَّذِينَ اتَّبَعُواْ وَرَأَوُاْ الْعَذَابَ وَتَقَطَّعَتْ بِهِمُ الأَسْبَابُ

2.166. Quand les meneurs désavoueront le suiveurs à la vue du châtiment, les liens entre eux seront bien brisés !

وَقَالَ الَّذِينَ اتَّبَعُواْ لَوْ أَنَّ لَنَا كَرَّةً فَنَتَبَرَّأَ مِنْهُمْ كَمَا تَبَرَّؤُواْ مِنَّا كَذَلِكَ يُرِيهِمُ اللّهُ أَعْمَالَهُمْ حَسَرَاتٍ عَلَيْهِمْ وَمَا هُم بِخَارِجِينَ مِنَ النَّارِ

2.167. Et les suiveurs diront : "Ah ! Si un retour nous était possible ! Alors nous les désavouerions comme ils nous ont désavoués" - Ainsi Allah leur montra leurs actions; source de remords pour eux; mais ils ne pourront pas sortir du Feu.

يَا أَيُّهَا النَّاسُ كُلُواْ مِمَّا فِي الأَرْضِ حَلاَلاً طَيِّباً وَلاَ تَتَّبِعُواْ خُطُوَاتِ الشَّيْطَانِ إِنَّهُ لَكُمْ عَدُوٌّ مُّبِينٌ

2.168. ô gens ! De ce qui existe sur la terre, mangez le licite et le pur; ne suivez point les pas du Diable car il est vraiment pour vous, un ennemi déclaré.

إِنَّمَا يَأْمُرُكُمْ بِالسُّوءِ وَالْفَحْشَاء وَأَن تَقُولُواْ عَلَى اللّهِ مَا لاَ تَعْلَمُونَ

2.169. Il ne vous commande que le mal et la turpitude et de dire au sujet d'Allah ce que vous ne savez pas.

 


 :salam2


Titre: Re : Faire un crédit pour une maison/appartement: illicite ou licite?
Posté par: rimelle le Juin 25, 2008, 21:24:49
Salam oualikoum tout le monde,

Est-ce que certains parmi vous ont déjà entendu cette info : l'intérêt est différent de l'usure. En France, l'usure est interdite, sous peine de sanctions pénales. La Banque de France fixe tous les trimestres le seuil du taux d'intérêt, au-dessus duquel il y a usure.


En fait, j'ai trouvé cette info sur Wikipédia, et, juste avant, je suis allée à ma banque, j'avais pris expressément rendez-vous avec une spécialiste de l'immobilier qui m'a dit cela ... et ensuite j'ai trouvé confirmation sur le net.

Si c'est vrai, cela voudrait dire que l'usure, interdite en Islam, ne concerne pas les banques françaises ????


Titre: Re : Faire un crédit pour une maison/appartement: illicite ou licite?
Posté par: mohamed amine le Juillet 09, 2008, 19:43:50
 :salam2 j'ai lu le problemme pour acheter un appartement a credit il ya plusieurs avis mais quand on voi le prix du loyer on paye presque pareille est ce que le fait de payer un loyer exorbitant ne rentre pas dans le hram parce que c'est du gaspillage (tebdir) et en deuxieme point mes parents veulent que j'achette un appartement la je sais plus quoi faire parce que le riba c'est hram le fait de desobeire au parents c'est hram et le fait de gaspiller c'est hram merci de m'eclairer  :baraka2


Titre: Re : Faire un crédit pour une maison/appartement: illicite ou licite?
Posté par: Palestinienne le Juillet 09, 2008, 20:22:10
 :salam3
:salam2 j'ai lu le problemme pour acheter un appartement a credit il ya plusieurs avis mais quand on voi le prix du loyer on paye presque pareille est ce que le fait de payer un loyer exorbitant ne rentre pas dans le hram parce que c'est du gaspillage (tebdir) et en deuxieme point mes parents veulent que j'achette un appartement la je sais plus quoi faire parce que le riba c'est hram le fait de desobeire au parents c'est hram et le fait de gaspiller c'est hram merci de m'eclairer  :baraka2

Salam wahlikoum mes freres et soeurs

Concernant le crédit,il est certe désaprouvé d'en faire un

Ca me fais rappeler une personne ,qui ma parlé  du crédit,et qui ma dit qu'il était autorisé de faire un crédit immobilier ,à partir du moment ou tu na pas ou habiter! :soubhanAllah

Je pense qu'il et préférable de ne pas faire de crédit,ca reste mon avis personnel.
Apres oui il est claire que nous payons cheres nos loyers,mais  :hamd
C'est comme si que tu voulais acheter la derniere voiture qui vien de sortir,et que ta besoin de faire un crédit, ça ca reste des futilités , car nous avons pas besoin Obligatoirement d'acheté  la derniere voiture,c'est du gaspillage ! :soubhanAllah

J'éspere que j'ai pu t'éclairer  :inchallah

 :baraka2
 :salam3


Titre: Re : Faire un crédit pour une maison/appartement: illicite ou licite?
Posté par: sakina69 le Mars 29, 2009, 10:01:04
salam alykoum
ma question va se diviser en 2 questions:
- peut on faire un crédit pour acheter sa résidence principale??:
j'aimerai des réponses basées sur le coran et la sunna il y a tellement de divergences à ce sujet que je ne sais pas du tout à quoi m'en tenir

-si nous avons un comptes qui produit des intérets que devons faire de ces derniers:
la seule réponse que j'ai trouvée c'est les redistribuer au plus nécessiteux les sadak or récemment un frère m'a totalement contredit
encore une fois inchallah je veux des réponses avec les sources
Barak Allah oufikoum

Sakina


Titre: Re : Faire un crédit pour une maison/appartement: illicite ou licite?
Posté par: meriem38 le Mars 29, 2009, 10:05:21
 :salam :bismiallah

 :soubhanAllah :soubhanAllah :soubhanAllah
à l'instant ou tu as posté ta question mon mari me demandait de demander cela sur le forum!!!!Et je me suis dit je vais d'abord valider ce message et j ai vu que c'était exactement les même questions qu'on se posaient!!! :soubhanAllah

donc j'attend également vos réponses!!!

 :baraka2

 :salam4


Titre: Re : Faire un crédit pour une maison/appartement: illicite ou licite?
Posté par: convertie38 le Mars 29, 2009, 10:14:35
                                            :salam4

 :bismiallah

               Mes chères  :)) sakina69 et Meriem38
                  voici ce que j'ai trouvé, j'espère que ça répondra
                  amplement à vos questions  :inchallah :)



                   Puis-je contracter un emprunt à intérêts pour m'acheter une maison ?...  
Proposé par Mouhammad Patel le Jeudi, 22 Juillet 2004

 
Question: Est-il permis à un musulman qui vit en France de contracter un emprunt à intérêts pour acquérir une maison qui lui servira d'habitation principale ? J'ai entendu dire que des savants ont autorisé cela... Est-ce vrai ?




Éléments de réponse:

A- Selon la grande majorité des savants (toutes écoles confondues), les emprunts bancaires avec intérêts sont strictement interdits, et ce, en vertu des versets du Qour'aane et Hadiths qui condamnent très sévèrement le "ribâ" (terme qui désigne la plupart du temps les intérêts et l'usure), dont les suivants:

"Ceux qui mangent [pratiquent] le ribâ ne se tiennent (au jour du Jugement dernier) que comme se tient celui que le toucher de Satan a bouleversé. Cela, parce qu'ils disent : "Le commerce est tout à fait comme l'intérêt (al ribâ)" Alors qu'Allah a rendu licite le commerce, et illicite l'intérêt (al ribâ). Celui, donc, qui cesse dès que lui est venue une exhortation de son Seigneur, peut conserver ce qu'il a acquis auparavant; et son affaire dépend d'Allah. Mais quiconque récidive... alors les voilà, les gens du Feu ! Ils y demeureront éternellement.
Allah anéantit l'intérêt usuraire et fait fructifier les aumônes. Et Allah n'aime pas le mécréant pécheur.
Ceux qui ont la foi, ont fait de bonnes oeuvres, accompli la Salat et acquitté la Zakat, auront certes leur récompense auprès de leur Seigneur. Pas de crainte pour eux, et ils ne seront point affligés.
Ô les croyants ! Craignez Allah; et renoncez au reliquat de l'intérêt, si vous êtes croyants.
Et si vous ne le faites pas, alors recevez l'annonce d'une guerre de la part d'Allah et de Son messager. Et si vous vous repentez, vous aurez vos capitaux (de départ). Vous ne léserez personne, et vous ne serez point lésés."
(Sourate 2 / Versets 275 à 279)



Aboû Hourayra (radhia Allâhou anhou), rapporte que le Prophète (sallallâhou alayhi wa sallam) a dit: "Evitez les sept (péchés) destructeurs !" - "Quels sont-ils, Ô Envoyé d'Allah?", lui demanda-t-on. - "Ce sont, répondit-il: le polythéisme, la magie, le meurtre qu'Allah a interdit sauf à bon droit, l'usurpation des biens de l'orphelin, le fait de "manger" de l'intérêt (akl oul ribâ), la fuite du front au jour du djihad et la fausse accusation (de fornication) des femmes vertueuses, chastes et croyantes." (Mouslim)





B- Certains savants (parmi les savants contemporains, cette opinion a été adoptée notamment par Cheikh Qaradâwi; son avis a d'ailleurs été retenu par la Commission Européenne de l'Iftâ qu'il préside, lors de sa session d'Octobre 1999)) autorisent exceptionnellement au musulman qui vit dans un pays non musulman le recours à un emprunt à intérêts lorsque celui-ci est pour lui le seul et unique moyen d'obtenir une somme d'argent suffisante pour répondre à une nécessité vitale ("dharoûrah"- dont la non prise en compte fait peser un risque sur la vie de l'individu) ou à un besoin réel ("hâdjah"- dont la non prise en considération a pour conséquence de créer une gêne difficile à supporter; il est à noter que ibnou noudjaïm al misri (rahimahoullâh), l'illustre savant hanafite, a également cité dans un de ses ouvrages un avis autorisant à celui qui est confronté à un besoin réel d'avoir recours à un emprunt à intérêts (voir "al achbâh wan nadhâïr" – Page 100), et ce, dans la limite de la nécessité ou du besoin ("adh dharourah toutaqaddarou biqadridh dharoûrah")…


C'est suivant cette approche que les savants cités autorisent au musulman qui vit en terre non musulmane d'avoir recours à un emprunt à intérêts pour acquérir un logement décent, et ce, sous deux conditions:


- Il ne dispose d'aucun autre moyen licite pour satisfaire ce besoin.

- Le logement qu'il va acheter lui servira d'habitation principale.




Leur avis à ce sujet repose sur deux arguments:

B.1/

a) La nécessité vitale (adh dharoûrah) fait loi et elle permet de lever certaines interdictions: Les juristes musulmans sont unanimes à ce sujet.
b) Un besoin réel (hâdjah) peut, lorsqu'il se généralise, atteindre le statut de la nécessité vitale ("al hâdjah tounzalou manzilatidh dharoûrah idhâ 'âmat") et permettre également la levée temporaire d'une interdiction.
c) Le fait d'être propriétaire de son logement pour un musulman qui vit en terre non musulmane constitue justement un besoin réel de nos jours, essentiellement pour les raisons suivantes:

- l'accession à la propriété est le moyen pour lui de se mettre à l'abri du risque de se retrouver un jour à la rue avec sa famille (s'il est, pour une raison ou une autre, expulsé du logement qu'il loue par exemple; ou encore, s'il n'est plus en mesure de payer son loyer suite à une baisse conséquente de ses revenus (perte d'emploi…));
- dans le cas où plusieurs musulmans feraient l'acquisition d'un logement dans un même quartier (autour d'une mosquée ou d'un centre islamique par exemple), celui-ci pourrait devenir un espace propice pour le développement d'activités religieuses et le renforcement des liens de fraternité entre eux;
- l'acquisition progressive de logements par de plus en plus de musulmans peut également contribuer à l'élévation du niveau de vie de la minorité qu'ils représentent: A long terme, cette démarche pourrait aider la communauté musulmane à se libérer de certaines contraintes économiques auxquelles elle est confrontée et, lui permettre ainsi de disposer de plus de moyens pour apporter une contribution positive à l'amélioration de la société entière;

C'est en considérant ces trois points que les savants cités sont arrivés à la conclusion mentionnée précédemment, et ce d'autant plus que, selon certains oulémas, la prohibition de l'emprunt à intérêts est motivée uniquement par le principe du "sadd oudh dharaï'" (pour des détails concernant le sens de cette expression, cliquez ici ), en ce sens qu'il implique forcément un prêt à intérêt (qui est l'acte visé directement par l'interdiction du "ribâ").




B.2/ D'illustres savants (selon le rapport de Al Qaradâwi, cet avis était celui de Soufyân Ath Thawri (rahimahoullâh), de Ibrâhim an nakhaï (rahimahoullâh), de Abou Hanîfa (rahimahoullâh), de Mouhammad Ach Chaybâni (radhia Allâhou anhoum) et d'une partie des oulémas hambalites; il semble bien que la plupart des savants hanafites passés 1 ainsi que certains contemporains 2 soutiennent aussi cette opinion) ont autorisé au musulman de faire des transactions (sous certaines conditions) contenant du ribâ avec un non musulman au sein du dâr oul harb (pays qui est en état de belligérance avec les musulmans), et ce, suivant ce qui est apparemment énoncé dans un hadith moursal 3 cité par l'Imâm Mouhammad Ach Chyabâni r.a. dans un de ses ouvrages ("as siyar oul kabîr"): Pour Cheikh Qaradâwi et ceux qui partagent sa position, cette opinion -même si elle est minoritaire- peut être adoptée dans le cas présent pour renforcer l'argumentaire précédent. (Pour plus de détails concernant cet avis et son argumentaire, voir "Fatâwa Mouâsirah" – Volume 3 / Pages 625 à 630)



Voici donc un bref exposé concernant la divergence qui oppose les savants contemporains sur cette question sensible… Personnellement, j'avoue ne pas être convaincu par le double argumentaire développé par le second groupe de savants, et ce, pour les raisons suivantes:

1- Les avertissements énoncés au sujet du ribâ sont d'une gravité et d'une sévérité extrêmes, et ils ne font aucune distinction entre les transactions ayant lieu entre musulmans ou avec des non musulmans…

Pour ce qui est du Hadith évoqué, dont l'énoncé se présente ainsi: "lâ ribâ baynal mouslim wal harbiy fî dâr il harb" (Point de ribâ entre le musulman et le non musulman harbiy dans le dâr oul harb), il ne semble pas être de nature à pouvoir constituer un argument solide face à toutes les autres références authentiques et explicites existants sur le sujet:


a) Il s'agit d'une Tradition moursal, où il manque un maillon dans la chaîne de transmission; par ailleurs, les savants ne s'accordent pas sur la validité de ce Hadith: Ainsi, d'un côté, certaines critiques ont été émises concernant son authenticité -comme en témoignent les écrits de az zaïlaï (rahimahoullâh) (qui est un expert hanafite dans la science des Hadiths) dans son "nasb oul râyah" – Volume 4 / Page 44, même si, d'un autre côté As Sarakhsi (rahimahoullâh) (autre grand savant hanafite) l'authentifie dans "al mabsoût".


b) Il est vrai que l'opinion qui fait autorité chez la plupart des hanafites est en conformité avec l'énoncé apparent de ce Hadith (comme indiqué précédemment): Néanmoins, l'avis de l'Imâm Abou Youssouf (rahimahoullâh) était opposé à cette opinion majoritaire; et nombreux sont les savants hanafites contemporains qui accordent leur préférence sur cette question à ce second avis, qui présente bien évidemment plus de précaution (voir notamment les écrits de Moufti Taqui Outhmâni à ce sujet, ainsi que l'excellente synthèse de Cheikh Mahmoûd At Touhmâz dans son "Al Fiqh oul hanafiy fî thawbihil djadîd" – Volume 4 / Pages 243 à 247)


c) Il est possible d'interpréter cette Tradition de sorte à ce qu'elle ne soit pas en contradiction avec toutes les autres références authentiques interdisant catégoriquement le ribâ: Ainsi, l'expression "lâ ribâ" ne désignerait pas une permission d'avoir recours à n'importe quel type de transactions (dont celles contenant de l'intérêt) avec un non musulman harbiy, mais plutôt une interdiction de faire avec lui une quelconque transaction contenant de l'intérêt. C'est de cette façon que l'Imâm An Nawawi (rahimahoullâh) interprète ce Hadith (s'il est authentique) dans "Al Madjmou'".


Et même dans l'éventualité où on admet que ce Hadith est un argument valide et fiable, il est à souligner que des savants contemporains (comme Cheikh Khâlid Sayfoullâh) ont très justement souligné que les pays occidentaux ne peuvent être actuellement qualifiés de dâr oul harb, eu égard notamment de la liberté de culte (concernant, surtout, la pratique des cinq piliers de l'Islam) qui est offerte aux citoyens musulmans qui y résident (une liberté bien plus grande que celle "offerte" par certains pays dits musulmans…): Et si on admet que ces pays ne sont pas des dâr oul harb, dans ce cas le Hadith ne concerne même pas les musulmans qui y résident…



2- Les différents arguments avancés pour essayer de donner à l'achat d'un logement le statut de besoin réel ne me semblent pas être non plus suffisamment solides pour pouvoir être opposés aux références interdisant catégoriquement le ribâ, d'autant plus que:



- en France, les droits du locataire sont relativement bien protégés par la législation en vigueur (le risque de se faire expulser est donc assez mince…)


- pour ce qui est de la possibilité d'une baisse conséquente de revenus, celle-ci peut également se produire avant la fin du remboursement de l'emprunt à intérêts: Comment réagir face à ce risque là ?


- pour ce qui est de l'élévation du niveau de vie des musulmans, une bien meilleure solution serait que la communauté entière s'engage dans une réflexion commune et sérieuse concernant les moyens à mettre en place pour développer localement un microsystème économique basé sur les modes de financements licites qui existent en Islam (mourâbahah, moudhârabah, idjârah thoummal bay', bay bit taqsît...): De telles démarches ont été entamées il y a plusieurs années aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, et aujourd'hui, alhamdoulillâh, il existe dans ces pays des moyens de financements tout à fait licites (et régulièrement contrôlés par des savants musulmans experts comme Moufti Taqui Outhmâni) permettant aux musulmans d'accéder à la propriété avec des paiements échelonnés sur 15 ou 25 ans.


Wa Allâhou A'lam !




--------------------------------------------------------------------------------

1- Voir les écrits de as sarakhsî r.a. dans "al mabsoût" et ceux de ibn âbidîn r.a. dans "radd oul mouhtâr".

2- Comme Moufti Nidhâmouddin de Déoband.

3- Est ainsi appelée la Tradition où il manque un maillon au début de la chaîne de transmission et où le Tâbéï r.a. cite directement les propos du Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) sans indiquer d'où il les tient. [/b]


          Voilà mes chères  :)) qu' :allah vous protége et vous
          préserve  :amine

                                          :salam4


Titre: Re : Faire un crédit pour une maison/appartement: illicite ou licite?
Posté par: meriem38 le Mars 29, 2009, 10:17:48
 :salam :bismiallah

 :baraka ma soeur pour recherches!!!!!!!!!!!!!

qu'Allah te garde sur sa voie et t'apporte le bonheur dans cette vie mais aussi dans l'autre,  :amine

 :salam4


Titre: Re : Faire un crédit pour une maison/appartement: illicite ou licite?
Posté par: convertie38 le Mars 29, 2009, 10:22:36
:salam :bismiallah

 :baraka ma soeur pour recherches!!!!!!!!!!!!!

qu'Allah te garde sur sa voie et t'apporte le bonheur dans cette vie mais aussi dans l'autre,  :amine

 :salam4



 :bismiallah

  :salam3 wa fik baraka allahoû ma  :)) meriem38  :) je t'en prie on
  est là pour s'entraider entre nous  :) c'est un plaisir pour moi de
  pouvoir apporter mon aide quand je le peux  ;) et amine pour tes
  dou'as je te souhaite la même chose si ce n'est plus, qu' :allah t'
  apporte une belle part et beaucoup de bonheur ici-bas ainsi que
  dans l'au-delà également à ta merveilleuse famille ainsi qu'à toute
   la Oummah bien sûr  :D  :amine :amine :amine

                                     :salam4


Titre: Re : Faire un crédit pour une maison/appartement: illicite ou licite?
Posté par: salama93 le Mars 29, 2009, 10:48:16
 :salam4

Je me pose une question à propos du crédit.

Je sais qu'il existe des banques musulmanes en France, en tous cas je sais qu'à Paris il y en a, je sais pas dans les autres villes.

Mais pour ceux qui ont une banque musulmane pas trop loin de chez eux, est-ce que ce n'est pas mieux pour eux de faire un crédit dans ces banques?

Maintenant je ne connais pas non plus comment fonctionne ces banques si elles acceptent de faire des crédits sans intérêt pour l'achat d'une maison.

 :baraka3

 :salam4


Titre: Re : Faire un crédit pour une maison/appartement: illicite ou licite?
Posté par: convertie38 le Mars 29, 2009, 21:38:02
                                       :salam4

 :bismiallah

         ma chère  :)) salama93 voici ce que j'ai trouvé concernant
   ta première question  ;) :


      lundi 17 mars 2008 - par Marouane Mohamed


Banque : entreprise dont l’objet est le commerce de l’argent. Elle est chargée de collecter les dépôts et l’épargne de ses clients, de trouver des solutions de financement à leur projet, d’effectuer des paiements pour leur compte et de gérer des valeurs boursières.

Dans cette définition très générale du rôle de la banque, nous trouvons une description réaliste de ses activités et de la fonction qu’elle remplit dans notre société, occidentale et « moderne ». L’essentiel de ses revenus provient de son aptitude à « gérer » de l’argent et à produire un certain nombre de services financiers reliés à cette gestion, de manière plus ou moins directe.

Interrogés sur le rôle présume de la banque, la majorité de ses clients identifient les deux activités suivantes :


1) la gestion des dépôts (salaires, épargnes, etc) et des paiements (virements, retraits, chèques et cartes)

2) le « prêt » immobilier

Le lecteur remarquera probablement que le mot « prêt » est dans ce texte toujours accompagné de guillemets dès lors qu’il s’agit de crédit. Il y a, à mon sens, un abus de langage dans la pratique banalisée de cette association sémantique entre prêt et crédit. Dans le dictionnaire, « prêter » consiste à « confier provisoirement quelque chose à quelqu’un ». Il n’apparaît pourtant dans le même dictionnaire aucune mention d’un quelconque versement d’intérêts en échange du dit prêt.

En fait, dans le cas des banques, il semble plus approprié d’utiliser le terme « location ». Une personne ayant recours au crédit bancaire dira alors « j’ai loué de l’argent pour acheter la maison, ça valait mieux que de la louer… », ou encore « les locations d’argent sont l’une des activités principales des banques de détail… », ce qui correspond bien mieux à la réalité que vivent chaque jour les consommateurs endettés.

Un observateur paranoïaque pourrait également se demander si le choix du mot « prêt » dans le marketing des banques est vraiment si innocent qu’il en a l’air. « Prêter », c’est ce que fait un ami quand on a un coup dur ou ce que fait un enfant quand il apprend le partage. Les organismes de crédit ont-ils voulu s’approprier cette part inconsciente d’entraide et de sympathie que le mot « prêt » porte en son sens ? En regardant certaines publicités pour les crédits à la consommation par exemple, le même observateur paranoïaque pourrait être pris de vertiges : la représentation qui est faite du crédit est toujours très enfantine et innocente : un doigt bienfaiteur donnant des « coups de pouce » aux emprunteurs, ou encore un bonhomme vert jouant au frisbee avec les enfants sur la plage des vacances, payées à crédit.

On ne voit pourtant nulle part le drame que vivent de nombreux ménages surendettés, ni les huissiers qui saisissent les biens de ceux qui ne peuvent plus payer leurs mensualités, les chargés de recouvrement menaçants, ou encore les commerciaux insistants qui expliquent que « tout est possible » sur les coins de tables en contreplaqué du « pays où la vie est moins chère », à condition qu’elle se paye en plusieurs fois bien sûr…

Il est paradoxal, lorsque l’un d’entre nous a besoin d’argent, qu’il lui soit plus naturel de demander à la banque de « l’aider » plutôt qu’à ses proches (familles, amis, collègues, …) et cela même quand il s’agit de sommes relativement petites. Il semble acquis, dans l’imaginaire collectif, que la banque contrôle l’argent et qu’elle est donc l’interlocuteur le plus crédible pour le « prêter » ou le « gérer ».

C’est la nature profonde de la mission de la banque qui est ici en jeu.

Pourvoyeuse de financement en échange d’un taux d’intérêt, la banque participe à un système structurellement inflationniste : pour consommer on « emprunte », pour rembourser ce que l’on « emprunte », on augmente le prix de ce que l’on vend (y compris son travail), pour faire face à cette augmentation de coût, notre acheteur augmente les prix ou « emprunte », etc etc

Offrant un taux d’intérêt à ceux qui lui confient leur épargne et leur trésorerie, la banque centralise des réserves qui auraient pu être prétées (dans le vrai sens du terme) ou investies dans des projets ayant un impact social et économique positif, même s’ils sont financièrement moins « rentables » qu’un placement à intérêts.

Faisant miroiter aux consommateurs l’accès à un monde matériel dont leur pouvoir d’achat réel les exclut, la banque fait partie d’un système qui les encourage a s’endetter pour pouvoir satisfaire leur conformité à une norme conçue pour être juste un peu au- dessus d’eux… On voit ainsi apparaître un univers de biens et services accessibles à crédit qui démultiplie les possibilités de possessions matérielles, offrant un accès virtuel à la classe de pouvoir économique supérieure à chaque individu solvable (ou non) dans la société de consommation.

C’est dans ce contexte qu’est discutée l’ouverture (déjà effective dans certains pays) de « banques islamiques » en Occident. Tous les journaux financiers de la place vantent les mérites de ce « nouveau marché » qui pèse entre 300 et 600 milliards de dollars selon les estimations et l’évolution assez fluctuante de la monnaie américaine. Cette « demande islamique » n’inclue pas encore réellement celle des « musulmans vivant en terre non musulmane », et est essentiellement constituée de riches investisseurs et d’organisations du Golfe et d’Asie du Sud Est.

Cette demande à forte capacité d’investissement est traitée déjà depuis plusieurs années par les banques traditionnelles qui ont même, pour certaines, créé des filiales dédiées afin d’endosser un marketing plus « oriental » sans remettre en cause l’appartenance culturelle de la maison mère au modèle bancaire occidental classique. Des ingénieurs spécialisés sur les produits prétendus conformes à la Shari’a ( prononcer « charia-complayante ») planchent du matin au soir pour « halaliser coûte que coûte l’inhalalisable », au moins sur les jolis prospectus bordés de calligraphies arabes…

Discussion sur un "desk" de "trading" d’une grande banque d’investissement française :

 Un ingénieur-naïf : Et ce produit, comment tu vas le rendre « charia-complayante » ?

 Un ingénieur-plus-naïf-depuis-longtemps : Facile, on remplace les actions « aram » (pour « haram », interdit en Islam) comme Heineken par des actions autorisées, comme Coca Cola ou Nestlé. Ensuite, pour les paiements d’intérêts, on fait un achat-vente de matière première ou on paye au client le portage… Il ne reste plus qu’à le soumettre au « charia-borde » (pour « Shari’a board », conseil religieux chargé de valider les produits vendus à une clientèle « Shari’a »).

 Un ingénieur-naif : Ah d’accord…


Autre extrait dans une équipe d’ingénierie d’une (très) grande banque d’investissement anglo-asiatique :

 La chef : Alors, dans les demandes qu’on a cette semaine, y’a du « charia ». Qui s’en occupe ?

 Un ingénieur-encore-un-peu-naïf : Il faudrait vraiment regarder dans le détail ce qu’ils nous demandent pour être sûrs que ça correspond vraiment à ce qu’ils espèrent, ça va prendre un peu de temps…

 La chef : Non, ne te casse pas la tête, ils savent pas vraiment ce qu’ils veulent de toutes façon. Utilise la présentation qu’on avait faite la dernière fois pour Bank-Arabian-American ou Saudi-British-Investments, je ne sais jamais qui est qui !

 Un ingénieur-encore-un-peu-naïf : Ah d’accord…


Ces extraits de conversations montrent deux choses : la première est que la norme légale et l’éthique économique musulmane sont considérées par les banques comme des caractéristiques marketing du client, ni plus, ni moins, un peu comme une préférence culturelle ou un goût particulier pour certains styles vestimentaires (sans même parler de l’homogénéisation de ladite clientèle a une entité arabo-islamisante floue à laquelle on peut indistinctement servir les mêmes « solutions personnalisées » en changeant le nom en haut de l’offre…).

La seconde est que la décision et la structuration de l’investissement est morcelée entre plusieurs intervenants au sein même de la banque. Le projet soumis pour approbation au Shari’a board est donc bien souvent truffé d’omissions et d’imprécisions (involontaires ?), afin d’obtenir la validation tant convoitée du produit. La responsabilité du Shari’a board se limite à l’avis qu’ils ont rendu, compte tenu des éléments dont ils disposaient, bien souvent incomplets (les éléments).

Une banque islamique, c’est comme un Mac Donald’s halal : un concept dont le sens même est à questionner.

Le rôle que joue la banque aujourd’hui dans le contrôle des pays en développement, la réalisation de richesses pour des investisseurs déjà largement dotés au détriment des autres, l’assujetissement des consommateurs "frustrés" à une servitude quasi-volontaire par la dette, la rend tout simplement incompatible avec l’éthique musulmane. Comment donc faire coéxister ces deux idées sans entrer sur le terrain des compromis innacceptables ?

Fleurissent aujourd’hui dans la communauté musulmane occidentale d’ardents défenseurs de cette « nouvelle finance », prêts à supplier les banques classiques de répondre à leur appel de consommateur. Ces dernières, naturellement attirées par l’intérêt financier que cette nouvelle clientèle représente, doivent répondre de manière stratégique à la question suivante :

« Dans le climat actuel, où les musulmans ne sont pas très populaires dans notre société, les bénéfices générés par cette nouvelle clientèle compensent- ils, à moyen terme, les retombées négatives sur notre image de marque pour avoir cédé à ce que certains appellent déjà "la pression communautariste" ? »

On voit bien que la réponse à cette question change d’un pays à l’autre, dépendant de la place que les musulmans occupent dans ce pays, de leur perception par les autres citoyens et par les gouvernants, de leur pouvoir économique, de leur stratégie d’influence (si elle existe), etc…

Si les banques françaises n’ont pas encore répondu a cette question, alors on se permettra de nous en poser une autre : Est-ce une mauvaise nouvelle ?


Cet article est le premier d’une série de 3 articles.

Mots clés
Actualité  banque islamique  finance islamique 
Marouane Mohamed
Ingénieur en mathématiques financières

Du même auteur, à lire sur
oumma.com :

                                           :salam4


Titre: Re : Faire un crédit pour une maison/appartement: illicite ou licite?
Posté par: admin le Mars 29, 2009, 21:51:09
 :salam2 ma soeur

Attention à ce que tu dis ... il n'y a malheureusement pas encore de banque islamique en France...
InchAllah pour bientot

:salam4

Je me pose une question à propos du crédit.

Je sais qu'il existe des banques musulmanes en France, en tous cas je sais qu'à Paris il y en a, je sais pas dans les autres villes.

Mais pour ceux qui ont une banque musulmane pas trop loin de chez eux, est-ce que ce n'est pas mieux pour eux de faire un crédit dans ces banques?

Maintenant je ne connais pas non plus comment fonctionne ces banques si elles acceptent de faire des crédits sans intérêt pour l'achat d'une maison.

 :baraka3

 :salam4


Titre: Re : Faire un crédit pour une maison/appartement: illicite ou licite?
Posté par: convertie38 le Mars 29, 2009, 21:55:12
                                            :salam4

 :bismiallah

        voilà ce que je viens de trouver concernant ta deuxième question  ;)
          ma  :)) salama93 :


     La première banque islamique d’Europe

Elle avait été annoncée au mois d’août, la Islamic Bank of Britain (IBB) est ouverte depuis mercredi. Le projet était dans les tiroirs depuis 2002. Pas de placement dans des produits dangereux comme le tabac. Aucun investissement dans des entreprises qui touchent à l'alcool ou à la porno. Pas de taux d’intérêt usuraire... La question est alors naturelle : comment fonctionne une banque islamique ?




Les ambitions européennes
 IBB, la première banque islamique de détails en Grande Bretagne
Si la IBB est la première banque islamique en Europe, son expérience n’est pas une première mondiale. Quatre-vingts pays ont déjà des institutions semblables avec des résultats satisfaisants. Elles ont en commun, le respect de l’éthique musulmane dans leurs modes de fonctionnement. D’où leur label islamique. Autrement, la IBB offre les services habituels des banques classiques : comptes courants, cartes de crédits, crédit immobilier (avant la fin de l’année) etc.

Son capital se chiffre à 20,6 millions d’Euro environ. 58 millions supplémentaires sont prévus suite à une introduction en bourse. Les investisseurs sont des millionnaires d’Angleterre mais aussi des pays du Golfe où l’expérience de banque islamique a déjà fait ses preuves.

Son siège est à Birmingham, le quartier islamique de Londres, sous la direction de M. Abdul Rahman Abdul Malik, ancien directeur de la banque islamique d’Abu Dhabi. Un conseil de trois cheikhs veille à l’adéquation des transactions de l’établissement avec les normes islamiques annoncées.

Cinq agences sont programmées depuis le mois d’août. La première qui vient d’ouvrir est située sur la Edgware Road à Londres. Les agences à venir, prévues avant la fin de l’année, seront à Manchester, Leeds, Bradford et Glasgow. Le marché anglais est estimé à 2,5 millions de Musulmans auxquels s’ajoutent les centaines de milliers de visiteurs des pays du Golfe qui séjournent chaque année dans le pays. Mais la banque ne cache pas ses intentions européennes. Un marché qui touche un public estimé à plus de 15 millions de personnes. Le défi socio-commercial sera de séduire la clientèle non musulmane. C’est alors que la IBB jouera son rôle d’institut bancaire classique avec l’éthique musulmane en plus.



Le Système Financier Islamique

Le principe général de la banque islamique est de s’engager à partager à la fois les profits et les pertes de ses clients. Contrairement à certaines idées, ce système existe au sein des communautés musulmanes depuis le moyen âge. Il a fait l’objet de nombreuses études universitaires sous la dénomination de SFI, Système Financier Islamique depuis les années 80. Néanmoins ces institutions bancaires ne représentent qu’un des aspects du SFI. Car ce système ' englobe aussi la formation du capital, les marchés des capitaux et l’intermédiation financière sous toutes ses formes '. Il s’agit, en somme, de traduire, dans l’univers de l’économie et des finances, le système de valeurs auquel se fient les Musulmans dans les aspects de leur vie quotidienne.

Selon cette approche, l’objectif clé du SFI est de promouvoir, dans le contexte économique actuel, un ensemble de produits financiers qui exclue la pratique de la Riba, l’intérêt usuraire blâmé par le Coran. L’accent est alors mis sur le partage des pertes, des risques tout comme des bénéfices entre les investisseurs et les acteurs d’un projet. La valeur du travail se trouve ainsi rehaussée. La thésaurisation étant interdite, l’investissement de l’argent est recommandé. Dans l’esprit, les instruments financiers du SFI sont difficilement comparables aux usages des banques classiques. Mais sur un plan technique, leur rapprochement n’est pas dénué de sens.



Des outils financiers basés sur l’éthique

Un client présente un dossier de crédit ordinaire. La banque accepte de fournir une partie des capitaux propres et du fond de roulement nécessaire. En cas de profits, ils sont partagés entre le client et la banque selon un ratio convenu au départ. En cas de pertes, elles sont partagées selon le degré de participation de chaque parti au capital. Ce mode de financement est appelé Moucharaka. Il convient au projet à long et moyen termes.

La Moudaraba est un mode de financement comparable à ce qui se fait dans les sociétés d’investissement. La banque peut fournir la totalité des capitaux requis pour le projet que présente un client. Ce dernier n’apporte alors que ses compétences et sa capacité de gérer le projet. Les profits sont partagés par les deux partis selon un taux préfixé. Les pertes sont entièrement supportées par la banque. Le client perd néanmoins la valeur du travail qu’il a fourni durant l’exercice de son projet.

Le système de l’Ijar est facilement assimilable à un système de location ou de crédit-bail. Il convient au financement de véhicules, machines, etc. La banque prend l’engagement d’acheter les équipements ou les bâtiments dont le client a besoin pour son projet. Elle les met à sa disposition moyennant un loyer direct durant une période de temps déterminée. Le système peut être amélioré dans certains cas où le client prend l’option de devenir propriétaire du matériel au terme de la période de location. On parle alors de Ijar wa Iktina . Dans ce cas, le client ouvre un compte d’épargne où il verse régulièrement un certain montant. Par la suite, le ré-investissement du capital accumulé travaille en sa faveur et lui permet d’amortir le coût de la location de départ. Un versement d’acompte peut intervenir dans certains cas.

Pour les financements à court terme, le SFI propose généralement le Mourabaha. La banque s’engage à fournir des biens selon un contrat de gré à gré prévoyant la revente au client avec une marge bénéficiaire fixée d’avance. Ce qui évite au client de souscrire un emprunt avec intérêts, comme dans une banque classique. Ce mode de financement est de loin le plus pratiqué dans les banques islamiques déjà existantes à travers le monde.

Il existe aussi le Baïmouwajal, un système de financement de projet où la banque permet un paiement différé. Les frais de ce crédit sont aussi fixés d’avance.

Autant de possibilités de financements désormais à la portée des entrepreneurs londoniens. De quoi donner des idées aux entrepreneurs d'autres pays d'Europe.




Contacter la IBB

Pour en savoir plus sur la IBB et le système bancaire international, voir le site de la banque.

Ceux qui souhaitent contacter la banque, peuvent joindre le service clients au numéro: 0845 6060 786 du lundi au vendredi de 8 heures à 20 heures. Le samedi de 9 heures à 17 heures. A partir de la France, le numéro est précédé de l'indicatif 0044

Par lettre, on peut aussi joindre le service client à l'adresse:

Customer Services Centre
Islamic Bank of Britain plc
Edgbaston House
3 Duchess Place
Hagley Road
Birmingham
B16 8NH

Les fax sont reçus aux 44 (0)121 452 7205

Le service s'engage à répondre au courrier dans un délai de 48 heures!



    j'espère que tout ceci répondra amplement à tes questions ma
   chère  :)) salama93  :) et comme l'a signalé notre :))) admin
   il n'y a pour l'instant pas de banques islamiques en France,
   j'avais pas fait attention que tu en faisais mention dans message :-\
   qu' :allah vous garde et vous protége  :amine

                                        :salam4




            


Titre: Re : Faire un crédit pour une maison/appartement: illicite ou licite?
Posté par: salama93 le Mars 30, 2009, 11:08:58
 :salam4

 :baraka3 pour ta réponse ma soeur Zahiya.

Je disais qu'il y avait une banque musulmane à Paris parce que je sais qu'il y a une banque charbi marocaine et par conséquent comme elle est marocaine je pensais qu'elle était islamique.

 :baraka3 pour ces expliquations

Que Dieu Te préserves ma soeur Zahiya ainsi que toi mon frère admin

 :salam4


Titre: Re : Faire un crédit pour une maison/appartement: illicite ou licite?
Posté par: convertie38 le Mars 30, 2009, 11:23:49
                                           :salam4

 :bismiallah

        wa fik baraka allahoû ma chère  :)) salama93
             amine pour ta dou'a  :) qu' :allah te préserve
           également et te protége  :amine

                                            :salam4


Titre: Re : Faire un crédit pour une maison/appartement: illicite ou licite?
Posté par: ♥ Moujahida ♥ le Mars 30, 2009, 13:09:42
 :salam mes frères et mes soeurs!

Tout d'abord je tiens à remercier la soeur pour ses recherches,  :baraka et qu' :allah te récompense,  :amine

La Banque islamique anglaise ne prête, si je ne me trompe pas, qu'aux résidents anglais! Eh oui dommage!

Pour ce qui est du premier article, je ne suis pas d'accord avec le fait d'assimiler l'accession à la propriété pour un musulman dans un pays non-musulman comme un besoin vital. On peut toujours vivre en location, même si c'est cher. Le verset d'  :allah est clair!

Je pense que nous sommes nombreux à rêver d'avoir une maison ou un appartement à nous; mais à quoi sert d'avoir une maison ici si c'est pour l'acheter par la même occasion en Enfer?

Allaho ahlem, c'est juste mon opinion. Il faut seulement que la communauté se mette d'accord une bonne fois pour toute, que nos savants donnent plus d'exemples concrets pour que les divergences cessent et que la voie du doute et de Seitan soit ainsi barrée.

Je trouve toujours que les fatwas ne sont pas claires, il est très souvent possible de les annuler par une autre et c'est ce qui nous porte préjudice.

 :salam4


Titre: Re : Faire un crédit pour une maison/appartement: illicite ou licite?
Posté par: convertie38 le Mars 30, 2009, 13:27:32
                                         :salam4

 :bismiallah

                Je t'en prie ma chère  :)) muslimah  :) c'est tout à fait
             normal, on est ici pour s'entraider entre nous  :) ;)
              Il est vrai qu'il y a bien souvent divergences entre savants,
              et malheureusement nous restons parfois dans une impasse,
              on ne sait pas quels avis prendre plus en compte que d'autres,etc...
                Mais justement cela nous montre que l'on est là tous et
               toutes pour avancer de mieux en mieux dans le dine, et
               nous prouve que même entre savants leurs avis divergent.
              Donc continuons à avancer progressivement vers le chemin
               du succès  :inchallah
                 qu' :allah vous accorde une belle part ici-bas ainsi que
               dans l'au-delà  :amine

                                         :salam4


Titre: Re : Faire un crédit pour une maison/appartement: illicite ou licite?
Posté par: sakina69 le Mars 30, 2009, 14:30:36
barallah oufikoum pour ces réponses complétes.........


Titre: Re : Faire un crédit pour une maison/appartement: illicite ou licite?
Posté par: convertie38 le Mars 30, 2009, 15:36:33
                                                    :salam4

 :bismiallah

                   wa fik baraka allahoû ma chère  :)) sakina69  :)
               j'espère que tout ceci aura répondu amplement à ta
              question  :)
                qu' :allah vous protége et vous préserve  :amine

                                                    :salam4


Titre: Re : Faire un crédit pour une maison/appartement: illicite ou licite?
Posté par: abla le Avril 03, 2009, 10:09:32
je viens de découvrire ce site il y a qq jour, tout ce que je peux dire est  :hamd2
 :baraka2
meci beaucoup


Titre: Re : Faire un crédit pour une maison/appartement: illicite ou licite?
Posté par: ines67 le Avril 03, 2009, 11:10:06
 :salam4  soeur Abla,tu peut me dire de qu'elle site il sagit?  :baraka  :salam


Titre: Re : Faire un crédit pour une maison/appartement: illicite ou licite?
Posté par: abla le Avril 03, 2009, 13:56:27
 :salam3
ines , je parle de ce forum sur ce même site :P.
 j'avait bcp de questionnements avant, surtout que la seule source de mes connaissances sur la religion venait de mes parents en plus des éducations trés basiques à l'école primaire.
ici, je peux avoir des réponses juste à mes incertitudes, afin de changer mes habitudes isuue des fois des traditions et non pas de la religion.
je marche vers dieu ainsi il me guidera vers le droit chemin. :baraka2


Titre: Re : Faire un crédit pour une maison/appartement: illicite ou licite?
Posté par: mimoune71 le Juillet 30, 2009, 16:23:01
 :salam mes  :))) et mes  :)).voila mon mari et moi voulon faire un credi pour pouvoir acheté une maison car notre famille s'agrandi  :inchallah et jaurai voulau savoir si cele etai hallam ou pa. :baraka3
 :salam4


Titre: Re : Faire un crédit pour une maison/appartement: illicite ou licite?
Posté par: mimoune71 le Juillet 31, 2009, 10:19:37
 :salam bon toujour pa d reponse j'espere que quel qun poura m'eclairer sur sur sujet. :inchallah                                 
               :baraka3
 :salam4


Titre: Re : Faire un crédit pour une maison/appartement: illicite ou licite?
Posté par: Assya le Juillet 31, 2009, 12:08:24
Salem


Alors si c'est un credit sans intérets oui cela est autorisé, mais si cela venait a contenir des intérets(riba) alors non c'est haram .


Titre: Re : Faire un crédit pour une maison/appartement: illicite ou licite?
Posté par: Chérinne le Juillet 31, 2009, 14:01:45
:salam3  à tous !

Ma Chère Sœur Assya, peux-tu apporter les sources de tes dires !

 :baraka

 :salam3


Titre: Re : Faire un crédit pour une maison/appartement: illicite ou licite?
Posté par: isa67 le Juillet 31, 2009, 14:01:45
 :bismiallah
  :salam mes  :))

Pour faire un crédit sans intéréts je crois que tu peux oublier cela .Je ne verais pas quelle banque ferais cela .Si une personne connais une banque sans interet j'en serais tres ravi surtout en europe .

  :salam4

Qu'Allah nous guide tous dans le droit chemin 

   


Titre: Re : Faire un crédit pour une maison/appartement: illicite ou licite?
Posté par: mimoune71 le Juillet 31, 2009, 15:38:54
 :salam oui sa sera bien d'apporté des source a c que vous dite svp..
mai alor sinon on pourra jamai acheté de maison ou autre???
 :baraka3

 :salam4


Titre: Re : Faire un crédit pour une maison/appartement: illicite ou licite?
Posté par: labellavita le Juillet 31, 2009, 17:07:52
:salam3  à tous !

Ma Chère Sœur Assya, peux-tu apporter les sources de tes dires !

 :baraka

 :salam3

 :bismiallah

 :salam

StP Oukhty Assyya Merci  :))

 :salam4


Titre: Re : Faire un crédit pour une maison/appartement: illicite ou licite?
Posté par: inconnu74 le Juillet 31, 2009, 18:26:53
 :salam4

 :bismiallah

La réponse sur l'interdiction de pratiquer l'intérêt usuraire (al-Riba') se trouve dans le Coran.

Allah (swt) a dit:

<< Ô les croyants ! Craignez Allah ; et renoncez au reliquat de l'intérêt usuraire, si vous êtes croyants * Et si vous le faites pas, alors recevez l'annonce d'une guerre de la part d'Allah et de son Messager. Et si vous vous repentez, vous aurez vos capitaux. Vous êtes croyants >>
(Le Coran, 2 : 278-279)

Il (swt) a dit:

<< Ceux qui mangent [pratiquent] de l'intérêt usuraire ne se tiennent (au Jour du Jugement Dernier) que comme se tient celui que le toucher de satan a boulversé. Cela parce qu'ils disent : < Le commerce est tout à fait comme l'intérêt.> Alors qu'Allah a rendu licite le commerce, et illicite l'intérêt. Celui donc, qui cesse dès que lui est venue une exhortation de son seigneur, peut conserver ce qu'il a acquis auparavant ; et son affaire dépend d'Allah. Mais quiconque récidive... alors les voilà les gens du Feu ! Ils y demeureront éternellement >>
(Le Coran, 2 : 275)

on trouve aussi des réponses dans les hadiths:

Le Prophéte  :saws a dit :

<Eloignez-vous des sept périls (al-Mubiqât)> Ils dirent < quels sont ces périls ?  Ô Messager d'Allah ! >

Il dit  :saws:

<< Le polythéisme, la sorcellerie, le meurtre, l'intérêt usuraire, manger les biens de l'orphelin, la fuite lors de l'affrontement (intense) lors d'un combat et accuser une femme pieuse et croyante.>>
(Rapporté par Al-Bukhâri et Muslim)


Le Prophéte  :saws a dit :

<< Allah maudit celui qui mange l'intérêt usuraire et celui qui le fait manger.>>
(Rapporté par Muslim n°1597)

Le Messager d'Allah  :saws a dit:

<< Celui qui mange l'intérêt usuraire, celui qui le fait manger et ceux qui écrivent l'acte s'ils savent, ceux là seront maudit par Muhammad  :saws le Jour de la Résurrection.>>
(Rapporté par Al-Nasâ'î)

et biensur Allah ou ahlam.




Titre: Re : Faire un crédit pour une maison/appartement: illicite ou licite?
Posté par: salama93 le Juillet 31, 2009, 18:29:20
 :salam4

Les avis des savants sur les crédits pour la maison divergent.

Certains disent que c'est interdit le crédit sauf si c'est une question de vie ou de mort et d'autres disent que c'est autorisée pour une maison.
Il y a un imam qui m'a dit que c'était autorisé car l'islam est une religion de facilité et que toute interdit à un équivalent mais en France on ne peut trouver d'équivalent car ici toutes les banques pratiques l'intérêt donc puisqu'il n'y a pas d'autres solution c'est autorisé.

Personnellement, j'éviterai de faire un crédit mais c'est à toi de voir selon tes besoins sauf si on te confirme que cela est interdit.

Qu' :allah te guide  :amine

 :salam4


Titre: Re : Faire un crédit pour une maison/appartement: illicite ou licite?
Posté par: ibn al quaim le Août 01, 2009, 21:10:38


 :salam3


Acheter une maison payée par mensualités avec l'entremise de la banque
Après le décès de mon père, je suis devenue responsable de mes frères. Nous habitions dans une maison louée. La propriétaire veut reprendre sa maison et en expulser les locataires. J'ai décidé de leur acheter une maison grâce à un prêt bancaire remboursable par mensualités. La banque n'est pas islamique et il n' y a pas de banque islamique chez nous. L'opération est elle interdite parce qu'usurière?


Louanges à Allah

Premièrement, l'achat de biens par l'intermédiaire de la banque revêt deux formes. La première limite le rôle de la banque au financement. Elle prête au client le prix du bien à acquérir ou paye à sa place et perçoit en retour le montant du prêt assorti d'intérêts. Si, par exemple, le bien coûte 1000, la banque perçoit 1200 par mensualités. Cette forme est interdite. Car elle implique un prêt assorti d'un intérêt. C'est l'usure. La deuxième forme consiste à ce que la banque achète directement le bien et le revend au client à un prix supérieur au prix d'acquisition mais à payer à terme. Cette forme ne fait l'objet d'aucun inconvénient. C'est ce qu'on appelle « vente au profit de celui qui a fait commander le bien» La banque ne peut conclure la vente avec le client qu'après avoir acheté le bien. Car il est certainement interdit (en islam) de vendre ce que l'on ne possède pas encore. La banque peut exiger du client une promesse d'achat à exécuter après la réception de l'objet. Mais cette promesse ne lie pas le client. Cela étant, si la banque veut acheter la maison pour la revendre par mensualités, cela ne fait l'objet d'aucun inconvénient. Si, au lieu de l'acheter, elle veut vous donner le prix ou payer à votre place et récupérer le montant en plus d'un intérêt, voilà l'usure. Vous n'êtes pas sans savoir la grave menace dont elle fait l'objet.

Deuxièmement, le besoin de vos frères d'acquérir un logement, comme vous le dites, ne constitue pas une contrainte justifiant l'acceptation de l'usure. Car on peut recourir à la location.

 

Allah le sait mieux.



Islam Q&A





Titre: Re : Faire un crédit pour une maison/appartement: illicite ou licite?
Posté par: Yacine692009 le Août 21, 2009, 13:27:59
Salamou aleykoum,

étant donné que le "fruit de l'usure", qui est formellement interdit, ne revient pas à l'emprunteur mais à la banque qui fournit l'emprunt j'ai du mal à comprendre où se situe la faute de celui qui veut emprunter, dans ce cas là il ne me semble être que la victime d'un système non musulman dans lequel il évolue malgré lui... Non ?
Qui a les moyens aujourd'hui d'acheter une maison ou un appartement "comptant" ? Cela nous condamnerait à ne rien posséder en terme de patrimoine immobilier et donc de ne rien laisser à nos futurs héritiers, notion qui j'avais cru comprendre semble fort importante dans notre religion... Qu'en penser ?


Titre: Re : Faire un crédit pour une maison/appartement: illicite ou licite?
Posté par: Fatiima le Novembre 19, 2009, 12:26:41
 :bismiallah

 :salam4

N'avez vous pas peur d' :allah. Je ne comprends pas. La divergence des savants ce fait sur quelque chose qui n'est pas claire. Comment peut on revenir sur des versets de Coran sous pretexte de vouloir du confort.

Je suis désolé mais en France, on est pas dehors. Il y a la location qui existe, des hlms ect.... La nécessité, c'est la vie ou la mort. Le faite d'être propriétaire est un luxe pas une necessité.

Ayez peur d' :allah car l'usure est haram à moins d'être dans la necessite et ce n'est pas parce que vous n'ave pas 100 m2 pour vivre que vous êtes dans la necessité  :soubhanAllah


Réflechissez bien et vous avez les dalils qui vous disent que c'est haram. Les fatwas autorisant ceci sont très claires : la nécessité et pas le confort ou le faite de payer un loyer à un mécréant car vous n'êtes pas dans un pays musulmans.

 :baraka2

 :salam4


Titre: Re : Faire un crédit pour une maison/appartement: illicite ou licite?
Posté par: besoininfo le Décembre 30, 2009, 11:09:26
Salam alaykoum.
Je suis nouveau sur ce forum et je suis tombé par hasard sur celui-ci car j'avais les mêmes interrogations que certains membres de ce site.
En effet je me suis aussi posé la question sur le crédit pour un musulman. Est ce licite ou pas ?

En lisant tout l'historique de cette discussion j'ai été très réceptif aux interventions de Fatiima et de Zahiya.
C'est pour cette raison que j'aimerai que vous soyez plus clair en donnant un avis définitif sur ce sujet si cela vous est possible bien sûr.

Car si je récapitule tout ce qui a été dit sur le sujet et si je vous ai bien compris cela voudrait dire que:

1/Le crédit pour l'achat d'une maison et/ou un appartement est haram.
2/Que par le même raisonnement les 50 % de français qui sont devenus propriétaires en France l'ont fait de manière ilicite aux regard d'Allah (bien qu'ils soient non musulmans) et que cela ne sert à rien à nous musulmans d'essayer de devenir propriétaires comme eux en utilisant les mêmes outils financiers qui sont à notre disposition et qu'il vaut mieux que l'on reste locataire si nous n'avons pas l'argent complètement pour acheter un patrimoine.
3/Et que par rapport à la dernière remarque de Fatiima que je cite.

"Réflechissez bien et vous avez les dalils qui vous disent que c'est haram. Les fatwas autorisant ceci sont très claires : la nécessité et pas le confort ou le faite de payer un loyer à un mécréant car vous n'êtes pas dans un pays musulmans."

cela peut être toléré car on paye un loyer très élevé à un propriétaire non musulman c'est bien ce que vous vouliez dire Fatiima ?
Donc dans ce cas c'est possible de faire un crédit avec intérêt ?

Merci de faire, si cela est possible, une réponse qui ne laisse pas de doute et/ou de choix possible suivants l'appréciation des uns et des autres.
Car j'ai du mal en effet à comprendre pourquoi si cela n'est pas autorisé par le saint coran il y a tant de débat la dessus.

Merci par avance.

Salam alaykoum



Titre: Re : Faire un crédit pour une maison/appartement: illicite ou licite?
Posté par: besoininfo le Janvier 10, 2010, 13:32:23
Salam alaykoum.
Je suis nouveau sur ce forum et je suis tombé par hasard sur celui-ci car j'avais les mêmes interrogations que certains membres de ce site.
En effet je me suis aussi posé la question sur le crédit pour un musulman. Est ce licite ou pas ?

En lisant tout l'historique de cette discussion j'ai été très réceptif aux interventions de Fatiima et de Zahiya.
C'est pour cette raison que j'aimerai que vous soyez plus clair en donnant un avis définitif sur ce sujet si cela vous est possible bien sûr.

Car si je récapitule tout ce qui a été dit sur le sujet et si je vous ai bien compris cela voudrait dire que:

1/Le crédit pour l'achat d'une maison et/ou un appartement est haram.
2/Que par le même raisonnement les 50 % de français qui sont devenus propriétaires en France l'ont fait de manière ilicite aux regard d'Allah (bien qu'ils soient non musulmans) et que cela ne sert à rien à nous musulmans d'essayer de devenir propriétaires comme eux en utilisant les mêmes outils financiers qui sont à notre disposition et qu'il vaut mieux que l'on reste locataire si nous n'avons pas l'argent complètement pour acheter un patrimoine.
3/Et que par rapport à la dernière remarque de Fatiima que je cite.

"Réflechissez bien et vous avez les dalils qui vous disent que c'est haram. Les fatwas autorisant ceci sont très claires : la nécessité et pas le confort ou le faite de payer un loyer à un mécréant car vous n'êtes pas dans un pays musulmans."

cela peut être toléré car on paye un loyer très élevé à un propriétaire non musulman c'est bien ce que vous vouliez dire Fatiima ?
Donc dans ce cas c'est possible de faire un crédit avec intérêt ?

Merci de faire, si cela est possible, une réponse qui ne laisse pas de doute et/ou de choix possible suivants l'appréciation des uns et des autres.
Car j'ai du mal en effet à comprendre pourquoi si cela n'est pas autorisé par le saint coran il y a tant de débat la dessus.

Merci par avance.

Salam alaykoum


Titre: Re : Faire un crédit pour une maison/appartement: illicite ou licite?
Posté par: oum aymen le Janvier 10, 2010, 20:51:53
 :salam4

Mes  :))) et  :)) sur des sujets délicats comme celui-ci adresser vous à des gens de science!!!!!!!!!!!!!!

C'est trop grave pour attendre une réponse à une question pareil sur un forum  :soubhanAllah.

Si vous avez besoin d'une opération cardiaque, iriez-vous voir un vétérinaire?

Attention de prendre le religion au sérieux et en ce qui concerne les fatwas elles sont valables au cas par cas et un petit détails peut faire changer la réponse du savant  :soubhanAllah.

Contacter au cas par cas des savants! ne jouez pas votre place au paradis  :soubhanAllah

 :salam4


Titre: Re : Faire un crédit pour une maison/appartement: illicite ou licite?
Posté par: fathéma le Juin 03, 2012, 21:54:20
 :salam3

 :soubhanAllah  :baraka2

 :salam4


Titre: Re : Faire un crédit pour une maison/appartement: illicite ou licite?
Posté par: nad13 le Juin 04, 2012, 08:02:28
 :salam4 mes  :))) et  :))

Voici une vidéos qui est très claire avec des preuves tirés du coran & de la sunna!!

 :inchallah que tu trouveras tes réponse à tes questions!!


http://www.youtube.com/watch?v=b-qv-YMfxs8

 :baraka2

 :salam


Titre: Re : Faire un crédit pour une maison/appartement: illicite ou licite?
Posté par: Musc_88 le Février 08, 2014, 09:11:23
:salam3

:machallah :baraka2 mes chères soeurs pour vos réponses  :allahakbar

 :hamd :hamd :hamd :hamd :hamd :hamd

 :salam4