Forum de la Grande Mosquee de Lyon
Nouvelles: Téléchargez sans plus attendre la GML tool, la barre d'outils 100% islamique, 100% Grande Mosquée de Lyon !!
 
*
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Charte du Forum  
Favoris  
Coran 
GML TV
connectez vous !

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session


Pages: [1]
  Ajouter aux favoris  |  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: insemination artificielle  (Lu 14713 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
khanaj13
Nouveau membre
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Âge: N/A
Localisation: france
Messages: 3



Voir le profil
« le: Avril 11, 2008, 18:42:21 »
Share   Modifier le messageModifier

 bismillah  Salam Alaykoum chere soeur et frere voila j'ai une question consernent l'insémination artificielle je voulais savoir est ce que c'est harem ou halal car mon gynécologue me dit que c'est la seul solution de tomber enceinte et LAH OUHAHLAM car seul allah sait, : j'aimerais vraiment avoir une reponse tres clair svp  baraka
 Salam Alaykoum
« Dernière édition: Avril 12, 2008, 00:25:40 par Faty » Journalisée
Fatiima
Membre très actif
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Âge: 38
Localisation: 78
Messages: 1303


Mon Voile, Mon Choix, Ma Liberté


Voir le profil
« Répondre #1 le: Avril 12, 2008, 00:24:30 »
Share   Modifier le messageModifier

 bismillah

 Salam Alaykoum ma  Sourire Mouslima

Concernant ta question, voilà ce que j'ai pu trouver en espérant t'aider ma  Sourire Mouslima

La fécondation in-vitro.
   
Proposé par Mouhammad Patel le Mardi, 28 Août 2001

Le jardin intime (Réservé aux adultes). Question : La fécondation in vitro est-elle permise en Islam ?



Réponse : Avec les progrès réalisés par la science, il est devenu possible, depuis maintenant plus d'une vingtaine d'années, de réaliser en laboratoire une fécondation entre un ovule et une suspension de spermatozoïdes et de réimplanter ensuite dans l'utérus l'œuf fécondé afin que se poursuit le développement de l'embryon. Cette méthode de fécondation a ainsi redonné de l'espoir à de nombreux couples qui ne pouvaient avoir d'enfants. La question qui se pose maintenant est de savoir la position de l'Islam par rapport à ce genre de manipulations médicales. Sur ce point, les avis divergent entre les savants (il est à noter que ces divergences concernent également la fécondation "in vivo", c'est à dire l'insémination artificielle) :

- Pour certains, parmi lesquels Moufti Nîzâm oud Dîn de l'Inde, ce procédé n'est pas permis, car allant à l'encontre du processus naturel de fécondation. De même, son application nécessite l'exposition des parties privées de la femme en présence du médecin qui pratiquera l'insémination; ce qui est totalement prohibé.

- Pour un second groupe de savants, ce genre de question relevant du cadre de la nécessité, et celle-ci pouvant varier suivant les cas, il ne peut être question de donner à ce sujet une "Fatwa" de portée générale. Ceux qui sont confrontés à ce besoin se doivent d'exposer leur situation à un savant compétent, qui se pourra alors les conseiller par rapport à leur cas précis.

- Certains autres savants autorisent l'insémination artificielle, mais interdisent la fécondation in vitro.

- Pour d'autres savants enfin, le caractère licite ou illicite de la fécondation artificielle dépend de l'origine des éléments qui sont fécondés. Si l'ovule et les spermatozoïdes proviennent d'une femme et d'un homme étrangers l'un par rapport l'autre, c'est à dire qu'ils ne sont pas unis par les liens du mariage, la fécondation artificielle est strictement interdite. Dans ce cas, celle-ci est comparé à un acte "Zinâ" (fornication), car le résultat produit est le même: en effet, dans les deux situations, il y a atteinte à la filiation ("nasab"), dont le respect et la protection est un des principes fondamentaux qui orientent la réglementation religieuse en Islam. Par contre si l'ovule et les spermatozoïdes proviennent de l'épouse et de l'époux, dans ce cas la fécondation in vitro est considérée comme étant licite sous certaines conditions, qui vont être évoquées par la suite. Cette permission repose essentiellement sur l'argument suivant:

La fécondation artificielle n'est rien d'autre qu'une forme de "traitement" ('tadâwy) motivé par le besoin ("hâdjah") de procréer, et ce, afin de palier aux problèmes d'ascension du spermatozoïde dans l'utérus ou encore, afin de résoudre un éventuel problème de migration de l'ovule, qui fait que la fécondation naturelle n'est pas possible.

Néanmoins, comme évoqué plus haut, cette permission est conditionné par un certain nombre d'éléments:

1- Etant donné que, durant ce processus, la femme va être amenée à dénuder devant le médecin certaines parties de son corps qu'il est obligatoire de dissimuler (faisant partie de la "awrah") , il est indispensable qu'elle veille à ne découvrir que le minimum nécessaire.1

2- Le transfert de l'embryon dans l'utérus de la femme devra être réalisé par une femme médecin. C'est uniquement dans le cas où cela n'est vraiment pas possible que le recours à un homme médecin sera envisagé.

3- Le surplus de liquide séminal récolté devra être éliminé.

4- La fécondation artificielle doit se faire avec l'accord de l'époux.

5- Toutes les précautions possibles doivent être prises afin éliminer le risque d'atteinte à la filiation, pouvant résulter d'une erreur de manipulation en laboratoire.

A ces cinq condition, de nombreux oulémas en ont rajouté une sixième: Il est nécessaire que le sperme de l'époux soit recueilli par un processus licite (coït interrompu, masturbation par l'épouse ou prélèvement direct des testicules).


Je rappelle que la position de ce groupe de savants est exactement la même en ce qui concerne l'insémination artificielle, qui consiste à placer par un moyen artificiel le sperme dans le col d'utérus de la femme: si le sperme provient du mari - on parle alors d'IAC - , cela sera permis (dans mêmes conditions que citées ci-dessus), tandis que si le sperme vient d'un donneur -IAD- cela sera strictement interdit.

En guise de conclusion, il convient de souligner qu'une résolution qui va dans le sens de l'avis adopté par ce dernier groupe de savants a été émise par l'Académie Islamique du Fiqh lors de la session qui s'est déroulée à Amman en 1986. Néanmoins, les trois directives supplémentaires suivantes ont été énoncées lors de la sixième session de cette même Académie, qui s'est déroulée à Djedda en 1990:

1- Lors de la fécondation artificielle, seuls le nombre nécessaire d'embryons devant être implantés seront formés, et ce, afin d'éviter de se retrouver avec des embryons supplémentaires risquant d'être conservés dans des banques pour servir à d'autres personnes.

2- Si jamais il arrive qu'il y ait quand même des embryons en surnombre, ils ne devront pas être conservés; ils seront laissés tels quels, jusqu'à ce qu'ils périssent naturellement.

3- Il est interdit d'implanter ces embryons en surnombre chez une autre femme. Toutes les précautions possibles doivent être prises pour éviter cela. 

(Réf: "Bouhoûth li ba'dhin nawâzil al fiqhiya al mou'âsirah", "Islâm awr djadîd medical masâïl", "Al fiqh oul islâmiy wa adillatouh", "Mounthakhab Nidhâm oul Fatâwa")

Wa Allâhou A'lam !

Et Dieu est Plus Savant !

1- Il est à noter que dans le cadre du traitement médical motivé par la nécessité, le fait de dénuder certaines parties du corps est unanimement autorisé en Islam, suivant le principe bien connu de "adh dharoûratou toubîhoul mahdhourât" ("la nécessité lève les interdits", ou "la nécessité fait loi"). On pourrait néanmoins se poser la question de savoir si cette règle pourrait être appliquée dans le cas de la fécondation artificielle, étant donné qu'on ne peut aisément parler ici de "situation de nécessité" (dharoûrah). A cette question, Cheikh Khâlid Sayfoullâh de l'Inde répond en substance que, s'il est exact que le recours à des méthodes de fécondations artificielles ne relève pas forcément de la nécessité, il n'en reste pas moins cependant que celui-ci est motivé par un besoin très fort, en l'occurrence le désir irrésistible d'avoir des enfants. Par ailleurs, le fait de ne pas avoir d'enfants peut entraîner des conséquences plus ou moins graves sur la condition physique et psychologique de la femme, et sur la nature même des relations entre les époux. Ce besoin de procréer atteint ainsi, chez certains, le degré de "hâdjah". Et on trouve dans les écrits de certains juristes anciens des permissions concernant le fait de découvrir une partie de sa "awrah" dans des cas qui relèvent du "hâdjah", et pas nécessairement de la nécessité absolue ("dharoûrah")...
 
   
     Salam Alaykoum
Journalisée

khanaj13
Nouveau membre
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Âge: N/A
Localisation: france
Messages: 3



Voir le profil
« Répondre #2 le: Avril 14, 2008, 14:48:33 »
Share   Modifier le messageModifier

 bismillah : Salam Alaykoum chere  Sourire Mouslima  tout d'abord  baraka2 pour m'avoir repondu je suis marier depuis bientot 3ans g fait tout les examan qu 'il fallait faire et tout c examen etait positive ainsi qe selui de mon mari d'apres les medecin il faut un iac mais la c mon marie qui et contre mais en ayant pas d'enfant c'est vraiment difficile pour notre couple mais  El Hamdoulilah  allah soubhanah qui decide en tout cas merci pour tes infos tres utile  MachAllah MachAllah :
 Salam Alaykoum
Journalisée
muslima.tayaba
Invité
« Répondre #3 le: Avril 14, 2008, 21:17:07 »
Share   Modifier le messageModifier

 bismillah  Salam Alaykoum ma  Sourire Mouslima

tu dit : "mais la c mon marie qui et contre mais en ayant pas d'enfant c'est vraiment difficile pour notre couple"

ma soeur ton marie et contre vous voulait pas plutot adopter des enfants puissent que vous ne pouvais pas  en avoir ?

 Salam Alaykoum  Sourire Mouslima
Journalisée
khanaj13
Nouveau membre
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Âge: N/A
Localisation: france
Messages: 3



Voir le profil
« Répondre #4 le: Avril 18, 2008, 20:25:57 »
Share   Modifier le messageModifier

 bismillah         Salam Alaykoum            chere soeur se que je voulais dire c est que mon mari prefere en quelque sorte que sa vienne naturellement et il a un doute il di que iac il c'est pas si c hallal ou haram.
CELA FAIT 2ANS QUE JE SUIS DES DIFERENT GYGY ET IL MON DIS QUE TOUT VAS BIEN TOUT LES EXAM QUE G FAITE AINSI QUE CELLE DE MON MARI SONT TRES BONNES; j'aimerais vous demander mes  Sourire Mouslima connaissez vous des douha a dire ou alors faire une rokya pour que allah nous facilite cette situation car sa nous pèse énormément mais  El Hamdoulilah   baraka2
Journalisée
Zawajitu-Lazhar
Nouveau membre
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Âge: 36
Localisation: MARSEILLE
Messages: 2



Voir le profil
« Répondre #5 le: Mai 09, 2012, 18:03:45 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum mes  Sourire Mouslima

Je viens d'apprendre que j'ai une ménopause avancée alors que je n'ai que 28ans Al hamdoulilah je suis maman d'un petit garçon de 4ans et j'aimerais avoir un second  InchAllah si  allah me le permet mais je viens d'apprendre cela et pour cette cause le docteur me demande ^^ de faire des analyses de sang à moi et mon époux et de faire une spermatiographie  afin de voir si dans le cas ou il me resterais quelques ovules de pouvoir procedée à la Fecondation In Vitro ^^ du coup ne sachant pas si cela est toleré en Islam j'ai pris quand même rendez vous ^^ et j'en profite de postée cela via le forum pour avoir des  preuves avec appuis si c'est autorisé ou prohibé ^^ car je ne voudrais pas encourir la colère d' allah en faisant une chose detestable ^^ les  Sourire Mouslima qui ont eue ce problème là comment l'avez vous pris???

Car j'accepte la volonté d' allah et si cela m'est interdit je m'abstiendrais ^^ de le faire  baraka2 de vos réponses
Journalisée
¤ Um-Tessnime ¤
Membre très actif
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Âge: 48
Localisation: 83
Messages: 5769


la hawla wa la qouwata illa bilah


Voir le profil
« Répondre #6 le: Mai 09, 2012, 18:25:19 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh  baraka ma soeur et soit la bienvenue parmi tes frères et soeurs  El Hamdoulilah dans ce chaleureux forum  MachAllah  baraka ma soeur mais j'ai regroupé ton fil ici car il traite le même sujet  MachAllah qu'allah swt te facilite et t'accorde une descendance pieuse  Amine  baraka  Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
Journalisée

al-tin
Membre très actif
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Localisation: france
Messages: 1245



Voir le profil
« Répondre #7 le: Mai 09, 2012, 18:54:06 »
Share   Modifier le messageModifier

Salam Alaykoum mes  Sourire Mouslima

Je viens d'apprendre que j'ai une ménopause avancée alors que je n'ai que 28ans Al hamdoulilah je suis maman d'un petit garçon de 4ans et j'aimerais avoir un second  InchAllah si  allah me le permet mais je viens d'apprendre cela et pour cette cause le docteur me demande ^^ de faire des analyses de sang à moi et mon époux et de faire une spermatiographie  afin de voir si dans le cas ou il me resterais quelques ovules de pouvoir procedée à la Fecondation In Vitro ^^ du coup ne sachant pas si cela est toleré en Islam j'ai pris quand même rendez vous ^^ et j'en profite de postée cela via le forum pour avoir des  preuves avec appuis si c'est autorisé ou prohibé ^^ car je ne voudrais pas encourir la colère d' allah en faisant une chose detestable ^^ les  Sourire Mouslima qui ont eue ce problème là comment l'avez vous pris???

Car j'accepte la volonté d' allah et si cela m'est interdit je m'abstiendrais ^^ de le faire  baraka2 de vos réponses


 Salam Alaykoum


Je vais citer un avis sans donner les preuves, mais celles-ci existent et sans doute que mes frères et soeurs les apporteront.
Il est autorisé de recourir à une insémination artificielle à partir du moment où il s'agit de tes ovules et des spermatozoïdes de ton époux.

Tu pourras lire ici même ou ailleurs des avis là-dessus, qu'Allah te facilite et préserve ta famille.
Journalisée

"Dieu nous a garanti ce bas-monde nous demandant d'oeuvrer pour l'au-delà.
Ah si seulement Il nous avait garanti l'au-delà, en nous ne demandant d'oeuvrer que pour ce bas-monde."
Un Connaissant.
khalid-yasin
Membre très actif
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Localisation: France
Messages: 2890



Voir le profil
« Répondre #8 le: Mai 09, 2012, 20:11:21 »
Share   Modifier le messageModifier

                                                                                      bismillah
                                     Salam Alaykoum
Je pense que çà pourras vous intéréssé  InchAllah !

Question :

L'islam autorise-t-il le recours aux techniques modernes d'assistance médicale à la procréation ? Un couple musulman peut-il, en cas d'infertilité, avoir recours à l'insémination artificielle ?

-
Réponse :

Plusieurs techniques existent, et il nous faut dire un mot sur elles avant de pouvoir répondre à votre question.

-
A) Procréation naturelle, et assistance médicale lors de cas d'infertilité :

Il faut tout d'abord rappeler qu'à l'origine d'un bébé se trouve la fécondation, c'est-à-dire la fusion d'un spermatozoïde (cellule sexuelle masculine) avec un ovule (cellule sexuelle féminine). La fécondation naturelle à lieu dans la trompe (qui se trouve dans le corps de la femme). C'est au moment de l'ovulation que l'ovule est émis par un des deux ovaires de la femme ; il passe ensuite dans la trompe située du même côté que l'ovaire. Quant aux spermatozoïdes, ils sont introduits par le biais d'un rapport sexuel puis sont conduits jusqu'aux trompes grâce à l'action de la glaire cervicale. Un seul spermatozoïde parvient à féconder l'ovule. L'embryon est né. Une fois fixé à la paroi de l'utérus, il devient un fœtus qui va se développer au cours des neuf mois de la grossesse avant de naître.
Les Assistances Médicales à la Procréation (AMP) entendent pallier à certains problèmes d'infertilité : manque de mobilité des spermatozoïdes, absence de glaire cervicale, etc. Les AMP consistent à reproduire en laboratoire la fécondation et les premières phases du développement embryonnaire.

Trois techniques principales sont proposées aujourd'hui :
1) L'Insémination Artificielle (IA) : cela se passe in vivo et consiste à introduire, à l'aide d'un instrument, des spermatozoïdes dans la cavité utérine le jour de l'ovulation. On procède, auparavant, à une "préparation" des spermatozoïdes et à une stimulation des ovaires (pour maîtriser et améliorer l'ovulation).
2) La Fécondation In Vitro (FIV) : cela se passe in vitro et consiste à mettre en contact, dans une boîte de culture, les spermatozoïdes et les ovules. Au bout de 48 heures, des embryons peuvent être obtenus, et ils sont alors replacés dans l'utérus (c'est le transfert), où ils pourront effectuer leur nidation.
3) L'Injection intra-cytoplasmique de spermatozoïdes (ICSI) : cette technique tente de remédier aux cas où les spermatozoïdes ne peuvent pas féconder spontanément l'ovule ; cela se passe in vitro et consiste à injecter directement un spermatozoïde dans l'ovule. Le transfert des embryons obtenus est ensuite identique à celui d'une FIV.
Dans les techniques 2) et 3), quand, après la fécondation en laboratoire, on transfère l'embryon obtenu dans l'utérus de la patiente, il arrive que la nidification de cet embryon échoue. Pour augmenter les chances de réussite, on a donc recours à deux choses :
– lorsqu'on procède à la fécondation, on multiplie le nombre d'embryons issus des gamètes de ce couple ;
– on a tendance à implanter plusieurs de ces embryons dans l'utérus de la patiente (de 1 à 4). Or, certes les chances de réussite de la nidification augmentent avec le nombre d'embryons transférés, mais les risques de grossesses multiples augmentent également parallèlement. Et il peut arriver que trois embryons ayant réussi leur nidification, on soit obligé d'en supprimer un (réduction embryonnaire).

Les techniques de l'AMP peuvent être mises en pratique selon deux formules :
a) avec un don de cellules (c'est ce que désigne la lettre "D" après "IA" dans "IAD" : "insémination artificielle avec sperme d'un donneur") ;
b) avec les cellules des deux conjoints exclusivement (c'est ce que désigne la lettre "C" après "IA" dans "IAC" : "insémination artificielle avec sperme du conjoint").

Quand vous avez compris ceci, voici ce que nous pourrons dire…

-
B) Le recours à l'une des techniques de l'AMP avec don :

Il arrive que la stérilité du couple soit due au fait que l'homme ne puisse pas produire du tout de spermatozoïdes, ou que la femme ne puisse pas du tout produire d'ovules. La médecine propose alors le recours au don de ces cellules (par exemple que l'ovule de la femme soit fécondé avec le sperme d'un donneur anonyme, puis que l'embryon produit soit implanté dans l'utérus de la femme ; c'est le don de sperme). L'éthique musulmane ne permet pas le recours aux techniques de procréation médicalement assistée avec des cellules autres que celles des conjoints eux-mêmes. Il n'y a donc pas possibilité d'avoir recours au don de sperme, ni à celui d'ovules, ni à celui d'embryons ; ni dans le cas où le donneur est anonyme, ni dans le cas où le donneur est connu. En effet, l'islam met l'emphase sur la protection de la filiation ("an-nassab"). C'est pourquoi il a institué le délai que doit attendre la femme divorcée avant de pouvoir se remarier : trois périodes menstruelles si la femme n'est pas enceinte et est réglée, l'accouchement si la femme est enceinte au moment du divorce : l'objectif (qasd) est d'éviter les situations de flou quant à la filiation. On ne peut pas déroger à ce principe.

-
C) Le recours à l'une des techniques de l'AMP avec les cellules des deux conjoints exclusivement :

Il arrive que la stérilité du couple soit due seulement à des causes mécaniques : défaut de mobilité des spermatozoïdes, anomalie de la sécrétion de la glaire cervicale chez la femme, obturation ou altération des trompes, etc. Est-il alors possible, pour pallier à ces difficultés mécaniques, d'avoir recours aux techniques de l'AMP avec les gamètes des deux conjoints exclusivement ?

En soi cela n'est pas interdit. Cependant, cinq objections sont parfois faites au sujet du recours à ces techniques qui pourraient laisser à penser qu'on ne peut pas y avoir recours. Mais des réponses ont été données par des juristes musulmans. Nous allons ci-après citer chacune de ces objections et la réponse qui y a été apportée.

"La fécondation ne se passe alors pas de la façon "naturelle"". Cela n'est cependant pas suffisant pour rendre un acte interdit. En effet, il s'agit du recours à une intervention entendant pallier des déficiences de l'organisme, ce qui ramène au principe de l'opération chirurgicale et de l'accouchement par césarienne. Ce qui compte c'est qu'aucun principe des sources ne soit transgressé.

"Le prélèvement du sperme du mari se fait par la masturbation ; or celle-ci est interdite". La règle concernant sa propre masturbation est en effet l'interdiction, et il faudra donc autant que possible avoir recours à une autre méthode : ce pourrait par exemple être l'épouse qui masturberait son mari. Si cela n'est pas possible (à cause de la configuration des lieux ou de la présence d'autres personnes, ou autre), on aura recours au prélèvement, effectué par le médecin, directement des testicules. Si cela non plus n'est pas possible, alors Khâlid Saïfullâh écrit que le mari lui-même pourra exceptionnellement recours à la masturbation, puisque cela est alors fait par nécessité ("hâja") (comme nous allons le voir dans le point suivant) (Islâm aur jadîd medical massâ'ïl, pp. 155-156).

"Dans certains cas (prélèvement à partir des testicules), le mari, et, dans tous les cas, la femme devront dévoiler leur nudité ('awra) au regard du médecin ; or cela est interdit". Il est en effet interdit de dévoiler une partie de son corps devant une personne par rapport à qui cette partie constitue une part de la 'awra. Les principes du droit musulman permettent cependant de dévoiler la partie strictement nécessaire pour une cause nécessaire, comme lors d'une opération chirurgicale nécessaire pour la santé du patient, etc. La question qui se pose ici est : le fait d'avoir un enfant constitue-t-il une cause de nécessité, de sorte que le patient puisse pour cette cause, déroger à la règle concernant la nudité ? Khâlid Saïfullâh pense que si cela n'atteint pas le degré de nécessité absolue ("dharûra"), cela atteint dans certains cas chez certaines femmes le degré de nécessité ("hâja"), quand le désir de maternité est très fort. Or, souligne Khâlid Saïfullâh, des textes de la jurisprudence musulmane (des siècles passés) ont permis le recours à des techniques de traitement qui comportent le fait de dévoiler une partie de sa nudité devant le médecin pour des raisons qui ne dépassent, elles non plus, pas le degré de "hâja". Si la stérilité est telle qu'on peut pallier aux causes qui la provoquent par une l'AMP, alors ce sera d'après Saïfullâh, un recours à la dérogation à la règle pour une nécessité reconnue comme telle ("istislâh") (Islâm aur jadîd medical massâ'ïl, pp. 156-160).
Autant que possible on aura cependant recours au dévoilement le moins grave ("akhaff") : si une femme médecin pratique l'AMP, la femme qui a recours à l'AMP aura recours aux services de cette médecin, car ce sera "akhaff". Si cela n'est pas possible, alors seulement en dernier recours elle aura recours aux services d'un homme médecin.

"Il y a le risque de devoir supprimer un embryon si plusieurs d'entre eux ont réussi leur nidification". Certes, un couple musulman ne peut pas faire supprimer un embryon qui a réussi sa nidification dans l'utérus de la femme, car cela s'apparente à un avortement, qui n'est autorisé que dans des cas de force majeure (cliquez ici pour voir lesquelles). Cependant, il faut savoir que le choix du nombre d'embryons à implanter se fait au cas par cas, afin justement d'éviter les risques de grossesses multiples. Le couple musulman qui a recours à une FIV ou à une ICSI ne doit donc pas hésiter à dire clairement au médecin qu'étant donné qu'il ne veut pas faire supprimer un embryon ayant réussi sa nidification, il ne souhaite pas en courir le risque et il ne souhaite donc pas se faire implanter plus qu'un ou deux embryons (cela dépend également de l'âge de la patiente, de la qualité des embryons...).

"Des embryons du couple, produits en surnombre, demeurent dans des banques, laissés à un sort inconnu". Il est vrai que les embryons non utilisés sont congelés – on parle d'embryons surnuméraires – ; or cela pose un vrai problème éthique, car ses géniteurs ne savent pas ce qu'il adviendra d'eux bien qu'il s'agisse d'êtres humains potentiels. Cependant le problème peut en fait être évité à sa racine, comme les juristes musulmans le disent, en évitant justement de donner naissance à un nombre d'embryons supérieur à celui qui va être implanté (Al-Fiqh ul-islâmî wa adillatuh, tome 7 p. 5181). Et au cas où, malgré tout, ont été formés des embryons en surnombre par rapport aux besoins du couple, il ne faut pas les congeler ; il ne faut pas non plus faire un acte pour les détruire ; il faut les laisser sans soin jusqu'à ce qu'ils s'éteignent de façon naturelle (Al-Fiqh ul-islâmî wa adillatuh, tome 7 p. 5181).

-
D) Le recours aux mères porteuses :

Le fait de donner naissance in vitro à un embryon issu exclusivement des cellules d'un couple donné, mais ensuite de l'implanter non pas dans l'utérus de la femme dont est issu l'ovule mais dans celui d'une autre femme, est-ce permis au regard des principes de l'islam ?

Non, répond al-Qardhâwî, même si cette "mère porteuse" est la co-épouse de la femme qui a fourni l'ovule (toutes deux étant mariées à un même homme, comme cela est possible dans les pays où la polygamie est pratiquée). Non, car être mère ce n'est pas seulement être la femme qui a fourni l'ovule qui a été fécondé ; être mère ce n'est pas non plus seulement avoir porté en son être le bébé pendant neuf mois avant de le mettre au monde. Etre la maman d'un bébé, c'est avoir fait ces deux choses. Or le recours aux mères porteuses fait que ces fonctions sont dissociées, on ne sait plus alors très bien qui est la maman, avec tous les risques de litiges que cela peut entraîner entre les deux femmes à propos de l'enfant et les répercussions sur l'enfant (Fatâwâ mu'âssira, tome 3 p. 513, tome 1 pp. 567-574).

-
Synthèse de la réponse :

Un couple musulman ne peut pas avoir recours aux techniques d'insémination avec don. Il ne peut non plus avoir recours aux "mères porteuses".

En revanche, il peut avoir recours aux techniques d'assistance médicale à la procréation, à la condition première que les spermatozoïdes et ovules soient ceux de ses deux composants exclusivement, et à la condition seconde que les autres principes évoqués en B ci-dessus soient respectés (éviter le surnombre d'embryons, avoir recours à la solution la moins grave pour la question de la nudité, du prélèvement du sperme, etc.).

Wallâhu A'lam (Dieu sait mieux).

                                                          Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
Journalisée
coccinelle-80
Nouveau membre
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Âge: 46
Localisation: polynesie française
Messages: 11



Voir le profil
« Répondre #9 le: Mai 23, 2012, 21:37:29 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
j ai subi une fiv en nouvel zeland qui a fonctionnè Soubhan' Allah
il y a plusieurs chose et acte a respecter pour pouvoir le faire,j ai eu une petite fille,aujourd hui elle a 2 mois Soubhan' Allah
j en avait fais 2 en france et sa n avait pas reussi
Journalisée
anissa6903
Nouveau membre
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Âge: N/A
Localisation: lyon
Messages: 2



Voir le profil
« Répondre #10 le: Mai 28, 2012, 14:50:37 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
J'ai plusieurs question à poser en ce qui concerne les fausses couches spontannées, allah nous envoi cette épreuve macha'allah et c'est à l'être humain de l'accepter el hamdoulilah, pour ma part je l'ai vécu comme une punition venant d'allah et j'ai mis du temp à me dire que c'était une épreuve.
Mais je témoigne pour mes soeurs qui feraient l'érreur de penser comme moi.
Je voudrais savoir maintenant s'il est autorisé de soigner la fertilitée?? aller voir des médecins pour prendre des traitements, avoir recour à des technique de "procréation assisté"? Besoin de lumière et d'aide à ce sujet  baraka2
à bientot  InchAllah
Journalisée
Um_Nour
Membre très actif
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Localisation: Saint-Etienne
Messages: 7339


La hawla wala quwata illa bilah


Voir le profil
« Répondre #11 le: Mai 28, 2012, 14:53:51 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum


Ma soeur, j'ai regroupé ton message avec ce fil, car juste un peu plus haut,  El Hamdoulilah tu as un début de réponse à ta question.

Qu'Allah te guide et te falicite.


 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
Journalisée

Rabbanâ âtinâ fi d-dunyâ hassanatan w-wa fî-l-âkhirati hasanatan w-waqinâ 'adhâba n-nâr
al-tin
Membre très actif
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Localisation: france
Messages: 1245



Voir le profil
« Répondre #12 le: Mai 28, 2012, 15:31:04 »
Share   Modifier le messageModifier

Salam Alaykoum



Qu'Allah t'assiste dans cette épreuve.

Effectivement, il y a des épreuves dans la vie qui sont plus difficiles que d'autres, et parmi ses épreuves difficile celle que tu viens d'exposer. Mais Allah donne la Vie et Il donne la Mort aussi. Et nous savons que toute âme goûtera à la mort.

Les épreuves aussi dures soient-elles ne sont forcément des punitions, car il se peut que ce que nous prenons pour un grand mal est un grand bien et rappelons-nous qu'Allah ne veut que du bien à Ses serviteurs et que tout mal qui nous arrive provient de nous-mêmes.

Garde confiance en Allah et la meilleure image aussi.


avis personnel.
Journalisée

"Dieu nous a garanti ce bas-monde nous demandant d'oeuvrer pour l'au-delà.
Ah si seulement Il nous avait garanti l'au-delà, en nous ne demandant d'oeuvrer que pour ce bas-monde."
Un Connaissant.
petiteetoile
Nouveau membre
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Localisation: france
Messages: 7



Voir le profil
« Répondre #13 le: Mai 28, 2012, 16:41:31 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh

Une soeur de ma famille a patienté 10 ans et rien pas d’enfants son mari a commencer a parler divorce, suite a ça elle a fait une INSÉMINATION et non fécondation
macha'Allah elle a eu 3 beaux garçons qu'Allah te donne un si merveilleux cadeau inch'Allah
Journalisée
anissa6903
Nouveau membre
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Âge: N/A
Localisation: lyon
Messages: 2



Voir le profil
« Répondre #14 le: Mai 28, 2012, 20:29:46 »
Share   Modifier le messageModifier

 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
je suis comme toi ma soeur 2 ans et demi de mariage un gros désir d'enfant, mais rien apres 1 fausse couche à 2mois de grossesse, j'ai fais aussi tout les exam et rien tout vas bien el hemdoulilah, mon mari a fait le pélerinage à la mecque cette année  MachAllah et ne veut pas entendre parler de procreation assisstée, je sais que allah sobhanou wa ta'aala donne la vie et la reprend el hemdoulilah et je sais que ce ne sont pas les traitement médicales qui me donnerons un enfant  InchAllah, mais j'avou que l'attente est longue  El Hamdoulilah et que cela fait passer le temp de voir des medecins ou gynéco. merci de m'avoir éclairer  baraka2 à bientot inch'allah
 Salam Alaykoum wa Rahmatoulahi wa Barakatouh
Journalisée
   

 Journalisée
Pages: [1]
  Ajouter aux favoris  |  Imprimer  

 
Aller à:  

 Développé par TOOLYNK, agence de développement d'applications web et mobile à Lyon & Paris
Technologies: Javascript, React, React Native, Angular, Java, Symfony, .NET, Réalité Virtuelle